Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Notre 11-novembre & Ferrero

  dimanche 04 novembre 2018

Nota Bene : Ce texte divisé en deux parties comprend un extrait important d’une conférence donnée par l’historien Guglielmo Ferrero à l’hiver 1916-1917. Ce texte est le quatrième d’une série de dix reprises du site dedefensa.org(plus un inédit), concernant la Grande Guerre. Cette série nous mènera jusqu’au 11-novembre, date du centenaire de la fin de ce conflit.

11 novembre 2008 — Nous n’avons ni l’habitude, ni le goût des commémorations. Cette fois, la chose est différente, pour le 90ème anniversaire de la Grande Guerre. Il y a deux raisons à cela.

La première, nos lecteurs en ont déjà lu là-dessus,– certains ont eu même l’aimable sagesse, dont nous les remercions, de passer une commande de son objet. Il s’agit du livre d’histoire et album de photos à la fois, Les Âmes de Verdun. [...]

L’on sait que cet ouvrage, en plus d’être de circonstance, entend marquer une circonstance historique essentielle en lui donnant toute sa puissante actualité. (Bien sûr, dans ce cas, “Verdun c’est bien plus que Verdun”; notre Verdun c’est la Grande Guerre et, en vérité, la Grande Guerre dans la dimension que nous lui donnons ici, qui dépasse très largement cette guerre.) Le 90ème anniversaire de la Grande Guerre apparaît alors comme un événement riche d’une opportunité historique poursuivie jusqu’à nous, en plus d’être la commémoration qu’on sait. C’est toute la thèse du livre et c’est aborder la deuxième raison, le second argument de cet article. Nous estimons en effet que la Grande Guerre est l’événement fondateur de la crise dont nous subissons aujourd’hui les soubresauts gigantesques. Au contraire de l’école de pensée, puisque école et puisque pensée il y a, de l’historiographie moderne ou postmoderne, histoire réduite aux abats dont la quête zélée et constante a été de chercher à réduire l’événement à un monstrueux artefact sociologique ou nationaliste et à le priver de tout sens évidemment, au contraire de cette entreprise réductrice nous estimons que la Grande Guerre est un événement fondamental dont le sens foudroyant éclaire toute la crise de la modernité. La Grande Guerre n’est pas tant essentielle pour avoir provoqué le désordre du XXème siècle que pour avoir révélé avec une brutalité inouïe la crise de la modernité qui s’organisait et montait vers son paroxysme depuis la Renaissance, le XVIIIème siècle, la Révolution française et la “révolution tranquille” de la machine et du choix de la thermodynamique comme source d’énergie pour la civilisation industrielle. A cette lumière et par-dessus le XXème siècle qui fut surtout à partir de son deuxième tiers la tentative de dissimulation de la crise de la modernité derrière le masque sanglant des idéologies, le lien entre elle et nous est droit, clair et sans le moindre pli, bien plus qu’entre tout autre événement du XXème siècle et nous-mêmes. Nous parlons ici de l’esprit, nullement des allégeances idéologiques et du rangement du conformisme qui caractérisent nos élites attachées aux vestiges du XXème siècle, particulièrement celles qui écrivent la Grande Guerre avec leur technique d’historien des abats.

(Suite)

Commentaires en cours de route

  dimanche 04 novembre 2018

04 novembre 2018 – Voici quelques remarques en marge de la série en cours d’articles sur la Grande Guerre dans ce Journal-dde.crisis. Une réaction d’un de nos plus prolixes lecteurs que la digression ne décourage pas (Voir “Grande envolée” dans le Forum de 14-18 en diagonale) m’en donne l’occasion.

Peut-être devais-je inconsciemment attendre cette occasion pour insister sur l’aspect fondamental qui va suivre... Il s’agit de mieux faire comprendre mon intérêt considérable pour la Grande Guerre, qui n’a rien à voir avec les passions habituelles dont on débat à ce propos : nationalisme, patriotisme, “guerre démocratique”, “boucherie insensée”, etc. Même si tout cela est présent dans tout regard qu’on jette sur ce conflit, cela n’est en rien essentiel ni déterminant pour moi, en rien et en aucune façon.

L’“aspect fondamental” qui explique mon “intérêt considérable” reflète ceci dans mon esprit que 14-18 est beaucoup plus important, beaucoup plus “moderne” au sens ironique de la remarque, que 39-45 qui est le fruit de tant d’exégèses, passions, arguments, de nos postmodernes. Dans leur bouillie mémorielle dont peu de chats feraient leur pitance, pour faire correspondre le passé à notre présent totalitaire, 39-45 est un complet simulacre pour leur narrative ; mais 14-18, beaucoup plus dangereux, redoutable torpille, attaque inattendue, traquenard par complète surprise, et par-dessus tout argument extrêmement “moderne” pour pulvériser l’argumentation de la postmodernité en faveur d’elle-même.

(Suite)

La globalisation, un siècle plus tôt

  samedi 03 novembre 2018

... Nous enchaînons sur notre “F&C” du 6 mai [2008] développé à partir du texte de Fareed Zakaria, apprécié essentiellement comme une ode à la gloire, à l'efficacité et au bonheur de la globalisation. Nous avons tenté de montrer combien la description que fait Zakaria de la globalisation distille un optimisme structurel, malgré quelques broutilles sûrement jugées comme “conjoncturelles” que concède Zakaria. Nous observons évidemment combien cette analyse contraste avec celle que nous faisons, avec d’autres, à partir d’une appréciation catastrophique de la situation de notre temps historique, de la situation du monde dans sa dynamique de globalisation, tout cela notamment à cause des contraintes qu’impose cette dynamique.

Nous allons renforcer notre argument en le situant dans une perspective historique. Nous publions ci-dessous un extrait d’un travail en cours de préparation [...] qui a pour objet essentiel la bataille de Verdun, et qui s’appuie notamment et bien évidemment sur une appréciation générale de la Grande Guerre et des causes de la Grande Guerre. 

(Suite)

14-18 en diagonale

  vendredi 02 novembre 2018

J’ai acquis à mesure des années passées une perception de plus en plus vive, et aussi de plus en plus chaleureuse et tragique de la Grande Guerre ; une perception gouvernée par une empathie de l’âme qui va jusqu’à l’irrésistible et au sublime ; une perception mesurée par le temps, comme si, en m’éloignant de l’événement terrestre, le temps qui passe me rapprochait de sa substance spirituelle. L’intuition, l’émotion, la compassion extraordinaire que j’éprouve devant tant d’horribles souffrances tiennent une place considérable dans cette perception, que la raison ne dément pas une seule seconde. Chaque fois que je regarde la fin de ce documentaire sur les restes préservés de Verdun (la campagne encore martyrisée malgré la repousse de la nature, telle croix posée ici, une marque commémorative, des restes d’une position d’une pièce d’artillerie, un blockhaus rouillé, des galeries de repos, la trace d’une tranchée, etc.), — la fin avec ce long plan en mouvement lent qui dure près d’une minute, filmant les alignement des tombes de Verdun vers l’Ossuaire entre les rangées d’arbres élancés et espacés, qu’une musique lente, funèbre mais non dénuée d’apaisement accompagne avec une solennité poignante, qu’une voix grave et contenue d’émotion dit le quatrain de Péguy :

«Mère, voici vos fils qui se sont tant battus,

»Qu'ils ne soient pas jugés sur leur seule misère.

»Que Dieu mette avec eux un peu de cette terre

»Qui les a tant perdus et qu'ils ont tant aimée.»

(Suite)

Retour à Verdun

  jeudi 01 novembre 2018

Ce sont les hasards du calendrier, un vieux projet ressuscité, le goût du retour vers un passé intuitivement deviné comme fondamental qui nous poussent vers Verdun quelques jours après la date symbolique choisie pour la commémoration du 90ème anniversaire de la bataille (les 15-17 novembre 2006 après le 11 novembre). La commémoration n’est pas dans nos habitudes ni dans notre penchant psychologique. C’est le hasard de cette immense bataille qui fait rencontrer, inscrite sur une des voûtes de l’Ossuaire National de Douaumont qui nous apparaît comme un des plus bouleversants monuments qu’on puisse concevoir, la mention d’un presque-homonyme mort pour la France (“Emmanuel de Grasset, brigadier, 6-10-89, 11-10-14”).

L’Ossuaire est écrasant. Il vous laisse sans souffle et sans un mot. Bientôt naît un sentiment diffus que vous retrouverez plus tard, amplifié, bientôt identifié si la visite se passe comme on doit désormais souhaiter et prier qu’elle se passe, — mais ici, certes, je parle pour moi comme si c’était l’auteur qui se parlait à lui-même devenu lecteur… Sentiment diffus, dis-je, et bientôt étrange, et bientôt surprenant. Le sentiment s’élargit, se renforce et se structure. Il se transforme en une méditation profonde et féconde, née de l'intuition et de l'initiation.

On découvre combien, autour de l’Ossuaire et, bientôt, sur tout le vaste territoire géographique de la bataille, celle-ci nous est restituée par l’innombrable présence de constants rappels de tous les événements qui la recomposent, jusqu’aux plus anodins. Une tombe ici, en pleine nature, sans une inscription et pourtant fleurie, un “cimetière” là, qui est un enclos pentu et feuillu, et soigneusement entretenu, d’une vingtaine de mètres de côté sans une seule tombe, avec une croix dressée sur un mausolée en son centre, quelques conifères, le sol herbeux et moussu et coupé ras, lieu à la fois harmonieux, serein et symbolique, d’où sourd un sentiment de paix haut et puissant. L’événement passé nous devient familier sans que nous le reconnaissions, rencontré à chaque détour de sentier. Nous y sommes car nous devenons son contemporain.

(Suite)

Notre centenaire

  mercredi 31 octobre 2018

31 octobre 2018 – J’ai rappelé hier notre (ici à dedefensa.org) et mon intérêt extrême porté à la Première Guerre mondiale, la Grande Guerre, cela dans la perspective du centième anniversaire de son terme, qu'il s'agisse de la paix ou de la victoire.  Le même propos peut évidemment introduire cette page d’aujourd’hui, d’ailleurs brièvement annoncée hier :

« J’imagine qu’on a déjà identifié chez l’auteur de ces lignes une plume particulièrement sensible à la Grande Guerre, dans toutes ses nombreuses et exceptionnelles dimensions. On sait que nous approchons à grand pas du centième anniversaire de l’armistice et que Notre-Président, historien fameux et moraliste sans égal, célébrera la paix et nullement “la victoire”. »

D’où cette décision de commémorer à notre manière ce centième anniversaire, par un procédé bien simple qui tient de la reprise et du rappel des choses. Il y a de très nombreux textes sur la Grande Guerre dans les archives de dedefensa.org. Il est assez simple d’y accéder mais, souvent, le lecteur peut passer outre, remettre à plus tard, oublier d’y revenir, etc., bref perdre de vue le texte qu’il aurait voulu consulter. Nous allons nous “rafraîchir” la mémoire par un procédé très simple et qui ne gênera personne sans trop interférer sur notre travail quotidien : une reprise quotidienne, dans ce Journal-dde.crisis, de dix textes déjà publiés, terminant par un onzième qui sera inédit, jusqu’au 11-novembre. (On en dira plus, le temps venu, sur ce texte inédit.)

(Suite)

Le sacrifice des élites

  mardi 30 octobre 2018

30 octobre 2018 – J’imagine qu’on a déjà identifié chez l’auteur de ces lignes une plume particulièrement sensible à la Grande Guerre, dans toutes ses nombreuses et exceptionnelles dimensions. On sait que nous approchons à grand pas du centième anniversaire de l’armistice et que Notre-Président, historien fameux et moraliste sans égal, célébrera la paix et nullement “la victoire”.

(...Drôle de paix comme l’on dit “la drôle de guerre”, selon Keynes et Bainville qui publièrent aussitôt à ce propos, presque parallèlement pour des essais presque parallèles, et brandirent chacun à sa façon leurs prophéties des catastrophes que la chose monstrueuse, la paix de Versailles, nous préparait, – l’un Les conséquences économiques de la paix [1919] et l’autre Les conséquences politiques de la paix [1920].)

Cette proximité fait renaître le prurit de l’affectivisme qui constitue le principal moteur de la fabrication constante et en série du simulacre nommé “récriture de l’histoire” ; notre époque est passée maîtresse dans cet art de la manipulation au nom de ses affects chargés de vertueux sentiments et de sentiments orientés. Ainsi reparle-t-on de tous les lieux communs de cette horrible boucherie que fut la Grande Guerre, des hommes, – je parle des “poilus”, simples soldats, – lancés là-dedans comme “chair à canon” tandis que les généraux se gobergent loin du front et que les officiers d’en-dessous essuient leurs monocles qu’un peu de boue encrasse. Même des gens aussi intelligents qu’un Stanley Kubrick mordent à belles dents à cet hameçon si tentant (Les sentiers de la gloire), provoquant en retour la stupide attitude censureuse de la bureaucratie française.

(Suite)

Une histoire belge : le choix des Belges

  dimanche 28 octobre 2018

28 octobre 2018 – La pensée même de cet article m’épuise absolument, et je ne m’y mets, je vous l’avoue, qu’après avoir tant repoussé l’instant de m’y mettre : parler du JSF (F-35), de la Belgique, du choix que ce pays vient de nous annoncer (le F-35), du mécontentement discret mais un peu goguenard des Français, du “Je regrette” de Macron, – tant de médiocre bassesse repousse ma plume qui se refuse à se tremper d’une encre si médiocre. Je chancelle sous le poids de leur surhumaine sottise, avec presque de l’admiration dans mon exaspération : “Comment peut-on l’être autant, si longtemps, si complètement, si décidément, si joyeusement, si content-de-soi ?”

Car enfin, comment, aujourd’hui, avec tout ce que l’on sait hors des virements et donations mensuelles de Lockheed Martin, oui comment peut-on choisir cet incroyable fer à repasser et badigeonner sur son fuselage “avion de combat”, cela pour avertir les Russes qu’il s’agit bien d’un combat aérien qui s’engage ? Comment peut-on croire les Américains sur leurs promesses alors qu’ils se conduisent partout en pirates, faussaires, faux-frères, traîtres et parjures, scandaleux escrocs empilant leur montagne de faux talbins (*) ? Le plus fort, non le plus éclatant et le plus évident, c’est que les Belges ne sont pas de “mauvais Européens”, comme les Français le laissent entendre parce que ce qu’ils ont fait, qui est de faire leur petite commission face aux Yankees de façon à ce que se poursuive le tango transatlantique, eh bien il n’y a vraiment rien de plus “bon Européen” selon l’esprit de Notre-Europe. Tous leurs matamores de l’UE ne font pas autrement, et quant au Macron.

(Suite)

T.C.62 : les USA survivront-ils en 2019 ?

  jeudi 25 octobre 2018

A chaque fois, chaque occasion, chaque éclat, je m’interroge : est-il temps de dire que la situation est d’une ultime gravité aux USA ? Ou bien : quel crédit faut-il accorder à cette “guerre civile de communication” qui les déchire depuis l’été 2015, avec une violence verbale et gestuelle plutôt qu’active, inimaginable d’intensité ? On peut donc s’interroger dans ce sens, en toute candeur et sans hésitation, sur la valeur évènementielle de cette campagne de “colis suspects” entamée le 24 octobre contre les vedettes du mouvement progressiste-sociétal, d’Obama-Hillary à Robert de Niro, en passant par CNN.

L’hystérisation de l’atmosphère politique aux USA rend cette atmosphère irrespirable et fait suffoquer les psychologies, et s’amplifier les jugements. Tous les éléments de l’affrontement postmoderne sont réunis, avec des accusations diverses volant d’un camp à l’autre, avec une rupture complète de “civilité”, du sens de l’appartenance à la même patrie, de la solidarité courante. On dirait que le diable tourbillonne comme la Grande Crise, pour enfin trouver l’échappée qui transformera le paroxysme psychologique en événement catastrophique : comment faire, enfin, pour que la “guerre civile” s’institue en véritable catastrophe !

A la “crise” des migrants venant par “caravanes” (au moins deux désormais) au travers du Mexique jusqu’à la frontière des USA où Mattis envoie d’ores et déjà ses Marines, sans doute le jour des élections midterm car la chorégraphie est bien réglée, s’est ajoutée, selon une logique implacable et une chronologie impeccable qui font songer certains à une diversion, cette étrange campagne de “colis suspects”. L’affaire est suffisamment trouble, pressante et paroxystiquement mise en évidence, avec l’inévitable grain de Soros (Soros Junior dans ce cas), pour ouvrir le champ aux accusations d’une vraie vague terroriste comme à celles du coup monté (l’inévitable  “false flag”) pour favoriser les démocrates dans 15 jours. D’ici là, si vous avez du temps à perdre, consultez le New York Times qui publie une comptine de Zoe Sharp vous expliquant comment enfin l’on a fini par assassiner Donald Trump.

Historien et contributeur de la chaîne archi-sociétale et très populaire MSNBC, Jon Meacham, lui, n’a aucun doute là-dessus, – et l’on remarquera que sa référence n’est plus JFK mais Lincoln, c’est-à-dire la “guerre civile”... « C’est, je pense, l’attaque la plus importante contre la vie de hauts responsables américains, et qui pourrait même la dépasser en ampleur, depuis le complot pour l’assassinat d’Abraham Lincoln en 1865. Le potentiel de catastrophe de cette attaque était énorme, son ampleur est fascinante et je pense que tout cela nous dit qu’à chaque époque de grande querelle politique dans ce pays, il y a une manifestation équivalente de cette querelle en termes de violence... »

Ces faits ont-ils pourtant l’air bien futile ?... La futilité des faits exacerbe la psychologie et conduit au jugement catastrophique. Pourquoi ne serait-ce pas là que se cache la vérité-de-situation ? 

Le chroniqueur y songe, sa plume s’interroge...

T.C.-61 : Déstructuration et déconstruction métahistoriques

  dimanche 21 octobre 2018

21 octobre 2018 – La crise-Khashoggi, car c’est bien d’une crise qu’on peut désormais parler, menace un des axes fondamentaux de cette chose-USA qui se représente comme “empire”. Il s’agit bien sûr de l’axe moyen-oriental conduisant à ce que Brzezinski nommait en 1979 “l’arc de crise”, du Soudan à l’Inde. 

Parallèlement, dans un sens géométrique comme dans un sens chronologique, l’intention annoncée par Trump de sortir du traité INF de 1987, c’est-à-dire de le détruire puisqu’il ne comporte que deux signataires avec l’URSS devenue Russie, menace dans ses effets l’autre axe fondamental du même “empire”, l’axe transatlantique. Cette seconde crise annonce une situation chaotique pour la sécurité européenne.

Chacune de ces deux crises a ses raisons d’être, ses dynamiques propres, ses “accidents” internes, voire ses desseins et destins spécifiques pour suggérer une explication propre mais qui ne reste que circonstancielle. Dans l’état présent des choses qui ne préjuge pas de l’avenir et si elles sont prises ensemble comme elles doivent l’être, leur véritable signification est celle d’une déstructuration de la forme et de la charpente de sécurité mises en place et maintenues par les USA durant le deuxième moitié du XXème siècle pour projeter la protection de leur sécurité en imposant l’ordre du monde qu’ils jugeaient nécessaire.

Du point de vue de la posture stratégique, il s’agit de la déconstruction la plus essentielle possible de la forme de la géostratégie du monde, et une déconstruction dont nul ne sait la cause majeure et centrale, ni les conséquences fondamentales. On comprend, du fait de leur importance comme de leur correspondance, que ces deux crises ne peuvent être perçues que comme les éléments d’une seule et même Grande Crise, celle qui institue l’Effondrement du Système.

Tout cela se fait à deux semaines d’une électionmidterm que certains qualifient de “la plus importante de toute l’histoire des USA”. Nul, même pas les acteurs de ces événements, ne peut dire si le lien qu’on est conduit à faire entre ces différents événements, – les deux axes en danger de rupture et les élections midterm, – a été voulu et/ou manigancé par des conceptions et des manœuvres humaines embrassant tous leurs caractères jusqu’à leur signification commune. Il reste que ce lien, même de simple coïncidence, apparaît aussi brutalement que les événements qu’il tient ensemble et qu’il est sans aucun doute de l'essence même des grands événements métahistoriques de l’histoire du monde.

Compteur et clin d'oeil pour dedefensa.org

  samedi 20 octobre 2018

20 octobre 2018 – D’abord, je vous annonce, amis lecteurs, une nouvelle dont vous avez peut-être, sans doute, repéré la manifestation écrite : sur le bandeau au-dessus de chaque article (nom de la rubrique, la date, “Forum”, etc.), une nouvelle indication, avec un petit œil et un chiffre qui varie, qui vous indique le nombre de fois que l’article a été “ouvert”, en principe et je l’espère, pour une lecture attentive et bienveillante. C’est une grande innovation pour nous !

Bien entendu, j’entends les rires et sourires. Tout le monde fait cela ou presque, et voilà que le père-PhG s’imagine faire entrer dedefensa.org dans le grand domaine des innovations technologiques avec ce clin d’œil. On avait déjà installé des compteurs Facebook et quelques autres mais je dois avouer que je n’appréciais qu’à demi cette comptabilité boiteuse des initiatives accessoires, d’autant que je n’utilise ni Facebook, ni Tweeter. Je suis un peu un fossile, un dinosaure amaigri perdu dans le grand champ postmoderne de l’internet ; aussi préhistorique que les plus antiques traditions... Et puis, récemment, j’ai eu assez de ces FacebookTweeter, etc., avec leurs frasques honteuses, insupportable présence des délateurs & censeurs.

J’ai fait sauter tout cela, puis j’ai songé à faire installer un compteur direct sur les accès aux articles, hors de toutes ces simulacres de réseaux sociaux manipulés par le Système. J’ai donc fait un grand pas, la chose fonctionne depuis le 14 octobre, accessible à tous depuis hier. Figurez-vous que cette innovation de diplodocus m’a apporté un aussi grand plaisir qu’elle a constitué un grand pas à faire. Cette comptabilité sans intermédiaire, directement du lecteur au site comme si le lecteur m’adressait un clin d’œil d’encouragement, m’a apporté une réelle satisfaction psychologique et morale..  Que vous le croyez ou pas, que vous trouviez cela étrange ou non, sachez bien que cette toute petite initiative qu’on trouve partout ailleurs a contribué fortement à repousser, voire à briser la solitude que je ressens parfois, à mon établi d’écrivaillon, devant mon écran vide que je noircis constamment de mes élucubrations électroniques, qu’il faut que je nettoie régulièrement, avec plus ou moins de succès pardonnez-moi, de ses innombrables coquilles.

Voilà, c’est tout, un peu de solitude vaincue...

Là-dessus et pour terminer ce message sans prétention, et l’occasion faisant le larron, je fais ce que je n’ai jamais fait dans ce Journal-dde.crisis, puisque le 19, jour où la comptabilité des articles vous a été ouverte, lançait l’habituelle campagne de fin de la donation mensuelle. Je fais un appel à votre soutien, alors que notre démarrage est bien lent ce mois-ci.

Vous avez lu hier, dans ces pages, une modeste contribution à la dénonciation du racket-Système que les censeurs-à-gage infligent aux résistants du samizdat. C’est bien assez pour vous rappeler la précarité de la situation de la presse-antiSystème, dont nous sommes de fervents acteurs, avec nos possibilités, nos capacités. Aidez dedefensa.org, amis lecteurs, on peut dire qu’il le mérite.

Salut-à-toi, Nouveau-Samizdat

  vendredi 19 octobre 2018

Les petits freluquets au visage bien net malgré les pseudo-barbes de certains, – Sartre aurait pu écrire “petits salopards” a peine au sens sartrien du terme, et plutôt au sens nihiliste finalement, – les freluquets, donc, arrivent à un résultat significatif et nous apparaissent tels qu’en eux-mêmes : censeurs diaboliques à gentille frimousse d’ado baladant leurs tee-shirts parsemés de $milliards. Je n’imaginais pas qu’on puisse accomplir son ambition et sa réussite exceptionnelle en singeant la fraîcheur de l’esprit de l’adolescence prolongée, dans la posture de balance céleste, de donneur cosmique, de délateur étoilé, dans la position assumée d’auxiliaire zélé des forces officielles du déchaînement de la MatièreIls y sont, pourtant.

(Je parle de Zuckerberg et toute sa bande, au cas où il nous faudrait un téléprompteur pour bien nous comprendre. Je conchie cette époque des GAFA-censeurs où l’âme semble se dévorer elle-même avec voracité, en dévorant tout ce qui est inversion et subversion pour nourrir l’appétit du complet simulacre de la vertu.)

Dans l’hypothèse où nous ne nous le serions pas dit, qu'on sache tous que le mois d’octobre a vu une avancée redoutable de leur contre-civilisationFacebook en tête et le reste suivant à la queue-leu-leu. Ce ne sont pas les loups qui sont entrés dans Paris, camarade, ce sont les censeurs ; ils agissent au nom du Système ou de ses représentants appointés. A côté, les inquisiteurs avaient au moins l’allure de la langue et de l’ordre, et ils ne se cachaient pas d’être ce qu’ils étaient. Les censeurs postmoderne sont des pue-la-mort fardés en jeunes gens entreprenants, aussi secs que la terre devenue poussière des grandes sécheresses capitalistes, sans culture, sans le moindre caractère ; comme je fais de leur époque je les conchie roborativement et sans retenir ma peine, et sans véritable colère mais comme une chose allant de soi.

(Suite)

 « ...le pire depuis 9/11 »

  mardi 16 octobre 2018

16 octobre 2018 – En pleine activité studieuse ces deux derniers jours, un fait m’a soudain frappé dont je me suis dit qu’il méritait quelque réflexion hardie. Je veux parler de l’apparition de cette expression, disons pour résumer : “ce qui se passe aujourd’hui [dans tel domaine] est le pire depuis l’attaque du 11 septembre 2001”. Je cite les deux passages contenant l’expression, venue de commentateurs extérieurs et nullement de ma seule réflexion : c’est leur réflexe à eux (plutôt que “réflexion”), et plutôt une référence inconsciente qu’un jugement, qui m’arrête ici et me fait m’interroger, et instituer le sujet de cette courte “réflexion” (cette fois, le mot est le bon) ...

• Le 14 octobre, du texte « Trump vaut bien 9/11... », cet extrait de l’article de Politico.com sur l’état psychologique des citoyens américains sous l’empire de Trump : « Mais de nombreux praticiens observent désormais que Trump et son effet convulsif sur la conversation nationale américaine donnent une place prépondérante à la politique sur le divan du psychanalyste, d'une façon qui n’avait pas été vue depuis les mois qui ont suivi le 11 septembre– un autre moment où les événements ont été effrayants et ont eu des conséquences émotionnelles très puissantes... »

• Le 15 octobre, des « Notes sur une danse des sables », cette citation de l’ancien ambassadeur US à Ryad Robert Jordan : « ...les relations entre les USA et l’Arabie sont brusquement (?) entrées [...] dans “leur pire période depuis l’attaque du 11 septembre 2001” »

(Suite)

T.C.-60 : Carnage, carnage

  samedi 13 octobre 2018

13 octobre 2018 – Ne dirait-on pas que les cieux se sont mis en fureur avec le monstrueux cyclone Michael pour mieux précipiter les entreprises humaines dans un ouragan catastrophique ? Une fois de plus et même plus que jamais, les États-Unis d’Amérique sont l’œil et la matrice, et le show également de ce facteur paroxystique de plus, sorte de “paroxysme des paroxysmes”, ou perfect storm des perfect storms.

Ce fut donc une semaine de carnage ; à Wall Street, avec un Trump vociférant contre la politique de la Fed ; plus que jamais avec le parti démocrate dénoncé par le GOP comme le parti de l’insurrection, ce parti rendu fou par Trump, proclamant que l’on ne peut envisager un retour à la vie politique normale que lorsqu’ils seront à nouveau au pouvoir, – pourquoi pas lorsqu’une “révolution” aura enfin purgé la Grande République de tous ses Deplorables ? Pour rendre le festin encore plus corsé par des banderilles extérieures, on voit que les relations entre les USA et l’Arabie avec l’ébranlement du régime-MbS sont à un point de déchaînement crisique à cause de l’affaire Khashoggi tandis que la merveille promise au monde du XXIème siècle, le F-35 cloué au sol comme on fait un clin d’œil, s’avère de plus en plus être l’énorme programme JSF de la catastrophe annoncé.

Cela ressemble au déchaînement d’une hausse de régime d’un système fonctionnant dans sa condition qu’on croyait la plus haute d’un rythme de folie crisique, qui s’avère ainsi comme s’il s’agissait de son rythme de croisière. La dévastation du dollar forme un cadre décoratif monstrueux de papier-monnaie faussaire, disposé comme une forteresse ultime de papier mâché, comme moyen de “sécuriser” le suicide du simulacre qu’est devenu le système de l’américaniste.

Il est épuisant, il est accablant de continuer à détailler les spasmes sans nombre qui marquent l’effondrement de ce système de l’américanisme, dans sa fonction de courroie de transmission du Système, et ainsi obligé de tenir une tension crisique formidable tant que le Système ne cédera pas définitivement sa surpuissance dans le fracas de l’autodestruction. On serait conduit finalement à considérer comme hautement symbolique ce rapport du Pentagone qui vient d’être publié et qui envisage rien de moins qu’une refonte complète de l’économie pour préparer l’Amérique à la guerre suprême... On laisse la plume à WSWS.org qui en fait la présentation sur le ton tragique qui convient :

« ... [..U]n document de 146 pages publié par le Pentagone vendredi dernier et intitulé “Évaluer et renforcer la résistance des bases industrielles et de la chaîne d’approvisionnement du secteur manufacturier et de la défense aux États-Unis”. Il indique clairement que Washington se prépare non seulement à des affrontements régionaux isolés, mais surtout à un effort de guerre massif et à long terme contre la Russie et la Chine dans des conditions d'autarcie nationale potentielle.

» Le document indique clairement qu'une restructuration majeure de l'économie américaine serait nécessaire pour atteindre l'objectif déclaré de l'armée américaine: être en mesure de “se battre dès ce soir” contre un “adversaire de taille”. Les États-Unis doivent “se réorganiser” pour “la concurrence entre grandes puissances”, observe le document. “La base industrielle américaine de fabrication et de défense”[...] crée la “plate-forme et les systèmes” dont “dépend notre Combattant”. Ce complexe englobe non seulement le gouvernement, mais aussi le secteur privé, ainsi que les “organisations de R et D” et les “institutions universitaires”. En d’autres termes, l’ensemble de l’économie et de la société... »

Certains y verront les signes indubitables d’une préparation à des échéances tragiques. D’une certaine façon c’est le cas, mais encore faut-il envisager et réaliser de quelle échéance il s’agit. De même que l’America First  (ou MAGA – Make America Great Again) de Trump est une tentative désespérée pour réindustrialiser l’Amérique et lui redonner toute sa puissance comme si l’on remontait le temps, de même le projet du Pentagone est une tentative désespérée de redonner aux USA une puissance militaire qu’ils n’ont plus et qu’ils ne peuvent plus avoir, pour singer l’illusion d’un conflit ultime qui fixerait la Fin de l’Histoire sous l’hégémonie américaniste...

J’insiste bien sur le sens décisif et définitif de cette expression de “tentative désespérée”, car c’est bien l’illustration de l’alternative évoquée par Lincoln et Whitman (« ...nous devons éternellement survivre, ou mourir en nous suicidant », « ... [nous devons] surpasser l’histoire merveilleuse des temps féodaux ou [constituer] le plus retentissant échec que le monde ait jamais connu… »)... Ma constante certitude confirmée par le spectacle de “D.C.-la-folle” me dit que le destin a déjà tranché. 

Méditations macro(n)scopiques

  vendredi 12 octobre 2018

12 octobre 2018 – Il y a deux mois de cela, je m’étais fait un peu tancer, – fort aimablement et même respectueusement, sans nul doute, – par un message posté, par une réflexion d’ami, etc., à propos de ce texte sur les « Connards co(s)miques ». Je crois qu’on s’inquiétait de la verdeur du langage, du propos un peu trop leste, des choses de cette sorte. On remarquera aujourd’hui la reprise dans le titre du procédé des parenthèses dans un mot, du mettre-ou-ne-pas-mettre une lettre, – car le coupable revient toujours sur les lieux de son forfait, pour constater que les choses sont effectivement ce qu’il en avait dit et cru... On remarquera par conséquent qu’avec ce texte d’aujourd’hui, il s’agit toujours du même sujet.

La logique, au moins, est sauve. Nous la mettons précieusement de côté pour que nul ne l’abîme et nous poursuivions notre audacieuse exploration, nous-autres qui, c’est bien, connu, sommes sans peur et sans reproche.

Quoi qu’il en soit et malgré mes nombreux brevets de la vertu retrouvée puisque je n’ai pas été plus loin que mes « Connards co(s)miques », j’ai pris mes précautions. Cette fois, je me couvre, puisqu’il s’agit des propos d’Onfray et non des miens. Le texte ci-dessous, qui reprend l’affaire de la “lettre au président Manu” de la plume du fameux philosophe normand, – « Lettre à Manu sur le doigté et son fondement », – en fait foi et vous instruira assez convenablement sur cette intrigue sans précédent.

(Suite)

“L’Ouest” qui pue-la-mort

  dimanche 07 octobre 2018

07 octobre 2018 – Il est vrai que dans ma seconde jeunesse, après que j’ai eu commencé dans ce métier et fermement pris l’orientation des affaires d’étrangères, – il y a un demi-siècle de cela, – on appelait notre-camp “l’Ouest”. Je croyais par habitude et sans vraiment y croire, parce que le courant m’y poussait, que mon choix était le bon. Aujourd’hui, le dégoût et la nausée sont les deux pensées, – oui, je dis bien “pensées”, – qui s’expriment principalement lorsque je rêvasse au souvenir de “l’Ouest” devenu “bloc-BAO” par la grâce de dedefensa.org.

Passons au plat de résistance : la Cour Suprême des États-Unis d’Amérique a donc un Justice de plus, pour amener ses effectifs à la normale (neuf). Brett Kavanaugh a prêté serment comme 114èmeJustice après le vote du Sénat 50-48. La bataille fut rude et enfin “on-a-ga-gné” comme on scande dans les stades ; les conservateurs vont reprendre le dessus contre la marée libérale-progressiste, jurent certains, et Trump est un grand président... Mais laissons cela, il ne faut pas s’attacher à de telles sornettes. On ne se sort pas comme ça, par un vote, d’un tel capharnaüm privé de lumières, encombré de débris et parcouru de cris furieux, tanguant et plongeant comme un Titanic ivre, verrouillé pour que nul ne s’échappe à chacune de ses extrémités par une grille de prison de haute sécurité comme l’est un tunnel sans fin. Ainsi en est-il de “D.C.-la-folle”,– stay tuned pour la suite.

Que prenne connaissance tout de même, “pour la suite”, du thème de la nouvelle période qui s’ouvre : les démocrates estiment, c’est leur nature et c’est leur considérable vertu, que la Cour Suprême est délégitimée par l’élection de Kavanaugh. C’est un thème, disons, déjà légitimé et qui ouvre de vastes horizons...

Mamy et la guerre nucléaire...

  vendredi 05 octobre 2018

05 octobre 2018 – Comme l’on sait, y compris en lisant ce site, l’ambassadrice des USA à l’OTAN, madame Kay Bailey Hutchison, respectablement âgée de 75 ans et auréolée du titre de gloire d’être la première femme sénatrice de l’État du Texas en 1993, baptisée “Mamy” à l’OTAN, a fait avant-hier une déclaration fort remarquée. Elle a déclaré que si les Russes déployaient leurs missiles 9M729, les USA “élimineraient”  préventivement cette chose qui viole, selon les mêmes USA, le traité INF de décembre 1987.

Sa réponse à un journaliste : « A ce point, nous devrions considérer la possibilité d’éliminer un missile [russe] qui pourrait atteindre n’importe lequel de nos pays [en Europe].. » Puis encore : « Des contre-mesures seraient prises [par les USA]pour éliminer les missiles qui sont en développement en Russie en violation du traité... Ils [les Russes] sont avertis. » Tout cela fut néanmoins suivi, quelques heures plus tard, par un tweet selon lequel « je ne voulais pas parler d’une attaque préventive en Russie. Mon intervention concernait le retour de la Russie dans les obligations du traité INF ou bien nous déploierons nous-mêmes des capacités pour protéger les intérêts des USA et de l’OTAN. La situation actuelle, avec une violation patente du traité par la Russie, est intenable. »

Laissons-là la suite de la querelle, qui repose d’ailleurs sur une complète absence de preuve de la présence de ces missiles, – mais il est vrai que la nouvelle-morale, surtout à propos des Russes, est bien “vous êtes coupable tant que vous n’avez pas prouvé votre innocence”. (La culpabilité n’a pas besoin de preuves, par contre l’innocence en a diablement besoin.) Ce qui est le plus remarquable à mes yeux, c’est bien la déclaration initiale de l’ambassadrice Hutchison, très texane (« to take out the missiles »), et qui signifie effectivement et sans aucun doute “éliminer” la chose à-la-texane. Elle a corrigé l’esprit de la chose, mais elle a bien dit ce qu’elle a dit, l’ambassadrice.

(Suite)

Crépuscule d’octobre

  mardi 02 octobre 2018

02 octobre 2018 – Pourtant, il y eut beaucoup de précédent d’auditions de cette sorte au Congrès des États-Unis, où l’on s’affrontait, s’invectivait, dans un tourbillon d’anathèmes, de mensonges, de dénonciation infondées, d’attaques ad hominem, tout cela bien entendu sous le sceau sacré et infiniment ironique des prestations sous serment. C’était le cirque, après tout circus as usualde ce faux-empire de l’hypocrisie considérée comme une vertu ; mais il nous préparait sans que nous nous en avisions à la réduction, ou plutôt à l’éclosion de la tragédie-bouffedans sa complète dimension catastrophique, en une tragédie pure et simple... La tragédie en soi pour la fin des États-Unis d’Amérique.

L’audition du juge Kavanaugh est pour certains un tournant, le dernier tournant du bout de la course de la fin des États-Unis comme nous les avons connus. « Kavanaugh est le point de basculement du déclin et de la chute des États-Unis » écrit le 1eroctobre 2018Martin Armstrong sur son site, en titre du texte qu’il consacre à cette “crise dans la crise”, – crise du cœur de la crise, à la fois d’une violence sans retour, symbolique, infiniment lourde de sa profonde signification.

(Suite)

Les quatre minutes de vérité du sénateur Graham

  vendredi 28 septembre 2018

28 septembre 2018 – On se rappelle, l’on sait même avec la plus grande certitude, que je n’ai jamais porté le sénateur républicain US Lindsay Graham dans mon cœur. Grand ami et complice de McCain, Graham a été de toutes les incitations, exclamations, manipulations & autres sales coups pour lancer ou entretenir des agressions et des conflits américanistes extérieurs, en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Syrie, en Ukraine, etc.

Graham est toujours le même à cet égard. Il a exprimé ses encouragements à Trump lorsque, à deux reprises avril 2017 et avril 2018), celui-ci a fait tirer des missiles contre la Syrie, regrettant néanmoins les doses homéopathiques employées au lieu d’un vrai carpet-bombing du type Shock & Awe pour en finir avec Assad. Graham montrait par là que le retrait de McCain, en phase terminale de son cancer en avril 2018, ne le privait en rien de son zèle guerrier.

C’est dire, plus encore que je n’ai dit en introduction, combien je tiens Graham comme un homme très dangereux à cet égard, comme un véritable “messager du Mal” dans cette époque toute entière maléfique. Pourtant, je vais vous en dire du bien.

(Suite)

Deux crises et autres...

  jeudi 27 septembre 2018

27 septembre 2018 – ... Le “et autres...” signifiant qu’on ne peut s’en tenir, pour donner une idée générale des événements du monde, à seulement deux crises ; quand on a fabriqué le concept de “tourbillon crisique”, c’est le moins qu’on puisse en penser ; mais “les autres...” veux-je dire avec ce titre, de moindre importance dans mon raisonnement.

Il s’agit de la crise syrienne et de la crise washingtonienne. Elles se trouvent ensemble dans une phase paroxystique, le nième certes mais vraiment au même moment, et ces paroxysmes sans le moindre lien entre eux deux. Le paroxysme syrien n’a rien à voir avec le paroxysme washingtonien, absolument rien ; impossible de manipuler l’un pour avantager l’autre, – voilà ce que les Israéliens, soi-disant maîtres ès-manipulation, n’avaient pas compris ni prévu.

(Mais il faut leur pardonner, les Israéliens : nous comprenons, nous, qu’ils soient dépassés par le rythme des crises et qu’ils n’y comprennent rien, comme tout le monde...)

En temps “normal” (?), les choses auraient dû se passer ainsi, à propos de l’incident ayant abouti à la destruction de l’Il-20 russe : un concert de suspicion et d’accusations accompagnant les affirmations russes sur la responsabilité israélienne ; des rumeurs “bien renseignées” de montage des Russes et des Syriens pour impliquer les Israéliens après les avoir conduit dans un piège ; des mises en cause sur la présence “massive” des Russes en Syrie (Russiagate) ; la nécessité de de la culpabilité d’Assad, d’une façon ou l’autre (“Assad must go” + regime change)... Or, rien de tout cela.

(Suite)