Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Les amas de cendres de nos catastrophes

  mardi 21 septembre 2021

21 septembre 2021 – Il est tout de même assez rare de voir et d’entendre des interviews qu’on pourrait croire de promotion d’un livre, et découvrant que cette parution est annoncée pour sept mois plus tard, ici pour le 5 avril 2022. Pourtant, c’est bien le cas de cette émission de la série ‘Going Underground’, de Afshin Rattansi, sur RT.com le 20 septembre 2021, accueillant le philosophe Slavoj Zizek que l'on connaît évidemment bien, pour son livre ‘Heaven in disorder’. Si vous allez par exemple sur l’infâme mais efficace ‘Amazon.fr’, – en tout bien, tout déshonneur, – vous avez confirmation que le livre paraît le 5 avril 2022  (en Europe et en France, et aux USA également). C'est dire, au fond, si on le juge tellement brûlant d'actualité qu'il faut le commenter aant qu'il ne paraise;

La présentation du livre nous dit ceci :

« Alors que nous sortons (mais peut-être seulement temporairement) de la pandémie, d'autres crises occupent le devant de la scène : inégalités scandaleuses, catastrophe climatique, réfugiés désespérés, tensions croissantes d'une nouvelle guerre froide. Le thème permanent de notre époque est un chaos incessant.

» Reconnaissant les possibilités de nouveaux départs dans de tels moments, Mao Zedong avait eu cette formule fameuse : “Il y a un grand désordre sous le paradis ; la situation est excellente”. La pertinence contemporaine de l’observation de Mao dépend de la question de savoir si les catastrophes d’aujourd'hui peuvent être un catalyseur de progrès ou si elles représentent désormais quelque chose de terrible et d'irrémédiable. Peut-être le désordre n'est-il plus sous le paradis, mais dans le paradis lui-même.

» Particulièrement riche en paradoxes et en renversements qui divertissent autant qu'ils éclairent, le nouveau livre de Slavoj Zizek traite avec la même profondeur d'analyse les leçons de ‘Rammstein’ et Corbyn, Morales et Orwell, Lénine et le Christ. Il déterre des vérités universelles à partir de sites politiques locaux en Palestine et au Chili, en France et au Kurdistan, et au-delà.

» ‘Heaven In Disorder’ examine avec une froideur féroce la fracture de la gauche, les promesses vides de la démocratie libérale et les compromis tièdes offerts par les puissants. Récit à propos des amas de cendres recueillies de ces échecs. »

Critique de la raison-subvertie

  samedi 18 septembre 2021

18 septembre 2021 – Je ne sais qui a raison (!) entre cette réaction de dedefensa.org prenant totalement à la légère les conséquences géopolitiques formidables de l’alliance AUKUS et les innombrables commentaires et analyses sur la grande affaire “géopolitique” des sous-marins australiens, avec comme principale acquisition intellectuelle l’affirmation du ‘shift’ de la stratégie US de l’Europe vers l’Asie, de l’aire transatlantique et moyenne-orientale à l’aire du Pacifique et de ses chinoiseries... “Je ne sais”, voilà une forme d’introduction polie à laquelle tout lecteur avisé ne doit pas s’arrêter ; “Je ne sais” mais je sais bien ma conviction à cet égard, et c’est de cela que je veux parler.

Je mets d’abord dans ma réflexion, avant de passer au cœur du sujet,  l’argument principal de cette analyse, qui est le “basculement” (‘shift’) d’une partie de la puissance US d’apparat, ou d’apparence. Cela est pour dire que, pour mon compte, il s’agit de communication et de rien d’autre d’une part, de l’acte d’une diplomatie et d’une stratégie primaires, sans la moindre réflexion pour la justifier d’autre part.

Je trouve la structure de cette observation bien illustrée par un extrait d’un article de l’ancien officier des Marines Joshua Lippincot, faisant actuellement des études de politique et de diplomatie pour sa position au Claremont Institute et qui plaide pour l’actuelle transformation des forces armées des USA en un système de milices locales, tel qu’il existait en 1776 et tel qu’il existe d’une certaine façon en Suisse :

(Suite)

Woodward et Z, même combat ?

  vendredi 17 septembre 2021

17 septembre 2021 – Je résume d’abord de mon intention qui peut paraître étrange et qui le paraîtra à certains j’en suis sûr, de tracer un parallèle tout aussi étrange, entre Woodward et Zemmour-en,-France...

D’abord parlons de l’Américain-américaniste en long et en large, avant d’en venir au parallèle – qui n’a strictement rien de politique, – avec le Français. Bob Woodward, repu de $millions et de succès littéraires (champion des bestsellers comme je suis champion des worstsellers) est un homme étrange, un homme aux mille visages ou bien un homme pour toutes les saisons ; mais certainement un personnage qui a sur sa fiche de conformité, les caractères du progressiste-sociétal bon teint des beaux quartiers de Washington, D.C.. Chaque livre qu’il publie est d’une part un succès assuré, d’autre part un panier de révélations souvent sensationnelles. On voit par ailleurs de quoi je veux parler pour l’édition 2021 des Woodward tri/quadri-annuel depuis ‘All the President’Men’, adapté en film par Redford, qui raconte l’enquête du Watergate avec soin collègue et pas-si-ami, Bernstein l’infortuné (parce qu’il n’eut jamais la fortune d’exploiter le filon politico-littéraire type-Woodward).

(Suite)

Z et la “guerre civile communicationnelle”

  mardi 14 septembre 2021

14 septembre 2021 – Tout le monde connaît l’histoire-Zemmouresque, ainsi est-il inutile que j’en donne ma version, ni que j’en rajoute des détails, des saillies, etc., déjà vus ailleurs, – lors à quoi bon la rapporter à nouveau ? Il est vrai que les dieux, pour l’instant, veillent sur lui (candidat-ou-pas ? comme l’on disait de Belmondo : cascadeur ou acteur ? et il vous sortait ‘Léon Morin, prêtre’). Je veux dire par là que je ne serais pas plus étonné, comme le bruit tordu en cours, que la félonie censureuse et hypocrite de la CSA rejoigne les fils d’un complot mondain pour faire mousser Zemmour, le hausser à la taille d’un martyr soudain oint dans son indépendance de toute obligation professionnelle, c’est-à-dire fait libre et obligé (la liberté, c’est le choix contraint) de choisir sa voie, comme si la voie royale s’offrait à sa candidature...

”Comme cela”, se dit le petit Macron, toujours selon son opération ‘Petit-Patapon’, “leur camp sera divisé de l’impossible entente Marine-Zemmour”. “Oui mais”, répond quelque Jiminy-Criquet de la communication (com’ en good French), “Votre-Grâce se goure, elle se trouve privée de son adversaire favorite, et régulièrement distancée dans le sprint final”. Les instigateurs de ‘Petit-Patapon’ ripostent que les temps ont changé et qu’il faut en tenir compte, – cela dit énigmatiquement car ils ne savent, et moi non plus si j’ai ma petite idée, dans quel sens changent les temps. Cela est bien dit et c’est pourquoi j’arrête là mes supputations indignes à force d’être lassantes.

Par contre, quelle exposition dite-médiatique en a gagné le désormais Saint-Martyre Zemmour, qui prépare de multiples interviews pour son nouveau livre de guerre et sa propre chaîne Yutube (mais qu’en diraient les GAFAM, également censureurs [*] patentés ?), – et diverses autres initiatives, et notamment des grandes tournées nationales pour rassembler le peuple, et jusqu’à des virées internationales (invitation à Budapest acceptée). Entend-il faire une campagne “à-la-Trump” ? Battez le fer tant qu’il est chaud ! Sonnez, trompette et trumpettes !

(Suite)

De l’embarras d’être né...

  dimanche 12 septembre 2021

12 septembre 2021 – Je ne peux cacher une seconde que c’est le titre du livre de Cioran qui m’a inspiré, jusqu’à songer un instant à le citer tel que, pour en faire le titre de cette page : ‘De l’inconvénient d’être né’. Cioran faisait de ce constat une tare irréversible, un facteur essentiel de la nature même de son propos. Pour mon compte, ‘L’embarras d’être né’ marque plus un constat de circonstance : “De l’embarras d’être né” dans ce temps, qui s’est transformé en ces “temps-devenus-fous”, où je n’ai pas ma place, sinon celle d’un observateur précis, critique, ironique, impitoyable, mais surtout placé à bonne distance, avec toujours l’arme de l’inconnaissance à portée de la main, pour ne pas risquer d’être pris dans leur marigot qui, une fois effleuré, vous saisit et ne vous désenchaînera plus.

Mon “embarras d’être né” et d’avoir tenu jusqu’à ces “temps-devenus-fous” ne figure qu’un sentiment disons objectif et sans conséquence opérationnelle, sans un instant abdiquer ni capituler. Je reste au milieu de vous et de nous, avec vous et avec nous, sans plus rien reconnaître ni de vous ni de nous. Mais je n’abandonnerai personne, bien que ma position d’observateur de Sirius me le permettrais, car j’ai une mission qui m’oblige en même temps qu’elle m’honore. Quel paradoxe, dans de tels temps-devenus-fous, mais aussi quel signe de la résilience de l’“âme poétique”, de ressentir encore et toujours un devoir de mission qui se nomme obligation et un sentiment d’accomplissement qui se nomme “honneur”. Tout cela fonde ma liberté, dans une mesure inimaginable aujourd’hui, par comparaison à ce qui nous en est laissé.

C’est pourquoi, grâce à cette mission et grâce à cet honneur, je me sens absolument capable d’observer ces temps-devenus-fous, sans rien craindre pour moi. La mort saisira en moi un être qui jamais n’abandonna, tandis que ce qu’il reste de vie donne à cet être l’ardeur et même la jubilation de chercher et de trouver avec une sûreté complète les signes du renouveau de la Grande Santé (Nietzche en parlait bien, lui qui traîna toute sa vie de terribles maladies) ; et cette Grande Santé, paradoxe sans surprise, il la retrouve dans ce qu’il observe de la désintégration et de la chute irrémédiable d’une civilisation qui est la sienne.

(Suite)

L’étrange cadeau d’anniversaire : “Covid9/11”

  samedi 11 septembre 2021

11 septembre 2021 – Il y a encore des bribes d’émotion chez certains lorsque, dans un de ces multi-talk shows des réseaux d’info, le meneur de jeu demande à ses invités (parmi ceux que j’ai vus, vous les connaissez bien, un Pierre Lellouche ou un Dominique de Montvallon) : vous rappelez-vous ce que vous faisiez le 11 septembre 2001, lorsque l’attaque eut lieu ? Il y eut de l’émotion dans l’air (« Nous sommes tous Américains »), pour quelques secondes précieuses comme des pépites qui sont des choses rares et coûteuses. Chacun témoigna qu’il avait été touché au cœur, deviné sur l’instant que “c’est la guerre”, compris qu’on basculait en un instant “dans une nouvelle époque”.

Si l’on m’avait posé la question, j’aurais répondu “J’étais en train de tondre la pelouse” ; et ce que je pensais lorsqu’on m’annonça la nouvelle : “Rien, sinon que les histoires de terrorisme ne m’amusent guère”. D’ailleurs, je l’ai déjà écrit et n’en retire pas un mot...

(Suite)

T.C.-99 : Situation de notre effondrement

  vendredi 10 septembre 2021

10 septembre 2021 – Une “situation de notre effondrement” est pour mon compte une bonne mesure de santé mentale, une mesure sanitaire de notre jugement politique, une sorte de thermomètre de l’évolution de cette pathologie du désordre du monde dont nul vaccin dû à la Science auto-satisfaite des hommes ne viendra à bout. Tout cela est décrété sans hésiter dans mon chef puisque “effondrement” il y a comme j’en juge désormais sans la moindre restriction, et cet effondrement perçu justement comme un très-rarissime, sinon le seul fait ‘objectif’ qui s’impose à nous tous dans cette situation pourtant réputée comme un temps exclusivement de quasi-subjectivité.

(Ainsi verrait-on dans cette proposition qu’un sentiment subjectif, – le mien, – auquel l’esprit accorde tout son crédit peut convoquer un ‘fait objectif’ d’une colossale puissance.)

Même si c’est le seul ‘fait objectif’, on conviendra en effet aussitôt qu’il est de taille et qu’il règle, consciemment ou inconsciemment, toutes les subjectivité de tous les individus du monde. C’est notre mesure collective, à la fois le dernier signe, conscient ou inconscient je le répète, de la possibilité d’une cognition collective en même temps que la seule certitude de cette cognition collective, celle d’un effondrement qui est la fin de quelque chose d’absolument essentiel. Si vous voulez, le legs d’une universalité de cognition qui nous est donné par l’agonie de notre simulacre d’universalité.

(Suite)

Naissance du Complexe Racism(o)-Industriel

  jeudi 09 septembre 2021

9 septembre 2021 – Révolution sémantique ! Minute triste également dans ces temps où, indignation et sarcasme épuisés, seule la tristesse du commentateur peut rendre compte de ce mélange de pure bêtise et de complète folie caractérisant notre temps ...

Nous avions le Complexe Militaro Industriel (CMI), l’acronyme majeur étant souvent accompagné ces dernières années de l’un ou l’autre ornement avec ses multiples variantes et ajouts que l’américanisme et l’américanisation nous offrent à profusion (Communications, Médias, Congrès, Hollywood)... Nous avons désormais le CRI, ou Complexe Racisme-Industriel ou Racism(o)-Industriel, intégrant le terme désormais universel de la folie raciste, racisée, antiraciste, etc.

J’ai hésité devant l’usage du suffixe “-o” qui est réalisé dans l’expression-mère de “Complexe Militaro-Industriel” venue du président Eisenhower. Mais les possibilités sont délicates et peu agréable à l’oreille, avec “racismo”, ou l’également possible mais pas mieux audible “racisto”,– ou comment traduire l’expression “racism-industrial complex”, je vous le demande... Je laisse cette grave question ouverte par l’emploi assez peureux et indécis de la parenthèse de Rasism(o), si l’un ou l’autre lecteur trouve une meilleure formule néologistisque à proposer...

(Suite)

RapSit-USA2021 : Entre wokenisme et talibans

  lundi 06 septembre 2021

La campagne de dénonciation des conditions du retrait US d’Afghanistan, autant que de la décision de ce retrait, continue. Une intervention intéressante est celle de l’historien Victor David Hanson, actuellement Senior Fellow de la Hoover Institution. Sa critique, aussi bien lors d’un passage (vendredi 3 septembre) dans l’émission de soirée en prime time de Tucker Carlson sur Fox.News, que dans un article du 5 septembre pour le même réseau, suscite quelques commentaires dans la mesure où elle s’attache aux conditions régnant dans les forces armées US et surtout dans le commandement

« ... “Il y a quelque chose de terriblement mauvais... Il y a quelque chose qui ne va pas du tout avec notre armée", a déclaré Hanson à ‘Tucker Carlson Tonight’ sur Fox News.

» “Je ne sais pas si c’est parce qu’ils sont distraits à cause de leur wokenisme, alors qu'ils sont en train d’enquêter dans les forces pour éliminer les potentiels ... suprémacistes [blancs], ou s’ils sont simplement incompétents, ou s’ils sont trop préoccupés par les conditions de reclassement [après leur retraite, ou “post-carriérisme”] dans les conseils d’administration des grandes entreprises de l’industrie de défense. Enfin et quoi qu’il en soit, nous avons besoin d'une enquête bipartisane sur nos hauts gradés et le système, [parce que] c’est un échec systémique et que cela nous coûte très cher”... » [...]

« Le jour même de l'attaque qui a tué des soldats américains [à Kaboul], le Chief Sergent-Major de l’armée des États-Unis nous a rappelé dans un tweet que la diversité est notre force, en commémorant non pas les morts mais la Journée de l’Égalité de la Femme. Si c'est le cas, alors le contraire de la diversité, – l’unité, – est-il notre faiblesse ? Cette attitude wokeniste [de la diversité] nous permettra-t-elle [la prochaine fois] de ne pas abandonner la base aérienne de Bagram au milieu de la nuit et sans pression ennemie ? »

(Suite)

De la “cause première” (suite)

  samedi 04 septembre 2021

04 septembre 2021 – Hier, en même temps que j’écrivais et mettais en ligne mon “cause première” premier du nom, le réseau Netflix mettait en ligne sa nouvelle série documentaire sur l’attaque du 11 septembre 2021, réalisée sans aucun doute pour “célébrer” la chose puisque nous arrivons à son 20e anniversaire : « Turning Point: 9/11 and the War on Terror ». Effectivement cette mise en ligne semble simultanée dans tous les pays couverts par Netflix, les  USA mis donc à peu près sur le même calendrier que les autres ; il ne pourtant pas voir de signe particulier dans cette simultanéité, Netflix et moi....

(Voir ici ou là aux USA, notamment  le 2 septembre 2021 et également le 2 septembre 2021, ce dernier avec ce titre : « Turning Point: 9/11 and the War on Terror: Netflix's sobering, harrowing series ».)

Je sais que le 20e anniversaire de cet événement et tout ce qui l’accompagne ne sont pas la principale préoccupation des Français qui sont en train de réaliser un nouveau-1789 autour de la cause vaccinale et anti-vaccinale. Pour autant et pour mon compte, je crois le sujet assez intéressant et d’une importance considérable pour y revenir et m’y attarder une fois de plus avant d’y revenir encore et encore tant je le crois également gros de grandes surprises à venir. Il est intéressant de constater, sorte de ‘reality-check’ pour moi si vous voulez, que le premier épisode de la série, après un très long prélude (15 minutes) consacré aux innombrables scènes catastrophiques et semées jusqu’à en être bouffies de lamentations sans fin de l’attaque dite 9/11, commence par des vues des forces soviétiques entrant en Afghanistan en décembre 1979.

(Suite)

De la “cause première”

  vendredi 03 septembre 2021

03 septembre 2021 – La durabilité des effets de communication (la seule chose comptant vraiment aujourd’hui) de la déroute afghane des USA, du bloc-BAO, de l’Occident, est en soi un événement remarquable. Je veux dire par là que, pour ce cas, la rapidité du phénomène de “la distraction de l’attention”, – ce qui signifie passer d’un sujet au suivant à cause de la puissance évolutive de la communication pour passer d’un sujet au suivant, – a été complètement mise en déroute par la résilience des réactions. On peut ainsi apprécier qu’on se trouve devant un cas important, un événement durable à bien des égards (notamment les plus importants, passant inaperçus, – normal) ; c’est en soi un événement d’importance pour le Système qui fonde sa tyrannie sur la surpuissance, dans ce cas l’hyper-rapidité de la communication.

Il n’est certainement pas inutile, puisqu’il y a une durée qui permet une analyse, de rechercher les composants, c’est-à-dire les outils de cette durée. Plus avant se pose donc cette question : quels sont les aspects de la crise d’effondrement de l’Afghanistan-BAO qui font que la communication s’y attache sur la durée, sous la forme de commentaires, de débats, d’appréciations sur les causes & les conséquences, etc. ?

(Je mets à part la parole publique, officielle et bombastique des dirigeants politiques qui, eux, ont complètement dépassé le stade et sont déjà sur d’autres sujets où ils brûlent de manifester l’indigence de leur dialectique et l’impuissance de leurs actes, — une façon d’exister malgré tout, pour eux.)

(Suite)

Vingt ans après

  mardi 31 août 2021

J’avoue que je préfère le vieux Dumas à la triste “guerre” d’Afghanistan, et Athos au général Pitt-McMahan. Cela est pour dire la piètre estime dans laquelle je tiens cette affaire, cette sorte de “Les Pieds-Nickelés en Afghanistan”, cette agitation indécente dont on rirait si elle n’était si tragique et encombrée de tant de souffrance que plus personne se sait où est passée la justice. Toutes ces choses sont bien connues, y compris la narrative, ou disons les narrative tant il y en eut, tournant autour du même thème, – lui, par contre, toujours le même, savoir que cette guerre est “absurde”, ou bien “ingagnable”, etc... Ce qu’elle fut, ce qu’elle est, ce qu’elle restera.

Curieux, du reste : les Américains ont imaginé une “sortie” exactement semblable, dans l’esprit, – mais certes pas dans les mêmes conditions, – à celle des Soviétiques en avril 1989. La sortie, hier, c’est la photo du dernier soldat embarquant dans le dernier C-17 de l’USAF, et cela tweeté :

« Le dernier soldat américain à quitter l’Afghanistan: le Major Général Chris Donahue, général commandant la @82ndABNDiv, @18airbornecorps, embarque à bord d’un C-17 de l’@usairforce, le 30 août 2021, mettant un terme à la mission US à Kaboul. »

(Suite)

Kaboul et le désert français

  lundi 30 août 2021

30 août 2021 – Voilà sans aucun doute une cause d’une peine profonde qui ressort parfois et s’empare de moi, avant de le céder à la confusion et à l’interrogation. Cela ne dure qu’un instant, mais cela dure pourtant et cela se répète. Je parle de ce que j’ai entendu, ou plutôt devrais-je dire “de ce que je n’ai pas entendu”, venu de la France à propos de l’Afghanistan, puis qui enfin a commencé à se dire.

Mais voyons cela d’un peu plus près.

De quoi parle-t-on ? Des risques de terrorisme à partir de l’Afghanistan ? De la “poussée migratoire” probable ? Des droits de l’homme (et de la femme, certes) face aux néo-talibans ? D’autres n’hésitent pas à prêcher dans le “désert français”, ou bien dans le “désert occidental”, comme fait madame Chantal Delsol, pour laquelle j’avais une belle considération, et qui nous chapitre, et dont je découvre qu’elle est peut-être sur une autre planète que la mienne...

(Suite)

Du nominalisme au complotisme

  dimanche 29 août 2021

29 août 2021 – On n’en a pas fini, et on n’en aura pas fini avant longtemps d’analyser cette “guerre” d’Afghanistan (les guillemets suggère ce que j’en pense), l’échec qui l’a caractérisée tout au long des opérations, et la catastrophe qui l’a conclue à ce stade de la séquence. Pour suivre sans trop s’ennuyer, et sortir, et hausser chacun de nos esprits, toujours menacé d’anesthésie, il faut chercher quelques commentateurs originaux ; il nous faut du “hors des sentiers battus”. William S. Lind est l’un de ceux-là, on peut le suivre sans craindre de se faire agresser.

On a déjà parlé de Lind sur ce site, assez souvent à une époque, moins (mais à peine, après tout) depuis qu’il s’est largement retiré du monde de la communication tout en maintenant une chronique régulière sur le site  où on le retrouve, qui fait un clin d’oeil aux traditionnalistes. C’est un spécialiste de l’histoire et de la technique des conflits, fameux surtout pour ses thèses sur la Guerre de Quatrième Génération (G4G) avec ses rapports avec les modèles des États faillis ; mais également, dans un mode plus spécifiquement historien, très intéressé par la Grande Guerre et attentif à mettre en évidence le rôle fondamental de la France bien souvent minoré et dédaigné par les historiens anglo-saxons suivant le train britannique qui attribue bien évidemment l’essentiel de la vertu opérationnelle et la gloire guerrière à l’armée de Sa Majesté.

Ci-dessous et pour mieux nous rappeler de lui, un extrait d’une présentation d’un texte de Lind, sous le titre général de « Vision de William S. Lind ». On y retrouve d’autres références plus lointaines de Lind sur notre site :

(Suite)

L’analogie de Dien Bien-phu

  vendredi 27 août 2021

27 août 2021 – Depuis hier, les événements se sont accélérés en Afghanistan, autour de l’aéroport de Kaboul. Désormais et il était temps, tout le monde en parle en tentant de se dégager des préoccupations immédiates et étroites ; et même si c’est pour souvent dire des sornettes, les choses au moins entrent dans les esprits pour les avertir qu’il s’agit d’un point de bascule, un point de rupture important. Plutôt dans un ordre contraire d’ailleurs :un point de rupture qui est aussi point de bascule, et point essentiel, fondamental, je dirais “civilisationnel” dans ses effets en cascade à attendre, mais très vite, dans le sens de l’effondrement d’une civilisation, – eh, la nôtre, certes !

Sur cette perspective, on verra par ailleurs et très vite, pour en dire ce qu’on en peut tenter de penser, et donc d’en dire avec précaution mais sur un bien plus vaste champ que celui de l’aéroport de Kaboul tout de même. Pour l’immédiat, hors de cette sorte de commentaires plus ambitieux, je m’attacherais à donner quelques indications impliquant des actes immédiats et surtout le climat où les choses évoluent à une rapidité confondante. Le système de la communication est là, dans toute sa puissance, pour nous presser comme jamais.

(Suite)

Nos larmes de crocodiles-BAO

  jeudi 26 août 2021

26 août 2021 – Pour moi, John Pilger est une gloire de notre temps, une vraie, et par conséquent gloire fort embarrassante pour nos élitesSystème. Son existence même, ses actes, ses engagements sont une pure et constante dénonciation de l’infamie. Ce chroniqueur-samizdat, inlassable défenseur d’Assange, fait partie de cette série transnationale, indépendante, volontiers progressiste dans un sens très inédit du mot puisqu’ennemie principale de tous les zombies en place du progressisme-sociétal que soutiennent le grand capitalisme postmoderne et les politiciens globalisés qui vont avec, et bien sûr ennemie central du DeepState, du Pentagone, de la CIA... Pilger est un ennemi du Système et un antiSystème sans fioritures.

Voulez-vous un examen plus approfondi de cet homme ? Allez voir son interview repris le 29 novembre 2019 dans ce Journal.dde-crisis. Je l’avais présenté en quelques paragraphes. J’en reprends quelques lignes ici, d’accès plus direct qu’en revenant à la page en question.

(Suite)

Les fractures béantes de la caverne

  mardi 24 août 2021

24 Août 2021 – J’aurais pu choisir comme titre, après tout : “les déchirures béantes du simulacre”. (Une habitude, ça, de parfois confier au lecteur, derrière le titre choisi, l’autre titre qui aurait pu être choisi : signe de la diversité et de la profondeur extrêmes des sujets traités... Et c’est moins la question du choix [de l’auteur] que la pression extrême de l’immense tourbillon crisique qui pare tous les sujets traités de ces caractères.)  Disons alors que “la caverne” est aussi un “simulacre”, et je crois que nous ne sommes pas loin du vrai.

Ci-dessous,  je me permets de me référer à un texte d’Arnaud Benedetti (*) qui décrit ce qu’il juge être l’action de ce que je nomme les “élitesSystème“ face à la révolte “anti-passe” considérée dans une continuité montante et résonante de révoltes populaires dont l’une des grandes étapes fut bien entendu les “Gilets-Jaunes” (GJ). Benedetti fait remarquer, et c’est parfaitement mon avis et mon propos, que « Les mobilisations anti-passe sanitaire disent bien plus des élites que des manifestants » ; et ce qu’elles nous en disent est caractérisé par un paragraphe de la fin du texte :

« ...[U]ne pensée élitaire qui, prise aux pièges de ses contradictions et de son impuissance, n’hésite plus à recourir à des procédés massifs de persuasion pour faire valoir le bien-fondé de sa politique et démonétiser sans autre forme de procès les segments qui s’inquiètent des conséquences de l’action publique. Le mépris et la propagande sont le sceau de pouvoirs affaiblis qui se durcissent sous le poids d’événements qu’ils ne maîtrisent pas ou peu. »

(Suite)

De Joe à Kaboul & retour

  samedi 21 août 2021

21 août 2021 – Une fois l’interview avec Stephanopoulos bouclé, Joe Biden s’est précipité vers son hélico officiel, le ‘Marine One’ (comme il y a ‘Air Force One’) pour reprendre ses vacances dans sa cabane (son “bunker” disent certains) du Delaware. Puis il est allé à Camp-David. (Ou bien est-ce le parcours inverse ?) Il est revenu à Washington pour une conférence de presse mâchouillée et dénoncée, notamment par des petites mains de la presseSystème (on a déjà vu cela) dont il laissa bien des questions sans réponses. Il devrait être reparti en vacances, je ne sais, – d’ailleurs, c’est vrai, on ne sait plus très bien, il change d'avis tout le temps...

Par ailleurs et pour en revenir à l’interview d’ABC.News, de George Stephanopoulos qui était censé être un ami et qui ne le fut guère, le ‘Daily Wire’ a obtenu le verbatim de l’entretien, avec les 900 mots (en questions-réponses) qui ont été coupés et ne sont pas passés dans l’émission. Censure ? Non pas, non pas du tout, – simplement, et “normalement” dirait-on, incohérence gênante du président.

Je me suis essayé à traduire un passage, tel qu’il est présenté lui-même par WorldNetDaily [WND] et tout est de la même eau...

The Second Civil War

  jeudi 19 août 2021

19 août 2021 – Derrière la catastrophe de Kaboul, dont certains nous assurent évidemment qu’elle est une manipulation modèle-standard et un complot comme convenu entre-soi, – derrière donc est en train d’apparaître un problème du style ‘dégât collatéral’ qui va peut-être bien nous occuper à plein temps. Il s’agit des réfugiés afghans, ceux qui nous aidèrent et qui fuient le nouveau régime, que nous allons devoir accueillir. Les Français y pensent, avec dans le rôle du gardien-chef, le martial sinon impérial président Macron, portant sur son macaron de revers, en un clin d’œil et un tournemain, le pouce levé : “2022 ! – Make France Great Again”. L’enjeu est de grande taille.

Les Américains font de même, avec une mauvaise humeur évidente, comme le montre Tucker Carlson, l’homme-phare de FoxNews et de la télévision US en général. Carlson pense qu’on ne pourra penser à l’accueil d’Afghans qu’une fois tous les Américains sortis de ce guêpier. Je vous dis, moi, que nous tenons là un débat qui tiendra sa place... Mais plus encore d’ailleurs, car tout cela, cette introduction avec un zeste d’ironie, ce sujet, tout cela est préparé bien entendu pour vous conduire là où je voudrais que vous alliez.

Avez-vous vu le film devenu téléfilm de Joe Dante, ‘The Second Civil War’, de 1997 ? Cela est traité dans le style parodique et satirique, grinçant et burlesque, souvent assez drôle à très drôle, avec des numéros excellents (James Coburn en spin doctor [conseiller de communication] du président des USA). L’histoire est celle d’un enchaînement-bouffe menant à une “seconde Guerre de Sécession”, à “notre époque” (à l’époque du film, c’est-à-dire durant les deux mandats Clinton suivant la fin de la Guerre Froide).

(Suite)

Un jour-taliban dans la vie de l’Afghanistan

  mardi 17 août 2021

17 août 2021 – Le calme a donc succédé à la tempête. Des divers signes contradictoires qu’on avait pu observer chez les talibans, se sont affirmés les plus apaisants. Certes, l’héroïsme occidental reste sur ses gardes et l’un ou l’autre journal “d’opinion“ (je veux dire ‘L’Opinion’, en l’occurrence et par exemple) dit, sans vraiment expliquer la logique opérationnelle à laquelle il se réfère, que les talibans sont moins puissants que la conquête-éclair de Kaboul ne le laisse croire [aux naïfs, me dis-je].

Cette faiblesse ainsi avérées dans l’esprit du Grand-Juge de la modernité-tardive et de sa moraline, – plus je l’emporte vite, moins je suis fort, – explique que les talibans veulent « amadouer la population » en promettant « un gouvernement islamique inclusif » et l’amnistie pour tous les fonctionnaires du régime défait ; mais puisque charia il y a terreur il y aura, nous explique cette logique.

D’ailleurs et au reste, c’est bien l’avis du Pentagone, qui annonce que le secrétaire à la défense Austin pense fort judicieusement que l’installation du régime taliban signifie le développement de nouvelles capacités terroristes absolument terrifiantes en Afghanistan. Il semblerait donc qu’il faille se préparer de toute urgence à faire face à de nouvelles menaces, – en plus de celle, toujours aussi terrible, des suprémacistes blancs du Capitole, du 6 janvier 2021. Qui peut douter de cet avis du ministre Austin, se référant aux formidables capacités prévisionnistes de Washington D.C. quant aux capacités des talibans ? La preuve, ou plutôt les preuves (des capacités du Pentagone et de la barbarie talibane) ?

(Suite)