Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Zeus, l'Olympe devient glissant

  jeudi 20 juillet 2017

20 juillet 2017 – Je vais jouer au “franc-jeu de la chronologie”, non par devise de bon esprit mais parce qu’on trouvera dans ce procédé autant mes réflexions sur l’affaires (la “crise“ devenue crise, on verra plus loin) que mes réactions devant les effets de l’affaire devenue cette crise. Je parle du brouhaha français, considérable et significatif, accompagnant la démission du CEM (Chef d’État-Major), le général Pierre de Villiers.

D’abord et dès appris la nouvelle, hier matin, j’écrivis ceci qui donne ma première impression :

 

« Ce monsieur Arnaud Benedetti, qui est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne, a fait un texte assez juste sur le baston Macron-Villiers, le 17 juillet, sur Figaro-Vox, deux jours avant la démission du CEM. Le thème, repris par d’autres, est assez classique : “quand l’on est un vrai chef, on n’a pas besoin de le dire”, “l’autorité n’est pas quelque chose qui se dit mais quelque chose qui se fait sentir”, etc. Le titre du texte de Benedetti, c’est « N’est pas de Gaulle qui veut », et l’entame (alors qu’on ne connaît pas encore la décision de Villiers, qui aggrave considérablement la “crise”), c’est ceci :

» “En quatre mots : ‘je suis votre chef’, le tout jeune Président vient de déclencher peut-être l’une des crises les plus aiguës, toute proportion gardée, entre le pouvoir civil et l’institution militaire depuis Avril 1961, date du putsch avorté d’Alger ...”

(Suite)

Destin (?) de Macron

  lundi 17 juillet 2017

17 juillet 2017 – Il y a eu cette rencontre Macron-Trump, comme il y avait eu une rencontre Trump-Poutine, comme il y a eu également une ou deux rencontres Poutine-Macron, et la perception qu’on a de ces rencontres, – quoi qu’il en soit de leurs contenues, – et cette même ligne essentielle d’une entente des trois hommes notamment sur le sujet symbolique de la façon de résoudre la question syrienne. Je ne crois pas une seconde que cela la résoudra, cette question syrienne, je vous parle de perception et vous invite à découvrir ce qui unit les deux partenaires de Macron : ils sont les deux protagonistes, – involontaires, réticents, incrédules, etc., qu’importent leurs humeurs, – de l’énorme simulacre qui déchire Washington D.C., et ce simulacre animé par une pression  incroyable d’une force quasi-divine, – ou disons complètement diabolique, si vous voulez bien et pour être plus juste, – qui est la haine que le Système porte à Trump (et, au-delà mais vraiment très serré, à Poutine également, au nom d’un antirussisme qui est de la même catégorie haineuse)... Par conséquent, Macron est dans cette galère-là.

Ne cherchez aucune attitude rationnelle d'explication à développer pour expliquer ces quelques observations de départ, aucune ne peut résister à la puissance de la communication et à la contraction monstrueuse du Temps qu’elle suscite, et par conséquent à l’accélération folle de l’Histoire. Cette contraction-accélération est telle qu’il arrive qu’on ne la mesure plus ni ne la ressente, comme avec cette comparaison que j’affectionne de l’immobilité du calme absolument paradoxal qui caractérise l’œil du cyclone alors que l’on se trouve au cœur de la force titanesque de la tempête. Par conséquent, si l’on n’y prend garde on n’y voit que du feu et si vous parlez au quidam moyen de la rapidité folle de l’Histoire, il vous regarde comme on contemple un excité incontinent. Passons...

Les autres acteurs ? Il y a les Chinois assurant leur stature de discrète première économie du monde et, pour rester dans le champ des USA qui doit tous nous intéresser parce qu’en matière de crise c’est là que tout se passe, je serais bien poussé à penser qu’ils vont développer leurs liens avec ce que Madsen nomme The United States of Pacific, en y adjoignant des relations à développer avec le Canada, le Mexique, l’Australie, etc. Vis-à-vis de Washington D.C., les Chinois restent sur la réserve et n’ont pas de tendresse particulière pour Trump qui est le souffre-douleur de Washington D.C. Ils s’arrangent très bien avec Merkel qui déteste Trump, mais elle sans le dissimuler et donc dans un sentiment différent des de celui des Chinois.

(Suite)

Une histoire de l’Allemagne

  jeudi 13 juillet 2017

13 juillet 2017 – Voici une histoire de l’Allemagne qui n’a rien d’officiel, rien d’académique, rien d’estampillé conforme, rien de scientifiquement historiographique selon les canons de la chose. Mais elle ne me semble pas absurde et elle correspond complètement à une logique qui rejoint ma propre intuition métahistorique telle que je tente de l’exposer, notamment dans La Grâce de l’Histoire, à partir de l’événement dit du “déchaînement de la Matière”.

La chose vient d’un livre d’un nommé Jean Bardanne (de son vrai nom Jean Bauret), auteur prolifique et totalement inconnu, ou dans tous les cas complètement oublié. (Je parle là de ma propre expérience.) Né sans doute en 1894, il a publié près d’une trentaine de livres dont le dernier, semble-t-il, en 1952. La plupart d’entre eux, publiés entre les deux guerres, portaient sur l’Allemagne et faisaient partie de ces livres en si grand nombre, essentiellement sinon exclusivement de droite, très antiallemands, qu’on s’est empressé d’étouffer et d’oublier depuis parce qu’il n’est pas très sexy voyez-vous qu’on puisse se rappeler qu’entre les deux guerres ce fut la droite jusqu’à l’Action Française ô combien qui fut farouchement anti-allemande. (Même chose pour la résistance, et notamment les débuts de la résistance venus en très grande majorité de la droite et de l’extrême-droite, – pas sexy non plus.)

Il est difficile dans cette sorte de livres que publiait Bardanne de distinguer la fiction de la réalité, comme il est difficile de donner une appréciation de la fiabilité des sources, comme il est très-difficile j’en suis sûr de considérer Bardonne comme un auteur “sérieux”. Même lorsqu’il s’affirma jusqu’en 1941 comme un maréchaliste modéré, ce qui pourrait remplir de satisfaction nos moralistes courants de la presseSystème, il le fit en dénonçant furieusement la collaboration et resta constamment un ennemi de l’Allemagne, comme il s’affirma dans toute sa carrière (ses livres sont essentiellement politiques) comme un dénonciateur du danger allemand... Pas “sérieux” même dans la collaboration, mais patriote.

(Suite)

Humeur de crise-37

  mercredi 12 juillet 2017

Ayant pris pendant la campagne des présidentielles l’habitude de voir les réseaux TV d’information français, j’y cède encore un peu ces temps derniers, à l’une ou l’autre occasion. Je suis stupéfait et peut-être un peu scandalisé, mais finalement pas si étonné, de voir combien la France continue plus que jamais, jusqu’à la démence dite sur un ton très professionnel, à étudier et à examiner son nombril avec une passion et une minutie peu communes. Ils sont toujours dans le paroxysme et leur crise et il importe absolument que la France s’en échappe enfin, retrouve les autres, sorte de son cloaque franco-français et bien parisien pour accomplir la réforme bienheureuse derrière laquelle elle court depuis des décennies. La question me vient candidement aux lèvres, enchaînant sur d’autres : que croient-ils donc ? Qu’ils sont le centre du monde comme ils l’ont toujours été ? Que le monde entier attend, avec fièvre et impatience, que la France rejoigne enfin le troupeau de la globalisation heureuse ?

Les Français voient-ils ce qui est en train de se passer aux USA, à Washington D.C. ? Rien du tout. Ils s’occupent de la “civilisation”, c’est-à-dire d’eux-mêmes. Ils ignorent complètement, sinon pour répéter comme des perroquets l’une ou l’autre affirmation hystérique venue de leur presseSystème bien-aimée de Washington D.C. ou bien de The House of Cards, avant de se replonger dans les délices constitutionnels de la France macronienne.

Ils ne voient rien de la crise du pouvoir de l’américanisme qui ne cesse d’enfler, de se constituer avec une puissance inimaginable, de s’établir dans la fureur déconstructrice sur la durée, je veux dire sur la durée qu’il faudra pour que tout cela enfin se volatilise en une explosion dont personne ne sait ni la composition ni la puissance. Voyez ce texte de Wayne Madsen sur la “dévolution des États-Unis”, qui prend des proportions extraordinaires, et Madsen terminant, et encore très optimiste je trouve : « C’est la situation six mois après que l’administration Trump soit en place, et les politologues doivent se demander s’il y a aura encore des États “Unis” à la fin de cette administration... »  Interrogé sur le fait de savoir quand s’achèvera le Russiagate, Ray McGovern, ancien analyste de la CIA devenu dissident observe : « La probabilité, c’est que cette affaire dure au moins pour les trois prochaines années ».

C’est-à-dire que sous vos yeux se défait à une stupéfiante vitesse cette puissance énorme dont dépend toute l’architecture politique et financière, et surtout l’équilibre psychologique de notre époque et de la postmodernité d’une façon générale. Au-delà, c’est le vide, l’abysse, la terra incognita et nul ne sait ce qui surgira de ce cloaque sans fond. En attendant, voyons voir & entendre ce qu’a voulu dire le premier ministre Philippe à la tribune, et entendre & voir si les héroïques députés LR se sont divisés en trois, quatre, cinq ou six groupes constructifs.

Klara pour l’éternité

  vendredi 07 juillet 2017

07 juillet 2017 – Il y a un peu plus de six ans, Margot nous avait quittés, après une affreuse agonie où elle avait montré cet héroïsme qui reste dans mon âme comme le dernier don de soi. J’avais écrit à ce propos, comme on peut les lire, quelques lignes pour la saluer comme on salue un être sans pareil, « pour qu’elle repose en paix ». Une autre beauceronne, Klara, était arrivée chez nous quelques mois plus tard, âgée de trois mois, pour suivre les traces de Margot. J’en ai parlé parfois dans les pages de ce Journal. Elle se révéla être une compagne d’une gaieté, d’une joie de vivre et d’une fière allure, qui fit renaître en moi une sorte de bonheur que je ne croyais plus possible après celui que j’avais connu avec Margot.

Hier, Klara nous a quittés, au contraire de Margot d’une façon abrupte, impossible à prévoir parce que sans le moindre signe avant-coureur ; mort douce pour elle je crois parce que dans son sommeil et d’une telle cruauté pour nous, d’une si affreuse brutalité. Quatre heures avant, elle et moi nous accomplissions le rituel commun de la promenade de l’aube dans cette forêt où nous n’avions que des amis, que j’avais arpentée tant de fois avec Margot. L’aube dans la forêt est un moment où l’on croit à la renaissance du monde.

Hier matin, tout était comme chaque matin, notre marche à l’unisson, notre rythme en commun, les mêmes arrêts et les mêmes élans, les discours qu’il m’arrivait de faire comme si elle pouvait m’entendre et me conseiller. Il y avait de l’équilibre, de l’ordre et surtout de l’harmonie dans ce cérémonial qui célébrait la liberté de notre affection commune. Comme chaque fin de nuit si difficile pour moi, avant l’aube où tout le reste pèse, ce moment était aussi une résurrection pour moi dans laquelle la magie de Klara n’était pas pour rien.

(Suite)

Cry For You, United States

  mercredi 05 juillet 2017

Nous ferions bien et bien mieux d’envisager cette question, dont la réponse est loin d’être simple et proche d’être apocalyptique : “Que ferons-nous sans l’Amérique, c’est-à-dire sans l’American Dream, nous qui semblons ne plus avoir le courage d’exister par nous-mêmes ?” J'ai employé à dessein le futur (“que ferons-nous ?”) et nullement le conditionnel (“que ferions-nous ?”) comme il aurait été de bon ton de faire dans le monde des prévisionnistes rationnels.

En effet, c’est bien le cas ....  Lire le même jour, – et quel jour, le 4 juillet, la Fête Nationale des États-Unis d’Amérique, qui est le jour où l’on a coutume de célébrer la Grande République, – deux textes écrits par deux grands esprits de la politique aux USA, deux vieux sages, peut-être les deux seules voix de vieux sages existant encore dans la Grande République... Le premier s’intitule, et c’est une question dont on serait si tenté de répondre “poser la question, c’est...” : « Is America Still a Nation ? » ; et le deuxième s’intitule, et c’est évidemment la réponse à la question : « We Must Declare Independence ». La question était de Patrick Buchanan, la réponse de Ron Paul. Les deux hommes, c’est visible, c’est lisible, c’est sensible, cela n’a nul besoin de traduction, les deux hommes ne supportent plus ce qu’est devenu leur pays et qui, par conséquent, n’est plus leur pays. Ils représentent la tradition qui condamne irrémédiablement ce cloaque infâme en quoi la modernité a transformé leur pays.

(Suite)

Un nouveau PoDemPope est appelé à régner... “Araignée” ?

  lundi 03 juillet 2017

Même WhatDoesItMean (*) en a fait de gorges chaudes, ou plutôt un scoop de plus. Il n’est plus nécessaire de faire appel aux soucoupes volantes, à E.T. et toute cette sorte de choses pour ce site fameux pour son ésotérisme plein pot peut-être mâtiné de manœuvres cachées et complotistes qui me font sourire mais sans les juger absolument dérisoires ; enfin, veux-je dire, plus besoin des “petits hommes verts” du temps de l’adolescence de ceux qui furent mes enfants, d’ailleurs la chose est réservée désormais et plus drôlement aux hommes de Poutine se saisissant de la Crimée et foutant une trouille extra-atmosphérique à l’OTAN...

Aujourd’hui la Fantasy-fiction c’est la réalité, ou disons la narrative du simulacre de la réalité, si vous voulez, enfin quelque chose d’approchant puisque tout cela revient au même, mais une narrative si audacieuse qu’elle donne au simulacre des allures de conseil d’administration. En plus, WhatDoesItMean cite ses sources, comme vous et moi, nous qui sommes si sérieux, ce qui montre bien la solidité du sérieux du simulacre et de sa Fantasy-fiction...

Cela donne, pour ce qui nous occupe, ceci qu’avec le passage des deux milliards d’abonnés, le Papoderne, Sa Post-Sainteté Mark-The-First Zuckerberg vient d’annoncer que Facebook c’est comme une religion ; et je dirais, c’est moi qui précise, que c’est même mieux qu’une religion, que c’est une super-religion qui devrait être considéré comme une hyper-religion, qui devrait devenir religion à la place des religions, et en plus et parce que religion pacificatrice puisque remplaçant les machins monothéistes qui nous gonflent un peu avec leurs prétentions à l’exclusivité de la marque, droits d’auteur, droit de regard,  décapitations et ainsi de suite.

(Suite)

Pleurs & tremblements extasiés

  jeudi 29 juin 2017

Rompant avec mes habitudes de vieil ours chauve perdu dans les bois hors-postmodernité, je regardai mardi en fin d’après-midi l’émission machin-truc de l’inimitable Calvi Gérard sur le segment royal de 18H00-20H00 sur LCI, et je suis sûr qu’ailleurs à la même heure ce devait être pareil car ainsi fonctionne notre univers de la communication-Système. (Aligné, plié, pas un pli pour dépasser, ne veux voir qu’une tête, n’entendre qu’un soupir, et ce sera ce soir-là celui de l’extasié bonheur.) On nous avait montré auparavant, vers 15H00-17H00 – j’ai beaucoup lambiné devant la TV avant-hier après-midi, parce que le temps était à l’orage et que ma chienne Klara en a grand’peur, en conséquence de quoi je reste près d’elle, – nous eûmes donc un spectacle considérable de la tradition même, haut en couleur et de grand intérêt ethnologique, les us & coutumes, et le vote dans toute sa chorégraphie solennelle, pour l’élection du Président de la nouvelle Assemblée Nationale de la République & du Peuple. C’est de cela qu’on parlait, chez Calvi Gérard.

Non, plutôt, on parlait de ceci, soudain la chose m’étant apparue à moi qui suis toujours en retard sur mon siècle, – de ceci que cette Assemblée-là comprend autour de 40% de femmes, presque la parité ! Mille sabords, quelle aventure... J’en fus sitôt retourné ! Qu’on me comprenne bien, aussitôt, et qu’on n’aille point me faire quelque méchant procès en LGTBQ-déficient, j’en serais affreusement marrie. Je n’ai rien contre les femmes, contre les homos, les trans, les lesbs, les multi, les couleurs brun, black, jaune, orange, bleue et même blanc, et en plus j’adore les animaux à un point que vous ne pouvez imaginer.

(Suite)

Êtes-vous bordel-compatible et Poutine-compatible ?

  jeudi 22 juin 2017

... La réponse enthousiaste à la première partie de la question-titre est “oui, oui, oui, mille fois oui”. Les aventures de Macron & Bayrou se poursuivent, comme sur un circuit de rallye tourmenté, avec le départ-surprise du second suivant celui de ses archers du Modem. Cela venait après un fabuleux score de non-participation et l’annonce d’une hyper-majorité de quasi-450 sièges le 12 juin, pour se trouver avec un score ultra-fabuleux de non-participation (effectivement, 63% comme l’observe un juste-lecteur) et une majorité absolue effondrée à à peine plus de 300 sièges.

La politique établit tous les records possibles, y compris celui de la vitesse et de la maestria de l’émergence-surprise d’un nouveau jeune homme d’État et la déstructuration éclair et massive de la réputation de l’infrastructure sur laquelle il installe sa nouvelle gloire. Le nouveau président préside à toutes les nouveautés possibles, y compris, dès le début, comme on vous donnerait la cerise avant le gâteau, celle de faire de son début de quinquennat une forme nouvelle de grande politique, dite “bordel-compatible”.

J’entends quelques commentateurs qui continuent à pérorer sans s’étonner, imperturbablement, à propos de l’habileté de se président qui a réussi à provoquer une fracture chez les LR entre “bordel-compatibles” et les autres, jusqu’à ce bruit-sornette qui a couru pendant quelques heures, qui m’a absolument stupéfié et tétanisé, qu’on pourrait reprendre cette vieille moule pourrie de Raffarin pour lui fourguer un maroquin (type particulier de Maghrébin) ; heureusement, ce n’était qu’un maroquin-sornette... Mais aussi, très remarquablement, j’en entends l’un ou l’autre, pourtant franchement presseSystème (LCI), se demander si l’on n’a pas inventé le tourbillon politique de la folie qui ne s’arrête jamais.

(Suite)

En attente

  lundi 19 juin 2017

Il y a un certain temps déjà que je me préoccupe de mon absence de jugement, et pour tout dire d’absence de sentiment vis-à-vis de ce nouveau président. J’ai fait une entorse à cette attitude psychologique lors de la visite de Poutine à Versailles, mais je crois que c’était plus à cause de Poutine qu’à cause de Macron, et que c’était conjoncturel plus que structurel.

Hors cela, le phénomène subsiste ; je veux dire qu’il subsiste, après son installation au pouvoir et malgré les législatives ; ou bien est-ce à cause des législatives avec ces résultats en dents de scie, d’une énorme majorité promise de “Chambre introuvable” au premier tour devenue majorité beaucoup plus équilibrée entre les deux tours ; ou bien est-ce à cause du poids écrasant de l’abstention qui n’a cessé de grandir, qui laisse à chacun la liberté embarrassante de lui trouver une explication comme lorsqu’on se trouve devant l’énigme du Sphinx : l’irrésistible attrait de la pêche du dimanche ou le silence de la révolte qui se prépare ?

Comment exprimer cela ? Il n’y a aucune antipathie, mais pas non plus de la sympathie, non rien d’arrêté dans mon chef vis-à-vis de lui. Il m’est extrêmement difficile de dire “président Macron”, ou “président de la République” et “président de France” à son propos, non par sentiment de rancœur, d’insurrection, d’illégitimité, mais par difficulté de perception, parce qu’il m’est difficile de sortir des clichés qui m’ont envahi l’esprit, du “jeune homme“ au “gamin”, et qui effectivement dénotent cette absence de sentiment, donc de jugement. Chaque fois que je le vois, c’est comme si c’était la première fois que je le voyais, et j’ai de ces exclamations dont je ne peux me déprendre malgré qu’elles soient déraisonnables et qu’elles pourraient laisser croire que mon jugement s’est retranché dans le sarcasme ou la caricature : “Tiens, qu’est-ce qu’il fait là, ce gamin ?”, ou bien “Quel jeune homme de belle allure, bien conventionnel, tout à fait propre sur lui, on en ferait mille comme lui et pourtant c’est lui qui se trouve là, – mais que fait-il donc là ?”

(Suite)

« La Californie est un État souverain »

  samedi 17 juin 2017

Du temps où je travaillais encore paisiblement et dans les normes du Système, dans les années 1970, Jerry Brown était une des vedettes type people-politicien de la gauche contestataire, surtout à partir de 1975 lorsqu’il devint gouverneur de Californie. Il était anti-guerre, pas contre la marie-jeanne, environnementaliste, contre les grosses Corporate, en fait très en phase avec la Californie des hippies & Cie et du Hollywood New Age (et, bientôt, de Silicon Valley). Il disparut de notre attention vigilante en 1983 (fin du deuxième mandat de gouverneur) pour revenir au premier plan, type-Come Back Kid, à nouveau gouverneur de Californie à partir de 2011, toujours gauchiste de salon, environnementaliste, ostensiblement original comme marque de fabrique. Cela dit, et pas du tout gratuitement, on sait aujourd’hui que Brown dirige une fronde qui me remplit du plus grand intérêt, sinon d’une joie à peine dissimulée, tant elle est à finalité sécessionniste.

(Pour moi, la sécession, ou toute autre forme de fragmentation des USA, est la seule circonstance pouvant entraîner un choc assez formidable pour frapper le Système au cœur. La fragmentation des USA, c’est la déconstruction du simulacre fondateur de la modernité et opérationnalisant le Système, soit la déconstruction de l’artefact déconstructeur systémique de l’ordre, de l’équilibre et de l’harmonie du monde.)

Depuis fin mai, Brown est la personnalité la plus marquante d'une fronde majeure, la United States of Climate Alliance (USCA), avec au départ trois États (Californie, New York, Washington) qui sont devenus 11 (en plus, Vermont, Massachusetts, Connecticut, Oregon, Colorado, Hawaii, Virginie et Rhode Island). Lorsqu’on a parlé de « dés-union climatique » sur ce site, le 4 juin 2017, je pensais beaucoup plus à une dés-union des USA qu’à la dés-union la plus apparente, celle du bloc-BAO, entre Europe et USA, à propos de l’Accord de Paris. Et puis, passé l’emportement de 2-3 jours qui marque cette sorte d’événement durant sa phase d’apparence considérable, c’est-à-dire passée son apparence on n’en parla plus guère. Comme je dépends d’un flux extraordinaire de nouvelles dans tous les sens, concernant autant de crises folles, j’ai donc perdu de vue le cas du USCA... (Et encore, parlant de “flux extraordinaire” je parle bien entendu de la presse antiSystème, la presseSystème s’agitant dans le cloaque de son simulacre, aucun intérêt sinon celui de taper dedans à l’occasion.)

(Suite)

Simulacre-USA, à l’origine

  mercredi 14 juin 2017

Il est entendu que John “Black Jack” Pershing débarquant du bateau et posant le pied sur le sol français, et proclamant “Lafayette, We Are Here” (ce qu’il n’ jamais dit, la chose ayant été dite avant lui par Charles E. Stanton et réattribuée, mythe déjà en formation, à Pershing par un officier des RP) ; les Sammies défilant par milliers dans les villes françaises en 1917, les journaux français chantant la gloire de la bannière étoilée illustrent l’événement du début de l’hégémonie de communication des USA sur la France (sur l’Europe), qui s’illustre par l’acte décisif qui permit la victoire de 1918. Je ne discuterais pas la première proposition, mais en remplaçant le mot “hégémonie” par l’expression “simulacre d’hégémonie” ; quant à la seconde, elle est outrageusement fausse, un mythe, une idole de la nouvelle religion transatlantique à laquelle la France en premier fit acte de “servitude volontaire”.

Il est important de déconstruire cette architecture subversive de déconstruction de la vérité historique (“déconstruire une déconstruction”). Il est essentiel de  savoir que les USA jouèrent un rôle opérationnel très mineur, – à peine supérieur à celui des valeureux Belges, qui sont tout de même dans une autre échelle de puissance, –  dans la victoire de 1918. Au contraire, cette victoire fut assurée pour l’essentiel par une armée française irrésistible, absolument transformée, reconstituée, renée en une puissance opérationnelle, humaine et industrielle, comme la première armée du monde après la terrible année 1917 (Le Chemin des Dames suivi des mutineries) ; et l’armée française secondée dans l’irrésistible victoire stupidement sacrifiée sur l’autel d’une diplomatie où la trahison s’exprima de tous les côtés chez les Alliés, par la participation étonnante de puissance et de courage de l’armée italienne contre l’Autriche-Hongrie.

Un petit bouquin qui ne paye pas de mine vous règle tout cela, allant dans le sens que j’ai toujours eu intuitivement à partir de certains faits militaires avérés. L’intérêt du Mythe du Sauveur AméricainEssai sur une imposture historique de Dominique Lormier (*) est dans ceci qu’il nous donne une synthèse rapide du phénomène (l'imposture), charpentée sur une multitude de détails essentiels et de citations venues des archives, sur les effectifs, les matériels, la répartition des forces, les opérations et les chefs qui les dirigèrent, durant cette période décisive entre la fin du printemps 1918 (avril-mai) et l’armistice du 11 novembre. Une place essentielle est faite sur la posture des forces américaines, leurs effectifs, leurs opérations, leur comportement.

(Suite)

Une insurrection postmoderne

  lundi 12 juin 2017

On aura bien entendu que ce texte d’hier soir dans ce même Journal-dde.crisis, ce “billet” était de la sorte qu’on dit “d’humeur” mais il n’en contenait pas moins l’observation de faits, non plutôt d’une vérité-de-situation qui a des aspects novateurs sensationnels. Il méritait, me suis-je dit, un enchaînement plus démonstratif.

C’est pour cette raison que je choisis d’enchaîner, dès potron minet ou presque, sur une extension du domaine de la réflexion. Ce qui m’a frappé au premier instant comme un symbole écrasant, et qui subsiste, c’est le chiffre... Pour dire combien j’y étais peu préparé, lisant 51% j’avais cru lire le taux de participation et cela me paraissant sensationnel ; puisque qu’il s’avère que c’est le taux d’abstention, alors le chiffre devient un symbole formidable puisque la limite de la majorité absolue est dépassée. C’est historique pour une élection de cette importance : l’abstention est élue au premier tour avec entre 51% et 52% des voix (dites “voix-muettes”).

Dans la perspective historique, selon ce que l’on sait des us & coutumes de cette République depuis sa création où les participations aux grands scrutins ont toujours été importantes (avec tassement en 2012, comme une réplique du séisme à venir), nous devons avancer une interprétation radicale : que les gens doués d’abstention l’aient ou non conçu ainsi, il s’agit du modèle qui restera de la première insurrection postmoderne adaptée à son objectif. Son premier effet, incommensurable, insaisissable mais pesant de tout son poids, c’est la délégitimation du président à peine élu, dont l’énorme majorité de plus de 400 j’imagine attachera à ses basques, comme un boulet qui représente le symbole de l’ensemble, une Chambre non seulement “introuvable” mais plus encore, “indicible”, une Chambre-simulacre qui résume toute l’opération. Je n’écris pas cela par hostilité ni critique contre Macron pour ce cas, mais bien comme le constat d’une vérité-de-situation qui concerne le Système en général. Cette illégitimité va peser sur la direction-Système comme une malédiction des dieux.

(Suite)

Le peuple a décidé son autodissolution

  dimanche 11 juin 2017

Les plus jeunes d’entre nous connaissent l’exclamation de Berthold Brecht au lendemain des émeutes du peuple de Berlin-Est de juin 1953, lorsque les chars soviétiques avaient dû intervenir avec la tendresse qu’on leur connaît : « Le Parti a décidé la dissolution du peuple. » C’est à peu près ce qui s’est passé dans la Douce France chantée par le Grand Charles, – à part que c’est le contraire : le peuple, appelé aux urnes, s’est fait la malle, il a proclamé lui-même sa propre dissolution... 49% de participation pour un premier tour des législatives en France, c’est un véritable résultat stalinien, – d’accord, “à part que c’est le contraire”...

C’est vrai ça, les Français sont formidables, dis-je sur un ton à la fois badin et presque indifférent, je dirais même “presqu’absent”. Personne ne s’intéressait plus à ce troisième tour, et moi le premier sans nul doute, après s’être un peu excité dessus à l’origine, tant la marée de la communication prévoyait un triomphe macronien. Eh bien non, ils ont quand même réussi à nous surprendre, à attirer notre attention... C’est Dupont-Aignan qui doit regretter de n’avoir pas été élu. Dans son programme, il prévoyait qu’une élection où il y aurait plus de 50% de bulletins blancs serait à refaire, avec élimination des candidats à remplacer par d’autres, façon-“dégagisme”. (Car moi, au milieu de ce tourbillon crisique absolument fou, je prends sur moi de proclamer que les 51% d’abstention d’hier sont dorénavant et désormais considérés comme des bulletins blancs de protestation par non-intérêt offensif.)

Il y a de la perplexité dans ma plume devant ces étranges événements, où des dynamiques collectives inconnues et inattendues peuvent se permettre d’intervenir de la sorte, d’inventer des coups pendables de ce poids-là. On croyait avoir tout vu lors de cette sublime et surnaturelle campagne de France-2017, et qu’ainsi l’on avait mérité un repos bien gagné, et il s’avère que non, qu’il y a ce tour de passe-passe... Qui a eu cette idée folle ? comme dit la chanson, quel grain de sable diabolique s’est donc glissé dans la mécanique de l’enthousiasme du Grand Renouvellement qui nous était promis ? L’époque de la Fin des Temps n’en rate pas une seule.

Je souhaite donc bonne chance et bon vol aux représentants du peuple, parce que, quand on représente un tel poids, on est libre comme l’air et léger comme une plume et vos promesses, finalement, comptent pour du beurre et ne sont en aucun cas du moindre embarras. Voici donc la nouvelle République Française, l’En-Marche, débarrassée de l’encombrant fardeau, ce peuple qui était vraiment à chier ; c’est-à-dire, sans avoir à s’encombrer de ce truc pénible, incontrôlable et qui fait l’important, ce qu’on appelle la légitimité dont elle est ainsi absolument dépouillée. Elle va pouvoir enfin consacrer son simulacre suprême, se construire une Grande Roue comme celle de la Vienne du Troisième homme et proclamer qu’ainsi, tout en haut du simulacre suprême et loin du monde agaçant, le monde lui appartient.

“Les Français sont formidables” disait à l’aide de son sourire béat le brave Jean Nohain, que les plus jeunes d’entre vous connaissent bien ; c’était pour clore, façon “que du bonheur”, chacune de ses émissions dites-“Trente-six chandelles”. Elle est en train d’en voir au moins autant, la démocratie-à-la-française, type-mondialisée, celle qui swingue...

Voilà, vous savez, inutile de vous alarmer. C’était comme on dit aujourd’hui “une brève de comptoir”, avant d’aller au dodo “Bonne nuit les  petits”, une réflexion pour faire de beaux rêves. 

“Comme un torrent”, prestissimo & fortissimo

  mercredi 07 juin 2017

“L’expression m’est venue à l’esprit” me suis-je dit et, très vite, je me suis corrigé de cette façon : “m’est une fois de plus venue à l’esprit”. Comme toujours, elle vient du titre de ce même film, mais ce que je voulais me dire avec ce “une fois de plus”, c’est que je l’avais déjà employé en titre. Vérification faite, c’est le cas, et telle quelle : une première fois en 2011 (le 17 octobre 2011), une seconde fois il y a un peu plus d’un an délibérément d’un texte à l’autre dont un texte des deux également sous ce titre exactement (le 6 mars 2016) dans ce Journal-dde.crisis, où je rappelais l’analogie du film (adaptation française du Some Came Running de 1958, tiré du roman éponyme de James Jones de 1957). L’expression désignant le même phénomène du déferlement diluvien des crises, cette expression “comme un torrent”, qui revient sous ma plume me fascine par sa puissance et sa magie à la fois symboliques et sans doute incantatoires, et peut-être même divinatoires...

(En 2011, son emploi réminiscent avait pour but de saluer la conjonction du “printemps arabe” et des mouvements type-Occupy aux USA ; en 2016, il s’agissait des élections aux USA bien entendu, qui prenaient toute leur ampleur révolutionnaire. Vous noterez que de tout cela et de toutes ces crises, directement ou indirectement, rien n’est clos et achevé, et qu’au contraire tout a empiré.)

Qu’on y songe ou qu’on comptabilise revient au même, car ici la représentation rencontre une vérité-de-situation d’une force remarquable... De la visite de Trump à Ryad, puis les sommets successifs de l’OTAN et du G7, suivis des déclarations de Merkel, le lendemain de la rencontre Macron-Poutine, puis le retrait des USA de l’Accord de Paris, l’attentat de Londres qui est de la sorte qui provoque toujours les mêmes effets de panique conformiste et de moralisme exacerbé, puis, deux jours plus tard, cette crise soudaine entre l’Arabie avec quelques compères et le Qatar, qui renvoie au sommet du Ryad pour le ridiculiser ou le dramatiser (ou le ridiculiser et le dramatiser en même temps).

(Suite)

Le climat, PhG & dde.org

  samedi 03 juin 2017

Puisque nous sommes en pleine querelle sur la question du climat avec la décision de retrait des USA de l’accord de Paris et des suites, je m’avise comme cela arrive régulièrement qu’il est rarement question, sur ce site, du fond de la question de ce qu’on nomme “crise climatique”, entre disons “climatistes” et “climatosceptiques”. Je préfère désigner cette crise, et c’est déjà une indication, de l’expression beaucoup plus large et volontairement plus imprécise de “crise environnementale”. La différence est évidente : la “crise environnementale“ ne peut être déniée, quel que soit le responsable, et elle est directement incluse dans ce qu’il m’arrive de désigner comme “la crise du monde”, bien au-delà d’une “crise de régime”, au-delà d’une “crise de civilisation”. L’expression fait entrer l’événement dans la globalité de la Grande Crise Générale, et c’est ce qui m’importe.

(De ce point de vue, mon intérêt pour la “crise de l’environnement” est évident, sinon fondamental, ne serait-ce que par l’importance que j’attache au phénomène de l’anthropocène qui est la borne nouvellement créée pour marquer ce qui constitue pour moi l’une des trois révolutions qui ont déterminé le “déchaînement de la Matière” et celle qui a évidemment présidé à la destruction du monde, alias “crise environnementale”. [Le début de l’ère de l’anthropocène a été fixé à 1784, comme date symbolique de l’“invention” du moteur à vapeur en Angleterre, qui est un des moments de l’“opérationnalisation” de ce que je nomme, d’après le titre du livre d’Alain Gras, le Choix du Feu. Si l’on accepte cette date plutôt que 1825 comme je l’ai fait d’une façon plus littéraire et tout aussi symbolique, – lorsque Stendhal apprend avec horreur que, pour les libéraux, « les Lumières c’est l’industrie », – les trois révolutions du “déchaînement de la Matière” sont 1776, 1784 et 1789.] On trouve partout, sur ce site, des références à cette position par rapport à la question de l’anthropocène, qui est la question de l’action du Système sur l’environnement de notre monde ; le texte du 1er décembre 2013, avec des extraits de La Grâce de l’Histoire, ferait aussi bien l’affaire, me semble-t-il.)

Dans ce contexte, il me semble utile, à l’heure où quelques noms d’oiseau sont échangés au-dessus de l’Atlantique et de chaque côté du grand océan, de salon à salon et de chapelle à chapelle, à propos de cet Accord de Paris sur le climat et de la décision de retrait des USA, de ressortir une nouvelle fois un texte où j’exposais la position générale du site sur cette question polémique de l’aspect proprement climatique de la “crise environnementale”. On doit avoir à l’esprit, en lisant ce texte (écrit à la première personne, soit PhG), qu’il se situe dans une analyse générale (du 10 août 2011) où il est question de l’inconnaissance, qui est une vertu que j’honore de mon zèle dans nombre de cas et qui a fait l’objet d’un sujet du Glossaire.dde., mais aussi des déconstructeurs Deleuze et Derrida, et d’un de leurs critiques qu’on retrouvera sans surprise puisqu’il en a été souvent question dans ce Journal, Jean-François Mattei.

(Suite)

Avec les marionnettes, on ne s’ennuie pas

  jeudi 01 juin 2017

Dans ces colonnes, on a pris coutume de les désigner, sans originalité excessive je le reconnais, comme des “marionnettes”. Il y en a eu un certain nombre qui ne se dissimulent plus, depuis 9/11, à commencer par l’Afghan Karzaï, qui réserva bien des surprises. Depuis deux ans, on l’a vu, on est passé au régime supérieur, avec les marionnettes entrées dans la plus haute catégorie des membres importants du bloc-BAO qui, comme on le sait, dirige le monde dans une discipline et selon une vertu impressionnantes.

Les deux marionnettes les plus fameuses de ces deux années, on les connaît puisqu’il s’agir de Trump et de Macron, comme il est précisé selon divers arrangements et raisons de notre jugement dans le texte référencé. Le moins que l’on doive reconnaitre, et je le fais pour nous tous à cet égard, c’est qu’elles ne déçoivent pas, mais alors pas du tout. C’est à croire, – et ceci n’est pas une idée en l’air, – que ces temps du Dernier Temps ont, pour donner leur pleine mesure, besoin de marionnettes plus que de ces gens sérieux, lourds de vertus et de connaissances, au faîte du pouvoir pour que le pouvoir serve encore et enfin à quelque chose.

Trump, c’est déjà connu : après quatre mois de pouvoir, plus personne n’est capable de dire s’il tient ou s’il trahit ses promesses de campagnes, s’il est prisonnier ou manipulé par le Deep State, ou s’il emprisonne ou manipule le Deep State, s’il va être destitué, assassiné, “zombitisé”, ou s’il rigole de tout ça en faisant ses petites affaires et en bouleversant l’état des USA. Il est haï, maudit, roulé dans la boue, méprisé au-delà de tout par l’establishment globaliste, et en même temps il parvient à ce point que le Financial Times [FT] lui-même, cette citadelle du mépris de l’establishment globalisé, respecté comme une véritable institution et sur abonnement pas-donné, prenne sa défense (et celle de UK-Brexit) contre Angela Merkel, pourtant favorite de ces messieurs-dames de la globalisation.

(Suite)

A l’ombre du Roi-Soleil

  mardi 30 mai 2017

Le garnement s’est-il bien conduit ? La France retenait son souffle, parce que rencontrer Poutine c’est, selon le point de vue qu’on adopte, rencontrer Dieu-le-Père déguisé en Janus, ou bien rencontrer l’Ogre qui va manger les petits enfants qui sont d’un genre indéfini. Poutine, aujourd’hui, c’est la référence absolue des contines de nos contrées dévastées par la postmodernité : référence de la haine absolument déchaînée, référence de l’envie à peine réprimée et dissimulée, référence de ce que nous ne sommes plus par bonheur et de ce que nous n’arrivons plus à être par malheur, etc.

Par conséquent, Macron recevant Poutine à Versailles, là où le Roi-Soleil n’accueillit jamais, de justesse, le tsar Pierre, Pierre Ier Le Grand, c’était un événement considérable. Tout le monde l’attendait au tournant de la Galerie des Glaces et les Grands Ancêtres de la Grande Histoire pesaient de tout leur poids. Cela peut donner une ombre où l’on se perd parce qu’on n’imagine pas ce que c’est que la lumière ou bien une ombre qui vous donne envie de trouver la lumière parce qu’on a deviné de quoi il s’agit.

Je rengaine ici mon sarcasme, y compris celui que j’avais laissé traîner ici et là par anticipation. Malgré mes nombreux préjugés, apriorismes, parti-pris, mauvaises fois et autres, je me devais donc d’admettre qu’il n’a pas fait trop mal, c’est-à-dire par aussi mal qu’on pouvait craindre, le Macron. Rencontre sérieuse, un peu de fermeté par là, l’une ou l’autre ouverture par ici, etc. “Nulle affaire sérieuse dans le monde ne peut être traitée sans consulter la Russie” (autant pour “la Russie, puissance régionale”, de l’inimitable Obama). On se voit, on conclut de se revoir et de poursuivre, on essaiera de faire de mieux en mieux la prochaine fois. Macron paraissait encore assez vide, Poutine un peu circonspect dans le genre “est-ce que c’est du lard ou du cochon”. Le premier se tenait bien droit, style-bon élève ; il n’est pas assuré que le second se soit beaucoup amusé, mais au moins il n’avait pas à subir l’humeur lugubre et la face terriblement blette de l’ex-président-poire, le “président normal”.

(Suite)

Possibilité d’une vérité-de-situation

  samedi 27 mai 2017

Ce n’est pas si loin et pourtant cela paraît d’une autre époque, tant le temps se contracte et file à quelle vitesse, et l’Histoire avec ses avatars qui nous file entre les doigts comme du sable emporté par une affreuse et horrible tempête. C’est simple, cela date du 2 février 2017 et, alors, cela fut dit mais personne n’y crut vraiment et chacun au fond de soi était persuadé que cela ne serait qu’un emportement de passage.

...Enfin, je dis aussitôt de quoi il s’agit pour faire cesser ce suspens insupportable, qui est une déclaration d’un nommé Donald Tusk, dont j’espère ne rien vous apprendre en vous révélant qu’il est le président du Conseil Européen. Voici une citation du texte référencé où cet improbable personnage pourtant mis à une fonction prestigieuse semblait s’être laissé aller, dans un instant d’exaltation, à une déclaration absolument folle, – affirmer clairement et sans aucune réserve que les USA, au même titre que la Russie ou Daesh, ou la Chine si vous voulez, représente une “menace” pour l’Union européenne...

« Enfin une voix s’éleva, ou plutôt une plume, celle du président non-élu de l’Union Européenne (UE), le Polonais Donald Tusk. (“Non-élu”, par conséquent le plus complètement légitime pour parler en tant que créature du Système, Euro-Zombies, etc.) Tusk envoie une lettre à tous ses compères, dirigeants au plus haut niveau des 27 pays-membres de l’UE, avant leur réunion commune à Malte. Tusk écrit enfin les mots-sacrilèges, ceux qu’il était impensable de voir briller sous une plume européenne de bonne réputation-Système : la mise en évidence que les USA sont quasiment autant une “menace” pour l’UE que la Russie, la Chine et ISIS (Daesh pour les Français, le texte-Tusk n’étant qu’en anglais). »

(Suite)

“Mon” simulacre, à l’origine

  jeudi 25 mai 2017

J’ai déjà dit, d’une façon ou l’autre, combien j’ai avancé dans ma vie comme un autodidacte, entrant dans des domaines que je n’avais jamais précisément envisagés pour moi-même. Ainsi en est-il principalement des matières proches de la philosophie, de la métaphysique, etc., autour desquelles il m’arrive de plus en plus souvent de m’agiter, qui m’étaient inconnues à l’origine de ma carrière. J’ai fait cela, je l’avoue, sans autorisation de l’Université. J’y suis venu de manière naturelle, empirique, parce qu’en progressant j’ai découvert combien cette progression nécessitait de faire appel à ces domaines.

Ainsi en est-il des mots et des concepts dans ces matières, qui permettent d’appuyer et de structurer une pensée, de la guider, de lui donner à la fois des outils et des références, de la faire progresser, parfois à pas de géant, parfois de la révolutionner. (On trouve de ces mots, ou concepts, bien sûr dans le Glossaire.dde.) Ainsi en est-il du mot “simulacre”, dont on voit qu’il est d’emploi répété ces derniers temps sur le site : voilà le point central justifiant ce texte aujourd’hui, puisqu’effectivement “simulacre” est apparu de nombreuses fois ces derniers jours.

Certes, je ne découvre pas le mot, qui est d’un emploi courant et ancien (le latin simulacrum pour “simulacre” et simulatio pour “feinte”, ”faux-semblant”, et “simulation” évidemment), ni même sa signification, ni même sa place (approximative pour moi, jusqu’alors) dans la philosophie depuis si longtemps, au moins depuis Platon. Ce que je découvre peu à peu, puis brusquement en vérité, c’est son poids considérable pour moi-même et pour le travail que j’effectue, sa puissance phénoménale et la complexité de sa signification depuis que je l’ai adopté pour le considérer d’un point de vue plus personnel, pour lui donner une place dans mon rangement dialectique (ou, disons, mon arsenal dialectique). C’est dire, effectivement, que je me le suis approprié à ma façon, selon mes conceptions, comme chaque esprit doit pouvoir faire en toute loyauté et en toute liberté, c’est-à-dire en signalant, en expliquant et en définissant cet emprunt. On comprend aisément, par ailleurs, en lisant certaines pages récentes de ce Journal-dde.crisis et du site lui-même, combien le livre de Mattei, L’homme dévoyé, m’y a aidé.

(Suite)