Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Le “Aux Armes” de Tulsi

  samedi 15 janvier 2022

15 janvier 2022 – Il y a, dans certains domaines particulièrement significatifs dans le courant de la dynamique de ce que l’on nomme structure crisique, une étrange communauté de destin bidonné entre Biden et Macron... Dieu sait si, par ailleurs, les deux hommes nous paraissent si différents ! Mais, comme instruments du destin disons, je parle du destin le plus terrible conduisant à la catastrophique autodestruction, eh bien pas si différents que cela ces deux-là.

Mardi dernier, le discours d’Atlanta de Biden, vieillard déchaîné et haineux, manifestement atteint dans ses capacités cognitives mais rassemblant ce qui lui en reste pour déverser ce torrent de haines, déchirant, démembrant, dépeçant, disloquant les psychologies et les sentiments unitaires autant que les pratiques solidaires ! Et puis, parallèlement, le célébrissime « j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout », une formule de la sorte d’un “Citoyens, du haut de ces Variants-Véran, quarante siècles d’emmerdeurs vous contemplent”, qu’on pourrait considérer comme la marque de fabrique de ce Jupiter Buonaparte... Qu’est-ce qui les sépare, en vérité ?

(Suite)

“Hypnotiquement” votre...

  vendredi 14 janvier 2022

14 janvier 2022 – Écoutez, chers lecteurs, ce que je crois être un trait de lumière extraordinaire porté sur le comportement de l’immense simulacre dont l’information officielle est la porteuse, – ici, pour le cas du Covid, mais valable pour tout le reste, bien évidemment, car nous parlons ici d’une époque, de l’ère des temps-devenus fous... Voici l’affaire.

Certains s’en étonneront avec ravissement, et fort justement, – et ce fut notre première réaction mais je recommande d’aller au-delà. Il s’agit d’un très grand journal danois qui demande à ses lecteurs de l’excuser pour avoir, pendant deux ans, suivi “hypnotiquement” et validé sans le moindre sens critique les informations officielles sur la pandémie-Covid.

Pour plus de détails, allez voir ‘ZeroHedge.com’ et ‘Summit.News’ de Paul Joseph Watson. J’imagine que d’autres ont repris la chose, y compris le journal danois en question, ‘Ekstra Bladet’, mais j’en reste là pour les sources. C’est suffisamment ‘chécké’ anti-‘FakeNews’, ces incroyables gamineries enfantines de chercheurs de la vérité chez les sources postvérité issues du Système.

(Suite)

De la couleur du Covid Kazakh

  mardi 11 janvier 2022

11 janvier 2022– Il est apparu, au cours de pérégrinations dans la labyrinthique internet des sites de quelque intérêt pour nos affaires, qu’un aspect “intérieur” de la crise du Kazakhstan méritait d’être exploré et détaillé. C’est ce qu’on avait précisément à l’esprit lorsqu’on écrivait tout à l’heure (le texte déjà rédigé tard dans la nuit), – avec le souligné pour marque de l’orientation proposée de l’analyse :

« ...en laissant de côté les aspects intérieures kazakhs, par ailleurs extrêmement complexes et variées et qui méritent pour leur compte une proposition d’explication. »

A peu près tout le monde parmi les analystes qui nous intéressent habituellement est d’accord pour voir dans cette crise une remarquable victoire de Poutine. Par contre, les analyses de la situation intérieure kazakhe varient notablement, et je dirais même “remarquablement”. Je vais m’attacher ici à l’une des versions qui me paraît la plus intéressante, la plus crédible je ne sais pas, éventuellement la plus convaincante et la plus logique dans un monde qui ne donne plus aucun crédit à la conviction qu’il juge “raciste” et qui se moque de la logique comme d’un instrument du “privilège blanc”.

Au départ, il y a un article de ‘WhatDoesItMeans’ (WDIM). Il y a longtemps, comme on sait (depuis 2012 d’une façon explicite), que je suis ce site complètement ‘fantasyste’, et moi plus que jamais persuadé qu’on peut trouver dans ses  développements des détails ou des fuites de logique très intéressants, reflétant des sources qui ne le sont pas moins. De loin en loin j’y reviens, sans jamais varier de cette ligne selon laquelle il y a dans WDIM des choses à pêcher, à retenir, à cultiver...

(Suite)

Moscou et la révolution de toutes-les-couleurs-bouffe !

  samedi 08 janvier 2022

8 janvier 2022 – Cette affaire du Kazakhstan est, comment dirais-je pour ne pas manquer de respect à toutes les victimes et tous les malheureux ? Disons alors, donc sans mal penser à cet égard mais jugeant simplement de l’œil du commentateur irresponsable, du type qu’on « emmerde jusqu’au bout » : une “révolution-bouffe de couleur” ? Mais alors, vraiment de toutes les couleurs-bouffe, voyez, de l’arc-en-ciel aux rombiers-archers des troupes LGTBQ+.

C’en est au point, en vérité, que le secrétaire d’Etat des tout-puissants USA s’indigne absolument, en fin de conférence de presse, enfin conduit à dire ce qu’il pense en vérité (suite) et hors de toute tartufferie diplomatique du scandaleux comportement des Russes, ces spécialistes des révolutions de toutes les couleurs, ceux-là qui tiennent le monde dans leurs griffes acérées, qui le dominent, qui bafouent ces lois, qui en prennent à leur aise, non mais ! Voyez et oyez, ce sont tant de ces gémissements incroyablement américanistes, pépites absolument incomparables du discours de la rhétorique du très-bienpensant, sans souci du décalage et du simulacre, de ce type, – voyez (je simplifie) :

“Vous savez, les Russes,  quand ils se sont installés quelque part, pour les faire déguerpir, hein, vous voyez ce que je veux dire...” (clin d’œil rapide vers la Crimée), et lui-même, secrétaire d’État, terminant dans sa tête et sans dire mot de risque d’exposer du ‘classified’ à la rapacité du KGB-FSB, lui nourri de sa gloire humble qu’il n’expose pas et de sa grandeur exceptionnelle qu’il dissimule : “Nous au moins, je le dis tout net, nous on se tire quand il le faut, quand on nous le demande, quand les règles du droit s’imposent, voyez Kaboul août-2021 les gars !”

Revenons au sérieux et lisons ce qu’en dit RT.com, qu’on ne peut en aucun cas soupçonner d’impartialité ni d’objectivité, ni de professionnalisme à l’occidental pour le coup, donc avec toutes les raisons du monde d’essayer de nous faire voir les USA en couleurs sombres et diffamatoires :

(Suite)

Nous sommes religieusement « emmerdés »

  vendredi 07 janvier 2022

7 janvier 2022 – D’abord que je vous dise une première Grande Nouvelle : l’Église, sous le magistère tortueux et torrentueux du Saint-Père François, a lancé une réforme aux couleurs des temps-devenus-fous du fameux principe de “la Paix et la Trêve de Dieu” qui faisait notamment, dans une myriade d’autres occasions, qu’une église était un refuge de paix (trêve de la violence voulue par Dieu) pour tout fugitif fuyant un ennemi. Cette fois, il s’agit de recevoir les vertueux et de les mettre à l’abri des violences des mécréants, leur vertu étant authentifiée par un “passe-vaccinal”, ou ‘Green Pass’ en langage conciliaire, en bonne et due forme. Ainsi interprèterais-je cette nouvelle, pourtant écrite dans un esprit pas loin d’être mécréant (le “tant pis pour les âmes”, hein) :

« Le cardinal Hollerich, président de la Commission des conférences épiscopales de l’Union européenne, propose une ligne dure contre les non-vaccinés, leur interdire l’église : “A ce stade, nous devons sauver des vies”. Et tant pis pour les âmes…

» Il y a des discussions dans de nombreux pays européens depuis un certain temps pour introduire l’obligation du laissez-passer vert pour entrer également dans l’église. Les experts estiment qu’il est approprié de montrer le ‘Green Pass’ afin de participer à la messe et à d’autres célébrations liturgiques... [...]

» Comme le rapporte le journal ‘La Nazione’, le haut prélat a récemment déclaré : “Dans cette phase de résurgence de la pandémie, nous devons sauver des vies. Le passe vert est le bienvenu à la messe”. »

(Suite)

Les fèces du psychopathe

  mercredi 05 janvier 2022

5 janvier 2022 – C’est une sensation étrange, nouvelle, à la fois excitante et vertigineuse de juger solide l’hypothèse que se trouve à la tête d’un grand pays ce qu’on nomme “psychopathe”. (Comme on voit, un psychopathe n’est pas nécessairement un tueur. Par contre, dans le cas évoqué, je le verrais bien avec une tendance nettement psychotique.)

Je me rappelle que, lors de la campagne présidentielle de 2017, avait circulé une vidéo d’un psychiatre italien, le professeur Segatori, décrivant Macron comme tel, – un psychopathe ; on avait chuchoté grandement, – “complots”, “FakeNews”, paranoïa, – mais il semblerait peut-être que ce n’était pas si mal vu ; je retrouve une page de ce ‘Journal’, de cette époque, du 8 mai 2017 :

« Hier, sur ce qui doit être l’esplanade du Louvre, en plus de l’absence de Daladier il n’y avait pas de Talleyrand pour rire sous cape. Il n’y avait, planant au-dessus de tout cela, que ce que le professeur Segatori, psychiatre italien qui me semble être de bon renom, nous décrit le 3 mai 2017 (*) du Macron, originalement caractérisé comme un psychopathe narcissique et dangereux bloqué en l’état depuis l’âge de 15 ans, marié avec sa violeuse implacable et représentant le monde comme simulacre à son image, avec le seul souci stratégique de la théâtralité de la sorte qu’il nous a montrée tout au long de la campagne. Segatori ne rit pas sous cape, lui, il est inquiet et mesure très sérieusement “...à quel point de danger se trouve un pays comme la France face à un [président] de ce genre”. »

(Suite)

Grand Jeu 2022

  dimanche 02 janvier 2022

2 janvier 2022 – J’écoute le bruit du vent, ce qu’on nommerait “bruit de fond” ou bien, d’une façon plus contemporaine, quelque pensée “à bas-bruit”, et j’y distingue un petit air d’optimisme pour la rencontre, le 10 janvier de l’an 2022, entre Russes et Américains (rendons-leur leur nationalité officielle, pour le coup). Plusieurs auteurs et commentateurs d’habitude sceptiques et sarcastiques, dans tous les cas qui se veulent “réalistes” et ne s’en laissent pas compter par le simulacre américaniste, laissent par contre percer une attente dans le sens d’un accord. Quelques-uns sont même franchement optimistes, suggérant que la direction US aurait été brusquement privée d’une partie importante de son “idiotie”. (Xavier Moreau, de ‘StratPol’, dans son bulletin du 1er janvier 2022, qui parle d’un « Nouveau Yalta » à propos de cette réunion à partir du 10 janvier.)

A cet égard, j’avais retenu un commentaire de ‘Sputnik.News’, du 23 décembre 2021, suite aux diverses déclarations de Poutine. Deux analystes occidentaux y étaient notamment cités, dont le docteur Doctorow que j’ai l’habitude de parfois consulter, et dont on connaît l’indépendance de jugement.

(Suite)

Survivre en 2022

  vendredi 31 décembre 2021

31 décembre 2021 – Je me demandais effectivement comment clore cette année horrible, qui fut plus horrible que ne fut 2020, et qui annonce une année plus horrible encore que 2021, et que ce sera 2022 où nous sommes d’ores et déjà pour ainsi dire. Je pense qu’il était de bon ton de choisir comme thème, quelque chose qui tournerait autour de la “survie”, et déjà le titre choisi, – « Survivre en 2022 », – ne restait plus qu’à en écrire le texte.

Je l’avoue aussitôt, les Britanniques du site ‘Unherd.com’ m’ont bien aidé, ils ont été en quelque sorte mon “Eureka !”. Ce jour, 31 décembre 2021, ils ont choisi de republier ce qu’ils jugent être l’un de leurs deux meilleurs textes de l’année (« Best of 2021 »), et il se trouve qu’il s’agit d’un texte qui eut un grand retentissement en France bien qu’il fût paradoxalement en anglais d’abord, et d’un de nos grands (si rares aujourd’hui) écrivains.

Nous-mêmes, nous choisîmes de le publier, avec un commentaire d’introduction et suivi d’une référence absolument superbe, tout cela convenant à merveille pour décrire l’immense Grande Crise où se trouvent plongés le monde, la civilisation, et ce qu’il reste de sapiens en nous. Pour faire court sur les protagonistes de la chose, avant d’en dire quelques mots d’aujourd’hui 31 décembre, et avant de reprendre le tout, on reprend le ‘chapô’ de première page et comme en-tête de l’ensemble, suivi du premier paragraphe qui servit d’avertissement “technique” sur le travail ainsi accompli.

(Suite)

La “trêve des confiseurs”

  mercredi 29 décembre 2021

Laissons des expressions comme “jamais auparavant”, “sans précédent”, “du jamais-vu”, “époque sans pareille”, “événement unique dans l’Histoire” et autres banalités dites et redites du genre. Plus rien ne convient à ce que nous vivons. Dans cette période des “fêtes”, entre Noël et Jour de l’An,  que nous appelions in illo tempore non suspecto du tout “la trêve des confiseurs” en en faisant “tradition”, où rien ne se passait que du bon temps, où l’on prenait son temps et le temps d’une trêve, – aujourd’hui aucun temps n’est plus disponible pour cette sorte d’apaisement.

Je parle pour la France et ses échéances électorales, mais aussi pour ses dirigeants-bouffe face à Covid, qui est bien plus qu’en 2020 ‘personne de l’année’, transgenre et féminimasque (nouvelle recrue du non-genre féminisme-masqulin) qui transcende les genre ; je parle de la “ceinture de feu” (Ukraine, Biélorussie, OTAN, etc.) autour de la Russie, prête à exploser, autour de laquelle cliquètent comme des chenilles de char des bruits de Guerre Mondiale ; je parle de l’incroyable ‘Mister Biden’ et de sa besogne d’effondrement que nous décrit Orlov ; je parle du week-end de Noël, confiseurs ou pas mais sans aucun doute déchaînement et protestation antivaxx, ou anti-Covid, à travers le monde, parfois avec accents et parfums de Fronde... J’en passe sans nul doute mais cela me suffit pour me permettre de vous dire qu’il y a 30 ans, 40 ans, 50 ans, cette période de “trêve” était vraiment sacrée, et nous n’avions, nous autres gens de l’information par la communication, qu’à explorer et racler anxieusement nos fonds de tiroir pour trouver quelque sujet d’article dans l’air du temps. Mais aujourd’hui, quel rythme ! Quelle puissance, quel bouleversement ! Quelle belle allure, d’ailleurs...

Comprend-on ce que je veux dire lorsque je prends à mon compte cette remarque que, désormais et d’une façon impitoyable, « les événements mènent les hommes plus que les hommes ne font les événements ». Certains croiraient qu’il en fut toujours ainsi mais je parle ici de perception et de communication qui sont les outils dont nous disposons pour mieux mettre à profit nos connaissances dans les temps qui nous sont impartis. Et alors, il n’en fut pas “toujours ainsi”, bien au contraire.

(Suite)

Apologie contrainte de Vladimir Poutine

  dimanche 26 décembre 2021

26 décembre 2021 – L’auteur considéré ici, dont le texte est placé ci-dessous, est un conservateur chrétien, également chroniqueur sportif et grand amateur de musique rock et de jazz. Mais, par-dessus tout, pour ce qui me concerne, un commentateur que je classerais entre populiste et libertarien, et soutien sans complexe de Trump, qui publie dans les colonnes du site ‘RedState.com’, l’un parmi les plus huppés et les plus “sérieux” dans la nouvelle vague de sites populistes apparus avec la période Trump.

Cela situe Jerry Wilson comme un conservateur assez classique, au jugement éclectique mais très fortement marqué par l’américanisme historique, celui d’avant la Grande Corruption post-1945, celui qu’illustrent également les isolationnistes ou les paléoconservateurs, les patriotes qui soutiennent les caciques républicains-Système avec une moue de mépris et une bonne dose de méfiance bien placée. Il ne faut pas trop attendre de ces gens, qui sont de la génération qui a fait son éducation politique au temps du triomphe du reaganisme, qu’ils jugent les Russes avec moins de méfiance qu’ils n’en mettent dans leur attitude vis-à-vis des républicains du Système. Ils ont hérité des générations précédentes des réflexes anticommunistes qui, au bout du compte, semblent devoir pour toujours les empêcher de juger sereinement les Russes.

(Suite)

dedefensa.org à l’ombre de 2022

  vendredi 24 décembre 2021

24 décembre 2021 – Comme je l’écrivais encore récemment, « Il m’arrive effectivement, de loin en loin, d’utiliser d’une façon délibérée et sans vaine honte, ce ‘Journal’ pour participer à l’effort de guerre du site pour lui-même. Cela s’appelle subsister pour poursuivre le combat. » Pour ce faire, je ne fais que reprendre l’argumentaire alors développé, que vous lisez ci-dessous, si vous en avez le cœur.

Dans ce monde extraordinaire où règne une extraordinaire bêtise satisfaite de sa vacuité et bouffie de son extrême puissante, il ne reste qu’une seule façon de “résister” : pousser encore plus et pousser encore la lourde bêtise dans sa surpuissance pour qu’elle parvienne enfin à bon port, prête à exploser d’être à bout de souffle : le port de l’autodestruction.

Ne comptez sur rien ni sur personne pour vous éclairer sur cette course catastrophique qui nous réserve une nécessaire renaissance, sinon sur ceux qui se sont repliés dans leur indépendance et à bonne distance, hors de l’influence des zombies et des hystériques, pour faire perdurer une vision détachée de notre destin. C’est la connaissance intuitive par l’inconnaissance des manœuvres du Système agonisant. Nous sommes de ces glorieux Samizdat.

Ce message est par conséquent pour vous demander votre soutien, qui représente une part du combat commun. (La chute dans le style est inévitable...) Voyez notre décompte à ce jour, ayez à l’esprit ce dont nous avons besoin (*), – certes,  c’est toujours la même chose au même moment de chaque mois ; et puis, au bout du compte, vous autres lecteurs, agissez comme votre conscience de cette situation extraordinaire d’une rupture civilisationnelle vous pousse à faire, avec les moyens et la détermination que vous avez.

Ajouterais-je que, bien entendu, la somme jusqu’ici réunie pour notre objectif mensuel (*) est très, très éloignée du montant qui nous est nécessaire pour continuer à fonctionner normalement ? “Bien entendu, PhG, c’était inutile de le dire...”

(Suite)

T.C.-102 : La course sur le fil

  jeudi 23 décembre 2021

23 décembre 2021 – Par les temps qui courent, le Temps accélère au-delà de toute possibilité concevable depuis le ‘Big-Bang’. Les événements semblent tester l’option selon laquelle si vous imposez une accélération à ce qui est déjà “nos temps-devenus-fous”, vous pourriez provoquer un paroxysme du paroxysme qui, soudain, délivrerait des forces cachées précipitant l’effondrement, ou les effondrements que tout le monde attend inconsciemment comme une libération d’une tension de folie devenue insupportable.

Ainsi se présente 2022, sur deux fronts dits de potentiels “paroxysmes de paroxysme” :
• la situation de structure crisique d’un premier front d’affrontement international, se subdivisant entre des deux fronts d’affrontement entre blocs (disons, pour l’heure et dans une situation susceptible de changements), un “bloc-Système” [bloc-BAO, indeed] et un “bloc-antiSystème” [les compères Chine-Russie] ;
• la situation de structure crisique du front (intérieur) des États-Unis d’Amérique, où la séparation entre “bloc-Système” et “bloc-antiSystème” existe en substance mais se heurte trop à diverses spécificités contradictoires pour être tout à fait clairement identifiée.

Ces deux fronts sont entre eux, en réalité, dans une course bien plus que  dans un affrontement. Les deux participants évoluent de concert, comme dans une finale des Jeux Olympiques (même en Chine) où “l’important est de participer” mais l’enjeu suprême est de ne pas gagner. En d’autres mots, lequel des deux paroxysmes parviendra le premier à la médaille d’or du “paroxysme du paroxysme”, conduisant la structure crique au finale de la Grande Crise GCES ? Importante question, peut-être celle qui dominera l’année 2022-cruciale (une de plus).

(Suite)

Que faire ? L’“irresponsabilité responsable”

  mercredi 22 décembre 2021

22 décembre 2021 – Voici Poutine et Xi qui se parlent, une fois de plus quoiqu’en virtuel, à propos de la conduite à tenir collectivement et d’une façon coordonnée, face à la folie continue et inextinguible comme un feu de forêt en Californie du bloc-BAO, exprimant en tout empressement de conformisme la pression de nos temps-devenus-fous. Que peut-on faire de plus que ce que nous faisons ? se demandent Xi-Poutine. Cette sorte d’entretiens est désormais crédible ; le Saker-US affirme que Russes et Chinois se coordonnent à fond, malgré les certitudes mesurées des experts du Cercle de la Raison, inventeurs du mouvement perpétuel :

« Selon les médias russes citant des “sources diplomatiques”, la Chine a apporté son soutien total aux exigences russes [concernant l’ultimatum russe sur l’Ukraine et la sécurité en Europe].  Ce que cela signifie ou implique n’est pas clair, mais c’est la première indication que l’ultimatum russe a été coordonné avec les Chinois et que la Chine aura un rôle à jouer dans la prochaine action des Russes si les États-Unis rejettent les demandes russes. »  

(Suite)

Comment nos pieds-nickelés en sont-ils arrivés là ?

  lundi 20 décembre 2021

20 décembre 2021 – ... Comme ça, par pure bêtise, faiblesse de caractère, atrophie de la pensée, désorganisation dans l’inorganisation, illusions sans fin des simulacres alors que les simulacres ne cessent pas d’être de plus en plus grossiers. Je parle donc du chapitre Covid & conséquences de notre piètre destinée, parce qu’il est tout de même fameux.

Je me rappelle que ma première réaction fut d’être “un homme stupéfié” ; sans besoin de complots, d’endormissement zombifié du troupeau, de desseins diaboliques des élites corrompues, de toutes ces choses dont les oppositions souvent hystériques aux actes des dirigeants nous saoulent absolument, ces dirigeants avec leurs négateurs et redresseurs de tort moralinisés dans le même mode mais en configuration déni et police politique, tout ceci et tout cela vous faisant une pièce à très-grand spectacle de la sorte “comment je suis devenu un totalitarisme-bouffe” alors qu’il n’y a nulle part, d’aucun de ces deux côtés, nul courage, – cette chose si simple, – de reconnaître erreurs, excès, emportements, vanités, hybris de toutes les couleurs, abrutissements crépusculaires...

Non, j’ai eu ma première réaction “comme ça”, parce que, mon Dieu, c’était l’évidence de l’expérience. C’était à peine au tout début (le 15 février 2020) et tout, absolument tout y était déjà... Lisez même si c’est un peu long, ou bien continuez, à bondir, – d’une conférence de vanité à l’eau de rose-fluo du petit jeune homme bien propre sur lui débitant ses incroyables niaiseries et piètres fadaises à deux balles savourées par deux lèche-cul, ses phrasettes de kiosque de gare pleines de vide et de rien (Z. a raison dans son jugement), – à une furieuse narrative d’une diatribe-l’autre sur le complot d’esclavagisation-volontaire du troupeau des veaux-consentants plus bêtes que nature ne fait, se bousculant vers plus de sottise et de veulerie, bouffis de la certitude de la Servitude volontaire.

(Suite)

L’abysse du Sacré

  vendredi 17 décembre 2021

17 décembre 2021 – C’est une scène dont je m’interroge s’il est bien utile que je la rapporte ; tant pis, allons-y. C’est un poivrot vautré sur le trottoir, déjà bien avancé, et le trottoir et le poivrot. Il me hèle. Je suis de bonne composition et, pour cette fois, n’évite pas cette inutile passade.

Il se lance dans un invraisemblable sabir, voue aux gémonies l’époque et ses avatars, et le plus affreux de cette scène est bien qu’il n’a pas tort. Il affirme péremptoirement, pour illustrer son propos :

– Y’avait la Mer des Sargasses, Y’a l’Océan des Connasses !

Je lui fais remarquer que, pour ce cas, il est bien temps de relever qu’il ne fait pas grand cas de l’égalité des genres, puisqu’après tout dans cette matière-là, le genre dit-masculin, – les “connards” pour ce cas, – a largement sa place, ô combien. Alors, il répond, magnifique :

– C’est comme Baudelaire ! Voilà pour la rime ! C’est comme Cyrano ! Va pour le panache !

(Suite)

Conforme à son rang

  lundi 06 décembre 2021

6 décembre 2021 – Nous nous entendons là-dessus, je crois, par un signal secret qui s’est partout répercuté et que les fines oreilles ont aussitôt saisi. La campagne de l’élection présidentielle de 2022 en France a commencé hier. Tous les facteurs nécessaires pour en faire une campagne tragique, tels qu’ils ont été identifiés ces derniers mois, se trouvaient présents et se sont signalés en tant que tels, – à commencer par la violence des jugements, des gestes et des mots, – car la violence est bien la marque de la tragédie et sans elle, parce que la tragédie nous a conduit où nous sommes, rien ne se fait de réellement tragique.

Je crois avoir entendu monsieur Mélenchon dire de Z. qu’il est « un ennemi du genre humain ». J’avais lu dans un ‘Crapouillot’ de l’immédiat après-guerre, du temps de Galtier-Boissière, que Romi avait justement dit cela, – « un ennemi du genre humain », – de Louis-Ferdinand Céline. J’ai oublié qui était ce Romi, un critique ou un chroniqueur qui signait parfois dans le ‘Crapouillot’, je ne sais plus, et n’en retrouvé nulle part trace de lui dans le matériel documentaire de notre époque qui oublie si vite son passé, – mais quoi, tout le monde l’a oublié. Tout le monde se souvient de Céline, et certains continuent à penser cela (« ennemi du genre humain ») de lui dans le pays de la liberté et de la Révolution Française.

Z., lui, a dit de Macron qu’il est quelque chose comme le “rien”, qu’il est “personne” une sorte de “grand vide”, un mannequin “en plastique”, une caricature de trou noir engloutissant tout ce qui est forme et ordre. C’est, de la part du “polémiste d’extrême-droite” comme l’on dit, cela constituant la carte de visite, l’identité irrédentiste du candidat-Z pour les aboyeurs-bonimenteurs de la presseSystème tous à leur poste, comme chacun sait, pour nous sauver enfin du fascisme, – bref, “rien” et “vide” sur fond de “trou noir”, c’est une vision critique de Macron à la fois philosophique et cosmologique, et l’on peut y trouver son compte. Pour ce qui est des deux corps du Roi, je vous confierais qu’il y en a au moins un qui se trouve dans les lambeaux perdus de la République, dans d’innombrables petits tas de poussières des “quartiers difficiles”. La haute fonction régalienne de président, ce Macron il nous l’a cochonnée grandiose.

(Suite)

Bloc-BAOstan à guichets fermés

  dimanche 05 décembre 2021

5 décembre 2021 – Je pense que Pépé Escobar va finir par risquer le pire à force d’en rire ; et Lavrov va bien, un jour ou l’autre, éclater de rire au bout de son exaspération.... Car se pose ce bien grave problème : comment voulez-vous continuer (1) à commenter et (2) à négocier, avec cette extraordinaire bande de Pieds-Nickelés zombifiés qui nous sert de direction stratégique/géopolitique/métahistorique ? Escobar a décidé de nommer l’OTAN “NATOstan”, Lavrov de nous donner une copie de tous les e-mails échangés avec les Français et les Allemands à propos de l’accord de Minsk, pour que tout le monde puisse en rire en considérant leur actuelle position par rapport à ce qu’ils promirent.

Vous l’avez deviné, on vous parle d’Ukraine à nouveau, où se concentrent tous les feux actuels du zèle guerrier du bloc-BAO (selon Escobar, l’on pourrait dire : ‘BAOstan’) ; alors pourtant qu’on vous annonce depuis des années que tout se passe du côté de de la Chine, de l’Asie et du Pacifique ; mais bah... Il ne faut pas trop s’inquiéter d’un point de vue géopolitique, sinon pour considérer, pour la chronique  et pour l’instruction autant que pour le point de vue de “l’idiot de la géopolitique” (comme on dit “l’idiot du village”), l’étrange évolution de nos singuliers temps-devenus-fous.

Là, au contraire, du point de vue de la stratégie psychopolitique, le sujet devient grandiose s’il s’agit de comprendre et de définir la politique étrangère des USA principalement, mais suivie avec un zèle considérable par le “bloc-BAOstan”...

(Suite)

Covid, le ‘Great Revelator

  samedi 04 décembre 2021

4 décembre 2021 – Je connais (un peu) le Covid ; je ne connais pas du tout, puisque je viens de le découvrir, le philosophe, poète et environnementaliste anglais Paul Kingsnorth de forte notoriété dans les milieux “engagés”, organisateur de rassemblement ou de chaînes engagées dans des recherches de sauvegarde de la planète ; je l’imagine un peu romantique, ermite à ses heures, pourtant fort bien considéré dans l’élite intellectuelle britannique, et “libérale” dans le sens de la culture et ainsi de suite, donc penchant paresseusement à gauche mais néanmoins lecteur du ‘Guardian’..

Je suis tombé un peu par hasard sur lui, – mais on sait, depuis le ‘Big Bang’, que le hasard fait bien les choses ; disons en feuilletant mon internet, c’est-à-dire ma longue liste de “favoris” où l’on trouve des “favoris” un peu moins favoris que d’autres, que je ne vais consulter qu’épisodiquement... Et ‘Unherd.com’, où j’ai rencontré Kingsnorth, est manifestement un truc de haute volée, rassemblant des intellectuels britanniques, pas trop idéologisés mais tout de même penchant plus souvent à gauche qu’à droite. Restons-en là pour les circonstances de fortune, suffisantes pour mesurer l’exemplarité du cas.

Donc, je trouve une interview (vidéo) de Kingsnorth, et le même jour (30 novembre) un texte de lui, tout cela sur ‘Unherd.com’. La présentation de l’interview attire mon attention :

« Paul Kingsnorth considère que la guerre des vaccins est symptomatique d'une division plus large entre deux visions du monde fondamentalement différentes : il les appelle “Thèse” et “Antithèse”. En ce qui concerne le Covid, la “Thèse” est le point de vue de l’Establishment : les confinements sont nécessaires pour contenir le virus, les masques fonctionnent, les vaccins sont sûrs et les personnes qui les remettent en question sont mal avisées ou pire. Lorsque le Covid-19 a frappé pour la première fois, Kingsnorth a adopté le point de vue de la “Thèse”.

» Mais au cours des derniers mois, son point de vue a changé. Comme il l'écrit dans ‘UnHer’ d’aujourd'hui, le moment de cristallisation est arrivé lorsqu'il s'est réveillé en apprenant que le gouvernement autrichien avait “interné un tiers entier de la population”. Cette décision, écrit-il, lui a donné “froid dans le dos”... »

(Suite)

Danse autour d’un champ de bataille

  dimanche 28 novembre 2021

28 novembre 2021 – Une “guerre” sourde se déroule autour d’un champ de bataille pour l’instant virtuel, nommé Ukraine. On assiste à une formidable “guerre de communication”, – plus qu’une guerre de la seule information tant est grande la complexité exotique, – où des alliances inédites de circonstance sont activées pour la séquence crisique actuelle.

On devrait mettre, je pense, comme symbolique de cette guerre de communication, deux interventions médiatiques importantes qui sont caractéristiques de cette sorte d’“alliance de circonstance”. Elles sont dirigées essentiellement contre le “parti de la guerre” aux USA, mais aussi dans une certaine mesure, – et c’est une nouveauté, – contre un éventuel “parti de la guerre” qui prendrait forme en Russie. Je crois qu’on peut avancer que jamais autant qu’aujourd’hui dans l’actuelle période (depuis 1989-91 et surtout depuis 9/11) ne sont apparues aussi nettement des fractures internes aux communautés nationales de sécurité des deux puissances (surtout aux USA), dérangeant complètement l’habituel jeu des ‘unions nationales’ dans une perspective de conflit.

• Aux USA, ce qui doit retenir notre attention c’est une intervention d’une experte reconnue, l’ancienne officier de la Defense Intelligence Agency Rebekka Koffler, spécialiste appréciée de la Russie et auteure d’un livre très documenté et faisant autorité sur les intentions supposées de Poutine : ‘Putin’s playbook : Russia’s secret polan to defeat America’.

Elle envisage dans un article de Fox.News du 27 novembre les possibilités de guerre entre la Russie et les USA via un conflit de la Russie avec l’Ukraine. Elle est largement citée et approuvée par le colonel Pat Lang sur son site ‘Turcopolier’, qui publie une partie importante de son article. Lang est un ancien de la DIA, comme Koffler, ce qui est bien assez pour nous indiquer l’analyse générale de la situation que fait le service de renseignement du Pentagone.

(Suite)

Rêveuses rêveries germaniques

  samedi 27 novembre 2021

27 novembre 2021 – Je prends ma plume attristée et quelque peu venimeuse pour évoquer, de mon côté, une relation franco-allemande du passé à l’aube d’une nouvelle relation puisque nouvelle équipe à Berlin. Cette équipe-là, exposée sans détour par la case “bienpensance” par Maxime Perrotin interrogeant Pierre-Yves Rougeron, et définie dans le chapeau par la maxime de Léo Ferré « Quand c'est fini, n-ni-ni, ça recommen-ence », que je renforcerais par le fort bien-fondé “Plus ça change, plus c’est la même chose”.

C’est dire combien piteuses sont les perspectives après et peut-être avec (si 2022-catastrophe) un président français qui a tout fait pour rendre structurelle la posture de soumission empressée de la France. Macron fut à la fois l’intrigant et le machiavel des opérations anti-françaises “réussies” par l’Allemagne, et donc au final un président français niais et cocu pareillement. Tout pour être réélu.

Pour autant, il faut dire que le terrain était bien préparé. La relation franco-allemande fut, depuis l’après-guerre, en tous points une succession éminemment catastrophique. L’épisode le plus étonnant et le plus mal interprété fut celui de la tentative gaulliste de 1958-1963, avec l’échec retentissant que l’on sait. De Gaulle joua sur Adenauer, qu’il séduisit magnifiquement, alors qu’Adenauer était en bout de course et sur le départ, et ne put lui donner qu’un Traité de Paris, immédiatement amendé par la cabale proaméricaniste du Bundestag et vidé de toute substance. Jusque-là, rien à dire, sinon la fatalité des hommes qui passent et de la vieillesse qui l’emporte.

(Suite)