Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Sirius & la Grande-Marée du crépuscule

  jeudi 23 mai 2019

23 mai 2019 – Depuis quelques jours, je sens comme une sorte de paralysie qui, à certains moments, me saisit. Le T.C.-73 d’avant-hieren était le témoin indirect, dans ce texte où je ne pouvais plus que contempler, stupéfait et sarcastique, leur folie extraordinaire parcourant des espaces de notre civilisation, et ne parler finalement que du “vertige crisique” qui me prenait comme il les avait pris. J’éprouve la même sensation, avec plus de force encore, aujourd’hui, à la perception essoufflée de la rapidité des événements du chaos du monde.

Je me rassure finalement en me disant “Sirius”, comme d’autres avant moi l’ont fait, c’est-à-dire prenant de la hauteur, de la distance, de la bienveillance ironique et stupéfaite à la fois, pour mieux m’éloigner de l’objet du vertige et bien mieux l’embrasser dans son entièreté. L’“objet du vertige” ? Avez-vous connu une telle accumulation d’événements crisiques fous de leur propre crise, s’agiter et tourner comme derviches dans le tourbillon crisique ? Chaque jour me vient cette même question : a-t-on jamais vu un tel chaos tourbillonner de la sorte ? Cette question répétée mille fois, et désormais depuis des années qui nous semblent des siècles, chaque jour trouve une nouvelle résonance, chaque jour se trouve justifiée à nouveau, relancée, reformulée. Chaque jour, Sirius opine

(Suite)

T.C.-73 : Le vertige crisique

  mardi 21 mai 2019

21 mai 2019 – Le spectacle est extra-terrestre, une sorte de rencontre du deux-millième-type, pour marquer que nous sommes dans le deuxième millénaire. La France est prise de vertige, l’Europe est emportée par le vertige, car désormais l’on peut proclamer que le “Tourbillon Crisique” est entré dans les psychologies pour les transformer en vertige et faire tourner les esprits pour produire des pensées et des tweets qui éclatent comme autant de phénomènes stratosphériques. Ce sont les derviches-tourneurs de l’Europe en grande-folie et dans tous ses États-Membres.

Cette panique, ce paroxysme qui envahissent nos têtes pensantes, nos élites-devenues-folles, dans cette Europe devenue un immense Titanicchargé de tant de vertus qu’il ne voit pas ce champ d’icebergs noirs conduits par un brise-glace de fabrication russe (ils connaissent cette technique), icebergs noirs-bruns baptisés suspectement “Salvini”, “Le Pen”, “Orban”, “Farage”, “& Cie”. (Le “&Cie” m’inquiète beaucoup, pas vous ?) Mais renseignez-vous donc, informez-vous à la fin !

(Suite)

Farage-Gabbard et le Grand Réalignement

  dimanche 19 mai 2019

19 mai 2019 – Comme il l’a montré dans plusieurs textes, comme moi-même je l’avoue, Tom Luongo est un admirateur de Tulsi Gabbard. (Il est également un déçu-écoeuré de Trump, ce qui me ressemble un peu, certes, sans me causer trop de soucis comme on le comprend bien, puisqu’attendant plus les effets de l’élection de Trump que d’une hypothétique “gouvernance” de Trump.) Dans une chronique du 15 mai 2019, développée sur le thème qu’il nomme lui-même le “Grand Réalignement”, Luongo fait un rapprochement audacieux et transatlantique, et audacieux parce que transatlantique limité aux pays généralement identifiés comme anglo-saxons : Farage & Gabbard réunis comme un axe, qui serait un des axes de la poussée populiste qui secoue la civilisation occidentale, dite “bloc-BAO”.

(Effectivement… Non seulement rapprochement “transatlantique” mais également rapprochement statutairement “Anglo-Saxon”, malgré les origines samoanes de Gabbard qui importent peu ici. L’intérêt du point de vue de Luongo est strictement politique dans sa signification symbolique et institutionnelle pour les deux personnes concernées, et il définit des conceptions couvrant des zones que l’on identifierait comme idéologico-géographiques ; “dans le temps”, comme l’on disait, on aurait parlé de l’“Anglosphère”. Le populisme, – car il n’est question que de cela ici, et nous laissons les débats de définition du mot aux chers crétins salonards, nous intéressant exclusivement à la dynamique antisystème qu’il incarne pour la séquence, – ou plutôt le fait du populisme envahissant également le cœur de l’Anglosphère signale son importance absolument eschatologique.)

(Suite)

Nous et le Pentagone

  vendredi 17 mai 2019

17 mai 2019 – J’avoue ma persistante et durable stupéfaction pour ce qui concerne l’inculture extraordinaire dont fait preuve l’immense et écrasante majorité, du type-stalinien, de nos dirigeants, experts, commentateurs, généraux étoilés et ainsi de suite, ici en Europe et encore plus ici en France, lorsqu’il s’agit de comprendre exactement ce qu’est le Pentagone, et plus largement dit le Complexe Militaro-Industriel (CMI) des États-Unis d’Amérique. La bouche pleine du vertige crisique et tourbillonnant de la valse des $milliards, aucun de ces arrogants crétins et naïfs imbéciles, j’en jurerais, n’a eu l’audace de lire les quelques paragraphes du début du plus fameux discours du XXIème siècle sur la sécurité nationale ; discours daté du 10 septembre 2001, – non, non, surtout pas le 11, – et il est du secrétaire à la défense Rumsfeld, un dur de dur qui s’y connaissait.

« Notre sujet aujourd’hui est un adversaire qui constitue une menace, une sérieuse menace, contre la sécurité des États-Unis d’Amérique. Cet adversaire est un des derniers bastions de la planification centralisée. Il gouverne en édictant des plans quinquennaux. D’une seule capitale où il se trouve, il tente d’imposer ses exigences au travers des fuseaux horaires, des continents, des océans et au-delà. Avec une brutale constance, il bâillonne la pensée libre et détruit les idées nouvelles. Il désorganise la défense des États-Unis et met en danger les vies des hommes et des femmes en uniforme.

(Suite)

L’invasion de la Norvège

  vendredi 10 mai 2019

10 mai 2019 – Pour bien vous mettre dans l’ambiance, je vais d’abord vous rapporter rapidement l’histoire de Hvaldimir, alias-Semion, ou bien est-ce le contraire : Semion, alias-Hvaldimir, qu’importe. Je vais m’attarder un peu pour bien faire prendre conscience de l’importance et du danger que recèle, – pour la civilisation occidentale-BAO, précise-je, – la faune marine dans les eaux glacés des Mers Baltique et du Nord.

Le début de l’aventure se situe autour du 25 avril et détaille la rencontre de trois frères, pêcheurs norvégiens, avec un bélouga, ou une “jeune baleine blanche”, très amicale, très joueuse, extraordinairement sympathique, mais qui était équipée d’un harnais et semblait en être indisposée. Je laisse les différents épisodes, icinou , d’une histoire qui fut aussitôt, dans l’instant où elle fut rapportée, à la façon et au rythme d’une offensive-blitzkrieg, cataloguée comme la rencontre d’une baleine-espion envoyée par la marine russe, sans doute pour espionner les côtes de la Norvège, peut-être pour préparer sinon achever l’invasion de la Norvège avant de passer à l’OTAN elle-même.  

Les trois frères, eux, étaient surtout préoccupés par la gêne de l’animal pour lequel ils éprouvaient eux-mêmes une vive sympathie et, à ce point, l’épisode se conclut comme ceci, de la meilleure façon du monde (rapporté par Le Monde) : « Vendredi [26 avril], après plusieurs essais pour l’en délivrer, l’un des frères équipé d’une combinaison de survie a plongé pour libérer l’animal du harnais. Le béluga a ensuite disparu. Des photos du harnais, diffusées par la direction de la pêche norvégienne montrent que l’inscription “Equipement St Peterburg” est gravée sur les attaches du harnais, qui disposait aussi d’un dispositif d’attache pour une caméra embarquée de type GoPro. »

T.C.-72 : Leur Grand Trou Noir

  mardi 07 mai 2019

7 mai 2019 – Le tourbillon crisique (T.C. : titre de cette rubrique) tourbillonne-t-il encore ? Ma réponse, toutes réflexions faites, est un “oui” sonore et sans équivoque ; simplement, il tourbillonne si vite qu’on le croit parfois à l’arrêt et qu’on croit ne plus le voir du tout. Le problème de cette rubrique (T.C.) est qu’elle tente épisodiquement d’observer et de définir le phénomène et que cette tâche est difficile si l’observation s’avère impossible. Le Système, cette immense machinerie énigmatique qui fait peser sur nous l’empire de sa surpuissance, est aujourd’hui agité de spasmes terribles et d’une violence inouïe, dont l’amplitude est telle que nous n’arrivons pas à les identifier comme tels parce que notre vision est en-deça du mesurable du phénomène. Il faut, pour partie, s’en remettre à l’intuition...

Pourtant, il y a des signes et des évidences qui nous permettent de voir clairement le schéma fondamental des événements, derrière cette agitation agissant comme un écran de fumée. J’ai déjà signalé, dans le T.C.-70 sur « “Nos” drôles de guerres civiles ! », le rôle privilégié de la France et des USA dans cette recherche d’une impeccable décadence en bonne accélération centripète de manière à ne pas faire attendre trop les spectateurs (nous-mêmes), recherche de l’identification et du diagnostic de l’état de la crise du Système toujours en recherche d’élargissement, et de la dynamique dissimulée du tourbillon crisique, – bref comme feraient des accélérateurs de particules de la crise en recherche de l’extension de son domaine, – toujours plus grand, toujours plus vite. Je terminais cet article par un conseil : « Bref... ‘Stay tuned’, comme l’on dit. » C’est ce que nous faisons…

Dans ce T.C.70, mon conseil était de suivre leurs “pensées” : « Avez-vous vu cette formidable similitude de pensée entre deux géants [Macron & Trump] de l’époque ? » Ici, ce sera plutôt le constat de la “formidable similitude” de situation entre ces deux mêmes “géants de l’époque”. Il est entendu que nous laissons de côté les étiquettes, les choix politiques voire les idéologies, les personnalités de ces deux-là, leur communauté de caractère pour alimenter la crise, etc. ; nous ne parlons que des situations.

Pour le Français, avec le destin que l’on sait de lui, son exceptionnalité à l’origine, sa gloire éclatante par avance, il est remarquable de constater combien il se trouve totalement impuissant à se débarrasser d’une dynamique de chute régulièrement accélérée, malgré des moyens puissants, une communication quantitative formidable et une pseudo-popularité qui semble n’avoir aucun effet sur quelque soutien populaire que ce soit, un soutien aveugle et empressé des élites, un zèle de répression d’une férocité rare, apparentant la France à un Etat de qualification et de spécialisation policière. (Ils ont même trouvé un nom “à la mode”, qui pourrait nous la servir postmoderne : “démocrature”.)… Tout devait être bouclé, plié dans le sens de la longueur jupitérienne à la satisfaction du Petit-prince par un Grand Débat du type-logorrhée au lieu de quoi l’on eut en vérité, comme pour nous dire le vrai, Notre-Dame qui s’embrasa d’une sainte et métaphysique fureur.

Hier, pour la première fois, la première place dans les sondages du parti présidentiel pour les élections européennes a été mise en cause d’une façon sacrilège et provocante. C’est une perspective hypothétique parmi tant d’autres, que je signale en passant, qui achèverait bien la séquence dans le sens que l’on sait inévitable : effondrement aveuglé et confus du mandat Macron dans un chaos d’où sortirait effectivement quelque chose comme une “guerre civile” d’un nouveau genre, mauvais genre. Quant à lui, pauvre Macron, plus que jamais “pompier-pyromane”, perdu au gré des oubliettes, aggravant la situation à chaque nouvelle habileté de communication …

A Washington D.C., c’est-à-dire à “D.C.-la-folle”, ce devait être un peu la même chose. On attendait le rapport Mueller et l’on découvrit, au cours d’un processus chaotique, qu’il ne prouvait rien qui fut en quelque façon que ce soit la “culpabilité” de Trump, type marionnette-du-Kremlin. On en déduisit donc que le chaos était clos, et que la présidence Trump pouvait commencer. Que nenni, mes amis.

Bien au contraire, “D.C.-la-folle” est plus que jamais sur le sentier de la guerre. On ergote et on s’affronte sur les virgules, sur la réécriture du rapport, sur la possibilité d’une “obstruction à la justice” dissimulée du président, sur le ministre de la Justice qui refuse l’injonction du Congrès de témoigner et l’on se prépare à passer Mueller sur le grill lorsqu’il ne dépendra plus de ce ministre-là. Même Dame Pelosi, pourtant si prudente et cheftaine-en-chef des démocrates à la Chambre, commence à admettre de nouveau que, finalement, après tout hein, on pourrait tenter la mise en accusation pour une destitution.

Voilà pour “D.C.-la-folle”, domaine interne ; pour le reste, l’extérieur, le Venezuela, la Chine et le reste, on sait bien ce qu’il en est avec le grand-inénarrable Trump, prisonnier des pieds-nickelés Bolton-Pompeo, ou bien qui joue avec eux comme il a joué auparavant avec les généraux qui tenaient le même rôle. Peu importe le vrai dans tous ces détails, reste, là aussi, cette dynamique crisique qui ne cesse de s’enfoncer dans le Grand Trou Noir

C’est à ce point que je veux en venir en maintenant ce parallèle entre France et USA, au niveau de cette dynamique de pourrissement et de destruction des structures des pouvoirs, c’est-à-dire des structures du Système. Bien entendu, l’on comprend combien ces deux pays ne sont pas des exceptions, malgré leurs prétentions à l’exceptionnalisme, mais bien plutôt des exemples de cette dynamique que l’on retrouve partout.

Voilà le vrai : le tourbillon crisique que je ne parvenais plus à retrouver s’est transformé en un immense trou noir, – le Grand Trou Noir, – qui engloutit les structures, l’ordre et la logique du Système dans un immense mouvement circulaire d’aspiration vers le bas et vers le néant. Les quelques figurants qui prétendent encore à l’influence directive sont promis à subir le même sort, comme Maistre disait des chefs révolutionnaires : « Les scélérats mêmes qui paraissent conduire la révolution, n'y entrent que comme de simples instruments ; et dès qu'ils ont la prétention de la dominer, ils tombent ignoblement. »

Courage Macron, courage Trump, menez votre mission à bien, – soyez exécrables, ignoblement…

L’esprit partisan

  jeudi 06 juin 2019

6 mai 2019 – C’est si loin déjà et pourtant, en ce temps-là, je commençais déjà à me croire vieux... Je vous parle des années GW Bush qui n’existèrent évidemment qu’à partir du 1erseptembre de cette étrange année 2001... 

2001, première année étrange (2000 compte pour du beurre, sorte d’entre-deux millénaires) d’un siècle non moins étrange qui nous conduit actuellement, – l’avez-vous remarqué ? comptabilisé ?, – vers l’engloutissement de son premier quart dans une extraordinaire orgie de violences et d’absurdités abruties et hurlantes, dans un maelstrom de sottises et de cruautés insensées, dans un enfer impitoyable de vide, de rien et d’absence de sens ; et là-dessus le visage souriant, sérieux et rassurant à la fois, expert du bon sens, sentencieux, sourcilleux mais pédagogique, et même angélique mais si optimiste, si bon-serviteur de la démocratie dans l’extrême servilité paroxystique ou pateline ; oui, les innombrables visages élitistes des bataillons des zombieSystème, les élites de la communication sur vos grands écrans-étranges lucarnes, se tenant, extasiés, émerveillés et rassurés, et courbés, et flagorneurs, et obséquieux, et courtisans, et soumis-abjects, au service exclusif et constant du Système.

Mais les années GW Bush, donc... C’étaient l’Irak et l’Afghanistan, puis le reste, et alors il y avait une franche opposition, on n’appelait pas encore ça de l’antiSystème mais on y viendrait. Par conséquent, je m’intéressais toujours, et même encore bien plus qu’aujourd’hui, au système de la communication de l’américanisme, car c’était bien là le centre de la première crise globale de ce XXIème siècle crisique qui s’ouvrait. Aux “nouvelles”, dans les extraits des shows d’information, une fille me ravissait, une vraie fille-garçon, lesbienne avec une sorte de panache jubilatoire où l’on distinguait, – disons, où je croyais distinguer de l’ironie, de la dérision, en même temps qu’une ardeur roborative qui s’inscrivait dans son programme. C’était Rachel Maddow, de MSNBC ! Impitoyable critique de GW, de ses archers bellicistes et de ses folles aventures guerrières, antiguerre proclamée la Maddow, et sur quel ton, avec quelle insolence ! Je me disais qu’avec ce gabarit-là, l’Amérique-dissidente avait de beaux jours devant elle.

(Suite)

Salut,  “GAFA-fascisme”

  dimanche 05 mai 2019

5 mai 2019 –  Il y a trois jours, quelques-uns des nouveaux “petits-maîtres du monde” – comme on disait “les petits-marquis” in illo tempore, – les GAFA & associés Made In Silicon Valley, effectivement nouveaux maîtres du monde New-Age en t-shirts (“à boutons dorés” comme dit la chanson), et l’air si à-propos des vieux sages de l’Antiquité relooké en postmodernes, ces braves personnages-start-up ont lancé une vague massive de suppression de tweets et messages-Facebook par interdictions prononcées contre diverses personnalités, – dans ce cas, des dissidents et des antiSystème de droite aux USA, dont l’acteur James Wood ; cela pour la santé morale et spirituelle de nos pauvres âmes si vulnérables aux “discours de haine”, modèle Staline en t-shirt (j’y tiens, à mon t-shirt)...

Je suis prudent, je ne nomme pas cela “censure” parce que, tout de même, on ne diffame pas comme cela des Lumières de la postmodernité, avec tant de vertus, – “34 ans/$63,2 milliards/t-shirts permanent-sauf-au-Congrès”, cela vaut bien plus comme carte de visite de la haute culture que les œuvres de Platon, de Plotin et de Pseudo-Denys l’Aréopagite additionnées comme références de sagesse pour inspirer le monde et bloquer les tweets et messages-Facebook.

(Suite)

En attendant de Gaulle

  mardi 30 avril 2019

30 avril 2019 – Je vais compléter le texte de ce jour sur de Gaulle, d’une plume britannique et néanmoins gaulliste, par un extrait d’un projet littéraire jamais terminée, et encore moins publié, comme mes armoires regorgent. Le projet se nommait (j’avais déjà mon titre) La parenthèse monstrueuse, et j’en ai déjà donné des extraits à deux reprises : une fois concernant la Beat Generationet l’autre fois concernant Raymond Aron. Pour ne vous faire grâce d’aucun détail, voici une reprise (du texte de présentation du passage sur Raymond Aron, qui à mon sens vaut le détour), explicitant de quoi il est question avec ce projet datant de 2005-2006 et déjà mené assez loin, avant que je ne divergeasse vers un projet plus vaste qui incluait des éléments de La parenthèseet allait nous conduire vers La Grâce de l’Histoire…

« …Ce projet avait un titre, La parenthèse monstrueuse, dont on retrouve les orientations fondamentales dans une partie de La Grâce de l’Histoire. (Rien n’est donc jamais perdu tout à fait.) La “parenthèse” en question va de 1933 à 1989-1991 et son interprétation se fonde sur l’idée que le grand événement du XXème siècle fut la Grande Guerre, dont la signification fut en bonne partie comprise et étudiée dans l’entre-deux, à peu près jusqu’en 1933, quand tout bascula soudain dans la mainmise des idéologies sur la politique du monde. Dès lors, l’orientation de la réflexion ne fut plus consacrée qu’à cet affrontement catastrophique des idéologies, qui écarta l’essentiel que nous avait inspiré la Grande Guerre, lorsque nous étions proches de la vérité fondamentale de notre temps historique. Cette “parenthèse” vit donc, d'une part, le paroxysme et l’effondrement catastrophique de la dynamique allemande qui avait été chronologiquement la première à prendre sous son aile la dynamique du “déchaînement de la Matière”, ou plutôt avait été choisie par elle pour la représenter dans l’histoire du monde ; et, d'autre part, le courant américaniste, déjà fort bien préparé, qui prit le relais à son compte et nous mena au terme de la parenthèse (en 1989-1991) pour en émerger dans la position qu’on sait et pour devenir définitivement l’élément fondateur et nourricier de la catastrophe universelle qu’est notre époque de Grande Crise générale. » 

(Suite)

Chute libre

  lundi 29 avril 2019

29 avril 2019 – J’ai lu le livre dont on parle beaucoup, Crépuscule de Juan Branco. Tout le monde sait ce dont il s’agit : la description de l’ascension de Macron par un homme (un jeune homme) qui précise bien entendu qu’il appartint à ces réseaux qui firent le boulot, et qui en est sorti par choix moral pour “entrer en dissidence”, pour “lâcher le morceau”, – ce qu’il fait avec minutie. Ici, je ne veux pas parler de l’auteur, de ses diverses révélations (ou “révélations”), des diverses situations décrites, des personnes impliquées, mais seulement de l’impression générale concernant disons une “atmosphère”, que j’ai éprouvée à la lecture de son livre. S’il y a pour moi du vrai dans ce livre, je veux dire du fondamentalement vrai, c’est là que je l’y trouve.

Lui-même, Branco, dans une interview que j’ai visionnée (Thinkerview, le 13 mars 2019), m’est apparu sous un jour favorable : parlant bien, droitement, avec naturel, d’une façon convaincante quant au récit qu’il nous donne. La phrase qui, à son avis, résume aussi bien Crépuscule que son sentiment général sur ces gens qui forment à la fois une partie importante “de nos élites” et les réseaux qui ont fabriqué et mis Macron sur orbite, c’est celle-ci, p.310 : « Ces gens ne sont pas corrompus. Ils sont la corruption. »

(Suite)

Parlerait-on d’un tournant de civilisation ?

  vendredi 26 avril 2019

26 avril 2019 – Je n’ai pas vraiment l’habitude de commenter un article qui paraît le jour même sur le site, mais enfin, on le sait, une habitude est aussi faite pour ne pas être respectée à l’occasion. Il s’agit donc du commentaire fait autour des déclarations de David Trachtenberg, chargé de la politique au Pentagone en tant que “faisant-fonction” de n°2 de ce très-puissant ministère.

Je rappelle rapidement ce qu’a dit cet éminent personnage, se référant aux nombreux programmes de missiles hypersoniques développés par les Russes, qui ont creusé une avance stratégique considérable sur les USA, – dans une réponse à une question qui suivait sa conférence à la Brookings Institution le 24 avril :

« …Comme je l'ai déjà dit, nous ne sommes pas intéressés par un développement symétrique système pour système. Les Russes ont développé une quantité incroyable de nouveaux systèmes d'armes, y compris les nouveaux systèmes que le président a dévoilés en grande pompe il y a quelques mois. Les Russes les font, nous ne les faisons pas... Les Russes font des choses que nous ne faisons pas. Nous essayons de prendre des mesures modestes afin de diminuer la confiance de la Russie dans le fait que ce qu’elle fait lui donne un avantage exploitable qui pourrait mener à une erreur de calcul de sa part que nous ne voulons absolument pas voir. »

(Suite)

De mon indifférence pour le complotisme

  lundi 22 avril 2019

22 avril 2019 – Qu’un “ministre de la République” comme ils aiment à se distinguer pompeusement, s’imaginant que le titre fait la chanson, et celui-là Homme sans qualités comme écrivait Musil avec cette observation prémonitoire dans l’inversion (« Rien moins qu'un livre-monument, conçu à la manière d'une cathédrale »), – que ce ministre au parler empreint d’une monotonie entropique nous avise le soir de l’événement que ce serait verser“ dans le complotisme” qu’imaginer autre chose que l’observation officielle assénée sous la forme d’une certitude (“un accident”), cela en dit long sur eux-mêmes autant que sur “l’accident”. Que ce ministre donc, qui est un sot extrêmement médiocre, infécond et ennuyeux (il y a des imbéciles parfois joyeux et inspirants) se permette de dire une telle chose alors qu’il n’y est nullement forcé dénote qu’il a des lectures qui ne sont pas de son âge, des fréquentations à mesure et des mauvaises manières.

Mais le sujet n’est pas le “ministre sans qualités”, donc sans intérêt, vers quoi je me suis laissé emporter, mais bien le complotisme. Dans ce cas, il s’agit de l’hypothèse : “Et s’il ne s’agissait pas d’un accident ?”.

Cela tombe bien, cette accusation de “complotisme” lancée par une autorité-Système, just in time... Alors que le Système vient de nous balancer en pleine figure, avec quelle fureur, le rapport Mueller, –  après deux ans d’enquête forcenée et de narrative hallucinée de type McCarthyste, rapport sans la moindre miette ni poussière sur l’accusation centrale (Trump complice-manipulé de Poutine) ; cette accusation habillée d’un complot extraordinaire, née d’un délire auto protecteur et aussitôt adoubée par la presseSystème, jour après jour depuis la mi-2016, chaque fois sur le ton affirmatif de la Vérité-révélée et expérimentée dans tous les grands quotidiens “de référence”, dans l’enthousiasme d’une mobilisation complotiste sans un pli pour la vertu démocratique. Pas de complotisme, ô “ministre sans qualités” ?

(Suite)

La bataille du Signe des Temps

  samedi 20 avril 2019

20 avril 2019 – J’avoue n’avoir pas marchandé mon bonheur lorsque Finkielkraut, semi-grave pour l’évidente force de son idée et demi-ironique en imaginant ce que seraient les binettes de ceux qui l’écoutaient, commença à dire qu’il ne croyait pas à un accident ni à un attentat, pas du tout… Mais bien plutôt ceci, évoquant l’usine à touristes par millions, l’incessante exploitation, « livrée aux cars immenses et immondes, découragée par cet environnement dé-spiritualisé, elle a voulu mettre fin à ses jours et in extremis en a été empêchée par des pompiers exemplaires et héroïques »…

Je ne marchande pas mon bonheur car vous aurez tous reconnu l’idée centrale que développe notre poétesse Badia Benjelloun dans son « Notre-Dame ». Il est vrai que nous autres, pauvres hères et pauvres humains qui portons et supportons cette époque terrifiante de bassesse, nous comprendrions si bien qu’elle, Notre-Dame, puisse songer au pire selon nos conceptions habituelles et peut-être erronées ; exaspérée enfin, par les marchands du temple qui sont le principal “reflet du temps” que le philosophe Premier ministre Philippe voudrait voir figurer pour illustrer Notre-Dame 2.0 à laquelle nous apporterions les améliorations qui s’imposent, avec consommation réduite, taxe-carbone, et une décoration extérieure rendant compte de cette sublime “diversité” qui fait toute la richesse de cette opulente époque des hautes eaux du système sanitaire. Dans une telle perspective enfermée dans de telles intentions de bureaucrates de l’Art Contemporain, tiendrions-nous le terrain propice à nos élans décisifs ?

Start-up Notre-Dame 2.0

  jeudi 18 avril 2019

18 avril 2019 – il y a un argument autour de la question de la reconstruction/de la restauration de Notre-Dame... Malgré cette rêverie où je me trouve et qui m’entraîne sur des voies incertaines par rapport à la bien-pensance de la République, je prends des précautions de langage en offrant deux mots pour un, mais le fait est bien qu’il s’agit d’une “reconstruction” et en aucun cas d’une “restauration”, et je dirais plus encore car le mot était venu sous ma “plume” (!) avec de multiples coquilles à cause d’un clavier bien mal tempéré, fait pour des créatures-postmodernes et pas pour un faiseur de textes conscients : une “restructuration”.

Bien, il s’agit d’une hypothèse de rêveur à l’esprit bien subversif, qui pourrait néanmoins bien être une possibilité, voire une probabilité, car le personnel du Système ne lâche jamais sa proie et sa sottise infinie le garde de toute de toute sotte infraction par rapport aux consignes. Le mot “restructuration”, qui m’a donc échappé, implique, dans le sens où je l’apprécie, avec la re-création de la structure qui est le fondement de l’être, et qui serait nécessairement différente dans ce cas, l’élimination totale, l’éradication de toute trace de mémoire de la pierre sublime venue de la Tradition que Notre-Dame avant le feu gardait intacte pour ceux parmi les Parisiens et dans les cohortes moutonnières de touristes encore capables de percevoir de quoi il s’agit.

(Suite)

“Le Temps des cathédrales”

  mercredi 17 avril 2019

17 avril 2019 – Avant d’être “800 ans de l’histoire de France”, avant d’être “le monument le plus visité du monde” et un “chef d’œuvre du patrimoine mondial”, avant d’être l’architecture mystique “qui veille sur Paris et fait de Paris ce qu’il est”, Notre-Dame est une cathédrale. Cela pourrait gêner certains, qui ont vu dans cette sublimité de l’art religieux parvenu au suprême esthétique du gothique flamboyant une ode à “la religion de la République” (parole, j’ai entendu cela), mais cela est. Je veux dire que le fait est que Notre-Dame est l’œuvre du christianisme et du catholicisme.

Cela bien compris pour que tout soit bien entendu, il est évident que la cathédrale, – Notre-Dame et ses sœurs gothiques, – est une part du miracle de la matière atteignant à la parfaite spiritualité, et cela n’est pas l’apanage du christianisme ni du catholicisme, ni de quelque autre “isme” que ce soit, mais plus droitement du Mystère qui nous habite, qui nous hante et qui nous exalte, et qui fait notre foi malgré tout. A propos de cette extraordinaire émotion entourant la catastrophe de Notre-Dame, l’architecte Christian de Portzamparc observeque « cela nous révèle à nouveau que l’invention de l’architecture gothique fut merveilleuse, cet art de conquérir la hauteur pour faire descendre la lumière du plus haut possible. Il y a celle de la foi, et il y a celle de la beauté. Les visiteurs ressortaient de cette cathédrale émus et changés. » Ces diverses considérations convergent pour nous suggérer la définition même de ce qui pourrait être perçu comme le mystère du monde et le mystère de nous-mêmes, et dans tous les cas, par inversion des situations, le centre et le cœur grondant de la causalité originelle de la Grande Crise que nous subissons aujourd’hui.

(Suite)

Feu contre feu

  mardi 16 avril 2019

Le censeur-Artificial Intelligence de Yutube eut l’heureuse idée de placer l’événement de dévastation  sous les auspices de 9/11, – Notre-Dame définie par les tours de Manhattan, – suggérant à ceux qui n’y pensaient pas encore l’idée du complotisme. Ils se sont excusés, mais il reste que la bêtise de la modernité-FakeNewsiste a tenu à figurer dans l’éventail des sentiments innombrables de cette tragédie extraordinairement chargée du symbolisme de la métaphysique de l’Histoire et de la foi. 

Le poids du symbole pèse autant sur nos consciences et sur nos âmes que l’incendie lui-même, dont on a peine à qualifier le sens que nous sentons obscurément : le Feu de Dieu ou le brasier du Diable ? A cette heure de ce jour où un “président” devait parler, dans une telle occurrence de la Semaine Sainte pour les chrétiens qui sont eux-mêmes les légataires religieux de Notre-Dame, dans ces temps-là du Grand Trouble, au cœur d’événements terrestres empreints de la folie tourbillonnante de la Grande Crise, comment écarter une immense interprétation symbolique, où chacun mettra pêle-mêle ses croyances, ses passions, ses angoisses, ses espérances et ses désespoirs ?

(Suite)

Assange ? “C’est pas mon truc”

  vendredi 12 avril 2019

12 avril 2019 – Pour commencer à propos de cette affaire si parfaitement illustrative de ces temps d’ignominie qu’on ne déguise même plus, on s’en tiendra, dedefensa.orget moi, à deux commentaires (tous deux rapportés par ZeroHedge.com) qui ont le mérite de mettre dans la bonne perspective l’affaire Assange dans son dernier développement.

(A côté de quoi, latéralement dirais-je, on doit signaler aussi que cette affaire a déclenché une avalanche de tweet dont bon nombre montrent une haine ricanante là aussi sans aucun apprêt de dissimulation, notamment de la part de journalistes de la presse britanniquede cette presse britannique “libé-chic” (type-GuardianThe Independent, BBC), réputée pour son libéralisme et son affection pour les “valeurs” auxquelles il nous est ordonné à tous de faire les dévotions qui importent, – droits de l’homme, liberté de la presse et autres viennoiseries ; lesquels journalistes, puisque c’est leur titre, s’affichent comme dotés d’une grande liberté d’esprit critique et s’alignant par conséquent et fort vertueusement pour la suite sur les méthodes cruelles, illégales et dignes du crime organisé des autorités anglo-saxonnes. Rien à redire à cet égard, dans le rangement duquel le caractère de zombie-luciférien a sa place là où il faut, et l’enthousiasme devant le sort épouvantable fait à un homme dont la situation constituait un éclairage constant de ce caractère.)

(Suite)

La civilisation-JSF

  jeudi 11 avril 2019

11 avril 2019 – Je trouve que nous faisons des progrès, notamment avec le constat que nos entreprises les plus vaines, les plus stupides, les plus coûteuses et les plus catastrophiques, commencent à laisser derrière elles des traces particulièrement choquantes. Il faut que je m’explique minutieusement, à la lumière de la perte d’un F-35 (version F-35A) japonais, perdu corps et biens en mer sans qu’on sache ni pourquoi, ni comment. On sait simplement qu’à un moment, le F-35 a disparu des écrans-radar (« a disparu du suivi-radar », selon les sources officielles), donc on en a déduit qu’il lui était arrivé quelque chose et un peu plus tard l’affreuse nouvelle fut confirmée.

Il y en a certains qui ont tout de même remarqué l’étrangeté du fait qu’un avion qui intègre les technologies furtives pour échapper au repérage des radars puisse être l’objet d’un “suivi-radar”, jusqu’à provoquer une alerte qui s’avère fondée lorsqu’il disparaît des écrans. Le F-35, qui est également JSF, n’est jamais avare de nous produire des surprises : quand il devient ce qu’il devrait être (invisible), c’est qu’il est en perdition comme un vulgaire 737 Max.

(Suite)

Du DeepState à l’“État-peu-profond”

  mardi 09 avril 2019

9 avril 2019 – Nous n’avons plus guère parlé ni cité Tom Engelhardt et son site TomDispatch depuis de nombreuses lunes, dans dedefensa.org. Il était pourtant une de nos références les plus affectueuses, notamment durant les années 2000. Sans doute devrais-je dire, sans l’ombre d’un regret ni d’une hypocrisie, que Trump nous a tactiquyement séparés : Engelhardt l’a pris au premier degré, comme une terrible nuisance pour son pays avec sa personnalité bombastique, ses mensonges à l’emporte-pièce et tous ses brigandages de téléréalité ; je l’ai pris au second degré, comme un président-bouffe disons, capable avec ses tweets et ses crapuleries de mettre sens-dessus-dessous Washington, d’y faire naître “D.C.-la-folle”, d’installer le désordre au cœur de la citadelle défenderesse de l’ordre-Système installé en maître du monde.

Mais Engelhardt est un honnête homme et son objectif final reste l’État de Sécurité Nationale, alias-DeepState en langage postmoderne, – alias-Système, ou partie du Système certes, pour nous. Il est donc tout à fait capable d’identifier et d'analyser ce que Trump a apporté de bénéfique, sans le savoir, “à l’insu de son plein gré” comme l’on dit en téléréalité. Il le fait dans ce texte du 8 avril 2019, qu’il partage avec Andrew Bacevich, un de ses collaborateurs réguliers, lui aussi ennemi de Trump ; et ce texte qui nous instruit des mythes que Trump, par son comportement et son action, à mis en pleine lumière sans le savoir ni le vouloir vraiment (“sans le savoir ni le vouloir vraiment” parce qu'il s'en fout, tout simplement, et de ce fait autrement efficace...).

(Suite)

L’essoufflement en peau de chagrin

  lundi 08 avril 2019

8 avril 2019 – Il est absolument fascinant, s’il vous reste quelque capacité d’être encore fasciné après l’avoir été tant de fois de suite par l’incroyable vanité, par le vide abyssal, par l’inversion presqu’automatique caractéristiques des événements machinés par sapiens sapiens dans notre époque si pesante, – absolument fascinant disais-je, de comptabiliser le nombre de fois où se sont faits les consensus autour des tables bavardes et parisiennes de la “petite lucarne”, sur le fait que, oui, cette fois c’est sûr, le mouvement des Gilets-Jaunes s’essouffle. Ils s’essoufflent, ces commentateurs parisiens, à force de le constater chaque semaine, après chaque samedi ; moi-même, je l’avoue, proche d’être essoufflé à force de les suivre pour tenter de distinguer leur angoisse dans cet emploi forcené de la “méthode Coué”.

Plus on avance dans cette étrange marche à reculons, plus ils reculent justement. Je veux parler ici, par induction de la réflexion, que c’est le régime révolutionnaire du président Macron qui est touchée dans sa grandiose perspective effectivement révolutionnaire. Chaque samedi passé, en même temps qu’on nous donne la température du Grand Débat et que la distinguée nouvelle porte-parole, la meuf très tendance, nous dit que “plus jamais (après les GJ et le règlement évidemment macronien de l’affaire) les choses ne seront pareilles ni comme avant”, grandit l’impression d’un formidable rétrécissement du dessein et du destin du projet-programme révolutionnaire du président Macron.

(Suite)