Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

De la précise Hajnalka Vincze....

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

GEO

  20/04/2018

A propos d' Emmanuel Todd

Article lié : Le Système pulvérise la “réalité”

Christian Feugnet

  19/04/2018

C'est évidemment vrai ,c est pour çà qu ils sont diabolisés , sans le savoir on pourrait le déduire . E .T .qui doit venir d'une autre planéte comme quelques autres , joue  un role utile en énnonçant ces évidences qui normalement devrait aller de soi , mais pour autant çà reste polémique , çà craint le niveau ....

Pour Mr. Ter-Abgarian, et pour d'autres

Philippe Grasset

  19/04/2018

Disons que ce message pourrait s'adresser à tous les lecteurs du site, à l'occasion de l'intervention de Mr. Ter-Abgarian. Il concerne quelques traits psychologiques et autres habitudes chez moi, qui me font tarder parfois à mettre des messages en ligne.

En général, je les survole d'abord, ou les lis en diagonale, avant d'y revenir. C'est déjà du temps perdu. Parfois je m'arrête à un message, dans un ou l'autre sens, pour une raison ou une autre, m'y attarde, hésite ou oublie de poursuivre, voire de mettre ce message en ligne. Parfois, assez sinon très rarement, je me demande si je vais passer tel message ou non ; là aussi j'hésite et remets à plus tard.

Si vous additionnez tout cela, vous comprenez qu'il m'arrive souvent de prendre du retard dans les mises en ligne. En bref, cela est dû à une certaine indécision par rapport aux textes des autres, à une grande répugnance à juger des écrits des autres, et dans les cas extrêmes à une détestation considérable de l'acte du “censeur” du texte d'un autre quand il s'avère qu'une telle démarche a sa raison d'être.

Ecce homo (en partie).

Semper Phi    

Encore lui....

Article lié : Le Système pulvérise la “réalité”

Geo

  19/04/2018

Autre chose....

Article lié : Notes d’un promeneur au bord des abysses

Geo

  19/04/2018

A mon avis un superbe morceau de dialectique là .

Article lié : Le Système pulvérise la “réalité”

Christian Feugnet

  19/04/2018

Celui du passage de Hegel où l 'esclave devient maitre du maitre , ce qui fait de lui l'esclave, ( mais aussi le maitre ) un étre contradictoire , éphémére :  esclave mais pas maitre pour autant . On peut en dire autant actualisé avec la dictature du prolétariat , c'est assurément la fin du Systéme mais pas son remplacemment , il faut quelques degrés de libertés en plus à arracher fort péniblement , et ni par le maitre , ni par l'esclave , en dépendance réciproque ...

Censure sur le ne

Article lié : Le Système pulvérise la “réalité”

Théo Ter-Abgarian

  19/04/2018

Cher Monsieur Grasset,

Vous n'avez pas enregistré un commentaire que j'avais fait hier (bien qu'il y ait eu accusé de réception). Cela n'empêchera pas le monde de tourner. Mais je suis curieux de savoir à quel échelon la censure se fait. Il est possible que cela se soit fait en amont de votre site. Ce serait tout à fait inquiétant. Dans le cas contraire, bien en entendu, je m'incline, vous êtes -et c'est fort bonne chose- maître chez vous.

Macron=Napoléon+Talleyrand?

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

jc

  19/04/2018

"Être bien né, être compétent, avoir du caractère.
Et s'il manque l'une de ces qualités, que ce ne soit pas le caractère, ...., pas le caractère", disait (de mémoire) Talleyrand.

Pour moi c'est loin d'être gagné.

Quant à l'envergure…

 

Et lux in tenebris lucet

Article lié : Conversation avec les “forces suprahumaines”

jc

  19/04/2018

Les deux René, Thom et Guénon*, sont sur la même longueur d'onde sur ce sujet (et à mon avis sur bien d'autres).

Thom: "On peut se demander si la réticulation ne serait pas la donnée première, la construction globale de l'espace-temps ne s'effectuant que par un processus de concaténation à partir des espaces engendrés par les processus d'éclatement locaux associés aux points centraux. Je verrais volontiers l'archétype fondamental de la notion d'espace, l'Urbild de la spatialité, dans l'image d'un point centre organisateur, qui s'étiole en une configuration sous-tendant tout un espace associé."

Dans le chapitre "Les dimensions de l'espace" de " Le symbolisme de la croix ", Guénon parle "de la manifestation du Logos au centre de toute chose", du "point primordial" qui "est le Centre du Monde sous tous les rapports, c'est-à-dire qu'il est à la fois au centre des espaces et au centre des temps."

Selon moi on a non seulement une symbolique mais aussi une classification (ABCDEFG) de telles explosions primordiales "en étoiles" dans les systèmes de racines (cf. Wikipédia), systèmes liés aux groupes de Lie et donc à la mécanique quantique.

La classification E est liée aux solides de Platon, cf. la fin du chapitre 5:

http://repmus.ircam.fr/_media/mamux/ecole-mathematique/yves-andre/ch5singul.pdf

* J'ai lu que Guénon avait commencé par des études de mathématiques, vite abandonnées. À son époque les mathématiques suivaient la Physique: c'était  l'industrie… À notre époque ça l'est encore de plus belle. Cependant Thom a proposé de dissocier mathématiques de la maîtrise (Villani? et 99% des matheux?) et mathématiques de l'intelligibilité...

Le camelot cul-de-jatte au parlement européen

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

Schlachthof 5

  19/04/2018

Hollywood

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

Christian Feugnet

  19/04/2018

Faut remarquer qu ' il n'a perdu la main dans cet affaire de feu d'artifice du 13 à missiles réels . Parce qu'à la fin du scénario , Britanniques et Français ressortent rengorgés de fierté ...chacun avec son casque colonial .

Sauf que...

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

Théo Ter-Abgarian

  19/04/2018

On nous dit que Macron faisait de la transgression en prenant Plenel et Bourdin comme contradicteurs.
Sauf que pas du tout. Je n'ai lu nulle part qu'en pleine crise syrienne il était bien confortable de se choisir deux euro-atlantistes notoires et poutinophobes fanatiques. Aucun risque de contestation sur ce dossier de 7 années de désastre pour les pauvres Syriens, aucun risque de se faire pointer une propagande d'une lourdeur proboscidienne…. Encore l'entre soi en fait.
Peut-être un peu de reconnassance aussi (ne pas oublier la manip' de l'éviction de Fillon où Médiapart a eu sa bonne part ; l'élection présidenteille de 2017 aura un jour son historien, souhaitons-le).
 

Me vient à l' esprit .

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

Christian Feugnet

  18/04/2018

Quelque chose que je n"entend jamais évoquer , la perte considérable du prestige de la France , en Syrie et Liban , acquise à hue et à dia , péniblement , au cours des siécles par la France .. Corrélatif la niaiserie de nos dirigeants , certes ce sont rarement les meilleurs qui gouvernent mais quand méme ...

Panurgisme et aristotedixitisme.1

Article lié : Croisière à bord de mon missile

jc

  18/04/2018

L'article de logique occidentale depuis Aristote à nos jours donné en lien par un commentateur (ERMB) appelle de ma part les commentaires suivants.

1. Principe aristotélicien de non-contradiction.

Thom: "La possibilité pour un sujet d'accepter comme prédicats simultanément deux contraires impose en fait son caractère étendu. Là se trouve, en définitive, lâ réponse d'Aristote à Parménide. Une proposition comme "X est -simultanément- à la fois À et non À" n'est pas contradictoire, elle impose simplement le caractère étendu de X. (Toutefois, cette extension n'est pas seulement l'expression temporelle du devenir, ni nécessairement l'extension spatiale de la matière "locale" (ùlè topikè).)" (ES, p.174)

Il insiste ailleurs: "Le mathématicien ne s'inquiétera pas outre mesure des limites des procédés formels, il pourra oublier le problème de la non-contradiction. Car le monde des Idées excède infiniment nos possibilités opératoires, et c'est dans l'intuition que réside l'ultima ratio de notre foi en la réalité d'un théorème -un théorème étant avant tout, selon une terminologie 
aujourd'hui bien oubliée, l'objet d'une vision." (AL p. 561)

2. Syllogismes

Il y a selon moi deux façons de les considérer.

Soit en nominaliste  ("hommes" et "mortels" ne sont que des flatus voci), auquel cas la signification du syllogisme n'est qu'extensionnelle (et se lit sur des diagrammes plus ou moins élémentaires -par exemple de Venn*);
Soit en réaliste (au sens philosophique) auquel cas cette signification est également intensionnelle (en compréhension), et beaucoup plus subtile.

Thom: "L'optimisme excessif engendré par l'usage des symboles de la théorie des ensembles repose, à tout prendre, sur une erreur philosophique. On a cru, en enseignant l'usage des symboles d'appartenance, d'inclusion, d'union et d'intersection, expliciter les mécanismes sous-jacents à tout raisonnement, à route déduction. L'homme du XXème siècle à redécouvert avec enthousiasme les syllogismes en Darapti et en Celarent qu'enseignant la scolastique du Moyen Âge. Mais avec quelle dégration! Quand Boole écrivit au XIXème siècle son célèbre traité sur l'algèbre qui porte son nom, il n'hésitez pas à l'intituler "The Laws of Thought". La croyance naïve que toute déduction trouvait son modèle dans la manipulation ensembliste a été partagée par les philosophes modernes, comme les néo-positivistes. Aristote, pas plus que les scolastiques médiévaux, ne partageait cette illusion." (AL p.565)

"Dans "Topologie et signification (1969)" et "Les mathématiques modernes, une erreur pédagogique et philosophique?", j'exprime ma conviction qu'il y a un immense fossé entre la pensée "naturelle", le bon sens, et cette logique mathématisée, artificielle, qui a pris naissance avec Boole et qui s'est imposée comme parangon de la rigueur avec le formalisme et l'axiomatique hilbertienne."

En ce qui concerne les Idées Thom est platonicien, il n'est pas aristotélicien (ES pp. 167 et 245).

Il semble à Thom "qu'il y a au coeur de de l'aristotélisme un conflit latant (et permanent) entre un Aristote logiciel, rhéteur (voire même sophiste, quand il critique Platon et les Anciens) et un Aristote intuitif, phénoménologie, et topologie quasiment malgré lui. (...) Il a essayé de faire la jonction à l'aide du concept de séparation, fondamental dans sa Métaphysique."

(Pour moi il est clair que lorsque Thom écrit qu'Aristote a essayé, c'est que ce dernier n'a pas réussi.)

En résumé pour Thom Aristote est certainement beaucoup plus un Topocrate qu'un Logocrate (cf. éventuellement mes commentaires récents à ce sujet). Mais c'est comme Logocrate qu'Aristote est principalement perçu de nos jours: notre logique occidentale, contemporaine et formelle ne serait-elle pas qu'une dégénérescence aristodixitiste de la logique du stagyrite, elle-même un peu viciée dès le départ?

(Thom compare les modèles formels -qu'il critique-, et les modèles continus -qui ont sa préférence-, dans les pages 2, 3 et 4 de SSM.)

Pour terminer je suis content de lire sous la plume d'Aristote le syllogisme concernant les (larges) feuilles de vIgne. Car il y met en évidence une transitivité "embryologique" des attributs de l'être, c'est-à-dire que "ma" théorie ontologico -ékologique d'êtres ensemble, munie de cette notion d'appartenance transitive, devient une théorie catégorique, non pas au sens aristotélicien mais au sens mathématique.

(J'avoue ne pas comprendre le "On remarquera ainsi, par exemple, que dans ses syllogismes, Aristote utilisé indifféremment la copule "appartient à" et la copule "être prédiqué de", ces deux verbes étant considérés comme synonymes et permettant des traductions fidèles du verbe ÊTRE**." 

Sans doute l'auteur de l'article voulait-il écrire AVOIR… Car, selon moi, toute étude de l'être en tant qu'être (toute ontologie) ne peut se faire sans examiner les attributs de l'être, ses prédicats, c'est-à-dire ce qu'il possède, ce qu'il a: toute ontologie est nécessairement une éko-ontologie.


* Cf. Wikipédia Syllogismes

** C'est moi qui majuscule.

A propos des Anglais .

Article lié : Heureux comme un Simulacre en France

Christian Feugnet

  18/04/2018

vu les tons et les attidudes , des dirigents Anglais à propos des espions empoisonnés on se demande où est passé le flegme britannique des gentlemans , sans parler des lords .  C'est clair , de la classe y en a plus .