Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

Martyrs-sans-mérite

Article lié : Comment l’égalitarisme LGBTQ va nous liquider

Alex Kara

  19/08/2019

Pour ma génération, dans la cour de récré, il y avait la question de ce que les grands-parents avaient fait durant la Seconde Guerre Mondiale. Apparemment ils avaient tous été résistants, sauf ceux qui avaient été prisonniers en Allemagne, qui accomplirent tout de même moults prodiges guerriers avant la défaite, qui ressemblaient d'ailleurs étrangement à ceux du film du dimanche soir (type “quand les aigles attaquent”).

Mais voilà, nous nous rendions bientôt compte que nous ne serions jamais une génération héroïque, coincés que nous étions entre le supermarché et le magnétoscope. Il restait les promesses des Reaganomics, qui engloutit la fine fleur de la jeunesse de France dans les tours de la Défense.

Or l'héroïsme c'est une rente à vie. Quoi que fous fassiez ou que vous disiez maintenant, vous avez à un moment été un héros, et donc cela a plus de poids. C'est un constat qu'un grand nombre de personnes dans les sociétés humaines, veulent être quelqu'un. Ce sont justement des gens qui ne sont pas grand-chose (tiens voilà que je me mets à parler comme le mari de Brigitte maintenant) dans la mesure où comme tout le monde ils ont leur boulot et leur bagnole et pas grand-chose d'autre, notamment au point de vue intellectuel.

Mais fort heureusement ils représentent un marché, c'est-à-dire des personnes dont on peut anticiper le comportement (un marché c'est cela et rien d'autre).

Il n'y a pas de héros sans antagoniste.

Et bien, il reste à fournir un antagoniste, de manière à pouvoir en profiter (pécunièrement, politiquement ou d'autre manière, socialement, par exemple). Celui qui est méchant, c'est celui qui les place en-dessous dans la société (les clients ne sont pas trop malins dans ce marché-là, il ne faut pas s'attendre à mieux).

Comme nous sommes dans une société capitaliste, on ne va pas s'attaquer à ceux qui oppressent par l'argent, sauf s'ils ont le malheur de n'être pas américains (Greenpeace qui s'attaque aux entreprises non-US par exemple…). Ce sont des causes qui créent une poignée de héros (tous issu des classes favorisées, et qui bénéficient d'un plan média) et des martyrs (quelques autres types sans plan média, ou sans chance, R.I.P.).

Bon mais l'héroïsme c'est compliqué , il faut quand même faire quelque chose. Ce qui serait mieux c'est d'expliquer son échec social par une oppression intrinsèque, quelque chose que l'on a dès la naissance par exemple. Le genre-sexe, la couleur de peau, le nom de famille…

Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de racisme ou de sexisme par ailleurs, mais ce n'est nullement le but de la manoeuvre. L'écriture inclusive ne va jamais résoudre le problème de l'excision. Le but n'est pas de régler les problèmes, le but c'est d'avoir une arme, pour faire taire “l'oppresseur” qui en vérité est toute personne qui peut démasquer la supercherie.

Car on se fait un film. Tout autre chose (lutter contre l'excision par exemple) prend du temps, des ressources, du courage et justement d'autres qualités dont le martyr-sans-mérite est dépourvu. Donc tout tourne autour de la supercherie (d'aucuns diraient de l'illusion, mais c'est là leur donner une naïveté dont ils sont dépourvus), et l'antagoniste est celui qui la dénonce.

L'ennemi est donc la personne rationnelle.

Les gens rationnels se trouvent dans toute la société, mais dans un pays blanc chrétien, il y a (forcément) davantage de rationnels blancs chrétiens que de rationnels d'autres critères, donc ces derniers n'ont pas le droit à la parole, ou alors ils sont présentés comme raciaux-traîtres (“house nigger” , “Oreo” & “banana” (yellow outside, white inside), “self-hating Jew” et autres sobriquets injurieux).

Combien il est tentant de poser comme “martyr blanc chrétien” (homme ou femme) face à ces attaques, or c'est adopter la même démarche identitaire du martyr-sans-mérite et donc nourrir la Bête.

Continuons donc à disserter, puisque nous ne sommes pas seuls. Nous ne sommes pas seuls ! Nous avons un vaste empire derrière nous, dans nos bibliothèques, nos supports numériques. Cette lutte n'est pas limitée à l'époque malheureuse de notre pays. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n'empêchent pas qu'il y a dans l'univers tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Le destin du monde est là.

;)

A propos des media russes francophones.

Article lié : Du temps du Général soi-même...

Jack V.

  19/08/2019

 

 


Depuis quelques temps, je remarque que les deux sites russes les plus lus RT et Sputnik ont modifié leur façon de présenter le mouvement des Gilets Jaunes.
Le site Russia Today était très impliqué dans la couverture du mouvement depuis le début de ce dernier et a relayés l'essentiel des vidéos liées à ce sujet au point de s’attirer de la part des habitués des réseaux sociaux des commentaires l’accusant de chercher à déstabiliser le régime Macron alors même que les media français semblaient s'acheminer vers une censure totale des informations sur le mouvement.

Depuis quelques jours (en gros deux semaines), il semble que RT se passionne beaucoup moins pour le mouvement. 

Du côté de Sputnik, qui avait une position plus en retrait sur ce sujet, on fait cette semaine carrément dans l’amalgame en assimilant les Gilets Jaunes qui taguent les permanences des élus LREM aux délinquants qui tabassent les maires.

Exemple
https://fr.sputniknews.com/france/201908181041944741-le-maire-dun-village-de-la-loire-frappe-pendant-une-fete-/

Question : ces media russes, auraient-ils eu des instructions de ménager le régime français pour préparer les pourparlers franco-russes et faciliter le changement de posture de la France vis à vis de la Russie ?
 

 

 

AntiPhysis

Article lié : Comment l’égalitarisme LGBTQ va nous liquider

EricRobertMarcel Basillais

  19/08/2019

Il est bien vrai que les inégalités naturelles provoquent chez nos zombies et surtout nos satanistes, un scandale . tandis que les ingéalités artificielles sont LE Progrès.

1/ On a pu démontrer que l'Egalité a priori et universelle des Anges équivalait logiquement à leur disparition-liquidation au profit d'un Seul et Unique Ange, jaloux de la grandeur du Fils ( la deuxième personne divine, l'Acte pur Aristotélicien-Thomiste),  qui pourrait être Satan si son existence en acte n'était compromise par celle du Fils justement.
https://ericbasillais.files.wordpress.com/2016/11/logos.pdf Page 56

Les humains qui sont infectés par certaines croyances (relativisme, universalisme….) sont les vecteurs, prédateurs et proies contagieuses de la religion égalitaire universelle et, à l'insu parfois de leur plein gré, surtout dans les hauts grades, ils propagent la religion de cet Ange inexistant en fait, mais, tel un bug informatique, pas sans influence sur la décomposition psychologique , morale, intellectuelle et politique de la civilisation moderne mondiale.

L'organisation secrète chargée de bâtir ce faux Ange comme Babel naguère , n'a pas le choix de son programme politique , d'un mot AntiPhysis.

Précisons 3 points pour terminer  :
a/ Le Satanisme ne peut ontologiquement qu'échouer à terme, non sans avoir semé le Chaos dans le Cosmos.
b/ La reconnaissance de l'existence d'inégalités naturelles ne saurait , en toute rigueur intellectuelle, justifier les inégalités artificielles, réels produits de l'histoire.
c/ Les inégalités naturelles sont presque toujours étrangères à la notion humaine de hiérarchie : la raison en est que le divin Logos ne contient dans ses actes finis, aucun bon ordre, mais seulement des ordres partiels, ''au cas par cas''. Ce fait met en échec la conception trop facile d'un ordre total, chimère humaine tout aussi infondée que l'Egalitarisme total.


 

Retour sur une objection de Ph Grasset concernant les statistiques .

Article lié : Un suicide à 29%

Christian Feugnet

  19/08/2019

Certes c'est un produit trés frelaté , intentionnellement ( nécesstés des narratives) , ou faute de moyens ( L Information a un cout prohibitif .) .
N empéche que par recoupements , guidés par le Paramétre  fatal , le temps de vie ( au sens large pas seulement des personnes mais de l'éspéce , les personnes n 'en sont que les pions , selon moi ) , celui qui nous importe par dessus tout , la Valeur des valeurs ...

Complement sur la notion de suicidaire , accolée à un pour cent .

Article lié : Un suicide à 29%

Christian Feugnet

  19/08/2019

Prenons la bataille d'Eylau , victoire pour le Napoleonisme , vecue comme victoire pour les Russes ; les pertes sont telles qu elles laissent présager d'une campagne de Russie .
Ou d Hitler face à la série : Leningrad , Moscou , Stalingrad ... Koursk , exit la "guerre éclair" approvisionnée en pétrole .
Victoires à la Pyrrhus , lucide :Encore une victoire comme çà et s en est fini de moi .
Hitler s'est suicidé , semble t il à 100% , mais Napoléon , Pyrrhus ...et quelques autres ?
A partir de quel moment est on depourvu définitivement de ressources ?
J ai mon idée là dessus : faute d'effectif , pour le systéme en general , d'accroissement de la population active , çà vient mais y a encore de la reserve . Autrement dit la possibilité d'une retraite ou d'un retour de fortune , exclut l idée de suicide ou alors avec pour cent ?

Quelques mots sur la notion de perversité .

Article lié : Un suicide à 29%

Christian Feugnet

  19/08/2019

A mon avis cette notion est à revisiter . Elle est posée comme une passion , quelque chose que subit le sujet , patient ; malgré lui . Celà est valable statistiquement , certainement , dans la plupart des cas de nos cours d'assuses .
Mais là il s'agit de gens qui exercent le pouvoir , donc ont pour vocation de modifier le systéme et qu on ne peut qualifier pour autant d'anti systéme . Ils sont pro sytéme leir but et de le faire perdurer dans des conditions nouvelles ET ...défavorables .
Leur comportement dans leur domaine ,qu il soit politique ou financier a des incidences réciproques sur les autres domaines  : économique , culturel , social , qu ils doivent prendre en compte sous peine d'échec .
Aussi sont ils activement , créativement , anti-cuturel ce sont fondamentalement des complotistes anti-sociaux . C'est pourquoi traitent ils les autres de vipéres lubriques , de complotistes . ..
Cette idée est révulsive , donc peu partagée  : comment le Mal peut gagner contre le Bien ! Ce qui est pourtant le cas du Crime quoique pour un temps court , C'est une question de Temps , une partie qui se joue en une suite de coups , il suffit au Bien de quelques coups forts gagnants ou méme un seul : la Grace , l improbable .

Switch ? Non ! Collapse ? Oui !

Article lié : Basculement civilisationnel

EricRobertMarcel Basillais

  17/08/2019

Je ne suis pas d'accord avec le concept de basculement DE civilisation. Il n'y a qu'une civilisation et un basculement en son sein : les usines sont parties en Chine, en Inde, Au bengladesh et au Vietnam. Principalement.

Il se profile plutôt un basculement de LA civilisation technosphérique dans le quitte ou double technologique : à contrepied de Castoriadis et du premier gauchisme, le choix semble être un slogan un peu différent : Transhumanisme ou Barbarie


Le transhumanisme étant surtout une chimère religieuse élitiste, le gros de la farce capitaliste mondiale en cours est un effondrement dans la Barbarie.

Croire que c'est le Libéralisme ( Poutine) ou bien l'Occident (Xi doit le penser) est une grossière erreur occidentaliste un peu masochiste ! et pour les nouveaux oligarques du monde, c'est leur moment d'hubris : ils ont besoin de revanche, mais leur psyché est étrangère à la marche vers la désintégration.

Les signes de déstabilisation peuvent être ici ou là des montages G4G OK. Mais quiconque a lu Korybko par exemple, sait qu'une G4G ne s'improvise jamais sur un tissu sain, mais toujours tire parti d'un clivage préexistant et réel : une cicatrice de l'Histoire sur laquelle elle vient gratter et démanger.

C'est le cas de la Chine, de l'Inde, du Japon, des Empires Ottoman ou Perse, du messianisme Talmudique etc…Dans une mesure moins spectaculaire, mais plus facile à observer, c'est aussi le cas en Amérique latine et en Afrique.

Pour reprendre la question des hydrocarbures, il semble que seule la réduction du périmètre puisse laisser espérer une intensification ponctuelle de la technologie.

C'est donc la rupture de contrat social partout. Avant tout.

Dans cette débâcle, on peut assister aussi à des  tentatives de restauration des ordres anciens.


 

Rebasculement de l'artificiel vers le naturel

Article lié : Basculement civilisationnel

jc

  17/08/2019

PhG: "une balance qui bascule sans savoir ce que contient l’autre plateau"

On peut adopter une attitude inconnaissante mais on peut également spéculer.

Il ne fait aucun doute pour moi que les innovations humaines faites depuis -disons- la Renaissance, sont de plus en plus artificielles, et il ne fait guère de doute que la nature finira par reprendre ses droits.

Thom a jadis (début des années 1980?) écrit un article sur l'innovation qui figure dans les anciennes version de l'EU (et peut-être encore dans l'actuelle). Il se termine par un paragraphe intitulé "Décourager l'innovation" dont voici d'abord la dernière phrase:

"Sinon, si nous continuons à priser par-dessus tout l'efficacité technologique, les inévitables corrections à l'équilibre entre l'homme et la Terre ne pourront être -au sens strict et usuel du terme- que catastrophiques."

puis le texte complet:

"Les sociologues et les politologues modernes ont beaucoup insisté sur l'importance de l'innovation dans nos sociétés. On y voit l'indispensable moteur du progrès et -actuellement [années 1980]- le remède quasi-magique à la crise économique présente; les "élites novatrices" seraient le coeur même des nations, leur plus sûr garant d'efficacité dans le monde compétitif où nous vivons. Nous nous permettrons de soulever ici une question. Il est maintenant pratiquement admis que la croissance (de la population et de la production) ne peut être continuée car les ressources du globe terrestre approchent de la saturation. Une humanité consciente d'elle-même s'efforcerait d'atteindre au plus vite le régime stationnaire (croissance zéro) où la population maintenue constante en nombre trouverait, dans la production des biens issus des énergies renouvelables, exactement de quoi satisfaire ses besoins: l'humanité reviendrait ainsi, à l'échelle globale, au principe de maintes sociétés primitives qui ont pu -grâce, par exemple, à un système matrimonial contraignant- vivre en équilibre avec les ressources écologiques de leur territoire (les sociétés froides de Lévi-Strauss). Or toute innovation, dans la mesure où elle a un impact social, est par essence déstabilisatrice. En pareil cas, progrès équivaut à déséquilibre. Dans une société en croissance, un tel déséquilibre peut facilement être compensé par une innovation meilleure qui supplante l'ancienne. On voit donc que notre société, si elle avait la lucidité qu'exige sa propre situation, devrait décourager l'innovation. Au lieu d'offrir aux innovateurs une "rente" que justifierait le progrès apporté par la découverte, notre économie devrait tendre à décourager l'innovation ou, en tout cas, ne la tolérer que si elle peut à long terme être sans impact sur la société (disons, par exemple, comme une création artistique qui n'apporterait qu'une satisfaction esthétique éphémère -à l'inverse des innovations technologiques, qui, elles, accroissent durablement l'emprise de l'homme sur l'environnement). Peut-être une nouvelle forme de sensibilité apparaîtra-t-elle qui favorisera cette nouvelle direction. Sinon, si nous continuons à priser par-dessus tout l'efficacité technologique, les inévitables corrections à l'équilibre entre l'homme et la Terre ne pourront être -au sens strict et usuel du terme- que catastrophiques."

PS: J'ai terminé mon précédent commentaire (article "Réenchanter le monde / Ars magna" de PHP) par "Quelle est notre fonction ici-bas? Imiter des robots conçus par "notre" raison humaine?". Je pense que "Obéir aux robots conçus par "notre" raison humaine?" est plus adéquat car c'est ainsi que je vois les choses rapidement évoluer.

Pour paraphraser PhG ("La sagesse, aujourd'hui, c'est l'audace de la pensée") je pense que la sagesse, aujourd'hui, c'est de s'opposer à "notre" (dé)raison humaine (au moins occidentale).

Et si cette entropisation de toutes les entropisations

Article lié : Basculement civilisationnel

patrice sanchez

  17/08/2019

n'était destinée au final à nous faire redécouvrir notre part spirituelle sommeillant en  chacun de nous !
Une manière de leçon d'humanité pour l'animal homme qui voulut être dieu ou satan, un chaos libérateur pour nos consciences ... ce à quoi nous assistons impuissants, n'est rien de moins que la séparation du bon grain de l'ivraie, la mort du principe du mal qui n'a que trop régné sur notre humanité !
 

L'épuisement des ressources en filigrane

Article lié : Basculement civilisationnel

Alex Kara

  16/08/2019

Lorsque je lis le texte d'Alastair Crooke, je vois partout la question de l'épuisement des ressources (surtout énergétiques) et ce n'est cité nulle part. Les champs de bataille cités ici tournent autour des réserves d'hydrocarbures.

Si elles sont, comme on l'anticipe depuis un certain temps déjà (1970…) sur le point de s'épuiser, ou au moins de devenir chères, alors les Etats-Unis n'ont en effet plus rien à chercher dans le coin, hormis bien sûr semer la zizanie pour pas cher (ils sont toujours Anglo-Saxons après tout ;) ) et il font alors la bonne chose : ils se retirent.

Ce que je propose ici c'est une grille de lecture basée sur cette hypothèse d'épuisement des ressources, en reprenant aussi des concepts que j'ai découverts sur dde.

Le “choix du feu” se base sur la consommation de réserves fossiles, et non sur une gestion raisonnable des énergies renouvellables. (la première permet la conquête, la seconde beaucoup moins). Toute la civilisation occidentale depuis le XVIIIème sicèle et depuis les années 80 la civilisation mondiale globalisée dépend de ce schéma économique.

Les élites que ce schéma a crée ne vont pas survivre à l'épuisement des ressources, l'inertie technologique et intellectuelle est tout simplement trop forte. Comme pour toute élite, le désir de perpétuer leur status de dominant mène à une fossilisation sociale qui fait que l'élite ne consiste bientôt que d'Héritiers. Les Etats-Unis aujourd'hui sont dirigés par ce qu'il faudrait appeler une “fin de race”, qui empêche toute évolution réelle, utilise le Pentagone pour s'enrichir et placer les fistons (et fistonnes) incapables à des postes qui rappellent les charges à acheter dans l'Ancien Régime. (même chose chez Enron, GE apparemment, etc.)

La puissance des Etats-Unis reposant sur les hydrocarbures (un général francais m'avait dit il y a vingt ans “l'OTAN ce n'est qu'une logistique du carburant”), leur épuisement mène invariablement à leur destruction/remodelage. Tant qu'il y a des hydrocarbures, les Etats-Unis continuent à ne pas s'effondrer, malgré la multiplication des signes avant-coureurs que dde suit méticuleusement.

Trump a-t-il véritablement essayé de refonder le Pentagone ? Non, aucun intérêt. Le F-35 se porte bien-mal comme toujours, les porte-avions de moins en moins mobiles engloutissent toujours des fortunes, l'appareil militaire est perclu de sclérose comme toujours. Tout cela n'a aucun avenir, c'est basé sur les hydrocarbures.

J'avais écrit ici il y a quelque temps que Trump représentait la faction “Souveraine” dont l'effort principal est la “dé-globalisation” et qu'il avait à lutter contre la faction “Impériale” (Démocrates, Républicains et Deep State tous unis) qui au contraire ne sait rien faire d'autre que de globaliser encore et toujours plus. la dé-globalisation est l'anticipation logique de l'épuisement des ressources énérgétiques (et d'autres, les métaux par exemple).

Trump a certainement connu des revers fin 2017 – début 2018 qui ont fait craindre que la faction “Souveraine” avait perdu le bras de fer, et l'on vit par exemple Bolton revenir pour semer la guerre (si possible). La faction "Impériale" peut pavoisier autant qu'elle le veut, si les hydrocarbures s'épuisent elle est tout de même condamnée.

Comme l'est le reste de l'économie mondiale, même là où elle est peu globalisée. On parle ici d'un effondrement majeur. J'aime beaucoup cette présentation imagée de l'effondrement de l'Âge du Bronze Tardif (il y a des sous-titres en français) où on explique entre autres que les armées de l'époque étaient très technicisées mais de ce fait étaient fragiles, et inadaptées à des missions découlant de l'effondrement, comme le maintien de l'ordre :https://www.youtube.com/watch?v=QMBM1qazAXE&t=170s

La fin de l'énérgie fossile bon marché c'est la fin des engrais bon marché et de l'agriculture mécanisée, et de ce fait c'est la famine et la mort pour des milliards d'humains (ben oui). Du coup on voit mal si à terme on pourra vraiment utiliser des armes hypersoniques pour rétablir la situation dans les faubourgs des petites villes confrontées aux pillards et à des criminels-seigneurs-de-guerre (disons, un peu comme la Chine dans l'entre-deux guerres).

Dans cette hypothèse, les Russes peuvent être fiers de leurs armes avancées, elles risquent de ne pas vraiment servir. Notons que pendant ce temps-là les Etats-Unis ont perfectionnés les conflits hybrides, utilisant Facebook (TM) et George Soros (TM) pour créer le désordre à diverses échelles.

Réenchanter le monde / Natura magna

Article lié : Réenchanter le monde / Ars magna

jc

  16/08/2019

Dans le lien "société techniciste" de l'article de PHP qui renvoie à l'article "Heidegger et la question de la technique" de Wikipédia, il est rappelé que pour les Anciens Grecs "teknè" désignait aussi bien l'art de l'artiste que le métier de l'artisan. Dans notre société contemporaine il y a une nette bifurcation de sens entre l'art et la technique, illustrée par la différence, grain de sable divin selon PhG¹, entre la cathédrale -disons de Reims- et les tours modernes -disons de Doubaï-,

Aristote disait que c'est la "teknè" qui imite la nature: nous avons l'idée du soufflet parce que nous avons des poumons, de la pompe parce que nous avons un coeur, de l'ordinateur parce que nous avons un cerveau. Dans notre contre-civilisation c'est l'inverse: le poumon est un soufflet, le coeur une pompe et le cerveau un ordinateur; la sacralisation contemporaine de la technique au lieu de la sacralisation de la nature (Jacques Ellul a joliment formulé cette inversion: notre contre-civilisation sacralise ce qui désacralise ce qu'ont sacralisé toutes(?) les autres civilisations).

Qu'est-ce qui a permis cette inversion? La confiance en la raison humaine occidentale -la déesse raison- illustrée par la phrase suivante -pour moi ahurissante- tirée du tout début de la préface de la deuxième édition de la "Critique de la raison pure":

"La raison, tenant d’une main ses principes, qui seuls peuvent donner valeur de lois à des phénomènes concordants, et de l’autre  l’expérimentation qu’elle a conçue d’après ceux-ci, doit s’approcher de la nature, certes pour être instruite par elle, mais non toutefois comme un élève, prêt à entendre tout ce que le maître veut, mais en la qualité d’un juge en exercice, qui contraint les témoins à répondre aux questions qu’il leur soumet."

Qu'est-ce que la rationalité? PhG examine la question dans l'article "La crise de la raison (humaine)²". La rationalité codifiée dans l'organon d'Aristote est-elle naturelle? Pour Thom "la rationalité n'est, au fond, qu'une déontologie dans l'usage de l'imaginaire" et la logique naturelle est embryologique: "La classe engendre ses prédicats, comme le germe engendre les organes de l'animal. Il ne fait guère de doute (à mes yeux) que c'est là l'unique manière de théoriser ce qu'est la Logique naturelle."

Pour moi la citation suivante extraite de "Théorie de la signification de J.W. Uexküll illustre parfaitement l'inversion entre la raison humaine et ce que PhG qualifierait, j'en suis convaincu, de raison suprahumaine:

“« Le mécanisme de n'importe quelle machine, une montre par exemple, est toujours construit de manière centripète, c'est à dire que toutes les parties de la montre, aiguilles, ressorts, roues, doivent d'abord être achevées pour être ensuite montées sur un support commun.
Tout au contraire la croissance d'un animal, tel le triton, est toujours organisée de manière centrifuge à partir de son germe; d'abord gastrula il s'enrichit ensuite de nouveaux bourgeons qui évoluent en organes différenciés.
Dans les deux cas, il existe un plan de construction; dans la montre, il régit un processus centripète, chez le triton, un processus centrifuge. Selon le plan les parties s'assemblent en vertu de principes opposés. »

La citation de Uexküll rappelle l'analogie faite par Bergson entre outil et organe. Pour Aristote l'âme est au corps ce que la vue est à l'oeil. Pour ceux qui croient que c'est la fonction qui crée l'organe -mon cas-, nous avons des yeux pour voir. Entre mécanisme et vitalisme³, il faut choisir son progressisme. Quelle est notre fonction ici-bas? Imiter des robots conçus par "notre" raison humaine?


¹: https://www.dedefensa.org/article/dialogues-3-le-grain-de-sable-divin

²: https://www.dedefensa.org/article/glossairedde-crisis-la-crise-de-la-raison-humaine-1

³: "La synthèse ainsi entrevue [MMM, "Une théorie dynamique de la morphogenèse"] des pensées "mécaniste" et "vitaliste" n'ira pas sans un profond remaniement de nos conceptions du monde inanimé."

Nature Vs travail

Article lié : Réenchanter le monde / Ars magna

Alex Kara

  15/08/2019

Je suis tout à fait d'accord sur le fait que la société moderne nous a coupé de la nature, en la sortant de nos vie (75% des Français vivent en ville) et en la détruisant. Les grands champs de l'agriculture mécanisée, plats comme des tables de billard, ce n'est plus tout à fait la nature.

Je risquerai tout de même une nuance : les fêtes paysannes ressemblent un peu aux fêtes d'entreprises de nos jours, dans la mesure où la hiérarchie était là aussi très présente, et souvent terrible, par exemple pour les paysans pauvres, les enfants ouvriers etc.

Le journalier était quasiment un vagabond, contraint de travailler pour survivre, parfois pas payé, dormant souvent avec les animaux etc. (ça devait être l'hubert-isation de l'économie… ha ha) (non je n'ai pas honte)
Le départ de ces journaliers pour les villes industrielles au début de la Révolution Industrielle a été un facteur fondamental de la mécanisation des campagnes, et de la disparition des paysans.

Comme 80% de la population habitait la campagne avant la Révolution Française, une grande partie de la vie spirituelle et artistique s'y déroulait, donc il y a aussi eu l'appréciation de l'esthétique et de de la nature, mais aussi un travail terrible et une structuration hiérarchique sans pitié (et pour cause, il s'agissait aussi souvent de survie pure et simple).

Déplorable évidence

Article lié : Complotiste, WaPo ? La preuve par Epstein

alain pucciarelli

  15/08/2019

Et ben oui, le type a été, sans doute, assassiné. A moins que quelque expert sortis du chapeau ne prétende le contraire. En tout cas, la question, virulente, est posée. La surveillance du prisonnier? Tous achetés, tous vendus. Pourquoi en douter? Ce type qui tenait plus à la vie qu'à toute chose ou principe aurait décidé de disparaître? Plaisanterie. Les états unis sont, en tant que puissance, le plus pourri des systèmes de pouvoir, et se révèlent être le réceptacle de toutes les turpitudes humaines, au moins dans leur "cerveau élitiste". Un marécage en vérité. Alors, tuer, pourquoi pas. Mais au moins faire semblant. ...L'urgence était trop grande. Ils n'ont pas pu attendre. Les USA sont une mafia sans FBI pour les contrer. A la fin, pour calmer tout cela, "ultima ratio regis", Le roi russe en l'occurrence. Tout cela est infect.

il est ...

Article lié : Suicide à l’insu de notre plein gré

eric b.

  14/08/2019

...tout-à-fait clair que le complot est, en temps que tel, un concept conçu, voir conceptualisé, par les concepteurs de la théorie du complot ... et donc que le complot n'existe pas, voir ne devrait pas exister, et d'ailleurs, rien ne devrait exister, à par la vérité vraie, qui existe en tant que telle par elle même en dehors de tout ... ( tout est bien (spinoza)) ...

Vers la refonte stabilisatrice, mafieuse et globalisée.

Article lié : La révolution technologique dévore ses enfants

Jean-luce Morlie

  14/08/2019

Bonjour,
 
À la lecture de cet article, il me semble que Dimitri Orlov, au-delà du grand intérêt de ses analyses globales, engage ses lecteurs sur une voie de garage, et plus, vers leur écrasement individuel le tampon terminal de la voie, et au-delà ...
Simplement dit, Orlov préconise des solutions individuelles, alors qu’à un problème de société, il ne peut y avoir que de solutions collectives.

Dans le cadre de l’analyse sociologique, cette attitude est une erreur méthodologique, et épistémologique. Je me réfère à Wright Mills : il faut distinguer les épreuves individuelles de milieu des enjeux collectifs de société (cette, position est en fait celle de Durkeim, expliquer un fait social par un fait social).

Sur le plan épistémologique, il s’agit d’une confusion irrecevable entre les propriétés d’un ensemble et celles de ses éléments., lesquelles ne sont pas du même niveau logique.

Certes, je n’ai pas, pas plus que Dimitri Orlov, de solutions collectives à présenter. Par contre, ne devrions-nous pas reconnaitre que nous avons besoin d’un plan d’action collectif. Certes, la grande crise d’effondrement prépare à « un "rebattage" de carte sur fond de changement d’échiquier » ; c'est-à-dire à une forme imprévisible de refonte générale des relations sociales dans le bloc-BAO, laquelle ne pourra être que « bricolée » et « pilotée à vue » par le 1% (+19% de commensaux).

Ne croyons-nous pas qu’en tant que « le 80% », notre degré d'aliénation futur (à l'issue de la phase de stabilisation) dépend, sans nul doute, de la prise de conscience, aujourd’hui, de ce qu’il nous sera nécessaire, d'inventer et de construire, à vue également, des alternatives collectives, à ce qui nous adviendrait dans la reprise du chaos, instrumentée de quelques oligarques "ex BAO", adoubés par Pékin et Moscou ?