Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

patience ou faiblesse

Article lié : Danse autour de la patience russe

Marc Gébelin

  19/02/2020

"Les Russes ont noté, grâce aux démonstrations iraniennes…". L’enseignement vient peut-être à point pour que la prudence et la patience soient à leur terme pour ne pas devenir un signe mortel de faiblesse".
Eh oui, c'est tout bête, c'est au delà de la tactique de la stratégie, de tout ce que vous voulez. La patience des Russes est interprétée comme un signe de faiblesse et… les Iraniens ont montré le contraire! ça ne manque pas de sel qu'un pays affaibli par la haine BAO n'hésite pas à frapper les Yankees. Il est à souhaiter que Poutine, malgré son "amitié" pour Israël, et sa patience envers le sultan d'Ankara et celui de Washington montre son impatience et… ses muscles.
 

Aller au clash

Article lié : Danse autour de la patience russe

alain pucciarelli

  19/02/2020

Nul doute que, sauf extaordinaire, l'épreuve de force doit avoir lieu. Le maillon faible est la Turquie. Elle s'expose. Syriens et Russes n'ont d'autre choix que frapper. Le clash est devenu un enjeu majeur de la future paix. Il reste à souhaiter que le pire sera évité. Et que les Etats Unis resteront à leur place. Il faudra bien que tôt ou tard le combat survienne, y compris contre eux. Espérons que Macron ne nous lancera pas dans cette querelle.

Europe: faire quelque chose pour sortir de l'impasse mortelle

Article lié : Notes sur la possibilité d’une rupture

jc

  19/02/2020

PhG: "Dans ce contexte général, il devient possible que les Européens, malgré leur formidable impuissance et leur fascination américaniste, soient conduits dans une impasse mortelle d’où ils ne pourraient sortir qu’en s’obligeant “à faire quelque chose” ; tout cela, sous le regard ironique des Russes."

Une Europe "confédérale", formée de pays souverains (de préférence eux-mêmes "confédéraux"...), tournée vers l'Eurasie, capitale Genève.

Notre Sisyphe des startups

Article lié : Utilité du Sisyphe des startups

jc

  18/02/2020

Notre Sisiphe des startups ("I want France to be a start-up nation. A nation that thinks and moves like a start-up. ") vient encore de frapper en annonçant aujourd'hui  la réforme de l'ENA en Ecole de Management Public.

PhG: "En cela, il est un peu comme Trump (...) « Il est arrivé au pouvoir sans comprendre les différences entre la direction d’un gouvernement et la direction d’une entreprise et il n’en sait toujours pas plus aujourd’hui. Il continue à croire que chaque membre de l’exécutif est son employé personnel.  Il se trompe… ». ".

PhG: "Ils sont les compagnons de la chute sans cesse recommencée, parfaits porteurs d’eau de l’effondrement…".

En tirant à hue (vers le nationalisme) et à dia (vers le globalisme), tous deux avec leur verticalité -phallique- "prodigieuse et vertigineuse à la fois"...

PhG: "Ce président-Jupiter prétendait avoir pour lui tous les pouvoirs…"

Je verrais bien Macron et -au moins- ses deux prédécesseurs immédiats -"les deux inénarrables"- rester dans l'histoire comme "les monarques impuissants". Un signe des temps avant la débandade.
 

Une telle maladresse confine au sublime, vraiment

Article lié : Utilité du Sisyphe des startups

David Cayla

  18/02/2020

Comme je pensais à la traque vengeresse menée par une certaine foule vociférante contre Piotr Pavlenski et ses présumés complices, Alexandra de Taddeo  et Juan Branco, je faisais un parallèle avec Julian Assange dans cette affaire où sont d'ores et déjà agités maints soupçons complotistes.

Enfin tout de même ! Que ce soient les Pussy Riot dont Piotr Pavlenski était un soutien ou Piotr Pavlenski lui-même, le fondement même de leurs "happenings artistiques" c'est de pousser la provocation toujours plus loin en espérant bien que le pouvoir tombera dans le panneau en fabriquant des martyrs. Cependant, là où les Pussy Riot se contentaient de concerts punk improvisés dans des églises pour ensuite gémir d'avoir été envoyées en prison, il est assez évident que Piotr Pavlenski est un personnage d'une autre trempe.

D'ailleurs, soupçon soupçon ! Le pouvoir russe se serait contenté de lui coller une amende pour sa dernière incartade en Russie avant de s'empresser de le laisser prendre l'avion, direction la France dont le gouvernement était alors ravi d'accueillir un "réfugié politique" de ce calibre. Mais enfin, comment voulez-vous "punir" quelqu'un capable de se faire aussi mal à lui-même chaque fois qu'il fait une sortie publique ?

Or donc, voilà que fleurissent les soupçons de manipulation. Piotr Pavlenski aurait été manipulé, influencé,... Il faudrait trouver ses inspirateurs, et en attendant, il faudrait le frapper le plus fort possible, "pour faire un exemple" tant son "crime" serait odieux, cela sans réaliser un seul instant que c'est précisément cela que Piotr Pavlenski recherche, et que le gouvernement russe s'est obstinément refusé à lui offrir.

Une interpellation expresse, quatre jours de garde à vue, une nuit dans les cellules du Palais de justice de Paris, une détention provisoire attendue dans la perspective d'une incarcération qui devrait être ordonnée à l'issue d'un jugement qu'on pressent expéditif, tout cela pour se retrouver non pas avec un Julian Assange qui se débat pour survivre mais un Piotr Pavlenski qui ne désire rien tant qu'être littéralement cloué à sa croix, non pas pour avoir dénoncé des secrets d'Etat mais pour avoir diffusé une vidéo que pas grand monde n'a vue et qui aura d'abord été relayée par la "team foufou" comme s'appellent eux-même Joachim Son-Forget , Laurent Alexandre, et Alexandre Benalla.

Pour citer Jupiter lui-même, "Soyez-fier d'être des amateurs !"

Vide et aimable.

Article lié : Utilité du Sisyphe des startups

Ni Ando

  18/02/2020

Il serait difficile de ranger E. Macron dans la catégorie des chefs d'Etat, même si la constitution lui accorde le titre. Un chef d'Etat sent et ressent son pays en ses profondeurs et agit en conséquence, il est capable de mettre dans la balance de l'histoire, et d'y sacrifier le cas échéant, son propre destin. M. Macron a une perception aiguë et raffinée ... du petit microcosme étriqué qui lui sert de référence, et ne sait pas grand chose de ce qui fait la vie réelle de la plupart de ses compatriotes (400.000 pauvres de plus en France recensés pour la seule année 2018). Il considère, par ailleurs, que le "poste" qu'il occupe n'est jamais qu'un jalon dans sa carrière de technocrate juvénile, que demain il fera autre chose, bref que cela ou autre chose est équivalent.  Il est intellectuellement intelligent, mais sans colonne vertébrale et sans conviction réelle. Il capte ainsi trés bien ce que l'autre souhaite entendre de lui de sorte que dans le même discours il dira une chose puis exactement son contraire. De tel ou tel chef d'Etat étranger il fera mine d'être l'ami avant de le décrire comme un ennemi dont il faut se méfier lorsqu'il parlera à ses médias ou  à n'importe quel représentant d'un autre Etat étranger. Il capte les idées, les bonnes comme les mauvaises, pour s'en servir comme de simples objets marketing, jetables après usage. Il appartient plutôt à la catégorie des godelureaux inconsistants, aimablement impuissant et inoffensif (excepté pour les manifestants qui osent braver l"ordre républicain"), produit à la fois des cercles d'intérêts qui l'ont fait élire, de la vieille "gauche caviar" esseulée, d'un tout petit monde de médias courtisans et flagorneurs, ayant absolument renoncé à n'importe quelle déontologie journalistique contre des sinécures quasiment garanties à vie, des "bourgeois bohêmes" incultes, persuadés de toute bonne foi, du fond de leurs coeurs innocents et bienveillants (sauf quand il s'agit de massacrer l'Irak, l'Iran, l'Afghanistan, la Syrie, etc..), qu'Hollywood, et sa narrative d'enfant attardé, est le temple de la culture mondiale, du savoir, et de la sagesse universelle. A l'instar de son prédécesseur, E. Macron tient debout malgré ses insuffisances du simple fait qu'il appartient à un vieux pays encore structuré, charpenté par son passé et ses institutions. La France, c'est le pays profond, c'est là que bat son coeur, non pas rue du faubourg Saint Honoré.       

Le temps se changeant en espace aux USA?

Article lié : La déconstruction rampante des USA

jc

  18/02/2020

New-York, Chicago, capitales temporelles, verticales et masculines contre Los Angeles capitale spatiale, horizontale et féminine. Je me suis régalé à relire les chapitres XXI (Caïn et Abel -pour moi plus que jamais Abelle) et XXIII (Le temps changé en espace) de "Le règne de la quantité..." en pensant à ça  -à travers l'article du jour- comme à des signes des temps.

AOC

Article lié : La très-riche Dream Team de USA-2020

jc

  16/02/2020

J'ai hâte de voir quel camp AOC (favorable, je crois, à un "Green new deal") va choisir: celui de Sanders (socialisme vert) ou celui de Bloomberg (capitalisme vert). (En Europe, ursula a choisi pour nous.)

(Rappel

La piste du fric?

"La membre du congrès américain (députée) Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), qui fit l’effet d’une bombe lors de ses premiers jours en fonction en dévoilant la “Nouvelle Donne Verte” pour réorganiser complètement l’économie américaine à un coût qui sera probablement de l’ordre de 100 000 milliards de dollars, n’est pas non plus sans guide avisé. elle a ouvertement admis qu’elle s’est présentée aux élections à l’instance d’un groupe appelé Justice Democrats. elle a dit à un journaliste dans un entretien: “Je ne participerai pas à cette élection si ce n'était pour le soutien de Justice Democrats et de Brand New Congress. Euh, en fait ce furent ces organisations, JD et BNC, toutes deux qui m’ont demandé de me présenter. Ce sont elles qui m’ont appelé il y a un an et demi…” Maintenant, en tant que députée, les conseillers d’AOC incluent le co-fondateur de JD, Zack Exley, qui fut un Open Society Fellow (NdT: George Soros) et fut financé par, entra autre, l’Open Society Foundation de Soros et la Ford Foundation (NdT: gestion et intérêt Rockefeller) qui créèrent un prédécesseur à JD pour recruter des candidats triés sur le volet pour participer aux campagnes électorale et être élus députés."

https://leblogalupus.com/2019/10/26/le-climat-et-la-piste-du-fric/  )






 

Par advertance ou inadvertance ?

Article lié : Épidémie de stupéfaction

jc

  16/02/2020

PhG: "Je ne vous parlerai pas de l’épidémie de “grippe espagnole” (tout de même un milliard de contaminés et entre 40 et 100 millions de morts selon les évaluations) ; oui, j’étais encore un peu trop jeune, inexpérimenté, la tête ailleurs."

Des souvenirs innés, suprahumains? Nostalgie, Éternité?

Thom: "... on pourrait dire que notre cervelle contient non seulement les souvenirs acquis, mais aussi, virtuellement, tous les souvenirs que nous pourrions avoir et que nous n'aurons jamais." (SSM, 2ème ed., p.329)


 

Tragédie nécessaire et attendue

Article lié : Épidémie de stupéfaction

EricRobertMarcel Basillais

  15/02/2020

Comment ? Les orages d'aujourd'hui ne sont plus aussi prometteurs que ceux d'antan ? Pas d'avenir radieux au bout du noir tunnel obscurantiste ?

Bien au contraire ! La quantité de Co2 émis par la Chine a été divisée par 2 : la COP 21 est battue. 

L'économie mondiale ne sait plus où trouver des vaccins, des masques et de l'aspirine… il s'en faut de peu d'une pénurie de PQ et de Javel…

Quelle perspective incroyable s'ouvre enfin aux économistes multinationaux (ou anti?)... en termes de relocation optimale d'actifs sous contrainte pandémique (ou d'économie avec billets en quarantaine) !

La singularité technologique approche, ouvrant enfin nos intelligences déjà artificielles, à la perspective nouvelle de la Vision Béatifique (infernale pour certains), le face-à-face avec notre Dieu Tricéphale…

Jamais aucune guerre mondiale, chaude, froide ou tiède,  n'avait osé tuer 150 millions en 1 seule année (Bonne Année au fait ! et surtout la Santé !) sans radiation aucune à la clé ! Quelle époque épique !

Grandiose ouverture métahistorique sur les Ténèbres de la Matière déchaînée ! Ô information incontrôlée (sauf censure mais faut bien se soigner…)  cousine d'un Coronavirus non moins désenchaîné de son Labo P4 (Wuhan ou Winnipeg ? Faites vos jeux….) !

Après tout, qu'est-ce qu' un Virus , sinon un bout d'information, se multipliant en se répandant, et vice versa ? De L'info ! De l'intox ! on en crève. On y survit. On se mithridatise pour la prochaine Pandémie et voilà la vie de Bohême…


 Epidémie , Pandémie, n'est-ce pas aussi le résultat de l'ouverture SOROS sans porte ni fenêtre à l'Autre, d'où qu'il vienne, où qu'il aille… la fusion unanime anonyme de tous les Egaux dans le grand Pan.

Une orgie sataniste planétaire, sidérale sidérante…

Stop les psychotropes !  Acceuil du Roi de ce Monde et de sa Couronne.

Réunir pour mieux régner.1

Article lié : Déconstruction allemande

j

  14/02/2020

Dans  mon commentaire .0 j'écrivais:

"Selon le principe de bipolarité (penser de façon bipolaire) la suite la plus naturelle, selon moi, est une réorganisation bottom-up (on reconstruit à partir des fondations -la famille, le village, la commune, etc.-, pas à partir du toit), féminine, de type "réunir pour mieux régner", selon le principe lamarckien "c'est la fonction qui crée l'organe".

Le véritable problème, pour moi, est celui de l'émergence d'une véritable élite, d'une autorité spirituelle. Au niveau du village c'est apparemment plus facile, car les préoccupations sont réelles, terre-à-terre (respirer, boire manger, un toit pour dormir, etc.). Plus on s'élève dans les strates plus se fait sentir le besoin d'une autorité spirituelle, c'est-à-dire d'une autorité capable de plonger le réel dans un ensemble imaginaire de possibles.

Il y a la constante tendance à une autorité top-down (les théocraties en sont des exemples). Une autorité spirituelle au sommet, la France, doit tenir son pouvoir de la qualité de son symbolisme (dans la séquence réel-symbolique-imaginaire) qui, seul, la relie au réel. Or, de ce point de vue, "notre" actuelle société est "sortie des clous", en ce' sens que le réel social n'est plus plongé dans l'imaginaire des "crânes d'oeuf" qui se décrètent nos élites et qui l'imposent au peuple. Un symptôme? Leur totale incapacité à manier le symbole (il suffit d'observer l'actuel président de la république pour s'en convaincre -pire que Sarkozy, ce qui, pour moi, n'est pas peu dire-).

(Étymologiquement l'adéquation -le fit- entre le réel et l'imaginaire est symbolique, l'inadéquation -le misfit- est diabolique.)

Charles Melman (lacanien): "La barbarie consiste en une relation sociale organisée par un pouvoir, non plus symbolique mais réel" (L'homme sans gravité)

Je me demande si l'on n'arrive pas au même résultat (la barbarie) lorsque que le pouvoir est sorti des clous en pataugeant dans l'irréel¹. Un symptôme? L'IA, intelligence artificielle selon moi littéralement déchaînée -0, 1-, est complètement sortie des clous, diamétralement opposée à l'IN, l'intelligence naturelle, qui, elle, est la faculté de s'identifier -le plus amoureusement possible- à autre chose, à autrui, de s'y enchaîner.  

Seule une métaphysique réaliste peut redonner sens et cohérence au monde. Thom en propose une, selon lui minimale (cf. son "Esquisse d'une Sémiophysique). PhG nous dira peut-être dans la troisième partie du tome III de "La Grâce…" que réenchaîner rime avec réenchanter…


¹: PhG dirait peut-être "en pataugeant dans le Matériel" ( M majuscule).

Entre deux bidonvilles

Article lié : Aveugles dans la nuit noire du tunnel obscur

alain pucciarelli

  13/02/2020

On peut penser que la sottise d'outre Atlantique est la nôtre, tant les couillons de l'un et l'autre côté de l'océan usent des mêmes armes désuètes, des mêmes finasseries pâteuses et sont, pour tout dire, une seule et même saloperie. A quelques exceptions près bien sûr. Il suffit de se souvenir que le fric et son idéologie mondialiste ont tout bouffé, et que s'exprimer médiatiquement aujourd'hui en tant que "professionnel de l'information"  est, généralement, sauf exceptions,  soit se prostituer, soit se conformer, soit faire allégeance, et dans la plupart des cas donc, se prostituer. Ramener sa fraise en se faisant passer pour un "journaliste" petit ou grand" ne peut plus laisser intacte une réputation. Quelle part pour la sottise? Une belle tranche. Pour le cynisme, pas mal non plus. Pour l'arrivisme, une belle part. Pour la mal comprenance? Difficile à dire, tant les appétits ravageurs mènent, atterrés, leurs chevauchées de ventres vides bien pleins. Une mentalité de "morts de faim". L'Humanité, quoi. Regardons donc les Etats Unis sans jamais oublier la France, cette arrière cour aigre et jacassière du bidonville washingtonien. Tout ce qui court n'a pas faim. Tout ce qui court a peur de manquer. Des minables, simplement. Ce sont les nôtres.

Un bémol pour AOC & co ?

Article lié : Aveugles dans la nuit noire du tunnel obscur

jc

  13/02/2020

La piste du fric?

"La membre du congrès américain (députée) Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), qui fit l’effet d’une bombe lors de ses premiers jours en fonction en dévoilant la “Nouvelle Donne Verte” pour réorganiser complètement l’économie américaine à un coût qui sera probablement de l’ordre de 100 000 milliards de dollars, n’est pas non plus sans guide avisé. elle a ouvertement admis qu’elle s’est présentée aux élections à l’instance d’un groupe appelé Justice Democrats. elle a dit à un journaliste dans un entretien: “Je ne participerai pas à cette élection si ce n'était pour le soutien de Justice Democrats et de Brand New Congress. Euh, en fait ce furent ces organisations, JD et BNC, toutes deux qui m’ont demandé de me présenter. Ce sont elles qui m’ont appelé il y a un an et demi…” Maintenant, en tant que députée, les conseillers d’AOC incluent le co-fondateur de JD, Zack Exley, qui fut un Open Society Fellow (NdT: George Soros) et fut financé par, entra autre, l’Open Society Foundation de Soros et la Ford Foundation (NdT: gestion et intérêt Rockefeller) qui créèrent un prédécesseur à JD pour recruter des candidats triés sur le volet pour participer aux campagnes électorale et être élus députés."

https://leblogalupus.com/2019/10/26/le-climat-et-la-piste-du-fric/

Réunir pour mieux régner

Article lié : Déconstruction allemande

jc

  12/02/2020

Pour Thom l'assertion de nature translogique "le prédateur affamé est sa propre proie" est à la base de l'embryologie animale. Aussi si l'on accepte, ce qui est mon cas, que "les situations dynamiques régissant l'évolution des phénomènes naturels sont fondamentalement les mêmes que celles qui régissent l'évolution de l'homme et des sociétés", on est amené à penser que le capitalisme, maintenant pratiquement mondialisé, est sa propre proie, se dévore lui-même.

Cette déstructuration est-elle à la base d'une embryologie sociale? Ce qui, pour moi, est certain, c'est que cette déstructuration, cette déconstructuration, est nécessaire, construire socialement le nouveau nécessitant au préalable de déconstruire l'ancien. Quelle est, au fond l'organisation actuelle? C'est une organisation top-down, masculine, de type "diviser pour mieux régner" selon le principe du darwinisme social, organisation qui est en train de s'effondrer. Selon le principe de bipolarité (penser de façon bipolaire) la suite la plus naturelle, selon moi, est une réorganisation bottom-up (on reconstruit à partir des fondations -la famille, le village, la commune, etc.-, pas à partir du toit), féminine, de type "réunir pour mieux régner", selon le principe lamarckien "c'est la fonction qui crée l'organe".

A Rome "populus" désignait les citoyens ayant "droit de cité" et "plebs" ceux qui en étaient privés. L'élite moribonde (pas nécessairement au pouvoir…) fait tout ce qu'elle peut pour maintenir la division populus "de gauche"/populus "de droite", division qu'elle s'est donnée tant de mal à construire et à entretenir. Pour combien de temps encore? Et de quel pays viendra l'étincelle dévastatrice -pour le Système- (et, pour moi, libératrice)?  Il me semble que la France, avec le mouvement des Gilets Jaunes symbolisé par les ronds-points "Astérix", n'est pas la plus mal placée.

La puissance du rêve

Article lié : “Déconstructuration” du déconstructeur

jc

  10/02/2020

Derrida: "Ça veut dire que… Je l’interprète comme ça, ça veut dire que quand je suis éveillé, conscient, au travail, etc., je suis d’une certaine manière plus inconscient que dans un demi-sommeil… Dans un demi-sommeil, je, je… il y a  une certaine vigilance qui me dit la vérité, à savoir que ce que je fais c’est très grave, d’une certaine manière … Mais quand je suis éveillé et au travail, cette vigilance-là est en sommeil. Elle n’est pas la plus forte, et donc je fais ce qui doit être fait…"

Thom: "On sait combien la durée relative du sommeil onirique (ou paradoxal) va croissant au fur et à mesure que l'on s'élève dans l'échelle phylogénétique. Il est naturel de voir dans cette activité une sorte de spatialisation virtuelle des formes génétiques; le rêve donne ainsi naissance à un ego partiel, sans recul par rapport à soi-même, sans épaisseur ni liberté, véritable proie de ses proies (ou de ses prédateurs). On peut définir ainsi le rêve comme une activité contraignante s'exerçant de manière fictive sur des objets fictifs. Tel quel, le rêve n'en permet pas moins une extension temporelle considérable du moi dans la période d'inconscience qu'est le sommeil." (SSM, 2ème ed. p.305)