Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Au “hasard” furieux de la Fin des Temps

  mardi 21 mai 2024

21 mai 2024 (15H20) – Hier fut une journée mémorable suivant quelques jours également mémorables, – tous par l’abondance cathartique d’événements d’une grande importance, sans liens entre eux, “comme un torrent” comme il est dit parfois sur ce site. (La première citation, avec justement « Comme un torrent » comme titre datant du 17 octobre 2011, avec des reprises irrégulières.)

Veut-on une rapide revue de détails avec quelques-uns de ces événements, sans prétendre les citer tous, cela venant après le formidable sommet sino-russe et les avancées décisives des Russes en Ukraine autant que les décisions tranchantes et sans répit des Israéliens contre les Palestiniens aussi bien que la tentative d’assassinat du Premier ministre slovaque  – tout cela dans la même semaine ? Quelques exemples, simplement pour vous faire imaginer le sort du pauvre commentateur qui n’a pas le temps de reprendre son souffle d’un événement qu’un autre survient aussitôt pour couper net cette reprise ?

• Bien sûr, l’accident d’hélicoptère qui décapite la direction iranienne d’un coup (le président, le ministre des affaires étrangères), dans des conditions si incertaines que l’imagination pourrait s’ébattre largement. (L’emploi d’un Bell ‘Huey’ datant des années 1960/1970, du temps du Shah, alors qu’on ne dispose plus de pièces de rechange même cannibalisés pour ce type d’appareil est étrange, même pour un parcours d’une centaine de kilomètres.) En d’autres temps, on aurait parlé de Troisième Guerre mondiale...

Dans ce cas, pas le temps, d’autant que le temps sur la zone où a eu lieu l’accident était si épouvantable (notamment un brouillard sans précédent) que l’hypothèse d’un véritable accident ne fait pas  nécessairement partie d’un simulacre.

Note de PhG-Bis : « Et ceci, pour égayer vos réflexions, piqué sur la chaîne Karpov de Telegram, – ça vaut ce que ça vaut :

» “Une expertise des restes de l'hélicoptère dans lequel Ebrahim Raïssi est mort est en cours. Trois impacts de balle ont été constatés dans le revêtement du fuselage. En fonction du type de trou, on peut parler d'une balle de pistolet [...].

» “Une version a émergé selon laquelle Raïssi a ordonné au dernier moment l'arrestation du ministre des Affaires étrangères, puisque la partie azerbaïdjanaise a remis à Raïssi des données irréfutables sur sa coopération avec le Mossad. Ainsi, au dernier moment, deux gardes et le ministre se sont installés dans l'hélicoptère de Raïssi. La version fonctionne pour l'instant.

» “Il n'y a aucune question d'influence extérieure sur l'hélicoptère. Des restes de métal ont été retrouvés dans le dos du pilote, très probablement une balle ricochée ou une partie d’une structure qui a touché l’arrière de la tête et la région cervicale après des coups de feu. La version finale du côté iranien pour le public sera une erreur de pilotage et une erreur humaine.” »

(Suite)

Une alliance de “défense agressive”

  lundi 20 mai 2024

20 mai 2024 (15H05) – L’article de Ray McGovern que nous avons présenté hier, qui vient en original d’une parution dans ‘ConsortiumNews’, a soulevé un grand intérêt. Nous avons déjà brièvement signalé la réaction d’Alexander Mercouris, qui en fait une analyse fouillé et révélatrice à plusieurs égards :

« Voyez le bien qu’en dit Mercouris au début de son programme du 18 mai 2024 : “Un article absolument essentiel de Ray McGovern”. »

Par ailleurs, nous signalons dès le début par deux rapides citations, d’une part l’importance que McGovern accorde à la rencontre, analyse complètement partagée par Mercouris, mais aussi l’inéluctabilité conditionnelle d’une escalade vers un conflit plus large, sinon total, sinon nucléaire. (Nous disons de l’inéluctabilité qu’elle est “conditionnelle” à cause d’un “si” qui introduit une réserve, mais cette réserve nous paraissant un simple artifice dialectique, – la cause, à cet égard, étant entendue)...

« L’accueil de Poutine par Xi Jinping à Pékin consacre une coopération stratégique toujours plus étroite, fondamentalement incomprise à Washington. » [...]

« Si les petits génies de la politique étrangère du président américain Joe Biden restent dans le déni [de l’alliance Russie-Chine], l'escalade est presque une certitude. »

Ces deux données sont évidemment complémentaires. Il est assuré que l’alliance Moscou-Pékin est certainement « plus qu’une alliance » (Mercouris), dans la mesure où si les grands domaines de la stratégie sont concernés, d’autres, beaucoup plus opérationnels, non-militaires, voire sociaux et sociétaux, sont concernés et ont été abordés durant la visite de Poutine avec une énorme délégation russe comprenant un nombre impressionnant de ministres. Si l’on veut tout de même se référer au terme d’“alliance”, nous dirions par exemple que c’est « une alliance culturelle » (Mercouris), dont Douguine dirait ou dira tôt ou tard qu’elle est finalement et plus simplement une “alliance métaphysique”.

(Suite)

L’“énigme” transatlantique

  samedi 18 mai 2024

18 mai 2024 (09H30) – Le texte (très court, comme d’habitude, mais très dense) de Constantin von Hoffmeister, – souvent cité, 5  fois en 2023, le dernier le 27 décembre 2023, –  commence par une citation de Martin Heidegger qui porte une certaine charge d’ambiguïté énigmatique. (Malheureusement, aucune indication n’est donnée sur le contexte, ni le sens de ce contexte.) Il date de 1942, une période “noire” pour Heidegger selon les sentinelles de la bienpensance. Il dit ceci et nous laisse, par rapport aux événements en cours,  – les rapports USA-Europe, le sort des USA, celui de l’Europe, – un peu sur notre faim, – ce qui l’indifférait fort probablement ayant assez à faire avec les événements qu’il traversait :

« Nous savons aujourd’hui que le monde anglo-saxon de l’américanisme est déterminé à anéantir l’Europe, c’est-à-dire la patrie et la création de l’Occident. Le conceptuel est indestructible. »

Ce texte de von Hoffmeister du 16 mai 2024 est sur son site ‘Eurosiberia’ et porte sur « L’identité européenne de l’Amérique ». Le titre lui-même est ambigu également, et même énigmatique, – bref, sujet à débat, et donc parfaitement dans le sens du texte.

Dans une première partie, assez détaillée et fort bien argumentée, von Hoffmeister développe une définition métahistorique de l’Amérique. On observera qu’elle correspond parfaitement à notre propre conception qui place l’Amérique comme une sorte d’entité née “hors de l’histoire” ; en quelque sorte, indifférente ou coupée de l’histoire (et, soupçonnent certains avec bien des arguments, avec l’ambition très vite développée et affirmée de faire l’histoire elle-même et de l’imposer au reste, comme le pensaient les génies de l’administration G.W. Bush).

(Suite)

They're out for blood

  jeudi 16 mai 2024

16 mai 2024 (12H40) – Peut-être qu’en d’autres temps, l’attentat contre le Premier ministre slovaque Fico serait passé relativement inaperçu au niveau des commentaires, comme le fut par exemple l’assassinat d’Olof Palme... L’assassinat du brillant et fameux  homme politique suédois (sans doute une performance de ‘Gladio’) souleva certes l’émotion mais ne prit aucune place dans la dynamique politique en cours parce qu’il se produisait hors de ce que la carrière de Palme avait eu d’important (de très important), et dans une époque de détente générale nouvelle (Gorbatchev), en 1986, lorsqu’on laissait de côté les nouvelles qui pouvaient gâcher l’humeur.

Pour Fico, c’est tout le contraire, et bien que Fico n’ait aucunement, ni la célébrité ni la carrure politique d’un Palme. Peu importe, l’attentat s’est aussitôt inscrit au cœur de la GrandeCrise.

La stupide presseSystème a eu aussitôt sa part dans cette élévation instantanée qui ne surprit très peu d’entre nous. La bêtise constante des plumes qui opèrent dans ces eaux pourries des Sargasses de la corruption est confondante. Ils ne nous déçoivent jamais, surtout ceux de l’“anglosphère” et les inimitables Français, aussi stupides qu’ils sont supposés être intelligents. Alors, commençons par eux (l’anglosphère”), – et d’ailleurs tenons-nous-y, ils nous suffisent. Ils ont même réussi à influencer le titre de l’article de ‘ZeroHedge.com’ que voici ; je vous le laisse en langue originale, avec un caractère plus voyant pour souligner le mot qui importe dans l’hypothèse particulièrement sonore et parlante :

(Suite)

Convergences et divergences

  lundi 13 mai 2024

13 mai 2024 (9H15) – Nous n’avons donné qu’une approche fragmentaire de l’interview de Douguine par Tucker Carlson, le 30 avril 2024., privilégiant une appréciation globale autour des proximités entre conservateurs US et russes, comme nous le faisons notamment depuis la fameuse (pour nous) intervention de Patrick Buchanan le 21 décembre 2013).

Il m’a paru intéressant de reprendre cet échange et d’en donner le sens d’une façon beaucoup plus précise, par le biais de l’interprétation très serrée et très suivie qu’en fait le chroniqueur Markku Siira, déjà souvent cité dans ces colonnes. Sira a déjà montré son intérêt pour Douguine, pour les problèmes de notre évolution philosophique devant l’immense crise où nous nous trouvons projetés.

Reprendre son texte permet d’avoir une idée bien précise de l’échange tel qu’il a eu lieu, et également des points de convergence entre l’Américain et le Russe. (Dans cette interview, Carlson est plus un enquêteur qu’un intervieweur, et même un évaluateur des aspects convergence-divergence entre les conceptions américaines et russes des problèmes qui les intéressent l’un et l’autre, – tradition, conservatisme, etc., – et, de ce fait, cet intérêt les rapprochant).

Un Sénat hypersonique

  vendredi 10 mai 2024

10 mai 2024 (16H50) – Le journaliste russe Ilya Tsoukanov rapporte le 8 mai dans ‘Sputnik.news’ ce qu’il décrit comme « un échange verbal explosif » lors d’une audition au Sénat (le 6 mai) de personnels (militaires et civils) de la direction du Pentagone et le président de la sous-commission des forces stratégiques de la commission des forces armées dudit Sénat, le sénateur Angus King.

Il est assez remarquable que cela se soit passé d’une manière complètement fortuite, simplement sous la pression des nouvelles extérieures, et à partir d’une question du président de la sous-commission, s’écartant complètement et brusquement, – presque brutalement, – du sujet pré-arrangé dans l’accord général de l’audition... Il n’avait pas vraiment fait exprès...

King avait en face de lui le secrétaire adjoint à la Défense pour l'espace et la défense antimissile, John Hill et divers généraux occupant des postes de direction de services assurant la sécurité aérienne des États-Unis. Selon Tsoukanov, il s’agissait à l’origine d’

« un briefing par ailleurs ennuyeux et stéréotypé organisé par de hauts responsables du Pentagone pour statuer au sein de la sous-commission sénatoriale des forces armées sur les forces stratégiques... »

Ainsi donc, le train-train sénatorial et pentagonesque de l’audition se poursuivait lorsque le sénateur King, sans doute émoustillé par diverses nouvelles sorties ces derniers temps sur les déboires des défenses aériennes construites autour de matériels US, en Ukraine et dans le conflit palestinien, eut brusquement une idée folle, qui jaillit hors du rang et projeta la paisible rencontre en un affrontement en-dehors des clous.

(Suite)

Le tsar se rebiffe

  mercredi 08 mai 2024

8 mai 2024 (18H00) – ll me faut revenir, peut-être un peu piteusement, – non, plutôt humblement et de bonne foi, –  sur la journée du 7 mai, c’est-à-dire sur la conclusion publiée ce jour-là à partir des éléments recueillis le 6 mai. Je dis bien volontiers que je m’appuie pour ce faire essentiellement sur les excellentes chroniques de mes excellentissimes compagnons Christoforou et Mercouris, notamment leur rubrique spéciale (hier soir) « Russia’s final warning to Macron and Camerin » ; ce duo me donne, avec une constante justesse, les premières interprétations de diverses nouvelles que je serais bien incapables de suivre, et ainsi m’offrant le moyen de faire avancer mon analyse générale.

Dans ce cas très particulier, il se trouve qu’entre le 6 et le 7, tout a basculé d’une façon extrêmement révélatrice. Le 6 mai, on faisait le constat de diverses mesures, folles comme d’habitude, prises ou envisagées par les américanistes-occidentalistes. Le 7 mai, Christoforou-Mercouris ont détaillé ce qui est apparu comme une riposte extrêmement dure des Russes qui a provoqué chez leurs adversaires une panique à peine dissimulée.

Au départ, il y a deux articles de Steven Bryant, (29 avril et 4 mai), auteur très réputé et très sûr publiant dans ‘Asia Times’. Bryant annonce notamment que les Français ont commencé à déployer des Légionnaires dans la région de Slaviansk, en Ukraine, plus d’autres gâteries du genre de l’annonce que des troupes US pourraient être assemblées dans la région pour une éventuelle action si Biden est réélu. . Pendant ce temps, les Britanniques (déclaration de Cameron) annoncent qu’ils ne voient aucun inconvénient à ce que les Ukrainiens utilisent leurs armements contre le territoire russe

(Suite)

Tout se déroule selon le plan imprévu

  mardi 07 mai 2024

7 mai 2024 (18H15) – Cela était bien prévu et assuré, essentiellement du côté américaniste-occidentaliste où il suffisait d’attendre l’effondrement économique de la Russie (et la chute de Poutine qui s’en serait suivie) du fait des sanctions prises les 24-26 février 2022, pour voir la victorieuse armée ukrainienne éventuellement entrer dans Moscou dans la liesse d’une foule enfin libérée de son tyran. Cela promettait de ce fait :

• L’absence d’une “internationalisation” du conflit, et la non-implication de l’OTAN ;

• et, bien entendu, cela écartait tout recours à l’arme nucléaire et donc les risques d’une véritable Troisième Guerre mondiale.

Ainsi était le “plan” prévu. Actuellement, on se trouve à peu près, grossièrement résumée,  dans une situation telle que la décrit  ‘WSWS.org’, effectivement selon la parfaite “situation imprévue” : défaite de l’Ukraine, possibilité d’une “guerre pan-européenne”, possibilité de l’emploi du nucléaire

« De plus en plus d'éléments indiquent que la guerre de l'OTAN contre la Russie entre dans une nouvelle phase d'escalade qui menace de conduire à l'utilisation d'armes nucléaires. De hauts responsables de l'OTAN parlent publiquement de recourir à des frappes de missiles et à une guerre terrestre contre la Russie, tandis que les responsables russes avertissent qu'ils pourraient lancer des contre-attaques contre les pays de l'OTAN.

» La semaine dernière, 100 artilleurs et spécialistes de la surveillance de la Légion étrangère française ont été déployés sur les lignes de front à Slavyansk en Ukraine, selon un rapport de l'ancien sous-secrétaire américain à la défense, Stephen Bryen, publié dans le Asia Times. M. Bryen a déclaré que 1 500 autres légionnaires étrangers français pourraient bientôt être déployés en Ukraine. Il a écrit qu'une des conséquences de ce déploiement est “le déclenchement potentiel d'une guerre paneuropéenne”. »

(Suite)

Impuissance dans l’erreur nucléaire

  jeudi 02 mai 2024

2 mai 2024 (18H55) – Par ailleurs, pour qui sait chercher sur ce site foisonnant de dedefensa.org, il verra que, pour Orlov, le ‘IIIème dernière’, la nucléaire, c’est du pipeau, dans tous les cas dans la situation actuelle. Je ne suis pas très loin, à peine quelques mètres, d’avoir le même jugement. Mais mon sentiment n’est ni politique, ni idéologique, ni technico-technologique ; il est fait d’un curieux mélange d’intuition, de mépris, de perception sarcastique, et d’une incroyable croyance, non pas à la bêtise, ni à la connerie toute pure, mais une incroyable croyance en l’inutilité humaine, réfugiée dans une sorte d’impunité de la bêtise, au point de la très-GrandeCrise où nous nous trouvons aujourd’hui, tout au fond de l’ornière en carton-pâte, les quatre roues en l’air...

Nous sommes, tels qu’on nous voit, en train de consulter notre ‘Aïe-phone’ pour guetter les dernières nouvelles et savoir si l’on ne parle pas de notre accident, qui a eu lieu comme vous le savez à cause d’une mine nucléaire que les Russes avaient creusé sous notre course véloce et sublime, comme un vol aussi puissant que le divin Achille, aussi arrangeur et bon négociateur que l’habile Ulysse.

Note de PhG-Bis : « Par “inutilité humaine”, PhG entend une totale incapacité à être, dans un sens ontologique, la moindre partie de ce qu’il prétend être, – en totalité, en plus, le rustre ! Pour être  plus précis, cela signifie que s’il n’était pas là, la situation serait moins différente que si un berger de Beauce manquait à l’appel. Ainsi l’homme est-il parvenu à son point le plus bas, au-dessous du sous-sol, et PhG de nous rappeler un commentaire de lecteur pour le texte saluant la mort de ses chiennes ‘Margot’ et  ‘Klara’ :

» “Dans un deuxième texte consacré à Margot, ou plutôt aux réactions qu’avait suscitées le premier texte sur sa mort, il y avait notamment ceci, d’un ami de ce temps-là,qui fit des études de métaphysique : « Évoquant les sentiments que j’éprouvais pour Margot, “dont je ne sais plus, à l'heure actuelle, s'il faut admirer les traits ‘humains’ au détriment de son ‘animalité’ (ce qui serait presque dégradant étant donné la bassesse de ‘l’humanité’), ou bien plutôt l'inverse”, – cet ami précisa : “Comme l'avait indiqué un Schelling, martelant sur la tête des ‘philosophes’ un vieux dogme théologique : ‘Malheureusement, l'homme ne saurait être qu’au delà ou en deçà de l'animal’. On sait ce qu'il en est de nos jours de l’‘humanité’”.»

Pas de Troisième Guerre Mondiale, disais-je ? Et pourquoi donc, s’il vous plaît !... Mais non pourtant, je ne dis pas cela en passant, éventuellement comme on exorcise, non, j’y crois vraiment. Ce qui fait que je me trouve empêché de croire à la capacité de l’homme de déclencher sa Troisième dernière et précisément par erreur (c’est là le vrai du propos), c’est à première vue, un mélange peu ordinaire de maladresse, d’ignorance, de trouille cosmique, de croyance dans les contes de bonne maman et de fascination absolument totale pour ses propres mensonges qui les tiennent à la gorge d’une façon aussi vulgaire et méchante que lorsqu’on vous tient par les couilles. Cela, c’est pour le détail des capacités humaines en jeu pour cette hypothèse de catastrophe.

(Suite)

L’homme qui gaffait plus vite que son ombre

  mercredi 01 mai 2024

1er mai 2024 (18H55) – C’est assez original ; certains trouveront la chose plutôt drôle, d’autres carrément catastrophique, d’autres resteront longuement songeurs, d’autres enfin contacteront le héros de ce petit épisode pour voir s’il n’y a pas moyen d’écrire en co-autorage quelques pièces de boulevard, etc. Bref, nous tenons en main, avec Joe Biden, un cas extrêmement rarissime de “gaffeur”, non pas compris seulement selon l’expression employée dans le langage courant et le théâtre de boulevard mais également selon une approche sérieuse et scientifique.

Il y avait deux manières de procéder devant un texte original qui nous est proposé  sur cette question : soit donner le texte lui-même puis chercher comme commentaire une approche “scientifique” de la faiblesse psychologique ainsi mise en évidence ; soit faire le contraire, C’est cette méthode qui m’a semblé le plus appropriée. On peut ainsi goûter l’ironie des divers détails mis en évidence, tout en ayant à l’esprit les faiblesses psychologiques sur lesquelles ils reposent et en sachant bien, – têtes de linottes, – qu’il s’agit du président des États-Unis.

Du point de ue de la psychologie, nous nous sommes référés à la première approche trouvée, qui développe des lieux communs considérés avec cet esprit, comme de simples “incidents” de la pensée et du comportement. Ces incidents sont souvent considérés et nommés, en référence notamment au théâtre de boulevard, comme des « processus ironiques » ; mais ils sont aussi et plus sérieusement désignés comme des « pensées indésirables » ou des « pensées inappropriées », sans tirer de conclusion sur l’état général du gaffeur et notamment son état mental général, et notamment l’état de sa ‘métacognition’ qui implique une maîtrise de l’expression de sa pensée.

(Suite)

“Quand est-ce qu’il se tire, ce mec ?”

  lundi 29 avril 2024

29 Avril 2024 (11H18) – Le départ de Blinken de Chine, après sa triomphale visite de la semaine dernière, a été épique, – dans le sens d’une crépusculaire discrétion. On l’a retrouvé à l’aéroport, accompagné par un  seul “officiel” vers son avion, – et qui plus est ! Cet “officiel” qui s’est avéré être l’ambassadeur des États-Unis en Chine. Personne d’autre, pas le moindre officier protocolaire chinois, sans parler d’un fonctionnaire de haut rang, encore moins d’un ministre.

C’est Alexander Mercouris qui rapporte tous ses détails, à la fin de son programme du 28 avril...

« En d’autres mots, les Chinois se sont complètement désintéressés de son départ de Chine[sinon pour qu’il se fasse le plus rapidement possible]... »

(Suite)

Sortie cotonneuse de simulacre...

  samedi 27 avril 2024

27 avril 2024 (15H55) – Il est difficile de “suivre” cette étrange et meurtrière guerre en Ukraine, tant abondent le croisement et les labyrinthes des mensonges, des rêveries, des inventions, et le rafraîchissement constant du simulacre. Dans l’histoire militaire de notre pauvre monde, je pense que ce conflit tiendra une place proéminente, lorsqu’il est observé d’un certain point de vue, dans nos contrées évoluées : le premier conflit fabriqué, montée comme une immense pièce de Meccano. Le fait qu’on y trouve du sang, de la souffrance et de la mort, n’enlève aucune valeur à ce jugement fait d’une dérision extraordinaire. Nous porterons donc le poids, non seulement de nos mensonges persiflés et de nos morts laissés aux corbeaux de notre grande presseSystème, mais le malaise pathologique d’avoir mélangé les deux, dans une monstrueuse contrefaçon.

Je m’intéresse aujourd’hui à ce texte parce qu’il nous donne des extraits importants et significatifs de personnes parlant dans des conditions sérieuses tout au long du conflit, disant parfois le vrai pour mieux faire sortir le clinquant du faux partout présent, certains de ces textes remontant au printemps 2022, pour nous rappeler  ce que nos organes d’informations écrivaient pour notre savoir courant, et ce que nous croyions alors, et ce que nous jugions juste et bon. Nous avons même les bonnes “sources ouvertes” qui nous sont renseignées, puis dont on nous signale le décroissement, puis la disparition depuis déjà un certain nombre de mois, – fermeture des “sources ouvertes”, plus rien à bidonner, passez muscade.

... Tant il est vrai qu’entretemps nous est venue la gâterie nommée Gaza, et décidément le marché du mensonges s’est trouvé une autre aire d’abondance et de prospérité.

(Suite)

La peur, partout...

  vendredi 26 avril 2024

26 avril 2024 (17H10) – C’est un argument bien connu et pratiqué d’avance, pour ouvrir toute conversation complotiste et antiSystème, que les élitesSystème utilisent la peur (peur de la maladie, “peur de l’Autre”, peur de la guerre, “peur de Poutine” [cette dernière avec mention spéciale du jury pour récompenser les esprits anémié]) pour faire régner l’ordre dans les rangs des joyeuses masses démocratiques et libérales. Ce n’est donc pas sans une certaine jubilation discrète que je constate qu’on peut aussi bien constater, – constat pour constat, – que la peur règne également dans les rangs des susdites-élites, c’est-à-dire entre elles, – lorsqu’elles se trouvent confrontés à l’une ou l’autre délicate et pressante problématique, encombrée d’embarrassants cadavres, où il faudrait qu’elles prissent position sans trahir l’un pour tel cas, sans faire ses dévotions à l’autre pour tel autre...

C’est ce qui fait que je plaide pour dire que la véritable crise (une belle et bonne ‘subcrise’ de la GrandeCrise) et le véritable enchaînement crisique se trouvent chez ces élites qui vivent, respirent, se nourrissent, se complaisent et se barbotent dans une mer de mensonges regroupés en simulacres, qui est comme une Mer des Sargasses où les plus puissantes unités navales parviennent à se trouver encalminées.

La crise israélo-palestinienne est sans aucun doute la plus forte, le plus puissante, la plus collante et la plus charognarde de toutes les Mers des Sargasses des surfaces océaniques du globe. Qu’on en juge, mon Dieu ! N’y voit-on pas s’opposer la sacro-sainte jeunesse estudiantine et académique génitrice du wokenisme qui forme l’avenir du Système, et la super-sacro-sainte Vertu du genre humain qu’est Israël ? Et c’est vraiment du vol en rase-motte lorsque le gracieux  Netanyahou qualifie de “Nazis des années trente” les étudiants qui, aux USA, manifestent en faveur des Palestiniens, – si si, comme je vous le dis :

« Cela rappelle ce qui s'est passé dans les universités allemandes dans les années 1930. C'est inadmissible. Il faut y mettre un terme. Il faut le condamner et le condamner sans équivoque. »

(Suite)

L’art étrange de la “dystopie hystérique”

  jeudi 25 avril 2024

25 avril 2024 (19H30) – En suivant un texte de la pétillante Caitline Johnstone, on est conduit à relever la réussite quasiment totale et complète de ce que notre consœur nomme “dystopie”, et que j’aurais plutôt tendance à renforcer de qualificatif : soit “dystopie hystérique”, soit “inversion dystopique”. Elle parle de la Palestine, de ce que nos yeux sont obligés  d’identifier comme un “génocide” en Palestine alors que les bonnes manières, la bonne éducation, l’élégance du jugement poussent et vous font savoir, même en vous tordant un peu le bras, qu’il n’est pas  concevable de poursuivre sur cette voie.

Par exemple, lorsqu’elle écrit :

« Toutes les vociférations frénétiques sur les manifestations pro-palestiniennes dans les universités ces derniers jours montrent clairement que notre civilisation est tellement perverse et détraquée qu'elle considère que s'opposer à un génocide est bien pire que d'en commettre un. Ce qui est à peu près aussi rétrograde que peut l'être une société.

» Sérieusement, essayez d'imaginer une civilisation plus tordue et plus déséquilibrée que celle qui s'indigne davantage de ceux qui protestent contre les atrocités génocidaires que de ceux qui les commettent. Une civilisation où les gens portent leur pantalon sur la tête et marchent à l'envers toute la journée ? Ce serait moins dangereux. [....] Ce serait moins délirant.

» Rien n’est plus délirant dans ce monde... »

(Suite)

Leur “drôle de guerre”

  vendredi 19 avril 2024

19 avril 2024 (13H30) – Bon : tout le monde sait qu’Israël a riposté à la riposte iranienne et, par rapport aux hennissements et barrissements de jouissance destructrice et bien sanglante qui agitent en  général les plumes américanistes-occidentalistes gorgées de satisfaction d’elles-mêmes, je dirais que je tire l’approximative conclusion que ni les buts ni les résultats sont époustouflants ; non sans ajouter qu’il est fort possible que ni les buts ni les résultats recherchés n’ont nécessairement voulu être époustouflants, par prudence et pour tenter d’éviter un conflit trop voyant pour la campagne électorale de Joe Biden. Bref, l’Iran n’a pas été rasé ni réduit à l’âge de pierre. C’est là le point principal auquel je voudrais m’attarder.

Introduction faite, qu’on me permette un retour en en arrière. Hier, d’ailleurs, on en a déjà parlé, par exemple lorsque j’ai cité le nommé Ledeen. Un simple rappel, qui doit notamment indiquer la brutalité du propos puisque, en essence, Ledeen faisait un parallèle entre la campagne irakienne qui venait d’avoir lieu au printemps 2003 et celle qu’il proposait de poursuivre en Iran, dans le même style :

 « Il y a un peu moins d’une quinzaine d’années (on délimite cette période sur 2006-2008), s’ouvrit au large de l’Iran une longue séquence d’affrontement. Elle faisait partie des conceptions ‘neocons’ pour lesquels Bagdad était une étape acceptable, mais pour lesquels finalement, – selon une phrase  fameuse de Michael Ledeen , ‘neocon’ fameux pour ses innombrables chemins détournés, affaires tordues, constructions complexes et visions pleines de champs de différentes orientations, – homme pour qui, Ledeen,

» — Les vrais hommes ont pour plus sérieux et plus important objectif de conquérir Teheran. »

(Suite)

Stratégies d’avenir

  mercredi 17 avril 2024

17-04-2024 (20H25) – Il y a un peu moins d’une quinzaine d’années (on délimite cette période sur 2006-2008), s’ouvrit au large de l’Iran une longue séquence d’affrontement. Elle faisait partie des conceptions ‘neocons’ pour lesquels Bagdad était une étape acceptable, mais pour lesquels finalement, – selon une phrase  fameuse de Michael Ledden, ‘neocon’ fameux pour ses innombrables chemins détournés, affaires tordues, constructions complexes et visions pleines de champs de différentes orientations, – homme pour qui, Ledeen,

« les vrais hommes ont pour plus sérieux et plus important objectif de conquérir Teheran ».

Ledeen n’était certainement pas le plus insupportable des ‘neocon’, parce qu’évitant de l’être de façon excessive dans certains nombres de cas, et parfois même avec des échappées originales (lorsqu’il travailla avec les Italiens dans des entreprises aveugles où l’aveuglement ‘neocon’ n’était pas requis) ; mais pour le cas qui nous occupe, c’est bien ce qui nous occupe...

(Suite)

 

 

 

Les guerres à reculons

  dimanche 14 avril 2024

14 avril 2024 (16H10) – Il est plus que vrai qu’on croirait presque un complot, dans la façon dont les deux ‘sous-crise’ évoluent parallèlement, presque intimement comme l’on dirait d’une passion fusionnelle, y compris dans cette actuelle balade sur les cimes du paroxysme des cimes du paroxysme, des cimes du...

• Les Israéliens ne sont sûrs ni d’eux-mêmes, ni des Américanistes. Ils ont été attaqués mais ils ont “gagné l’attaque” en repoussant victorieusement ce qui ne prétendait pas à grand’chose (décidément les mollahs savent y faire). Les Iraniens ont annoncé qu’ils ont “puni Israël” comme il convenait, c’est-à-dire plus symboliquement qu’opérationnellement, mais qu’ils frapperaient bien plus fort si Israël ripostait à la riposte, ce qu’Israël ne fera pas puisqu’Israël a “gagné l’attaque”.

« À l’heure actuelle, les responsables militaires israéliens examinent les dégâts causés à leurs bases et comprennent ce qui suit : que l’Iran a délibérément choisi de ne pas infliger d’actions extrêmement meurtrières à Israël. Que l'Iran a frappé des bâtiments conçus pour envoyer un signal à Israël, et même aux États-Unis, qu'il pouvait faire ce qu'il a fait à Nevatim, à Ramona, n'importe où en Israël, n'importe où au Moyen-Orient, et que les États-Unis ou Israël ne pourrait rien empêcher. » (Scott Ritter sur tweeterX.)

(Suite)

RapSit-USA2024 : Pourquoi pas un 2ème 9/11 ‘biblique” ?

  jeudi 11 avril 2024

11 avril 2024 (03H30) – L’enchaînement des événements en rapport avec la convergence de l’incroyable ouverture des frontières Sud des USA, du développement du trafic des drogues opioïdes et fentanyl du Sud vers les USA, du développement des filières d’enrôlement de “mercenaires” latino-américains sortis des prisons US  vers l’Ukraine est en train de constituer une énorme bombe à retardement, dans une époque où les choses explosent très, très vite.

Il y a quelques nouvelles dans ce sens, qui sollicitent notre attention vers cette crise américaniste spécifique, – une des nombreuses crises américanistes, mais sans doute l’une des plus graves. Il s’agit de “nouvelles”, donc essentiellement de la communication ; nullement de la communication qui décrit des faits, même au risque de polémiquer, mais qui crée les faits ; puisqu’en vérité, nous sommes dans cette époque où le système de la communication est une entité, un égrégore, un phénomène fondamental et quasiment autonome sinon indépendant de la constitution de la puissance elle-même, un phénomène extraordinaire qui a laissé ses créateurs dans la poussière de la cavalcade pour qu’ils n’y comprennent plus rien et qui s’élance vers on ne sait où, – en mal dévorant semeur de catastrophes comme nous l’avons vu plus d’une fois, mais aussi en un bien stupéfiant comme lui permet sa spécificité de Janus, et comme nous le voyons de plus en plus...

Donc, voyons ces “événements” qui ne sont que communications de faits qui n’existent pas, mais qui sont, à notre estime intuitive, communication qui va créer des faits, – et très-vite, cela !

La chape de plomb-en-toc

  mardi 09 avril 2024

9 avril 2024 (15H00) – Je regardai dernièrement une très récente interview de Thierry Meyssan, pour ‘Le Courrier des Stratèges’ et Eric Verhaeghe, qui fait partie d’une série bimensuelle Meyssan-Verhaeghe. Il s’agit de l’interview du 8 février, sur ‘Le Courrier”, et repris sur ‘Réseau International’.

Note de PhG-Bis : « Je connais un peu Meyssan pour avoir participé à des tables rondes qu’il organisa en 2005-2006 et il est exactement tel qu’il apparaît dans la vidéo : mesuré, pondéré, jamais tranchant, ne dissimulant pas ses doutes, s’exprimant avec une très grande douceur, etc. La dénomination d’extrême-droite qu’on lui colle est d’une bêtise vraiment très, très profonde, bien à l’image des porte-flingues qui s’en chargent ; il vient de la gauche, il a défendu (et défend toujours, je suppose) les droits des homosexuels, dont il est ; il reste droit comme un “i” pour les affaires du 11-septembre, notamment selon je crois cette idée de base : “une seule chose est certaine, c’est que la version officielle est fausse” , qui est complètement la mienne.

» Ainsi en est-il lorsque nous écrivions : “La position de ‘dedefensa.org’ sur le fait même de l’attentat est bien résumée par une déclaration que Philippe Grasset fit au ‘Soir’. (‘Le Soir’ de Bruxelles avait eu la curieuse idée d’une interview de PhG, et d’une interview expresse par téléphone, le 10 septembre 2008 en fin d’après-midi. Le résultat fut assez mitigé quant à l’exactitude du rapport des propos de PhG, et parut dans un entrefilet dans les éditions du 11, dans un ensemble consacré à l’anniversaire.) Nous citons cette phrase précisément dite (de PhG), qui inspira le titre de l’entrefilet et dont l’esprit se retrouve dans tous les textes de ‘dedefensa.org’ : ‘La seule chose dont je sois sûr [concernant 9/11], c’est que la version officielle est fausse…’”. »

Bien : dossier clos et hommage rendu à Meyssan, passons à l’interview... Finalement, l’interviewé nous fait un récit de sa vie depuis la parution de son livre ‘L’effroyable imposture’, et notamment de ses divers déplacements et engagements entre son départ de France, en 2006-2007 sous la pression de certains événements, jusqu’à son retour vers 2018-2019. Depuis, il vit donc en France, dans un milieu plus apaisé  pour lui.

Ce qui m’intéresse, c’est ce court extrait du dialogue (1h 11’ 10“ sur la vidéo)::

(Suite)

La grande colère des malpensants

  vendredi 05 avril 2024

5 avril 2024 (11H15) – Pour qui s’entête à suivre les émissions, conversations, tables rondes, etc., des commentateurs dissidents, – les ‘malpensants’ en question, – il apparaît clairement qu’une sorte de colère collective monte. Il fallait écouter Jeffrey Sachs avant-hier, reçu par le duo de ‘TheDuran’, Mercouris-Christoforou, un Sachs inarrêtable, furieux, déchaîné, exaspéré. Cet homme courtois, diplomate dans l’âme, économiste pointilleux, était emporté dans un tonnerre d’imprécations adressée aux directions américanistes-occidentalistes, et Mercouris-Christoforou avait bien du mal à contenir les flots de l’ouragan... Lui-même s’excusant d’accaparer tout ce temps, mais pour mieux proclamer son indignation, jusqu’à l’aide d’anecdotes dont on aurait bien aimé en savoir un peu plus...

«  Ils ne savent plus ce qu’ils disent... Prenez Macron, un jour je le rencontre, il me reçoit, il m’affirme avec force une position sur un  problème important et la semaine suivante, il dit publiquement, exactement le contraire ! »

Prenez un docteur Anthony Montero, professeur des études africaines-américaines, mis à pied en mars de l’université de Temple, Philadelphie, imprécateur et grande gueule, activiste wokeniste black et anti-blanc, communiste, etc. – si vous voulez,  un peu “complètement le contraire” de Sachs, du point de vue de l’idéologie, de la psychologie, du caractère ; mais même colère, même emportement, ici enregistrée par ‘SputnikNews dans son émission ‘The Final Hour’ :

« — La politique étrangère américaine est devenue une pratique d’incompétence et de folie... Tout cela n'est qu'une manifestation d'un empire en déclin, du ‘démantèlement du principal pourvoyeur de violence dans le monde’ comme l’avait déclaré Martin Luther King Jr. dans son célèbre discours... Les États-Unis ne savent que créer de nouvelles crises pour entretenir leur hégémonie !

— Les derniers coups de sabot d’un mulet agonisant ? (Wilmer Leon, présentateur)

— Exactement ! Nous avons affaire à une classe dirigeante qui a perdu la raison, une classe dirigeante qui est devenue si pathologique qu’elle représente non seulement un danger pour le reste de l’humanité, mais aussi un danger pour elle-même et pour cette nation.... Un groupe de personnes tellement coupées de l'humanité qu'elles ont perdu la tête. Ce sont des personnes qui doivent, à terme, être écartées de tout instrument de pouvoir social, politique et économique dans le pays. Ils représentent un danger pour l’humanité. »

(Suite)