Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Les héros sont fatigués, c’est-à-dire prudents

  lundi 07 novembre 2016

Je ne cacherai pas ma réaction immédiate de dépit furieux puis d’amertume fataliste à la nouvelle d’un Comey nous offrant une sinuosité de manœuvre de plus... En gros et pourt résumer sans aucun parti-pris c'est sûr, on a ceci de son annonce d’hier dans une lettre au Congrès, pour résumer vraiment avec précision :  “Circulez, il n’y a rien à retenir d’intéressant dans les 650.000 e-mails que nous avons lus et relus plusieurs fois en neuf jours avec une immense attention, en même temps que nous poursuivions, durant nos longues heures de temps libre, la lecture de La Comédie humaine de Balzac comme docu de qualité sur l’inestimable vertu du genre humain, type bourgeois qui a réussi”. Hillary est blanchie une deuxième fois, c'est-à-dire blanche comme coke, ce qui est mieux que la neige puisque, comme on le sait depuis Simenon, La neige était sale.

Trêve de citations littéraire, et aussi de dépit furieux et d’amertume fataliste. Ce nouveau pseudo-retournement de Comey laisse ouvert, en le nuançant un peu plus, le jugement sur l’homme qui, en neuf jours, a perdu pas mal de son lustre de héros et de patriote dont on jugeait qu’il le méritait. Enfin, accordons-lui quelques “circonstances atténuantes de circonstance” (nouvelle catégorie juridique due à USA-2016) puisque, selon WorldNetDaily qui, il y a quelques jours, avait envisagé clairement un tel revirement, Comey a eu à subir l’artillerie ultra-lourde : « Voilà que, cédant aux pressions du ministère de la Justice, et dit-on du président Obama lui-même, il a à nouveau déclaré le dossier clos... » Le “à nouveau” est assez joyeux, parce qu’on pourrait imaginer qu’il le rouvre à nouveau, puis qu’il  le referme temporairement, puis... etc.

(Suite)

Satan mène le bal USA-2016

  dimanche 06 novembre 2016

J’avoue n’avoir pas eu le réflexe qui s’imposait lorsque l’imposant staff de dedefensa.org mit en ligne la nouvelle, aimablement imprimé par la Guardian, selon laquelle certains officiers et agents du FBI estiment qu’Hillary est l’antéchrist. (« The currently serving FBI agent said Clinton is “the antichrist personified to a large swath of FBI personnel...” ») J’avais compris qu’ils traitaient Hillary d’antéchrist de la même façon qu’il m’arrive, lorsque je retrouve une coquille que j’ai laissée passer dans un texte de dde.org, de me traiter, par exemple, de quelque chose comme “Judas grammatical”... Mais non, pas du tout, ils sont sérieux : certains, au sein du FBI, ont bien le sentiment, en poursuivant Hillary, de poursuivre une mission quasi-divine. C’est une nouvelle dimension qui nous apparaît dans ce sublime et fabuleux, et terrible, et catastrophique spectacle que nous offre l’exceptionnelle République.

La phrase est reprise partout chez nombre de mal-pensants et, chez certains d’entre eux, elle en fait leur titre du jour. (Leur plaisir est grand, chez ces mal-pensants, c’est-à-dire ces sites de piètre réputation mais de grande fréquentation, antiSystème et prompt au sensationnalisme complotiste, de pouvoir citer une source aussi chic-Système que l’est le vertueux Guardian.) Ils parlent donc réellement de l’antéchrist, le vrai, celui qui a sa place dans le grand récit eschatologique de nos diverses cultures religieuses. Pour cette fois, la religion a son intérêt, en donnant une clef de communication pour dramatiser encore plus une situation : il s’agit de rien moins que de la présence de Satan au cœur de cette exceptionnelle élection USA-2016... Personne ne l’y avait invité mais quoi, il semble bien qu’il se soit imposé de lui-même et, ma foi, il ne dépare pas, non pas du tout et en aucune façon.

Là-dessus, un des e-mails parmi les tonnes saisies, un du chef de la campagne d’Hillary, John Podesta, donne du relief à cette présence de Satan. Antiwars.com, qui n’en rate pas une, nous donne un résumé succinct de la chose dans une vidéo qui est accompagné de ce très court texte nous contant que Podesta est convié (autour de 2015 selon l’e-mail) à un “cooking spirit dinner”, – quelque chose disons comme un “dîner-barbecue spirite-satanique”, – par l’une des reines newyorkaises de l’Art Contemporain (AC) Marina Abramovic, par ailleurs très haute placée dans la hiérarchie du culte satanique institué par Aleister Crowley. Vous voyez, ça swingue terriblement, AC, Satan, la postmodernité... Voici le très court texte que chacun identifiera aisément comme concernant absolument la pratique de l’AC, dont on sait le goût pour le sacré d’ailleurs applaudi par l’Église (ceux-là, ils ont dû se tromper d’Evangiles ou ben c’est le bon script, c’est selon) ; et je fais en plus l’hypothèse que Podesta fut ravi de cette invitation  et qu’il se rendit avec empressement à l’invitation, car on le dit amateur de la chose.

(Suite)

The-Donald ou Hillary ? That is (not ?) the question

  samedi 05 novembre 2016

Pour enchaîner sur avant-hier, avec une question fort longue et circonstanciée d’un lecteur en commentaire du texte, ma question à moi : n’a-t-il pas déjà été répondu à cette question ? Une recherche ardue grâce à un moteur de recherche qui est souvent mal alimenté m’a tout de même conduit à une réponse positive. Pour autant, je ne me contenterai certes pas de signaler le texte et d’en extraire une citation conséquente comme réponse. S’il y a certes une réponse dans le texte du mois d’août qui est largement cité ci-dessous,  il n’est pas inutile de la revoir d’un œil non seulement critique mais plus vieux de trois mois, voire de nécessairement la modifier puisque cette réponse donnée il y a presque trois mois a certainement évolué ; non qu’on puisse suggérer de la renverser complètement, certes non, mais bien des événements (en trois mois, au rythme où vont les choses) permettent de penser qu’on peut la nuancer, la prolonger, l’accentuer c’est selon. Ainsi est-il intéressant à quelques tous petits jours de la chose (le 8 novembre) d’y revenir par le biais de la question posée par notre lecteur.

Donc voici la question du lecteur, D.M. : « Trump ou Clinton ? »

« Il y a une question de fond que j'aimerais vous poser concernant les élections USA-2016: pensez-vous que la situation de plus grande efficacité "antisystème", c'est-à-dire où le plus violent coup serait porté au système, serait une élection de Trump, ou bien une élection de Clinton? …On a habituellement coutume, sur dde, de soutenir Trump, parce qu'il s'oppose à des zombies-système (ou à des représentants-système, ou à des dirigeants-système, ou à des pitres-systèmes, ou au système tout court, etc.); mais il représente aussi une sorte d'espoir de sauvegarde des USA, et peut-être même, le seul espoir, par une ébauche de restauration principielle, ou de quelle que chose qui tendrait à aller vers un principe; tandis que Clinton, par son effet pro-système, entraînerait une surpuissance de la chose se muant rapidement, et peut-être de façon décisive, si j'en crois la thèse qui est souvent avancée ici (et qui me paraît tout à fait justifiée), en autodestruction. Il n'y a qu'à écouter ses discours pour s'en convaincre, et sentir à quel point elle serait un fléau épouvantable pour les USA, par l'absence totale d'âme, d'unité, de frontières, de principes, par l'effet décisivement entropique que sa politique y ferait régner. Si bien qu'elle représente certainement en elle-même, un “élément de fin des temps” pour les USA. Comme Trump l'a dit dans l’un de ses discours: “This election is the last chance for the United States of América”. Pensez-vous donc, que l’effet le plus “antisystème pour le système” serait une élection de Trump, ou bien une élection de Clinton? »

(Suite)

Vol perturbé au-dessus d’un champ de mines

  jeudi 03 novembre 2016

Sous nos yeux parfois aveuglés, dirais-je, ou bien qui ont trop peur de voir, qui ne veulent pas voir, ou bien qui croient voir après tout, toujours aveuglés mais qui cherchent...

Les rumeurs les plus folles secouent Washington D.C. tandis que l’indolence extraordinaire d’une presse-Système anesthésiée déployant ainsi tout le confort de sa paresse de l’esprit rythme l’inconscience béate de l’Europe devant l’élection USA-2016. Fameux label, cru grandiose et sublime... Non seulement l’élection présidentielle la plus importance de l’histoire de USA mais aussi “la plus bizarre”, et certains parlant même de l’esquisse d’une “Seconde Révolution Américaine” ; cela dans la perspective du “coup d’État” de Comey, ditto du FBI et qui serait plutôt “contre-Coup”, encore plus que de l’élection elle-même où Trump apparaît de plus en plus comme ce “cocktail Molotov humain” que décrivait Michael Moore, dont la foule des Deplorable allume la mèche.

Aussi faut-il, pour étayer ce début un peu emphatique, que je vous parle un peu plus, sinon très en détails de la thèse explosive du nommé Adam Pieczenik, diffusée sur YouTube depuis le 1er novembre, thèse qu’on pourrait intituler “Coup [d’État] et contre-Coup [d’État] en cours jusqu’au 8 novembre, – avant de poursuivre avec suites & conséquences”. Il s’agit du meilleur exemple actuel d’un développement insurrectionnel qui se développe sur internet, d'abord en marge de la campagne USA-2016 puis pour influer influer massivement sur cette campagne. Vous pouvez voir rapidement sur Wikipédia qui est Pieczenik, complété par des considérations de Michael Timm le 2 novembre également sur Youtube, qui s’avère favorable à la thèse de Pieczenik, qui amène beaucoup de détails et sur Pieczenik et sur sa thèse.

(Pour faire vite : Adam Pieczenik né à Cuba en 1943, puis suivant sa famille pour six années à Toulouse avant que les Pieczenik ne s’installent aux USA ; qui a une biographie intéressante, qui parle 5 langues, qui a fait des études de droit et de psychiatrie sur des sujets intéressants (un Harry C. Solomon Award « pour des recherches portant sur la hiérarchie des mécanismes de défense du moi dans la décision de politique étrangère, ‘Hierarchy of Ego Defense Mechanisms in Foreign Policy Decision Making’ ») ; puis un passage au département d’État, sans doute à la CIA en même temps qu’il devient auteur, puis plus tard peut-être bien inspirateur de personnages de l’auteur à succès sur des thèmes de sécurité nationale Tom Clancy, connu comme étant souvent aidé dans son travail par la CIA, mort d’une attaque cardiaque en 2013 ; pour certains la mort de Clancy qui aurait été “favorisée” par certaines forces, vous devinez de quoi l’on parle puisque la CIA peut changer d’avis sur un “ami” aussi vite que je change de chemise...)

(Suite)

L’Impasse du Colosse

  mardi 01 novembre 2016

J’aime bien le colonel Pat Lang, avec ses acronymes (IMO pour InMyOpinion) et sa façon d’interpeller ses lecteurs (“pilgrims”), et aussi avec ses certitudes comme celle de l’élection assurée de HRC (Hillary). Justement, sur ce dernier point... Le colonel Lang, jusqu'alors imperturbablement assuré de la victoire d’HRC, s'est mis, je pense, à douter fortement.

Non, qu’il ait une affection particulière pour HRC, bien au contraire il pense que sa présidence sera une catastrophe, – ou bien doit-on dire “serait” ? La certitude de la victoire de HRC chez lui n’est (n’était ?) nullement critiquable ni partisane, mais simplement l’effet de son expérience du Système, qu’il connaît bien, qu’il juge inarrêtable et solide comme un roc ; cela, me semble-t-il, à partir du jugement d’un caractère qui est prompt à considérer plutôt les forces conservatrices du statu-quo que les forces dynamiques modifiant les positions acquises. (Cet avis sous-entendant bien entendu que Clinton est la  candidate du Système, ce qui ne fait aucun doute dans mon esprit, ni probablement dans le sien.)

Dans son dernier commentaire sur cet aspect de la situation politique aux USA (le 30 octobre, après l’intervention de Comey, du FBI), Lang laisse percer sa nouvelle et très sérieuse incertitude sur le sort de la candidature Clinton. A une nouvelle selon laquelle le FBI se trouve devant une montagne de 650.000 e-mails sur l’ordinateur portatif de Wiener, le mari d’Huma Abedin, Lang réagit de la sorte :

« Well, pilgrims... There is no way that the FBI can review this many e-mails in the time available.  My sense is that the Democratic senators involved will probably demand Comey's resignation on Tuesday. IMO that would just make Clinton look worse in the eyes of many.

» Let us assume for a moment that she will still be elected.  IMO she would be the most wounded president ever to take the oath of office.

» I cannot imagine how she could govern the country,  pl. » 

(Suite)

A propos de Tolkien

  vendredi 28 octobre 2016

Certains auteurs mérite d’être visités et revisités, et ils méritent d’être appréciés d’une manière originale en fonction d’une époque qui n’est pas la leur, et pourtant directement en connexion avec cette époque. Les plus grands auteurs du temps passé, s’ils sont vraiment grands, méritent d’être réinterprétés à l’aune de l’époque infâme et catastrophique que nous vivons. C’est évidemment le cas de Tolkien, cet Anglais qui inventa un monde extraordinaire venu d’un passé mythique dont lui seul avait la clef ;  et qui (Tolkien), par conséquent, s’adresse aussi et encore plus directement à notre époque pour nous mieux faire comprendre ce  qu’elle a d’infâme et de catastrophique.

Donc, Tolkien... Il y a quelques temps, saluant l’arrivée de Nicola Bonnal avec ses Carnets, je présentais la préface que j’avais écrite pour son livre Le salut par Tolkien (éditions Avatar), qui est une réédition, et en fait une réécriture de son livre de 1999. J’avouais d’ailleurs ma faible connaissance de Tolkien, ce qui est une faiblesse sans aucun doute. Alors, voici quelques questions à Bonnal pour qu’il nous parle de Tolkien, de Tolkien par rapport à notre époque surtout, pour compléter cette préface qui parlait trop peu de Tolkien alors qu’elle introduisait un livre sur le sujet. Cette fois, voici l’auteur qui nous parle de Tolkien, et cela n’est pas inutile, en aucune façon.

(Suite)

A la Recherche du Complot Perdu, – et enfin découvert

  mercredi 26 octobre 2016

A partir d’une certaine époque, sans doute autour de 2011-2012, lorsque vraiment le bloc-BAO commençait à chauffer, parce que la grande crise (septembre 2008) était passée et que rien ne s’était passé sinon la même chose qui recommençait en pire comme s’il existait une volonté hors de notre pouvoir d’aller vers une complète destruction, je me mis à lire épisodiquement un site que je qualifierais sans grande originalité de “platement complotiste”, un peu comme on dit que “la terre est plate”. Ce qui est d’intérêt ici et m’incite à en parler en détails, c’est l’évolution de ce site sur ces quelques années (la tendance au complotisme chez lui n’a pas varié), parce que cette évolution rend compte d’une façon remarquablement illustrative, par démonstration ad absurdo plutôt qu’a contrario selon la tendance exposée, de l’évolution de la réalité vers sa pulvérisation sous les coups des narrative, de l’évolution de la “politique” vers sa néantisation sous les coups de l’affectivisme. Le résultat est absurde puisqu’il conduit à faire le constat qu’il n’y a plus de complot à débusquer ni de false flag à faire claquer dans le vent, parce que TOUT n’est que complots et false flag, que la réalité pulvérisée comme l’on sait est devenue le miroir complet de la pire caricature imaginée par un complotiste qui hisserait un false flag. Le résultat est absurde mais cohérent dans l’évolution de notre temps ; il est donc absurde et catastrophique.

Il avait déjà été exposé deux étapes dans ce processus, qui furent marqués par des articles à ce propos dans dedefensa.org. Je les rappelle sans faire de citations trop longues, simplement une sur le site dit-“platement complotiste” lui-même et l’autre pour distinguer la seconde étape parce qu’elle introduit bien mon propos. Il s’agit, dans le chef de ce propos, du constat que nous sommes entrés dans une troisième étape dont je ne vois pas comment elle pourrait ne pas être la dernière et l’ultime au-delà de quoi nul ne sait sur quelle terra incognita nous allons débucher. Je veux dire par là que cette troisième étape nous a conduit dans une situation générale d’où il nous sera et même d'où il nous est dédormais impossible de revenir, et c’est bien là qu’est l’irréversibilité (“dernière et ultime”) : je ne vois pas comment nous pourrions revenir en arrière, dans des conditions où le Système, en supposant qu’il puisse se mieux contrôler, pourrait rétablir des conditions qui le rendraient supportable et lui garantiraient un empire plus tranquille et assuré, comme on a pu croire, comme certains ont pu croire, à certaines époques, par exemple dans les années 1990, après l’évaporation du communisme.

(Suite)

Ave, La Grâce Tome-II

  lundi 24 octobre 2016

Le Tome-II de La Grâce de l’Histoire est parmi nous, sorti des presses de l’imprimeur. Une livraison doit arriver ce matin au cœur de nos terres étrangères, à Bruxelles. Ensuite, il faut compter un peu de temps pour sa distribution et sa répartition entre le coéditeur, le distributeur et nous-mêmes, ici, à dedefensa.org ; ensuite, encore un peu de temps pour mettre en place sur le site la rubrique Librairie.dde dans laquelle il sera présenté avec son ancien compagnon, dit Tome-I, et proposé à la vente aux lecteurs. On peut alors avancer la prévision qu’il sera disponible à la vente, sur ce site, dans la première décade de novembre 2016, disons autour du 10 novembre.

Ce Journal dde.crisis avait annoncé la venue de la chose, le 16 avril 2016. Je donnais quelques indications, d’abord de façon très pratique, en annonçant les derniers délais (où je me suis trompé de peu, chose remarquable par rapport à mes habitudes, puisque sortie du Tome-II annoncée comme “assez probable” pour septembre). Puis quelques indications plus personnelles sur le travail lui-même, les conditions, les circonstances, etc. Je donne ici une citation de ce début du texte du 16 avril qui avait pour titre « La souffrance du monde »...

« ....Actuellement, je mets la dernière plume à la nième relecture du Tome II. Quel changement du tout au tout ! Mis à part l’insuccès complet, qui est la marque constante de toute ma carrière littéraire, j’ai complètement changé d’approche générale de l’écrit, entre mes débuts et aujourd’hui. Dans ma jeunesse, je produisais des livres à une vitesse surprenante, – dont, disons, 95%-96% ne furent jamais publiés...  Aujourd’hui, c’est exactement le contraire, parlant de la vitesse. Pour La Grâce, le canevas disons des deux premiers Tomes est terminé et rédigé autour de 2011-2012. Depuis j’ai travaillé sur le Tome I pour une publication à la fin de 2013, avec promesse qui me semblait facile à rencontrer puisque tout semblait déjà être écrit, de publication du Tome II fin 2014. Voyez le résultat : si le Tome II est publié, disons en juin 2016 cela sera proche du miraculeux, disons en septembre 2016 cela devient assez probable. Entretemps, un nombre incroyable de relecture, de corrections, rajouts, refontes partielles, etc., et relecture, et encore relectures...

» Quoi qu’il en soit, le fait devrait être, selon les dernières nouvelles de la chose, que je suis au terme de la re-re-lecture et sans doute dernière de la Quatrième Partie, une seule Partie restante et une conclusion qui bénéficie d’une relecture d’avance (j’en ai passé des extraits le 1er décembre 2015 et le 31 décembre 2015). Dans cette Partie, assez ardue, je termine sur une note plus personnelle, dont le thème est la souffrance que cette époque terrible inflige à nombre d’entre nous, à titre individuel, et que je veux identifier comme faisant partie de la “souffrance du monde” qui est la conséquence de la même cause, avec la parcellisation de l’individuel réunie en une unité originelle. J’ai trouvé que le sujet était à la fois inactuel, universel, et tout à fait correspondant aux jours que nous vivons. Ainsi en suis-je arrivé à penser qu’il a sa place dans ce Journal-dde.crisis... Inutile d’explication supplémentaire, car je pense avec force que ce texte, cet extrait, se suffit également à lui-même... »

(Suite)

Cry For Yourself, America

  vendredi 21 octobre 2016

« Vous êtes pratiquement en train de pleurer ! Vous êtes pratiquement en train de pleurer ! » (« You’re practically crying. You’re practically crying »), – s’exclame, excédé, William Scarborough s’adressant à William Kristol en train de geindre... Kristol se déchaîne, mais plutôt passivement, comme on se laisse emporter,  parce que clame-t-il toute la presse et la TV US, ce qu’on nomme la presse-Système bien entendu, et notamment la station hyper-bobo, très-progressiste type-Clinton MSNBC où on le reçoit, a déroulé un tapis rouge sous les pieds avantageux de Donald Trump, qu’elle l’a donc favorisé outrageusement, – extraordinaire et étrange jugement d'un Kristol transporté d'une sainte-fureur... Regardez toute la scène datant de mercredi soir, avec les intervenant, Kristol donc, gourou des neocons avec son Weekly Standard, Scarborough, le présentateur-vedette de MSNBC, et avec lui Mika Brzezinski, – exactement, la fille de son père, – quasi-alter-ego de Scarborough à MSNBC.

Les deux, Scarborough et Mika, ont à “gérer“ comme l’on dit, une quasi-nervous breakdown du susdit-Kristol, absolument, paroxystiquement déchaîné devant la promotion que la presse-Système a faite du The-Donald. C’est bien cela l’affaire, vous avez bien lu, la presse-Système acquise à 119% à Hillary, accusée de faire tant de grâce et salamalecs à The-Donald. (Dans les faits bruts, on comprend l’attaque,  selon la logique-fric exposée dans ce même Journal-dde.crisis, le 6 mai dernier ; mais qui ne peut comprendre que cela n’implique en rien une préférence, et que tout ce temps consacré à Trump parce que c’est un événement public et “vendeur” est ponctué de diffamations, de montages et d’insultes ?) L’échange vaut d’être vu, et même d’être retranscrit au moins en partie, simplement pour avoir une idée de son intensité, de la force du paroxysme de l’hystérie psychologique, où d’ailleurs les deux journalistes se trouvent à certains moments aussi emportés que leur invité. J’en donne la transcription, simplement pour l’atmosphère, la tension de la chose, et aussi pour l’illustration de cette tension qu’offre le contenu de l’affrontement où l’on s’insulte pratiquement (“Vous mentez. S’il vous plaît, ne venez pas à mon émission pour mentir [« You lied. Please don’t come on my air and lie. »]) ; ayez aussi et surtout à l’esprit qu’il s’agit de gens du même camp (pro-Clinton) et que tout leur dit, statistiquement et par leur conviction même, que leur héroïne l’emportera...

(Si vous trouvez cela trop long, passez la transcription pour la suite du commentaire. Je renouvelle pourtant l’explication que cette transcription a sa place ici parce que, par sa densité, sa rapidité, elle constitue une très bonne illustration du commentaire qui suit, et donc effectivement elle est chronologiquement à sa place.)

(Suite)

Humeur de crise-25

  mercredi 19 octobre 2016

La question est quelque chose de cette sorte : “la crise, je veux dire la crise-finale, cette crise que nous attendons tous, est-elle encore possible ?” Cette question, déjà latente pour le moins depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, peut-être deux-trois ans (tiens, depuis l’Ukraine, février-2014), m’est venue clairement à l’esprit avec l’épisode commenté hier où l’on voit le cas-Assange, et puis le cas-Russia Today (RT-UK), deux crises déjà en cours, plongés dans le chaudron furieux de la crise USA-2016 qui affecte par ailleurs (et vice-versa) la crise syrienne, les relations générales au sein et hors du bloc-BAO et les relations extraordinairement tendues du point de vue de la communication entre la Russie et les USA (et le bloc-BAO), – et tant d’autres cas... Autant d’événements qui sont autant de crises, qui sont autant de désordres, qui sont foutus ensemble comme un chef devenu fou et croyant inventer une recette métaphysique jette furieusement et convulsivement tout ce qui traîne dans sa cuisine dans une même énorme casserole bouillonnante...

Peut-on croire qu’il puisse nous en sortir la recette du siècle, la crise-Brillat-Savarin de la postmodernité, là, comme ça, par simple accumulation et empilement furieux ?

Il y a trop de désordres pour le désordre décisif : il y a trop de crises pour une crise, celle qui nous est nécessaire pour venir à bout de nos folies et de nous-mêmes activant fiévreusement nos folies, pour venir à bout du Système. Il faut un événement inédit, qui ne soit pas lui-même une crise spécifique (pas un effondrement financier, pas une guerre, pas un regime change, pas une élection truquée, etc. – même si tous ces ingrédients ont plus ou moins une place) ; il faut quelque chose de plus haut, quelque chose d’unificateur d’au-dessus des crises, d’au-dessus des désordres, pour soudain imposer sa loi ; il faut que tous les désordres soient soudain réunis en un seul désordre cosmique qui, seul, pourra détruire les racines de lui-même en accouchant de son contraire. Je crois que le seul relais humain d’un tel événement, – outre les forces extérieures qui sont et seront les moteurs de tout cela, –  est un choc psychologique cosmique et nécessairement collectif que seul le colossal système de la communication qui tient tout dans ce monde en folie est capable de manufacturer et de déchaîner.

Nous attendons un événement cosmique.

The American Way of Life et l’avenir de la Russie

  vendredi 14 octobre 2016

Je me rappelle combien j’avais été frappé, à la fin septembre 2001, en lisant ce que Donald Rumsfeld, alors secrétaire à la défense et certainement le plus intelligent dans la bande belliciste autour de GW Bush,  avait dit de l’attaque du 11 septembre. La chose a été rappelée dans ce texte du 12 octobre :

« Peu après l'attaque, le secrétaire à la défense Rumsfeld, décidément le philosophe de la bande, expliquait que ce que les terroristes attaquaient, c'est l'American Way of Life, — effectivement la façon d'être de l'Amérique, car pour elle “être” c’est “vivre” et rien d’autre. On ne peut réduire cette attaque à une attaque contre la politique de l'Amérique. Elle vise la substance de l'Amérique ; elle vise et touche les symboles qui représentent cette substance... »

Tout cela était évoqué, on le sait, à propos de ce général, Milley, exposant d’une voix furieuse et guerrière ce fondement même de la Grande République, The American Way of Life, et ceux qui entendent se lancer dans l’entreprise de la détruite (« “Je veux être clair pour ceux qui, dans le monde entier, veulent détruire notre façon de vivre...” [“want to destroy our way of life”], ‘nous vous détruirons’”... »). Bien sûr, nul n’ignore que l’avertissement s’adresse d’abord sinon exclusivement à la Russie et j’y viendrai, mais je veux ici développer le sentiment que je me suis fait de cette sorte d’avertissement, – puisqu’il semble être devenu un “modèle” de l’anathème américaniste. L’idée n’est nullement anodine, et la rencontre entre l’intelligent Rumsfeld et le stupide Milley ne m’importe qu’à cause de la puissance de l’expression que tous deux utilisent, qui a sa vie propre, sa signification symbolique abyssale, sa puissance métahistorique ou plutôt infra-historique comme l’on dit du Mordor, qu’elles soit dite par une crapule finaude ou une brute épaisse : “The American Way of Life” (ou bien “Our Way of Life”) ; cette expression a véritablement une connotation métaphysique, quelque chose qui dépasse le courant de la politique (pour les temps normaux) et le courant de la folie-ordinaire (pour les temps actuels).

Il est dit encore dans le texte référencé que l’expression a autant de force symbolique que le fameux American Dream, ce qui est assez logique d’ailleurs puisque l’American Dream, qui a été défini sociologiquement en 1931, – c’est une chose diablement sérieuse, bien plus qu’un gadget hollywoodien ou un spasme d’extase d’un Français proaméricain, –  n’est rien d’autre qu’une “façon de vivre” (Way of Life) assez médiocre, correspondant à l’idéal de la classe moyenne (petite maison individuelle-standard, semblable à toutes les autres, voisins comme il faut avec même costume et même phantasmes absolument refoulés, associations de bons voisinages, pensées et conceptions communes, voiture, etc.). Dans La Grâce de l’Histoire (Tome I), un passage est consacré à cette métamorphose, – car avant cet American Dream selon ma noble conception de cette importante problématique, existait ce que je classifie comme un “rêve américain” d’origine essentiellement française :

(Suite)

De la postmoderne gloire d’être Français

  mercredi 12 octobre 2016

En fait, ils ne s’y attendaient pas, assez rassérénés, pas méchants pour deux sous et nullement machiavéliques, et sans nulle conscience de faillir, – et je dis cela fort sérieusement, car c’est bien ainsi que je “les” vois... “Ils” et “les”, c’est Ayrault & Hollande, comme on disait “Bouvard & Pécuchet”, ou “Abbott & Castello” (ditto “les deux nigauds” made in USA), et nous parlons bien entendu de l’annulation par Moscou du voyage de Poutine à Paris. Je crois bien, car je les connais d’instinct ces braves gens, que la chose (la décision de Poutine) a été vécue par certains parmi ces bonnes pâtes notariales qui forment notre direction comme une sorte d’agression du type que les Su-25 commettent chaque “contre l’humanité”, à Alep, et aussi comme un acte pas du tout gentil qui leur fait un peu peur en leur laissant une amertume passagère (avant de reprendre le bâton de pèlerin, car la vertu ne se décourage jamais).

...Cette fois, me dit mon petit doigt que je consulte dans les temps de crise comme s’il était une source fiable, me dit (je cite entre guillemets anglais mais pas en italique ni entre guillemets français pour marquer qu’il s’agit de la substance du propos, et nullement d'une prétention à un verbatim) que “la nouvelle de l’annulation a provoqué un ouragan au Quai d’Orsay, parmi les structures les plus solides de la bureaucratie du Quai, ceux qui forment le noyau de notre structure diplomatique. Certains sont si catastrophés qu’ils parlent de démission. Depuis le premier jour, cette affaire syrienne, – puisque l’annulation du voyage a tout à voir avec elle, – empoisonne le Quai, mis à part les “jeunes loups” neocons à la-Gluksman et à-la-BHL bien sûr, qui ne restent pas longtemps au Quai parce qu’on paye mieux dans les think tanks subventionnés (par la Ford Foundation ou par Carnegie). Dès le rappel de l’ambassadeur français à Damas, puis la rupture des relations diplomatiques de 2012 qui l’avait rendu fou de rage devant la stupidité de la décision, de l’ignorance de ceux qui l’avaient prise, etc., cette affaire a entretenu un malaise épouvantable au Quai. Aujourd’hui, on est au bout du chemin de croix avec ce camouflet que Poutine inflige à une diplomatie française en complète dissolution...”

Pourtant, j’en suis profondément persuadé, il n’y a pas, dans leurs actes, aux “deux nigauds”, tant de vilenie et d’infamie qu’on voudrait généreusement leur prêter, que d’incompétence et de naïveté par ignorance des choses, des complexités du vaste monde, des règles de la vie entre les nations ou ce qu’il en reste. Hollande “hésitant” quant à la venue de Poutine, puis la réduisant au seul entretien prévu en supprimant l’aspect culturel et symbolique, pour marquer sa désapprobation selon la ligne de communication-Système qui lui avait été signalée, n’imaginait pas que les Russes l’enverraient se faire voir avec la maestria et la précision d’un F-15 saoudien tapant sur un enterrement au Yemen pour approcher les 200 morts d’un coup. Non, il n’imaginait pas cela, et il doit être, je pense, surpris, peiné, désolé pour la bonne marche des choses et les excellentes relations franco-russes qui se fondent sur une glorieuse tradition diplomatique avec notamment le Pont Alexandre-III et la rencontre de Gaulle-Staline de décembre 1944.

(Suite)

Une époque qui swingue

  lundi 10 octobre 2016

Comme dit la chanson US, faite pour rassurer les esprits romantiques : « What a difference a day made ». Hier, Trump était balayé, désintégré, oublié avec ses cendres dispersées dans le cimetière des illusions grossières, populistes et antidémocratiques ; des appels pompeux et fleuris aux couleurs de la démocratie citoyenne et féministe réclamant son retrait, style “la patrie est en danger et la globalisation de même”, résonnaient aux quatre coins de la Grande (et vertueuse) République. Aujourd’hui, il est plus que jamais présent, au point que, dans un Journal radiodiffusé ou l’autre de la presse-Système made in Belgium (une des plus excitantes-sexy de nos salons européens, postmodernes et socio-sociétologiques), j’ai même entendu des paroles un peu amères et pas mal lugubres, pour nous communiquer que les Américains étaient bien indécis, de plus en plus après le deuxième débat, donc qu’Hillary n’est plus l’irrésistible professionnelle qui balaie devant sa porte les restes peu ragoûtants de l’amateur qui avait cru dans ses Deplorables.

De la Suisse où il se paye des vacances en trouvant ce pays merveilleux, notre excellent ami Scott Adams, qui faisait hier quelques remarques iconoclastes, donne ses premières impressions alpines aujourd’hui, et elles sont complètement catégoriques : « Je viens juste de voir le débat en rediffusion. Trump l’a emporté haut la main. Cela ne fut nullement un résultat serré. Et gardez à l’esprit que j’avais jugé Clinton victorieuse dans le premier débat... » (« I just watched the debate on replay. Trump won bigly. This one wasn’t close. And keep in mind that I called Clinton the winner of the first debate... »)

Ainsi Trump est-il ressuscité, et plus que jamais candidat redoutable d’Hillary Clinton, peut-être bien sur le point si ce n’est déjà fait de retrouver un rythme en plein ascendance. (“Clinton était sur la défensive”, note Adams, et Trump à l’inverse, ce qui était complètement inattendu après la tragédie-bouffe des enregistrements salaces et grossier du second. Mais on précisera que Trump, désormais sans aucun frein dans ses attaques, avait fait précéder le débat d’une conférence de presse avec quatre dames qui ont été violées par Bill Clinton, et soumises ensuite à des pressions d’Hillary pour qu’elles se taisent. Les quatre dames ont assisté au débat, pas loin de Bill et de sa fille Chelsea. Ambiance et tête du Bill, avec regard à mesure...).

(Suite)

La question de la possibilité d’un face-à-face

  dimanche 09 octobre 2016

On parle assez librement et sans barguigner guerre nucléaire et Troisième Guerre Mondiale en ce moment ; on en parle assez couramment comme on parlerait du prix des pommes de terre, y compris sur dedefensa.org d’ailleurs, sans aucun doute depuis l’Ukraine (février 2014), peut-être même implicitement depuis la Syrie-II (celle qui a commencé avec la crise d’août-septembre 2013 de l’attaque chimique attribuée à Assad, faussement cela est assuré, mes bien chers frères, quasiment comme un label de qualité). Cette possibilité de conversation qui devrait être oppressée et angoissée, est essentiellement développée sans hésiter une seconde comme si la chose allait de soi et chez certains avec un air assez entraînant de business as usual, et cela allant de pair parce qu’entièrement lié dans l’enchaînement avec la possibilité d’un affrontement entre soldats russes et américains. La chose est même évoquée d’une façon vraiment “cavalière”, le terme est complètement adéquat et juste...

Sur RT, avant-hier 7 octobre, l’ancien diplomate US Jim Jatras, qui a des souvenirs du temps d’avant, dit ceci : « There are all sorts of possibilities, but they all have the same common denominator: they run the risk of a direct confrontation between Russian and American personnel, getting Russians and Americans killed, what Moscow and Washington managed to avoid during the Cold War but which many in Washington treat as a kind of a cavalier thing to risk. For what purpose? To save Al-Qaeda and its allies in East Aleppo. That is an incredible thing to me. »

C’est donc ce dernier point précisément (“possibilité d’un affrontement entre soldats russes et américains”) que je voudrais débuter cette réflexion, d’abord en remuant mes souvenirs de vieille baderne. Je me rappelle, – jeunes gens vous qui me lisez éventuellement, écoutez bien la voix du passé, – mes débuts de très-jeune journaliste ; c’était en novembre 1967, dans un quotidien belgo-liégeois où ma qualité d’“étranger” (Français à Liège) avec un intérêt personnel marqué pour les matières de politique et d’armement m’avait fait affecter à la rubriques “Nouvelles Étrangères” (les ouvriers de l’atelier, – c’était encore le temps-béni du plomb et du linotype, – nommaient cette section “Les Nouvelles Étranges”). Très vite, on m’avait confié des dossiers importants, surtout la Tchécoslovaquie dès janvier 1968 avec le remplacement du président du pays, un vieux stalinien sclérosé et figé dans ses chaleureux souvenirs de liquidation sans bavures, Antonin Novotny, par un général dont la principale qualité était de s’appeler “Svoboda” qui se traduit couramment par “liberté” ou “homme libre” ; puis vinrent, en mars l’arrivée du nouveau Secrétaire Général du PC, Dubcek, jusqu’à la fin de l’été le “printemps de Prague” qui eut ce retentissement mondial que l’on sait, enfin la crise terrible de l’intervention du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie le 21 août 1968. J’étais, à mes risques et périls, installé comme spécialiste des relations Est-Ouest.

(Suite)

Psychologie USA-2016 : Ré-vo-lu-tion !

  samedi 08 octobre 2016

Pardonnez-moi si je fais appel à mon expérience de “vieillard exquis” (le terme fut utilisé par dérision lors de la sortie du film superbe de Rosi, en 1976, Cadavres exquis) mais il s’avère après tout que dans ces temps d’“éternel présent” où le passé est tenu par nos “valeurs” triomphantes pour nul et non avenu, et la mémoire avec, eh bien les francs-tireurs qui ont clandestinement conservé leur mémoire ont quelques munitions de choix à tirer, pour éclairer les lanternes du coin du jour... Il se trouve, par la grâce de la chronologie et du temps qui passe, que j’ai suivi toutes, absolument toutes les présidentielles US depuis 1960 ; soit par intérêt personnel et par entraînement des modes, soit par fièvre et américanophilie béate, soit par goût et proaméricanisme prétendument sérieux, soit par antiaméricanisme naissant, soit par fureur antiaméricaniste désormais bien plantée, très-souvent et plus ou moins par professionnalisme un peu prétentieux et plus-souvent encore, je le reconnais, sans espoir d’en attendre vraiment grand’chose...  Bref, la présidentielle US, je connais bien son mécanismes, son théâtre et ses faux-semblants ; et je peux avancer ceci sans crainte de trébucher : jamais, jamais, jamais, au grand jamais...

... Jamais je n’ai relevé, pesé ni interprété ce jugement auquel, lorsqu’ils sont rassemblés dans leurs diverses démarches, un nombre respectable et qui ne cesse de grossir de commentateurs de haute volée parviennent, et jugement qui est aussi le mien : “Cette élection est exceptionnelle, unique, sans précédent, un événement terrible qui explose devant nos yeux ! Elle est sans importance par elle-même en un sens, malgré son importance, et ce qui compte c’est ce qui suit, et nous n’avons encore rien vu”. Jamais je n’ai relevé l’emploi du mot “révolution”, qui est si peu américaniste dans le langage politique du temps courant qui, en général, estime qu’il n’y a rien à changer dans cette nation exceptionnelle qui se suffit à elle-même. Le 3 octobre, le vénérable Patrick Buchanan, speechwriter de Reagan et icône des paléoconservateurs, titrait sa colonne du jour Aborting the Trump Revolution. Je vais également citer deux textes récents, dans ce cas avec des extraits consistants pour bien faire comprendre l’état de l’esprit.

• D’abord, celui d’un économiste original, cité longuement par notre ami Alastair Crooke, dans le dernier Weekly Comment de son Conflict Forum. Il s’agit d’un texte de Raúl Ilargi Meijer, du 26 septembre 2016 (Crooke : « Raul Ilargi Meijer, the long-standing economics commentator, has written both succinctly – and provocatively: “It’s over! The entire model our societies have been based on for at least as long as we ourselves have lived, is over! That’s why there’s Trump.” »)

(Suite)

Humeur de crise-24 (Syrie & USA)

  mercredi 05 octobre 2016

Il y a des pressions grandissantes et des avertissements anxieux au niveau de la communication, pour nous faire raisonnablement penser qu’existe très sérieusement la possibilité d’un affrontement, sinon d’une guerre du plus haut niveau entre les deux grands adversaires, essentiellement par le biais d’une attaque US contre Damas. Je sais que, dans ces périodes, le sentiment de l’urgence de la situation conduit à des réactions affectives qui ne sont pas du tout, dans ce cas, de l’affectivisme mais une simple réaction humaine, – et le commentateur est dépendant de ces mêmes humeurs, humain, trop humain... Il reste qu’il y a le vrai, ce qu’on nomme la vérité-de situation.

Il y a de très nombreuses indications de cette extrême tension, pour mon compte selon les sources que je juge normalement de bonne tenue (pour le reste, selon le mode hystérique qui ne cesse d’être incroyable de la presse-Système) ; que ce soit l’avertissement du groupe VIPS, qui est un groupe pour lequel il faut avoir une très-haute considération, que ce soit l’article de ZeroHedge.com sur le compte-rendu du Washington Post salivant à l’idée d’un briefing de l’administration Obama (ce jour même, 5 octobre) à propos d’une attaque US contre Damas, que ce soit le compte-rendu de TheDuran sur un exercice de préparation de 40 millions de Russes à une attaque nucléaire, cela avec tant d’autres nouvelles et analyses allant toutes dans le même sens.

Nous sommes à un de ces moments où le commentateur ne peut plus rien avancer d’assuré, s’il est honnête avec lui-même. Décidément, je ne cache en rien ma complète incertitude, alternant entre la considération qu’il s’agit d’un affrontement de pure communication, avec quelques risque certes mais aucune intention de passer à l’acte des autorités, ou de ce qu’il en reste du côté US (là est le problème, au reste, celui de l’autorité qui est si insaisissable et si mal identifiable) ; et d'autre part la certitude soudain angoissée de l’irréversibilité de la marche de l’évènement vers le pire, et l’on imagine ce que ce “pire” peut signifier d’absolument terrible...

(Suite)

Ave, Bonnal Nicolas

  dimanche 02 octobre 2016

Je me suis confié la charge considérable d’annoncer une nouveauté dans l’arrangement du site, avec l’installation structurelle d’un ami de dedefensa.org qui, depuis le mois de mai, nous a honorés d’une présence très vivace, pleine de feu et extrêmement régulière. L’activité de Nicolas Bonnal dans le cadre d’Ouverture Libre a conduit les instances dirigeantes variées et nombreuses du site dedefensa.org à conclure, dans toute leur sagesse majestueuse, qu’il serait plus logique et mieux approprié qu’il disposât de son propre blog : ce seront Les Carnets de Nicolas Bonnal, rubrique qui devrait être mise en place cette semaine si nos oracles ne se trompent pas. (Sinon juste un petit retard possible mordant un tout petit peu dans la semaine suivante, mais non, sérieusement je ne crois pas, mais enfin, la prudence... Bref, comme dit PhG, on verra.)

Sur Bonnal, je ne vais pas trop m’étendre, d’abord parce que notre auteur, prolifique et touche-à-tout, a l’honneur insigne de disposer d’une page Wikipédia (il m’a promis qu’elle avait été vérifiée et qu’elle ne s’égare pas trop) ; ensuite parce qu’il m’a fait, à moi, le grand honneur de me demander de préfacer son prochain livre, sur Tolkien qui est l'un de ses grands amis (Le salut par Tolkien) ; et ainsi ai-je pensé que la meilleure façon d’une présentation adaptée serait alors de reproduire cette préface, – ce qui est fait ci-dessous...

Les Carnets de Nicolas Bonnal pourraient être rejoints dans le futur par Les Carnets d’un autre personnage, si bien que l’on arriverait à une rubrique du type Les Carnets de dedefensa.org constituée de quelques blogs des amis. Ce n’est pas une révolution qui bouleversait dedefensa.org, je tiens aussitôt à le préciser avec la plus grande force... C’est une adaptation mesurée, qui renvoie bien plus, bien évidemment, à la recherche de la qualité qu’à la soumission au “règne de la quantité”. Bref, on comprend ce que je veux dire et mon sentiment est bien que le site s’en trouvera renforcé pour ce qui est de sa qualité, sans être en aucune façon défiguré dans sa forme et pour son orientation.

Voici donc le texte où PhG, dit Semper Phi, tentait de préfacer le livre de Nicolas Bonnal sur Tolkien.

(Suite)

Échos et vertu du Clinton News Network

  vendredi 30 septembre 2016

Un jour, il y a vraiment très peu de temps, m’en allant promener, et m’installant avec une compagnie à une table d’un restaurant dont je vous cèlerai le nom, quelque part dans le quartier stratégique dit “européen” de Bruxelles, mon oreille traîna et accrocha quelques bribes d’une conversation de la table d’à-côté. Manifestement, en ai-je déduit depuis sinon aussitôt, il s’agissait de deux fonctionnaires européens... Cela s’entend, cela se comprend et cela s’identifie aisément car ces bestioles sont sans pareilles ni semblables.

Les deux éminents personnages parlaient du débat Clinton-Trump et, au moment où mon oreille traînait, l’un d’eux citait le rapport envoyé par la représentation de l’UE à Washington sur cet événement, rapport signé majestueusement par le chef de la Représentation. On s’aperçut tout de suite de mon impertinence et de mon indiscrétion (involontaires, je le jure un peu) ; on me jeta des regards furieux et je me le tins pour dit, et n’en entendis effectivement plus rien de plus, sinon une bribe ou l’autre et rien de fondamental qui puisse me faire soupçonner d’indiscrétion. Peu importe, j’avais eu l’essentiel pour cette chronique, et Dieu sait que ce n’est pas un secret d’État...

Je n’ai donc rien appris qui puisse mettre en danger notre sécurité supranationale, parce que je suis propre sur moi et d’humeur discrète, rien de confidentiel qui concerne le contenu de ce rapport sans aucun doute ultrasecret, rien de sérieux parce que l’Europe ça se respecte... Bref, je n’ai rien sinon que le document auquel je fais allusion en toute innocence démarre à partir d’une sorte de référence absolue, un principe, un théorème, etc., c’est-à-dire ce qui est considéré comme la victoire quasiment écrasante, et certainement lourde de significations,  de Clinton lors de son débat ; victoire révélée, confirmée et mesurée par le sondage de CNN à ce propos, effectivement cité en référence par les deux compères parlant du document, et sondage qui fournit à l'auteur et à ses lecteurs innombrables (il y a foule à l'UE) cette aura de technicité statistique qui fonde rationnellement tout le reste.

(Suite)

Vanité du débat et puissance du “bruit de fond”

  mercredi 28 septembre 2016

On ne dira pas que je suis de parti-pris puisque je n’ai rien vu du débat dont on attendait qu’il rameutât plus de 100 millions de téléspectateurs US. (Combien y en a-t-il eu finalement ? Moins de 100 millions ? Plus, moins peut-être ? Qu’importe.) Un ami qui a le jugement sûr et l’esprit de sacrifice, et qui s’est mis à l’écoute de la chose, m’a assuré que c’était plutôt “ennuyeux”. Je le crois sans détour. Alain Frachon, du Monde jusqu’il y a peu (2013), disait il y a deux ou trois jours (sur France-Inter, je crois) que c’était la preuve formidable de la jeunesse éternellement régénérée de la Grande Démocratie Américaine que d’ainsi “permettre” à un outsider de ce calibre-là de venir contester ses arrangements entre-amis.

(C’est un curieux argument qui revient avec persévérance et entêtement, lorsque les choses vont mal pour notre American Dream, de lui trouver du charme même lorsqu’il va très, très mal, parce qu’il se permet à lui-même d’aller très, très mal. Du temps du Watergate, on disait que c’était formidable que cette Grande Démocratie eut l’audace d’ainsi mettre elle-même en accusation le Primus Inter Pares ; je renchérirais alors en disant que si elle est effectivement formidable, – on en jugera comme l’on veut, – c’est parce qu’elle est arrivé à élire et à réélire un président-escroc de cette sorte, ou parce qu’elle a laissé faire un complot aussi sordide pour avoir la peau de ce président qui, outre d’être escroc selon l’accusation du qu’en dira-t-on, avait une excellente politique qui gênait beaucoup de monde. A cette aune, on dirait que la République de Weimar fut assez formidable pour se permettre d’élire un Hitler, et que le régime soviétique fut assez formidable pour se permettre de s’effondrer lui-même par implosion et sans trop de dégâts [les dégâts, le capitalisme s’en chargea aussitôt après].)

Il me semble, à moi, qu’il y eut beaucoup plus de chambard autour du grand débat premier du genre, que dans le grand débat lui-même. En Europe, c’est-à-dire à Paris, les gentilles et jolies frimousses des experts et expertes sur les grandes chaînes TV compétentes s’éclairaient d’un sourire entendu et hillarant, pour nous indiquer la tendance “bon chic bon genre”, c’est-à-dire Hillary offensive, pétante de santé et très professionnelle, et The Donald sur la défensive. (Il faut défendre Hillary jusqu’au bout et les salons défendront Hillary jusqu’au bout, n’en croyant pas leurs yeux qu’un Trump-vulgaire puisse prétendre la supplanter.) Sur le front, aux USA, Infowars.com a rassemblé les “sondages” par vote, sur les sites les plus marquants, y compris ceux de la presse-Système, et a trouvé que Trump l’emporte d’une façon écrasante : dans le décompte des sondages de “plus de 30 sites” d’une importance évidente, Hillary l’emporte dans quatre, le reste allant au Donald. L’on fait grand cas de l’avis de Michael Moore, adversaire acharné de Trump, qui juge que Trump a gagné et qui appelle “aux armes citoyens” pour stopper l’affreuse bestiole. D’autres, et en cohortes achalandées, vous assurent qu’Hillary fut impériale tandis que Trump jouait au Brutus de Tu Quoque, Fili. CNN, avec son drôle de “sondage”, est le plus performant à cet égard, plus Clinton News Network que jamais.

(Suite)

Sagesse de la Fin des Temps

  mardi 27 septembre 2016

Lu dans Éléments n°162, d’octobre 2016, dans un “Esprit des lieux”, de Solange Bied-Charreton, en visite à Delhi (New & Old), ce passage p.93 qui m’arrête, me fascine, qui résonne en moi et m’inspire absolument :

 « ... Le diplomate m’apprend l’importance de la tradition soufi à Delhi et l’impuissance des salafistes qui rôdent autour du Dargâh. Je [lui] raconte ce que j’ai vu en Malaisie à l’automne précédent, ces petites filles de trois ans voilées comme des Saoudiennes. La disparition des cultures malaise et indonésienne dans un totalitarisme religieux allochtone. L’évanouissement du costume traditionnel, réservé au spectacle qu’on donne dans les grands hôtels. Réservé à la nostalgie, aux musées, aux touristes. L’islamisme est le pendant oriental du nihilisme occidental. “L’islam est mort, soupire le diplomate, le christianisme aussi, mais les deux religions n’ont cependant pas voulu mourir de la même façon. La mort de l’islam est très musulmane, la mort du christianisme très chrétienne.” L’islam [qui] a voulu sa mort dans la nécrose, accorde maintenant son intransigeance au terrorisme. Le christianisme, lui, a trouvé la mort dans la sécularisation, et dans une folie qu’[il] appelle ‘liberté’. Le diplomate rappelle le mot du vieux Chesterton à propos des idées chrétiennes devenues folles. “Le mariage pour tous, conclut-il, est à ce titre une initiative typiquement chrétienne”. Silencieux sous la lune, Raju dans son taxi médite en m’attendant. »

Il n’y a pas grand’chose à ajouter tellement le mot (chaque mot) est juste, tellement ces phrases, ces jugements dits d’un ton apaisé, sonnent absolument harmonieux. La lumière qu’elles diffusent, ces phrases, ce constat dit dans un soupir et avec une voix qu’on devine douce et résignée, qui est si apaisante ; si apaisante paradoxalement par rapport à ce qu’il nous dit, parce qu’il nous décrit l’impasse dans laquelle nous nous trouvons par rapport aux outils de la pensée dont nous disposons pour tenter de la briser ; “l’islam est mort, le christianisme aussi”, et il pourrait dire la même chose du reste du phénomène religieux, et qu’ainsi nous nous retrouvons orphelins, impuissants, aveugles se débattant dans une nuit noire en proclamant de façon si dérisoire nos théories novatrices, déstructurantes et dissolvantes, notre postmodernité prétentieuse et chargée de rien dans le vide du monde, tout ce bazar clinquant qui prétend changer le monde. On ne change pas ni ne répare ce qui s’est écroulé, on ne peut qu’en contempler les ruines.

(Suite)