T.C.-73 : Le vertige crisique

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2042

T.C.-73 : Le vertige crisique

21 mai 2019 – Le spectacle est extra-terrestre, une sorte de rencontre du deux-millième-type, pour marquer que nous sommes dans le deuxième millénaire. La France est prise de vertige, l’Europe est emportée par le vertige, car désormais l’on peut proclamer que le “Tourbillon Crisique” est entré dans les psychologies pour les transformer en vertige et faire tourner les esprits pour produire des pensées et des tweetwqui éclatent comme autant de phénomènes stratosphériques. Ce sont les derviches-tourneurs de l’Europe en grande-folie et dans tous ses États-Membres.

Cette panique, ce paroxysme qui envahissent nos têtes pensantes, nos élites-devenues-folles, dans cette Europe devenue un immense Titanic chargé de tant de vertus qu’il ne voit pas ce champ d’icebergs noirs conduits par un brise-glace de fabrication russe (ils connaissent cette technique), icebergs noirs-bruns baptisés suspectement “Salvini”, “Le Pen”, “Orban”, “Farage”, “& Cie”. (Le “&Cie” m’inquiète beaucoup, pas vous ?) Mais renseignez-vous donc, informez-vous à la fin !

Lisez la colonne #SalvinivsVerhofstadt, où le champion de Dame-Europe Verhofstadt défie l’extraordinairement diabolique Salvini dans un duel un-contre-un, en hommes mais sans homophobie, à mains nues, à la boxe française, au pistolet à plomb, à fleurets nullement-mouchetés,HashtagvsHashtag ;“Qu’importe l’arme-choisie, monsieur Salvini, où vous voulez et quand vous voulez, je suis votre homme, même votre transgenre pour arrêter votre sale besogne ! Sachez-le, La-Force, qui est du genre-féminin, est avec moi !”. Verhofstadt décompte dans sa rapide et pressante adresse aux peuples européens haletants devant ces révélations les joueurs-vedettes facho-nationalisto-euroscepticos qui sont rétribués par Poutine. On trouve tous les grands transferts de l’année, “You name it”.

En France, madame Loiseau, avec son talent éblouissantet sa séduisante finesse, nous a effectivement entretenus du “club Poutine”, – justement, les transferts, on s’y retrouve hein ! – mais elle a comme d’habitude quelques points de sondage de retard. Entretemps, en effet, on entendit sortant d’un grand déjeuner offert par le commandant du LFEM Titanic relâchant à sa base navale de l’Élysée pour prendre les choses en main, le matelot-voltigeur BHL nous dire tenir du commandant lui-même que le danger vient des USA et non de Russie, ou bien les deux ensemble, avec le Bannon-de-Trump beaucoup plus pervers encore que “le locataire du Kremlin”. Il paraît, dit le matelot-BHL qui en a vu des tempêtes, que nous traversons les temps les plus terribles que l’Europe ait jamais connus.

Pour les Anglais, comme notre ami John Laughland nous a fait visiterla chose ce matin le tour de l’asile est vite fait, grâce aussi à la connivence de notre amie Alice. On saura dans quelques heures où et comment, dans quel Pays des Merveilles la bombe thermonucléaire préliminaire nommée Brexitnous a projetés.

La folle farandole devient  difficilement tenable. Il faut être un maître des pistes nocturnes du Paris de la nuit, comme le quartier-maître Castaner, pour tenir le rythme sans être emporté par le vertige. On chuchote qu’une mutinerie a failli éclater lorsqu’on s’est aperçu, lors du fameux déjeuner de gala-intellectuel du LFEM Titanicque la préfecture de police de Paris, chargée de la sécurité, avait prévu des gilets de sauvetage de couleur, – allez, je vous le donne en mille, – ce sont des gilets-drones modèle-canari, camouflé selon les directives du volatile, couleur et tout, – allez, je vous le donne en dix-mille ! La confusion fut extrême et BHL en fut, autant le dire, jaune de fureur.

Étrange et remarquable spectacle, ce n’est plus une crise, c’est une secousse tellurique d’une dimension crisique-cosmique, un éclair furieux et universel descendant d’un Olympe où trône un Jupiter crisique absolument furieux, – je ne vous dis que ça. Le tourbillon crisique, je vous le déclare tout net, a désormais de la peine à suivre le vertige crisique qu’il a pourtant lui-même déclenché et enfanté. Les icebergs noirs-bruns, eux, font pâlir le Trou Noir du tourbillon crisique. C’est-à-dire que les folies psychologiques nées du tourbillon crisique qu’on jugeait irrésistible et seul maître de l’univers en feu, ont décidément investi la scène du monde. L’Europe-en-folie va voter comme tournent les derviches-tourneurs, en chassant les mauvais esprits à grands coups de bulletins de vote.

Cette époque est exemplaire, c’est-à-dire qu’elle est sans exemple. Elle swingue, comme le rappeur Nick Conrad, celui qui nique, qui « baise la France, baise la France, jusqu’à l’agonie. » C’est vrai, enfin, cette Europe-là, il ne faut pas la rater, la laisser filer par des votes-inadvertants, – des comme-ça des Europes,on n’en fera plus, avant longtemps je vous dis, – autre confidence du commandant du LFEM Titanic.

“Scoute, toujours prête”, nous a confié madame Canarie Loiseau.

Donations

Nous avons récolté 392 € sur 3000 €

faites un don