Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset, qui a commencé le 11 septembre 2015 avec la nouvelle formule de dedefensa.org, l’accompagne et la commente en même temps qu’il tient la fonction d’être effectivement un “Journal” pour l’éditeur et directeur de la rédaction de ce site.

Kunstler (et moi) perdu(s) dans la forêt

  dimanche 06 décembre 2020

6 décembre 2020 – Une fois de plus, je chipe un sujet RepSit-USA2020 pour mon journal, parce qu’il me concerne directement, moi-chroniqueur et mes angoisses. Je ne suis pas le seul à être dans cette situation, lorsqu’on lit la dernière chronique (de vendredi) de James H. Kunstler. On avait déjà lu la précédente, après d’autres, qui nous offrait une approche assez structurée de la situation, une recherche affreusement difficile certes mais obstinée de la vérité-de-situation du moment.

Cette fois, c’est tout différent et c’est pourquoi ce texte correspond si bien à mon sentiment, et donc à un thème qu’on retrouve souvent dans ce Journal-dde.crisis. Kunstler, JHK, ne s’en cache pas une seconde, et c’est même l’essentiel du sujet : on ne comprend rien, on ne peut rien comprendre, cet extraordinaire désordre où la communication dispense à une vitesse assez proche de la lumière des informations divergentes, contradictoires, folles, renversantes et urgentes, dans un sens, et puis dans un autre, par en-dessous et par-dessus. Vous comprenez alors pourquoi j’écrivais, il y a trois jours : « Cette extrême relativité, et l’extrême rapidité avec laquelle elle se réalise, constituent des facteurs écrasants, absolument épuisants pour la psychologie. »

(Suite)

Les indigénistes et le Rien

  samedi 05 décembre 2020

5 décembre 2020 – Cela s’est passé  sur LCI lundi dernier, un peu après 20H00, sur la tranche mini-horaire dite « Le 20H de LCI ». Je n’ai pas trouvé à ce jour et à cette heure une reprise d’archive de ce jour-là sur le site de l’émission, et je n’ai pas osé imaginer que cette absence correspondait au désir de ne pas faire trop de publicité à l’invitée du jour, la policière Linda Kebbab, venue parler de son livre, Gardienne de la paix et de la révolte. On l’invite parce qu’elle fait de l’audience, mais on n’insiste pas trop, voilà l’idée ; c’est la règle du jeu-Système, où LCI évolue avec brio.

Kebbab, policière de 39 ans, jeune femme de fort belle allure, a évidemment, comme chacun le sait, la particularité d’être d’“origine maghrébine” comme l’on dit, et s’affirmant Française avec une grande fierté et une détermination sans faille ; en même temps, comme personne ne l’ignore, elle a l’engagement d’être farouche défenderesse de la police (elle est syndicaliste) et ardente critique des diverses tentacules du Système et du ‘wokenisme’ à la française, y compris les ‘indigénistes’, ‘racialistes’ et compagnie. A ce propos, – ‘wokenisme’ à la française, ‘indigénistes’, ‘racialistes’, – la Kebbab n’a pas sa langue dans sa poche.

Elle était interrogée par Elizabeth Martichou, qui a l’habitude d’être une maîtresse d’école tranchante pour couper la parole, surtout si son interlocuteur dévie de la narrative-Système/PC dont elle est l’impeccable exécutante. Puisque je n’ai pas trouvé la vidéo de l’entretien pour la raison que je n’ai pas pu vous dire, qui pourrait d’ailleurs se résumer à mon inhabileté à manier ces accès labyrinthiques aux archives, je vais essayer de reconstituer le passage qui m’intéresse. Ce n’est pas du verbatim et j’emploie des guillemets anglais et pas d’italiques, qui sont les arrangements typographiques de ce qui n’est pas une citation exacte mais un rapport selon moi très précis de l’essentiel.

(Suite)

Fatigue métaphysique

  vendredi 04 décembre 2020

4 décembre 2020 – Je vais revenir un instant, par simple citation et cela en guise d’introduction, sur la citation d’Alain Finkielkraut qui me semble bien justifier la démarche nécessaire de l’observateur des catastrophes courantes, et votre serviteur par conséquent. Ce n’est pas que l’estimé Académicien ait dit là quelque chose qui me prit complètement par surprise, mais c’est que ce nom prestigieux assoit sans aucun doute mieux cette démarche qui m’est naturelle. C’était donc dans le texte de ce Journal-dde.crisis, le 1er septembre, il y a un peu plus de deux mois, lorsque je rapportai cette observation faite la veille par Finkielkraut sur LCI :

« Nous ne disposons plus aujourd’hui d’une philosophie de l’histoire pour accueillir les événements, les ranger et les ordonner. Le temps de l’hégéliano-marxisme est derrière nous. Il est donc nécessaire, inévitable de mettre la pensée à l’épreuve de l’événement et la tâche que je m’assigne, ce n’est plus la grande tâche métaphysique de répondre à la question “Qu’est-ce que ?” mais de répondre à la question “Qu’est-ce qu’il se passe ?”... »

Donc, cette observation, cette objurgation implicite, s’est largement confirmée depuis ; d’ailleurs elle vaut pour moi depuis des mois et des années, en un sens parce que c’est mon métier même, à l’origine, que de m’attacher à l’événement, et d’une façon telle que je mets nécessairement la « pensée à l’épreuve de l’événement ». Je crois que le mot “épreuve” tombe singulièrement à point, car c’en est une. Cela signifie très précisément une remarque concernant le  champ de la psychologie dans sa matérialité même – et pas dans son ‘matérialisme’, certes ; pour rapporter combien cette nécessité qui ne peut être un seul instant mise en cause de suivre l’événement, impose un régime psychologique à la perception qui constitue une charge considérable.

Je pourrais parler d’un très grande ‘fatigue psychologique’ qu’il y a à suivre le cours des événements semblable à un fleuve qui ne cesse de se dérouler de lacet en lacet, de se déchaîner par instant en un torrent ou une chute brutales, qui semble brusquement stagner dans ses encoignures comme si les rives allaient se refermer sur un marécage transformé en marigot infâme et collant. Ainsi en va-t-il des changements d’analyse qui n’ont rien à voir ni avec un changement d’humeur, ni avec un changement d’engagement.

(Suite)

Trump est-il un logocrate ?

  jeudi 03 décembre 2020

3 décembre 2020 – J’aborde ici un débat en cours depuis 2015, depuis que Trump est apparu sur notre scène du spectacle du simulacre du monde, qui se résume crûment par la question “Quelle est la mission de Trump ?”. Certains pourraient croire qu’on y a déjà répondu, après en avoir souvent et beaucoup débattu, et ils sont fondés de le penser.  Moi-même, je n’y ai pas manqué, à bien plus d’une reprises, par exemple lorsque je citai Michael Moore disant en 2016 que Trump était un cocktail-Molotov lancé par le peuple contre Washington :  « Et ils voient Donald Trump comme leur cocktail-Molotov humain qu’ils vont pouvoir aller mettre ans l’isoloir le 8 novembre et le jeter dans notre système politique... Je pense qu’ils aiment l’idée de faire sauter le système. »

Cette fois, je voudrais changer de registre, aborder un aspect plus délicat, plus vaste et fondamental, où finalement se réduit l’importance de Trump, de sa politique s’il en a une, de son destin s’il en a encore un, de ses possibilités de s’en sortir ou pas dans le combat en cours pour la présidence (je suis plutôt pessimiste). Je voudrais aborder le cas Trump du point de vue du logocrate, selon la définition et l’observation de la chose que j’ai souvent abordée.

Pour rappeler ou préciser de quoi l’on parle, je citerai ceci, d’un texte d’octobre 2015 ce Journal-dde.crisis, où, précisément ici, je parle de PhG comme si je ne l’étais pas, comme si ‘je’ était un autre :

« Ainsi [PhG] aime-t-il à citer Gorge Steiner, dans une conférence donnée à Bruxelles en 1982 et reprise dans ‘Les Logocrates’ (L’Herne, Essais et Philosophie, 2003) : “Le point de vue ‘logocratique’ est beaucoup plus rare et presque par définition, ésotérique. Il radicalise le postulat de la source divine, du mystère de l’incipit, dans le langage de l’homme. Il part de l’affirmation selon laquelle le logos précède l’homme, que ‘l’usage’ qu’il fait de ses pouvoirs numineux est toujours, dans une certaine mesure, une usurpation. Dans cette optique, l’homme n’est pas le maître de la parole, mais son serviteur. Il n’est pas propriétaire de la ‘maison du langage’ (die Behausung der Sprache), mais un hôte mal à l’aise, voire un intrus…” »

(Suite)

L’européanisation de l’Amérique

  mercredi 02 décembre 2020

2 décembre 2020 – J’ai déjà dit la considération que j’avais pour le juriste Jonathan Turley, presqu’Américain (plutôt qu’américaniste) à force de ce que je nommerais “de ‘rigueur civilisationnelle’”. Je le citai notamment dans la page précédente de ce Journal-dde.crisis, concernant la saga des transgenres en Norvège. Les mots, les idées, la situations, me sont restés à l‘esprit, ou bien ai-je relu une partie du texte, enfin qu’importe. Il suffit de signaler ici que j’ai ressenti les affirmations de Turley d’une façon différente, plus large, plus conceptuelle :

« Nous avons déjà discuté du recul alarmant du droit à la liberté d'expression à l’Ouest, en particulier en Europe. La tendance à criminaliser la liberté d’expression a entraîné un appétit insatiable pour de nouvelles limitations et des poursuites plus furieuses.
[...]
« Comme nous l'avons récemment évoqué, un sondage réalisé en Allemagne a révélé que seuls 18 % des Allemands se sentent libres d'exprimer leurs opinions en public. En particulier, plus de 31 % des Allemands ne se sentent même pas libres de s’exprimer en privé entre amis. Seuls 17 % se sentent libres de s’exprimer sur Internet et 35 % déclarent que la liberté de parole est confinée au plus petit des cercles privés. »

Ce n’est pas pour le plaisir de répéter, ni s’aventurer sur les entrelacs du transgenrisme, mais constater qu’un homme de la dimension de Turley mesure et juge très importantes les attaques furieuses du fait de l’évolution socio-culturelles contre la liberté d’expression, disons dans le bloc-BAO, et singulièrement en Europe, et aux USA par conséquent. (On comprend combien Turley est un libertarien traditionnel, hors des clivages droite-gauche inventés pour les loisirs de la communication dans la modernité, attaché par conséquent aux principes fondateurs des USA, quoi qu’il en soit et quoi qu’il en ait été fait.)

(Suite)

Norvège-transgenres, la dictature des fous

  lundi 30 novembre 2020

30 novembre 2020 – La Norvège, je m’en souviens (j’y suis allé une fois, en 1954, avec mes gentils parents), est un très beau pays. Le froid âpre y est d'une sereine grandeur, si j’ose parler de beauté à propos d'une humeur du monde, les fjords somptueux, la vie studieuse et laborieuse, mais aussi honorable, installée comme elle est dans sa tradition... Enfin, tout cela in illo tempore – « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître », et autant en emporte le vent.

Aujourd’hui, la Norvège, comme l’ensemble de la ‘civilisation’ (?) du ein Block, ein BAO, ein LGTBQ+, – la Norvège est folle, sous la coupe de la dictature des fous qu’a engendré la totale perversion, la contre-civilisation que nous vivons, totalement luciférienne. Elle l’est comme les autres dans ce grand dessein européen, au pas cadencé, l’insigne à la boutonnière, disons “LGTBQxyz+” si vous voulez, la pensée réduite aux acquêts du seul instant qui importe, l'Instant quoi, qui est celui que nous simulons de vivre. Nul n’a le droit de trébucher sous le poids du fardeau qu’est la folie des autres lorsqu’elle vous enveloppe, qui se grime en bêtise aux yeux hallucinés, ceux-là que vous craignez devoir en vous regardant dans un miroir.

Jonathan Turley, l’avocat, le plus élégant et le plus qualifié des commentateurs des choses de la loi et de l’esprit de la loi, s’exclame devant cette nouvelle concernant effectivement ce pays que je trouvais si beau en 1954. La Norvège vient d’adopter une loi qui criminalise le “discours haineux” contre les transgenres, en privé (“en privé”, je veux dire : “chez soi”, at home, – capisce ?) ; et discours interdit et traqué dans ce sens, en général dans toute les conversations libres et démonstratrices de notre liberté...

Sommes-nous des fous ou simplement des crétins ahuris et un tantinet, – comment dire ? Ah oui, c’est ça : “un tantinet” “haineux”... ?

(Suite)

Les mille et 1 jeunesses de George S.

  dimanche 29 novembre 2020

29 novembre 2020 – Je n’aime pas le suspens factice, aussi dévoilerais-aussitôt le pot-aux-roses, sinon, pot-au-noir. George S., c’est George Soros, alias George Sorozs, alias George Schwartz. Là-dessus, je vous dirais la stupéfaction où je me suis trouvé, – pourtant, combien nous en avons avalé, de couleuvres, – d’apprendre qu’il était, George S., en train de racheter, avec son pote Gates-Bill, à la fois l’Union Européenne et l’ONU ; où disons, ‘à peu près’ l’UE et l’ONU, et si quelqu’un trouve que j’exagère avec mon “en train d’acheter”, qu’il veuille bien accepter mon absence totale d’excuses car c’est décrire le vrai à l’aune de la puanteur des restes atroces et insupportables de cette civilisation en voie de dissolution.

Je me suis d’abord intéressé à l’homme qui a travaillé d’arrache-pied pour nous révéler toutes ces manigances absolument légales, effectuées avec l’aide de fonctionnaires incroyablement bien payés, sans l’ombre d’une légitimité démocratique, et foutus là où ils pantouflent par leurs pays divers, tous membres et défenseurs acharnés de l’UE (et de l’ONU quand c’est le cas, mais c’est de moindre intérêt ici). J’ai été voir sur le Wikipédia de Grégor Puppinck, pour m’apercevoir qu’il était truffé d’avertissement concernant les données, les sources, etc., bref que Puppinck était vraiment un type épouvantable, et comme on dit selon le dictionnaire LCPA, – de la fameuse collection qui fait autorité, des ‘Lieux Communs du Politiquement-Correct’, – à la fois ‘nauséabond’ (d’odeur) et ‘infréquentable’ (de proximité). Ici commence notre affaire que je vais exposer en plusieurs points, sans qu’il y ait nécessité, ni de justification ni d’affirmation de mon point de vue et pour mon compte sur le fond de la question étudiée, mais d’abord et essentiellement sinon exclusivement pour observer une chronologie :

(Suite)

Biden et son slip LGTBQ

  samedi 28 novembre 2020

28 novembre 2020 – Nos potes trotskistes (WSWS.org) sont de retour ! Comme ils sont persuadés que Biden est élu et l’engeance-Trump balancée dans les poubelles de l’histoire, – c’est leur avis et c’est vraiment, vraiment un autre débat, – ils effectuent un vaste mouvement de 90° ou de 180° (cela dépend du point de vue) et prennent désormais comme cible Biden et sa bande. Cela, par contre, est sympathique et m’engage les applaudir à nouveau, d’une façon qui ne s’embarrasse pas de forme, qui pour cette raison trouve mieux sa place dans une page du Journal-dde.crisis.

Ce qui est bien avec ces trotskistes du WSWS.org, c’est qu’on n’a nul besoin de tourner sa veste d’une façon peu honorable pour en faire bon usage et nos meilleurs alliés quand les planètes s’alignent à notre avantage, après les avoir voués aux gémonies sans la moindre réserve. Ce n’est pas qu’ils tournent leur veste, eux, mais qu’ils n’ont pas de veste mais un vieux gilet glorieux, de la sorte qui ne se retourne jamais, celui du vieux Léon, et qu’ils fusillent tout ce qui n’est pas Léon, variant au gré des variations des forces en action qui ne sont pas du goût posthume du vieux Léon, – c’est-à-dire, tout le monde sauf eux. Ainsi, ayant liquidé Trump (à leur estime, qui est celle du grand Léon, lequel avait sans doute anticipé le danger ‘fasciste’ épouvantable de Trump), ils se retournent contre le Ol’White Man avec une rage décuplée, qui est celle que le regretté Léon, de sa tombe, entretient avec vigueur contre la bande pourrie des démocrates progressistes-sociétaux, socialistes-faussaires mais épouvantables capitalistes, avec le simulacre LGTBQ qui ne l’est pas moins.

Cela nous donne un texte magnifique de critique contre l’apparence multiculturelle, multiracialiste, progressiste-moderniste, semi-genriste et genriste-turbo, identitaire-simulacre, que constitue l’équipe-Biden. Bien que je sois en désaccord avec les analyses que je hume complètement dépassées qui conduisent le fondement de ces attaques (référence trotskiste à la ‘lutte des classes’ aussi solide que la virginité de Marie), je trouve tout le miel du monde dans la vigueur si vigoureuse et fort bien argumentée de cette critique dévastatrice. L’antiSystème que je suis, qui a dénoncé avec ardeur et alacrité les arguments trotskistes d’une interprétation grandguignolesque et abracadabrantesque de Trump et de son hollywoodien coup d’État militaro-fasciste, trouve son bonheur sans restriction dans l’exécution sans appel de la démarche progressiste-sociétale et racialiste de Biden & Compagnie.

(Suite)

Le troisième corps du roi

  mercredi 25 novembre 2020

25 novembre 2020 – Je vous rassure aussitôt, comme je me rassure moi-même. Je n’ai pas vu l’allocution de Sa-Grandeur, mais j’ai pu reconstituer par des bribes, vidéos diverses, homélies, son climat, ses grandes lignes, ses thèmes centraux. D’ailleurs, on nous avait tout dit, c’est dire, pour ainsi dire.

J’ai vu tout de même, en direct, et un peu par hasard je l’avoue, le tout-début, lorsqu’on entend La Marseillaise sur fond de l’Élysée se rapprochant, avec son superbe drapeau aux trois-couleurs, qui claque, qui claque, qui claque, peut-être bien au vent des “quarante rois qui ont fait la France”...

Et là, je me suis dit... Non, rien du tout, rien dit finalement, juste sans voix.

J’ai zappé, comme je fais avec un des jeux du gentil Nagui, en fait occupé par autre chose, avec le choix pour ces occupations pressantes entre manger un morceau de chocolat et boire un bon grand verre d’eau bien chlorée. Et puis, le temps passa.

Un moment venu, je ne sais quand, comme quelque chose vous vient à l’esprit, venu d’on ne sait où. C’était l’idée qu’il y avait finalement là-dedans et là-dessus, quelque chose d’énormément grotesque, ou de grotesquement énorme, un peu comme une déclamation-bouffe. Après tout, ce personnage, ce type, est le président de la République Française ; une personne avec le doigt sur l’arme nucléaire s’il le faut ; un personnage élu, investi, légitimé et souverain, avec son corps terrestre soudain investi par la Corps Céleste du Roi de Droit-Divin qui régna si longtemps sur le grand Royaume de France. Eh bien, je m’aperçois à l’instant que a Macron a réussi à nous fabriquer un troisième corps du Roi.

(Suite)

Du tragique au bouffe, et retour

  mardi 24 novembre 2020

24 novembre 2020 – La situation aux USA oscille à une vitesse prodigieuse entre Washington D.C. et “D.C.-la-folle”. A peine sommes-nous alertés sur de possibles énormes prolongements, que nous apparaît la possibilité de dislocation et de dissolution du cirque dont Trump est le Monsieur Loyal. Je veux dire par là, sans doute un peu dépité mais aussi incrédule devant tant d’impudence de la part des événements qui se déroulent sous nos yeux, que l’alarme puissante lancée ces dix derniers jours par l’avocate Sidney Powell semble devoir être étouffée comme on écrase brutalement un incendie naissant.

Pour autant, on ne parlera ni de simulacre, ni d’entourloupe, ni de Fake-complot. Mon impression est bien qu’il y a eu, non pas un affrontement, mais une avalanche de possibilités (les fameux “prolongements”) bientôt suivie d’un probable désengagement, pour le dire aimablement, de Trump. Je parle ici à partir d’informations (sic), de perceptions et d’intuitions, et sous le contrôle de l’incertitude changeante de mon jugement subjectif, – parce que, dans cet univers privé de toute référence objective et nous montrant ainsi le vrai de son absence d’essence du fait d’une humaine insensée, il ne peut y avoir de jugement objectif. (*)

D’abord, il y a eu cette étrange ‘mise au point’ dans la soirée de dimanche, à 23H00, venue de Rudy Giuliani, qui (je suppose ?) dirige l’équipe d’avocats de l’équipe Trump, et de Jenna Ellis, également leader du groupe :
« “Sidney Powell pratique le droit individuellement. Elle n'est pas membre de l'équipe juridique Trump. Ce n'est pas non plus un avocat personnel du président”, ont ainsi déclaré dans un communiqué l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, avocat personnel de Donald Trump, et Jenna Ellis, conseillère juridique du président américain. »

Déjà, cela sonnait étrange, disons par rapport à un tweet du 15 novembre, sept jours plus tôt, du président des Etats-Unis lui-même (gardons la langue originale mais soulignons d’un gras élégant les deux mots qui nos importent) :
« I look forward to Mayor Giuliani spearheading the legal effort to defend OUR RIGHT to FREE and FAIR ELECTIONS! Rudy Giuliani, Joseph diGenova, Victoria Toensing, Sidney Powell, and Jenna Ellis, a truly great team, added to our other wonderful lawyers and representatives! »

(Suite)

Powell, à la vie à la mort

  lundi 23 novembre 2020

23 novembre 2020 – Selon ce qu’on en a, la situation aux USA apparaît comme une tragédie ou comme un bouffe. C’est une “tragédie-bouffe” bien de notre époque. Avec l’avocate Powell et la Grande-Fraude, c’est l’aspect de la tragédie qui s’affirme.

On se trouve loin, ici en Europe francophone, du lieu du crime et face à un imbroglio de juridisme américaniste particulièrement venimeux et complexe et de FakeNewsisme dans tous les sens (l’art de manipuler l’information dans le système de la communication, de l’enjolivement à l’invention hollywoodienne, porté à son sommet aux USA). Pour mon compte, j’en juge selon une perception faite notamment et principalement d’intuition et d’expérience, au jour le jour, avec d’inévitables variations où parfois mon humeur a sa place.

Mais ce relativisme subjectif qui répond au subjectivisme nihiliste régnant, est policé autant que faire se peut par la conscience de nous trouver à un nœud gordien terrible de la Grande Crise ; dans ce cas, cette démarche de tentative permanente de pondération est d’autant plus vive qu’il y a la conscience d’une période cruciale de quelques toutes petites semaines, de quelques jours même... Tenez compte de ces facteurs personnels de la source (moi-même, PhG) et croyez bien que je m’emploie moi-même à en tenir compte.

(Suite)

En marche avec le ‘Wokenisme

  dimanche 22 novembre 2020

22 novembre 2020 – On a noté l’apparition d’une nouveau mot, désignant un phénomène évidemment postmoderne, pseudo-culturel, pseudo-insurrectionnel, évidemment communicationnel et donc ‘politique’ selon l’entendement actuel. Il s’agit du pléonasme à partir du mot “woke”, – ‘Wokenisme’, pour désigner le mouvement actuel, en-cours aux USA, de radicalisation extrême, de type sociétal.

Je pense qu’il faut être extrêmement attentif à ce phénomène, le pister et l’observer avec entêtement et l’esprit très-ouvert, parce qu’il contient toutes les nullités, toutes les absurdités nucléaires de notre Grande Crise, et par conséquent tout ce qui constitue le meilleur détonateur interne pour le suicide en grandes pompes que nous prépare la Grande Crise. Je pense qu’il n’est pas prêt de s’éteindre ni de se diluer, encore moins bien sûr si Biden entre en civière à la Maison-Blanche. Il est le plus parfait faux-nez, le masque quasi-covidien désignant le contraire de la vérité-de-situation du monde, comme s’il était porteur d’un message de la plus haute importance et tout à fait recommandé de notre Ange-Noir, et cela justifie l’intérêt qu’on doit lui porter.

Le ‘Wokenisme’ est, à mon sens, et sans peur et sans reproche d’être dénoncé par le ‘nonsèmes’ ou “non-sens”, l’installation opérationnelle ultime d’une catégorie de la pensée qui se tient dans le vide, au-dessus du néant, rythmant selon le rire sardonique de ce qui serait un plaisantin explosif et publié, l’abondance des restes de l’anéantissement d’une chimère incompréhensible. Tout ce baratin ne prétend pas seulement accrocher cette ‘école’ grandiose des déconstructeurs à ses descendants du début XXIème, nous précipitant de Badiou en Žižek pour nous faire déboucher sur le ‘Wokenisme’ ; il est là pour faire résonner les grands appels que nous dispense cette pensée-masquée, annonciatrice de l’ère covidienne... Ne cherchez pas de correspondance de sens là où il n’y a que le non-sens, mais cherchez plutôt les signes de l’ultime équipée de l’Effondrement du Système. Le ‘Wokenisme’ est une bonne piste à cet égard et il faut souhaiter qu’elle puisse mener à la destination promise, exactement comme l’on attendait que s’épanouissent les Cent-Fleurs (« Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent ! »). Le ‘Wokenisme’ est l’entrée en majesté dans la gare du terminus, en croisement de Mao et Foucault.

(Suite)

Mark & Jack face à l’insurrection

  jeudi 19 novembre 2020

19 novembre 2020 – Sur tous les fronts de la Grande Crise, un des affrontements opérationnels essentiels concerne la communication. Je n’aime pas et m’oppose complètement à la vision binaire-défaitiste qui consiste à dire : “Les puissance de communication du Système ne cessent de se renforcer et d’avancer dans leur offensive, et elles vont bientôt nous réduire au silence parce que nous sommes des moins-que-moutons, des agneaux peureux et consentants ; et nous attendons affolés et paralysés, et surtout consentants, d’être réduits au ‘silence des agneaux’, censure bien ficelés”. Au contraire, j’ai grande confiance, comme je l’ai toujours eu depuis que déterminé la chose m’est apparue évidente avec un clin d’œil complice, dans l’extraordinaire puissance de l’effet-Janus qui nous donne de plus en plus d’armes pour riposter, à mesure que s’affirme l’agression du Système, – parce que nous ripostons avec ses armes !

L’offensive de communication du Système est partout en mode-bulldozer, certes, mais elle l’est dans cette configuration étrange du simulacre. La dernière chose en date, énorme, met en évidence la principale ‘arme’ du Système lorsqu’il se trouve brusquement soumis à une contre-offensive méchante dans le cours de bataille : le silence. Le Système ne se bat pas, d’ailleurs moins par calcul que par stupéfaction sans doute, – je veux dire, stupéfait qu’on ait osé s’opposer à lui, de cette façon, non mais ! – le Système se tait, comme s’il proclamait : “Non, cette contre-offensive ne peut être et elle n’est pas, dans mon monde il n’y a pas de place pour elle. Donc, rien à dire et taisons-nous, non pas comme si nous n’entendions rien, mais réellement comme si rien n’était dit puisqu’effectivement c’est le cas...”. On le voit, mes agneaux puisque nous en sommes, dans cette affaire de fraude massive en train d’être haussée dans le domaine juridique formel par l’équipe de Trump emmenée notamment par la super-avocate Sidney Powell, dans cette extraordinaire péripétie de l’attaque contre une station de la CIA à Francfort menée par des agences de sécurité US, – nous nous trouvons projetés dans des circonstances singulièrement exceptionnelles. Cela conduit à cette remarque qui dit tout tandis qu’ils se taisent, attendant fermement du Ciel que s’évanouisse l’incroyable, inacceptable et insupportable vérité-de-situation :

(Suite)

Leur(s) vaccin(s) m’agace(nt)

  mardi 17 novembre 2020

17 novembre 2020 – Franchement dit, je n’ai aucune connaissance de rien pour ce qui concerne les vaccins ; tiens, je n’ai même pas de parti-pris, même si je reconnais qu’en ce moment il est en train de m’en naître un (de parti-pris) tant toutes ces choses et ces bruits représentant semble-t-il les médecins de Molière passés au moule de de la modernité et ainsi encore plus affreusement méprisables, devenus après avoir été l’objet de la dérision publique une sorte d’infection pour mon humeur, mon esprit et mon jugement, – je dis ton nom, ‘médecine de la modernité’ ! Tant la position de la “médecine de la modernité” suit comme une lente et lourde caravane bardée de privilèges et de décorations la voie du tapinage au profit du Système représenté en Grand-Souteneur (Big-Mac est bien entendu également accepté, comme substitut de Big Pharma)...

Qu’importe, je garde mon calme et arrête là cet emportement ; plus maître de moi et presque comme apaisé, j’y reviens et je le répète : le vaccin, je n’y connais rien.

... Mais bon il me faut dire, là, sur le tas et sans en rien entendre, que j’ai vraiment et aussitôt une réaction de recul, de suspicion, presque de principe, de nature, comme une réaction primale, une sorte de nausée du jugement, une stature involontaire de déni méprisant et de scepticisme grinçant ! Car voici que le vaccin, – non, les vaccins, dont on vous annonçait qu’il faudrait tant de longues années pour seulement y songer en respectant toutes les saintes-règles sanitaires, – tiens, voici que les vaccins avancent vers vous et vont vous tomber dessus en une sorte de carpet-bombing de la sûreté sanitaire, ou d’une caricature bieen-portante d’une Stasi-sanitaire disons, – et vaccins qui s’empilent jusqu’à nous écraser, nous couper la respiration façon-Covid, vous voyez ? Nous sauver en nous coupant le souffle jusqu’à plus-soif, sans que vous puissiez le retenir, comprenez-vous ?

Alors, ils commencèrent à défiler, les vaccins, comme des mannequins de mode, des Miss Univers en herbe, des objets sympas et sexys, car dès que l’un se signalait tous les autres montaient à l’assaut, car c’est cela la liberté du commerce, le droit à la vertueuse concurrence ; ça a commencé à 70-75% d’efficacité, ça a grimpé, hier c’était à 94,2% (pourquoi pas 94,2237859% ?), demain quoi, à 100,0074% ? Et après : 123% ? Et après ? Avec effet rétroactif ?

(Suite)

T.-C.-96 : La bouilloire qui siffle

  lundi 16 novembre 2020

16 novembre 2020 – Vous comprenez que, dans les circonstances actuelles et lorsqu’il s’agit de présenter, de temps en temps, une “situation instantanée” de la situation, eh bien, littéralement, on marche sur des œufs et j’ai plutôt la sensation assez déplaisante de marcher dans un champ de mines. Les nouvelles défilent, dont vous connaissez la fragilité et la vulnérabilité a priori : que valent les sources ? Que vaut ma lecture de mes sources ? Dans quel sens envisager les infirmations qu’on reçoit ? Quel rôle dans une tentative de jugement objectif joue l’inévitable subjectivité de mon jugement ? Que faut-il retenir, que faut-il passer outre, que faut-il confier à la poubelle, dans cet océan sans fin de nouvelles ? Et d’autres, bien d’autres remarques, avec ce point d’interrogation qui vous nargue et vous enferme dans votre prison d’incertitude.

Alors, au bout d’un certain temps, vous décidez d’accorder une certaine confiance destinée à devenir une confiance décisive à une sensation générale, que vous espérez nourrie d’une bienveillante et puissante intuition, sur les courants généraux qui dessinent les contours de la tendance fondamentale des événements ; qui colorent nécessairement le jugement ; qui vous poussent finalement à un engagement. Il s’agit au fond de rendre compte des variations quasi-météorologiques de “l’air du temps”, mais dans un temps sous le feu de la terrible querelle de la “crise climatique” qui nous déchire entre nos extrêmes.

C’est pourquoi à l’expression de “crise climatique” qui porte sur le climat avec ses répondantes très vite extrémistes et idéologiques et donc le blocage de tout jugement pondéré, je préfère l’expression de “crise environnementaliste” ou même “crise du monde”. Ces expressions ont résonance une anthropologique et ontologique qui, aussitôt, nous projette et nous lie à l’essentiel, ce qu’on surnomme dans ces colonnes Grande Crise d’Effondrement du Système [GCES].

La “crise du monde” est bien mieux suivie par le suivi de l’“air du temps” que par les informations, les analyses et les réflexions, tout cela plongé en apnée dans la rationalité-tabou, rationalité-totem et rationalité-poubelle. Or, l’“air du temps” est redoutablement instable, ces derniers temps, par les temps qui courent si vite, si vite.... En rendre compte tout de même, et donc rendre compte de ses soubresauts et de ses écarts, de son activité opérationnelle si l’on veut bien qu’il ne s’agisse nullement d’un opérateur selon nos normes rationnelles mais épuisées, c’est rendre compte de l’évolution de la Grande Crise. On se doute qu’il faut lui accorder toute notre attention, et jeter aux ordures ces analyses soi-disant minutieuses et toujours prétentieuses, et emprisonnées dans un singulier conformisme, des ZélitesZombie, ou ZZ (*). Les ZZ sont complètement plongées par leur corruption dans cette même rationalité-délirante (joli concept oxymorique), et dans tous les cas naufragée à force de prendre l’eau comme fit le Titanic dans un moment délicat.

Il se trouve, et cela justifie ce propos, que l’air du temps parvient, à mon estime, comme un navire apparemment épuisé mais sûr de sa Mission, à un tournant. Il s’agit par conséquent d’un tournant dans l’évolution de notre chère GCES, mais toujours dans le même sens, c’est-à-dire vers le bas puisqu’il s’agit d’effondrement. Ce tournant de l’air du temps, qui revient par conséquent, dans la présentation que j’en fais toujours pour ce propos, à affirmer un tournant dans la GCES, s’impose dans les deux pans fondamentaux actuels de cette même GCES : Covid19 (Covid-France pour mon compte) et USA2020. Je vais donc procéder selon la structure que me suggère ce constat, pour une meilleure compréhension de la chose, et pour tenir la bride resserrée, selon les conseils primos-ministériels, à mes capacités légendaires de “phrases trop longues” et d’explications “trop compliquées”.

(Malheureusement, cette bonne résolution, je le crains, ne tiendra guère que le temps d’une structure basique qui ne fait que structurer la complication. On le verra dès la première phrase.)

• Covid-France

Je mets notre glorieux pays en évidence parce qu’il est à la fois la patrie de l’intelligence, la pépinière si pas la matrice des ZZ et la gloire du phénomène de l’“ultra-réfraction” d’une réaction hostile de désordre, phénomène très-adapté sinon trafiqué, et appliqué à la psychologie du “Gaulois réfractaire” ; et en plus de tout cela, ce choix de la France est justifié par le rôle de ‘mère putative’ que je donne métahistoriquement à la France royaliste-de-droit-divin, pour aider sinon accomplir la conception dès l’origine de la Grande République démocratique de l’Amérique, matrice de la GCES.

Or, il se trouve qu’il me semble que la France, dans le chef de sa population et dans la crise du Covid, est en train d’entrer en rébellion, – sans savoir où la mène cette rébellion, ce qui est le signe des vraies rébellions. Leur “deuxième vague”, leur nouveau “reconfinement”, certaines mesures intenables dans un climat d’incohérence contradictoire, la perception générale de l’incompétence des directions politiques qui ne peuvent pourtant faire autrement que ce qu’elles font, les agitations de folles des ZZ en folie, etc. ; tout cela crée un climat collectif singulier. Je jurerais, d’ailleurs entendant certains avis de psychiatres à cet égard, qu’on y trouve la marche forcée vers la plus grave pandémie psychiatrique, dépressive et hystérique à la fois, que l’on ait rencontrée dans ce pays, – comme dans les autres, mais plus que dans les autres je pense, parce que c’est la France.

On ajoute là-dessus, les échevèlements à propos de la liberté de parole et de critique, du complotisme, – en être ou n’en être pas, – bien illustrés par l’intervention échevelés à propos du documentaire ‘Hold-Up’ d’une députée LREM, spécialiste sans doute diplômée de la “liberté d’expression”. L’anthropologue suisse Jean-Dominique Michel, qui est une excellente source critique et constante de la crise, en parle dans un long article consacré à cette affaire, sur son site ‘Antropo-logique’ plein de commentaires excellents sur la crise-Covid. Michel est interviewé dans ‘Hold-Up’,  ce film où il trouve d’excellentes choses et d’autres avec lesquelles il est en désaccord, sans s’évanouir devant l’horreur du complotisme.

« On a vu sur les réseaux sociaux et les chaînes de télévision des choses passionnantes. Comme la réaction furibarde d’une députée LREM sur LCI, reprochant aux journalistes d’avoir parlé du film tout en assénant sa qualité de “spécialiste de la liberté d’expression”. Je ne résiste pas au plaisir de vous indiquer le lien : il s’agit d’un des meilleurs sketches qu’il m’ait été donné de voir (à cela près que ce n’en est pas un… mais c’est vraiment hilarant). [...]
» Inutile de dire par ailleurs que l’ensemble des participants (comme experts interviewés) du film en prennent pour leur grade : les plis de dénigrement et de disqualification de la presse établie (dont le point commun réside dans les subsides touchés par l’état et pour nombre d’entre eux par Bill Gates – sorry guys, it’s a fact !?) sont systématiquement les mêmes et rappellent la presse des pays totalitaires : “douteux”, “prétendu”, “contesté’, “déviant”, “autoproclamé”, “dénoncé par la communauté scientifique”.
» Un Conseiller d’État genevois s’est même permis de me qualifier d’“anthropologue autoproclamé” (selon la diffamation à mon endroit d’un groupe sectaire), alors qu’il m’a entendu intervenir lors de la séance inaugurale du Congrès européen de psychiatrie sociale (où il était venu prononcer une allocution de circonstance) au cours de laquelle j’avais nommé la corruption systémique du domaine de la santé ! [...]
» Ce qui rappelle vraiment les pays totalitaires : vous êtes quelqu’un de respectable, puis tout-à-coup, par fait de dissidence d’opinions, vous devenez le dernier des gredins… avant éventuellement d’être réhabilité et de redevenir quelqu’un de respectable, parfois même auréolé de la mésaventure subie !... »

Ainsi trouve-t-on dans cet espèce d’éparpillements permanents et polémiques des conséquences directes et indirectes de la crise, tous les ingrédients d’une explosion crisique, rajoutant la crise à la crise dans une suite sans fin, – sinon la fin du Système. Ce qu’il y a dans ce cas de plus significatif et évidemment de plus intéressant, comme un véritable cas d’école, c’est que cet agrégat terrifiant de tensions se forme à propos d’une crise sans solution, – sinon la solution de l’effondrement du Système. Lorsqu’un premier ministre à la dégaine de chef de gare du temps des locomotives à vapeur vous dit qu’« Il ne faut pas se tromper d’ennemi... L’ennemi, c’est le virus », évidemment il met avec une pesante justesse le doigt sur le nœud de la crise ; et il s’agit d’un nœud gordien, et il est évident qu’il est impossible de le trancher, et il est assuré qu’il n’y a plus de personnel pour cette besogne. Ainsi mesure-t-on que cette crise du type quadrature du cercle crisique se confirme à chaque vague encore plus insoluble que pour la précédente.

Eh bien, l’air du temps nous dit qu’on est passé de l’autre côté, « du côté de la Force », là où veile la prochaine ‘vague’ qui pourrait bien ressembler à un tsunami pour les psychologies exacerbées des gens. Car c’est bien ceci : Covbid19, avec tout le Diable et son train, est une crise qui infecte sans qu’on s’en avise, beaucoup plus les psychologies que les corps.

• Fraude-USA

Quant aux USA... Après un moment incertain où a semblé futile la riposte de Trump et des trumpistes suivant la proclamation incontestable et démocratique de l’élection de Joe Biden par les médias pourris et corrompus du monde américaniste-occidentalistes, effectivement l’air du temps a changé ces derniers jours. Trump rassemble ses troupes, ses soutiens populaires, comme à Washington D.C. samedi, aussi bien que ses divers soutiens institutionnalisés et spécialisés dans les extraordinaires labyrinthes juridiques de la machinerie américaniste, et il réaffirme qu’il s’agit bien d’une lutte à mort. Certains articles d’analyse et de commentaires commencent à en convenir...

« Pourtant, rarement la situation n'aura été aussi incertaine dans la foulée d'une élection. Dénonçant des fraudes massives lors du scrutin, Donald Trump n’a pas admis sa défaite et son équipe juridique multiplie les procédures judiciaires dans les Etats clés. Il convient dès lors de rappeler quelques points importants, qui pour une raison ou une autre ne sont pas – ou peu – évoqués dans la presse : le «bureau du président élu» n’existe pas, pas plus que la fonction de président élu. Surtout, il ne revient pas aux médias de décréter le vainqueur de l'élection. Ces derniers se contentent de faire des projections sur les résultats, qui ne sont à l'heure actuelle que provisoires, puisque chaque Etat doit encore les certifier. Une fois que cela sera fait, le Collège électoral se réunira et ses grands électeurs voteront pour un candidat, nommant officiellement le prochain président. »

Ainsi change l’air du temps, et même la perspective des votes des Grands Électeurs n’est pas tenue comme décisive... « One country, two presidents », remarque (à peine) ironiquement un commentateur TV, tandis que Tamara Harris lance un appel pressant à des donations pour permettre au “président-élu” de poursuivre la bataille qui s’annonce longue. En effet tout se passe à partir du “bureau du président-élu” et autour du “président-élu”, comme si cet organisme et cette fonction pouvaient avoir la moindre justification officielle ; signe, au contraire, de ce que les démocrates de Biden commence à accepter une nouvelle vérité-de-situation, et qu’ils ont besoin du nerf de la guerre pour y subsister, et l’emporter au bout du compte, sans le moindre doute.

« Alors que l’élection n’a toujours pas rendu son verdict définitif, le camp démocrate semble prendre au sérieux les nombreuses procédures lancées par le président sortant Donald Trump, qui assure que des fraudes ont été constatées durant le scrutin et que la loi électorale a été violée dans plusieurs États.
» Preuve en est le message posté le 15 novembre 2020 par la colistière de l'ancien vice-président Joe Biden sur Twitter. “Trump et les républicains tentent de remettre en cause notre victoire décisive avec des poursuites judiciaires sans fondement. Nous avons besoin de votre aide pour financer le travail juridique nécessaire pour protéger chaque vote. Si vous en avez les moyens, contribuez dès aujourd'hui au Biden Fight Fund”, a expliqué Kamala Harris sur le réseau social.

Donc, les temps changent, et avec eux l’air qu’ils dispensent dans nos esprits. La question des fraudes électorales, de prétexte-bidon qu’elle paraissait au départ à tous nos jugements qui ont depuis longtemps pris la mesure du bonhomme, le Trump-bouffe, commence à intéresser les spécialistes, les œnologues de la fraude, comme pouvant être à la fois réelles, et peut-être d’un des plus grands crus que la démocratie triomphante n’ait jamais connus.

Du coup, tout le monde s’y met à cœur joie et certains des tableaux qui nous sont présentés sont à la fois extravagants et extraordinairement sinistres. On prendra le cas le plus extrême, mais venant d’un analyste célèbre sinon réputé, notamment pour ses travaux prévisionnistes sur les cycles économiques et géostratégiques, par le biais de programmes informatiques personnels. Les prévisions de Martin Armstrong sont du genre à enflammer plus encore les psychologies d’affrontement et de guerre... Là aussi, comme il le dit lui-même à propos des prévisions de son ordinateur, je dirais à propos des propos de Martin Armstrong : « [Armstrong] ne me demande pas mon avis, ni celui de personne d’autre, il se contente de suivre les chiffres [de son ordinateur] ... Les gens doivent comprendre, ce n’est pas mon opinion. »

... Ils doivent surtout comprendre que l’on ne peut se trouver dans ces lignes pour débusquer des prévisions et juger de l’avenir dans le cadre imposé, qui est celui du Système, mais plutôt pour s’intéresser à tous les effets que suscitent ces dynamiques de communication, dans ce cadre crisique d’une pression à l’intensité rarement sinon jamais atteinte.

« Armstrong explique : “L’ordinateur ne me demande pas mon avis, ni celui de personne d'autre, il se contente de suivre les chiffres des données économiques.  Il ne s’est jamais trompé...”
» “En dehors de 2016 [victoire de Trump] et pour celle-ci, il [l’ordinateur] a dit que ce serait l’élection la plus corrompue de l'histoire américaine.  J'ai publié cela il y a au moins deux ans.  Les gens doivent comprendre, ce n’est pas mon opinion.  Cela va bien au-delà de ce que j'aurais pu prévoir. À chaque élection, on fait voter des morts.  C’est assez standard, et ce n’est pas quelque chose de nouveau.... Mais là, il s’agit de quelque chose de complètement hors norme. Il s’agit de la gauche, ils sont si désespérés de prendre le contrôle des États-Unis.”
» Si la tricherie est “hors normes”, alors quelle est la gravité de la fraude, comprises celles de Joe Biden et u président Trump ? Armstrong affirme que « la tricherie se chiffre en millions, certainement en millions, et peut-être même jusqu’à 38 millions [de votes]. Ces chiffres viennent de quelques informations de sources secrètes”.
» Martin Armstrong met également en garde : “Ils [les démocrates/communistes] veulent éliminer la Cour Suprême.  Ce qu’ils font est scandaleux...”
» “Ce n’est pas une simple élection entre républicains et démocrates.  C'est quelque chose de beaucoup plus sinistre... Vous ne posséderez rien, et vous serez heureux.  Leur idée est de dépouiller tout le monde de toute propriété.  C'est ça, le communisme.  Alors vous allez donner un revenu de base garanti.  Si vous ne faites pas ce que le gouvernement vous dit de faire, comme vous faire vacciner, alors, oh, votre revenu de base garanti sera suspendu.  Alors comment allez-vous manger ?  C’est ce qu’ils font. Dans le communisme, ils enlèvent tous les biens de tout le monde.” »

Conclusion ?

Rien à dire de plus, sinon on risquerait de se faire prendre dans un infernal labyrinthe. Ce qu’il m’importe de souligne à propos de cette mosaïque de chose si inhabituelles c’est que l’évolution en parallèle des deux crises se poursuit, s’accentuent, avec nécessairement des effets impossibles à prévoir entre l’une et l’autre, avec un aspect de l’inéluctabilité et de l’emprisonnement dans la logique crisique pour toutes les deux.

Bref, tout se déroule selon le plan prévu, comme ils nous diront sans doute à Davos, non certainement bien plus que “sans doute” ils nous le diront... Reset, certes, mais trompeur et trompeuse, et qui sait pour quelle tambouille infâme. Les Masters of the Universe s’y connaissent un peu trop en Masters, et vraiment trop peu concernant the Universe.

 

 

Note sur ZZ

(*) Cette façon de faire est donc celle des ZZ (*) comme je les ai baptisées avec ce qu’on perçoit, j’espère, comme un mépris tout entier baigné dans la dérision que méritent ces ZélitesZombie bouffées comme la rouille bouffe l’acier, dans la corruption, le simulacre, le Politiquement-Correct (PC, – dira-t-on ZZ-PC, notamment grâce à l’emploi de la langue de bois-PC ?).

Les choses allant si vite, j’ignore quand j’ai décidé d’user de ce non-acronyme méprisant de ZZ, qui est un raccourci d’un désordre orthographique significatif indiquant le groupe catastrophique et dérisoire des “élites-Système” complètement noyées dans la zombification, devenues Zombie enfin. Le premier ‘Z’ de “Zélites” est une déformation méprisante de la liaison parlée lorsqu’on dit “les élites”, qui implique qu’on parle des “Zélites” ; quant à Zombie, cela va de soi. Ainsi ZZ désigne-t-il les “ZélitesZombie”, avec toute la charge méprisante de mon chef à leur égard.

J’estime qu’il faut rechercher ces systèmes et trucs de langage qui expriment d’une façon emportée et audacieuse, quelques-uns des faits fondamentaux de la Grande Crise. L’arme sémantique est essentielle dans un conflit où la puissance d’abord par la communication.

L’important, c’est de ne pas gagner...

  jeudi 12 novembre 2020

12 novembre 2020 – Tout le monde répète à satiété la phrase fameuse du baron Pierre de Coubertin et personne n’y croit : « L’important, c’est de participer » ; laquelle, pour être complète, devrait être : « L’important n’est pas de gagner mais de participer ». Tout le monde la répète et personne n’y croit, simplement parce qu’il n’y a rien de vrai là-dedans par Les Temps Modernes qui vont et courent et vont, même si on inverse le sens comme nous fait croire le clin d’œil des cyniques de caniveaux et de si bas niveau : “L’important c’est de gagner, pas de participer”.

Tout se résume, tout s’affirme et clôt le débat sur cette affirmation négative, complètement improbable, – à la limite de l’absurde et de l’inacceptable incertitude, n’est-ce pas, par “Les Temps Modernes qui vont et courent et vont” :

« L’important, c’est de ne pas gagner...»

Je dis cela en hommage aux deux vaillants lutteurs complètement à contrepied et à contre-emploi, qui se débattent dans les faux-semblants et les faux-fuyants, et les fausses nouvelles bien entendu, qui se détestent et se méprisent, qui se haïssent comme il importe de faire, et qui pourtant ont en commun de ne pas comprendre ce qu’ils font et pourquoi ils le font : Donald Trump et Joseph Biden. Ils font certainement pour la première fois dans l’histoire du monde, et peut-être pour la dernière fois, l’élection de la personne (homme-femme et inversement) la plus puissante du monde, sans que cela importe sur la valeur de cette puissance, sinon par l’inversion. Chacun, ils travaillent avec une rage forcenée et un recours au Simulacre et aux conséquences du Simulacre pour l’emporter, et leur poussée participe avec une formidable ferveur à la destruction de l’ensemble.

(Suite)

Initiation au désespoir relatif

  mardi 10 novembre 2020

10 novembre 2020 – Ici, à ce point, je marque un temps d’arrêt par rapport aux événement extrêmement rapides des Temps-Courants (Très-Vite). Il s’agit d’un  texte qui me renvoie à mes souvenirs mais dont on verra qu’il n’est pas sans intérêt pour ces mêmes Temps Courants.

Ce qui m’attache et me fascine, ce sont les engagements des uns et des autres, au travers de l’imbroglio du simulacre qui est devenu la nature même du monde. Il faut savoir naviguer, comme au milieu d’une mer déchaînée sur les brisants du Cao Horn, ce lieu mythique des mers perdues qui terrorise tous les marins du monde. Nous sommes effectivement au cœur d’une séquence mythique de l’histoire du monde, une sorte de Cap Horn de l’histoire de notre pseudo-civilisation, qui pourrait s’écarteler comme sur un iceberg, et se volatiliser en une ferraille à deux balles comme celle du Titanic après un siècle et 20 000 lieues sous les mers. Il y a à la fois la médiocre impuissance humaine, les arnaques et les ambitions des faiseurs, des Biden et des Macron, de leurs discours, de leurs sourires, de leurs masques ; et puis, il y a les âmes poétiques, celles qui vibrent en regardant une cathédrale ou une sculpture de Rodin.

Le texte auquel je me réfère, du 1er novembre 2020 dans TomDispatch.com (et le 3 novembre, dans une version plus courte, sur CounterPunch), me renvoie assez curieusement aux événements de deux périodes, – ceux des années1960-1970,  et des proximités ou des amitiés littéraires et initiatiques, – ceux des années 1999-2008 et des proximités ou des amitiés politiques et initiatiques. Il y a au départ de cette courte réflexion, un auteur américain, bloggeur de grand talent sur son site TomDispatch, Tom Engelhardt, qui doit avoir mon âge à peu près ; et les multiples croisements, engagements, solidarités variables selon les tournants inattendus d’une époque qui est entièrement, totalement, eschatologiquement faite de simulacres.

(Suite)

Balade dans l’en-deçà de l’Horizon de la Crise

  lundi 09 novembre 2020

9 novembre 2020 – Nous continuons notre balade multiple et dans tous les sens, dans les mondes alternatifs qui caractérisent notre monde présent dans son “étrange époque”. L’“élection” extra-ordinaire de Biden, cela conçu d’un point de vue festif, avec danse publique du type Carnaval de Rio en beaucoup plus pataud et guindé ou bien rassemblement de l’être-ensemble de ‘jeunes’ dé-masqués puis re-masqués, a très largement contribué à creuser les voies complètement divergentes pour des mondes multiples qui se fichent complètement les uns des autres et moins encore de se connaître, comme autant de centres d’intérêt divergents, inconnus ; perdus dans l’immense univers sans début ni fin, s’ignorant sans s’être jamais croisés en aucune façon, méprisant bien imprudemment le “cosmos” qui est ce mot issu du grec ancien kósmos et signifiant “bon ordre, ordre de l' univers”.

En un mot multiple et non dénué de complications aimables, l’on dirait que nous vivons une époque non seulement productrice de simulacres de mondes alternatifs, mais également réductrice à un simulacre in-cosmique dont nul ne peut comprendre la situation ni même concevoir l’existence ; le susdit simulacre improbable tournant à grande vitesse comme une planète perdue dans le cosmos dont elle est la négation effrontée et stupide ; tournant également (image alternative) comme une machinerie de loto faisant s’entrechoquer des boules portant chiffres, comme autant de simulacres sans la moindre signification, avant d’accoucher du bon numéro ; tournant enfin (image finale, bon pour les petits esprits) comme un Codiv19 accélérant et aggravant la terreur, l’impuissance et la fureur autoritaire de nos directions-Système et de nos ZélitesZombie (ZZ).

Bien entendu, les thèses vont bon train, selon deux axes bien précisés et identifiés, que chacun reconnaît chez l’autre et que nul ne comprend. Pour autant et bien entendu, cela ne signifie en aucun cas que l’on parle le même langage, ni qu’on est de mondes similaires, ou dans tous les cas de monde avec vue de l’un sur l’autre et vice-versa. Les tromperies, simulacres, briganderies et haines diverses subsistent et établissent certainement des proximités inattendues et imprévues entre ces divers mondes alternatifs mais il s’agit de pures formules techniques. Par contre, on peut, – je peux continuer à espérer que la vérité-de-situation de ces réalités alternatives qui sont totalement ignorées les unes des autres, n’apparaît qu’à bon escient, à ceux qui s’en soucient vraiment et connaissent les efforts à faire et les intuitions à solliciter dans ce sens.

(Suite)

« On peut le dire ! Il est président des États-Unis ! »

  dimanche 08 novembre 2020

8 novembre 2020 – Les plus jeunes (d’esprit je veux dire) se rappelleront la très vieille et alors très-fameuse sketche (féminin pour moi, toi non plus ! On est de son temps, diable !), de Francis Blanche et de Pierre Dac, deux artistes du music-hall de l’époque du Paléolithique-Néolithique Supérieur. Cela se passait in illo tempore, pas du tout, mais alors pas du tout suspecto. Dac était en fait Le Fakir Rabindranath Duval, Blanche était le présentateur de Le-Fakir, objet de contemplation active d’un public à ce moment de l’histoire du monde, avant que l’Amérique ne fut encore plus exceptionnelle qu’exceptionnelle, complètement naïf et qui-croyait-tout-ce-qu’on-lui-faisait-gober, bien avant l’époque libérée, avant le temps de l’ère démocratique des frères FaceTweetBookEer (ce sont deux jumeaux : Jack & Mark).

Votre Sérénité [demande Francis Blanche, en turban et perdu dans les rangs des spectateurs], pouvez-vous dire le numéro de sécurité sociale de ce Monsieur ?
– Oui
[répond Le Facteur Pierre Dac, qui se tient calmement en lévitation apaisée, comme vous et moi, sur la scène].
– Pouvez-vous le dire ?
– Oui.
– Vraiment ? Pouvez-vous le dire ?
– Oui.
– Il peut le dire ! Il peut le dire ! On l’applaudit bien fort, Mesdames & Messieurs !

Hier, c’était à peine différent, sur toutes nos chaînes infos-continues, US d’abord, bloc-BAO dont françaises surtout et ensuite et en relais respectueux, en bon ordre veux-je dire, ordre dispersé très vite recomposé en alignement impeccable, complètement plié, une sorte d’Alice au Pays des Joe-Biden...

(Suite)

Rendez-vous à Gettysburg

  jeudi 05 novembre 2020

5 novembre 2020 – Je crois qu’une certaine “gauche” US, celle qui vient peu ou prou de la dissidence antiSystème du temps de GW Bush, et qui, paraît-il, serait victorieuse si le vieux crouton pourri et corrompu de Sleepy Joe l’emporte, je crois que cette “gauche”-là a la plus grande difficulté à se maintenir à son aise, à côté des natures emportées, et généralement hollywoodiennes, qui déversent les pensums révolutionnaires en se référant au jeune et bondissant parti démocrate (la-Pélosi, 80 ans, Biden-président, 77 ans, etc.).

La vérité-de-situation est bien que, même si Trump n’arrive pas à s’imposer comme président reconduit grâce à ses armées d’avocats et à ses multitudes de contestations tatillonnes et bureaucratiques, contre les fraudes sans nombre des démocrates, cette gauche ex-dissidence conduisant à côté des institutionnels de la même trempe le Système à l’autel du triomphe washingtonien, aurait bien du mal à se sentir vraiment à l’aise. Ce n’est même pas une ‘victoire à la Pyrrhus’, c’est un débat profond et bien mal assuré sur le sens de ce mot, selon qui le prononce : qu’est-ce donc qu’une ‘victoire’, selon que c’est Biden ou la gauche-‘dissidente’ qui le dit ?

Je parle ici et bien entendu de l’esprit des choses et nullement “des choses”. Celles-ci, “les choses”, ce sont sous un autre nom ‘les événements” dans une époque de simulacre et de constante imposture faussaire. Il est absolument hilarant d’entendre et de voir les ‘experts’ français des USA, autour des petits fours de la TV parisienne, parler du FakeNewsisme en citant le NYT et le WaPo comme Bible(s) du journalisme respectueux des vérités, – lesquelles, on l’a deviné, sont évidemment progressistes-sociétales. Il est béant le trou noir de l’inculture parisienne, sortie du nombre de morts par Civid19 du dernier week-end ; il est vraiment très noir, le trou... Plus d’une fois, je me suis senti moi-même si honteux d’être de la même tribu que ces gens-là, si étranger à cette tribu-là dont j’avais tant rêvé dans ma jeunesse adolescente qu’elle m’accueillît dans ses grands bras ouverts ; et lorsqu’il y a un invité américaniste passant à l’une de leurs émissions, et encore plus un invité américain, je suis gêné en plus d’être honteux, et méprisant pour moi-même pour avoir accepté d’en être, ne serait-ce que spectateur, en plus d’être gêné et honteux pour le spectacle.

(Suite)