• Parmi les signatures régulières que nous affectionnons et auxquelles nous prêtons grande attention sur le net, il y a celle du russe Dimitri Orlov. • Il est le créateur d’une forme de pensée que l’on pourrait désigner comme une “science de circonstance”, une “science” suscitée par les circonstances même que nous traversons et que nous décrivons et désignons nous-mêmes comme la Grande Crise de l’Effondrement du Système (GCES) : la “collapsologie”, ou “science de l’effondrement”. • Nous pensons que suivre régulièrement ses écrits est d’un intérêt qui rencontre complètement l’orientation de dedefensa.org : cela peut être fait grâce à nos excellents rapports avec Le Sakerfrancophone, qui reprend systématiquement les textes d’Orlov (en général deux par semaine) et les traduit en français. • Avec l’accord du Sakerfrancophone, que nous remercions bien chaleureusement, nous allons donc reprendre les textes d’Orlov dans cette rubrique propre intitulée “Le monde d’Orlov”. • Son fonctionnement est régi par les mêmes règles que celui d’Ouverture Libre mais cette rubrique a désormais une place structurelle dans dedefensa.org. • Le premier texte, une interview d’Orlov par Le Sakerfrancophone du 15 juin 2016, à l’occasion de la sortie en français du livre d’Orlov (Les cinq stades de l’effondrement aux éditions Le retour aux Sources) sert parfaitement de présentation de cet auteur.

   Visitez également nos archives

La dernière croisade (III)    26/01/2023

La croisade actuelle contre la Russie, dans laquelle l’Occident combiné utilise le cadavre vivant de l’Ukraine comme bélier contre elle, est très étrange : au lieu de perdre des territoires et des populations, comme on pourrait s’y attendre au cours de toute croisade normale, la Russie gagne des terres et des gens par millions ! Il s’agit de terres qu’elle avait perdues à la suite de l’expérience bolchevique ratée. En même temps, la Russie se débarrasse de sa dépendance économique à l’égard des nations hostiles situées à l’ouest. Cette croisade est également étrange parce que, contrairement à toutes les croisades précédentes contre la Russie, Napoléon et Hitler inclus, qui ont été lancées par des nations européennes, celle-ci a pour pièce maîtresse les États-Unis, et les États-Unis se trouvent sur un tout autre continent. De plus, les États-Unis ne sont pas un pays normal : c’est un pays qui est en guerre permanente avec une grande partie du reste de la planète. Ils ont passé à peine 6% de leurs 250 ans d’histoire en paix ; le reste du temps, ils ont mené une guerre quelconque, la plupart du temps sur le territoire d’un autre pays, presque jamais en état de légitime défense, mais surtout pour garantir leurs droits de rapine et de pillage. Leurs 15 années de temps de paix ont été réparties de manière fragmentaire au cours de leur histoire : • ils en ont eu deux en 1796-1797, • trois autres en 1807-1810, • quatre autres en 1826-1830 ; • ils ont été en paix en 1897, • puis pendant cinq années entières de 1935 à 1940. Le reste du temps, les États-Unis ont été impliqués dans des actions militaires d’un type ou d’un autre – ce que les Américains aiment appeler des actions « cinétiques », et non des guerres économiques, culturelles, informationnelles ou hybrides – et ce genre de choses s’est déroulé sans la moindre interruption. (Suite)

La trêve de Noël qui ne devait pas avoir lieu    18/01/2022

Le 4 janvier, Poutine annonçait une trêve de Noël dans le conflit ukrainien. Le Noël orthodoxe a lieu le 7 janvier, selon le calendrier julien, en vigueur depuis l’an 45 avant Jésus-Christ, plutôt que selon le calendrier grégorien, plus couramment utilisé et plus précis sur le plan astronomique, introduit en 1582 par le pape Grégoire XIII. Le décalage entre les deux est maintenant de 13 jours, mais il est dans la nature de l’orthodoxie de ne pas changer, quoi qu’il arrive, encore moins pour suivre ce que dit le pape. Poutine a pris la décision d’annoncer la trêve sur la base d’une demande du patriarche Kirill, chef de l’église orthodoxe russe. La plupart des Russes ont pensé qu’il s’agissait d’une idée stupide, estimant que cela ne ferait que donner aux Ukrainiens l’occasion de se regrouper et de se réapprovisionner. La question est de savoir si c’était vraiment stupide, ou si c’était en fait très intelligent ? Regardons de plus près… Les critiques russes de Poutine soulignent qu’il était insensé de faire confiance aux Ukrainiens pour honorer un cessez-le-feu, compte tenu de leurs performances antérieures. Il y a eu les huit années d’accords de Minsk, minutieusement négociés et garantis par l’Allemagne et la France dans le but de résoudre pacifiquement la guerre civile en Ukraine, après quoi Angela Merkel, Petro Porochenko et, plus récemment, François Hollande, qui ont tous participé aux négociations, ont ouvertement admis qu’il ne s’agissait que d’un écran de fumée pour donner aux Ukrainiens le temps de se réarmer, de recruter et de s’entraîner en vue de futures attaques contre leur population russe. Mais Poutine ne s’est jamais attendu à ce que la partie ukrainienne respecte son cessez-le-feu, puisqu’elle ne pouvait tout simplement pas le faire. Les nazis ukrainiens qui continuent de bombarder les écoles, les jardins d’enfants, les centres communautaires, les hôpitaux et les complexes d’appartements du côté russe n’avaient aucun intérêt à une trêve de Noël, étant des adorateurs du diable plutôt que de fervents chrétiens. Et Zelenski et son équipe ne les contrôlent pas, de sorte que si Zelenski devait essayer de faire respecter la trêve, il se rendrait simplement faible et ridicule. Zelenski est chargé de mendier, d’emprunter et de voler ; il ne contrôle pas ses troupes, les mots qui sortent de sa bouche, sa garde-robe ou sa consommation de cocaïne. Les signes de malaise psychologique extrême qu’il a montrés lors de son récent voyage à Washington en disent long sur ces faits. Il n’est qu’un comédien qui a joué le rôle du président à la télévision ukrainienne, dans un spectacle intitulé « Serviteur du peuple », et qui a ensuite été propulsé à ce poste parce que c’est exactement ce dont l’Ukraine avait besoin – un clown en chef. Le bouffon de la cour devenant roi est un cas unique dans les annales de l’histoire mondiale, mais c’est ainsi. (Suite)

La dernière croisade (II)    03/01/2023

Nous sommes, pour la plupart d'entre nous sans le savoir, les témoins d'un événement capital : la fin de la Drang nach Osten qui a duré mille ans - la marche implacable vers l'est du cadavre réanimé de l'Empire romain d'Occident, avec le pape comme tête symbolique et le Vatican comme capitale symbolique, connue sous le nom de Croisades. Parmi celles-ci, les croisades du Sud sont beaucoup plus connues en Occident, tandis que les croisades du Nord, lancées en 1147, le sont beaucoup moins. Mais ce sont elles qui ont duré le plus longtemps, jusqu'au 22 février 2022, parce que, contrairement à la Chine, à l'Inde et à presque tous les autres pays non occidentaux, la Russie ne s'est jamais rendue à personne. Le gant a été jeté en 1252, lorsqu'Alexandre Nevsky a accepté un document officiel, appelé yarlyk, du Khan Batyj de la Horde d'Or (qui fait partie de l'Empire mongol), l'autorisant à régner en tant que Grand Prince de Kiev (et donc à régner sur toute la Russie), plutôt que de demander la bénédiction du Pape à Rome, comme il était exigé de tous les rois occidentaux. Pour ces potentats occidentaux, leur prétention à être ordonnés par Dieu reposait sur l'approbation de son siège au Vatican ; pour les Russes, le pape n'était qu'un usurpateur hérétique. La distinction religieuse a joué avec le temps, mais l'idée qu'il existe un club exclusif de nations occidentales qui méritent d'exercer leur autorité sur le reste du monde a survécu. Il s'en est suivi une série d'attaques contre la Russie, qui se sont étalées sur plusieurs siècles, toutes découlant du même principe : “Ce que l'Occident ne peut pas contrôler doit être détruit”. Les Allemands et les Suédois ont continué à l'attaquer jusqu'en 1709. Puis les Français ont attaqué à nouveau en 1812 ; et ensuite les Allemands en 1941. Les Américains étaient prêts à attaquer en mars 2022, par l'intermédiaire de leurs mandataires ukrainiens et de l'OTAN, mais ils ont été devancés par l'opération militaire spéciale de la Russie. Ainsi, la dernière croisade a été avortée et de nouvelles tentatives semblent peu probables, car, à ce stade, il n'est pas question de détruire ce que l'Occident ne peut pas contrôler, et pas seulement la Russie, mais aussi une grande partie du reste du monde. Même la petite Corée du Nord peut tenir tête à l'Occident collectif et lui faire un doigt d'honneur. Ce spectacle de mille ans est presque terminé. (Suite)

La dernière croisade    25/12/2022

Il existe une divergence d'opinion marquée sur la manière de caractériser l'action militaire qui se déroule actuellement dans ce qui reste de l'ancienne République socialiste soviétique d'Ukraine : s'agit-il d'une opération militaire spéciale russe visant à démilitariser et à dénazifier l'ancienne Ukraine, ou d'une invasion russe non provoquée menant à la troisième guerre mondiale, à un échange nucléaire et à la fin du monde tel que nous le connaissons (TEOTWAKI pour faire court) ? C'est peut-être un peu de tout cela, ou peut-être rien de tout cela... La Russie gagne-t-elle ou l'Ukraine perd-elle ? D'un côté, la Russie vient d'étendre officiellement son territoire souverain d'une centaine de milliers de kilomètres carrés et de quelques millions de citoyens, et elle s'est lancée dans une vaste campagne de construction, remettant en état ses nouveaux territoires, qui sont un peu délabrés après des décennies de négligence soviétique et post-soviétique, suivies de neuf années de bombardements ukrainiens. Cela indiquerait que la Russie est en train de gagner. D'autre part, les États-Unis viennent de promettre de donner aux Ukrainiens des batteries de défense aérienne Patriot (ou pas, les détails varient...). S'agit-il des mêmes batteries Patriot qui ont connu un échec si embarrassant au-dessus de l'Arabie saoudite, lorsqu'elles n'ont pas pu abattre les anciens missiles SCUD soviétiques tirés par les Yéménites ? Et s'agit-il des mêmes batteries Patriot dont les opérateurs, en Pologne, n'ont récemment pas vu les missiles ukrainiens en approche (qui étaient également de vénérables missiles soviétiques) et n'ont appris leur existence que plus tard, dans les médias ? Peu importe ! Elles coûtent 1 milliard de dollars par lanceur et 3 millions de dollars par fusée, donc elles doivent être bonnes pour Raytheon, et ce qui est bon pour Raytheon est bon pour l'Amérique, ou quelque chose comme ça. Et si elles n'avaient aucune chance contre les armes russes de pointe ? Ne soyez pas négatif ! (Suite)

La guerre de ‘Goldilocks    14/12/2022

Êtes-vous satisfait de la façon dont se déroule la guerre dans l’ancienne Ukraine ? La plupart des gens ne le sont pas, pour une raison ou une autre. Certains détestent le fait qu’il y ait une guerre, tandis que d’autres l’aiment mais détestent le fait qu’elle n’ait pas encore été gagnée, par l’un ou l’autre camp. On trouve des quantités abondantes de ces deux types de haine de part et d’autre du nouveau rideau de fer qui se construit à la hâte à travers l’Eurasie entre l’Ouest collectif et l’Est collectif. Cela semble raisonnable ; après tout, détester la guerre est une procédure standard pour la plupart des gens (la guerre, c’est l’enfer, ne le savez-vous pas !) et, par extension, une petite guerre est préférable à une grande et une guerre courte est préférable à une longue. De plus, un tel raisonnement est banal, commun, d’une platitude, insipide, prévisible, sans imagination et… bromidique (selon le Thesaurus anglais). Il est rare de trouver un observateur de la guerre qui soit satisfait de son déroulement et de sa durée. Heureusement, la télévision d’État russe en montre un très important, presque quotidiennement. Il s’agit du président russe, Vladimir Vladimirovitch Poutine. Pour l’avoir observé depuis plus de vingt ans, je peux affirmer avec confiance qu’il n’a jamais été aussi imprégné de calme, de sérénité et d’assurance, le tout assaisonné d’humour. Ce n’est pas le comportement de quelqu’un qui se sent en danger de perdre une guerre. Les hauts gradés du ministère de la Défense semblent sombres et moroses devant la caméra – un comportement qui sied à des hommes qui envoient d’autres hommes se battre, voire être blessés ou mourir ; mais hors caméra, ils s’envoient de rapides sourires de Mona Lisa. (Les hommes russes ne font pas de stupides sourires dentés à l’américaine, ils montrent rarement leurs dents lorsqu’ils sourient, et jamais en présence de loups ou d’ours). Étant donné que la cote de popularité de Poutine avoisine les 80 % (un chiffre hors de portée de tout politicien occidental), il est raisonnable de supposer qu’il n’est que la partie visible d’un gigantesque iceberg de 100 millions de Russes qui attendent calmement la conclusion réussie de l’Opération militaire spéciale visant à démilitariser et à dénazifier l’ancienne République socialiste soviétique d’Ukraine (alors, s’il vous plaît, n’appelez pas cela une guerre). Ces 100 millions de Russes sont rarement entendus, et lorsqu’ils font du bruit, c’est pour protester contre les lenteurs bureaucratiques ou pour collecter des fonds privés afin de remédier à la pénurie de certains équipements spéciaux demandés par les troupes : lunettes de vision nocturne, quadrocoptères, viseurs optiques et toutes sortes d’équipements tactiques sophistiqués. Les 1 ou 2 % dont le plan d’affaires a été anéanti par l’apparition soudaine du nouveau rideau de fer font beaucoup plus de bruit. Les plus stupides d’entre eux pensaient que fuir à l’ouest ou au sud (vers la Turquie, le Kazakhstan ou la Géorgie) résoudrait leur problème comme par magie ; ce n’est pas le cas, et ça ne le sera pas. Les personnes dont on peut s’attendre à ce qu’elles crient le plus fort sont les activistes LGBTQ+, qui pensaient qu’ils allaient utiliser les subventions occidentales pour construire des Sodome et Gomorrhe orientales. Ils ont été entravés et muselés par les nouvelles lois russes qui les qualifient d’agents étrangers et interdisent leur type de propagande. En fait, le terme même de LGBTQ+ est désormais illégal, et je suppose donc qu’ils devront utiliser PPPPP+ à la place (“P” est pour “pídor”, qui est le terme générique russe pour toute sorte de pervers sexuel, dégénéré ou déviant). Mais je m’égare. On peut observer assez facilement que ceux qui sont les moins heureux du déroulement de la campagne russe sont aussi les moins susceptibles d’être russes. Les moins heureux de tous sont les bonnes gens du Centre des opérations informationnelles et politiques du Service de sécurité ukrainien, qui sont chargés de créer et de maintenir le fantôme de la victoire ukrainienne. Ils sont suivis par des personnes à Washington et dans les environs, qui sont assez exaspérées par la lenteur extrême de la Russie. Ils ont également eu beaucoup de mal à montrer que les Ukrainiens gagnent alors que les Russes perdent ; à cette fin, ils ont présenté chaque repositionnement ou retrait tactique russe comme une énorme défaite humiliante pour Poutine et chaque attaque ukrainienne implacable et suicidaire contre les positions russes comme une grande victoire héroïque. Mais cette tactique de relations publiques a perdu de son efficacité au fil du temps et l’Ukraine est devenue un sujet toxique aux États-Unis, que la plupart des politiciens américains préféreraient oublier, ou du moins ne pas aborder dans les médias. Pour être juste, le jeu tactique du chat et de la souris des Russes dans ce conflit a été tout simplement exaspérant. Les Russes ont passé un certain temps à tourner autour de Kiev pour éloigner les troupes ukrainiennes du Donbass et empêcher une attaque ukrainienne sur ce territoire ; une fois que cela a été fait, ils se sont retirés. Grande victoire ukrainienne ! Ils ont également passé un certain temps à contourner le littoral de la mer Noire près d’Odessa, menaçant d’une invasion maritime, afin d’attirer les forces ukrainiennes dans cette direction, mais n’ont jamais envahi. Une autre victoire ukrainienne ! Les Russes ont occupé une grande partie de la région de Kharkov que les Ukrainiens avaient laissé en grande partie sans défense, puis, lorsque les Ukrainiens y ont finalement prêté attention, ils se sont partiellement retirés derrière une rivière pour conserver leurs ressources. Encore une victoire ukrainienne ! Les Russes ont occupé/libéré la capitale régionale de Kherson, évacué toutes les personnes qui voulaient être évacuées, puis se sont retirés dans une position défendable derrière une rivière. Encore une victoire ! Avec toutes ces victoires ukrainiennes, il est vraiment étonnant que les Russes aient réussi à gagner environ 100 km2 des biens immobiliers les plus précieux de l’ancienne Ukraine, plus de 6 millions d’habitants, à sécuriser une route terrestre vers la Crimée et à ouvrir un canal vital qui l’alimente en eau d’irrigation et que les Ukrainiens avaient bloqué il y a quelques années. Cela ne ressemble pas du tout à une défaite ; cela ressemble à un excellent résultat d’une campagne d’été unique et limitée. La Russie a déjà atteint plusieurs de ses objectifs stratégiques ; le reste peut attendre. Combien de temps doivent-ils attendre ? Pour répondre à cette question, nous devons regarder au-delà de la portée limitée de l’opération spéciale de la Russie en Ukraine. La Russie a de plus gros poissons à frire, et frire du poisson prend du temps parce que manger du poisson pas assez cuit peut vous donner de méchants parasites comme le ver solitaire et la douve du foie. C’est pourquoi j’aimerais vous inviter dans la cuisine secrète de Mère Russie, pour voir ce qui se trouve sur la planche à découper et estimer la quantité de traitement thermique nécessaire pour transformer tout cela en un repas sûr et nutritif. En mélangeant nos métaphores alimentaires, permettez-moi de vous présenter ‘Goldilocks’, ses trois ours et son porridge ni trop chaud ni trop froid. Ce que la Russie semble faire, c’est maintenir son opération militaire spéciale à un rythme régulier – ni trop rapide, ni trop lent. Si l’on va trop vite, on n’a pas le temps de cuire les différents poissons ; si l’on va trop vite, on augmente aussi le coût de la campagne en pertes et en ressources. Un rythme trop lent donnerait aux Ukrainiens et à l’OTAN le temps de se regrouper et de se réarmer et empêcherait le traitement thermique adéquat des différents poissons. Afin de trouver le rythme optimal pour le conflit, la Russie n’a initialement engagé qu’un dixième de ses soldats professionnels en service actif, puis a travaillé dur pour minimiser le taux de pertes. Elle a choisi de commencer à éteindre les lumières dans toute l’ex-Ukraine seulement après que le régime de Kiev a tenté de faire sauter le pont du détroit de Kertch qui reliait la Crimée au continent russe. Enfin, elle n’a fait appel qu’à 1% de réservistes pour soulager la pression exercée sur les troupes de la ligne de front et préparer éventuellement l’étape suivante, à savoir une campagne d’hiver – pour laquelle les Russes sont célèbres. Ces informations de base étant posées, nous pouvons maintenant énumérer et décrire les divers objectifs auxiliaires que la Russie prévoit d’atteindre au cours de cette guerre ‘Goldilocks’. La première et peut-être la plus importante série de problèmes que la Russie doit résoudre est d’ordre interne. L’objectif est de réorganiser la société, l’économie et le système financier russes de manière à les préparer à un avenir dés-occidentalisé. Depuis l’effondrement de l’URSS, divers agents occidentaux, tels que le National Endowment for Democracy, le département d’État américain, diverses fondations appartenant à Soros et un large éventail de subventions et de programmes d’échange occidentaux ont fait de sérieuses incursions en Russie. L’objectif global était d’affaiblir et finalement de démembrer et de détruire la Russie, en la transformant en un serviteur docile des gouvernements occidentaux et des sociétés transnationales qui leur fourniraient une main-d’œuvre et des matières premières bon marché. Pour faciliter ce processus, ces organisations occidentales ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour pousser le peuple russe vers une éventuelle extinction biologique et le remplacer par une race plus docile et moins aventureuse. (Suite)

Non-réciprocité, victimisation et logique occulte    30/11/2022

Peu importe le pourquoi, il s’agit juste d’une règle abstraite. Qu’en est-il si plus de 150 000 Juifs (techniquement appelés “Mischling”, ou métis) ont servi dans la Wehrmacht (un endroit sûr pour les Juifs à l’époque), dont un certain nombre avec beaucoup de courage, et si des centaines d’entre eux ont été décorés de la Croix de fer et 20 de la plus haute décoration du Troisième Reich, la Croix de chevalier (Ritterkreuz) ? Un exemple assez célèbre, sans cesse adulé comme un « parfait soldat allemand » dans la presse nazie, était le grand, blond, aux yeux bleus, à l’allure héroïque, Werner Goldberg, dont le père était juif. Donc, en fait, les Juifs pouvaient certainement être et ont été nazis. Il est clair qu’il ne s’agit pas d’une règle fondée sur la réalité ; mais alors qu’est-ce que c’est ? Il s’agit, à proprement parler, d’une règle occulte. Le terme “occulte” vient du verbe latin “occultare” (obscurcir, secréter) et le but de telles règles est de dissimuler la réalité et d’agir comme un bloqueur de pensée. Elle n’a rien à voir avec la religion, le mot “culte” étant dérivé du verbe latin “colere” (cultiver, adorer). Cette règle fonctionne comme un article de foi au sein d’un certain type de secte – une secte laïque. Ce culte vénère les victimes et, par extension, tout ce qui est inférieur, dégénéré ou faible, et impose à ses adeptes une discipline digne d’un culte. Enfreindre cette règle n’est pas un sacrilège ou un blasphème, c’est un “crime de haine”. Curieusement, il n’est pas nécessaire de ressentir une émotion de haine pour commettre un crime de haine ; la haine est plutôt du côté du membre de la secte qui vous accuse d’un crime de haine. Ainsi, dans un crime de haine, l’auteur du crime n’est pas nécessairement le sujet mais peut être l’objet de la haine. Pour les membres de la secte qui ont intériorisé cette règle, la réaction de haine devient automatique et instantanée. (Suite)

L’année où l’on ne respecte plus les USA    23/11/2022

Il y a quelques jours, une attaque terroriste a eu lieu dans le centre d’Istanbul, en Turquie. Les détails ne sont pas importants et je ne vous en parlerais de toute façon pas car je ne suis pas une pute médiatique qui donne du pouvoir aux terroristes en leur faisant de la publicité gratuite. Ce qui est important, c’est la réaction officielle de la Turquie aux condoléances officielles américaines qui ont été offertes après les faits : la Turquie a refusé de les accepter. Le chef du ministère turc des affaires étrangères, Süleyman Soylu, l’a exprimé sans ambages : « Nous n’acceptons pas les condoléances de l’ambassade américaine ». Il a également dit d’autres choses intéressantes. La Turquie sait où l’attaque a été coordonnée : aux États-Unis. Peu importe qui l’a exécutée, ce n’étaient que des ‘pions’. Et il a qualifié le comportement des États-Unis dans cette affaire de “retour du meurtrier sur la scène du crime”. Est-ce respectueux ou poli ? Oui, cela l’est ; c’est parfaitement approprié et diplomatique. Mais est-ce ainsi que l’on traite son seigneur et maître ? Non, pas du tout ! La conclusion inévitable est que les États-Unis ne comptent plus et que vous pouvez traiter les responsables américains de terroristes et leur cracher au visage en public. Ils sortiront leurs mouchoirs, essuieront délicatement la salive qui dégouline de leur visage et feront comme si rien de tout cela ne s’était produit. Pendant ce temps, leurs journalistes préférés fermeront les yeux d’un air penaud. Et ainsi, la plupart des Américains ne seront même pas au courant. Et si on leur en parlait, la plupart des Américains penseraient, « Hmm. La dinde… [Turkey en anglais, NdT] oh oui, Thanksgiving est dans une semaine, n’est-ce pas ? Une délicieuse et juteuse dinde… » et ensuite, ils fredonneraient comme Homer Simpson, perdus dans un étourdissement anticipé de tryptophane, pensant à la farce, à la sauce aux canneberges, à la tarte au potiron et à de grands hommes en sueur qui courent et se rentrent dedans sur un terrain, s’abîmant les genoux et se donnant des commotions cérébrales, incapables à jamais de se mettre d’accord sur le propriétaire d’un certain objet oblong en cuir… Il vaut peut-être mieux ne pas leur en parler. Il y a un vieux dicton : « Ne prenez pas dans les bras un bébé heureux. » Ou un bébé malheureux. Ou n’importe quel type de bébé, sauf si c’est le vôtre. Et ce n’est définitivement pas mon bébé. Mais puisque vous lisez ceci, je vais vous le dire. (Suite)

La présidence ‘cheval de Troie    16/11/2022

Les élections américaines de mi-mandat approchent et, comme il se trouve que je suis un bon et patriotique ressortissant russe, il m’incombe de m’en mêler. L’ingérence dans les élections est un exemple de soft power de la Russie, qui est bien plus agréable que le hard power de la Russie, et vous devriez donc être heureux que l’option douce soit encore sur la table. J’ai écrit à de multiples reprises et en de multiples endroits que « les États-Unis ne sont pas une démocratie et que l’identité du président n’a pas d’importance » et je m’en tiens à cette déclaration, que je considère comme un état de fait probant. Les statistiques montrent qu’il n’y a aucune corrélation entre les préférences du public et les décisions de politique publique, mais une forte corrélation entre les préférences des groupes de pression du big business et les décisions de politique publique. Ainsi, les États-Unis ne sont pas une démocratie (gouvernée par le peuple) mais un oligopole (gouverné par des groupes d’affaires). Il s’ensuit que l’identité du président importe peu, car les deux partis du duopole Démocrate-Républicain sont détenus par le même ensemble de groupes privés. Et donc, peu importe qui est président et votre vote ne signifie rien ? Accordé ; mais alors, est-ce que ça importe qu’il y ait un président ? Je pense que oui ! Et si le président était un organo-servo-robot, une marionnette sénile, secondé par un vice-président spécialement choisi pour être encore plus faible d’esprit ? Il s’agit d’un excellent stratagème pour mettre au pouvoir un groupe extrémiste qui n’a qu’un lien indirect avec les lobbies commerciaux habituels qui déterminent ce qui se fait à Washington. Ne pensez pas à un ‘État profond’ vaste et amorphe : l’exécution d’un tel coup de force nécessite une coordination étroite, une certaine dose de secret ou, au moins, de discrétion et, bien sûr, d’énormes sommes d’argent. Pensez plutôt à un oligarque maléfique singulièrement bien doté et à ses multiples serviteurs qu’il a soigneusement préparés et insérés dans des positions de pouvoir. (Suite)

La fausse nouvelle crise des missiles de Cuba    08/11/2022

La crise des missiles de Cuba est un terme mal choisi. Cuba n’a jamais eu de missiles nucléaires ; elle a temporairement accueilli quelques missiles soviétiques. La crise a commencé lorsque les Américains ont placé leurs missiles nucléaires à portée intermédiaire en Turquie, ce qui a constitué une nouvelle menace pour l’Union soviétique, qui a répondu en plaçant des missiles similaires à Cuba, égalisant ainsi le score. Les Américains se mirent en colère mais finirent par se calmer et retirèrent leurs missiles de Turquie. Les Soviétiques retirèrent leurs missiles de Cuba et la crise se termina. Et c’est pour cela qu’on aurait du l’appeler la crise des missiles américains. Ce qui se passe maintenant est totalement différent. À moins que vous n’ayez passé les dernières semaines à vous cacher sous un rocher, vous avez probablement entendu dire qu’une sorte de nouvelle crise nucléaire était en cours à cause du « chantage nucléaire de Poutine » ou quelque chose du genre. Certaines personnes ont souffert d’épuisement nerveux en conséquence, négligeant leurs devoirs et se laissant largement aller. Prenez l’ancien Premier ministre britannique Liz Truss, par exemple. Cette pauvre idiote s’est accrochée aux propos de Poutine selon lesquels « la rose des vents peut pointer dans n’importe quelle direction » (une remarque factuelle sur l’inutilité totale des armes nucléaires tactiques). Elle a ensuite laissé l’économie britannique tomber en chute libre pendant qu’elle suivait obsessionnellement la direction du vent qui souffle au-dessus de l’Ukraine. Tout s’est mal terminé pour la pauvre Liz. Ne finissez pas comme Liz. Je suis ici pour vous dire qu’il ne se passe rien d’autre que le train-train – c’est-à-dire, l’habituel trucage de la propagande occidentale. En particulier, cela n’a rien à voir avec Poutine ou avec quoi que ce soit de nucléaire. Au contraire, tout cela fait partie d’une tentative désespérée de compenser un échec narratif, une tentative ratée de plus. Le problème pour l’Occident collectif est simplement le suivant : 80% de la population mondiale a refusé de se joindre à elle pour condamner, sanctionner ou punir la Russie, certains très grands pays (Chine, Inde) étant soit favorables à la Russie, soit neutres sur le sujet. (Suite)

L’ukrainien en toute simplicité    02/11/2022

De plus en plus de personnes en Occident commencent à se gratter la tête en se demandant pourquoi elles devraient souffrir d’une inflation galopante, de factures d’électricité inabordables et de foules indisciplinées de migrants ukrainiens profiteurs. Les esprits les plus curieux s’interrogent sur la vitesse étonnante à laquelle le gouvernement ukrainien engloutit les vastes sommes d’argent qui lui sont envoyées sans rien en retour, alors même que les services publics de l’Ouest sont défaillants par manque de fonds, ou sur la raison pour laquelle l’ensemble de l’OTAN est rapidement dépouillé de nombreux types de systèmes d’armes, qui sont expédiés en direction de l’Ukraine et sont ensuite soit détruits, soit vendus à des tiers dans le monde entier, soit pris comme trophées par les Russes, tandis que l’inflation rend leurs remplacements inabordables. Certaines personnes commencent à penser que tout ceci n’est qu’un stratagème pour enrichir le clan Biden et remplir les caisses de sa campagne politique afin d’éviter une défaite politique désastreuse par l’achat de votes et une fraude aux sondages tout en maintenant Hunter, le fils de Biden, approvisionné en drogues et en prostituées ukrainiennes mineures, mais ce sont évidemment des théories du complot. Rassurez-vous, tout ce que l’Occident collectif fait à l’égard de l’Ukraine, si injustement envahie par la Russie après que son dirigeant ait simplement menacé la Russie d’une frappe nucléaire lors d’une conférence internationale sur la sécurité, est parfaitement propre et conforme aux règles. Pour bien comprendre l’Ukraine, en tant qu’état d’esprit et aussi en tant qu’État en faillite, ce qu’elle est réellement à ce stade, il est essentiel de saisir un fait essentiel : l’ensemble de sa construction est un exercice d’ironie tragique. La meilleure façon de l’expliquer est de se référer à certains termes qui n’existent que dans la langue ukrainienne. Le reste de la langue ukrainienne peut être ignoré sans risque : elle n’est utilisée que comme un signal de vertu par les ukrainiens russophones  (cela ne durera pas), rien d’important n’est écrit ou publié dans cette langue, et elle fait essentiellement partie d’un continuum de dialectes russes du sud qui s’étend de Tambov et Voronezh à Lvov. De tous ces dialectes, c’est le seul à avoir été formalisé en tant que langue distincte, avec des résultats médiocres : il est faible en tant que moyen de pensée et lorsqu’il est temps d’arrêter de faire preuve de vertu et de commencer à résoudre des problèmes, les Ukrainiens se rabattent inévitablement sur le russe. Cela ajoute sans doute au sentiment d’ironie tragique qui est au cœur de l’identité ukrainienne. (Suite)

Quel empire occidental ?    26/10/2022

Certaines personnes observatrices commencent à soupçonner que tout ne va pas parfaitement bien dans le puissant empire occidental dont le siège est à Washington, DC. Certains des plus excitables de ces observateurs sont prompts à affirmer que ce dont ils sont témoins sont les premiers stades de l’effondrement. Mais ces voix sont rares, tandis que les autres observateurs se sentent obligés de suivre cette petite discipline mentale : 1). Le puissant Empire occidental est puissant. Il s’agit d’une tautologie et donc d’une évidence, qui ne souffre d’aucune discussion et ne nécessite aucune preuve supplémentaire. 2). Dominer le monde entier requiert un niveau d’intelligence absolument stupéfiant. C’est parce que le monde est grand et compliqué. 3). Si le puissant empire occidental semble faire quelque chose de stupéfiant, c’est parce que nous sommes nous-mêmes trop stupides pour comprendre la subtilité de son intelligence qui se fait passer pour de la stupidité pure ; voir le point 2 ci-dessus pour comprendre pourquoi. 4). Si le puissant empire occidental semble s’engager dans ce qui semble être une séquence sans fin de mouvements spectaculaires, stupides et autodestructeurs, alors cela se réduit itérativement à une application répétée du point 3 ci-dessus. Mais il y a aussi le point de vue radical et extrémiste : le puissant empire occidental s’est déjà effondré et continue d’exister par simple inertie physique et mentale, tandis que ses dirigeants essaient de sauver les apparences et de retarder l’inévitable afin de mieux remplir leurs nids individuels. Ces extrémistes à l’esprit conspirationniste ont le culot d’imaginer qu’il n’existe pas de plan directeur stratégique étonnamment brillant et subtil au-delà des efforts individuels des joueurs pour continuer à obtenir tant qu’obtenir est possible – ou quelque chose d’aussi radical et extrémiste dans ce sens. (Suite)

Le joli pont que vous avez là…    19/10/2022

Je continue d’essayer d’écrire des articles sérieux sur des sujets sérieux, mais l’actualité ne cesse d’injecter des détails dans mon train de pensée, sur lesquels je dois ensuite passer du temps. Si je ne le faisais pas, nombre de mes lecteurs penseraient que je les ignore, et ce serait une mauvaise chose (à leurs yeux), car ces actualités sont tellement importantes ! Plusieurs tuyaux de grand diamètre ont explosé au fond de la Baltique, alors qu’ils n’étaient de toute façon pas utilisés. Un camion piégé a explosé sur le pont qui relie la Crimée à Krasnodar, le rendant inutilisable pendant presque toute une journée. Oh, et avant que nous n’oubliions, Krasny Liman, un nœud ferroviaire dans l’oblast de Donetsk, a été temporairement abandonné aux Ukrainiens qui l’attaquaient sans relâche (des mercenaires polonais pour la plupart, en fait) et qui l’ont inondé de leur sang et l’ont orné de leurs entrailles. Ces événements, ainsi que d’autres moins importants, ont provoqué l’explosion de consternation d’une petite mais bruyante partie des médias sociaux russes, qui réclament vengeance et se montrent généralement mécontents des progrès réalisés depuis la déclaration de l’opération spéciale le 22 février 2022. Bien sûr, un grand nombre de ces voix hystériques sont en fait des agents ukrainiens rémunérés chargés de répandre la peur, l’incertitude et le doute et, bien sûr, l’Opération spéciale se poursuivra quoi qu’il arrive, donc tout cela n’est qu’un ennui temporaire. Tout cela n’est donc qu’une contrariété passagère. Mais je ferai des commentaires à ce sujet parce que j’estime que je dois le faire, puis je passerai à des choses plus importantes. Le pont sur le détroit de Kerch était en discussion depuis de nombreuses décennies. Il était en cours de planification alors même que la Crimée était encore une autonomie au sein d’une Ukraine constitutionnellement intacte, avant le coup d’État violent de 2014 fomenté par les États-Unis. Après que la Crimée a rejoint la Russie, il est devenu extrêmement important de créer un lien de transport terrestre entre elle et le continent, et le pont a été construit en un temps record. Il s’agissait d’une entreprise de grande envergure et d’un objet de grand prestige pour le gouvernement russe. Mais il y a également eu quelques problèmes d’organisation. (Suite)

Décodage de la « menace nucléaire de Poutine »    11/10/2022

Cette phrase donne actuellement environ 6 590 000 résultats sur Google, elle doit donc être réelle – ou non ? Elle ne l’est pas. Mais apparemment, les personnalités les plus autorisées ont concocté un récit selon lequel Poutine, désespéré par la perte de Krasny Liman, un nœud ferroviaire situé dans le district de Kramatorsk de la République populaire de Donetsk, qui fait partie de la Fédération de Russie depuis hier, va s’emporter et attaquer les Ukrainiens avec des armes nucléaires tactiques. Puisque ce récit est faux, il doit y avoir quelque chose d’autre, comme un faux drapeau planifié par les États-Unis. Décortiquons ce récit et voyons où il nous mène. Si vous n’avez jamais entendu parler de Krasny Liman, vous êtes pardonné pour cette ignorance géographique. Elle n’est remarquable que pour deux choses : un nœud ferroviaire et le fait que les Russes ont récemment décidé de s’en retirer tout en infligeant d’horribles pertes aux Ukrainiens qui attaquaient. En ce qui concerne les pertes sur le champ de bataille, le rapport 10:1 (10 Ukrainiens morts pour chaque Russe mort) semble se maintenir. Étant donné que la population russe est 4 fois plus importante et que la Russie fabrique toutes ses propres armes alors que l’Ukraine est obligée de compter sur la bonté d’étrangers, la victoire russe sur le champ de bataille est entièrement assurée. Krasny Liman et sa majestueuse gare ferroviaire seront repris en temps voulu, car ils se trouvent désormais en territoire russe, mais il n’y a aucune raison de se précipiter. Ce qui se passe actuellement en Novorossiya (c’est ainsi que s’appelait la région lorsqu’elle a été colonisée par les Russes, qui ont déplacé les nomades errants restant de l’empire de Gengis Khan) est une opération antiterroriste, les Ukrainiens et leurs partisans occidentaux étant les terroristes. Les troupes russes se fraient lentement un chemin vers la victoire, définie comme la libération de la Novorossiya des forces ukrainiennes et des mercenaires étrangers, qui sont, puisqu’aucune guerre n’a jamais été officiellement déclarée, des combattants illégaux, c’est-à-dire des terroristes. (Suite)

NordStream Kaput !    05/10/2022

La grande nouvelle du jour est que Biden a fait exploser 3 des 4 pipelines qui ne fournissaient pas de gaz naturel russe à l’Allemagne. Biden a fait exactement ce qu’il avait promis et, à l’heure actuelle, je ne vois aucune raison de le mettre en doute, car il existe de nombreuses preuves indirectes de l’implication des États-Unis dans cet acte : Des navires de l’US Navy circulant dans la zone, posant probablement des mines sur les tuyaux et repartant juste avant les explosions. Nous devons attendre que la Maison Blanche rende la Russie responsable de l’incident ; cela constituerait une marque supplémentaire de culpabilité. (C’est toujours le voleur qui crie le plus fort “Attrapez le voleur !”). Mais je ne suis ni le juge ni le jury dans cette affaire, donc n’attendez rien de plus précis de moi. Il y a juste quelques éléments importants à comprendre concernant la disparition prématurée de NordStream. 1. La puissance européenne qu’est l’économie allemande est maintenant kaput. L’ensemble du miracle économique allemand reposait sur la disponibilité d’un approvisionnement régulier en gaz naturel bon marché en provenance de Russie ; sans ce gaz, l’industrie allemande ferme ses portes, licencie des centaines de milliers de travailleurs et connaît un niveau de détresse et d’agitation publique jamais vu depuis l’époque de la République de Weimar. L’économie allemande ayant été la locomotive qui a tiré une grande partie du reste de l’Union européenne, la disparition de NordStream est également une mauvaise nouvelle spectaculaire pour le reste de l’UE. Les Européens sont maintenant confrontés à une tâche formidable : reprogrammer les cerveaux des uns et des autres pour qu’ils comprennent que l’Amérique n’est pas leur amie mais leur ennemie. (Suite)

Étouffer le bruit au sujet de l’Ukraine    30/09/2022

  Il y a des choses plus intéressantes à écrire que ceci, et j’y travaille, mais en attendant, voici une note rapide sur les événements en Ukraine qui contrediront très probablement ce que les gens peuvent glaner en écoutant les médias occidentaux. Non seulement cela, mais certains idiots utiles à l’intérieur de la Russie ont commencé à hyperventiler dès que les troupes russes se sont retirées de la région de Kharkov, affirmant que “c’est maintenant une guerre !”. Ils devraient aller lire la résolution 3314 de l’Assemblée générale des Nations unies du 14 décembre 1974. Cela devrait tempérer leur enthousiasme à déclarer des guerres. Il s’agit d’une opération spéciale ; si vous l’appelez autrement, non seulement vous vous trompez, mais vous commettez un crime en vertu de l’article 207.3 du code pénal russe. Je me contenterai d’énumérer quelques faits concernant le conflit et vous laisserai le soin de tirer vos propres conclusions. Ce matin, le ministre russe de la défense, Sergei Shoigu, a donné une interview dans laquelle il a déclaré que les pertes de la Russie sur le champ de bataille au cours de l’opération militaire spéciale (un secret d’État jusqu’à présent) s’élevaient à 5 937 morts. Il a également déclaré que 90 % des blessés ont été soignés et ont repris le service actif. On donnera leur sens à ces chiffres en notant que cela représente 0,004 % de la population russe. Au cours de la même période, la Russie a perdu environ 5 600 personnes dans des accidents de voiture, plus de 10 000 du fait d'overdoses de drogue et plus de 50 000 du fait de l’alcoolisme. (Suite)

Chats dans une pièce sombre et encombrée    28/09/2022

J’ai reçu des demandes de commentaires sur les récentes contre-attaques ukrainiennes, certaines personnes estimant que « le vent a peut-être tourné ». Il y a eu deux contre-attaques, l’une dans la région de Kherson, au sud, qui a été repoussée. Les forces ukrainiennes ont subi des milliers de pertes, remplissant tous les hôpitaux et morgues de la région et nécessitant des collectes de sang d’urgence. Cette petite attaque a coûté aux Ukrainiens une centaine de chars et autres véhicules, 4 000 morts et 8 000 blessés. Rassurez-vous, certains se réjouissent de la tournure des événements, en particulier ceux qui tirent profit du découpage des foies, des poumons et des reins des cadavres pour les expédier vers des cliniques en Israël et ailleurs en vue d’une transplantation (étant donné le grand nombre de victimes, cette activité est devenue une véritable industrie, au même titre que le blanchiment d’argent et la contrebande d’armes). Lors d’une autre attaque, censée être beaucoup plus réussie, le camp ukrainien a repris les zones autour d’Izyum et de Balakleya, avec des pertes tout aussi impressionnantes. Comme il s’agit du seul cas où les Ukrainiens ont réellement gagné du terrain depuis le début de l’opération, certaines personnes ont immédiatement commencé à hyperventiler et à prétendre que les Russes allaient certainement être mis en déroute et chassés de Crimée. Je ne dirai pas cela et j’expliquerai plutôt pourquoi la Russie, qui a engagé peut-être 16 % de ses soldats professionnels (pas d’appelés ni de réservistes, mais un nombre croissant de volontaires), est en train de réussir sa mission de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine, d’assurer la sécurité de la région du Donbass et, au-delà, de faire évoluer ses relations avec l’Occident (si elles existent) vers une base plus équitable. Tout se déroule selon le plan, et bien que nous ne connaissions pas les détails de ce plan à l’avance (il s’agit normalement d’un secret d’État), nous pouvons discerner certains de ses détails au fur et à mesure de son déroulement. Tout d’abord, il est important de noter que si, pour l’Occident, l’action en Ukraine est une« guerre totale » existentielle (comme l’a déclaré le ministre français des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian), pour la Russie, il s’agit d’une opération militaire spéciale, et la Russie est prête à s’engager simultanément dans trois, voire quatre d’entre elles sans avoir à mobiliser ou à appeler des réserves. La raison pour laquelle il s’agit d’une question existentielle pour l’Occident est liée à l’énergie. Le pic pétrolier étant largement dépassé et le phénomène de la fracturation hydraulique aux États-Unis étant prêt à s’éteindre d’ici un an ou deux, le pétrole et le gaz russes, ainsi que de nombreux produits de base dont la production nécessite du pétrole et du gaz bon marché, sont absolument essentiels si l’Occident veut conserver ne serait-ce qu’une trace de sa position dominante dans le monde. Qui plus est, le pétrole et le gaz russes doivent être rendus très bon marché, alors qu’ils sont aujourd’hui beaucoup trop chers pour que l’Occident puisse maintenir sa capacité industrielle, avec des usines chimiques et métallurgiques, et même des boulangeries, qui ferment chaque jour. Ainsi, si l’Occident veut survivre, la Russie doit être détruite et son trésor de combustibles fossiles et d’autres matières premières doit être pillé. (Suite)

Une nouvelle guerre civile américaine ?    20/09/2022

Les États-Unis tiendront-ils le coup jusqu’en 2024 ? Au début de l’année, des complications liées à la Covid-19 ont coûté la vie à Vladimir Jirinovsky, l’éternel et grandiloquent leader du Parti libéral démocrate de Russie. Il était connu non seulement pour sa rhétorique inimitable, mais aussi pour la précision étonnante de ses prédictions. Par exemple, il a prédit le début de l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine presque jour pour jour, des mois avant le fait et à un moment où personne d’autre n’avait la moindre idée de ce qui allait se passer. Une autre de ses prédictions se lit comme suit : « Il n’y aura pas d’élection présidentielle américaine en 2024 parce qu’il n’y aura plus d’États-Unis. » S’avérera-t-il également prémonitoire sur ce point ? On verra bien ! Jirinovsky est loin d’être le seul à faire une telle prédiction. Selon des sondages récents, plus de 40 % des Américains craignent qu’une nouvelle guerre civile n’éclate au cours de la prochaine décennie. Que l’on n’aille pas croire que les personnes interrogées ont effectué une analyse indépendante, sur la base de laquelle elles ont pu calculer la probabilité d’une guerre civile ! Aujourd’hui, la grande majorité des Américains ont été conditionnés à percevoir la réalité comme une mosaïque composée de courts extraits de journaux télévisés, d’extraits sonores, de scènes dont la longueur ne dépasse pas celle de deux publicités télévisées et de récits miniatures qui présentent tel ou tel objet imaginaire sous un jour positif ou négatif. Ils pensent qu’une guerre civile est probable parce que c’est ce qu’on leur a dit à travers les médias de masse ou les médias sociaux, invisiblement mais implacablement chaperonnés. L’oligarchie, qui contrôle tout ce qui précède, joue avec deux business plans alternatifs. Le plan A, plus rentable et moins risqué, ne prévoit pas de guerre civile, tandis que le plan B, risqué mais toujours rentable, en prévoit une. Dans les deux cas, les profits proviennent de la confiscation des richesses de la population ; avec le plan A, une moindre partie de ces richesses est détruite, d’où des profits plus importants. Mais le plan A exige de s’assurer l’obéissance et la docilité totales d’une population de plus en plus désemparée et rétive. Pour paraphraser Klaus Schwab, ils doivent s’accommoder de ne rien avoir et faire semblant d’être heureux (à condition d’être autorisés à rester à l’intérieur et à être nourris). (Suite)

De quoi ‘Gorby’ est-il le nom ?    16/09/2022

On dit qu’il faut parler des morts en bien ou ne rien dire du tout ; et bien que je serais heureux d’envoye  ‘Gorby’ dans l’oubli instantané, mes lecteurs m’ont demandé mon avis, alors je vais m’acquitter d’une brève nécrologie. Il y a peut-être une valeur résiduelle à extraire du vieux récit fatigué de ‘Gorby’. Comme je le soutiendrai ici, il n’est pas tant une personne qu’une unité pratique de dysfonctionnement organisationnel au sein d’un empire qui s’effondre. Il est assez révélateur que ‘Gorby’ (qui était le surnom affectueux dont Margaret Thatcher avait affublé le secrétaire général du Politburo du parti communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques, Mikhail Sergeevich Gorbachev) ait été célébré par les ennemis de la Russie et presque universellement méprisé par les Russes et les amis et alliés de la Russie. Pour les Chinois en particulier, il a donné une précieuse leçon sur le type de personnalité qu’il ne faut pas laisser s’approcher de la direction du parti communiste chinois. Les Chinois ont également appris de Staline qu’il n’est pas sage de permettre à vos ennemis au sein du parti de vous survivre, comme l’a fait Nikita Khrouchtchev, et de Khrouchtchev qu’il n’est pas sage de dénigrer vos prédécesseurs au pouvoir à moins que vous ne vouliez qu’on vous fasse la même chose. Les Chinois n’ont pas fini d’apprendre des leçons des Russes, mais de nombreux Russes souhaiteraient qu’il en soit autrement. Il est certain que les Chinois ont eux-mêmes donné de précieuses leçons, notamment que la libéralisation économique et la libéralisation politique doivent être dissociées, afin que le libéralisme économique puisse être freiné lorsqu’il entre en conflit avec les intérêts nationaux. Il convient également de noter que la plus grande réussite de ‘Gorby’ au cours de sa vie, selon lui-même, a été de quitter volontairement son poste de président de l’Union soviétique (comme on l’appelait pendant son bref règne). Il a dit qu’il l’avait fait pour éviter une grande effusion de sang ; or, c’est ce que son départ précipité, et le vide du pouvoir qu’il a créé, a facilement produit, ayant donné libre cours à de petits nationalistes et à leurs manipulateurs étrangers parmi les ennemis permanents de la Russie. En cela, il a échoué ; il a également échoué dans sa campagne de “glasnost” (remplaçant la censure d’État par un déluge de ‘fake news’), dans sa campagne de “perestroïka” (détruisant l’économie soviétique en quelques années seulement), dans sa campagne contre l’alcoolisme (conduisant à une crise historique d’alcoolisme dans tout le pays), dans sa tentative de réforme du parti communiste (remplaçant les personnes réellement compétentes par des opportunistes, des arrivistes, des carriéristes et des criminels purs et simples) et dans la négociation (ou la capitulation) de la fin de la guerre froide à des conditions qui, à long terme, se sont avérées inacceptables pour la Russie. Il a échoué, échoué, et encore échoué. (Suite)

Comment s’opposer aux récits malsains ?    13/09/2022

L’une des principales techniques de guerre psychologique contemporaine est l’utilisation forcée de récits. Un récit établit un ensemble de définitions qui servent ensuite de filtre à la réalité : tout pas hors du chemin étroit que ces définitions fournissent est considéré comme automatiquement offensant et nécessitant une action disciplinaire, tandis que contester l’exactitude de ces définitions est aussi inutile que de contester des axiomes géométriques. Certains récits équivalent à un discours de haine et, en tant que tels, peuvent être combattus par des moyens légaux en tant qu’extrémistes, pour avoir encouragé la division sociale et les conflits. D’autres sont fondés sur une sorte de fausse moralisation, faisant appel à nos meilleures natures et réprimandant et cherchant à punir ceux qui refusent de suivre le programme. Il est difficile de s’opposer à de tels récits car ceux qui tentent de s’y opposer commettent souvent une seule et même erreur fatale : ils tentent de combattre le récit dans ses limites et ses définitions. Mais dès que vous acceptez la terminologie de la narration, vous en devenez le prisonnier. Dès lors, toute lutte pour s’en libérer devient futile. L’approche correcte consiste à priver le récit de toute sa validité en refusant d’accepter ses termes clés. Prenons quelques exemples. Une cible particulièrement facile est le récit des “droits des homosexuels” : les journalistes étrangers, faute de pouvoir poser des questions plus utiles, s’enquièrent souvent des droits des homosexuels, par exemple en Tchétchénie, une république musulmane qui, conformément à l’enseignement coranique, considère l’homosexualité comme ‘haram’ (interdite). Exiger d’eux qu’ils changent leurs habitudes en raison de la préférence culturelle d’une autre nation est une atteinte à leur liberté religieuse ; de plus, c’est complètement futile. (Suite)

Des choses absolument horribles    07/09/2022

C’est le pire moment possible pour être un nazi ukrainien. Je déteste avoir à les évoquer encore et encore. Heureusement, je n’aurai plus à le faire longtemps : ils disparaissent assez rapidement. Mais pendant ce temps, des choses vraiment horribles se passent. Pour résumer, le but de l’opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine est de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine… et d’assurer la sécurité des régions de Donetsk et de Lugansk… et de la région de Kherson, et de Zaporozhye, et de Kharkov, et de Nikolaev… et d’Odessa… et ensuite d’organiser des référendums dans toutes ces régions pour qu’elles rejoignent la Fédération de Russie. Appelez ça de la folie des grandeurs. Mais c’est le bon genre de dérive de mission du point de vue russe : Les frontières de la Russie se déplacent dans la bonne direction et englobent de plus en plus de terres historiquement russes. Ces terres faisaient partie des « terres sauvages », où les Russes se sont installés pour la première fois sous Catherine la Grande, mettant ainsi fin aux incursions étrangères des Polonais et des Turcs et aux raids des tribus nomades. Mais qu’en est-il des objectifs initiaux de démilitarisation et de dénazification ? La façon dont se déroule la démilitarisation est décrite par des tableaux ennuyeux publiés régulièrement par le ministère russe de la défense : tant de chars, d’obusiers, de transports de troupes blindés, de mortiers, de lance-roquettes, de drones et d’hélicoptères détruits. À ce jour, 267 zones de population, grands et petits, ont été libérés, même si certains d’entre elles sont encore bombardées par des mortiers et de l’artillerie. À l’heure actuelle, les Russes ont détruit une grande partie du matériel de guerre initial, d’origine soviétique, et sont occupés à dévorer les armements occidentaux fournis par l’OTAN. À ce rythme, les forces ukrainiennes n’auront plus rien pour se battre. Déjà, les obus d’artillerie et les mortiers sont rationnés, chacun ne tirant qu’une poignée de missiles par jour, juste assez pour dissuader les Russes de déborder leurs positions défensives. Plusieurs des grands pays de l’OTAN, qui étaient au départ disposés à fournir des armes aux Ukrainiens, ont déjà changé d’avis, d’abord parce qu’au lieu d’être utilisées pour combattre en Ukraine, ces armes apparaissent sur les marchés noirs internationaux, à des prix très raisonnables, et ensuite parce qu’ils commencent à manquer d’armes. (Suite)