• Parmi les signatures régulières que nous affectionnons et auxquelles nous prêtons grande attention sur le net, il y a celle du russe Dimitri Orlov. • Il est le créateur d’une forme de pensée que l’on pourrait désigner comme une “science de circonstance”, une “science” suscitée par les circonstances même que nous traversons et que nous décrivons et désignons nous-mêmes comme la Grande Crise de l’Effondrement du Système (GCES) : la “collapsologie”, ou “science de l’effondrement”. • Nous pensons que suivre régulièrement ses écrits est d’un intérêt qui rencontre complètement l’orientation de dedefensa.org : cela peut être fait grâce à nos excellents rapports avec Le Sakerfrancophone, qui reprend systématiquement les textes d’Orlov (en général deux par semaine) et les traduit en français. • Avec l’accord du Sakerfrancophone, que nous remercions bien chaleureusement, nous allons donc reprendre les textes d’Orlov dans cette rubrique propre intitulée “Le monde d’Orlov”. • Son fonctionnement est régi par les mêmes règles que celui d’Ouverture Libre mais cette rubrique a désormais une place structurelle dans dedefensa.org. • Le premier texte, une interview d’Orlov par Le Sakerfrancophone du 15 juin 2016, à l’occasion de la sortie en français du livre d’Orlov (Les cinq stades de l’effondrement aux éditions Le retour aux Sources) sert parfaitement de présentation de cet auteur.

   Visitez également nos archives

Tucker Carlson, conspirateur extraordinaire    22/02/2024

À l’heure où j’écris ces lignes, nous sommes à quelques heures d’un événement capital : la publication de la riche, longue et inédite interview de Tucker Carlson avec Vladimir Poutine, pour laquelle Tucker s’est envolé pour Moscou et qui a mis en émoi l’ensemble de l’establishment médiatique des États-Unis et de l’Union européenne depuis plusieurs jours. Les interviews de Poutine sont très agréables, surtout si elles sont riches, longues et non coupées. Poutine ne supporte pas volontiers les imbéciles, c’est pourquoi les groupes de Mickey Mouse tels que CNN, MSNBC et, maintenant, Fox, ne sont pas autorisés à franchir les portes géantes, richement dorées et sculptées du Kremlin de Moscou. Mais Tucker n’est pas dupe ; c’est une force journalistique avec laquelle il faut compter. Il n’en reste pas moins qu’une interview est une interview et que Poutine dira très probablement ce qu’il dit depuis le début, peut-être avec quelques précisions et embellissements. (Suite)

Toujours attaquer le mauvais pays    13/02/2024

Samedi soir, Washington a lancé 120 missiles de croisière sur ce qui a été déclaré comme étant les positions de groupes chiites pro-iraniens. Ces tirs étaient destinés à punir plus de 167 attaques contre des bases militaires américaines en Syrie, en Irak et, plus récemment, en Jordanie, ainsi que des attaques contre des navires en mer Rouge. Ces attaques ont été très vaguement attribuées à des “forces de résistance islamique” inconnues (il ne s’agit pas du nom d’un ou de plusieurs groupes armés) que les Washingtoniens semblent avoir simplement imaginées. Ce qui a provoqué ce dernier lancement d’une volée de missiles de croisière, c’est la mort de trois militaires américains, ainsi qu’un nombre beaucoup plus important de blessés, lors d’une attaque contre la base logistique curieusement nommée al-Tower en Jordanie, près des frontières syrienne et irakienne. Pourquoi cet incident particulier a-t-il provoqué une telle réaction ? Nous l’ignorons. Nous ne savons pas non plus pourquoi l’attaque a été attribuée à une organisation associée à l’Iran plutôt qu’à celle qui en a réellement assumé la responsabilité, à savoir un groupe sunnite associé au Qatar. C’est comme blâmer les mormons pour quelque chose que les témoins de Jéhovah ont dit avoir fait. Cela peut sembler très étrange, mais seulement lorsque l’on se rend compte que c’est tout à fait typique des Washingtoniens. Ce qui suit est un article que j’ai publié en mars 2016 – il y a huit ans. En le lisant, vous remarquerez que rien n’a changé. (Suite)

Quand les Russes attaquent    06/02/2024

Le site Internet Politico.eu, quelque peu respectable, a récemment publié un long article intitulé “L’Europe face à Trump : est-elle prête à affronter seule Vladimir Poutine ?“  et sous-titré “Le continent envisage la fin de sa Pax Americana” Il s’agit d’un article contemplatif, mais ce que les auteurs refusent d’envisager, c’est la validité de leurs hypothèses : Vladimir Poutine veut se battre avec le continent. Est-ce le cas aujourd’hui ? Voici une citation tirée de l’article lui-même : “Quelle est la probabilité d’un tel scénario ?” Poutine insiste sur le fait que l’idée est ridicule : « La Russie n’a aucune raison, aucun intérêt – aucun intérêt géopolitique, ni économique, ni politique, ni militaire – de se battre contre les pays de l’OTAN », a-t-il déclaré en décembre… Mais il a dit la même chose à propos de l’Ukraine. L’Ukraine est un pays de l’OTAN ? Qui l’aurait cru ? Poutine a grignoté une pomme une fois ; il faut donc se dépêcher de cacher toutes les oranges ! C’est ça la logique ? Honte aux auteurs de Politico, Laura Kayali, Lucia Mackenzie, Charlie Duxbury et Joshua Posaner, honte à eux ! Si ce niveau d’analyse vous satisfait, arrêtez de lire et allez passer du bon temps avec vos enfants et/ou petits-enfants (si vous en avez). Et si vous n’en avez pas, travaillez à en créer (s’il n’est pas trop tard pour vous). Que Dieu vous bénisse ! (Suite)

L’art russe de la victoire    23/01/2024

De nombreux analystes ont souligné que la stratégie militaire de la Russie dans l’ancienne Ukraine est rapidement passée de l’offensive dans les phases initiales, menant à l’accord de paix d’Istanbul, négocié et accepté provisoirement en mars 2022, à la défense une fois que le régime de Kiev (ou, plutôt, ses maîtres américains et britanniques) eut renoncé à l’accord. Il s’agissait d’une observation évidente et, dans la mesure du possible, exacte : avant ce changement de stratégie, les forces russes ont pris le contrôle de quelque 100 000 km2 de territoire ; après cela, elles ont érigé des fortifications le long d’une ligne relativement droite de 1 000 km, qu’elles ont conservée depuis, ne faisant que peu d’efforts pour occuper de nouveaux territoires, si ce n’est pour éloigner l’artillerie ukrainienne de la zone densément peuplée de Donetsk dans le but de sauver la vie des civils. Mais il n’y a pas que l’offensive et la défensive. La science militaire russe définit deux voies vers la victoire, et ni l’offensive ni la défense sans état d’âme ne sont l’une ou l’autre. Bien que l’un des plus grands généraux russes, Alexandre Souvorov (1730-1800), ait intitulé son livre ‘La science de la victoire’, il y a beaucoup trop de hasard dans la guerre pour faire de la science militaire une véritable science dure. Néanmoins, les militaires tentent toujours de généraliser l’expérience des différentes campagnes afin de formuler des lois simples, qu’ils tentent ensuite d’appliquer aux campagnes suivantes. L’ouvrage ‘Stratégie’ du général Alexandre Svechíne (1878-1938), souvent cité par le général Valery Gerasimov – dont le nom doit absolument être retenu lorsque l’on pense à la stratégie militaire russe actuelle – constitue une réussite en la matière. Gerasimov est chef d’état-major général, premier vice-ministre de la défense, membre du Conseil de sécurité et décoré du titre de Héros de la Fédération de Russie. Le livre de Svechíne traite des différents moyens de parvenir à la victoire (les militaires russes ne s’intéressent pas à grand-chose d’autre) et les deux principaux sont la dévastation (сокрушéние) et l’épuisement (измóр). Ces notions ne sont que vaguement liées aux stratégies offensives et défensives, car elles ne se limitent pas à cela et qu’une stratégie purement défensive est rarement considérée comme un moyen de remporter la victoire. La dévastation est une stratégie qui consiste à enchaîner des victoires successives dans le but de détruire complètement l’ennemi. L’approche consiste à rassembler toutes ses forces, à attaquer de toutes ses forces, à écraser et à vaincre les armées, puis à établir les conditions de la paix. Svechíne tire une conclusion simple : dans une guerre entre adversaires égaux, la poursuite de la stratégie de dévastation conduit presque toujours à la défaite. L’exemple de la campagne de Russie de Napoléon en est une illustration, tout comme celle d’Hitler, mais nous pouvons désormais ajouter à cette liste les chefs d’état-major interarmées des États-Unis. Leurs récentes déclarations du type “nous n’avons plus de plan pour l’Ukraine”, que l’on entend de plus en plus souvent, sont révélatrices de leur défaite dans l’ancienne Ukraine. La dévastation, voyez-vous, n’a pas fonctionné ; l’épuisement n’est même pas possible ; les deux dernières alternatives sont l’escalade et la défaite, et puisque l’escalade mène à la mort (la dissuasion nucléaire de la Russie est là pour donner le coup de grâce), alors il faudra bien que ce soit la défaite. (Suite)

Comment Biden peut gagner    16/01/2024

C’est la saison des élections dans les États désunis d’Amérique (DSA) et, comme il se trouve que je suis russe, il est de mon devoir de m’adonner à notre sport national traditionnel : l’ingérence dans les élections américaines. Il s’agit d’un bon sport, propre, dans lequel les enjeux sont purement symboliques et où il serait inutile de parier. Voyez-vous, les DSA ne sont pas une démocratie et peu importe qui en est le président : l’ensemble est jeté dans les mêmes toilettes dorées, peu importe qui s’y assoit. J’ai toujours affirmé que c’était le cas, depuis de nombreuses années et c’est effectivement le cas aujourd’hui plus que jamais, même si c’est moins que ça pourrait l’être demain ou après-demain, alors continuez à être attentifs. Qu’est-ce que Joe Biden ? C’est un homme sans envergure soutenu par une équipe de choc composée essentiellement de néocons juifs. Il a récemment pris des vacances pour prononcer un discours de campagne dans lequel il a lu quelques lignes à partir de deux téléprompteurs, l’un à sa gauche, l’autre à sa droite, en pivotant de l’un à l’autre entre les phrases. Son microphone a ensuite été coupé. Il s’agissait d’une précaution judicieuse, étant donné que Joe Biden aime improviser et que, lorsqu’il improvise, il confabule de la manière la plus grotesque qui soit. Personne n’a besoin d’entendre ses soliloques spontanés – il était “un pauv’ nenfant noir grandissant dans le Mississippi quand sa mama lui dit…” ou quelque chose de ce genre, alors couper le micro et mettre de la musique forte dès que le discours préparé est terminé est maintenant une procédure standard. Quant au discours lui-même, il est préférable de le confier à un programme d’intelligence artificielle : il suffit de lui donner un nombre de mots et de lui demander de parler de “l’homme orange mauvais” (l’homme orange étant Donald Trump). (Suite)

Arracher la victoire contre toute attente    09/01/2024

En cette fin d’année 2023, nous ne sommes pas tout à fait prêts à clore le conflit dans l’ancienne Ukraine ; cependant, ce que nous pouvons dire, c’est que la stratégie des États-Unis et de l’OTAN consistant à armer, à entraîner et à soutenir politiquement le régime de Kiev dans sa lutte contre ses propres citoyens russes et, par extension, contre la Russie elle-même, est un échec retentissant. Ce fait a été reconnu même (même !) à Washington, comme en témoigne un récent éditorial du New York Times rédigé par Serge Schmemann. Il est clair qu’il est temps pour les États-Unis de faire la routine traditionnelle “déclarer la victoire et rentrer à la maison”, puis d’oublier le pays en question, qu’il s’agisse de l’Afghanistan ou de l’ancienne Ukraine, en faisant comme s’il n’existait plus. Dans le cas de l’ancienne Ukraine, cela pourrait être un peu exact, puisque le nouveau nom de la majeure partie du pays sera la Fédération de Russie. Toutefois, compte tenu de ce qui s’est passé, il s’agit là d’un véritable tour de passe-passe. Schmemann, toujours aussi enthousiaste pour les néoconservateurs au pouvoir, fait de son mieux pour se sortir d’un cul-de-sac conceptuel. Je n’ai pas lu son éditorial parce que je refuse d’empoisonner mon esprit avec une propagande aussi flagrante ; à la place, j’ai demandé à l’utilisateur KoBa1988 de le résumer pour moi. À la lumière des événements en cours, le marais de Washington, par l’intermédiaire de son porte-parole Serge, souhaite redéfinir la “victoire” (attention aux guillemets !) comme suit : (Suite)

Triste état du colonialisme de l’anglosphère    03/01/2024

Le colonialisme anglo-saxon a connu plusieurs itérations, chacune impliquant un type de piraterie différent. Dans sa forme initiale, il s’agissait de violer et de piller les navires en mer (les galions espagnols en particulier) et les communautés côtières, souvent par l’intermédiaire de corsaires – un euphémisme pour désigner les pirates officiellement sanctionnés. Dans sa forme intermédiaire, elle impliquait l’occupation, principalement de communautés côtières, la nomination d’un gouverneur et le stationnement de troupes, l’objectif global de l’entreprise, c’est-à-dire la piraterie, restant intact : l’extraction de richesses, mais avec l’avantage supplémentaire de maintenir des monopoles de marché pour les industries nationales dans le centre impérial. Divers mouvements de libération nationale au cours du XXe siècle ont mis fin à ce type de piraterie, et les industries nationales, pour rester rentables, ont été contraintes de délocaliser leur production, se passant de la plupart des types d’exportations physiques (à l’exception des armes, des marchandises et des déchets) en faveur des services, principalement financiers – un euphémisme pour divers types d’usure et d’extorsion. Au lieu d’un contrôle colonial pur et simple, c’est un système plutôt raffiné de contrôle politique, financier, militaire et logistique qui a vu le jour : Le contrôle politique a été exercé par l’utilisation de diverses technologies politiques déployées sous le couvert de la libre entreprise et de la démocratie. Par exemple, lorsqu’il s’est avéré récemment que l’Argentine n’était plus solvable en tant qu’entité souveraine, un certain Xavier Milei a été propulsé sur la scène dans le but exprès de fermer les services sociaux de l’Argentine et de démanteler et d’exproprier sa richesse publique. Les technologies politiques sont si efficaces que les Argentins ont élu Milei, comme autant de vaches volontaires pour être mangées ! (Suite)

Tout le monde aime Poutine    20/12/2023

Il y a deux jours, Poutine a accepté, en public mais à voix basse, de se présenter à la présidence de la Fédération de Russie pour le prochain mandat de six ans. Le lendemain, le parlement russe a fixé la date des élections au 17 mars 2024. (En réalité, les élections se dérouleront du 15 au 17 mars, pour le plus grand confort des électeurs). Le soutien de l’opinion publique russe à Poutine se situe quelque part au nord de 80%. Dans l’image ci-dessus, Poutine est délicatement cajolé par un comité de réélection composé de héros et de veuves de guerre, qui l’incite à annoncer sa candidature. Ils déclarent sans équivoque: “Vous êtes notre président !” et Poutine accède tranquillement et respectueusement à leur demande. La jubilation est feutrée mais palpable dans le monde entier ; après tout, on ne s’attendait à rien de moins. Pourquoi Poutine ne se présenterait-il pas ? À 71 ans, il est sain et robuste (même s’il n’est plus joueur de hockey) et c’est un bourreau de travail accompli. Compte tenu de son taux d’approbation élevé, sa victoire électorale est assurée. Et il a du pain sur la planche : L’OTAN et les États-Unis existent toujours et émettent sporadiquement des bruits et des odeurs désagréables. C’est un problème qu’il doit encore résoudre afin d’inaugurer un nouveau monde pacifique, décolonisé et multilatéral. (Suite)

L’incroyable stupidité du mal    12/12/2023

Récemment, les différentes têtes parlantes à Washington et ailleurs en Occident sont sorties de leur stupeur pour annoncer que l’effort ukrainien pour vaincre la Russie sur le champ de bataille avait échoué. Du point de vue d’un Russe, leur douleur serait des plus délicieuses ; cependant, plusieurs considérations empêchent les Russes d’éprouver de la joie en observant l’extrême inconfort de l’Occident réuni. La considération de loin la plus importante est la perte horrible de vies humaines du côté ukrainien que cet effort a entraîné, en particulier lors des contre-attaques ukrainiennes de cet été, dont aucune n’a réussi à pénétrer la première des trois lignes de défense russes, et lors de la bataille stupéfiante et idiote autour de la ville morte complètement inutile d’Artyomovsk, connue sous le nom de Bakhmut. On pourrait penser que les Russes considèrent les Ukrainiens comme des ennemis, et alors pourquoi seraient-ils contrariés par des pertes ennemies, mais ce n’est pas le cas. Leur véritable ennemi, ce sont les États-Unis, et la plupart des Russes l’ont compris. Appeler la population de l’ancienne République socialiste soviétique d’Ukraine “les Ukrainiens” est tout simplement une erreur d’appellation. Il s’agit en réalité d’une sorte de Russe. Il existe plusieurs variétés de Russes en Ukraine : Les Vélikorusses (la plupart d’entre eux), les Biélorusses du Belarus, les Novorusses de Novorossiya (Donetsk, Lougansk, etc., dans l’est de l’ancienne Ukraine), les Malorusses (dans certaines des parties restantes de l’ancienne Ukraine), et ce sont toutes des sortes différentes de Russes. Un très grand nombre d’entre eux sont aujourd’hui morts, déplacés ou en grande difficulté économique et politique. La seule chaîne de télévision gouvernementale à Kiev (toutes les autres ont été fermées pour des raisons de démocratie) a récemment laissé entendre qu’il y avait plus d’un million de victimes – environ un demi-million de morts et le reste de blessés qui ne sont plus en état de servir. D’autres sources estiment que le nombre total est plus proche de 1,5 million. Cela représente environ 5 % de la population restante de l’ancienne Ukraine. (Suite)

L’échec des relations publiques israéliennes    06/12/2023

En observant les événements en Palestine/Israël depuis près de deux mois maintenant du haut de mon propre clocher en Russie, il y a une particularité que je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer : les Juifs d’Israël, et pas mal de Juifs d’ailleurs, semblent tout à fait incapables de comprendre certains principes de base des relations publiques. Les stagiaires les apprennent dès leur premier jour. 1. Les Israéliens voudraient que le monde entier ait pitié d’eux et compatisse avec eux après les attaques du Hamas du 7 octobre, tout en voulant forcer le monde à ne pas se sentir indigné par le meurtre de milliers de civils palestiniens à Gaza et en Cisjordanie, y compris des milliers de femmes et d’enfants. La pitié et l’indignation sont incompatibles, comme l’amour et la haine, d’un point de vue purement physiologique, en termes de chimie du cerveau. Une campagne de relations publiques qui suscite simultanément la pitié et l’indignation est vouée à l’échec dès le départ. Les personnes qui souhaitent creuser un peu plus s’apercevront que ce que le Hamas a fait avec son attaque du 7 octobre était en fait très intelligent. Auparavant, les dirigeants des nations arabes étaient prêts à faire une croix sur les Palestiniens et à faire la paix avec Israël pour gagner de l’argent sale ; c’est désormais politiquement impossible pour eux. Auparavant, l’armée israélienne semblait invincible ; aujourd’hui, après avoir d’abord dormi pendant l’attaque, puis avoir réagi de manière excessive et tué beaucoup de leurs propres civils, puis avoir piétiné sans résultat à Gaza pendant près de deux mois, tout en enregistrant d’énormes pertes en blindés et en personnel, Tsahal semble plutôt morose et pâle. Oh, et Netanyahou semble être sur le point de partir, et peut-être d’aller en prison, ce qui, du point de vue palestinien, n’est pas très important (un Premier ministre israélien en vaut un autre, puisqu’ils sont tous sionistes), mais c’est toujours agréable à avoir. Netanyahou, grand opportuniste mais pas très malin, a promis de « détruire le Hamas ». Mais peut-on détruire le Hamas ? Il s’agit d’un mouvement de libération nationale ; en tant que tel, il peut être réprimé, mais le détruire reviendrait à tuer tous les Palestiniens, c’est-à-dire à commettre un génocide. Et quel en sera l’impact sur les relations publiques d’Israël ? (Suite)

Stratégie du temps de guerre : Russie, Ukraine, Israël, USA    28/11/2023

Tout le monde a entendu parler du grand et sage général Sun Tzu (Sūnzǐ, 孙子), auteur de “L’art de la guerre” et grand général chinois de la période des Zhou orientaux (771 à 256 av. J.-C.) qui a gagné… quelles grandes batailles ? Personne ne le sait avec certitude, mais il est néanmoins considéré comme un grand sage. Pourtant, la plupart des gens ignorent complètement le non moins grand sage militaire chinois, Míngxiǎn Duìzhǎng (明显队长), qui n’a atteint que le grade de capitaine, mais dont les sages paroles sur ce même art de la guerre n’en sont pas moins profondes. Ce que ce grand esprit a produit était et est indiscutablement vrai et devrait être martelé dans la tête des commandants militaires contemporains les plus sombres et des politiciens les plus ternes et les plus corrompus : « • Si la guerre est inévitable, il faut se battre. • Si vous pouvez attaquer, vous devez le faire. • Si vous ne pouvez pas attaquer, vous devez vous défendre. • Si vous ne pouvez pas vous défendre, vous devez battre en retraite. • Si vous ne pouvez pas battre en retraite, vous devez courir et vous cacher. • Si vous ne pouvez pas courir et vous cacher, vous devez capituler et vous rendre. • Si vous ne capitulez pas et ne vous rendez pas, vous mourrez. » (Suite)

Pourquoi Israël ?    22/11/2023

Lorsque j’étais un jeune homme de 20 ans, mon père m’a invité à lui rendre visite en Israël. Il était là pour se marier (pour la troisième fois !) avec une très bonne professeure de musique qui s’était retrouvée coincée en Israël pour faire de la thérapie musicale dans un hôpital psychiatrique. Ils se sont mariés, ont quitté Israël et sont restés ensemble jusqu’à la mort de mon père, des décennies plus tard. Mon père pensait que l’expérience d’un voyage en Israël me serait bénéfique – ce qui a été le cas. Nous avons visité les sites ensemble. Il m’a emmené voir le mur des lamentations à Jérusalem. Qui étaient ces patients catatoniques se balançant d’avant en arrière devant ce qui ressemblait à un mur de soutènement en grès, construit à la hâte ? “Ils prient”, m’a dit mon père avec un sourire maussade et en roulant des yeux. Joli ! Nous avons fait le tour du pâté de maisons et la mosquée Al Aqsa était là, dans toute sa splendeur, belle et intacte. Mon père voulait que nous y entrions : “Ce sont les gens les plus gentils du monde. Il suffit de suivre quelques règles simples.” D’une certaine manière, je ne me sentais pas digne, pensant que je devais étudier ce que c’était avant de m’immiscer. Dans l’ensemble, Israël m’a semblé plutôt pathétique : pauvre, grossier, minable et fortement militarisé ; plus un avant-poste colonialiste qu’un véritable pays. Rude et grossier – très grossier. Je me souviens avoir failli être renversé par un soldat qui se frayait un chemin à travers la file d’attente dans un magasin de falafels sur Rehov Byalik à Jérusalem. Comme je l’ai appris plus tard, il s’est en quelque sorte excusé en disant “slekha”. Le mot sonnait comme une claque dans le dos et, sur le moment, j’ai pensé qu’il avait dit “Va te faire foutre”. Une pensée m’est venue presque immédiatement à l’esprit à ce moment-là : “Ce ne sont pas des Juifs ! Ce ne sont pas des Juifs !” Du moins, ce n’étaient pas les Juifs que j’avais connus en Russie. Il s’agissait d’une tribu bizarre parlant une langue bizarre et agissant de manière abominable. (Suite)

L’IA peut-elle diriger le monde ?    14/11/2023

Bien sûr que non ! Permettez-moi d’en énumérer les raisons. Je serai bref car je suis à l’hôpital et j’écris sur mon téléphone. 1. L’IA n’existe pas en réalité. Au mieux, il s’agit d’une appellation très trompeuse : oui, elle est artificielle ; non, elle n’est pas le moins du monde intelligente. Une appellation aussi trompeuse frise l’escroquerie. L’IA est un système de reconnaissance/complétion de formes. Elle ne peut pas être intelligente parce qu’il lui manque ce que les phénoménologues appellent l’incarnation, c’est-à-dire la somme totale des expériences accumulées au cours d’une vie passée dans un corps humain et dotée d’un cerveau suffisamment puissant. (Suite)

Les chambres à gaz de Gaza    08/11/2023

Le mythe de l’invincibilité américaine mourra ensuite. La quasi-totalité du monde est horrifiée et révoltée par ce qu’Israël fait à Gaza. L’attaque terroriste du Hamas est au moins explicable, sinon excusable : traitez les gens comme des animaux, en les enfermant dans une cage, et ils commenceront à se comporter comme des animaux. Gaza, ne l’oublions pas, est un camp de concentration d’une taille qui ferait grincer les dents des nazis allemands par jalousie. Quiconque s’élève contre les atrocités commises par Israël à l’encontre des Palestiniens est automatiquement accusé d’antisémitisme. C’est évidemment absurde : les Palestiniens sont des “sémites” au même titre que les Juifs. Je fais également une différence entre les Juifs et les Israéliens. Un Juif est une désignation ethnique, un Israélien est une nationalité. J’ai connu de nombreux Juifs et pas mal d’Israéliens. J’ai trouvé la plupart des Juifs tout à fait copieux et parfaitement adaptés à une coexistence pacifique, tandis que j’ai trouvé que beaucoup d’Israéliens étaient, pour ne pas dire plus, des trous du cul enragés : grossiers, arrivistes, bruyants, belliqueux et vulgaires. Il y a quelque chose dans le fait que beaucoup de Juifs vivent à proximité les uns des autres qui fait qu’ils subissent une sorte de transition de phase : de sauterelles à criquets. Un dernier point sur la religion. Beaucoup de gens, et pas mal de Juifs, commettent l’erreur d’assimiler la judéité au judaïsme – le culte de Yahvé, ou Jéhovah, ou Elohim ou autre. Certains vont plus loin et déclarent que les juifs qui deviennent chrétiens sont des traîtres en quelque sorte et cessent automatiquement d’être juifs. Pour commencer, une telle position viole directement l’article 28 de notre Constitution : (Suite)

Le plan B de l’Amérique    02/11/2023

Les États-Unis ne sont pas une démocratie et… peu importe qui est président… ou pas ? Contrairement au président russe, par exemple, le président américain n’est qu’une marionnette en chair et en os. Il lit des discours rédigés pour lui par d’autres, le plus souvent selon un modèle préétabli. Il signe des documents rédigés par d’autres. Il participe à des réunions avec d’autres chefs d’État risiblement incompétents, tels que Macron ou Scholz, triés sur le volet par des entités occultes sur la base de leur incapacité à penser par eux-mêmes. De ce point de vue, le choix d’un président américain peut être considéré comme aléatoire et sans conséquence. Il est évident que de nombreux Américains engagés politiquement ne seraient pas d’accord avec cela, mais cela ne fait que confirmer leur prise inexistante sur la réalité et leurs spasmes politiques aléatoires et sans conséquence. Ils ne sont que des participants involontaires à un stupide spectacle de carnaval appelé “démocratie américaine”, avec des nœuds et des rubans voyants, des confettis et des discours de bravoure. Ils sont organisés en deux équipes opposées, invitées à se battre l’une contre l’autre ; c’est quelque chose que les gens aiment faire de toute façon. Cela permet de se défouler et ne cause pas beaucoup de dégâts. (Suite)

Pourquoi des guerriers juifs ?    28/10/2023

Les Juifs, en tant que groupe ethnique, sont plutôt pacifiques et non violents. Ils sont essentiellement des Gitans alphabétisés et éduqués. Comme les Tsiganes, ils se trouvent rarement en grandes concentrations mais sont diffus au sein d’une population non juive, qu’ils appellent “goyim” (alors que les Tsiganes appellent les non-Tsiganes “gadje”). Comme les Tsiganes, ils s’intègrent aux non-Juifs en leur fournissant divers services : les Tsiganes se concentrent sur la divination, les spectacles musicaux et diverses sortes de travaux manuels, qu’ils effectuent dans le cadre de communautés de travail et contre de l’argent ; les Juifs, quant à eux, ont tendance à être avocats, médecins, dentistes, banquiers et ainsi de suite. Les similitudes entre Juifs et Tsiganes ne s’arrêtent pas là. Ils tirent tous deux leur identité ethnique d’une filiation matrilinéaire : peu importe qui est le père si la mère est tsigane ou juive. Ces deux ethnies sont essentiellement nomades (tout comme les Arabes) : le mot arabe “beyt” et le mot hébreu “beth”, souvent considéré comme signifiant maison, signifie en fait “tente”. En raison de leur nature pacifique et non violente, les deux groupes sont fréquemment victimes de la répression et de la violence. Lorsque cela se produit, leur réponse est la même : la délocalisation, qui est leur principale stratégie de survie en période de grande difficulté. Alors que les Tsiganes étaient un peuple sédentaire dans le nord de l’Inde il y a à peine un millénaire, les Juifs n’ont pas eu d’endroit où se sentir chez eux (à l’exception de la région autonome juive de l’URSS et maintenant de la Fédération de Russie) pendant près de deux millénaires après avoir été dispersés aux quatre vents par les Romains. Alors que les Tsiganes, analphabètes, ont depuis longtemps perdu tout lien avec leur lointaine patrie du sous-continent indien, les Juifs, après l’horrible expérience de l’holocauste nazi, dont les Tsiganes et les Juifs ont souffert dans une égale mesure, ont soudain été remplis de passion nationaliste et de fantasmes irrédentistes et ont commencé à se battre pour une recolonisation de la Palestine. L’URSS les a grandement aidés dans cette entreprise, ses dirigeants estimant qu’il était juste que les Juifs, après leurs souffrances, aient un endroit à eux (en plus de la région autonome, qui les attend toujours, des bardeaux en yiddish en témoignent sur les bâtiments publics de la capitale du Birobidjan). Au bout d’un certain temps, les Soviétiques se sont rendu compte qu’en donnant du pouvoir au sionisme, ils avaient créé un monstre, ce qui a conduit les Nations unies à adopter, en 1975, la résolution 3379, qui « établit que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale ». Néanmoins, il n’y avait pas grand-chose à faire, et les sionistes ont continué à faire aux Arabes palestiniens à peu près ce que les nazis avaient fait aux Juifs. (Suite)

La fin du Karabakh    18/10/2023

Ce qui se passe actuellement est l’un des épisodes les plus honteux d’une longue et souvent douloureuse histoire arménienne : Le larbin et traître occidental Nikol Pashinyan, ainsi que ses collègues traîtres du gouvernement arménien, ont complètement vendu 120 000 de leurs compatriotes arméniens du Karabakh, mettant fin à des milliers d’années d’histoire arménienne dans cette région. Un tiers de la population a fui vers l’Arménie au cours des derniers jours. La trahison de Pashinyan s’est déroulée en plusieurs étapes. Tout d’abord, il a refusé de négocier avec l’Azerbaïdjan, provoquant un conflit armé auquel l’armée arménienne n’était pas préparée et qu’elle a rapidement perdu. Ensuite, lors d’une réunion avec des fonctionnaires de l’UE, il a signé un protocole selon lequel il cédait l’ensemble du territoire de la région à l’Azerbaïdjan, annulant ainsi l’accord de maintien de la paix conclu avec la Russie. Enfin, lorsque l’Azerbaïdjan a commencé à revendiquer ses droits souverains sur la région (qu’il a accordés), il a eu l’audace d’accuser la Russie de manquer à ses obligations. Quelles obligations ? Bien qu’ils aient été poignardés dans le dos par Pashinyan, les soldats de la paix russes ont continué à faire ce qu’ils pouvaient pour aider la population arménienne du Karabakh, en fournissant de l’aide humanitaire, des soins médicaux et des abris temporaires et en supervisant l’exode ordonné des milliers de personnes (un tiers de la population arménienne totale à ce jour) qui affluent vers la frontière arménienne. (Suite)

Gros ennuis pour la petite Arménie    11/10/2023

Il m’arrive de temps en temps d’avoir quelque chose de positif à dire, mais pas aujourd’hui. Je garderai les nouvelles positives pour le prochain article, alors restez à l’écoute. En attendant, les dernières nouvelles en provenance du Haut-Karabakh sont négatives : L’Azerbaïdjan a recommencé à bombarder les parties arméniennes de ce qu’il considère comme une région séparatiste. Des gens meurent ; les forces russes de maintien de la paix, qui se trouvent une fois de plus en danger, évacuent les civils. À Erevan, la capitale de l’Arménie, des foules immenses demandent l’éviction du Premier ministre Nikol Pashinyan, le qualifiant de traître. Tout d’abord, un peu d’histoire. En 1747, le khanat du Haut-Karabakh a été créé en tant que protectorat perse. Il était ethniquement et religieusement mixte, ses plaines étant habitées par des Azéris musulmans (comme une bonne partie de la Perse/Iran) tandis que ses montagnes étaient, bien avant l’arrivée des Turcs azéris dans la région, arméniennes et donc chrétiennes, et le sont toujours. Toutefois, en 1747, les Azéris ont pris le contrôle de l’ensemble de la région, ce qui a conduit à sa reconnaissance et à son intégration par la Perse. Au début du XIXe siècle, la Russie et la Perse se sont livrées une petite guerre rapide au cours de laquelle le Karabakh est passé du côté russe. Son souverain, Ibrahim Khalil-khan, a prêté allégeance à l’empereur Alexandre Ier. Le transfert a été dûment entériné par le traité de paix de Kürchekay en mai 1805. En 1868, il a été rebaptisé gouvernorat de Yelizavetopolsky, devenant ainsi une unité administrative officielle au sein de l’Empire russe. Au cours des années suivantes, elle a produit de nombreux commandants militaires illustres qui ont rendu de précieux services à la couronne russe. (Suite)

Le complexe américain de Napoléon    03/10/2023

 « Nous allons gagner ! L’aigle sera triomphant ! Nous ne nous rendrons jamais, jamais ! » (“Mars Attacks !”) La profession psychiatrique préfère ignorer la possibilité d’une folie collective et se concentrer sur les troubles individuels, en dépit d’une masse de preuves historiques montrant que des sociétés et des nations entières ont été saisies par des troubles mentaux d’une sorte ou d’une autre. Quoi qu’il en soit, le complexe de Napoléon, ainsi nommé en l’honneur de Napoléon Bonaparte, qui était beaucoup trop petit pour un dirigeant national de son époque et aussi incroyablement méchant et imbu de sa personne pour compenser, n’est en aucun cas un diagnostic médical reconnu. Il s’agit d’un certain état mental ou d’un ensemble de traits de caractère qui affectent les hommes de petite taille, les poussant à être excessivement agressifs et à s’affirmer, à porter des chaussures à semelles compensées pour paraître un peu plus grands et à s’irriter d’être traités de “petit”, de “petit homme”, de “mordeur de genoux” et d’autres épithètes dévalorisantes de ce genre. Voici une description assez générique du complexe de Napoléon faite par un psychologue : • Les hommes souffrant du complexe de Napoléon peuvent être excessivement agressifs et manifester des comportements indûment dominateurs en société. En outre, ces hommes ont du mal à accepter des défaites occasionnelles. • Les personnes atteintes du syndrome peuvent dépasser toutes les limites pour obtenir ce qu’elles veulent, même si c’est moralement ou éthiquement incorrect. Ces personnes peuvent même commettre des crimes pour gagner ou posséder ce qu’elles désirent. • Elles se concentrent davantage sur le travail des autres que sur le leur. Par conséquent, ces personnes se complaisent tellement dans le travail des autres qu’elles oublient ou négligent complètement le leur. • Outre leur nature agressive, ces personnes gardent toujours un œil sur leurs concurrents, car elles ne veulent pas être inférieures à qui que ce soit. Elles pensent que le succès se définit par le fait qu’elles sont meilleures que toutes les personnes qu’elles connaissent. (Suite)

Pourquoi pas une guerre mondiale?    27/09/2023

Plus de 18 mois se sont écoulés depuis le lancement de l’opération militaire spéciale (OMS) de la Russie, dont les objectifs déclarés sont les suivants :  • assurer la sécurité de la région du Donbass,  • démilitariser et dé-nazifier l’Ukraine  • et garantir son statut de neutralité à perpétuité. Depuis lors, l’Occident collectif a fait un certain nombre de choses pour aider la Russie et pour se nuire à lui-même. Les sanctions antirusses, par exemple, ont permis d’atteindre de nombreux objectifs : elles ont débusqué une grande partie de la “cinquième colonne” russe et l’ont poussée à quitter le pays ; elles ont incité de nombreuses entreprises occidentales à cesser leurs activités en Russie, en vendant leurs actions à des sociétés russes à des prix défiant toute concurrence ; le refus d’accès au réseau bancaire SWIFT et les attaques spéculatives contre la monnaie russe ont isolé la Russie de l’Occident sur le plan financier et ont mis un terme à l’expatriation des bénéfices et à diverses formes de fuite des capitaux, freinant l’inflation dans la plupart des secteurs (à l’exception des véhicules de tourisme) ; et les bouleversements considérables que les sanctions, ainsi que la destruction du gazoduc Nord Stream ordonnée par Biden, ont provoqués sur les marchés mondiaux de l’énergie, ont fait grimper les recettes d’exportation de la Russie dans une mesure tout à fait embarrassante. Ainsi, la Russie connaît aujourd’hui une croissance économique, dispose de beaucoup d’argent pour investir dans des infrastructures telles que des routes et des ponts (y compris de nouvelles lignes ferroviaires à grande vitesse), des écoles, des jardins d’enfants et des hôpitaux, et ainsi de suite, tandis que l’Occident collectif, en raison des dommages qu’il s’est lui-même infligés, s’enfonce de plus en plus dans la récession/dépression et, pire encore, est contraint de se désindustrialiser en raison des coûts beaucoup plus élevés de l’énergie. Dernier coup de poignard auto-infligé, l’Europe (l’Espagne et la Belgique, en particulier, mais à travers elles la plupart des autres pays) importe d’énormes quantités de gaz naturel liquéfié russe, qui est beaucoup plus cher, et donc beaucoup plus rentable, que le gazoduc qu’il a remplacé. (Suite)