• Parmi les signatures régulières que nous affectionnons et auxquelles nous prêtons grande attention sur le net, il y a celle du russe Dimitri Orlov. • Il est le créateur d’une forme de pensée que l’on pourrait désigner comme une “science de circonstance”, une “science” suscitée par les circonstances même que nous traversons et que nous décrivons et désignons nous-mêmes comme la Grande Crise de l’Effondrement du Système (GCES) : la “collapsologie”, ou “science de l’effondrement”. • Nous pensons que suivre régulièrement ses écrits est d’un intérêt qui rencontre complètement l’orientation de dedefensa.org : cela peut être fait grâce à nos excellents rapports avec Le Sakerfrancophone, qui reprend systématiquement les textes d’Orlov (en général deux par semaine) et les traduit en français. • Avec l’accord du Sakerfrancophone, que nous remercions bien chaleureusement, nous allons donc reprendre les textes d’Orlov dans cette rubrique propre intitulée “Le monde d’Orlov”. • Son fonctionnement est régi par les mêmes règles que celui d’Ouverture Libre mais cette rubrique a désormais une place structurelle dans dedefensa.org. • Le premier texte, une interview d’Orlov par Le Sakerfrancophone du 15 juin 2016, à l’occasion de la sortie en français du livre d’Orlov (Les cinq stades de l’effondrement aux éditions Le retour aux Sources) sert parfaitement de présentation de cet auteur.

Le jour où le pétrodollar est mort    29/03/2022

Le 23 mars 2022 s’annonce comme une date importante. Ce jour-là, Poutine a annoncé que, dans un délai très court, la Russie cessera d’accepter les paiements de ses exportations dans les devises de nations hostiles, immédiatement pour le gaz naturel, puis pour tout. Les contrats existants seront honorés mais réécrits pour stipuler le paiement en roubles. En réponse, le rouble s’est immédiatement renforcé par rapport au dollar américain et s’établit actuellement à 98,5 roubles / $, contre 139,0 roubles / $ le 7 mars – un gain de près de 30 % en un peu plus de trois semaines. Dans le même temps, les prix du pétrole et du gaz libellés en dollars ont bondi. Voici la liste officielle complète des nations hostiles : Australie, Albanie, Andorre, Grande-Bretagne, tous les membres de l’Union européenne, Islande, Canada, Liechtenstein, Micronésie, Monaco, Nouvelle-Zélande, Norvège, Corée du Sud, Saint-Marin, Macédoine du Nord, Singapour, États-Unis, Taïwan (province de la Chine), Ukraine, Monténégro, Suisse, Japon. Et voici une liste partielle des exportations stratégiques clés de la Russie pour lesquelles il n’existe aucun substitut : pétrole, gaz naturel, blé, engrais, titane, saphir pour la fabrication de semi-conducteurs, nickel, uranium enrichi, moteurs de fusée… (Suite)

Hyperinflation structurelle en toute simplicité    25/03/2022

L’ère de la rareté des ressources, contre laquelle des personnes intelligentes nous ont mis en garde depuis plus de 30 ans, est enfin arrivée. Pour confirmer cette observation fortuite, il suffit de se rendre dans une station-service ou de jeter un coup d’œil à sa facture d’électricité et de constater que les prix ont quelque peu augmenté. Le terme « quelque peu » peut sembler facétieux car un doublement du prix de l’énergie sur une période de quelques mois seulement est un peu un choc pour la plupart des gens. Mais j’ai choisi ce mot avec soin car ce que je veux explorer, c’est la possibilité certaine que, dans un avenir proche, les prix augmentent d’un tel ordre de grandeur, suivi d’une défaillance du marché, que les produits essentiels deviendront totalement indisponibles pour n’importe quelle somme d’argent. Cela ne veut pas dire que les produits en question cesseront d’exister. L’argent ne cessera pas non plus d’exister : il y aura probablement plus d’argent que jamais. Cela ne veut pas dire non plus que les marchandises elles-mêmes changeront d’une manière ou d’une autre de forme ou de fonction. Ce qui sera transformé, c’est l’argent lui-même. Au lieu d’être une réserve de valeur et un moyen d’échange universellement reconnu et infiniment fongible, il deviendra un concept fracturé et conflictuel, lourd à utiliser, risqué à détenir et de plus en plus inutile. (Suite)

La situation en Ukraine : Prédictions et réalité    04/03/2022

Jeudi dernier, j’ai reposté mon article « top dix des signes que la Russie a envahi l’Ukraine » d’il y a 8 ans, lorsque le changement de régime et la guerre civile en Ukraine ont commencé et que l’Occident n’a cessé d’affirmer que la Russie avait envahi le pays. Eh bien, jeudi dernier, la Russie a effectivement envahi le pays. La Russie avait le droit légal d’envahir l’Ukraine de plusieurs points de vue : pour défendre ses alliés à Donetsk et à Lougansk ; pour se défendre contre les armes de destruction massive ukrainiennes, que le président ukrainien a menacé de commencer à produire à la conférence de Munich sur la sécurité ; et pour empêcher l’OTAN de poursuivre son avancée vers les frontières russes, en violation de son engagement antérieur de « pas un pouce à l’est ». La Russie a exercé son droit de légitime défense en vertu de l’article 51 de la partie 7 de la Charte des Nations unies. L’Ukraine a renoncé à son droit à l’intégrité territoriale en vertu de la déclaration des Nations unies de 1970 en refusant d’honorer les droits de sa population russophone. Elle a également refusé de renouveler son traité d’amitié avec la Russie et n’avait donc plus de frontière définie avec la Russie que celle-ci était tenue de respecter. (Suite)

Le jour où la patience russe a pris fin    25/02/2022

La date d’aujourd’hui, communément écrite 22.02.2022, sera facile à retenir pour les futurs écoliers. Diverses personnes s’en souviendront de diverses manières. Les habitants de Donetsk et de Lougansk, les deux villes anciennement ukrainiennes, aujourd’hui redevenues russes, qui ont été soumises à des conditions proches du génocide depuis le renversement du gouvernement par les États-Unis en 2014, se souviendront d’avoir dansé dans les rues avec jubilation, tiré de nombreux feux d’artifice, brandi des drapeaux russes et hurlé l’hymne national russe. Pour eux, c’est le jour où est arrivé un nouvel espoir que leur cauchemar qui dure depuis huit ans sera bientôt terminé et que la vie reviendra enfin à la normale. (Suite)

Une invasion russe à 2,7 $milliards     23/02/2022

Les États-Unis ont engagé plus de 2,7 milliards de dollars en aide militaire à l’Ukraine depuis 2014. Cela n’a pas aidé ; ou bien si ? Alerte aux infox : les Américains font voler vers l’Ukraine des caisses remplies de drapeaux russes de fabrication chinoise – grands et petits. Les drapeaux de taille normale sont distribués parmi les forces armées ukrainiennes massées dans l’est du pays, à raison d’un par véhicule, tandis que des paquets de petits drapeaux sont prépositionnés dans les villes et le long des autoroutes qui mènent à l’ouest. Il n’y a aucune preuve que cette nouvelle ne soit pas entièrement fausse ; et pourtant… Biden l’a admis : « Et il n’y a aucun moyen pour nous d’unir l’Ukraine… je veux dire excusez-moi l’Irak… Afghanistan… » a-t-il dit. La Libye, la Syrie, peu importe. Je suis heureux qu’il puisse citer les fiascos de la politique étrangère américaine sous pression. Cela montre que le vieil homme peut encore réfléchir sur ses pieds. Mais l’accès initial de véracité est la preuve qu’il est à la limite du “non compos mentis” : comment ose-t-il dire la vérité à un public de la télévision américaine ? C’est un motif de destitution, n’est-ce pas ? En effet, qui aurait pu unir l’Ukraine ? Sa partie orientale pense qu’elle est russe – parce qu’elle l’est. Sa partie occidentale déteste tout ce qui est russe, a un penchant pervers pour les insignes nazis et est fière de sa complicité dans les atrocités de guerre et les génocides nazis. Et le reste ne ressent aucune loyauté envers ce grand ensemble et veut simplement obtenir sa part avant que tout ne s’écroule. Le problème est que l’Ukraine s’effondre plus ou moins continuellement depuis plus de 30 ans – depuis son indépendance de l’URSS – et qu’elle est aujourd’hui le pays le plus pauvre d’Europe, à égalité avec certains des pays les plus pauvres d’Afrique. Vous pourriez penser que c’est très bien – laissez-le devenir aussi pauvre qu’il le souhaite – mais c’est aussi le plus grand pays d’Europe après la Russie et cela en fait un problème assez important pour l’Europe. Il possède 15 réacteurs nucléaires assez vieux qui tournent à plein régime (parce qu’on manque de charbon et de gaz naturel). Il est également approvisionné en armes de toutes sortes et est très corrompu et assez violent. (Suite)

Les Russes sont si reconnaissants !    17/02/2022

Vous êtes peut-être conscient du fait que les choses ne vont pas très bien pour les États-Unis, mais vous ne savez peut-être pas que les choses vont plutôt bien pour la Fédération de Russie. Vous pouvez également penser que la Russie est une force maléfique qui doit être contenue, ou qu’elle est dirigée par un dictateur diabolique, ou tout autre chose du genre, alors que les États-Unis sont une démocratie prospère et une superpuissance (quoi que cela veuille dire), mais cela ne fait aucune différence. Si vous avez suivi les événements récents, vous savez peut-être que la Russie a récemment présenté aux États-Unis une sorte d’ultimatum, exigeant que les États-Unis lui fournissent certaines garanties de sécurité. Mais vous serez probablement assez surpris d’apprendre que l’octroi de ces garanties de sécurité sera automatique à mesure que les États-Unis continueront à s’effondrer et à se retirer dans leur coquille vide et en faillite, leur déroute d’Afghanistan n’étant en aucun cas la dernière. Vous ne seriez pas non plus en mesure d’apprécier le fait que les exigences de sécurité sont conçues pour rendre la retraite de l’Amérique d’Eurasie extrêmement humiliante : non seulement elle se retirera, mais elle se retirera parce que les Russes lui ont ordonné de le faire. Une fois que ce retrait aura eu lieu, la Russie sera sans aucun doute immensément et de manière effusive reconnaissante que l’Amérique ait finalement fait face à ses responsabilités et ait fait ce qu’il fallait en se retirant d’Eurasie, remuant joyeusement le couteau dans la plaie de l’Amérique. La Russie fera alors joyeusement de la Doctrine Monroe une véritable bouchée de pain, étendant son influence, main dans la main avec la Chine, sur tout le continent américain, de l’Argentine au Mexique, laissant les États-Unis (ce qu’il en reste) bouder dans leur coin en mangeant un pot de colle. Mais il y a beaucoup plus de gratitude à avoir pour ce qui s’est déjà passé. En fait, la Russie devrait remercier les États-Unis pour tout ce qu’ils ont fait pour faire de la Russie un gagnant et des États-Unis un perdant à chaque occasion. Permettez-moi d’énumérer quelques-uns des exemples les plus importants. (Suite)

Prévisions géopolitiques à court terme    25/01/2022

Depuis que Poutine a annoncé qu’il exigeait des garanties de sécurité de la part des États-Unis et de l’OTAN (en bref, arrêter l’expansion de l’OTAN vers l’est, faire en sorte que l’OTAN se retire sur ses positions de 1997 et retire les armes offensives du voisinage immédiat de la Russie), nous avons été soumis à un barrage d’inepties de la part de la presse occidentale : • Ces garanties de sécurité sont-elles un ultimatum ou un outil de négociation ? • Les États-Unis et l’OTAN vont-ils les accepter ou les rejeter ? • Poutine va-t-il envahir l’Ukraine ou sera-t-il stoppé dans son élan grâce à l’utilisation judicieuse et opportune de froncements de sourcils, de secousses de tête, d’agitations de doigts et de tics nerveux par des personnalités occidentales diverses et variées ? • Si Poutine envahit l’Ukraine, cela signifie-t-il que la troisième guerre mondiale est enfin sur nous et que nous allons tous mourir ? J’espère que je ne suis pas le seul à en avoir assez de cette tentative pathétique et fastidieuse de jeter un écran de fumée et de cacher l’inévitable réalité de ce qui est sur le point de se produire. Au cas où cela ne serait pas encore tout à fait clair pour vous, je voudrais tout expliquer. Je suis normalement plus prudent lorsque je fais des prédictions spécifiques, mais dans le cas présent, notre avenir immédiat a été soigneusement tracé pour nous par la Russie et la Chine, les États-Unis et leurs marionnettes assorties étant réduits au statut de personnages non actifs dans un jeu vidéo, qui ne peuvent faire qu’une chose : se cacher derrière un écran de fumée dense de mensonges risibles. (Suite)

Déni cosmique ! Il n'y a plus de pilote !    19/01/2022

Le 24 décembre 2021, Netflix a sorti un nouveau film intitulé « Don’t Look Up ». Il s’agit d’un thriller apocalyptique à propos d’un astéroïde promis à détruire la Terre et il est classé dans le top 10, avec un film de monstres, un film de crime artistique et un snuff movie. En tant que divertissement, il est à peine regardable ; en tant que propagande, il est des plus intéressants. Le moment de sa sortie – juste avant les fêtes de fin d’année – était conforme à sa fonction de message public, conçu pour attirer le public le plus large possible, puisque c’est la période où la plupart des gens ont du temps libre. Le lieu – un service de diffusion en continu – a permis de se passer d’une première, des bavardages habituels et des interviews qui, compte tenu du sujet traité et de la manière dont il est traité, aurait pu donner lieu à des questions embarrassantes qui auraient entraîné un malaise considérable pour toutes les personnes concernées. Son sujet – la destruction de notre planète – s’opposait gravement au sujet de Noël, qui est la naissance de notre Sauveur, et, à l’époque pré-chrétienne, au solstice d’hiver, qui est un tournant des saisons vers le printemps et la renaissance. En bref, les commanditaires de ce spectacle ont tout fait pour s’assurer que le plus grand nombre possible de personnes entrent dans la nouvelle année avec le message d’une catastrophe imminente à l’esprit. Qui étaient ces personnes ? Tout porte à croire qu’il s’agit de l’État profond, souvent mentionné mais peu perçu. Toute l’équipe derrière le film est composée de Démocrates très en vue. À son tour, le parti Démocrate sert les intérêts de l’État profond, dont le pouvoir et la portée ont été clairement mis en évidence par la parodie qu’a été l’élection de 2020. De nombreux commentateurs sont tombés dans le piège de penser qu’une telle concentration de Démocrates de haut niveau rendait automatiquement le film anti-républicain. Certains sont même allés jusqu’à prétendre que la femme-présidente Orlin était une ressemblance avec le bouffon bavard Trump (ignorant une photographie d’elle dans une étreinte intime avec Bill Clinton). En fait, Orlin est bien plus clairement une ressemblance avec une Hillary Clinton plus jeune, moins criarde et détestable. Mais il ne s’agit pas non plus d’Hillary Clinton. (Suite)

USA-2022, point de non-retour    28/12/2021

J’étudie l’effondrement prochain des États-Unis depuis 25 ans et je publie des livres et des articles sur ce sujet depuis 15 ans, avec de bons résultats : Le CCCP 2.0 se développe très bien. Le sursis de 30 ans que les États-Unis ont obtenu grâce à l’effondrement de l’URSS a maintenant expiré, et tous les efforts d’expansion impériale déployés depuis lors (Afghanistan, Irak, Syrie, Libye et la « ceinture explosive » qu’est l’Europe de l’Est) ont été un échec total. Pendant ce temps, une Russie renaissante, soutenue par une grande partie du reste de l’Eurasie, retourne la situation et donne des ordres aux États-Unis en des termes parfaitement peu diplomatiques. Et maintenant, ceci : Barbara Water, de l’University of California of San Diego, est récemment apparue sur CNN pour expliquer que les États-Unis se trouvent désormais dans une zone à haut risque de violence politique et de guerre civile. Cela signifie que les États-Unis sont finalement prêts à l’effondrement. Examinons les détails de cette situation. Barbara étudie l’instabilité politique depuis 30 ans, plus récemment dans le cadre d’un groupe de travail de la CIA (qui lui a donné accès à quelques « données politiquement sensibles », dont le reste d’entre nous n’entend parler que parfois). Son évaluation n’est pas fondée sur un sens impressionniste de l’esprit animal, mais sur des mesures spécifiques affinées par leur application à des pays politiquement instables dans le monde entier. Et selon elle, les États-Unis sont désormais exposés à un risque élevé de guerre civile, d’instabilité politique et de violence politique. Pour reprendre une expression de Fareed Zakaria, ils sont devenus une « démocratie illibérale ». Un autre terme qu’elle utilise est « anocratie », qui peut être défini comme une forme de gouvernement qui est en partie une démocratie et en partie une dictature, ou comme un régime qui mélange des caractéristiques démocratiques et autocratiques. « Nous sommes plus proches de la guerre civile qu’aucun d’entre nous n’aimerait le croire », déclare Barbara en termes très clairs. (Suite)

“Crime et Châtiment” à Washington    21/12/2021

Le 17 décembre, le ministère russe des Affaires étrangères a publié deux documents que les gens s’efforcent d’interpréter depuis lors, sans grand résultat. Je voudrais proposer ma propre explication de la signification de ces documents, qui sera probablement très différente de la plupart des autres explications que vous êtes susceptibles d’entendre. Le temps nous dira à quel point elles sont proches de la vérité ; pour l’instant, je suis heureux de simplement ajouter à l’éventail d’idées disponibles. Les deux documents décrivent en détail ce que Washington doit faire pour éviter les conséquences de la rupture de l’accord verbal conclu avec Mikhaïl Gorbatchev de ne pas étendre l’OTAN à l’est vers les frontières de la Russie – en fait, de geler les forces de l’OTAN là où elles étaient en 1997, avant que l’OTAN ne s’étende plus à l’est. Les documents abordent également d’autres aspects de la désescalade, tels que le retrait de toutes les armes nucléaires américaines de territoires étrangers et le confinement des forces américaines dans des eaux et un espace aérien à partir desquels elles ne peuvent pas menacer le territoire de la Russie. L’une des explications, exprimée le plus récemment à Washington et ailleurs, est que ces documents sont un document de base de négociation (et non un ultimatum), à discuter en privé (pour éviter que les États-Unis ne perdent complètement la face) et en consultation avec les membres et partenaires de l’OTAN, plus, peut-être, l’Union européenne, le Conseil de l’Europe, l’OSCE, Amnesty International et Greenpeace (pour éviter que leur inutilité combinée ne soit évidente pour tous). Je suis d’accord sur le fait qu’il n’y a pas grand-chose à gagner de discussions publiques ; après tout, Moscou a déjà obtenu le puissant effet induit par la publication de ces documents et en forçant Washington à en accuser réception et à consentir à des “négociations”. (Suite)

La meilleure arme  russe n’est pas une arme    08/12/2021

Une prise de conscience finalement très saine, mais entre-temps très désagréable, est en train de naître progressivement en Occident – une prise de conscience tout simplement choquante, qui modifie fondamentalement leur image du monde : plus l’ouragan des transformations de l’empire qui fait rage là-bas est fort, plus la Russie devient attrayante pour des centaines de millions d’Européens et d’Américains. Quelle est l’arme la plus puissante de la Russie ? Est-elle nucléaire ? Est-elle hypersonique (ou « hydrosonique », comme le dit Trump) ? Cybermagique, peut-être ? Non, l’arme la plus puissante de la Russie, ce sont ses valeurs. Et elles deviennent chaque jour plus fortes et plus dangereuses, en proportion directe de l’intensification du feu du multiculturalisme et du politiquement correct qui fait rage en Europe et en Amérique. Un article récent de The National Interest a résumé divers auteurs américains qui affirment que le Kremlin développe progressivement sa stratégie de soft power et l’utilise pour combattre avec succès l’Occident, le diviser et le miner de l’intérieur. Quelle est la cause de leur hystérie paranoïaque ? Se pourrait-il qu’ils aient accidentellement découvert qui est leur véritable ennemi, et qu’il s’agisse… d’eux-mêmes ? La manière la plus simple et la plus efficace de mettre hors jeu un adversaire géopolitique est de lui imposer un système de valeurs qui divisera sa société et conduira la partie la plus active de sa population à occuper les bâtiments publics, à ériger des barricades et à soutenir un prétendant au trône qui recevra immédiatement le soutien et la reconnaissance des ennemis du pays. C’est ainsi que se sont déroulées toutes les révolutions de couleur de la fin du 20e et du début du 21e siècle : diffuser de la propagande, recruter des activistes, les aider à s’organiser, leur fournir un soutien financier clandestin, puis à un moment donné, cette masse humaine, confiante dans sa force et sa droiture, franchit les barrières policières et entre dans l’histoire en renversant un petit tyran faux-démocrate, ouvrant la voie à l’installation du prochain petit tyran faux-démocrate, le pays devenant de plus en plus faible, pauvre et désordonné à chaque itération. Le processus commence par la conversion d’une partie importante de la population cible aux “valeurs humaines universelles” par le biais d’un prosélytisme séculaire de la “seule vraie foi démocratique”. (Suite)

Qui veut de l’Ukraine ?    01/12/2021

Mardi 23 novembre, le général le plus haut gradé de l’armée russe, Valery Gerasimov, a tenu une conférence téléphonique de « déconfliction » avec le président des chefs d’état-major interarmées américains, Mark Milley, au cours de laquelle ils ont discuté de « questions urgentes de sécurité internationale ». Les détails réels de ce dont ils ont discuté ne sont pas disponibles ; ce qui l’est, ce sont les spéculations des médias occidentaux qui, ces derniers jours, ont inclus de fausses informations sur des troupes russes massées à la frontière ukrainienne et prétendument prêtes à envahir le pays. Ce que les médias occidentaux ont soigneusement ignoré, c’est un véritable rassemblement de troupes ukrainiennes aux frontières de la région du Donbass – la région industrialisée temporairement ukrainienne qui est de facto indépendante depuis le putsch de Kiev en 2014. À la suite de ce putsch, et du refus du Donbass (ainsi que de la Crimée) de reconnaître le nouveau gouvernement ukrainien installé par le Département d’État américain, les Ukrainiens ont tenté de reprendre le Donbass par la force. Cette tentative a échoué, et Kiev a réussi à éviter une défaite totale en signant les accords de Minsk en février 2015, mais n’a manifestement jamais eu l’intention de les respecter. Au lieu de cela, depuis lors, les forces ukrainiennes bombardent le no man’s land entre le territoire tenu par l’Ukraine (qui est principalement constitué de prairies ouvertes) et le Donbass (qui est urbanisé et densément peuplé), tuant un petit nombre de civils et de membres des milices locales et causant des dommages matériels considérables. Bien que la presse occidentale ne cesse de parler de “forces russes” dans le Donbass, elle n’en a encore présenté aucune preuve. Et bien que la presse occidentale aime décrire le Donbass en utilisant l’épithète éculée de “déchiré par la guerre”, il est en réalité plus prospère et plus stable que le reste de l’Ukraine, intégré dans l’économie russe et fonctionnant largement comme une région russe. En dépit du bruit que font les médias occidentaux, un effort militaire russe pour capturer le Donbass, sans parler du reste de l’Ukraine, est extrêmement improbable. La Russie a déjà tout ce qu’elle veut. Contrairement à la Crimée qui, lors de son référendum de 2014, a voté à 97% en faveur de l’intégration de la région dans la Fédération de Russie avec un taux de participation de 83%, lors d’un référendum similaire dans le Donbass (organisé contre la volonté de Moscou), seuls 27,5% des 74,87% de votants se sont prononcés en faveur de l’adhésion à la Fédération de Russie. Sur la base de ce résultat, Moscou a choisi d’adoucir la situation dans le Donbass, en fournissant une aide humanitaire et un soutien diplomatique, en accordant la citoyenneté russe à ceux qui le souhaitent et en intégrant progressivement la région sur le plan social et économique. Dans d’autres régions ukrainiennes, si des référendums similaires avaient été organisés, le niveau de soutien à l’adhésion à la Russie aurait, selon toute vraisemblance, été encore plus faible, et aujourd’hui, sept ans plus tard, il le serait encore plus. On peut en tirer une conclusion : à l’exception de la Crimée (qui a fait partie de l’Ukraine indépendante pendant 23 ans seulement), aucune région d’Ukraine n’était ou n’est candidate à l’intégration dans la Fédération de Russie. Les Russes qui y vivent bénéficieront d’un certain soutien de la part de la Russie et sont, bien entendu, invités à s’installer en Russie, mais c’est tout. (Suite)

Tripolarité et guerre hybride mondiales    24/11/2021

Le général Mark Milley, l’officier militaire le plus haut gradé des États-Unis, a récemment rendu publique une de ses révélations : le monde n’est plus unilatéral (les États-Unis étant l’hégémon mondial incontesté) ou bilatéral (comme c’était le cas avec les États-Unis et l’Union soviétique s’équilibrant symétriquement dans un tango intime de destruction mutuelle assurée). Elle est désormais tripartite, avec trois grandes puissances – les États-Unis, la Russie et la Chine – engagées dans une « guerre tripolaire ». C’est le terme exact qu’il aurait utilisé au Forum d’Aspen sur la sécurité, le 3 novembre 2021. Cela semble étrange, car ni la Russie ni la Chine ne sont désireuses d’attaquer les États-Unis, alors que ces derniers ne sont pas en mesure d’attaquer l’une ou l’autre de ces puissances. Les États-Unis viennent d’être vaincus dans un conflit de deux décennies contre un adversaire de quatrième ordre (l’Afghanistan, donc) de la manière la plus humiliante qui soit, en abandonnant 80 milliards de dollars de matériel de guerre et en abandonnant des milliers de leurs fidèles serviteurs dans un retrait précipité qui s’apparente à une déroute. Elle est sur le point de subir un sort similaire en Syrie et en Irak. Sa marine vient d’être humiliée dans une escarmouche mineure avec les Iraniens au sujet d’un pétrolier. Il est clair que les États-Unis ne sont pas en mesure d’attaquer qui que ce soit. Alors, que peut bien vouloir dire Milley ? Il peut ne pas sembler intelligent, mais c’est l’homme le plus puissant du Pentagone. Bien sûr, Milley-Vanilley pourrait simplement suivre du bout des lèvres une musique stupide émanant de la Maison Blanche (qui est actuellement peuplée d’imbéciles de choix). Cela serait logique, puisque tout au long de sa carrière, Milley a soigneusement évité tout ce qui pouvait ressembler à une action militaire réelle et donc comporter la possibilité d’une défaite, choisissant plutôt de se concentrer sur des choses telles que la production d’un rapport sur l’impact du changement climatique sur l’armée américaine. (Suite)

Noosphère, VI : Mythologies trinitaires    16/11/2021

Il n’y a qu’une seule mythologie trinitaire qui mérite d’être discutée, et c’est le christianisme. Le Dieu chrétien est la Sainte Trinité, composée du Père (le vieux Dieu hébreu), du Fils (Jésus-Christ) et du Saint-Esprit. Dieu le Père est arrivé par l’intermédiaire des textes sacrés juifs, qui se sont trouvés être à vendre juste au moment où le christianisme a commencé à se développer, les Juifs venant de perdre une sale guerre contre les Romains, qui les ont ensuite délogés (encore une fois) de Palestine. Avant d’acheter en gros les textes sacrés juifs, les chrétiens étaient considérés par d’autres sectes, plus instruites, comme « un peuple sans livre ». L’incorporation des textes sacrés juifs dans la secte chrétienne naissante était en quelque sorte une bénédiction mitigée, car ces textes sont criblés de contradictions internes. Prenons, par exemple, l’exemple assez simple du meurtre. L’Exode 20:13 est très clair sur ce point : « Tu ne commettras pas de meurtre ». Cela concorde assez bien avec les enseignements du Christ, qui vont tout à fait dans le sens opposé au meurtre : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. » [Luc 6:27-28] La justification d’une telle indulgence est que pour punir il faut d’abord juger et que juger est une prérogative de Dieu que les chrétiens ne doivent pas usurper : « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. » [Matthieu 7:1] Vous pourriez vous exclamer : “Ce n’est pas une façon de gérer un bordel digne de ce nom”, et vous auriez raison, bien sûr. Et c’est ici que l’Ancien Testament a été très utile pour subvertir l’enseignement chrétien originel et le faire servir aux besoins non seulement des tenanciers de bordels mais aussi des empereurs sanguinaires, des maniaques de l’homicide et des oligarques rapaces. Dans l’Exode, qui nous exhorte à ne pas tuer, il est dit ceci : « Quiconque couchera avec un animal sera mis à mort ». [Exode 22:19] Zoophiles, prenez garde ! L’adultère est également un crime capital : « Si un homme commet un adultère avec la femme de son prochain, l’adultère et la femme adultère seront mis à mort. » [Lévitique 20:10] Tout comme l’homosexualité  : « Si un homme couche avec un mâle comme avec une femme, tous deux ont commis une abomination ; ils seront mis à mort » [Lévitique 20:13]. (Suite)

L’UE et son culte “inverti” du cargo    10/11/2021

Je n’ai pu m’empêcher de remarquer un phénomène très curieux qui s’est récemment emparé de l’Europe occidentale et qui ressemble beaucoup à un culte du cargo, mais à l’envers. Dans un culte du cargo classique, les tribus indigènes qui se sont habituées à l’indignité des vols réguliers qui leur apportent une aide humanitaire sous la forme, par exemple, de bière et de pizzas, lorsqu’elles sont privées de cet affront à leur dignité, construisent de fausses pistes d’atterrissage avec de fausses tours de contrôle et des feux de joie en guise de feux de piste dans l’espoir d’attirer davantage d’avions de transport chargés de la bière et des pizzas susmentionnées. Dans le cadre d’un culte du cargo inversé, les tribus indigènes, qui se sont habituées à l’indignité des vols réguliers apportant une aide humanitaire sous la forme, par exemple, de bière et de pizza, ayant soudainement pris conscience de l’effet délétère de la bière et des pizzas sur la santé publique, – le pergélisol arctique ou l’alignement planétaire dans mon analogie, – se mettent à barricader les pistes d’atterrissage et à démonter les tours de contrôle dans l’espoir d’empêcher l’atterrissage d’autres avions de transport chargés de la bière et des pizzas susmentionnées. Les indigènes restent alors affamés et sobres jusqu’à ce que la raison revienne et que le trafic aérien soit rétabli. (Suite)

Le culte du cargo et les énergies vertes    02/11/2021

Les éoliennes et les panneaux solaires peuvent-ils remplacer les combustibles fossiles ? Beaucoup de gens semblent encore y croire, même après le récent flot de mauvaises nouvelles sur ce front, mais quelques personnes commencent déjà à se douter de quelque chose. Bien que certains prétendent que les parcs éoliens et solaires ont un EROEI(Energy Returned on Energy Invested) de 5 ou même 7, il est facile de prouver que ce n’est pas le cas. Si, pour chaque kWh d’énergie investi dans la conception, la commercialisation, la production, l’installation, l’entretien, l’enlèvement et la mise au rebut en toute sécurité, ils devaient rapporter 5 ou même 7 kWh au cours de leur durée de vie utile de 20 ans, en supposant un coût de l’énergie constant (corrigé de l’inflation), ils produiraient au moins 400 % de profit pur ! Comparez cela à un dépôt bancaire ou à un placement à revenu garanti rapportant 3 % de plus que l’inflation (si vous pouvez en trouver un !). Sur les mêmes 20 ans, il ne produirait qu’un profit de 80 %, ce qui équivaut à un EROEI de seulement 1,8. Si les installations éoliennes et solaires étaient si lucratives, leurs promoteurs ne demanderaient pas de subventions gouvernementales ; ils fuiraient les foules frénétiques d’investisseurs criant « Tais-toi et prends mon argent ! ». Un tel taux de rendement, énorme et garanti, est quelque chose pour lequel on est prêt à tout risquer (même d’aller en prison). (Suite)

Mythologies dualistes    12/10/2021

« Dans la cosmologie chinoise, l’univers se crée à partir d’un chaos primaire d’énergie matérielle, organisé selon les cycles du Yin et du Yang et formé en objets et en vies. Le Yin est le principe réceptif et le Yang le principe actif, vu dans toutes les formes de changement et de différence, comme le cycle annuel (hiver et été), le paysage (ombre orientée vers le nord et luminosité orientée vers le sud), l’accouplement sexuel (féminin et masculin), la formation des personnages, hommes et femmes, et l’histoire sociopolitique (désordre et ordre). » [Feuchtwang, Stephan (2016). Les religions dans le monde moderne : Traditions et transformations]. Les dualités Yin-Yang sont nombreuses, mais l’une des plus facilement observables est la distinction féminin-masculin : le dimorphisme sexuel essentiel de l’Homo Sapiens. Les membres de notre espèce sont incapables de fonctionner – que ce soit en tant que bandes, tribus, nations ou civilisations – sans maintenir des rôles de genre distincts et un équilibre dynamique entre les manières d’être masculines et féminines. L’histoire des cultures et des civilisations effondrées, qui traversent souvent une période de déviance et de décadence sexuelles à l’approche de leur fin, offre un flot ininterrompu de leçons d’objets sur la validité de ce modèle cosmologique. Toutes les cultures antérieures qui ont nié le dimorphisme sexuel humain, y compris l’actuelle crise de dysphorie sexuelle qui frappe l’Occident, sont les signes révélateurs d’une culture défaillante et on peut raisonnablement s’attendre à ce qu’elle s’éteigne biologiquement dans un avenir proche. (Suite)

Guerre mondiale du gaz : que la fête commence !    06/10/2021

Le prix au comptant du gaz naturel en Europe vient de franchir le seuil psychologiquement important de 1000 dollars par millier de mètres cubes, soit un dollar par mètre cube. Cela a déjà eu des conséquences importantes dans toute l’Europe. Au Royaume-Uni, les usines d’engrais ne peuvent pas fonctionner à de tels prix et ont fermé leurs portes. Cela entraînera plus tard une inflation des prix des denrées alimentaires, mais l’effet immédiat est de priver les consommateurs de viande emballée et de bière en raison d’une pénurie de glace carbonique qui est un sous-produit de la production d’engrais. Pendant ce temps, de l’autre côté de ce qui reste de l’Union européenne, dans les petits États baltes, les prix de l’électricité sont désormais dix fois plus élevés que de l’autre côté de la frontière, en Russie. Bien sûr, ils sont les bienvenus pour acheter de l’électricité bon marché et abondante à la Russie, mais celle-ci doit passer par le Belarus et la Lituanie et les Lituaniens ont stratégiquement brisé les relations avec le Belarus en hébergeant la fugitive Tikhanovskaya, la reine des côtelettes, qui est une sorte de Juan Guaidó belarusse. De l’autre côté du Belarus se trouve l’Ukraine, où les choses sont encore plus amusantes. Au printemps 2019, l’Ukraine a refusé l’offre gracieuse de la Russie de lui vendre du gaz à 240-260 dollars par millier de mètres cubes (un quart du prix spot actuel) et a préféré l’acheter sur le marché spot. Le résultat est que l’Ukraine a besoin de 13 milliards de mètres cubes de gaz en stockage pour passer la saison de chauffage mais en a moins de 5. Mais elle peut toujours acheter ce dont elle a besoin sur le marché au comptant, non ? C’est faux ! L’Ukraine est fauchée et n’a rien prévu dans son budget à cet effet. Heureusement, elle peut encore acheter de l’électricité bon marché à la Russie, du moins jusqu’à ce que les nationalistes ukrainiens décident de faire sauter les lignes de transmission vers la Russie, comme ils l’ont fait avec celles qui mènent à la Crimée russe il y a quelque temps, provoquant des pénuries d’énergie dans cette région et forçant les Russes à construire un pont énergétique depuis le continent, un processus qui a pris près d’un an. (Suite)

Mythologies monistes    30/09/2021

Après quelques dizaines, voire centaines de millénaires au cours desquels l’Homo sapiens a vécu en compagnie d’une multitude de dieux, de déesses et de choses semblables à des dieux (ainsi qu’une bonne poignée de démons, de lutins et de trolls), l’idée est venue de mettre fin à cette folie et, par mesure disciplinaire, de déclarer qu’il n’y a qu’un seul Dieu que tout le monde doit obligatoirement adorer et vénérer. Cela a fait couler beaucoup de sang, jusqu’à ce qu’on parvienne à une sorte d’impasse tendue, dans laquelle divers théologiens ont confirmé, tout en se tortillant sur leurs sièges, qu’il n’y a qu’un seul Dieu, qu’il s’agisse du Dieu des juifs ou des musulmans, malgré des différences doctrinales mineures telles que le droit d’avoir plus d’une épouse ou la question de savoir si les adultères en série doivent être lapidés à mort par une foule enragée ou invités à des talk-shows avec leurs multiples amants éconduits. Le monothéisme trouve son origine dans le zoroastrisme, né en Perse au VIe siècle avant Jésus-Christ. Dans son état actuel, cette mythologie religieuse est représentée par ses deux formes les plus répandues : le judaïsme et l’islam. Toutes deux peuvent être résumées de manière adéquate par l’affirmation « Il n’y a pas d’autre Dieu que G-d/Allah ». Cette déclaration de négation indique que tout ne va pas bien avec l’aspect “mono” du monothéisme : la nécessité de la négation admet ipso facto la possibilité de l’affirmation tout en soulignant son caractère indésirable. En plein dans le deuxième livre de l’Ancien Testament se trouve la ligne suivante : « Moi, Yahvé ton Dieu, je suis un Dieu jaloux… » [Exode 20] “Jaloux de qui ?”, s’interrogent automatiquement les esprits curieux. Ainsi, la formule pertinente du monothéisme, qui défie l’arithmétique, est 1≠1. Notez que si le christianisme est généralement considéré comme monothéiste, j’ai choisi de l’omettre car son statut monothéiste est un point de discorde. Les chrétiens adorent la Sainte Trinité, qui est simultanément Dieu, et ce marché de trois pour le prix d’un frappe certains musulmans fondamentalistes comme étant polythéiste. De même, la croyance en la Trinité est considérée comme incompatible avec le judaïsme. Nous reviendrons plus tard sur le christianisme, ses structures anatomiques et ses pathologies communes. (Suite)

Un Stalingrad pour le gaz naturel    22/09/2021

Le prix au comptant du gaz naturel en Europe a dépassé les 900 dollars par millier de mètres cubes, le seuil psychologiquement important de 1 dollar par mètre cube n’étant pas loin. Il s’agit d’un prix astronomique qui risque de mettre en faillite un grand nombre de compagnies d’énergie européennes tout en provoquant la mort de leurs clients cet hiver. Rien qu’au Royaume-Uni, où environ 10 000 personnes meurent de froid au cours d’un hiver normal avec des prix normaux, jusqu’à présent, PfP Energy, MoneyPlus Energy, People’s Energy et Utility Point ont dit adieu au monde, leurs clients étant récupérés par l’organisme de réglementation gouvernemental Ofgem. Agissant avec sagesse, Ofgem a augmenté le plafond annuel des prix pour un ménage type de 139 £ pour le porter à 1 277 £. Qu’est-ce qui se cache derrière tout ce chaos et cette pagaille ? Appelez ça le salaire de la stupidité. (Suite)