• Parmi les signatures régulières que nous affectionnons et auxquelles nous prêtons grande attention sur le net, il y a celle du russe Dimitri Orlov. • Il est le créateur d’une forme de pensée que l’on pourrait désigner comme une “science de circonstance”, une “science” suscitée par les circonstances même que nous traversons et que nous décrivons et désignons nous-mêmes comme la Grande Crise de l’Effondrement du Système (GCES) : la “collapsologie”, ou “science de l’effondrement”. • Nous pensons que suivre régulièrement ses écrits est d’un intérêt qui rencontre complètement l’orientation de dedefensa.org : cela peut être fait grâce à nos excellents rapports avec Le Sakerfrancophone, qui reprend systématiquement les textes d’Orlov (en général deux par semaine) et les traduit en français. • Avec l’accord du Sakerfrancophone, que nous remercions bien chaleureusement, nous allons donc reprendre les textes d’Orlov dans cette rubrique propre intitulée “Le monde d’Orlov”. • Son fonctionnement est régi par les mêmes règles que celui d’Ouverture Libre mais cette rubrique a désormais une place structurelle dans dedefensa.org. • Le premier texte, une interview d’Orlov par Le Sakerfrancophone du 15 juin 2016, à l’occasion de la sortie en français du livre d’Orlov (Les cinq stades de l’effondrement aux éditions Le retour aux Sources) sert parfaitement de présentation de cet auteur.

Censure d’Alex Jones

  mardi 21 août 2018

Il s’est passé récemment quelque chose qui m’a donné l’impression d’être une espèce en voie de disparition. Un ensemble de sociétés Internet transnationales, y compris Google, Facebook, Apple et plusieurs autres, ont toutes supprimé, de manière synchrone, les contenus appartenant à infowars.com, le site web qui est géré par Alex Jones. Une telle synchronicité est un signe certain de conspiration – un sujet sur lequel Alex Jones surfe beaucoup.

Une fois, j’ai participé à une émission de radio dirigée par Alex Jones, et il a réussi à résumer ce que j’avais dit : « les États-Unis vont s’effondrer comme l’URSS », ce qui était plutôt pas mal, vu que nous avons mal réussi à nous comprendre, ayant si peu de choses en commun. C’est un conservateur et un libertarien alors que je pense que les conservateurs n’existent pas aux États-Unis. Dernièrement, qu’ont-ils « conservé »d’autre que le droit de porter des armes légères ? En ce qui concerne le libertarianisme, je considère le véritable libertarianisme historique comme une souche du socialisme alors que sa cooptation américaine est tout simplement drôle : ceux-ci ne restent libertariens que jusqu’à ce qu’ils aient besoin des services d’une ambulance ou d’un camion de pompiers, à partir de là ils deviennent socialistes. De plus, les libertariens américains comme Ayn Rand, sont pour moi, implacablement, de mauvais écrivains, pleins de pensées erronées. Cependant, je la trouve utile comme test décisif pour les esprits médiocres.

(Suite)

Retraite dans la mauvaise poésie

  mercredi 15 août 2018

Cela fait plus de deux semaines que Poutine a parlé à Trump à Helsinki, et le brouhaha autour de cette réunion s’est un peu calmé, ce qui a permis de rassembler quelques réflexions sur ce qui s’y était dit. Évidemment, il y avait beaucoup à discuter pour ces deux chefs d’État, simplement pour éviter que la situation internationale ne devienne incontrôlable, et peut-être l’ont-ils fait. Et, de toute évidence, la seule chose que ces deux pays n’auraient pas pu faire est d’empêcher la situation politique aux États-Unis de devenir incontrôlable.

Peut-être plus important encore, ils ont décidé de relancer le processus visant à remettre sur les rails les pourparlers sur la limitation des armements stratégiques. En réponse à l’abandon par les États-Unis du Traité antimissile antibalistiqueen décembre 2001, la Russie a passé ces 17 dernières années à développer de nouveaux systèmes de missiles hypersoniques et suborbitaux, certains à propulsion nucléaire et à autonomie illimitée. Ces nouvelles armes ont enterré les rêves de l’Amérique de pouvoir jamais réussir une première frappe nucléairecontre la Russie. Elles ont également réduit le statut des systèmes américains de défense balistique à celui de ferraille très coûteuse. Maintenant que la destruction mutuelle assuréeest une fois de plus garantie, il est parfaitement logique que les deux superpuissances nucléaires du monde recommencent à chercher comment garantir leur sécurité mtuelle car toute alternative comporte le risque d’anéantissement nucléaire des deux côtés.

(Suite)

L’effondrement et la bonne vie

  samedi 04 août 2018

Une grande partie de ce que j’ai écrit ces 13 dernières années, à commencer par l’article « Leçons post-soviétiques pour un siècle post-américain », a été négatif : le sujet de l’effondrement lent, mais s’accélérant, des États-Unis n’est pas un sujet joyeux. L’aspect négatif est inévitable : mon but a été d’inspirer mes lecteurs pour qu’ils transforment leur vie de manière à leur éviter d’être blessés par l’effondrement, et la motivation à le faire est en deux étapes. Une première est négative : comprendre de quoi s’éloigner ; l’autre, tout aussi essentielle, est positive : vers quoi aller. La partie négative est beaucoup plus simple à énoncer que la partie positive, car si les facteurs négatifs ont tendance à affecter tout le monde, bien que de manière différente et à des degrés divers, il n’existe pas de solution positive unique pour tous.

Au fil des ans, j’ai essayé de présenter diverses alternatives, dont certaines ont été testées. Elles manquent totalement d’universalité. Mais c’est inévitable.

Ma première grande décision a été de me débarrasser de ma maison et de ma voiture et de vivre à bord d’un voilier. Cela m’a permis d’éliminer toute dette, de réduire considérablement mon taux de consommation et d’accumuler rapidement des économies, tout en travaillant pour des compagnies high-tech à distance de marche ou de vélo de la marina où le voilier était stationné. Ma femme et moi avons aussi beaucoup navigué. Nous sommes restés à bord après la naissance de notre fils et il y a grandi jusqu’à l’âge de cinq ans. Sa vie en bateau lui manque maintenant que nous sommes à terre.

(Suite)

Le renseignement US nous conduit vers l’effondrement

  mardi 31 juillet 2018

Dans les États-Unis d’aujourd’hui, le terme “espionnage” n’est pas utilisé en dehors de certains contextes spécifiques. On parle encore sporadiquement d’espionnage industriel, mais en ce qui concerne les efforts des Américains pour comprendre le monde au-delà de leurs frontières, ils préfèrent le terme “intelligence”. Cela peut être un choix intelligent ou non, selon la façon dont vous regardez les choses.

Tout d’abord, les « services de renseignements » américains ne sont que vaguement liés au jeu de l’espionnage tel qu’il a été traditionnellement joué, et tel qu’il est encore joué par des pays comme la Russie et la Chine. L’espionnage implique la collecte et la validation d’informations stratégiquement vitales et leur transmission aux seuls décideurs pertinents de votre côté tout en gardant cachés le fait que vous les collectez et les validez à tous les autres.

(Suite)

La IIIème Guerre Mondiale enfin terminée !

  mercredi 25 juillet 2018

À l’insu de tous, la troisième guerre mondiale fait rage depuis près de trois décennies, depuis l’effondrement du mur de Berlin. Elle a été précédé par la Guerre froide, qui a pris fin lorsque Mikhaïl Gorbatchev a capitulé face à l’Ouest, provoquant dans la confusion la dissolution du Pacte de Varsovie. En dépit de cette capitulation, l’Occident n’a jamais abandonné son plan de détruire le Pacte de Varsovie avec certaines parties de l’ex-URSS, puis de conquérir et démembrer la Russie elle-même. En l’absence de toute menace militaire à l’Est, l’OTAN, avec son jumeau parasite, l’Union Européenne, s’est implacablement étendue vers l’Est, engloutissant pays après pays. Elle a maintenant conquis l’ensemble du Pacte de Varsovie, plus la Moldavie et les trois minuscules États baltes, et elle se lance maintenant vers d’autres espaces de l’ex-URSS : l’Ukraine, la Géorgie et l’Arménie. La raison pour laquelle presque personne en Occident ne se rend compte que la troisième guerre mondiale a eu lieu est que l’Occident a subi un effondrement mental aussi profond que l’effondrement physique de l’URSS. La Russie s’est remise de son effondrement ; l’Occident ne se remettra probablement jamais du sien.

La prétention de l’Occident de lutter contre la Russie est un pur fantasme. La posture défensive de la Russie est telle qu’aucune stratégie militaire contre elle n’est planifiable. La doctrine militaire russe stipule qu’il n’y aura plus de guerres sur le sol russe : si elle est envahie, elle portera immédiatement la bataille chez l’ennemi en utilisant des armes de précision à longue portée, y compris à portée intercontinentale. Elle stipule également que la Russie répondra à toute menace existentielle par l’utilisation d’armes nucléaires s’il le faut. De ce fait, le Pentagone, avec l’OTAN en remorque, ne peut même plus rêver d’attaquer la Russie. Ce rêve était vivant à un moment donné, quand les États-Unis ont cru possible d’éliminer la capacité de dissuasion nucléaire de la Russie en utilisant une première frappe nucléaire ; mais dans l’entretemps la Russie s’est réarmée avec des armes plus avancées que les États-Unis. Désormais, le rêve est mort.

(Suite)

L’individualisme comme facteur de risque

  vendredi 20 juillet 2018

Les États-Unis attirent beaucoup de monde. En 2017, un million et demi de personnes ont immigré aux États-Unis, la plupart en provenance d’Inde, de Chine, du Mexique, de Cuba et des Philippines, dans cet ordre. Malgré une infrastructure désuète, un système éducatif défaillant qui se classe au 17e rang mondial, un système médical coûteux et inefficace, un système juridique qui est un labyrinthe impénétrable et de nombreux autres problèmes et insuffisances, les États-Unis sont toujours perçus comme attrayants, pas de manière générale mais pour un but précis : avoir une chance de gagner de l’argent. Dans une large mesure, à ce jour, le reste des pays du monde ont largement entamé leur part de richesse, laissant peu de gras à saisir facilement. Mais aux États-Unis, ces échecs mêmes offrent des occasions aux opportunistes nés à l’étranger.

Il y a actuellement près de 44 millions d’immigrants de première génération aux États-Unis, mais en tenant compte de toute l’immigration depuis le début de la colonisation européenne, 98% de la population est composée d’immigrants et de leurs descendants, et, sauf exceptions spécifiques (les Irlandais fuyant la famine, les juifs fuyant l’Holocauste), ils étaient tous des opportunistes qui sont venus pour tenter de saisir leur chance.

(Suite)

Refuge de la folie

  mercredi 18 juillet 2018

La réalité peut être dure. « Les plans les mieux conçus des souris et des hommes souvent ne se réalisent pas », dit Robert Burns. Plus les plans sont ambitieux, plus les dieux se moquent de nous tant ces plans sont vains. A mesure que notre lutte pour atteindre nos objectifs se durcit notre conviction s’affirme que notre cause est juste, se pétrifiant dans une foi aveugle qui est imperméable aux faits contradictoires. Au lieu de réévaluer nos objectifs et de réexaminer notre stratégie, nous poussons simplement de plus en plus fort dans la même direction, en partant du principe que tant que cette force brute ne donne pas de résultat c’est qu’elle n’est pas assez puissante

Mais cette posture apparemment impénétrable et à l’épreuve des faits est une façade qui cache derrière elle un organisme délicat et vulnérable. Toute parole contraire qui parvient à la transpercer provoque une blessure ; chaque parcelle de vérité devient insupportable. A mesure que le rire des dieux se fait plus fort, nous fermons les yeux, nous nous bouchons les oreilles, et nous hurlons nos slogans sacrés à travers des amplificateurs réglés sur 11, le super-maxi. (*) Mais un moment arrive où la réalité de notre échec ne peut plus être ignorée, et alors il est temps pour une rupture, une rupture psychotique.

(Suite)

Plongée dans la Russie réelle

  mercredi 11 juillet 2018

Je reste généralement loin des sujets aussi insignifiants que le sport. Divers jeux physiques sont utiles pour élever des enfants en bonne santé, mais le sport professionnel fait partie d’un système de distraction-divertissement organisé. 

J’aime faire la distinction entre le divertissement et le plaisir : c’est amusant si vous le faites vous-même et cela demande une certaine quantité de travail de votre part ; si vous vous asseyez passivement et que vous l’absorbez, c’est un divertissement. Escalader une montagne est amusant ; regarder quelqu’un escalader le mont Everest, à moins que vous ne vous prépariez à le faire vous-même, c’est du divertissement et donc une perte de temps. Je m’amuse beaucoup à observer l’effondrement, encore incomplet, de la civilisation occidentale, et ce n’est pas une perte de mon temps – ou du vôtre – parce que je me prépare à y survivre, comme vous devriez le faire.

(Suite)

L’animal qui s’auto-illusionne

  lundi 09 juillet 2018

« Je ne suis pas un animal, je suis un être humain ! »est une phrase célèbre du film de David Lynch, The Elephant Man, encensé par la critique, qui raconte l’histoire de Joseph Merrick, un homme gravement déformé atteint du  syndrome de Protée  au XIXesiècle à Londres. Ce film était basé en partie sur une étude de l’anthropologue  Ashley Montagu, L’homme éléphant : Une étude sur la dignité humaine(1971). Cette fameuse citation a ensuite donné naissance au titre de la comédie noire I Am Not An Animal de Peter Baynham, sortie en 2004, sur des animaux qui se sont échappés d’un laboratoire de vivisection et ont tenté de survivre aux côtés des humains dans le grand monde cruel.

Chaque fois que les humains sont réduits à un état animal, c’est la porte ouverte à la tragédie. Chaque fois que les animaux usurpent l’identité des humains, on est bon pour une comédie. Il y a quelques exceptions. Les chevaux pantomimes  ne sont pas particulièrement tragiques. Voir des perroquets et des singes racontant la bonne aventure dans les rues de Moscou est perçu comme tragique par certains défenseurs des droits des animaux. Mais j’ai l’impression que les possibilités comiques sont présentes quand les humains et les animaux se mélangent. Même le film dépeignant les circonstances tragiques de la vie de Joseph Merrick a été coproduit par Mel Brooks, le réalisateur de Blazing Saddles  et d’autres comédies épiques. Son nom a été rayé du générique de peur de confondre le public en lui laissant penser que le film était une comédie.

(Suite)

Les barbares envahissent le cimetière européen

  jeudi 05 juillet 2018

Partout dans le monde, très peu de personnes sont capables d’apprécier à sa juste valeur la réaction européenne face à la crise des migrants. Du côté des migrants, il y a des démonstrations avides de barbarie, de fanatisme et d’agression ; du côté des Européens, il y a la peur abjecte d’apparaître… intolérants. Dans une situation complètement hors de contrôle où l’on s’attendrait à voir les gens s’organiser, protester, dresser des barrages routiers et voter massivement pour les partis nationalistes, on observe au contraire le spectacle ridicule d’Européens dociles et efféminés habillés en tenues unisexes, saupoudrant leurs marches pour la paix de “Non au terrorisme !”. Beaucoup de gens dans le monde y voient une formidable démonstration de nullité anthropologique. “L’Europe est-elle morte ?”, se demandent-ils à haute voix.

Si vous pensez que cette impression est politiquement incorrecte ou non diplomatique ou marginale plutôt que dominante, ayez tout de même à l’esprit que le ministre russe Serguei Lavrov, un homme d’État russe et un diplomate responsable et chevronné, a déclaré que l’Union européenne se “suicidait” en se laissant envahir par les hordes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

(Suite)

Trois aveugles et la plus-Grande Dépression

  lundi 02 juillet 2018

Il ne manque pas de pronostiqueurs qui ne se lassent jamais d’annoncer qu’une calamité financière est juste au coin de la rue. Je ne suis pas l’un d’eux. Ce que j’essaie de faire, ce n’est pas de pronostiquer mais d’expliquer. Je prends l’effondrement pour quelque chose de réel – quelque chose que mes lecteurs peuvent observer par eux-mêmes, s’ils veulent regarder – et ce qui m’intéresse, c’est son fonctionnement interne.

Cela dit, lorsque trois personnalités célèbres annoncent simultanément que l’effondrement financier est imminent, je suppose que nous devrions commencer à y prêter attention. Pour moi, cela n’a même pas d’importance de savoir si leurs opinions sont bonnes ou fausses, si elles ont des informations claires ou si ce sont de bonnes ou de mauvaises personnes. C’est tout à fait hors de propos. Ce qui est pertinent est que si suffisamment de personnes à haute visibilité disent que l’effondrement financier est proche, alors, étant donné la portée et la force de leurs paroles, ce ne sont plus de simples opinions mais des actes qui ont effectivement un effet dans le processus de transformation du monde, – des différents mécanismes de la finance internationale, dans ce cas, qui ronronnaient tranquillement et qui soudain songent à se mettre en position d’affronter des événements importants.

(Suite)

Les marqueurs de l’effondrement de l’empire

  jeudi 28 juin 2018

En réfléchissant à l’effondrement de l’empire américain qui se déroule (jusqu’à présent) graduellement, l’effondrement de l’URSS, qui s’est produit il y a près de trente ans, continue d’être une utile mine d’exemples et d’analogies. Certains événements survenus pendant l’effondrement soviétique peuvent servir de panneaux de signalisation utiles dans le contexte américain, ce qui nous permet de formuler de meilleures hypothèses quant au calendrier des événements qui peuvent soudainement transformer un effondrement graduel en sa version accélérée.

Quand l’effondrement soviétique s’est produit, la réaction universelle a été “Qui aurait pu le savoir ?”. Eh bien, je le savais. Je me souviens distinctement d’une conversation que j’avais eue avec un chirurgien au cours de l’été 1990, juste au moment où j’allais passer sur le billard pour me faire opérer de l’appendicite, en attendant l’anesthésie. Il m’a demandé ce qu’il adviendrait des républiques soviétiques, de l’Arménie en particulier. Je lui ai dit qu’elles seraient indépendantes en moins d’un an. Il avait l’air positivement choqué. Je ne m’étais trompé que de deux mois. J’espère pouvoir prévoir l’effondrement américain avec le même degré de précision.

(Suite)

Toutes les valeurs sont relatives

  dimanche 24 juin 2018

l est un peu déconcertant de découvrir, après avoir étudié un sujet pendant plusieurs années et  avoir beaucoup écrit dessus, que vous avez manqué une grande partie de la vision d’ensemble, d’une importance vitale. Le sujet était  « Les Communautés qui durent ». Après avoir étudié l’effondrement sous toutes ses formes et phases, j’ai décidé d’examiner quels types particuliers de communautés sont relativement à l’abri de l’effondrement et sont capables de persister pendant des périodes historiquement significatives (une demi-douzaine de siècles environ) en dépit de l’effondrement des empires, des guerres, de la persécution, de la perte de la patrie et autres vicissitudes de la fortune. Après quelques mois passés dans une bibliothèque, j’ai trouvé une courte liste de ces communautés et de leurs caractéristiques, et j’ai été capable de distiller ces caractéristiques dans un ensemble de préceptes que j’ai appelé avec un certain humour  « Les XIII Commandements ».

Tout ce que j’ai écrit semble toujours parfaitement valide, mais le message avait tendance à rebondir sur le cerveau des gens au lieu de s’y coller à cause de ce que je vois maintenant comme un obstacle majeur : je n’ai pas pris soin du fait que ces communautés ne font presque aucun effort pour s’intégrer dans les systèmes de valeurs de mes lecteurs. En fait, elles ont vécu leur vie comme si mes lecteurs, avec leurs valeurs chéries, qu’ils considèrent souvent comme universelles, ne comptaient pas du tout. Dans la société de consommation mondiale très développée, c’est un affront majeur pour les individus qui, une fois leurs besoins physiques satisfaits, ont pour ambition de s’amuser et de jouir mais veulent aussi se sentir bien informés, bien intentionnés et, en un mot, supérieurs.

(Suite)

Peu importe le président...

  jeudi 21 juin 2018

Permettez-moi de le répéter : « Peu importe qui est président des États-Unis »Je sais que je l’ai déjà dit (ici, par exemple), mais je pense que cela vaut la peine d’être répété. C’est un message simple, mais je ne pense pas qu’il prenne si bien. Bien que personne ne semble vouloir dire que ce message est faux, beaucoup de gens semblent déterminés à l’ignorer. Certains d’entre eux semblent prendre en compte ce que j’ai à dire mais continuent à parler comme si cela importait de savoir qui est président. Ce n’est pas le cas.

Il est possible de faire remarquer que peu importe qui est président en restant général : comment le système politique est-il câblé pour ignorer tous les intrants qui se situent en dehors d’un éventail étroit d’intérêts d’une élite égoïste ; comment le niveau du discours politique aux États-Unis est beaucoup trop bas pour une discussion constructive sur toute question sérieuse ; comment la division partisane générée artificiellement est spécifiquement conçue pour empêcher les gens de trouver une cause commune tout en cachant habilement le fait que les États-Unis ne sont pas une démocratie du tout (comme expliqué ici). Beaucoup de gens sont allés très loin dans les détails, plus que nécessaire pour expliquer tout cela, et pourtant si vous demandez à “l’homme de la rue” si cela compte de savoir qui est président, il est très probable qu’il répondra par l’affirmative.

(Suite)

Garder la cadence avec Poutine

  samedi 16 juin 2018

Hier, j’ai passé quatre heures à regarder la télévision. Ce n’est pas quelque chose que je fais normalement parce que je trouve l’ensemble du médium télévisuel fastidieux, ennuyeux. C’est globalement une perte de temps. Pour moi, tous les programmes de télévision sont néfaste, parce que je n’aime pas être programmé. En fait, je ne possède même pas de télévision. Quand j’ai besoin de regarder quelque chose, je le fais sur l’écran de mon ordinateur portable. Mais il s’agissait d’une occasion spéciale.

Ce que j’ai regardé, c’est le marathon type-“Questions-Réponses” de près de quatre heures de Poutine. Des gens de toute la Russie ont soumis des questions – plus de 2,3 millions d’entre eux – en appelant, en écrivant, en envoyant des textos, en enregistrant des vidéos, en donnant des interviews à des équipes de télévision. Une très grande équipe a ensuite organisé les questions en thèmes généraux et préparé les présentations les plus représentatives et les mieux exprimées. Un bon nombre de questions a été posé en direct, à l’écran.

La principale raison pour laquelle j’ai regardé le tout était que j’avais posé une question à Poutine, et je voulais voir s’il allait y répondre. Il l’a fait.

(Suite)

Mort et résurrection d’un blogueur

  jeudi 14 juin 2018

Normalement, nous sommes heureux quand les choses se passent bien et tristes quand les choses tournent mal. L’effondrement semble changer cela. Dans un scénario d’effondrement, les choses doivent tourner mal et tournent mal. L’idée que quelque chose irait bien est reléguée au royaume des vœux pieux, et l’attention se porte plutôt sur les choses qui tournent mal de manière particulièrement profonde, amusante ou envoûtante. L’effondrement fait que les limites de l’action constructive se réduisent à un cercle minuscule entouré d’une vaste étendue de conséquences imprévues. Les notions de victoire et de défaite sont redéfinies jusqu’à l’inverse : nous nous sentons victorieux lorsque les responsables directs de l’effondrement font quelque chose de spectaculaire qui accélère le processus sans que nous fassions rien ; à l’inverse, nous nous sentons vaincus lorsque le processus d’effondrement ralentit et que le monde s’installe dans un modèle d’échec interminable et durable.

L’État ukrainien contemporain (ou ce qu’il en reste) nous fournit de nombreuses informations sur le processus d’effondrement. C’est un laboratoire in vivo et en temps réel du processus de l’effondrement. Chaque niveau des manifestations nécessaires de l’effondrement y est représenté, offrant un terrain fécond pour une analyse personnelle du phénomène  général de l’effondrement. Cela fonctionne de bas en haut :

(Suite)

Embrassez vous par millions !

  mercredi 06 juin 2018

Une fois, je suis allé me promener avec un ami et sa compagne, que je n’avais jamais rencontrée auparavant. Elle était très  passionnée et, après un moment, notre conversation entre elle et moi est devenue très vive. Nous parlions en anglais, et mon ami dont l’anglais est sommaire s’est senti exclu. Après quelques efforts infructueux pour entrer dans le cours de la conversation, il lui est venu l’idée, comme ça, au milieu de la rue, de baisser son pantalon et de se lamenter. Cela a provoqué chez sa petite amie et chez moi un embarras immédiat … et elle et moi nous avons continué à marcher. Après quelques instants gênants, mon ami a conclu que cette tactique ne fonctionnait pas, il s’est arrêté de gémir, a remis son pantalon, nous a rattrapé, et tout s’est arrangé.

L’Ode à la Joie de Friedrich Schiller, popularisé par son utilisation dans la Neuvième Symphonie de Ludvig van Beethoven, contient la phrase « Seid umschlungen, Millionen ! ». Classiquement, elle est traduite en français par « Vous millions, je vous embrasse ». Mais je ne suis pas satisfait par cette interprétation ; il n’y a pas de « je »(« ich ») dans la version allemande et la phrase d’origine est sous une forme passive :« être embrassé », pas « j’embrasse ». Être embrassé par qui, alors ? Par Schiller ? Eh bien, théoriquement, oui ; à environ une minute par étreinte et en travaillant une semaine de travail classique de 40 heures, il faudrait une dizaine d’années à Schiller pour franchir le premier million d’embrassades. Mais il semble très douteux que c’est ce que suggérait le vieux Friedrich. Il me semble tout à fait évident que ce qu’il voulait dire était « Embrassez-vous les uns les autres, par millions ! »

(Suite)

Pourquoi la Russie ne réplique-t-elle pas ?

  samedi 02 juin 2018

Beaucoup de commentateurs ont remarqué un fait curieux : lors du défilé du 9 mai sur la Place Rouge à Moscou, Poutine est apparu en présence du Premier ministre israélien Netanyahou. À cette même époque, l’armée de l’air israélienne tirait des missiles sur des cibles syriennes et iraniennes en Syrie (Une grande partie des défenses aériennes syriennes ont été détruites [avec quelques réserves, NdT]) et les Syriens ont tiré sur des positions israéliennes sur les hauteurs du Golan (territoire syrien occupé, aussi cela n’a donc pas compté comme une attaque contre Israël à proprement dit). Pourquoi la Russie n’a-t-elle pas pris la défense de son allié syrien ? De plus, on parlait de vendre le très puissant système de défense antiaérien S-300 de la Russie à la Syrie, mais cette offre a été retirée par la suite. Est-ce vraiment là le comportement d’un allié ?

Ou prenons un autre exemple : les relations entre la Russie et l’Ukraine sont dans une spirale descendante depuis le putsch de Kiev en 2014 qui a renversé le gouvernement constitutionnel. La région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, est le théâtre d’un affrontement militaire, et elle est en proie à des provocations ukrainiennes contre la Russie et des sanctions économiques et politiques de la part des États-Unis et de l’UE en réponse à l’annexion de la Crimée et au conflit instable dans le Donbass qui a fait près de dix mille morts. Et pourtant, le principal partenaire commercial de l’Ukraine reste… la Russie. Non seulement la Russie continue-t-elle à commercer avec l’Ukraine, mais elle a également absorbé un exode de réfugiés économiques qui se compte en millions de personnes, du fait d’une économie ukrainienne aux abois. La Russie a réinstallé ces réfugiés, leur a permis de trouver du travail et leur permet d’envoyer de l’argent à leurs proches en Ukraine. En outre, la Russie a refusé de reconnaître politiquement les deux républiques séparatistes de l’Est de l’Ukraine. La seule réponse réelle de la Russie vis-à-vis de l’Ukraine a été le rattachement de la Crimée. Mais cela se justifiait historiquement et politiquement : la Crimée faisait partie de la Russie depuis 1783, et le transfert de la Crimée à la République socialiste soviétique d’Ukraine, sous Nikita Khrouchtchev en 1954, violait la Constitution de l’URSS qui était en vigueur en ce temps.

(Suite)

L’effondrement culturel est déjà là

  jeudi 31 mai 2018

Il y a douze ans, en 2006, j’ai été invité à prendre la parole lors d’une conférence sur l’énergie à Manhattan, à Cooper Union. C’était la première fois que je parlais de ce sujet. La transcription complète et les diapositives sont toujours disponibles ici. Ma thèse était (et reste à ce jour) que l’URSS était beaucoup mieux préparée pour survivre à un effondrement que les États-Unis ne le sont ou ne le seront jamais.

Si vous n’êtes pas familier avec cette approche, vous devriez peut-être d’abord y jeter un coup d’œil. Ici, je vais la résumer très brièvement. Après avoir exploré toutes les nombreuses symétries entre l’URSS et les États-Unis, j’ai montré comment l’URSS était par inadvertance bien mieux préparée à l’effondrement à cause de la façon dont la vie quotidienne y était structurée. Le logement était fourni par le gouvernement, et le chômage de masse n’a pas entraîné d’itinérance. Le transport était public et bon marché. L’emploi était également lié au secteur public, peu adossé à la recherche du profit et non sujet à la faillite instantanée. Les familles étaient soudées par nécessité et les membres de la famille étaient prêts à s’entraider pendant les moments difficiles. L’argent avait une valeur symbolique et être fauché menaçait rarement votre vie. La nourriture provenait des stocks gouvernementaux et des potagers plutôt que du supermarché. La médecine et l’éducation étaient publiques et libres. L’énergie ne provenait pas des importations.

(Suite)

Aller vivre en Russie ?

  mercredi 30 mai 2018

Beaucoup de gens, en particulier aux États-Unis, parlent constamment de quitter le pays pour un endroit plus prometteur maintenant que le rêve américain est devenu un véritable cauchemar. Et bien que la Russie ne figure pas en bonne place sur la liste des pays où aller, peut-être le devrait-elle. La Russie est presque unique en ce sens qu’elle n’est pas surpeuplée et possède toutes les ressources naturelles, y compris énergétiques, pour de nombreuses générations à venir. Elle est également politiquement stable, remarquablement bien défendue, et malgré une forte désinformation sur la gravité de l’état de son économie (ce qui s’avère être un vœu pieux de la part de ceux qui veulent que la Russie échoue), elle se développe plutôt bien.

Le problème pour aller vivre en Russie, c’est qu’il y a seulement deux façons de le faire légalement, et elles sont toutes les deux plutôt compliquées et demandent une grande implication, avec beaucoup d’obstacles bureaucratiques à franchir. Je ne suis pas un expert juridique et je fournis cette information telle quelle, sans garantie. N’essayez pas de le faire avant de consulter quelqu’un qui est compétent en la matière.

(Suite)