T.C.-87 : Tourbillon de volcans crisiques

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 4207

T.C.-87 : Tourbillon de volcans crisiques

29 février 2020 – C’est une occurrence exceptionnelle de voir trois crises majeures que je désigne comme trois “volcans crisiques”, – la crise Covid-19, la crise syrienne et la crise USA-2020, – installer et poursuivre en même temps une puissance de déchaînement de leurs éruptions qui donne au “tourbillon crisique” (T.C.) de notre Grande Crise d’Effondrement du Système une ampleur et un rythme sans précédent ; lesquels sont assurément déconstructeurs comme on développe avec professionnalisme (voir les tours de 9/11) les “démolitions contrôlées” d’immeubles, ils sont assurément entropiques, ils sont assurément infernaux.

Il ne s’agit plus d’un tourbillon crisique composé de crises, mais bien composé de “volcans crisiques” en pleine phase d’activité sismique et explosive, en pleine éruption et éructation. Le tourbillon lui-même, phénomène plein de dynamisme sismique et d’une tension explosive, est composé d’autant d’éléments dynamiques et d’éléments de détonation explosive. Ainsi les choses évoluent-elles dans la méthodologie même de l’événement de notre Grande Crise Générale de l’Effondrement du Sydstème.

Voyons ces trois volcans...

• On a  déjà vu à plusieurs  reprises le caractère extraordinaire de la crise Covid-19. Il s’agit d’événements catégoriels (médicaux) pour l’instant bénins par rapport aux références, et pourtant par contraste de réflexe d’une immense puissance, une réaction hyper-hypertrophiée de la communication, des effets formidables dans des domaines différents et moteurs du Système, avec notamment un krachboursier (“correction” pour les boy-scouts) sans équivalent, non pas en puissance (quoiqu’il soit au niveau des plus importants) mais en nature même (comme on l’a vu : « Mais ce qui est effrayant, c'est que ce krach est totalement différent de tout ce qui s'est passé auparavant... Cela sort de notre expérience habituelle. »)... Ainsi, cette crise au détonateur dérisoire embrase l’un des cœurs grondants du Système et là se trouve l’explosion volcanique, – et nul ne sait où cela s’arrêtera, jusqu’où se déversera la lave brûlante ; tandis que cela se fait, tous les commentateurs-Système de nos informations générales (en France, par exemple, au pays de l’intelligence) s’attachent avec minutie et responsabilité à décortiquer et à analyser la dérision du détonateur, – laissant le champ libre au reste.

• La Syrie est l’objet des bouffonneries tragiques du “calife à la place du calife”. Erdogan a été jusqu’à faire appel à l’OTAN pour la défense de sa sécurité légale dans un territoire illégalement conquis et qui appartient à un autre pays, pour sa lutte contre le terrorisme en luttant au côté des terroristes. L’OTAN ne le cède à personne en matière de bouffonnerie, mais de là à suivre le “calife à la place du calife” sur cette voie baroque et notablement invertie, il y a un pas qui, fort prudemment,  ne fut pas franchi.

Les Russes sont les maîtres, non pas du double langage où l’un (d’apparence et conformiste) remplace l’autre, mais des langages parallèles et en général complètement différents sinon contradictoires, et pourtant assumés et en pleine lumière ; si l’on veut, une prise en compte loyale sinon ironique, hors de toute imposture, de ce fait que nous vivons dans divers univers aux “réalités” parallèles dont la véracité ne cesse d’être mise en doute. D’un côté, il y a de réelles attaques russes contre des forces turques en Syrie, autour d’Idlib, et l’affirmation russe, calme et déterminée, qu’il est impossible d’espérer un accord avec des terroristes (ceux que les Turcs manipulent et soutiennent), donc avec les Turcs dans leur posture actuelle ; d’un autre côté,  il y a ceci, comme si tout allait bien après tout entre Russie et Turquie, avec Moscou jouant au médiateur “neutre” :

« Par ailleurs, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont discuté au téléphone ce 28 février, selon Sergueï Lavrov. Ce coup de fil a eu lieu à l'initiative d'Ankara, a précisé le chef de la diplomatie russe qui a présenté ses condoléances à la Turquie, assurant vouloir éviter que de “telles tragédies” se reproduisent et que Moscou “fait tout pour assurer la sécurité des soldats turcs” déployés en Syrie. Lors de cet échange téléphonique, Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont convenu de mettre en place de nouvelles mesures visant à un apaisement des tensions en Syrie, particulièrement dans le nord-ouest du pays, selon des informations du Kremlin rapportées par l'agence Reuters. »

Nous sommes donc au bord d’un affrontement majeur, – rengaine, rengaine, mais jamais aussi proche d’une  vérité-de-situation. Certains des acteurs principaux, à force de bouffonnerie, et bien qu’ils eussent paru d’une nature intéressante  à l’origine, sont devenus des acteurs dérisoires faisant d’actions tragiques des actes dérisoires ; pourtant faisant de ces actes dérisoires de possibles détonateurs pour une confrontation majeure et alors évidemment tragique. Il y a réellement un volcan en éruption, même si les vulcanologues se prennent pour des spéléologues et se croient dans la caverne de Platon, où l’on peut dire et faire n’importe quoi.

• USA-2020 est la troisième éruption. Celle-là est institutionnalisée puisqu’il s’agit d’une élection présidentielle. De même que Trump était la vedette incontestée de USA-2016, Sanders est sans contestation possible celle de USA-2020. Ces élections sont à couper le souffle, par leurs dystopies diverses, les corruptions proclamées et brandies (Bloomberg), l’agitation de toutes les forces souterraines et cachées, mais aussi les pièges successifs que le système de l'américanisme (le Système) se tend à lui-même, et où il tombe avec un empressement admirable. On a déjà longuement et très souvent décrit, sur ce site, cet extraordinaire American Circus, avec réapparition actée ou prévisible-possible de divers monstres-du-Loch-Ness déjà usés (Russiagate, Hillary), avec le candidat le plus improbable et le plus vide sauf ses $61 milliards (Bloomberg). Dominant le tout, il y a la fantastique “probabilité d’une extension du domaine de la crise”, avec la candidature Sanders qui, pour certains est  déjà une certitude ; et si Trump est encalminé dans la crise du Covid-19 avec ses conséquences boursières et économiques, il y a une très-possible victoire de Sanders, événement absolument surréaliste, une hyper-“extension du domaine de la crise” et une éruption volcanique cosmique.

Eh bien, il est tout simplement remarquable et un Signe des Temps qui a une très grande signification que ces trois éruptions aillent de pair et comme l'on dirait en paix entre elles, sans qu’aucune ne parvienne à voler la vedette à l’autre ni d’ailleurs n'y prétende en aucune façon, et donc n'apaisant ou ne contrariant en aucune façon l’éruption de l'un ou de l'autre. Au contraire, ma conviction est qu’une même logique supérieure les anime, dans une direction similaire, sur un rythme partagé, je veux dire selon un arrangement structurel crisique commun. La totalité du monde est entré dans une situation crisique dynamique unifiée et unificatrice à la fois, achevant de faire des relations entre les différentes forces et pays un champ fécond et unificateur pour l’activité volcanique de la Grande Crise Générale.

Nous observons cela, je veux dire ce grand spectacle général et unificateur, au contraire de la stupéfaction provoquée par les structures et les avatars de chaque événement crisique, avec une absence de surprise réelle et comme si tout cela allait de soi, – je parle pour mon compte, et, je pense, pour nombre d’esprits qui ont la même perception. Il ne fait plus aucun doute que nous sommes placés devant un déplacement cosmique des choses et du monde, devant la perspective d’un renversement à la fois catastrophique et apocalyptique, qui nous conduit à porter un regard unificateur sur ces divers événements, – et je dis et répète “unificateur” comme s’il s’agissait finalement de quelque chose d’apaisant, – comme si l’on disait “Enfin, nous y sommes”...

Bien que fort différents, de natures très diverses, ces volcans-crisiques ont tous la même source, le même but, le même usage. Ils existent tous, et ils éruptent pour la même entreprise cosmique, pour le même usage radical, pour la même mission sans retour. Ils sont là, ils explosent devant nous pour apporter leur contribution décisive à l’accomplissement de la mission de l’Effondrement du Système.