La rubrique Glossaire.dde a effectivement une fonction de glossaire pour dedefensa.org, pour les nombreux mots et expressions utilisés dans nos textes comme autant de concepts qui nous sont propres, et ainsi explicités. • Cette nouvelle rubrique n'a pas simplement une forme d'explication statique, elle a aussi une forme d'analyse dynamique. • L'explication elle-même a nécessairement une dimension d'initiation. • L’utilité de ce glossaire est de deux ordres constitutifs au moins, et d’un troisième, dynamique, qui doit donner tout son sens à la rubrique. • Cela apparaît d'une façon évidente à mesure du développement de la rubrique, qui se fait à son rythme bien entendu. • Le texte du 26 octobre 2012 donne une présentation complète de la rubrique.

   Visitez également nos archives

Glossaire.dde : politiqueSystème (II)    23/01/2017

• Ce que nous nommons “politiqueSystème” (désormais sans tiret) est un phénomène récent, animé par la logique déstructuration-dissolution, d’une puissance impressionnante (surpuissance) et conduisant à l’autodestruction, et complètement enfantée par le Système. • La politiqueSystème a commencé à apparaître dans toute sa spécificité après l'attaque du 11 septembre 2001. • Elle a pu sembler d’abord politique spécifiquement américaniste (USA) , voire spécifiquement républicaine de tendance hybride-neocon/R2P (avec complicité des démocrates-Système et une opposition des extrémistes et “dissidents” démocrates pour la plupart faussement identifiés comme antiSystème). • Depuis 2006 et surtout 2008-2009, le paysage a changé et la politiqueSystème s’est révélée comme  une politique unificatrice imposée par le Système à un certain nombre d'entités nationales et transnationales. • Elle a remplacé toutes les politiques maximalistes du bloc BAO et se réalise aujourd’hui hors de toute logique historique : ce constat conduit à l’hypothèse que cet événement ne peut être que métahistorique. • Les épisodes les plus récents, et spécifiquement l’énorme crise USA-2016 et la suite avec l’élection de Trump confortent radicalement l’hypothèse métahistorique. • (Ce sujet, marqué [II] parce que déjà examiné dans cette rubrique le 17 novembre 2012, décrit une évolution radicale des événements et une évolution à mesure de l’analyse de nos conceptions.)

Glossaire.dde : La tragédie-bouffe    02/11/2016

• Voici une expression qui, au départ, n’était pas un concept et, par conséquent, n’avait pas sa place donc cette rubrique Glossaire.dde. • Mais l’expression s’est transformée elle-même comme conceptuellement significative, et particulièrement descriptive de la situation que nous vivons. • Elle fait cohabiter deux faits fondamentaux : le premier, que notre époque est une tragédie métahistorique qui a peu, sinon pas d’équivalent dans notre histoire ; le second, que la perception la plus courante est une perception “bouffonne” de cette tragédie, une manière de la dénier en abaissant jusqu’aux abysses sa signification métahistorique. • Nous examinons ce phénomène, explorant ainsi d’une façon féconde notre situation crisique présente, et la mettant d’autant mieux en lumière. • Bien entendu, notre psychologie, ou plutôt la psychologie de ceux qui sont sous l’empire du Système (les sapiens-Système), assume pour leur compte l’entière responsabilité de ce procédé faussaire à un niveau cosmique. • Ce que nous constatons encore, c’est l’échec du concept. • Dans cette situation mise à l'extrême avec l’apparition du The-Donald dans l’élection USA-2016, la présence et l’activité de ce “bouffon” dans un sens antiSystème ont eu comme effet de mettre à nu la tragédie que nous vivons et de disqualifier la dimension “bouffe” faite pour dissimuler cette tragédie

Glossaire.dde : l’affectivisme (-postmoderne)    05/10/2016

• Nous appelons le concept étudié ici “affectivisme” à partir du terme ancien que nous employions d’“affectivité”. • Pour être vraiment complet, au reste, nous pourrions avancer l’expression “affectivisme-postmoderne” tant ce phénomène d’affectivisme est complètement enfanté par la postmodernité et la définissant par la déroute d’une raison-subvertie, l’épuisement de la psychologie, la fascination de l’apparence, la vulnérabilité à la déstructuration-dissolution. • L’affectivisme définit ce qu’il est très pénible de nommer “politique” avec dans le pot commun de sa définition une apparence grotesque de fausse raison politique, un moralisme écrasant de conformisme, un sentimentalisme de midinette, des épousailles fusionnelles de tout ce qui est narrative, communication faussaire, déterminisme-narrativiste, inversion, désintégration totale de la réalité. • L’affectivisme est la “philosophie politique” de la postmodernité, digéreablre par un rappeur, un “bobo”, un djihadiste, un bureaucrate du Pentagone, un éditorialiste de Libé. • C’est un “djihad psychologique” au service du Système identifié dès 2012 avec la Syrie. • C’est l’air du temps, absence de substance et haine de toute essence concevable, dénonciation de toute pensée principielle ; c’est à la fois grotesque et aussi sérieux qu’une bulle de savon, à la fois l’outil diabolique de la destruction du monde, dans le domaine heureusement de plus en plus restreint de ce que le zombie-Système peut avoir d’influence sur les événements du monde. • L’affectivisme est une forme d’oraison funèbre, de type-rock’n’roll, de notre civilisation. • RIP.

Glossaire.dde : l’antiSystème    27/07/2016

• Nous parlons constamment, depuis plusieurs années, du phénomène “anti-système” devenu, dans notre arsenal dialectique, le concept antiSystème. • Nous avons déjà largement exploré ce concept antiSystème, à diverses reprises, et nous en faisons de plus en plus systématiquement usage, sollicités en cela par les événements. • Pour autant, nous proposons dans ce texte de nouvelles réflexions et, surtout, un nouveau rangement spécifique du concept, tout cela s’étant dégagé au cours de l’analyse que nous avons développée à la lumière des événements courants. • C’est ainsi que nous distinguons désormais deux phases dans le développement du concept antiSystème, auxquelles nous donnons symboliquement les noms de personnages ayant joué ou jouant un rôle essentiel dans ces phases : la première phase, dite “phase Ron Paul”, de la fin 2010 à la fin 2013, et la seconde phase, toujours en cours, depuis la fin 2013, dite “phase The Donald”. • En même temps, nous distinguons un changement structurel, de forme principielle, du concept en passant à la deuxième phase. • Désormais, l’antiSystème n’est plus opérationnel sous la forme d’une sorte de guérilla de communication, comme durant la première phase ; il se constitue sous une forme institutionnalisée, c’est-à-dire comme se voulant à valeur égale du Système, et son adversaire direct sinon unique lancé dans une guerre totale : “Delenda est Systema. • C’est bien entendu le personnage de Donald Trump, et le rôle qu’il a d’ores et déjà joué, qui affirment opérationnellement et symboliquement ce changement décisif, mais c’est sans nul doute et par-dessus tout l’existence et l’action de la communication antiSystème qui constituent son fondement ontologique.

Glossaire.dde : le chaos-nouveau    08/05/2016

• Nous intégrons dans le Glossaire.dde une hypothèse générale déjà développée dans un texte du 1er avril, sur la situation crisique du monde qui ne cesse d’évoluer sur un mode paroxystique : contrairement à leurs définitions, “crise” et “paroxysme” paraissent aujourd’hui sans fin et devoir durer comme des états quasiment structurels. • Notre hypothèse se base sur la persistance des grands épisodes crisiques en cours (Syrie-II et ses effets, terrorisme et migrants-réfugiés en Europe, etc.) et sur l’irruption de la crise centrale américaniste autour des élections présidentielles. • Désormais, il n’existe plus aucun espace stratégique, plus aucun domaine essentiel qui échappe au désordre que suscite la dynamique crisique du monde. • Pour nous, cela signifie que tous les facteurs d’importance existants sont plongés dans le désordre de la crise, et dès lors le désordre ne peut plus être désigné simplement comme “désordre” et “hyperdésordre” mais comme “chaos”. • Il doit être qualifié de “nouveau” parce qu’il touche essentiellement les psychologies et ne se manifeste pas nécessairement par des événements à mesure. • Cette évolution illustre le développement de la phase finale de notre Grande Crise Générale (naturellement, “d’effondrement du système”). • Il n’y là nulle prospective possible, bien entendu, mais le constat d’une évolution inarrêtable et très rapide vers une issue qui nous paraît inéluctable, ne serait-ce que par antinomie, par l’impossibilité absolue d’envisager quoi que ce soit d’autre que l’effondrement.

Glossaire.dde : l’“empire de la communication”    10/03/2016

• On ne peut dissimuler que cet article du Glossaire.dde est directement lié à l’actualité la plus pressante, qui est, depuis quelques semaines, la crise devenue fondamentale qui s’est installée dans le processus politique des États-Unis. • Pour l’occasion, nous nous sommes tournés vers un texte de 1999, qui étudiait la substance de l’Amérique, perçue comme l’“empire de l’information”, expression prestement remplacée par “empire de la communication” et qui pourrait être tout aussi bien “empire du système de la communication”. • L’Amérique, pays qui n’est pas une nation, s’est créée hors de toute référence historique, essentiellement sur la puissance de la communication. • Depuis, la communication est devenue “système de la communication”, jusqu’à porter l’Amérique hissée jusqu’à l’hyperpuissance au bord des abysses. • Extrêmement lié aux “évènement présents” par une conjoncture pressante, cette analyse doit être considérée comme restituant une situation dont les fondements historiques, sinon métahistorique, révèlent les traits principaux de notre temps présent et justifient la puissance inouïe d’une crise activée pat le seul système de la communication.

Glossaire.dde : l’inconnaissance    05/03/2016

• Nous présentons ici un concept dont nous faisons grand usage depuis plusieurs années, cinq précisément : c’est dire si cette présentation s’imposait. • D’autre part, les événements s’y prêtent, réclamant cette présentation. • Ce que nous constatons actuellement, c’est une accélération extrême des évènements correspondant d’une part à l’accélération de l’Histoire et à la contraction du Temps, d’autre part à l’accélération du processus d’autodestruction du Système. • Le résultat au niveau des évènements, mais surtout au niveau de la communication qui en est faite, est une accélération extrême de la confusion, et par conséquent de l’impossibilité grandissante de rendre compte de l’évolution précise des évènements. • Nous donnons des exemples précis de cette impasse, de la part d’auteurs antiSystème confirmés aussi bien que dans la description des évènements les plus importants : l’abondance des informations et des interprétations aboutit de plus en plus à l’incompréhension et donc à l’accroissement de la confusion. • Dans ces conditions, nous suivons et recommandons d’adopter vis-à-vis des évènements la posture de l’inconnaissance qui garde l’essentiel et accueille l’intuition haute, selon la modification de la situation générale depuis que cette posture a été recommandée et définie par nous (en 2011). • Le résultat, nous en sommes convaincus, sera celui d’une connaissance renforcée de l’essentiel en cours, pour ce qui est dans tous les cas de notre capacité de compréhension.

Glossaire.dde : Situation-II du “Barbare jubilant”    22/02/2016

• Ce texte de la rubrique Glossaire.dde poursuit ce qui devient une nouvelle dimension que nous allons systématiser dans cette rubrique, et dont le texte précédent de Glossaire.dde du 24 janvier2016 était un essai initial. • Les textes originaux contenus dans cet ensemble “Situation [I et II] du ‘Barbare jubilant’” ont été publiés dans l’ensemble dd&e (Lettre d’Analyse et site) et concernent le parcours d’un commentateur que nous apparaît ici comme le symbole de notre époque, le colonel à la retraite de l’US Army Ralph Peters, devenu dans notre symbolisation “le Barbare jubilant”. • L’intérêt de cette “symbolisation” tient à la fois dans les écrits et pensées du personnage, autant que dans la chronologie que nous en offrons (avec trois étapes : 1997, 2006 et 2016). • L’extrémisme constant de sa pensée, avec un aspect extraordinairement prémonitoire en 1997 (lorsqu’il annonce la politique du déchaînement de la Matière des USA), et un aspect extraordinairement cru et franc aujourd’hui (grand admirateur de Poutine tout en restant pur américaniste), cet extrémisme est le caractère fondamental de notre Temps en pleine contraction face à l’accélération de l’Histoire. • Dans cette seconde entrée, nos publions les deux textes de Ralph Peters, Constant Conflict et Counter-Révolution in Military Affairs.

Glossaire.dde : Situation-I du “Barbare jubilant”    22/02/2016

• Ce texte de la rubrique Glossaire.dde poursuit ce qui devient une nouvelle dimension que nous allons systématiser dans cette rubrique, et dont le texte précédent de Glossaire.dde du 24 janvier2016 était un essai initial. • Les textes originaux contenus dans cet ensemble “Situation [I et II] du ‘Barbare jubilant’” ont été publiés dans l’ensemble dd&e (Lettre d’Analyse et site) et concernent le parcours d’un commentateur que nous apparaît ici comme le symbole de notre époque, le colonel à la retraite de l’US Army Ralph Peters, devenu dans notre symbolisation “le Barbare jubilant”. • L’intérêt de cette “symbolisation” tient à la fois dans les écrits et pensées du personnage, autant que dans la chronologie que nous en offrons (avec trois étapes : 1997, 2006 et 2016). • L’extrémisme constant de sa pensée, avec un aspect extraordinairement prémonitoire en 1997 (lorsqu’il annonce la politique du déchaînement de la Matière des USA), et un aspect extraordinairement cru et franc aujourd’hui (grand admirateur de Poutine tout en restant pur américaniste), cet extrémisme est le caractère fondamental de notre Temps en pleine contraction face à l’accélération de l’Histoire. • Dans cette première entrée, nous réunissons un commentaire inédit et trois textes publiés aux autres époques marquantes du “Barbare jubilant”.

Glossaire.dde : Le “Trou Noir” du XXème siècle    24/01/2016

• Le “Trou Noir” du XXème siècle”, c’est la période 1945-1948, exactement pour notre comptabilité chronologique, du 14 août 1945 (date officielle de la capitulation du Japon) au 5 mars 1948, un peu plus d’une semaine après le “coup de Prague” de la fin février 1948. • Nous reprenons ici une très longue analyse du 2 septembre 2015 introduisant plusieurs textes illustrant cette thèse du “Trou Noir”, que nous présentons de façon à le situer dans cette rubrique du Glossaire.dde. • Ce “Trou Noir” constitue cette courte période de moins de trois années que l’histoire-Système a complètement déformée pour la faire correspondre à la narrative officielle qui enchaîne directement et selon une logique complètement faussaire le triomphe US de la Deuxième-Guerre mondiale et la Guerre froide entre les deux “blocs” de l’Est et de l’Ouest, jusqu’à l’actuelle et terrible Crise Générale du Système. • Il s’agit d’une dynamique métahistorique qui a permis le développement des évènements de 1945-1948 à nos jours dans le sens de la déstructuration-dissolution. • Ce que nous voulons faire, c’est restituer la “vérité-de-situation” de cette période où plus aucune puissance n’exerça son empire sur le monde, où l’histoire hésita entre la tromperie du Système et un possible envol métahistorique avant de succomber dans le sens qu’on sait.

Glossaire.dde : “Contre-civilisation”, à l’origine    10/12/2015

• Ce texte du Glossaire.dde présente une dimension de plus que nous introduisons dans cette rubrique. • Le texte original, formant l’essentiel du contenu, a été publié une première fois sur ce site en juillet 2002, à partir d’une analyse de la publication-papier existant alors, dedefensa & eurostratégie (dd&e). • Il s’agit de la première approche substantivée et développée de notre part, d’une analyse qui constitue une des poutres-maîtresses de notre approche générale de la situation : le déséquilibre mortel de notre civilisation, entre l’hyperpuissance technicienne de son action et le vide quasi-complet de son être jusqu’à se trouver absolument dépourvu de sens. • Cette idée, comme toutes les idées durables, n’est certainement pas nouvelle, notamment parce qu’elle se déduit de la différence évidente entre les civilisations qui nous ont précédé et la nôtre ; mais elle est devenue d’une urgence vitale. • Nous nous appuyons notamment sur les réflexions de l’historien des civilisations Arnold Toynbee, qui a développé cette observation déjà évidente depuis la grande Guerre, sans en tirer toutes les conséquences.

Glossaire.dde : vérité-de-situation & Vérité    18/10/2015

• Il est vrai que “dès l’origine”, c’est-à-dire dès 9/11 pour notre séquence métahistorique, s’est posé à nous le problème du sort de la réalité, donc le sort de notre connaissance de la vérité du monde. • Depuis 9/11, la réalité a été fracassée, comme on l’a annoncé officiellement (Rumsfeld annonçait dès le début 2002, effectivement d'une façon officielle, que la puissance publique US n'était oplus tenue à la recherche et à la présentation de la véritable réalité). • Il n’est pas assuré que ce fut un mal puisque cette “réalité”-là était déjà fort suspecte, et sa disparition eut le mérite de mettre les choses au net : la réalité n’existait plus. • Les événements n'ont fait jusqu'ici qu'amplifier cette “réalité” de la destruction complète de la réalité, jusqu'à la crise ukrainienne. • C’est ce que nous avons désigné comme le phénomène que nous décrivons par l’analogie symbolique « La caverne de Platon n’est plus dans la caverne ». • La tromperie n’est plus cantonnée à une caverne où l’illusion triomphe, laissant l’homme libre du choix difficile d’abandonner cette illusion des profondeurs pour la vérité du grand soleil, elle a envahi l’univers entier. • Dès lors, que faire ? • Nous abandonnons le concept de “réalité” et à partir de la référence absolue de “la Vérité”, nous recherchons les “vérités de situation”.

Glossaire.dde : dedefensa.org    06/04/2015

• Ce texte présente le site dedefensa.org après quinze années de service : une plate-forme d’“analyse crisique” dans un temps de crise diluvienne. • Définitions, conceptions opérationnelles et métahistoriques du site, méthodologie, “ligne historique”, etc. • Ce texte a également pour fonction de fournir une présentation (rajeunie) de dedefensa.org (arrivée à maturité ?), par rapport à ce qui servait de référence à notre A propos. • Décrivant et définissant les changements d’orientation du site 1999-2005, nous prétendons mieux décrire notre perception de l’époque extraordinaire que nous vivons.

Glossaire.dde-crisis: Terrorisation de la psychologie    30/03/2015

• Ce Glossaire.dde-crisis, d’après le texte du 10 juin 2012, complète le Glossaire.dde-crisis du 16 mars 2015. • Alors que “la maniaco-dépression du monde” décrit le mode de fonctionnement de la psychologie envisagée, la “terrorisation” en décrit l’orientation. • Pour nous, cette terrorisation, installée d’une façon quasi-exclusive depuis l’attaque 9/11, caractérise essentiellement la psychologie des élites-Système et des directions-Système. • Cette lecture permet de mieux comprendre les politiques produites par les directions-Système depuis 9/11, et encore plus depuis que le texte présenté ici a été écrit.

Glossaire.dde-crisis: la maniaco-dépression du monde    16/03/2015

• Ce Glossaire.dde-crisis, d’après le texte du 10 janvier 2012, aborde le sujet fondamental du Mal selon ses rapports avec la psychologie humaine. • L’affection psychologique de la maniaco-dépression (ou “trouble bipolaire”) est traitée, à partir du point de vue de la pathologie individuelle, comme représentation de la situation de notre contre-civilisation (la modernité) dans sa phase finale d’effondrement. • L’analogie est appliquée à des séquences événementielles précises portant sur la période post-Guerre froide jusqu’à nous (les JO d’Atlanta de 1996, 9/11, la crise de l’automne 2008, etc.).

Glossaire.dde-crisis : Opérationnalisation de la spiritualité    10/03/2015

• Voici le troisième Glossaire.dde-crisis, d’après le texte du dde.crisis du 10 avril 2012. • Le sujet concerne l’introduction du facteur de la spiritualité dans la politique russe, à l’occasion de l’élection de Poutine à la présidence. • Il s’agit donc d’un sujet très “opérationnel”, avec l’idée d’une “opérationnalisation de la spiritualité”, avec le facteur de la spiritualité justifiant largement sa place dans le Glossaire.dde. • Une place très importante est faite au système de la communication. • Ce texte doit être lu impérativement pour éclairer les événements présents (Ukraine, Russie, etc.)

Glossaire.dde : le déterminisme-narrativiste    26/02/2015

• Avec l’Ukraine, les tambours de guerre sonnent sous les plumes zélées des experts-Système les plus prestigieux. • Idée fixe : éliminer la Russie, jusqu'au point où l'on pourrait croire, comme le disait un chef du renseignement russe, que ce que l'Ouest voudrait c'est que “la Russie n'ait jamais existé”. • Qu’est-ce qui mène ces brillants esprits ? • Dimitri Rogozine avait répondu, il y a presque sept ans, à Bruxelles, lors d’un conseil Russie-OTAN, où il prévoyait la crise ukrainienne si les alliés ne se dégageaient pas de ce qu’il nomma “le déterminisme technologique”. • Il n’avait pas tort mais il n’a plus raison. • Une mise en ordre conceptuelle s’impose : le “déterminisme-narrativiste” remplace le déterminisme technologiste. • C'est-à-dire que la psychologie tient désormais une place prépondérante dans le processus, et le système de la communication a complètement supplanté, en termes de puissance, le système du technologisme. • L'Ukraine a montré que, pour ceux qui ne peuvent plus se dégager du Système, la narrative qui leur tient lieu de réalité les enchaîne à des logiques absurdes et pressantes, comme une sorte de déterminisme psychologique qui enfermerait l'esprit dans une sorte de schizophénie qui serait la plus efficace des prisons pour la pêrception du monde

Glossaire.dde : hyperdésordre (désordre & chaos)    16/02/2015

• Nous employons souvent, depuis quelques mois, le terme “hyper-désordre”. • En le débarrassant de son tiret (“hyperdésordre”), nous nous proposons d’en faire un concept opérationnel essentiel de notre époque. • L’hyperdésordre naît du désordre et se caractérise essentiellement par une inversion complète (et vertueuse) du sens. • Face au désordre de la postmodernité enfanté par le Système pour s’assurer une étiquette philodsophique, l’hyperdésordre est fondamentalement antiSystème. • Il annonce le “chaos nécessairement créateur” de l’après-Système.

Glossaire.dde-crisis : la source de tous les maux    28/01/2015

• Voici le second Glossaire.dde-crisis ( d’après le texte de dde.crisis, originellement du 10 septembre 2010), complétant le premier de la série. • Le sujet, “la source de tous les maux”, est ce que nous désignons en général comme le “Mal”, se traduisant aujourd’hui par le déchaînement du Système selon les dynamiques de déstructuration et de dissolution. • Le problème du “Mal”, présent en permanence, atteint aujourd’hui une acuité extraordinaire dans l’évoluion de la situation de notre monde, dans le cadre de la crise générale du Système, producteur de déstructuration et de dissolution.

Glossaire.dde : à propos de “notre” métahistoire    01/12/2014

• Alors qu’une nouvelle vidéo vient d’être mise en ligne sur la “dimension métahistorique”, nous proposons ici une réflexion sur le sujet qui, en accompagnant cet enregistrement, doit compléter le Glossaire.dde en référence. • D’une part, nous signalons les occurrences qui, dans les événements courants, suscitent l’hypothèse d’une intervention de la métahistoire pour les rendre compréhensibles. • D’autre part, nous développons une analyse du langage accompagnant une telle notion (et d’autres du même domaine), en le justifiant comme une arme antimoderniste.