• La série des “Carnets” abrite, dans dedefensa.org, les écrits de commentaires personnels d’invités du site. • Sur ce qu'on nomme “les réseaux” ou “la toile”, il s'agit  de ce qu'on désignerait en général comme un blog. • Les “Carnets”, ce sont donc les blogs des invités de dedefensa.org dont nous jugeons, en plein accord avec eux et à l'avantage et à la satisfaction de chacune des parties, qu'ils peuvent devenir des collaborateurs réguliers du site. • Il n'y a pas de limites aux sujets abordés et pas de sujets précisément assignés à ces collaborateurs : les seules exigences concernent la forme et la décence du propos, la responsabilité dans le développement du propos. • Sur le point très important du fond des textes, nous disons que dedefensa.org donne comme règle de ces “Carnets” une orientation générale des domaines abordés trouvant ses aises dans celle dont le site fait à la fois l'usage et la promotion. • Pour autant, il y a une règle impérative qui domine toutes les autres. • Il n’est pas assuré que tous les propos des invités soient dans le sens de ce qu’écrit et pense dedefensa.org, et il ne peut en aucun cas y avoir assimilation, de ce qu’écrivent nos invités avec la signature du site : l’invité est seul responsable intellectuellement de ses propos. • Il s'ensuit, cela va de soi et selon la formule consacrée, que les propos dont nous parlons n’engagent en rien et en aucune façon dedefensa.org, essentiellement bien sûr dans ce domaine intellectuel et de l'opinion. • Ces éventuelles différences et divergences ne seraient pas nécessairement signalées mais elles le seraient en cas de publicité dans ce sens ou de toute autre nécessité, avec conséquences ou pas c'est selon. • Le site décide, espérons-le en bon accord avec ses invités, des conditions diverses et de l’application des règles énoncées ci-dessus de publication de leurs écrits. • Les Carnets de Nicolas Bonnal sont tenus par l'écrivain, essayiste et commentateur dont on peut trouver une présentation dans le Journal-dde.crisis de Philippe Grasset, le 2 octobre 2016.

• Les livres de Nicolas Bonnal sont disponibles sur sa page Kindle/Amazon à l'adresse URL suivante:

 https://www.amazon.fr/Nicolas-Bonnal/e/B001K7A4X0

Sur le meurtre oublié de la langue française

  lundi 06 novembre 2017

On nous parle de la couche d’ozone et du reste, mais on se moque de nos langues triturées par des pouvoirs démocratiques dégénérés.

Tout le monde se fout de la langue que nous parlons et écrivons (en hébreu le même mot désigne l’abeille et la parole, et l’on constate qu’elles disparaissent ensemble) ; il n’en fut pas toujours de même, même au cours de cette cinquième république, mais nous sommes maintenant tombés trop bas pour nous en rendre compte. Je ne suis pas styliste, et donc suis fidèle à Philippe Grasset (lisez son Nietzsche au Kosovo) comme je l’ai été à Jean Parvulesco, pour des questions de talent et de personnalité métapolitique et littéraire. Le reste recycle, régurgite, reproduit et surtout barbouille de la bouillabaisse à base d’anglicismes, de comique croupier, de journalisme industriel et de jargon techno-syphilitique.

(Suite)

Comment Tocqueville inspira Soljenitsyne

  vendredi 03 novembre 2017

La dégénérescence médiatique et intellectuelle fait de Soljenitsyne un grand-russe orthodoxe; or Tocqueville n’est jamais loin de lui. On fait quelques rappels et puis on établira quelques puissantes et frappantes ressemblances entre la pensée du libéral français et du grand-russe réactionnaire:

Rappelons ces extraits du discours de Harvard (1978)  :

« Il y a trois ans, aux États-Unis, j'ai été amené à dire des choses que l'on a rejetées, qui ont paru inacceptables.

Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui acquiescent à mes propos d'alors...

Le déclin du courage est peut-être le trait le plus saillant de l'Ouest aujourd'hui pour un observateur extérieur. Le monde occidental a perdu son courage civique, à la fois dans son ensemble et singulièrement, dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque pays, et bien sûr, aux Nations Unies. »

(Suite)

De Gaulle et la fin du Français

  dimanche 29 octobre 2017

Fin de l’histoire. Tocqueville, Poe, Chateaubriand l’ont dit les premiers, puis tous les autres, Le Bon, Michels, Sorel, Freud qui annonçait même, à cause du développement de la culture, la disparition démographique des races les plus évoluées...

« Peut-être ce développement de la culture conduit-il à l’extinction du genre humain, car il nuit par plus d’un côté à la fonction sexuelle, et actuellement déjà les races incultes et les couches arriérées de la population s’accroissent dans de plus fortes proportions que les catégories raffinées. »

C’est presque fait, et dans l’indifférence générale. Mon ami historien Guido Preparata qui rentre de la moribonde Italie me dit qu’on n’y pense qu’au restau sushi et à fermer des maternelles ; et d’ajouter qu’en Amérique où il se trouve maintenant les gens sont énormes, et que tout a été dynamité depuis le 11 septembre. Spirituellement, intellectuellement, et même physiquement.

(Suite)

Baudelaire et la conspiration géographique

  mercredi 25 octobre 2017

Lisons les Fleurs de Baudelaire moins bêtement qu’à l’école. Et cela donne :

Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville

Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel)…

On est dans les années 1850, au début du remplacement haussmannien de Paris. Baudelaire comprend ici l’essence du pouvoir proto-fasciste bonapartiste si bien décrit par son contemporain Maurice Joly ou par Karl Marx dans le dix-huit brumaire. Et cette société expérimentale s’est étendue à la terre entière. C’est la société du spectacle de Guy Debord, celle ou l’Etat profond et les oligarques se mêlent de tout, en particulier de notre « environnement ». C’est ce que je nomme la conspiration géographique.

(Suite)

L’affaire Dreyfus ou la déchristianisation de la France

  samedi 21 octobre 2017

On connaît l’usage intempestif que fait de l’affaire Dreyfus la maréchaussée médiatique et francophobe.

Israël Shamir, écrivain juif anti-sioniste, de grande culture, et de subtilité unique, cite un historien anglais et culotté nommé Piers Read : « Si l’on s’en tient à l’ouvrage de Read, c’est parce que son cas a été utilisé pour attaquer l’Église catholique. L’Église n’était pas impliquée directement, mais la victoire des dreyfusards donna lieu de fait à une profonde défaite pour les catholiques. Un innocent a peut-être bien été sauvé, mais la France chrétienne a naufragé, dans l’histoire. C’est la France de Henry James qui a disparu, enterrée, pour faire place à un nouvel ordre, où les médias ont pris la place de l’Église pour guider les masses, et où les classes argentées ont remplacé la noblesse. C’est une défaite charnière de l’Église dans ce que René Guénon a décrit comme le Kali Yuga (Guénon, le traditionaliste, avait dix ans en 1894, lorsque Dreyfus fut arrêté). »

L’Affaire comme règne de la quantité et signe des temps ? Citons Ovide (que Guénon aime beaucoup) et sa première métamorphose : « Dans ce siècle formé d’un métal pire que toutes divinités, tous les crimes envahirent la terre : on vit s’enfuir la pudeur, la vérité, la bonne foi (Omne nefas fugere pudor, verumque fidesque) souillée de sang, et régner à leur place, la fraude, la ruse, la trahison et la violence, et la coupable soif des richesses (et amor sceleratus habendi). »

Du vrai monde moderne déjà…

(Suite)

Kunstler et le désastre de la civilisation américaine

  mercredi 18 octobre 2017

On a parlé ici de la crise du tourisme en Amérique. Parlons de la crise de la civilisation en Amérique, cette nation indispensable qui crée un monde zombie à son image.

Il reste un cinéaste américain, Alexander Payne, qui nous conte à travers des films comme les Descendants, Schmidt ou Nebraska le désastre de la civilisation américaine. La matrice américaine entre les mains des oligarques a tué la civilisation américaine et l’a dévitalisée. Michael Snyder sur son blog ne cesse de nous donner semaine après semaine des nouvelles de cet effondrement physique de l’Amérique, cette Amérique représentée par les jeunes filles odieuses et monstrueuses comme la grosse Kardashian ou l’Ivanka Trump-Kushner.

(Suite)

Baudelaire et la sauvagerie américaine

  dimanche 15 octobre 2017

Le massacre pas très fin et pas très bien raconté surtout (et pour cause…) de fric-city Las Vegas a rajeuni tous les pessimistes es-déclin. Et de tonner contre ce monde pourtant si bien où tout fout le camp, contre cette bonne vieille société démocratique-  et surtout libre et libérale – où soudainement « on ne respecte plus rien » !

Récemment donc, l’ex-agent DEA David Hathaway commençait ainsi sa bonne chronique réac sur notre bon site libertarien de Lewrockwell.com :

‘When you observe shootings; divorce; drug use; low savings rates; diminished work ethic; an increased focus on recreational pursuits; few or no offspring; disrespect within the family; personal mutilation; skimpy clothing; loud-mouthed arrogance; foul-mouthed internet culture; youtube skate-and-crash motifs; non-musical music; and diminished desire and ability to read, study and learn; you may think, why now?’

(Suite)

Augustin Cournot, découvreur de la posthistoire

  jeudi 12 octobre 2017

« …Il doit aussi venir un temps où les nations auront plutôt des gazettes que des histoires… »

Henri de Man a pertinemment souligné l’importance du mathématicien, épistémologue et philosophe français Augustin Cournot, un génie méconnu qui a inventé au milieu du XIXème siècle la notion de posthistoire. Je suis allé voir ses œuvres sur archive.org et y ai trouvé quelques remarques écrites vers 1850. Cournot a été un grand mathématicien, un historien des sciences, un économiste chevronné, un philosophe, mais un modeste inspecteur de l’instruction publique ! Il fait penser à Kojève qui a fini fonctionnaire européen à Bruxelles…

Cournot incarne parfaitement ce génie médiocre, petit-bourgeois à la française, qui depuis Descartes ou Pascal jusqu’aux intellectuels du siècle écoulé, rêve de sa petite place dans la fonction publique. On peut dire aussi qu’il liquide à la française toute notion d’héroïsme ou de grandeur ! Hyppolite Taine a brillamment décrit l’avènement du bourgeois français. Ce bourgeois aura bien analysé un déclin dont il est la marque la plus pitoyable. Tiens, un peu de Taine :

(Suite)

Nietzsche et l’avènement de la barbarie américaine

  dimanche 08 octobre 2017

La Hyre m’envoie ce texte riche et serein, dense et frétillant de Nietzsche sur le mal américain – l’or et la quête de l’or. Il n’y aura plus de temps libre, plus d’amour, d’art, de liberté, plus rien que la course au gros dollar et des hommes pressés :

Il y a une sauvagerie tout indienne, particulière au sang des Peaux-Rouges, dans la façon dont les Américains aspirent à l'or ; et leur hâte au travail qui va jusqu'à l'essoufflement - le véritable vice du nouveau monde - commence déjà, par contagion, à barbariser la vieille Europe et à propager chez elle un manque d'esprit tout à fait singulier. On a maintenant honte du repos : la longue méditation occasionne déjà presque des remords. On réfléchit montre en main, comme on dîne, les yeux fixés sur le courrier de la Bourse, - on vit comme quelqu'un qui craindrait sans cesse de « laisser échapper » quelque chose.

(Suite)

Lincoln et la barbarie américaine

  mercredi 04 octobre 2017

Deux choses frappaient toujours le nouvel arrivant en Amérique (voyez Louis-Ferdinand Céline) : la brutalité du pays, de sa population et de ses mœurs, la brutalité du terrain en fait ; la cruauté ensuite des contrôles et de cette police qui arrive à tuer 1200 citoyens par an tout en en contrôlant six millions (l’expression de camp de concentration électronique n’est plus métaphorique). C’est la brutalité de la matrice US qui se répand dans le monde, en particulier en Europe. Enfin l’Amérique enferme 2.3 millions de prisonniers, soit la plus grande population carcérale du monde (43% du total). Les chiffres sont comparables en pourcents à ceux de la dépense militaire US dans le monde (42%), et ce n’est certainement pas par hasard.

Comment en est-on arrivé là ? J’ai déjà évoqué les historiens libertariens : Thomas di Lorenzo, auteur du vrai livre sur Lincoln (The Real Lincoln) ; Raph Raico, auteur du si pertinent Libertarian rebuttal (si vous voulez devenir un grand président, faites la guerre, et même – dans le cas du Donald – faites le guignol) ; et deux recueils exceptionnels : Americas’ pyrrhic victories et Perpetual war for perpetual peace, tous disponibles gratuitement sur le site Mises.org. On ajoutera les Wizards of Ozymandia de Butler, qui montre (The Hitler Test) que les étudiants d’aujourd’hui préfèrent Hitler à Jefferson. Écolo, végétarien, européiste, réglementateur, interventionniste, anti-tabac, obsédé de contrôle routier et de safe-sex, Hitler reste le modèle à suivre, y compris dans sa rage antirusse.

(Suite)

Joseph de Maistre et la prolifération cancéreuse des lois

  lundi 02 octobre 2017

Le nouvel ordre mondial, les traités de commerce, la lutte contre machin, le minotaure de Bruxelles reposent sur d’effarants appareils législateurs. Florian Darras écrivait récemment dans la Chronique Agora :

« Dans un passionnant pamphlet écrit par Cédric Parren, Le silence de la loi, vous découvrirez une analyse fine et concise de cette situation préoccupante pour la bonne santé de la démocratie. A force de perdre de son sens, la loi devient silencieuse. Comme nous le rappelle Le silence de la loi, le fléau de l’inflation normative ne date pas d’hier et nombreux furent ceux qui mirent en garde contre le phénomène. »

 Le livre en question ne semble pas avoir tout feuilleté (lisez mon livre sur la Rome ancienne pour rire avec Juvénal de la pornographie législatrice et fiscale au temps des romains), et il a oublié Joseph de Maistre. Maistre recense la fin des langues (elles ne créent plus, elles se copient) à la fin de la deuxième soirée de Saint-Pétersbourg. Dans ses réflexions sur la France, il se déchaîne contre l’apocalypse légiste dont nous ne sortons pas (j’emprunte à Debord l’expression de prolifération cancéreuse, lui l’appliquait aux sciences humaines).

(Suite)

Georges Sorel et la montée de la médiocrité moderne

  jeudi 28 septembre 2017

Rien de tel qu’un bon classique pour nous consoler de vivre en l’an 2017 ! Dans Les illusions du progrès, publiées à la fin du dix-neuvième siècle, (archive.org) Georges Sorel décrit des temps qui traînassaient déjà. Florilège :

« Depuis que la démocratie se croit assurée d’un long avenir et que les partis conservateurs sont découragés, elle n’éprouve plus le même besoin qu’autrefois de justifier son droit au pouvoir par la philosophie de l’histoire. »

Politique ? Finance ? : « Le spectacle écœurant donné au monde par les écumeurs de la finance et de la politique explique le succès qu’obtinrent assez longtemps les écrivains anarchistes. »

(Suite)

Saint-Augustin et la guerre chrétienne

  lundi 25 septembre 2017

e cite Saint Thomas sur ce sujet, qui ne cesse de se référer à Augustin :

« L'ordre naturel, appliqué à la paix des mortels, demande que l'autorité et le conseil pour engager la guerre appartiennent aux princes. "

Il  y a bien sûr des guerres justes :

" On a coutume de définir guerres justes celles qui punissent des injustices quand il y a lieu, par exemple de châtier un peuple ou une cité qui a négligé de punir un tort commis par les siens, ou de restituer ce qui a été enlevé par violence. "

(Suite)

Swift : comment déguster les enfants catholiques irlandais

  vendredi 22 septembre 2017

Soumis durant des siècles à la cruauté des ogres protestants anglais (l’un d’eux vint en France et faisait collection d’oreilles de nos prêtres), les « papistes » irlandais, à qui la littérature british doit pourtant les quatre cinquièmes de ses génies, ont eu droit à tout : déportation, esclavage (lisez White cargo de Jordan et Walsh), famine, extermination jusque dans les églises sous le puritain Cromwell qui voulait remplacer le déjà vieux dimanche des chrétiens par le sabbat des Juifs qu’il avait rappelés à Londres pour détrôner Amsterdam et conquérir les mers et les marchés financiers. Cromwell créa l’Océania d’Orwell, qui a depuis la vie dure. Lisez Harrington à cet effet. Sur la Grande famine, je vous recommande pour commencer la page Wikipédia en anglais sur an Gorta Mór, Pendant qu’on mourait de faim en Irlande, on exportait dans ses ports ! Ô liberté du commerce ! Que de crimes on déguste en ton nom !

L’étude de Wikipédia est cette fois objective, insistant sur la cruauté tartufe et libérale (on ne va pas intervenir, il faut laisser faire le marché, etc.) et irresponsable des autorités britanniques d’alors, qui étaient prêtes à faire la guerre pour défendre le mercanti Don Pacifico (citoyen de Gibraltar) à Athènes mais qui laissèrent crever un million des enfants de l’Irlande, non sans nous avoir fait le coup imparable et scrofuleux de la charité et des pleurnicheries humanitaires.  Au même moment on drogue et on bombarde les chinois, on affame les hindous…

Le texte de Swift est irrésistible, un monument d’humour noir. Le capitalisme anglo-puritain dégénère toujours comme on sait en cannibalisme, et ce sous toutes les latitudes. Il propose donc de donner à manger ces enfants, et varie les recettes pour amuser le gastronome britannique.

(Suite)

L’Occident, Maupassant et la « mère aux monstres »

  lundi 18 septembre 2017

La société occidentale est devenu ce monstre moral qui fabrique des monstres transhumains, financiers, métapsychiques, médiatiques, militaires, terroristes, ne me demandez pas lesquels. Elle ne se dirige pas forcément vers sa fin, elle nous dirige vers notre fin puisque nous sortons comme l’a vu l’économiste Charles Gave de l’histoire sans l’honneur de la résistance ou du martyre.

Après elle en tuera d’autres (Japon, Corée, Chine, Inde…).

Je n’ai pas envie d’en dire plus, et vous recommande cette lecture de Maupassant, qui résume avec son froid coutumier l’étrangeté de notre nature humaine stressée par son intérêt, sa lâcheté, sa malice. Ici contraception, fric, tourisme et cirque…

(Suite)

Le théâtre révolutionnaire, arme de destruction massive

  vendredi 15 septembre 2017

J’ai déjà évoqué la culture comme arme de destruction massive (et la culture en général d’ailleurs, pas la culture moderne seulement). Réseau international a courageusement diffusé en 2013 une étude complète sur l’ère du verseau et les scandaleux concerts d’Altamont ou de Woodstock qui servaient à détruire et anesthésier la jeunesse de l’époque à coups de sexe, drogue (fournie par le pouvoir) et rock’n’roll. Lucien Cerise a justement rappelé que toute cette sous-culture anglo-saxonne préparée par les sévices secrets (lisez le Tavistock Institute de Daniel Estulin), ce viol au-dessus d’un nid de cocus (Kesey était essayeur de drogues pour la CIA tout de même) a servi à dépolitiser une génération et à la préparer froidement à la liquidation mondialisée (voyez l’article de Charles Gave sur causeur.fr). Cette génération est la mienne, avec elle celle du baby-boom. Les plus jeunes paient déjà les pots cassés de cette volonté d’anéantissement. Et nous, nous avons traversé une époque d’un vide absolu, comme le soulignait déjà en ricanant l’ami Lipovetsky mis à la mode dans les années 80.

Les gens du spectacle sont connus pour leurs positions avancées, comme on dit. En ce moment ils sont tous contre Trump en Amérique et aux avant-postes en général de la subversion ou de la mondialisation. Certains (Oldman) pensent de travers, qui se font vite reprocher leur malséance politique. Le reste prône le monde ivre et libre actuel, où il est interdit d’interdire.

Virgile, Ovide et le mensonge médiatique en l’an zéro

  mardi 12 septembre 2017

Pas de commentaires ! Les romains savaient tout mieux que nous (voyez mon livre noir de la décadence romaine) et notamment sur les mensonges médiatiques qui alors avaient une dimension mythologique !

Ovide écrit dans les Métamorphoses (chant 12, voyez ebooksgratuits.com, p. 300):

« Entre le ciel et la terre, et le vaste océan, s’élève un antique palais, au milieu de l’univers, aux confins des trois mondes. Là, dans les régions les plus lointaines, l’oeil peut tout découvrir. Là l’oreille peut entendre la voix de tous les humains : c’est le séjour de la Renommée ; incessamment elle veille sur la plus haute tour de ce palais, dont nulle porte ne ferme l’entrée. On y voit mille portiques jour et nuit ouverts, et le toit qui le couvre par mille issues laisse passer le jour. Ses murs sont un airain sonore qui frémit au moindre son, le répète et le répète encore. Le repos est banni de ce palais ; on n’y connaît point le silence. Ce ne sont point cependant des cris, mais les murmures confus de plusieurs voix légères, pareils aux frémissements lointains de la mer mugissante ; pareils au roulement sourd qui, dans les noires nuées de la tempête, lorsque Jupiter les agite et les presse, prolonge les derniers éclats de la foudre mourante. Une foule empressée sans cesse assiège ces portiques, sans cesse va, revient, semant mille rumeurs, amas confus de confuses paroles, mélange obscur du mensonge et de la vérité. Les uns prêtent une oreille attentive à ces récits frivoles ; les autres les répandent ailleurs. Chacun ajoute à ce qu’il vient d’entendre, et le
faux croît toujours. Là résident la Crédulité facile et l’Erreur téméraire, la vaine Joie, la Crainte au front consterné, la Sédition en ses fureurs soudaine, et les Bruits vagues qui naissent des rapports incertains. De là, la Renommée voit tout ce qui se passe dans le ciel, sur la terre, et sur l’onde, et ses regards curieux embrassent l’univers. »

(Suite)

John T. Flynn et les origines du détraquement US

  samedi 09 septembre 2017

A l’heure où les USA avec leurs fous alliés dont la France, se comportent comme le gros sheriff débile, enragé et surenchérisseur de Rambo, il est bon de rappeler un message antimoderne.

J’ai déjà donné une bibliographie libertarienne. Je rajoute un texte sur John Flynn, dont le livre sur le mythe Roosevelt ne fut jamais traduit.

Grand journaliste économique, défenseur de la paix et ennemi du Big State devant l’Eternel, Flynn est un des modèles de notre génération libertarienne. Idole de Rothbard, il a tout vu arriver, entre la Première Guerre Mondiale, la Deuxième, les guerres de Corée et tout le reste. En un siècle un pays prospère et libre s’est mué en tyrannie médiatique et oligarchique. Ou, comme disait Etiemble, en ploutocratie impérialiste et raciste.

Sans oublier belliciste. Visionnez l’excellent film d’Oliver Stone (lui-même pro-Roosevelt et pro-Wallace) sur l’histoire untold de son beau pays.

(Suite)

Guénon et les enjeux spirituels de la disparition de la monnaie

  mercredi 06 septembre 2017

On sait que l’argent ne vaut plus rien. Les prix de l’immobilier ont été multipliés par cent à Paris en soixante ans. J’ai plusieurs exemples en tête.

On se doute que sur ce sujet j’aurai recours à René Guénon, au règne de la quantité (chapitre XVI). Ensuite à Egon Von Greyerz, dont tous les crétins se moquaient récemment encore sur certains soi-disant sites antisystèmes !

Une chose est sûre, le fric, qui ne valait déjà plus rien, va disparaitre. Une autre l’est moins, savoir si on nous volera notre or (quand vous en avez) comme au temps de Roosevelt (Gold Reserve Act, bonne fiche sur Wikipédia-anglais), des nazis et du Front populaire. Il suffira de tuer quelques contrevenants pour faire craquer tous les autres. L’Etat moderne, qui en a vu et fait d’autres, ne s’arrêtera pas là. Lisez l’historien Hoppe pour le comprendre enfin.

Je vais insister théologie ici, parce les choses sont plus graves que ne le pensent les « éconoclastes » : l’annihilation de la monnaie reproduit en ces Temps de la Fin l’annihilation spirituelle de notre civilisation ET MEME DE NOS PERSONNES.

(Suite)

 

Maurizio Blondet et le suicide spirituel européen

  dimanche 03 septembre 2017

C’est Orlov qui parle de race mourante à propos des blancs américains. Mais nos nations se crèvent, comme disait Flaubert.

Dans un de ses meilleurs textes, notre ami blogueur italien Maurizio Blondet – qui reprend certains de nos textes, à Philippe Grasset et moi-même – pourfend ses compatriotes mélomanes. Ils ont été 220 000 ou plus en juillet à affronter intempéries, vie chère et conditions difficiles pour aller écouter un vieux rockeur dont je ne savais rien, moi qui enfant écoutais Canzonissima en Tunisie (on avait la Rai) ! Vasco quelque chose…. Rossi, oui le rebelle de façade, la star de pacotille qui aura joué toute sa vie, comme tous les sportifs ou presque, le rôle de dérivatif au troupeau fatigué des masses postmodernes, jadis décrites par Gustave Le Bon ou Joé Ortega Y Gasset. Ce n’est plus la « masse et puissance » du grand Elias Canetti, c’est masse et impuissance.

Et Maurizio – qui m’avait remercié d’avoir retrouvé le texte (1) où Bakounine regrette l’effondrement italien, cinq ans après sa soi-disant liberté – de se demander : et si ces gens étaient allés sur Rome ? S’ils avaient accepté cette « condition soldatesque » (dixit Maurizio) pour se révolter contre un système qui les ruine, les dépossède, les remplace, les liquide ? Si ces gens s’étaient dépêchés de se précipiter à la gorge des banksters et des bureaucrates plutôt que de se livrer, béats esclaves, à la voix de fausset d’un chanteur ?

(Suite)