Lockheed-Martin, ami des gays

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Lockheed-Martin, ami des gays

Le conglomérat Lockheed-Martin (LM) est le premier contractant du Pentagone et le premier vendeur d’armement du monde, notamment producteur des fameux F-16 et F-35/JSF, de divers drones, d’éléments fondamentaux des réseaux antimissiles, de nombreuses munitions sophistiquées, etc. ; LM, essaimant largement dans d’autres domaines allant de la participation dans des entreprises privées produisant des machines automatiques pour le vote à des activités de relations publiques d’influence politique majeure, aux USA même en faveur des neocons aussi bien que dans nombre de pays étrangers, européens notamment (voir le 9 novembre 2002, le 29 janvier 2003, le 11 janvier 2007, etc.).

LM a toujours été, depuis sa création en tant qu’entité (1994, fusion de Lockheed et de Martin-Marietta), un leader à l’“excellence” acclamée dans l’industrie d’armement, dans son adaptation aux dynamiques d’influence et de communication du Système, voire un inspirateur dans certains cas. C’est le cas avec l’annonce d’une nouvelle qui, a contrario, permet de mesurer la vigueur de son engagement et de son soutien aux mouvements “sociétaux” (voir le 30 avril 2013), notamment le mouvement en faveur de la “communauté gay” et apparentées, officiellement labellisée LGBT (“Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender”, précise LM). Comme on le sait maintenant, la dynamique LGBT représente, dans la manipulation qu’on en fait, une force d’influence politique incontestable du point de vue de ce qu’on nommerait l’“idéologie-Système”, en même temps que sa branche opérationnelle représente elle-même une force importante dans le mouvement de déstructuration et de dissolution du Système.

McClatchy.News annonce (le 19 décembre 2013) la nouvelle position de LM concernant son soutien financier à l’association des Boy Scouts of America, qui est supprimée parce que cette association impose des restrictions par rapport aux LGBT, – ce qui nous permet d’avoir un écho de l’engagement de LM en faveur de l’esprit et du mouvement LGBT : «The Boy Scouts of America’s ban on gay leaders is losing the organization more money. This week, Bethesda, Md.-based Lockheed Martin Corp. announced it will no longer provide philanthropic support to the Boy Scouts because of the nonprofit organization's “policies that discriminate on the basis of sexual orientation and religious affiliation.”

»The defense contractor announced its decision in a statement to the Atlanta Journal-Constitution on Wednesday. The same statement was shared with The Baltimore Sun on Thursday. “Lockheed Martin is committed to building strong partnerships with non-profit organizations that value diversity and align with our policies. And we believe engaging with and funding an organization that openly discriminates is in conflict with our policies,” read the statement from spokesman Gordon Johndroe.

»Lockheed Martin follows other large companies that have cut their giving to the Boy Scouts in recent years over its controversial ban on gays among its ranks. The companies include some that had been among the Boy Scouts' largest donors, like the United Parcel Service and the Intel Foundation...» [...]

»Lockheed Martin, a government contractor known for its fighter jets, has a record of supporting LGBT diversity among its ranks. “Diversity and inclusion are woven throughout our culture and reflect our values of doing what's right, respecting others and performing with excellence,” its website says. The company has a Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender Leadership Forum and is a sponsor of the Maryland Corporate Council, a LGBT business and corporate networking organization in the state. The company also just made the Human Rights Campaign's 2014 “Best Places to Work for LGBT Equality” list.»

On doit connaître les liens nullement incestueux à la réflexion, mais logiques et extrêmement naturels au contraire, entre le corporate power et le mouvement de type-LGBT, autant dans l’esprit dit-sociétal de ce mouvement qu’au travers de ses associations officielles et structures institutionnalisées qui opérationnalisent son action. L’affaire de la Gay Pride à San Francisco, cette année, l’a montré d’une façon claire et précise (voir le 29 avril 2013). Mais, avec le cas Lockheed Martin, on entre dans le domaine où toutes les connexions-Système les plus démonstratives sont exposées. LM, qui est le principal armurier et par conséquent l’un des principaux “faiseurs-de-guerre” industriels, est le principal financier du mouvement belliciste, hégémoniste et déstructurant-dissolvant, des néoconservateurs-neocons depuis l’activation de ce mouvement en une force politique de très grande influence. C’est dire que LM est à l’œuvre à cet égard depuis le milieu des années 1990 avec des hommes tels que Bruce P. Jackson et Tom Donnelly, issus de l’organigramme de LM (Jackson y avait rang de vice-président) et directement intégrés dans celui des mêmes neocons. Ces mêmes activistes ont joué un rôle prépondérant dans les divers troubles antirusses en Europe de l’Est (“révolutions de couleur”), ramassant au passage l’une ou l’autre commande pour LM (les F-16 pour la Pologne [voir le 19 octobre 2004]). (Bien entendu, ces observations doivent être placées en corrélation avec ce qu’on décrit par ailleurs, ce même 23 décembre 2013, de l’entourage et des influences actives du dirigeant politique ukrainien Klitschko.)

Le rôle politique subversif de LM apparaît ainsi comme un facteur fondamental de l’activité de la première entreprise du complexe militaro-industriel (CMI) US, suivant en cela une des orientations fondamentales du CMI lui-même pour maintenir une situation propice au développement de sa production, aussi bien que pour développer des conceptions qui sont évidemment une part importante de son idéologisation américaniste. C’est évidemment dans ce cadre qu’il faut comprendre la position de LM comme fer de lance du CMI en faveur des facteurs “sociétaux” type-LGBT, aux États-Unis bien entendu, mais aussi, au travers d’organisation frontistes que soutient LM, dans divers pays européens, surtout à l’Est, et en Russie même, – puisque le facteur LGBT est un axe d’attaque privilégié de l’“agression douce”. Il apparaît donc clairement que le mouvement LGBT, dans sa composante institutionnalisée et idéologisé, a une fonction politique et structurelle de type déstructurant et dissolvant incontestable, quoiqu’il en soit assuré à cet égard. (Au reste et pour bien fixer le débat dans sa forme et dans sa nature, on doit également savoir que nombre de gays se défient de ces mouvements officiels et de tout ce qui est institutionnalisation-Système des LGBT, et que certains, placés dans des positions d’observation et de commentaire politiques adéquats et dissidents, les dénoncent avec vigueur comme des relais-Système, – tel, bien sûr, l’excellent Justin Raimondo, directeur de la rédaction d’Antiwar.com. On sait également que l'un des plus fameux journalistes antiSystème, Glenn Greenwald, est un homosexuel affiché.)

Le rôle du corporate power ne cesse donc d’apparaître de plus en plus décisif et puissant dans le sens de la politique-Système, en utilisant absolument tous les artifices et montages du Système, jusqu’aux plus grotesques pour certains de ses membres (la proximité de LM et des gays devrait à cet égard figurer comme un archétype de la susdite grotesquerie lorsqu’on a une connaissance normale des activités de LM). Pour autant la politique-Système et sa stratégie de type dd&e n’en acquiert pas plus de cohérence hégémonique, ou tout autre construction apte à rencontrer les exigences de la raison de ceux qui voient dans l’action du Système une entreprise à la fois constructive (même d’un point de vue maléfique) et cohérente de domination, capable d’imposer un ordre stable d’oppression et de contrôle totalitaire. Du point de vue des résultats nets sur les dix ou quinze dernières années, et jusqu’au cas ukrainien actuel, les actions subversives à l’est de l’Europe n’ont fait que provoquer des désordres ou des affaiblissements de pays objectivement “alliés” du bloc BAO, et que renforcer la Russie dans sa volonté de résister à cette agression douce en identifiant parfaitement l’ennemi et en rendant cette défense de plus en plus efficace. Quant au développement des mouvements LGBT au sein des pays du bloc BAO lui-même, ils contribuent à installer la division, au cœur même de la Grande République, comme on l’a vu en France bien sûr ; comme en témoigne récemment, par exemple, la prise de position si extrême d’un conservateur réputé comme Buchanan qui s’exprime désormais par un engagement politique actif en faveur de Poutine, – Buchanan soutenu dans sa dernière extraordinaire intervention (le 18 décembre 2013) par un Paul Craig Roberts le 19 décembre 2013 :

«Recently, Pat Buchanan, Mr. Conservative himself, made a case that Russia’s Putin better represents traditional American values than does the President of the United States. Buchanan has a point. It is Washington, not Moscow or Beijing, that threatens to bomb countries into the stone age, that forces down airplanes of heads of state and subjects them to searches, and that refuses to honor grants of political asylum.

»Certainly, Washington’s claim to be “exceptional” and “indispensable” and, therefore, above law and morality contrasts unfavorably with Putin’s statement that “we do not infringe on anyone’s interests or try to teach anyone how to live.”»

 

Mis en ligne le 23 décembre 2013 à 05H45

Donations

Nous avons récolté 1753 € sur 3000 €

faites un don