Une rubrique qui s'attache aux faits et aux commentaires les plus en relation avec l'actualité immédiate. Les faits sont mentionnés rapidement, éventuellement avec les liens nécessaires, le tout assorti éventuellement d'un commentaire de présentation ou/et d'appréciation.

   Visitez également nos archives

Le goût suave de la sécession    05/12/2019

• On (PhG) a déjà souligné combien nous nous trouvions, en un sens, dans un instant de “Grosse-Fatigue” où le déferlement épuisant des événements n’arrive plus à mobiliser toute l’attention, mesurant l’épuisement de l’esprit dans cette si “étrange époque”. • Nous parlons surtout des USA, point focal de cette ccontre-civilisation où les événements qui en temps normal devraient soulever une mobilisation de toutes les institutions, finissent par s’écouler comme du business as usual. • Cela ne signifie pas que la gravité fondamentale de ces évènements diminue mais plutôt qu’on commence à mesurer d’une façon rationnelle cette gravité et qu’on commence à en esquisser les hypothèses des conséquences. • Aujourd’hui, commencent à fleurir des réflexion sur des issues telles que séparation, fragmentation, sécession, devant l’évidence qu’il y a aux USA des gens qui ne veulent ni ne peuvent plus vivre ensemble. • Ainsi 2020 apparaît-il, après l’ébranlement chaotique de 2016, une nouvelle année-butoir où le chaos-désordre va commencer à laisser voir ce qu’il nous réserve.

Deux jours à Londres...    01/12/2019

• Qui l’eût cru il y a seulement deux ans, un an, voire moins, – qu’un sommet des dirigeants des pays de l’OTAN présentât le moindre intérêt ? • C’est pourtant le cas du sommet de l’OTAN à Londres, ces 3 et 4 décembre. • Tout le monde ne parle que du “choc” entre Macron et Erdogan, mais c’est de bien d’autres choses dont il est question. • Lors de sa conférence de presse conjointe avec le Secrétaire Général de l’OTAN, à Paris le 28 novembre, Macron a lancé des idées absolument sacrilèges pour le Système et l’usine à gaz militaro-politique qui règne à “D.C.-la-folle” en se croyant encore Washington D.C. • Ce que veut Macron : une sécurité européenne assurée par des traités liant en priorité les pays européens dont la Russie (et les USA ?), pour aller vers une “architecture paneuropéenne de sécurité” du genre qui rendrait fou de rage le Pentagone, la CIA & Cie. •Mais peut-être pas Trump, qui aime les plaisanteries... • Le mystère-Macron poursuivi : comment un homme si détesté et si détestable dans son pays, nourri au lait du Système, peut-il en arriver à concevoir de telles aventures antiSystème ?

Institutionnalisation de l'inversion    14/11/2019

• S’il doit y avoir destitution, nous dirions que c’est déjà fait : destitution de l’entendement, de la raison non-subvertie, du sens commun, de la mesure, bref de l’intelligence en général même si c’est au service de la cause infâme qu’est le système de l’américanisme. • C’est tout cela qu’enterrent officiellement et en grandes pompes les auditions publiques sur la mise en accusation de Trump par les démocrates de la Chambre des Représentants, lesquelles auditions ont commencé hier. • C’est moins le résultat de l’affaire, à la Chambre puis sans doute au Sénat (la Chambre devant entériner la mise en accusation) que le climat (“D.C.-la-folle”) que reflète cette folle aventure de la destitution. • Dans ce cas, les démocrates sont les responsables majeurs, d’ailleurs parcourus par un courant de démence absolument remarquable et postmoderne. • Mais les autres (les républicains) ne valent guère mieux et c’est tout le pouvoir américaniste qui vacille. • Cela nous conduit à cette question : comment en est-il arrivé là, lui le Système, à se retrouver au bord du gouffre, au bord de l’effondrement ?

La cataracte Boeing    03/11/2019

• Cette semaine, le Congrès US a interrogé le CEO de Boeing au moment où cette énorme firme qui fait partie de la mythologie de l’aviation et de l’américanisme est confrontée à une situation catastrophique à partir de l’affaire du 737 Max-8. • La crise de Boeing a pris en quelques mois l’allure d’un “tourbillon crisique” qui paraît de plus en plus inarrêtable, notamment à cause de l’arrogance et de l’aveuglement d’une direction qui ne peut croire à ce qui lui arrive alors qu’elle n’ignorait rien de tous les éléments qui font que ce qui devait arriver arrive effectivement. • Avec Boeing, nous ne sommes pas seulement au cœur de l’aéronautique, au cœur du capitalisme, nous sommes au cœur du cœur de la  mythologie de l’américanisme et de la modernité. • C’est dire l’importance considérable de cette crise et, à notre sens, de l’impossibilité ni de la contenir, ni même de l’arrêter. • Nous ne faisons pas une prévision, nous exprimons une intuition face à un événement mythologique, – mythologie de l’américanisme, donc mythologie de la modernité, confrontées à l’issue de la catastrophe.

La “société du spectacle de la catastrophe”    25/10/2019

• Les événements en cours de par le monde forcent même les plus réticents à considérer qu’il existe une certaine unité entre eux, – malgré leur extrême diversité, leur dispersion géographique, leurs différences d’orientation, etc. • Cela est notamment le cas d’événements du type “constatation populaire” allant de Hong Kong au Chili, du Liban à l’Équateur, etc., tout cela rejoignant les poussées qui s’avèrent de plus en plus durables et fondamentales, et précipitamment étiquetées “populistes”. • Il faut écarter les analyses idéologiques et considérer l’ensemble de cette dynamique qui se constitue en une attaque massive, non organisée, qu’on dirait aisément comme supra-humaine, contre le régime dominant. • « Burn, Neoliberalism, Burn », écrit Pépé Escobar, cette formule comme titre de son dernier article. • Nous essayons d’analyser cette dynamique, dont nous jugeons que nombre de signes, depuis 20 ans, ont annoncé sa venue. • Pour nous, la question posée ne concerne pas l’idéologie des opinions, mais l’ontologie de l’être. • Nous parlons de la Grande Crise, la GCES.

Cortez-USA “brûle ses vaisseaux”    30/09/2019

• Les démocrates de la Chambre des Représentants du Congrès US foncent comme des bulldozers sur la voie d’une mise en accusation avec demande de destitution du président Trump. • Peu importe désormais le contenu de la conversation Trump-Zelinski, les arguments d’un côté et de l’autre : ce qui s’engage est une bataille finale, dont on comprend de plus en plus qu’elle était et qu’elle est inévitable depuis la campagne présidentielle de 2016 et l’élection de Trump. • Inutile de chercher un sens politique, profond ou pas, à l’événement, comme si nous étions dans l’univers habituel de l’histoire-courante. • L’étrange situation (pour ceux que cela intéresse) se trouve dans l’usage d’une parabole ayant comme héroïne l’étrange AOC (Alexandria Ocasio-Cortez), 29 ans, envoûteuse et inspiratrice d’une orientation quasi-communiste qu’elle voudrait imposer au parti démocrate, et peut-être héritière de la tactique utilisée il y a cinbq siècles, puisque c'était en 1519, par le conquistador du même nom qu’elle : “Brûler ses vaisseaux” pour s’interdire de reculer… • Vaincre ou bien mourir en se suicidant.

Dynamique en pleine accélération du “T.C.”    25/09/2019

• Par “T.C.”, nous entendons “tourbillon crisique”, figure essentielle de notre schématisation opérationnelle de la Grande Crise d’Effondrement du Système. • Pour nous, le T.C. est parvenu au point de sa dynamique telle que toutes les crises qu’il suscite et emporte en lui comme composants ne comptent plus par leur signification propre, mais par le fait essentiel de leur participation au “tourbillon crisique”. • Ainsi en est-il, dans les exemples les plus récents, dans un chevauchement échevelé qui fait apparaître un paroxysme de crise pendant 3 jours ou une semaine, ou bien simultanément, des crises de l’Iran après l’attaque d’Aramco, de la crise intérieure de “D.C.-la-folle” avec la mise en accusation de Trump, de la crise environnementale dont la jeune et terrorisante Greta se fait l’imprécatrice devant l’ONU. • L’important est que tous ces événements, du fait de la dynamique (T.C.) à laquelle ils participent sont poussés à l’exposition de l’extrême catastrophique de leurs effets. • Ainsi nos psychologies sont-elles imprégnées, souvent inconsciemment, de la consigne vitale : Delenda Est Systemum.

L’Iran et l’art de la guerre    20/09/2019

• Finalement, ce qui ressort de l’attaque contre Aramco, il y a une petite semaine, c’est ce que cette attaque impose comme révolution dans l’art de la guerre. • Et c’est l’Iran qui est au premier rang comme “révolutionnaire”, que l’Iran ait ou non (et plutôt non, après tout) participé à cette attaque. • La victime de cette attaque : pas tant l’Arabie, d’ores et déjà proche des poubelles de l’histoire, que l’incroyable simulacre que représente aujourd’hui la puissance militaire américaniste et l’irrésistible supériorité de leurs armes. • Risible, tout cela. • ...Comme sont risibles jusqu’au ridicule, les explications de Pompeo sur l’absence, la non-existence, de la nuée des systèmes Patriot et AEGIS censés protéger l’Arabie, selon les garanties de FDR-1945. • Le ministère russe de la défense, d’habitude discret, est sorti de sa réserve pour l’occasion, pour donner un commentaire virulent. • L’attaque contre l’Aramco est donc un tournant sympathique avec deux victimes terriblement embarrassantes pour le Système : la pérennité de la pourriture saoudienne et le mythe appuyé sur une psychologie vulnérable de la supériorité militaire américaniste.

Comment échapper au rhizome ?    10/09/2019

 • Nous choisissons deux circonstances, deux scènes de crise, deux événements et tentons de leur donner un sens autre que celui de l’apparence qui, dans cette “étrange époque”, nous conduirait au désordre, au chaos et à l’incompréhension. • Le premier de ces événements est la rencontre à Moscou entre les ministres français et russe des affaires étrangères et de la défense, avec l’intermède qui semble accessoire mais significatif de la question de la mise à l’index des réseaux d’information russes en France. • Le second est extrait d’un commentaire d’Alastair Crooke, concernant ce que Crooke juge être la résolution iranienne de se détourner défintivement de l’Amérique avec laquelle aucun accord n’est possible à cause du nœud gordien que sa politique des sanctions a créée. • Nous symbolisons tout cela sous la forme d’un rhizome, image employée par Crooke lui-même et qui nous renvoie aux déconstructeurs type Deleuze-Derrida. • Il s’agit d’une caractérisation symbolique mais essentielle du Système, qui devient de plus en plus impuissant, ligotés par ses propres exigences et ses propres pesanteurs.

L'événement providentiel    06/09/2019

• Une chronique des événements ordinaires dans cette “époque étrange”. • Il y a par exemple cette affaire de la tentative du département d’État d’“acheter” le capitainedu pétrolier iranien arraisonné à Gibraltar puis “libéré” malgré les pressions américanistes (et des offres similaires à des magistrats britanniques). • Le département d’État s’enorgueillit avec emphase de ces méthodes qui ne soulèvent guère d’indignation, sinon les interrogations du ministre iranien des affaires étrangères qui juge que l’affaire du pétrolier lui rappelle l’invitation de la Maison-Blanche à laquelle il n’a pas répondu. • Voir aussi les ironies de Poutine, proposant sérieusement à Washington la vente de l’un ou l’autre missile hypersonique russe, après avoir noté qu’effectivement l’hégémonisme occidental est en train de s’effacer. • Il s’agit d’observer combien la vie des relations internationales s’effrite, insaisissabilité et désordre extraordinaires. • Les acteurs humains sont de plus en plus impuissants et inutiles : nous n’avons plus besoin d’homme providentiel mais de l’événement providentiel.

Bras d’honneur du Pentagone à Macron    20/08/2019

• Curieux, ça : en même temps que les deux présidents s’ébattaient au soleil du Fort de Brégançon, le Pentagone annonçait qu’il avait testé un missile de croisière à l’autonomie jusqu’ici interdite par le traité FNI. • Au même instant, les deux présidents, disent tout leur entrain pour explorer la mise en place d’une « architecture de sécurité européenne ». • On pourrait imaginer que la coïncidence des deux événements n’est pas vraiment une coïncidence, si on assume que le Pentagone est effectivement capable d’habileté symbolique. • Pour le Pentagone et pour “D.C.-la-folle”, l’idée même d’une « architecture de sécurité européenne » discutée par les Français et les Russes est pure infamie, puisqu’une telle structure-architecture existe déjà, – on veut parler de l’OTAN, bien entendu, – et voyez combien elle assure avec bonheur la stabilité, le bonheur tranquille et la concorde assurée du continent. • En un sens, c’est là qu’est l’importance de la rencontre de Brégançon : elle laisse supposer des intentions terribles, qui mettent “D.C.-la-folle” et le Pentagone dans un état de transes indescriptibles.

Des Deplorables aux GJ & la suite    13/08/2019

• Nous partons d’un texte d’un excellent chroniqueur de la presse alternative US, le colonel Pat Lang, qui décrit la situation en train de s’installer aux USA, dans la perspective des élections présidentielles USA-2020. • Il s’agit essentiellement de l’évolution du parti démocrate vers une sorte de socialisme-marxiste s’accompagnant d’une politique globaliste maximaliste de “portes ouvertes” à l’immigration. • Le résultat serait, selon Lang, la constitution d’une Nomenklatura à-la-soviétique, servie par des travailleurs-esclaves composés de migrants, aux dépens de la population traditionnelle US, de type souverainiste. • Le propos de Lang rejoint structurellement celui de  Christophe Guilluy (La France périphérique) mais y ajoute un fumet idéologique marxiste inattendu. • Si la situation semble évoluer dans ce sens, elle va justement se heurter, en plus de la résistance populiste, à des antagonismes idéologiques meurtriers au niveau des “plus-riches” qui dirigent le Corporate Power. • Au lieu de l’ordre totalitaire de l’argent discipliné, ce sera le chaos insaisissable de l’idéologie devenue folle

Crise de nerfs civilisationnelle    17/07/2019

• On a pu voir ces derniers jours un affrontement particulièrement intense, conduit principalement par Trump et son arme absolue, – le tweet évidemment. • Cet affrontement a des conséquences politiques non négligeables, avec un vote à la Chambre des Représentants et une tension de plus entre le gouvernement britannique et Trump. • Ainsi le tweet a-t-il pris sa place comme arme principale de communication politique alors qu’il est par nature « primaire, tribal et basé sur des slogans de surface » : cela correspond à un abaissement de la politique qui est encore plus ce qui a permis l’usage des tweets qu’il n’en est la conséquence. • Cette évolution vers l’affaissement sinon l’effondrement des valeurs intellectuelles et politiques correspond à une décadence considérable du comportement humain que reflète l’emploi de nouvelles technologies et modes de communication. • Les élites sont les premières touchées par cette “zombification” qui constitue peut-être bien la cause essentiellede la rupture entre les populations et leurs élites. • Hypothèse : Vers une “crise de nerfs civilisationnelle” ?

Les S-400 sont en Turquie    12/07/2019

• Les premiers éléments des systèmes S-400 russes achetés par la Turquie sont arrivés dans ce pays : le processus de mis en place et d’intégration opérationnelle commence, qui devrait déboucher sur une première unité opérationnelle en octobre, ou à l’automne prochain. • La Turquie a donc transgressé l’interdit, la fatwa démocratique et américaniste lancée contre le S-400 et les armements russesen général par les USA. • C’est un événement d’une grande importance politique et stratégique, mais également symbolique et métahistorique. • Comment la Turquie en est-elle arrivée là et, surtout, comment les USA en sont-ils arrivés à soutenir cette position absurde d’interdiction, – sous peine de sanctions et autres mesures de rétorsion, – d’acheter du matériel russe ?• Il s’agit d’un processus né d’une situation extraordinaire de la communication, de la création d’un simulacre de puissance et de “domination absolue” des USA auquel les pays désignés doivent se soumettre. • L’acte relaps fait et le S-400 étant en Turquie, on suivra le sort de la situation turque dans l’OTAN.

Le paradigme badin de Poutine    30/06/2019

• Insondable manigance et formidable influence de l’homme qui manipule toute la civilisation du bloc-BAO et qui fait et défait les démocraties : un seul mot de Poutine, dans une interview à la bible de l’hyperlibéralisme, a enflammé les arguments, les espérances et la foi de nos zélotes postmodernes. • Qu’a-t-il donc dit au FT ? Que “le libéralisme est obsolète” ? • Aussitôt se lèvent des bataillons de raisonneurs et de plaideurs pour vous démontrer qu’il n’en est rien et que vous, “le bon peuple, pouvez dormir en paix”. • Pourtant, Dieu sait si la critique de Poutine se garde bien de verser dans l’extrémisme qui n’est pas sa tasse de thé. • Par contre, on mesure la fragilité psychologique de l’hyperlibéralisme qui aussitôt prend les armes dialectiques pour affirmer sa verdeur. • D’ailleurs, il a dans sa manche le prolongement moral et l’aide spirituelle de la révolution progressiste-sociétale. • Est-ce bien sûr, “prolongement” et “aide” ? • Nous sommes tellement assurés de faire une grande révolution des mœurs qui fera de nous les manipulateurs de l’Histoire et complètera l’hyperlibéralisme, que c’en est touchant...

Le S-400 et la Full-Spectrum Defense    27/06/2019

• Pompeo est en Inde, les bras chargés de fleurs, en train d’instruire les Indiens sur l’inéluctable certitude qu’ils finiront par préférer bien entendu les merveilles américanistes à la quincaillerie S-400. • Pas sûr que Modi & Cie l’entendent de cette oreille, pas sûr qu’il l’entendent du tout. • Entretemps ou “en même temps”, une menace de privation du F-35, une menace de sanctions si les Turcs achètent bien le S-400, ce qui doit faire à peu près autour du quinzième bouquet des mêmes menaces que la bureaucratie militaro-industrielle US envoie à Erdogan, tandis que les premiers éléments des S-400 russes vont arriver en Turquie. • Pas sûr qu’Erdogan, etc... • Si Indiens et Turcs achètent des S-400, explique l’expert Matthew Ehret, cela signifiera pour les bureaucrates US qu’est en train de s’établir une Full-Spectrum Defense opposé au concept de Full-Spectrum Dominance, doctrine de première frappe de la supériorité US jusqu’aux Derniers Temps. • Si tout cela relève du simulacre des restes poussiéreux de l’Empire, un résultat concret pourrait bien être de décisivement placer la Turquie et l’Inde contre les USA.

Des ronds carrés dans l’eau du Potomac    15/06/2019

• L’épisode du Golfe Persique, avec l’attaque de tankers et autres par un agresseur inconnu, est une séquence qui vaut le maximum d’attention et l’audace de la pensée qui est la sagesse de cette époque étrange, avec l’exploration d’une hypothèse sortant de l’ordinaire du rangement rationnel. • Plusieurs points sont absolument remarquables dans cette affaire, notamment la façon dont nombre de sources habituellement rangées en alignement-Système sans un pli évoquent ou laissent à pense qu’il pourrait bien y avoir falseflag, éventuellement du fait de l’administration Trump. • On s’attache à ces quelques points pour reconnaître, avec James Howard Kunstler, qu’il y a un mystère dans le fait de l’effondrement intellectuel des élites de la direction américaniste. • Dans le cas qui nous occupe, nous tentons d’évoquer et de substantiver notre hypothèse principale qui est l’obsession en train de rendre fou l’establishment US, et qui est presque un concept pouvant modifier l’écrasante politique extérieure des USA. • Le “concept” a nom “la-haine-de-Trump”.

Étreintes exceptionnelles et inquiètes    08/06/2019

 • Le séjour de plusieurs jours du président chinois Xi en Russie, à Moscou et à Saint-Pétersbourg, fera certainement date. • Ses relations avec le président Poutine se sont élevées et affirmées qualitativement et l’alliance entre la Chine et la Russie a pris une ampleur stratégique considérable. • La pression et la brutalité des actes du président Trump, contre la Chine et contre la Russie notamment, sont évidemment la cause principale de cette nouvelle étape dans la proximité des deux puissances eurasiatiques. • Le paradoxe (ou bien est-ce la logique d’un monde inverti ?) de ce super-rapprochement sino-russe est que cet acte est loin de nous apparaître comme un triomphe stratégique et une affirmation d’une puissance considérable/irrésistible, mais bien au contraire le signe d’un considérable désarroi devant “la folie” du bloc-BAO. • Tout cela est plein de paradoxes et de situations dont les fondements, les causes et les desseins doivent relever de l'inconnaissance acceptée : Poutine rattrapé par Xi alors qu’une autre thèse, fort bien argumentée, en aurait fait un complice-dupe courtisé par Trump.

La Menace transmutée en Simulacre    31/05/2019

• Russiagate n’est pas mort, Russiagate ne mourra jamais, et il est bien possible qu’il emporte dans la folie du Simulacre les Etats-Unis d’Amérique : ainsi nous avertit le professeur Stephen F. Cohen, la plus grande autorité US sur la Russie. • Interviewé par Chris Hedges, autre “dissident”, Cohen se lamente sur la folie qui a frappé, – on s’en serait douté, – “D.C.-la-folle”, qui fait que lui, professeur émérite, peut placer en tête des menaces qui pèsent sur la sécurité de son pays, ce montage complet, Simulacre suprême, qu’est le Russiagate, et annoncer que c’est ainsi le système politique et le reste des USA qui sont en jeu. • Selon notre interprétation dans ce cadre, cette puissance de survie et cette alacrité du Russiagate constituent le déni du temps écoulé depuis la fin de la Guerre froide, que les USA assurent (simulacre dans le Simulacre) avoir emportée. • Ainsi nous rejouent-ils sur la partition du Russiagate une version nouvelle de la “victoire” de 1989-1991 pour se dissimuler que leur civilisation s’effondre, entraînée par le Système diabolique. • Ainsi Lincoln parlait-il d’or : mourir en se suicidant.

Puanteur foucaldienne des restes de l’empire    24/05/2019

• D’abord, l’empire n’est pas un “empire“, malgré sa prétention à singer l’Empire, il en est même l’absurde contraire dans le chef de la politiqueSystème de semeuse de chaos qu’il mène. • Certains ont sorti des formules magiques du type-“chaos créateur”, en s’appuyant sur l’élégante et érudite référence de Léo Strauss. • Erreur d’aiguillage, c’est Michel Foucault qu’il faut citer, et avec lui tous les déconstructeurs français, constructeurs obstinés de réductionnisme en déstructuration-dissolution, jusqu’au karma absolu de l’entropisation. • L’idée est donc que Trump, avec sa singulière personnalité, son étrange politique, sa “stratégie liquide”, etc., devient le producteur exceptionnel d’une politiqueSystème qui se découvre comme une politique de type foucaldien, informe, plastique ou liquide, éventuellement boueuse et éternellement en mouvement pour changer de forme apparente sans se justifier de rien. • Des épisodes très récents nous démontrent indiscutablement combien cette politique est parvenue à se réaliser : dans un lieu où soudain la puanteur nous signale les restes de l’empire