Une rubrique qui s'attache aux faits et aux commentaires les plus en relation avec l'actualité immédiate. Les faits sont mentionnés rapidement, éventuellement avec les liens nécessaires, le tout assorti éventuellement d'un commentaire de présentation ou/et d'appréciation.

   Visitez également nos archives

USA2020, élection sous confinement    25/06/2020

• Un petit coup d’œil sur la course pour les présidentielles USA2020, hors du fracas et de la fureur de la “guerre civile” en cours. • Car c’est bien ce que font certains commentateurs, observant cette élection sans tenir le moindre compte de la situation crisique aux USA, comme si cette crise n’existait pas. • De même, on parle de la situation sans trop s’attarder au cas absolument extraordinaire de Joe Biden, candidat quasi-gâteux, affecté de troubles comportementaux, confiné dans sa cave où tout comme, donnant des réunions où personne ne vient. • Mais si l’on ignore Biden, c’est parce qu’on parle d’un monde très particulier, où les grossièretés de la réalité ne viennent pas gâcher le paysage. • Nous parlons alors des supputations sur l’élection de la part de nos élitesSystème, qui éliminent de leurs discours tous les détails déplaisants pour en arriver, – sondages du New York  Times  obligent, – à une victoire du “candidat démocrate”et à l’accomplissement de la prophétie de NostraGlobalus : Delenda Est Trumpum.• Il s’agit donc d’un chapitre sur la “révolte des élitesSystème” contre la réalité.

En attendant le POTUS-Kerenski    17/06/2020

• Trump a signé une directive présidentielle qui prévoit des aménagements notables du comportement des policiers, pour lutter contre les violences policières. • “Bravo” disent certains, mezzo voce, mais “Trop peu trop tard”, semble-t-il... • La plus grande probabilité est que ce document n’apaisera en rien l’activisme des radicaux progressistes, gauchistes, antiracistes, etc., qui ont compris tout le parti qu’ils pouvaient tirer de pouvoirs locaux et régionaux caractérisés par une extrême démagogie et une naïve croyance dans “les lendemains qui chantent”. • Cela, plus d’autres circonstances, font que la réélection de Trump apparaît de plus en plus compliquée, et qu’il est temps par conséquent d’envisager comme hypothèse sérieuse ce que serait une victoire démocrate. • Peu importe le candidat ici, une victoire démocrate n’aurait qu’une seule signification extatique : “Nous avons viré Trump !”. • Le corollaire serait une montée en puissance des radicaux extrémistes-gauchistes-marxistes vers une sorte de tentative révolutionnaire de belle allure. • Au moins autant de désordre que si Trump gagnait.  

Robocop se fiche de la GCES    29/05/2020

• Depuis lundi, la ville de Minneapolis, dans le Minnesota, est le cadre d’événements de plus en plus violents à partir de la mort causé par une agression cruelle et totalement illégale d’un policier sur la personne d’un citoyen Africain-Américain, George Floyd. • Depuis mardi dans tous les cas, Minneapolis Is Burning. • Les réactions des autorités sont hésitantes, et sans doute divers pouvoirs s’affrontent-ils pour déterminer quelle réaction développer. • Normalement, la Garde Nationale devrait intervenir, si ce n’est en train d’être fait. • Avec Minneapolis, d’autres villes commencent à s’agiter, comme pour suivre la même voie et faire lever l’émeute sociale, à la fois déstructurante et déstabilisante. • Les très-nombreux bons esprits de l’habitude pensent qu’il s’agit du racisme américaniste, des policiers, des “blancs suprémacistes”, etc. • Ce n’est pas précisément notre analyse : si Minneapolis suscite un incendie national, ce ne sera pas celui du racisme-antiracisme, mais celui de l’accélération de la Grande Crise GCES déjà largement renforcée et accélérée par Covid19.

Le complotisme règne    21/05/2020

• Le complotisme fleurit comme muguet au Premier Mai, en pleine diversité culturelle. • ...Mais complotisme d’un nouveau type, sans guillemets nécessaires. • Pour l’heure, la partie se joue le long de deux volets, essentiellement avec la Chine et Bill Gates, et les deux favoris sont roue dans roue. • Observons que Bill Gates avait marqué un point remarquable ces derniers jours, en étant dénoncé devant le Parlement national comme l’instigateur de la crise-Covid19 en attendant de plus vastes délits. • Pour la Chine, bien entendu, l’administration Trump continue son offensive de blitzkrieg de la com’, puisqu’il s’agit toujours de l’emporter aux présidentielles. • Au sommet de l’OMS, la tension entre la Chine et les USA s’est encore affirmée tandis que Trump lançait régulièrement ses tweets ressassant la narrative qui fait de Covid19 une machination de la Chine pour plonger les USA dans le désastre et la catastrophe. • L’important dans ces cas divers concerne essentiellement les changements structurels fondamentaux que la “politiqueSystème” subit dans ces circonstances.

La dévolution du monde    30/04/2020

• Codiv19 ne cesse de dévaster “les restes et les ruines du Système”, dans une situation où la plupart des pays du bloc-BAO sont totalement impréparés à la situation d’urgence qu’ils ont créée de toutes pièces, pris en otage par le Système et ses pratiques financières, avec des directions corrompues et impuissantes. • Cette situation implique effectivement l’effondrement du Système (“restes et ruines”). • Non seulement c’est le retour des “États-nation” mais plus encore, c’est la fracturation des grands pays fédérés ou même unitaires entre des centres (“corrompus et impuissants”) et des pouvoirs locaux qui ne cessent d’être conduits à prendre des initiatives indépendantes. • Dévolution et localisme sont destinés à régner pour ouvrir des voies vers des univers alternatifs. • Dans cet immense chaos d’une civilisation devenue diabolique, s’agitent les activités fourmillantes de la “complotisation” et de l’“idéologisation”. • Il faut faire avec et, comme dit le bon peuple, tirer le bon grain de l’ivraie.

Covid-19, virus de la sécession-USA    15/04/2020

• On l’a déjà remarqué : dans la crise-Covid19, dans sa partie qui touche les USA, les gouverneurs des États de l’Union jouent un rôle très important (on pense au gouverneur Cuomo, de l’État de New York, qui est très largement médiatisé). • Cette nouvelle stature des gouverneurs s’oppose bien entendu à celle du président, car l’on imagine bien que Trump, de contradiction en contradiction et dans son indifférence totale pour les vérités-de-situation, entend jouer un rôle majeur dans la crise. • Son but est , très vite, de remettre les USA au travail pour aborder sa campagne de réélection en restaurateur d’une économie quasiment anéantie par le virus. • Bien entendu, les gouverneurs, qui sont souvent des démocrates dans les cas qui nous occupent, sont d’abord attentifs à la santé de leurs concitoyens, qui sont également leurs électeurs. • Certains gouverneurs travaillent entre eux, sans se référer à Trump, ce qui met Trump en fureur. • Tout cela ressemble à s’y méprendre à la tentation de la sécession, laquelle ne veut pas dire son nom, peut-être pour mieux nous surprendre.

Covid-19, miroir de la crise    27/02/2020

• La crise du coronavirus, ou Covid-19, continue à prendre de l’ampleur et à retenir de plus en plus l’attention comme une actrice centrale de la dynamique crisique qui sous-tend notre époque. • C’est surtout aux USA que cette crise est apparue au centre de la scène, essentiellement par ses effets sur le comportement du domaine financier avec un krach d’une sorte extrêmement originale, directement lié à une perception de l’aggravation de la crise Covid-19 (ou une prise de conscience de cette crise). • L’épisode a mis Trump en grande fureur, lui qui compte sur la situation scintillante de la Bourse pour soutenir sa campagne de réélection. • Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une manifestation de plus d’un aspect très original de cette crise, ou comment un événement sanitaire provoque un effet politique, et même un effet crisique général qui ébranle le Système. • La psychologie de l’épisode est très importante, comme si la dynamique crisique qui attaque le Système cherchait par toutes les voies à susciter dans nos psychologies la prise de conscience de la Grande Crise Générale.

“Déconstructuration” du déconstructeur    10/02/2020

• Implicite derrière les évènements crisiques progressistes-sociétaux en cours, particulièrement aux USA mais pas seulement, on distingue l’ombre des “déconstructurateurs” (selon un terme que nous forgeons nous-mêmes pour désigner les philosophes “déconstructeurs”). • Il s’agit, d’une façon très puissante et dans tous les domaines, de l’“opérationnalisation” d’une pensée philosophique sans précédent par la force et la rapidité de ses effets sur les évènements profonds. • Nous reprenons divers éléments de réflexion s’attachant à un DVD sur l’internet, d’une “confession” extraordinaire de 2002 du philosophe “déconstructurateur” Jacques Derrida sur son processus de réflexion et de création. • Cette “confession” d’un des plus célèbres et des plus talentueux des “déconstructeurs” suggère aussi bien la formidable ampleur et l’aspect absolument maléfique de cette philosophie. • Aujourd’hui, la déconstruction (la “déconstructuration”) règne et fournit la dynamique formidable, à la fois de la surpuissance du Système et de sa mutation simultanée en autodestruction.

La “chaommunication” de l’apocalypse    31/01/2020

• Cette fois, nous prendrons un détail d’un événement scientifique symbolique par rapport aux événements courants pour montrer la domination absolue de notre époque par la communication. • Ce qui est un Mal et un bien à la fois, dans cet ordre... • Il s’agit de la récente décision du Bulletin of Atomic Scientistsde mettre son “Horloge de la Fin du Monde” à 100 secondes (23H58’20”) de ce “minuit” qui, selon ce symbole, marque la catastrophe nucléaire que craignait la communauté scientifique des années 1945-1950. • La position de l’aiguille n’a jamais été aussi proche de minuit qu’en 2020, après une succession d’aggravation de la perception symbolique de la situation et ainsi notre époque dépasse-t-elle en dangerosité le temps de la Guerre froide. • Or, dans cette décision de janvier 2020, un facteur nouveau joue un rôle essentiel pour aggraver les plus graves menaces (nucléaire et crise climatique) : les FakeNews (“fausses nouvelles”). • Voici donc venu, à l’ombre de l'étrange doctrine du FakeNewsismele temps du chaos apocalyptique de la communication : “chaommunication”.

La trilogie (involontaire) de Poutine    29/12/2019

• Ces derniers jours, il y a eu trois événements fondamentaux pour la Russie, sa puissance, le rapport des forces et la situation stratégique globale. • Les Russes ont expérimenté le premier planeur hypersonique AvantGard qui est ainsi déployé en service actif et représente une supériorité nucléaire stratégique absolue (avec les autres systèmes hypersoniques que les Russes ont développé ou développent). • Avec un marché de Su-34 et de SU-57 avec l’Algérie, les Russes montrent qu’ils n’hésitent plus à intervenir d’une façon qualitative décisive dans des situations stratégiques délicates et loin de leur “extérieur proche”. • Le troisième fait, c’est la déclaration de Poutine (directement liée au déploiement d’AvantGard) que la Russie est, pour la première fois depuis 1945, numéro un dans la “course aux armements”. • Ces trois événements forment une sorte de “trilogie”, “trilogie de Poutine” ou, plus précisément et techniquement “trilogie de la nouvelle vérité stratégique”. • Ce n’est pas que Poutine l’ait voulu ainsi mais c’est ainsi que les événements ordonnent les choses.

Les USA selon Dame Pelosi    20/12/2019

• La Chambre des Représentants a voté les deux articles de mise en accusation du président Trump, comme prévu, pour aussitôt nous placer devant une situation imprévue. • La Speaker (présidente) de la Chambre, Nancy Pelosi ne transférera ces deux articles au Sénat comme la procédure le prévoit tant qu’elle n’est pas assurée que le Sénat organisera et conduira le procès de Trump d’une “façon loyale”. • Il s’agit d’une situation originale, qui se résume à ceci, selon un humoriste : “Pelosi ne veut pas transmettre les deux articles tant qu’elle ne sera pas assurée que le Sénat votera la destitution de Trump”. • Pour l’instant, la situation, est donc dans une impasse qui n’a pas de précédent dans l’histoire parlementaire US, sans qu’on sache quel serait exactement le statut du président si cette impasse se prolongeait. • D’une façon générale, les constitutionnalistes jugeraient que Trump pourrait passer outre et le Sénat à majorité républicaine avec lui, mais la situation, n’en resterait pas moins  extraordinairement déstabilisée, ainsi que la structure fondamentale du pouvoir de l’américanisme.

L’ère du post-simulacre ?    13/12/2019

• Nous avons noté ces derniers jours deux interventions de communication au cœur du Système qui vont directement et brutalement contre les intérêts fondamentaux du Systèmes bien qu’elles aient été relayées ou largement alimentées par la presseSystème. • Il s’agit des Afghanistan Papers et de ce que nous avons surnommé les 737Max Papers, dans le processus desquels le Washington Post et le Wall StreetJournal jouent un rôle fondamental.  • Ce sont de très puissantes vérités-de-situation qui apparaissent ici, sans qu’aucune autorité-Système ne puissent les contester. • Il ne faut pas en attendre des effets directs sur les affaires concernées, mais elles sont peut-être le signe que les simulacres imposés par le Système pèsent énormément sur les psychologies des directionsSystème, aux USA essentiellement certes, et que ces psychologies acceptent des vérités qui les soulagent de cette charge. • C’est-à-dire que dans cette époque dite de post-vérité, où la vérité n’existerait plus, il y aurait un processus paradoxal qui irait vers le contraire, c’est-à-dire vers une époque de post-simulacre.

Le goût suave de la sécession    06/12/2019

• On (PhG) a déjà souligné combien nous nous trouvions, en un sens, dans un instant de “Grosse-Fatigue” où le déferlement épuisant des événements n’arrive plus à mobiliser toute l’attention, mesurant l’épuisement de l’esprit dans cette si “étrange époque”. • Nous parlons surtout des USA, point focal de cette ccontre-civilisation où les événements qui en temps normal devraient soulever une mobilisation de toutes les institutions, finissent par s’écouler comme du business as usual. • Cela ne signifie pas que la gravité fondamentale de ces évènements diminue mais plutôt qu’on commence à mesurer d’une façon rationnelle cette gravité et qu’on commence à en esquisser les hypothèses des conséquences. • Aujourd’hui, commencent à fleurir des réflexion sur des issues telles que séparation, fragmentation, sécession, devant l’évidence qu’il y a aux USA des gens qui ne veulent ni ne peuvent plus vivre ensemble. • Ainsi 2020 apparaît-il, après l’ébranlement chaotique de 2016, une nouvelle année-butoir où le chaos-désordre va commencer à laisser voir ce qu’il nous réserve.

Deux jours à Londres...    01/12/2019

• Qui l’eût cru il y a seulement deux ans, un an, voire moins, – qu’un sommet des dirigeants des pays de l’OTAN présentât le moindre intérêt ? • C’est pourtant le cas du sommet de l’OTAN à Londres, ces 3 et 4 décembre. • Tout le monde ne parle que du “choc” entre Macron et Erdogan, mais c’est de bien d’autres choses dont il est question. • Lors de sa conférence de presse conjointe avec le Secrétaire Général de l’OTAN, à Paris le 28 novembre, Macron a lancé des idées absolument sacrilèges pour le Système et l’usine à gaz militaro-politique qui règne à “D.C.-la-folle” en se croyant encore Washington D.C. • Ce que veut Macron : une sécurité européenne assurée par des traités liant en priorité les pays européens dont la Russie (et les USA ?), pour aller vers une “architecture paneuropéenne de sécurité” du genre qui rendrait fou de rage le Pentagone, la CIA & Cie. •Mais peut-être pas Trump, qui aime les plaisanteries... • Le mystère-Macron poursuivi : comment un homme si détesté et si détestable dans son pays, nourri au lait du Système, peut-il en arriver à concevoir de telles aventures antiSystème ?

Institutionnalisation de l'inversion    14/11/2019

• S’il doit y avoir destitution, nous dirions que c’est déjà fait : destitution de l’entendement, de la raison non-subvertie, du sens commun, de la mesure, bref de l’intelligence en général même si c’est au service de la cause infâme qu’est le système de l’américanisme. • C’est tout cela qu’enterrent officiellement et en grandes pompes les auditions publiques sur la mise en accusation de Trump par les démocrates de la Chambre des Représentants, lesquelles auditions ont commencé hier. • C’est moins le résultat de l’affaire, à la Chambre puis sans doute au Sénat (la Chambre devant entériner la mise en accusation) que le climat (“D.C.-la-folle”) que reflète cette folle aventure de la destitution. • Dans ce cas, les démocrates sont les responsables majeurs, d’ailleurs parcourus par un courant de démence absolument remarquable et postmoderne. • Mais les autres (les républicains) ne valent guère mieux et c’est tout le pouvoir américaniste qui vacille. • Cela nous conduit à cette question : comment en est-il arrivé là, lui le Système, à se retrouver au bord du gouffre, au bord de l’effondrement ?

La cataracte Boeing    03/11/2019

• Cette semaine, le Congrès US a interrogé le CEO de Boeing au moment où cette énorme firme qui fait partie de la mythologie de l’aviation et de l’américanisme est confrontée à une situation catastrophique à partir de l’affaire du 737 Max-8. • La crise de Boeing a pris en quelques mois l’allure d’un “tourbillon crisique” qui paraît de plus en plus inarrêtable, notamment à cause de l’arrogance et de l’aveuglement d’une direction qui ne peut croire à ce qui lui arrive alors qu’elle n’ignorait rien de tous les éléments qui font que ce qui devait arriver arrive effectivement. • Avec Boeing, nous ne sommes pas seulement au cœur de l’aéronautique, au cœur du capitalisme, nous sommes au cœur du cœur de la  mythologie de l’américanisme et de la modernité. • C’est dire l’importance considérable de cette crise et, à notre sens, de l’impossibilité ni de la contenir, ni même de l’arrêter. • Nous ne faisons pas une prévision, nous exprimons une intuition face à un événement mythologique, – mythologie de l’américanisme, donc mythologie de la modernité, confrontées à l’issue de la catastrophe.

La “société du spectacle de la catastrophe”    25/10/2019

• Les événements en cours de par le monde forcent même les plus réticents à considérer qu’il existe une certaine unité entre eux, – malgré leur extrême diversité, leur dispersion géographique, leurs différences d’orientation, etc. • Cela est notamment le cas d’événements du type “constatation populaire” allant de Hong Kong au Chili, du Liban à l’Équateur, etc., tout cela rejoignant les poussées qui s’avèrent de plus en plus durables et fondamentales, et précipitamment étiquetées “populistes”. • Il faut écarter les analyses idéologiques et considérer l’ensemble de cette dynamique qui se constitue en une attaque massive, non organisée, qu’on dirait aisément comme supra-humaine, contre le régime dominant. • « Burn, Neoliberalism, Burn », écrit Pépé Escobar, cette formule comme titre de son dernier article. • Nous essayons d’analyser cette dynamique, dont nous jugeons que nombre de signes, depuis 20 ans, ont annoncé sa venue. • Pour nous, la question posée ne concerne pas l’idéologie des opinions, mais l’ontologie de l’être. • Nous parlons de la Grande Crise, la GCES.

Cortez-USA “brûle ses vaisseaux”    30/09/2019

• Les démocrates de la Chambre des Représentants du Congrès US foncent comme des bulldozers sur la voie d’une mise en accusation avec demande de destitution du président Trump. • Peu importe désormais le contenu de la conversation Trump-Zelinski, les arguments d’un côté et de l’autre : ce qui s’engage est une bataille finale, dont on comprend de plus en plus qu’elle était et qu’elle est inévitable depuis la campagne présidentielle de 2016 et l’élection de Trump. • Inutile de chercher un sens politique, profond ou pas, à l’événement, comme si nous étions dans l’univers habituel de l’histoire-courante. • L’étrange situation (pour ceux que cela intéresse) se trouve dans l’usage d’une parabole ayant comme héroïne l’étrange AOC (Alexandria Ocasio-Cortez), 29 ans, envoûteuse et inspiratrice d’une orientation quasi-communiste qu’elle voudrait imposer au parti démocrate, et peut-être héritière de la tactique utilisée il y a cinbq siècles, puisque c'était en 1519, par le conquistador du même nom qu’elle : “Brûler ses vaisseaux” pour s’interdire de reculer… • Vaincre ou bien mourir en se suicidant.

Dynamique en pleine accélération du “T.C.”    25/09/2019

• Par “T.C.”, nous entendons “tourbillon crisique”, figure essentielle de notre schématisation opérationnelle de la Grande Crise d’Effondrement du Système. • Pour nous, le T.C. est parvenu au point de sa dynamique telle que toutes les crises qu’il suscite et emporte en lui comme composants ne comptent plus par leur signification propre, mais par le fait essentiel de leur participation au “tourbillon crisique”. • Ainsi en est-il, dans les exemples les plus récents, dans un chevauchement échevelé qui fait apparaître un paroxysme de crise pendant 3 jours ou une semaine, ou bien simultanément, des crises de l’Iran après l’attaque d’Aramco, de la crise intérieure de “D.C.-la-folle” avec la mise en accusation de Trump, de la crise environnementale dont la jeune et terrorisante Greta se fait l’imprécatrice devant l’ONU. • L’important est que tous ces événements, du fait de la dynamique (T.C.) à laquelle ils participent sont poussés à l’exposition de l’extrême catastrophique de leurs effets. • Ainsi nos psychologies sont-elles imprégnées, souvent inconsciemment, de la consigne vitale : Delenda Est Systemum.

L’Iran et l’art de la guerre    20/09/2019

• Finalement, ce qui ressort de l’attaque contre Aramco, il y a une petite semaine, c’est ce que cette attaque impose comme révolution dans l’art de la guerre. • Et c’est l’Iran qui est au premier rang comme “révolutionnaire”, que l’Iran ait ou non (et plutôt non, après tout) participé à cette attaque. • La victime de cette attaque : pas tant l’Arabie, d’ores et déjà proche des poubelles de l’histoire, que l’incroyable simulacre que représente aujourd’hui la puissance militaire américaniste et l’irrésistible supériorité de leurs armes. • Risible, tout cela. • ...Comme sont risibles jusqu’au ridicule, les explications de Pompeo sur l’absence, la non-existence, de la nuée des systèmes Patriot et AEGIS censés protéger l’Arabie, selon les garanties de FDR-1945. • Le ministère russe de la défense, d’habitude discret, est sorti de sa réserve pour l’occasion, pour donner un commentaire virulent. • L’attaque contre l’Aramco est donc un tournant sympathique avec deux victimes terriblement embarrassantes pour le Système : la pérennité de la pourriture saoudienne et le mythe appuyé sur une psychologie vulnérable de la supériorité militaire américaniste.