Une rubrique qui s'attache aux faits et aux commentaires les plus en relation avec l'actualité immédiate. Les faits sont mentionnés rapidement, éventuellement avec les liens nécessaires, le tout assorti éventuellement d'un commentaire de présentation ou/et d'appréciation.

   Visitez également nos archives

Déconstructuration au pas de l’oie    01/12/2021

• Merkel s’en est allée ou est-elle sur le point de le faire, et déjà l’on commence à l’oublier. • Dans un pays qu’on croit réglé comme du papier à musique depuis sa récupération d’après le sanglant apocalypse nazi, la succession d’une Kaiserin qui a régné lourdement et avec entêtement pendant près de vingt ans suscite la question se pose de savoir s’il peut y avoir un changement de quelque importance. • Après tout, pourquoi l’Allemagne échapperait-elle au vent de changement cul-par-dessus-tête et de folie invertie qui secoue le monde ? • C’est avec cet esprit profondément subversif, toujours à la recherche de ce qui peut ébranler le Système, que nous considérons les possibilités qui s’offrent à l’Allemagne. • Or, il semble qu’elles soient paradoxales et se résument à la possibilité de ceci : en suivant naturellement ses ambitions naturelles, l’Allemagne post-Merkel pourrait bien mettre le feu aux poudres dans les soutes de l’UE. • Les nouveaux/nouvelles-venues n’ont rien d’excitant et sont très conformes : c’est bien cela qui est potentiellement explosif. • Badaboum par inadvertance ?

La ‘Dream-Team’ Obama-Bezos    23/11/2021

• Pour ceux qui traitent avec dédain et dérision le wokenisme qui n’a pas la rigueur idéologique des grands théories des grands esprits européens (de gauche) qui ont si bien réussi, voici quelques précisions qui dessinent notre avenir selon leurs vœux. • Il s’agit du “don” sympathique et sans restrictions de Jeff Bezos à la Fondation Obama : 100 $millions. • C’est l’alliance symbolique et sonnantes-trébuchante du Woke-capitalisme triomphant et du wokenisme, de la mise à jour du lien d’extrême parenté entre les deux. • Ainsi l’idéologie est-elle fixée dans le marbre, sans doute l’idéologie la plus claire et la plus radicale que la civilisation autodestructrice ait enfantée : déconstruction totale, comme d’autres disaient “solution finale”. • ... Ou bien : “déconstruction” comme “idéologie-pépère”, non ? La gauche s’y trouve si bien... • D’ailleurs, le fondateur d’Amazon, modèle de l’avenir, a de plus vastes projets de colonisations de l’espace pour y fourrer toute la population inutile, par exemple les “mâles blancs” et leurs privilèges et la faire travailler en toute productivité anturaciste.

Le transhumanisme et la concurrence    10/10/2021

• « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie », disait fameusement Pascal. • Or, depuis un siècle, les révolutions théoriques et les avancées fondamentales dans la physique et dans l’opérationnalité des sciences du cosmos, soutenues par la puissance des mathématiques, donnent de ces « espaces infinis » une perception nouvelle, et comme les échos d’une voix bouleversante là où Pascal était contraint à ne percevoir qu’un « silence éternel ». • Cette frayeur de Pascal était donc aussi une question correspondant à son pari et certains jugent qu’une réponse se dessine. • Divers événements marquent cette évolution, comme la photo d’un “trou noir” présentée au public en avril 2019, adossée au travail de Stephen Hawking et des siens. • Un livre dispose que ces diverses avancées conduisent à l’évidence de la “présence” d’un créateur, au-delà du Big Bang dont l’infinie complexité disperse “le hasard et la nécessité” comme méthodologie de réponse. • Ce n’est certes pas le premier ni sans doute le dernier mais il vient à son heure, qui est celle de notre Grande Crise, – ceci suggérant cela.

Folamour, de Taïwan à Pékin    07/10/2021

• Nouveaux “bruits de bottes nucléaires” à propos de Taïwan, de la Chine, et bien entendu des États-Unis qui sont partout où les “bruits de bottes” se font entendre. • Il s’agit donc des pressions militaires que la Chine fait peser sur Taïwan, dans une situation fortement détériorée depuis l’annonce du pacte AUKUS et l’aventure des sous-marins australiens. • Comme à leur habitude, les USA envisagent le pire d’une situation où ils endossent une très grande part de la responsabilité, outre cette étrange prétention de réguler un espace qui jouxte la Chine, à des milliers de kilomètres de leurs côtes. • Ils envisagent le pire parce qu’ils savent qu’ils seraient battus s’ils s’opposaient aux Chinois dans une bataille au niveau conventionnel, s’il y avait une bataille pour Taïwan. • Alors, ils n’envisagent rien de moins qu’une frappe nucléaire stratégique préventive contre l’arsenal nucléaire chinois. • Plongés dans une crise intérieure exisdtentielle, les États-Unis tournent au gré de leur hybris déchaîné, qui s’exerce au nom d’une puissance de plus en plus vide, sinon celle de l’anéantissement.

Attaquer la Chine, – pour en finir !    26/09/2021

• Les temps-devenus-fous, selon notre anthième courant de la séquence, s’imposent essentiellement aux États-Unis, dont le sort intérieur en forme de catastrophe ontologie n’effleure guère les plumes des commentateurs des pays-vassaux, – y compris français, pour le coup. • Alastair Crooke détecte, dans la tectonique de la Grande République, une désespérance porteuse des plus graves dangers et des aventures les plus folles. • A cet égard, la terrible quinzaine de la déroute afghane fut un affreux révélateur, qui illustre la terrible prophétie de Lincoln : « En tant que nation d’hommes libres, nous devons éternellement survivre, ou mourir en nous suicidant. » • Les penseurs les plus lucides de la destinée américaniste observe que cette destinée ne peut s’accomplir que dans l’expansionnisme impérial, que cet expansionnisme a connu un terrible coup d’arrêt à Kaboul, qu’il ne reste alors plus qu’un coup de poker apocalyptique : la Chine. • A l’ombre des sous-marins soi-disant australiens, la Chine comprend cela et peaufine son armement nucléaire pour le pire des possibles.

Les sous-marins attaquent toujours par surprise    20/09/2021

 Ce que nous ne savions pas, c’est que les sous-marins étaient capables de faire des vagues... • C’est le cas avec l’affaire des sous-marins type-AUKUS, destinés à torpiller et à couler impitoyablement les sous-marins français que l’Australie avait commandé en 2016. • Car il s’avère que la furia francese paraît autre chose qu’un simple simulacre d’occasion : « J’ai vécu la rupture en 2003 sur l’Irak. C’est aussi grave et peut-être pire », dit l’ancien (en 2003, certes) ambassadeur du Royaume-Uni à Paris. • On a vraiment, vraiment bien du mal à croire que la France pourrait aller à l’extrême qui offrirait la possibilité d’une rupture avec un terrible scandale au sein de l’OTAN, menaçant la vertu de cette vénérable vieille fille. • Pourtant, il semblerait qu’il faille y penser, même sans trop y croire, selon nous parce que Macron a besoin d’un peu de posture aguichante par sa force souveraine à l’heure des échéances présidentielles. • Ce théâtre d’ombres, même s’il n’est que simulacre, n’est pas désagréable à voir et l’on se prend à rêver à la fermeté des grands ancêtres.

La Chine et sa “révolution néo-culturelle”    05/09/2021

• Soudain, la Chine durcit dramatiquement sa position dans le domaine qui constitue aujourd’hui le front essentiel de la Grande Crise, c’est-à-dire la poussée offensive de la déstructuration des cultures et de la vie socio-économique (“capitalisme de désordre”) entreprise par le bloc-BAO selon une dynamique qui apparaît de plus en plus suicidaire. • La Chine lance une “révolution néo-culturelle” constituant à combattre tous les comportements sociétaux déviants, en même temps que les aspects déconstructeurs du néo-libéralisme : « [Cette révolution] équivaut à une déclaration de guerre au “capital du désordre”, c'est-à-dire au modèle commercial oligarchique occidental. » • Il ne fait guère de doute que l’on peut, dans tous les cas symboliquement, placer cette “révolution néo-culturelle” en parallèle avec l’effondrement-BAO en Afghanistan, comme avec la position affirmée de la Russie. • Au plus haut de sa signification, cette dynamique institue le refus de la modernité-devenue-folle en cherchant se référant à la tradition. • « Une lutte à mort », écrit Alastair Crooke.

Joe est-il le variant-Ω ?    28/08/2021

• On a compris qu’Omega (Ω) est la dernière lettre de l’alphabet et que cela est faire référence (“variant-Ω”) à la comptabilité des diverses versions du Covid, en impliquant que c’est la dernière et que, peut-être, « il n’y a plus d’après... ». • Surtout, c’est lier la crise-Covid et la crise-Afghanistan, par l’intermédiaire de Joe Biden, qui, aujourd’hui, outre d’être président révolutionnaire et socialiste des États-Unis, est aussi la marque la plus symbolique, – psychologique et pathologique, – de la crise du pouvoir, centrale à la crise du système de l’américanisme. • Tout cela, ces trois crises en apparence distinctes, forment un superbe ‘patchwork’ pour constituer la Grande Crise de l’Effondrement du Système (GCES). • Nous étudions aujourd’hui le rôle de la crise-afghane dans la crise du système de l’américanisme et dans la crise-Covid, et dans la possible/probable déstabilisation du bloc-BAO qui devrait s’ensuivre, peut-être même jusqu’à sa déstructuration. • Pour nous, le sort du bloc-BAO, – nos pays, – est indissolublement lié à celui de la fascinante et catastrophique Amérique.

Colère & insoutenable légèreté du vaccin    08/08/2021

• Encore une belle série de protestations en France, avec les manifestations des habituels samedis, pourtant en plein été, rassemblant avec les “anti-passe” de plus en plus de dizaines/de centaines de milliers de personnes. • Aussitôt vient à l’esprit l’aventure des Gilets-Jaunes, mais les anti-passe semblent devoir éviter l’obstacle des accrochages et des bagarres, leur revendication est précisément fixée et ils ne sont pas seuls au monde, leur colère faisant partie d’un courant général qui affecte sous diverses formes un grand nombre de pays. • Avec eux, le mécontentement accumulé au cours de divers épisodes depuis l’arrivée du Covid19 a pris une forme spectaculaire sur laquelle se greffe aussitôt des poussées d’hostilité au pouvoir en place, aux élitesSystème, au Système tout court. • C’est la même colère (que les GJ) qui se poursuit, dans un cadre mondial bouleversé. • D’autant plus qu’en face, on n’est sûr de rien, ni du vaccin, ni de l’anti-passe. • On peut à nouveau interpréter ce mouvement sur le rythme de la GCES, de l’enterrement de la globalisation, de l’effondrement de la civilisation.

Les Russes et leurs armes    03/08/2021

• Ces derniers jours, nous eûmes deux faits importants. • D’abord le 30e anniversaire des accords START-I, montrant que ce succès terminait une période de relative stabilité pour nous précipiter dans le terrible désordre d’une “Guerre Froide 2.0”. • Ensuite, diverses déclarations et manifestations concrètes ont montré ce qu’est devenue la puissance militaire et stratégique de la Russie, largement dominatrice du champ d’affrontement de cette nouvelle Guerre Froide. • Face à cela, le grand adversaire classique (USA) se trouve plongé dans une terrible confusion de déconstruction de la structure morale et psychologique de ses forces armées. • Selon une Soviétique passée à l’Ouest en 1989 après avoir vécu le simulacre et l’effondrement de l’URSS, et devenue analyste de la CIA et de la DIA, les USA sont en train de devenir une « Union Soviétique 2.0 », avec la même perspective d’effondrement. • Mélangeant ceci et cela, il y a la perspective pour la Russie, devant tous les dangers de l’effondrement de la puissance US, de devoir intervenir avec la force pour en contenir les effets.

L’Afghanistan en mode postvérité    30/07/2021

• Les États-Unis ont donc “perdu” l’Afghanistan après 20 ans d’une guerre cruelle, bâclée ou incomprise, sans véritable but stratégique, selon une tactique catastrophique marquée par une incompréhension complète de ce qu’on était censé conquérir : “les cœurs et les esprits”. • La haute personnalité fédérale qui dirige le programme US de Reconstruction en Afghanistan, John Sopko, a été bien plus sévère encore, lors de la remise de son rapport trimestriel : « Ne croyez pas ce que vous disent les généraux, les ambassadeurs ou les membres de l’administration qui affirment que nous ne recommencerons jamais. C'est exactement ce que nous avons dit après le Vietnam. Nous ne le referons plus jamais. Et voilà qu’on a fait l’Irak. Et nous avons fait l’Afghanistan. Et nous le ferons à nouveau. » • La seule réserve,, de taille, à faire sur le jugement de Sopko, c’est celle de Chris Hedges : la déroute en Afghanistan signe l’effondrement de l’Empire, donc il n’y aura plus d’Afghanistan parce que les USA n’en ont plus les moyens. • La déroute US est plus grave pour les USA que pour l’Afghanistan.

Burnout sans fin d’une civilisation    20/07/2021

• Passons en revue certains aspects de notre situation générale de Grande Crise, et l’on comprend aussitôt que nous ne trouvons rien d’autre que des structures crisiques (plus que “des crises”) en pleine effervescence constante, sans désir, sans volonté, sans capacité de freiner ce processus. • Comme le dit Charles Hughes Smith pour définir la façon dont s’effondrent les systèmes, « la perte des amortisseurs de stabilisation passe inaperçue jusqu’à ce que la structure entière s'effondre sous son propre poids» • Ce que nous désignons, nous, comme un burnout sans fin, jusqu’à la fin. • Partout l’on perd les “stabilisateurs”, en autant de structures crisiques incontrôlables, des conditions météorologiques extrêmes face auxquelles nous accumulons les erreurs, l’inusable Covid, la diffusion de l’“anarcho-tyrannie” dans des pays comme les USA et l’Afrique du Sud où la ‘Critical Race Theory’ est largement appliquée, sécession comme seule issue pour nombre de citoyens US, géopolitique devenue hagarde, communication devenue folle. • Système en burnout sans possibilité de congé-maladie.

Faux-fuyant et vrais fuyards à Bagram    07/07/2021

• Une fois de plus, les États-Unis démontrent leur incomparable capacité à fuir à très grande vitesse en abandonnant tout derrière eux, matériels et alliés, après vingt ans de présence sanglante et totalement inutile en Afghanistan. • Certains y verraient un remake de Saigon-1975, mais entretemps le Pentagone a fait d’énormes progrès dans l’art technologique de décamper dans la dynamique d’une couardise sans la moindre gêne. • Au Pentagone, en effet, on a d’autres chats à fouetter : apprendre aux forces les rudiments du wokenisme et la stratégie-LGTBQ. • Il est préférable d’en rire puisque les larmes sont réservées aux victimes d’un passé complètement réécrit par les intellectuels-woke plutôt qu’aux centaines de milliers de morts (pour faire court) qui ont marqué la guerre en Afghanistan. • Personne n’égale la puissante armée des États-Unis dans l’exercice de la lâcheté, de la trahison et de la fuite toute honte bue, bue et re-bue jusqu’à plus-soif. • Le bloc-BAO peut être fier de persister à considérer les USA comme inspirateur, et aspirateur vers le Trou Noir.

Heures perdues à Genève    17/06/2021

• C’est un sommet dont on attendait peu de chose et qui n’a pas donné grand’chose. • Ce qui nous a intéressé, essentiellement, c’est le comportement des deux acteurs, non pas l’un vis-à-vis de l’autre, mais au niveau de la communication qui, plus que jamais, règne en maîtresse de toutes les batailles. • Le meilleur poste d’observation, dans ce cas, ce sont les rencontres avec la presse autour du sommet. • Les constats ne sont ni pour nous surprendre, ni pour nous déplaire, dans la mesure où ils confirment l’analyse générale qui peut se résumer à un schéma antiSystème-Système. • Poutine s’est montré de bonne composition mais extrêmement ferme face notamment aux journalistes US, jonglant avec la technique de l’“àproposisme”. • Biden, lui, a montré toutes ses faiblesses, non seulement de lui-même mais également de l’extrême difficulté d’une communication qui épargnerait la Russie pour mieux s’attaquer à la Chine. • Parmi les projets lancés, celui d’un nouvel accord stratégique qui confirme que le Pentagone a très peur du nouvel armement russe.  

La salade russe du sommet    02/06/2021

• Nous suivons à la trace le diabolique Poutine, qui peuple de cauchemars épouvantables nos nuits très-sages de vierges racisées et effarouchées, mais néanmoins féministes, et notre jeunesse triomphante qu’exsude la pensée de Joe Biden. • Il se trouve que Poutine rencontre Biden le 16 juin mais qu’il n’a guère l’intention de se mettre en frais pour cette cérémonie qui se tient à Genève, comme au bon vieux temps. • Les rusés américanistes attendent des Russes, après le cadeau qu’ils leur ont fait (NordStream- 2), qu’ils souscrivent à la narrative de leur magistère exceptionnaliste et de leur influence à mesure, malgré leur incontestable effondrement. • Les Russes ne sont pas preneurs, mais alors pas du tout. • Le sommet aura lieu, certes, mais on ne s’épargnera nullement. • Biden veut parler des “droits de l’homme en Russie”, comme il nous l'a annoncé hier ? Parfait, dit Lavrov comme s'il s'y attendait, nous parlerons donc des “droits de l’homme aux USA”, notamment des “émeutiers” de l’attaque-bidon contre le Capitole, détenus dans des conditions terribles depuis le 6 janvier.

Wokenisme-turbo de la CIA    06/05/2021

Est-ce une pente catastrophique ? • La CIA est à la fois le bras armé et secret, l’analyste avisé et la spécialiste des “dirty tricks”, et enfin le symbole de la puissance omniprésente de l’Empire, si Empire il y a. • L’histoire de l’Agence à ses débuts, avant qu’elle ne sombre dans des pratiques désastreuses, montre qu’il s’agissait d’une pure création des grandes dynasties, quasiment de l’aristocratie américaine, avec un rôle si particulier au début de la Guerre froide où elle prétendit être une défenderesse de la civilisation et de la culture occidentale. • La CIA était le fleuron de l’esprit des WASP (Blancs Anglo-Saxons Protestants), comme communauté fondatrice des USA. • Que reste-t-il de cette CIA-WASP ? • Il apparaît que l’Agence se “wokenise” à une vitesse stupéfiante, suivant en cela la fantastique révolution bureaucratique qui déchire  le système de l’américanisme. • Drôle de drame : la CIA va-t-elle être transformée en une vitrine de la diversité, et les renseignements seront-ils traités selon cette référence ? • La dégénérescence de la CIA mesure celle des fondements des USA.

Ce sera A Very Good Year    01/05/2021

• Nous parlons de 2022, de deux échéances électorales, les présentielles en France et les élections législatives “mid-term” aux USA. • Ces deux échéances uniront dans un destin catastrophique commun, deux entités (une nation, un pays) qui ont, depuis l’origine du second, cultivé un rapport et une proximité extraordinaires, dites d’amour-haine. • Les Français disent qu’ils sont touchés chez eux (“indigénistes”) par un mouvement venu des USA (“wokenisme”). •...Alors que ce mouvement a été initié sur place, aux USA, en très forte part par une école française de philosophie (la “déconstruction” et les “déconstructeurs”), dans les années 1970 et au-delà lorsque ces philosophes (Deleuze, Derrida, Foucault) enseignèrent la “French Theory” dans les universités américanistes. • Aujourd’hui, soutenus à fond par les grandes entreprises du néo-capitalisme (le “Woke-capitalisme”), le wokenisme et le reste suscitent une tension extraordinaire (à voir en 2022?) dont l'effet est moins d’imposer une nouvelle idéologie démente que d’accélérer le mouvement d’effondrement du Système.

La guerre d’Ukraine a bien eu lieu    25/04/2021

• Nous tentons d’observer ce qu’ont été et ont signifié la séquence événementielle de la crise ukrainienne de cette fin d’hiver/début de printemps 2021. • Les bonnes analyses montrent que les Russes ont gagné cette séquence et montré la faiblesse des USA, qui est par ailleurs théorisée par des discours intérieurs, comme celui du sénateur Smith, président de la Commission des Forces Armées de la Chambre des Représentants, qui proclame la fin de l’hégémonie des États-Unis. • Pour nous, tous les composants de cette séquence prennent un sens remarquable s’ils sont considérés à la lumière de la conception envisagée dans notre texte du 24 mars dernier « la guerre en cours », selon laquelle le conflit général prend une allure de plus en plus conceptuelle (“valeurs contre principes”) et aboutit à la mise à jour des enjeux fondamentaux de la Grande Crise. • C’est une analyse qui débouche sur la conceptualisation fondamentale de l’événement de rupture civilisationnelle de la tradition contre la déstructuration. • La crise ukrainienne a ainsi un lien direct avec le wokenisme US.

Scènes ordinaires du “Bordel Lives Matter    17/04/2021

• Nous faisons une petite revue de détail de la façon dont la présidence Biden perce et prend eau de toutes parts, dans un incomparable désordre que nous osons à peine désigner du beau mot de “bordel”. • Le jugement du sage sénateur républicain Lindsey Graham, sans doute le doyen du Sénat pour la sagesse, est celui-ci, dit avec grand calme : « Joe Biden devient un président incroyablement déstabilisant », – cela dit alors que Biden est un vieux compagnon, démocrate certes mais de la même génération de l’américanisme que Graham. • Mais c’est bien connu : se grimant en Jupiter postmoderne, “le Diable rend fous ceux qu’il veut perdre”. • Le gouvernement de Biden et les démocrates s’abîment dans les faux-pas tandis que l’idéologie-BLM risque de s’abîmer dans le fric de sa co-fondatrice. • Si l’on ajoute la cuirasse crisique que forme la Covid, on parvient à un paroxysme de la crise qui devrait inspirer le destin de la France (où l’on ignore absolument le tremblement de terre qui fait se désintégrer les USA). • La surpuissance du Système accouche sous nos yeux de son autodestruction.

Ah, si le Titanic était un sous-marin !    04/04/2021

• Cela, – le Titanic comme sous-marin, – c’est le rêve secret des USA restant dans leur intégrité la “nation indispensable” menant une coalition formant “le Monde Libre”, autrement nommé  “l’Empire du Bien”, tout cela destiné à une hégémonie qu’on pourrait qualifier d’éternelle. • C’est là la pensée ossifiée, réduite à la poussière des restes osseux réduits en poussière du cadavre de la conception que continue à chérir la direction américaniste avec le capitaine Biden titubant à la barre, comme s’il s’agissait d’une stratégie active. • Cette stratégie, ce serait : le Titanic n’a pas coulé, il continue, sous les eaux des mers du globe entier, à brandir l’immortelle hégémonie de l’indispensabilité américaniste. • Cette conception signe le jugement de Scott Ritter : « L’“ordre international fondé sur des règles” [édifiées et imposées par les USA] qui sous-tend ce fantasme est insoutenable à l’ère moderne et rend l'effondrement des États-Unis “exceptionnels"” inévitable» • Une formule parmi d’autres de l’inéluctabilité de l’effondrement du système de l'américanisme qu'anticipait Lincoln.