Poutine se paye le système US

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 594

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine attaque sans ménagement le système US pour ses très grandes difficultés dans sa tentative de contrôler la crise financière. Poutine fait directement allusion au vote négatif de la Chambre (contre le plan Paulson), qui a constitué un freinage notable de la tentative US de contrôler la crise, en même temps qu'un accroissement du désordre à Washinton. Cette déclaration est reproduite par Novosti ce 1er octobre; elle est également reprise sur le site de Times.online ce même 1er octobre, avec, – il faut le noter comme une information intéressante sur l’état d’esprit des analystes pertinents d’outre-Manche, – la fameuse photo de Poutine devant un tigre endormi par tir d’un projectile anesthésiant, et cette légende, qu’on suppose venimeuse: «When he's not hunting tigers, Vladimir Putin looks after the Russian economy.»

En attendant, lisons ce que Poutine a à dire à propos du système qui nous éblouit par performances stabilisantes et représentation anesthésiante, aussi bien à la City qu’à Wall Street:

«“Les autorités américaines se sont montrées incapables de gérer la crise financière mondiale engendrée par l'économie américaine”, a déclaré mardi à Moscou le premier ministre russe Vladimir Poutine lors d'une réunion du gouvernement russe.

»“Tout ce qui se passe actuellement et qui a commencé, comme vous le savez, dans l'économie et les finances des États-Unis, n'est pas provoqué par l'irresponsabilité de certaines personnes, mais par l'irresponsabilité de tout le système qui a la prétention d'être le meilleur. Mais nous voyons que ce leader est incapable de prendre les mesures adéquates absolument nécessaires pour surmonter la crise”, a indiqué M.Poutine.»

Poutine dit en termes clairs ce que nombre de dirigeants et de pays ne cessent de penser de moins en moins tout bas, notamment à l’ONU; même l’UE vient, après le vote de la Chambre, de presser Washington d’“assumer ses responsabilités”. (D’autre part, on n’ignore plus ce que pensent Allemands et Français de cette affaire, ce qui nous suggère un rapprochement des conceptions et des analyses qui trouve de plus en plus sa cohérence.) Les déclarations de Poutine doivent évidemment être éclairées par ce qu’il a déjà dit du système US dès son intervention à Munich, en février 2007, et par ce que les Russes ont dit et laisser entendre, à l ‘occasion de l’affaire géorgienne, du système international sous domination et “inspiration” américanistes.


Mis en ligne le 1er octobre 2008 à 18H11

Donations

Nous avons récolté 390 € sur 3000 €

faites un don