Message du PS à la Russie

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 499

Message du PS à la Russie

A la suite du premier tour des présidentielles françaises, il faut commencer à être attentif aux signaux et messages envoyés par les uns et les autres à destination de l’étranger. Un texte intéressant à cet égard, autant par la chronologie que par son contenu, que par le destinataire de l’intervention, c’est une interview du porte-parole du PS, et donc du candidat Hollande, Benoit Hamon dans Russia Today du 23 avril 2012. Cet intérêt se situe dans le fait que le texte est publié par un média étranger, et qu’il implique le porte-parole du candidat et non le candidat lui-même ; c’est donc le type de texte qui est le plus éloigné des contingences électorales d’ici le deuxième tour (crainte des effets sur l’opinion, crainte d’impliquer le candidat lui-même) ; c’est donc le type de texte qui se rapproche le plus possible de l’état de la “pensée” socialiste à cet égard, pour le temps présent qui est l’entre deux tours, et dans la perspective d’une victoire de Hollande (ce qui n’est évidemment nullement un fait acquis et reste au niveau de l’hypothèse, – et c’est dans l’esprit de cette perspective seulement comme hypothèse qu’est développé ce commentaire).

Nous reprenons ici essentiellement les passages portant sur la politique extérieure, laissant de côté les habituels sujets de politique intérieure qui ressortent bien entendu du discours-Système avec son emprisonnement. Le seul champ d’intérêt est la politique extérieure puisqu’il s’agit du champ où, par définition, les acteurs ne maîtrisent pas les évènements, où ils sont donc placés devant des incertitudes (beaucoup) et devant des choix (difficiles) ; et le champ où, – et c’est la grande nouveauté, – le Système ne maîtrisent plus désormais ces mêmes évènements dans le sens de l’efficacité et de l’organisation productive à son avantage.

RT: «So you're talking about redefining or reestablishing France's role and influence in Europe. You bring up the treaty. Francois Hollande does want to renegotiate the fiscal pact agreed upon by EU leaders. But how much leverage does he really have? He's going to go up against German Chancellor Angela Merkel and, let's be frank, what she wants usually plays a very important role in EU decision-making.»

Benoit Hamon: «His message is clear. If the treaty is not renegotiated, France will not ratify it, and therefore, it cannot come into force. If Merkel wants to impose fiscal discipline in the eurozone area, we will require a “growth measure” in the treaty. Where now, there is none. We want to make progress on Eurobonds. We want to expand the role of the European Central Bank.

»There is no question for us that we would not accept a treaty that would result in austerity measures in France, and throughout Europe at the same time. Most of our growth is related to trade within the EU. If the French cannot buy and companies cannot invest because of austerity policies, then our neighbors can neither buy nor invest either because they too practice austerity. We believe that Merkel is prepared to hear that. We are simply saying that the treaty cannot proceed only under the terms of Germany's economy. In fact, this treaty does not benefit the Italian economy, nor the Spanish, nor the French economy.» […]

RT: «Let's talk about NATO and France's participation in its campaigns in various countries. Now Francois Hollande wants to withdraw more troops from Afghanistan earlier than planned, however he doesn't want to withdraw, pull out France completely from NATO.»

Benoit Hamon: «Regarding NATO, we want to evaluate the decision made by Nicolas Sarkozy to rejoin the integrated military command of NATO. We are not sure that our reintegration into the military command has had the expected results. Above all, what we regret is that there has been no strong initiative of France in favor of a genuine European defense system for five years.

»We do not believe today that European defense, and protection of the broader strategic interests of Europe and the European Union, can be supported only by NATO. We consider it necessary to develop autonomous structures. That's why we insist on developing a European Defense. We will evaluate the benefits and drawbacks involved with the return to the integrated military command of NATO. And I'll add, as you said, in connection with our allies, so as not to destabilize NATO in Afghanistan, we will withdraw our troops from Afghanistan before the end of 2012.»

RT: «So you want to reassess France's participation and Francois Hollande wants more cooperation in this European Defense System. However, by pulling out troops from Afghanistan earlier than planned, wouldn't that sour relationships with Britain, or Germany for example, who are investing a lot in that effort?

Benoit Hamon: «Our analysis is that our military intervention is not able to add a value that allows a peaceful solution of the crisis and the conflict in Afghanistan. By our military intervention there, we lost our ability to act on political and diplomatic levels. We want to regain freedom and room to maneuver politically and diplomatically in order to find a political solution together with major regional players in the conflict.

»That requires first to withdraw our troops from Afghanistan. We believe that a military solution is doomed to deadlock. We do not believe that the solution to the conflict in Afghanistan requires a military-only approach, otherwise we would have resolved this conflict already. The last synchronized attacks by the Taliban in many parts of Afghanistan show that there is no longer any area in Afghanistan today that is truly protected. France and Europe must find ways to influence the immediate neighbors of Afghanistan, the large regional players, in order to find a political solution to the Afghan conflict. A military operation must one day come to an end and we think it is now time for that.»

RT: «So you talk of “political solutions” here. Does that apply as well to Syria for example?

Benoit Hamon: «Syria is on the edge of civil war. The proof is that, despite the Annan plan, there are still dozens and dozens of deaths, hundreds of deaths. I want to come to talk about the role of Russia in this matter. By its place in the Security Council and through the role it can play with the Syrian regime, Russia is in a key position to unlock the Syrian situation and avoid a bloodbath and civil war. Both at levels of bilateral Franco-Russian relations and on the level of the EU-Russia relationship – we want a rich, intense association with Russia. We also want its role on the international scene to contribute to stability.

»We can understand the historical relations of the Russian state with the Syrian state. But today, Bashar al-Assad is a destabilizing factor in his country but also the whole region, we must respond in a concerted and coordinated way between Russia, the European Union, France and permanent members of the Security Council. Can a Military intervention go through NATO in Syria? At this point, it seems premature. And this is why the plan by Kofi Annan opened the possibility of a political solution with the involvement of observers. In fact, considering the number of observers who will go there, and the difficulty in verifying whether or not atrocities are committed against civilians, there should be a strong force in place to ensure that observers really do observe what happens.»

RT: «But France played a very big and central role in the Libyan “intervention”.»

Benoit Hamon: «In Libya, we played two different roles. At one point, Nicolas Sarkozy wanted to sell nuclear power plants to Gaddafi, then he bombed Gaddafi. When you are a friend of Nicolas Sarkozy, always be wary! It shows the completely incoherent nature of Nicolas Sarkozy's foreign policy.

»I think the intervention in Libya was necessary because Gaddafi used its armed forces and bombs against his own people. But that does not mean that the situation is now stabilized. We observe that the movement of weapons in the Sahel region is linked to the consequences of the conflict in Libya. This helped to arm groups linked to AQIM (Al-Qaeda in Islamic Maghreb). Some of the events in Mali are related to what happened in Libya. Therefore, we need stabilization policies, growth and development. Here too, France has intervened to help end the Gaddafi regime.»

…Et le moins qu’on puisse dire est qu’il s’agit d’un discours “flottant”, incertain, et par conséquent très prudent. Cela, au moins, nous change des affirmations péremptoires du président français actuel, dans le sens de l’erreur systématique et à l’avantage systématique (!) du Système. On peut évidemment aussitôt reprocher aux socialistes, et avec raison, ce flottement, cette incertitude et cette prudence, si l’on cultive soi-même une pensée claire à cet égard. Mais on ne peut s’en tenir là, à notre sens. Au contraire, ce flou de la pensée est un avantage certain, dans la mesure où, justement, il nous démarque de la perspective grossière et chaussée de bottes cloutées du dynamisme exceptionnel de la persistance dans l’erreur de Sarko. Il dénote une certaine vulnérabilité d’un éventuel “président Hollande” aux tensions et aux pressions extérieures, – dont certaines sont aujourd’hui indiscutablement antiSystème, comme l’action de la Russie que Hamon célèbre sans que nous soyons assuré, c’est le moins qu’on puisse en dire, qu’il l’ait très bien comprise ; mais l’essentiel, dans ce cas, c’est que la Russie est désignée comme une référence, ce qui implique une influence, consciente ou pas de la part de celui qui la reçoit, de la politique de cette puissance.

• Il y a deux volets dans les réponses d’Hamon : un volet formel, portant sur les engagements par traités, sur la position française vis-à-vis du traité des Lisbonne, vis-à-vis des structures de l’OTAN, etc. Comme on le comprend, il s'agit du niveau des engagements électoraux et cela porte sur des matières où ces engagements peuvent largement être interprétés, c’est-à-dire déformés, éventuellement réduits à néant. Ce jugement sceptique se nuance dans le cas du traité de Lisbonne, où il y a un engagement assez précisé, qui rendra très difficile de faire passer la chose complètement à la trappe de l’édulcoration post-électorale. Du côté de l’OTAN, la matière des engagements est complètement incertaine…

Aussi n’est-ce pas du point de vue des engagements eux-mêmes qu’il faut attendre quelque chose d’intéressant dans l’hypothèse d’un “président Hollande”, mais du point de vue des réactions. D’une façon générale, le Système surpuissant cultive une hantise infinie, correspondant à sa tendance autodestructrice, de toute interférence dans sa course folle. Le Système, dans ses tendances successives qui empruntent à ses divers composants, réagit vis-à-vis de la France selon le sentiment de la composante anglo-saxconne : un soupçon infini et haineux. Cela s’appliquait à Sarko quand il est arrivé en 2007 ; aujourd’hui, Sarko est porté aux nues et le réflexe du soupçon infini et haineux s’est porté sur Hollande. D’où, déjà, des réactions exacerbées des marchés vers la baisse, marqués par l’habituelle trouille de ces puissants représentants de la modernité libérale devant l’arrivée d’un monstre-épouvantail. (Voir The Independent du 23 avril 2012, où l’on voit qu’à la perspective Hollande s’ajoute, sans jeu de mots mais la circonstance vaut le salut, l’éclatement du gouvernement de l’exemplaire Hollande, la vraie…) Par conséquent, l’arrivée d’un éventuel “président Hollande” présente l’avantage objectif d’accroître le désordre, mâtiné de soupçon, d’inquisition, etc., au sein du Système. A cet égard, les circonstances sont plus favorables en 2012 qu’en 2007, puisqu’il y a eu entretemps la crise de 2008 et ses suites sans fin. Certains du côté de l'éventuel “président Hollande” (Mélenchon, Montebourg), dans le nouveau paysage français, y trouveraient leur intérêt à jouer les pétroleurs qui accroîtraient les tensions et le désordre. (Toutes ces remarques valent pour l’UE et pour l’OTAN et, d’une certaine façon, pour l’Afghanistan.)

• Il y a un volet conjoncturel, qui porte les remarques sur la Libye et sur la Syrie. Dans ce cas, le discours est complètement contradictoire, marquant les conditions chaotiques des engagements qui répondent aux impulsion irresponsables du parti des salonards, et les constats alarmistes des dégâts causés. Il est profondément ironique, en plus d’être contradictoire jusqu’à la schizophrénie incluse, d’entendre un Hamon déplorer le désordre post-Kadhafi en Libye, désordre causé par l’intervention française/OTAN, etc., pour dégommer Kadhafi, en favorisant on sait comment l’installation de forces incontrôlées et antagonistes, qui génèrent en le multipliant ad nauseam le susdit “désordre post-Kadhafi” ; cette apologie de la philosophie du désordre perpétuel et de la stratégie, non pas d’une balle mais d’une rafale sans fin qu’on se tire dans les pieds, est du plus bel effet. Même chose pour la Syrie, où le désordre est dénoncé, en recommandant que la négociation politique prenne sa place, et en accusant le seul élément stable et légitime de Syrie (même si on ne l’aime pas, et qu’on dénonce ses pratiques pour ce qu’on en sait, la chose reste un fait) d’être responsable du désordre que les attaques extérieures contre lui qu’on a suscitées dans la deuxième phase de la crise ont infiniment aggravé… Alors, on se reporte sur la Russie, dont on garantit qu’elle résoudra le problème en liquidant Assad, ce qui représente un bel exemple de “déni de la réalité”.

Le seul avantage et le seul jugement clair de ces étonnantes gymnastiques cérébrales sont l’aboutissement de l’analyse, franco de port, sur l’apologie de la Russie, avec le souhait émouvant d’établir «a rich, intense association with Russia...» Or, la Russie, elle, sait ce qu’il en est en Syrie, et elle sait ce qu’elle y veut faire. Si l’on veut une relation “riche et intense”, il faudra donc suivre la Russie, et c’est ce qu’il peut arriver, sinon de mieux, certainement de moins mauvais… Si l’on se réfère à certains, qui jugent que l’éventuel “président Hollande” n’aurait guère de goût pour cette sorte d’aventure de type-Tartarin postmoderne, il devient effectivement possible qu’on suive cette voie et qu’on s’en remette à la Russie. Ce serait un gros progrès, sinon une évolution, – comment dit-on ? “‘progressiste”, c’est cela.


Mis en ligne le 24 avril 2012 à 10H38