L’OTAN-woke : ‘colour revolution’ entre-soi ?

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 3105

L’OTAN-woke : ‘colour revolution’ entre-soi ?

• L’OTAN va-t-elle se wokéniser ? • Bien sûr que oui, et son très-sexy Secrétaire Général sait ce qu’il importe de faire à cet égard, promouvant des projets de transformation qui devrait faire de l’OTAN le rendez-vous favori des LGTBQ et des migrants, et l’outil idéal pour lutter contre la Covid. • Principal outil de ces projets : le “Centre pour la Résilience Démocratique” de l’OTAN, qui fera la police chez les membres de l’honorable confrérie pour vérifier que les consignes wokenistes sont appliquées avec vigueur. • Les Russes ont vu venir cette mue trans-civilisationnelle...

Il y a, ce 30 mars 2021, un intéressant texte de Southfront.org, concernant une évolution qui pourrait être majeure, – et éventuellement-certainement catastrophique, espérons-le ; évolution de l’OTAN, suivant avec zèle et componction, sous la direction du luthérien et sexy-SecGen Stoltenberg, la voie tracée par le wokenisme, le parti démocrate US, le DeepState. Et tout le reste progressiste-sociétal. Cette évolution a un nom de départ du popint de vue porganisationnel : le “Centre pour la Résilience Démocratique” (disons CRD entre nous, d’autant mieux que les initiales sont similaires en NATO-english) que l’OTAN installe dans son sein. Elle a son importance, potentiellement considérable, – selon notre interprétation, complètement acquise au wokenisme et à la révolution qui vient avec, des USA qui plus est, – His Master’s Voice...

Sans y prendre garde (cela dit sincèrement et candidement de notre fait), nous avions inconsciemment préempté la chose par rapport à ce que l’on trouve dans nos colonnes, sans doute instruit par un demi-dieu du type-Dionysos équipé de sa flûte de Pan. Rappelez-vous, ceci date du 15 mars 2021, alors que PhG se mêlait de considérations sur la folle évolution des forces armées US :
« Peu importe les détails des circonstances car seul importe ce fait que je tiens de la meilleure source du monde : le Secrétaire Général de l’OTAN Soltenberg (j’en parlais hier) a rencontré le ministre canadien de la défense. L’entretien a duré 20 minutes ; par ces temps troublés, parcourus de crises intenses et de menaces horribles, les sujets d’ordre stratégique et militaire ne durent pas manquer... Le vrai est que dix de ces 20 minutes ont été consacrées aux questions sociétales de l’introduction des pratiques LGTBQ et du wokenisme au sein des forces armées ; après, on a un peu parlé des missiles et de la prochaine guerre avec la Russie.
» Cela est pour dire que si le sujet principal semble ici celui des forces armées US tel que nous en avons commencé à en parler hier, le sujet réel touche bien toutes les forces armées de l’extrêmement civilisationnel bloc-BAO, dont le broc-OTAN est l’expression institutionnelle de sa quincaillerie et de son héroïsme casqué-masqué. »

Enfin, que se passe-t-il avec ce CRD ? Nous allons citer l’introduction du texte de Southfront.org, qui nous instruit là-dessus. L’idée n’est pas neuve, bien entendu, le rêve persistant ayant toujours été, du côté des otaniens-américanistes, de mettre le nez de l’OTAN dans toutes, absolument toutes les affaires internes de ses membres. Cette fois, l’occasion est belle, si belle, trop belle !

Il s’agit de mettre l’OTAN “à niveau”, de faire entrer l’Organisation de plain-pied dans l’époque du wokenisme, des cohortes LGTBQ et tout le reste, et tambour battant encore, avec Biden-Harris comme sergents-recruteurs et pom-pom girls... On notera la place accordée à l’Assemblée de l’Atlantique-Nord (nous gardons son nom d’origine par mauvais esprit et esprit de contradiction), organisme-croupion qui ne servit strictement à rien sinon d’ornement démocratique durant la Guerre Froide et les quelques années d’après, et qui a trouvé sa vertu ontologique fondamentale avec le courant wokeniste qui balaie l’Amérique, sous la direction démocrate.

(Ce n’est pas pour rien que les USA ont placé un président, démocrate de surcroît donc wokeniste, – le député démocrate de la Virginie Connolly, -– élu, par “acclamation électronique” [oups-là-là], à la présidence de l’AAN, ou Assemblée Parlementaire de l’OTAN, lors de la session annuelle [la 66ème] de l’assemblée, et la première virtuelle comme il se devait, le 22 novembre 2020.)
 

« Au sein de l’OTAN, la création du Centre pour la Résilience Démocratique a fait surface, une fois de plus.
» Le concept est que [le CRD] devra surveiller les faits de violation de la démocratie dans les pays membres et aider les alliés à développer plus efficacement les institutions démocratiques.
» Une première fois, l’initiative de créer ce centre avait été exprimée en 2019, puis elle a été notée dans le concept de développement de l’alliance de l’OTAN 2030. Enfin, un groupe de travail a été créé au sein de l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN, qui tentera de traduire cette idée dans la réalité.
» Il suffit de dire que l’objectif principal du centre est vraisemblablement de traiter de la censure de l’espace d’information et de la discrimination contre les minorités ethniques dans les États baltes, des accusations constantes de violations des droits de l’homme contre la Turquie par la Grèce, ainsi que de l’attitude non démocratique de la Pologne à l’égard de l’avortement et de la communauté LGBT au sens européen.
» La priorité absolue pour l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN est d’aider l’Alliance à se consacrer à nouveau à ses fondements démocratiques.
» “L’attaque contre le Capitole, le 6 janvier, a montré que la démocratie, si elle est résistante, est aussi fragile. Et les preuves récemment publiées de l'ingérence de la Russie dans nos élections soulignent la menace que la marche mondiale de l’autocratie fait peser sur nos démocraties”, a noté le député [président de l’AAN, ou APO] Connolly. “Nous devons constamment renforcer et protéger la démocratie contre les tentatives de la miner, – tant de l'intérieur que de l'extérieur.” »
 

Tous les bobards sont là, au garde-à-vous, avec l’attaque du Capitole du 6 janvier et le sexy-Stoltenberg ouvrant le ban devant le verrou de plus (l’AAN sous la présidence de Connolly) posé sur l’Alliance. La manœuvre est superbe de convenance, de conformisme et de politiquement-correct, avec pour but d’habiller de couleurs radieuses, si possible de l’arc-en-ciel LGTBQ, l’Alliance absolument rajeunie. Connolly nous assure à ce propos qu’elle est le meilleur instrument imaginable pour coordonner transatlantiquement les efforts nécessaires pour liquider la Covid à jamais, ce qui devrait rassurer “sachants” et “soignants”.

On notera d’ores et déjà et bien entendu combien cette évolution correspond à ce que les Russes ont identifié de leur côté, appelant cela “guerre mentale” comme nouveau concept venu de l’Ouest, qui se montre impuissant dans tous les autres domaines (puissance militaire, sanctions économiques, etc.) et portant sur un affrontement de “modes de vie” civilisationnels, avec, désormais à l’Ouest dans les réseaux de communication, la plus haute main donnée au wokenisme.

...‘Way of Life’ dit-on bien entendu en guise de ‘mode de vie’, – avant, il y a très longtemps, si longtemps, et d’une toute autre manière, les Français parlaient de « l’art de vivre » ; ces Français-là sont morts, remplacés par les crétins universels et la bêtise qui règne... Dans tous les cas, PhG notait dans le texte consacré à cette « guerre en cours » telle que perçue par les Russes et dont le CRD deviendra sans le moindre doute un élément privilégié dont chacun saura d’où il vient et quels sont ses buts :


« Finalement, l’intérêt principal des remarques d’Ilnitsky est de nous communiquer ce qui est sans doute l’avis des dirigeants russes, et notamment de l’armée dont il est le conseiller, que cette “guerre pour les âmes” qui n’est pas nouvelle, cette “guerre pour la civilisations”, a désormais la première place, qu’elle est le centre de la situation crisique conflictuelle générale où nous nous trouvons. Il s’agit là de l’événement essentiel du propos, et de la séquence que nous vivons actuellement.
» (Nous disons bien “guerre pour la civilisations” et non pas “choc des civilisations” puisque de notre côté il n’y a plus de “civilisation”, mais une “contre-civilisation”, c’est-à-dire une entreprise de destruction de la civilisation. Il ne s’agit pas d’un “modèle” contre un autre, mais bien d’une défense et d’une réaction vitale du concept de civilisation contre une entreprise de destruction de la civilisation, – effectivement antiSystème contre Système.) »
 

On ajoutera la dernière partie du texte de SouthFront.org se référant à une intervention en ligne dans un séminaire de l’université de Floride du Sud, dans l’État de Floride des États-Unis, du Secrétaire Général Soltenberg. Il parle de la mise en œuvre l’Article 5 du Traité de l’Alliance atlantique. On découvre alors de nouveaux horizons... Comme on le lit Soltenberg ne parle que de cyberguerre, mais la logique ainsi exposée doit être poursuivie à la lumière de l’agitation décrite ci-dessus.
 

« Il convient également de noter que l'OTAN a l’intention de recourir à la force même si l’agression contre ses pays membres est commise à l'aide de moyens qui ne sont pas militaires. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a lancé un tel avertissement lors d’un séminaire réalisé en ligne et organisé par l’Université de Floride du Sud.
» “Nous n’accorderons jamais à notre adversaire potentiel le privilège de savoir exactement quand nous [les Alliés de l'OTAN] utilisons l’article 5. Mais nous avons clairement indiqué que nous utiliserons l’article 5 lorsque nous le jugerons nécessaire. En outre, nous pouvons utiliser l’article 5 lorsque nous constatons une agression utilisant d’autres moyens que les moyens militaires conventionnels”, a déclaré M. Stoltenberg.
» Il faisait référence à l’Article 5 du Traité de l’Atlantique Nord signé à Washington en 1949. Il consacre le principe de défense collective de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. L’article prévoit une réponse collective en cas d’“attaque armée contre un ou plusieurs” pays membres de l'OTAN.
» “Nous avons vu que des actions agressives ont été menées [dans un passé récent] par d’autres pays contre des alliés de l'OTAN, lorsque non pas des moyens militaires traditionnels, mais des moyens non militaires ont été utilisés pour essayer de saper nos positions, de nous diviser, de nous attaquer”, a soutenu le secrétaire général, sans entrer dans les détails.
» Selon lui, “c’est exactement ce à quoi l’OTAN doit s’adapter”. Et l’alliance prend les décisions nécessaires, a précisé M. Stoltenberg. Il a rappelé qu’aujourd’hui, par exemple, l’OTAN est prête à appliquer l'article 5 en réponse à des cyberattaques. “Nous avons décidé il y a quelques années qu’une attaque dans le cyberespace, une cyberattaque, pouvait déclencher l’article 5. Il s’agit d’un signal totalement nouveau [pour un adversaire potentiel]”, a déclaré M. Stoltenberg.
» En outre, il a appelé l’OTAN à commencer à “contrer plus activement la désinformation” et à protéger les “infrastructures critiques” de l’alliance. »
 

Stoltenberg ne parle certes, dans cet extrait et comme on l’a déjà signalé plus haut, que de “cyberguerre” comme occurrence non-militaire d’une intervention type-Article 5. Mais, comme nous le disent nos “ennemis” russes dans le texte déjà référencé comme dans un autre, même la cyberguerre est une étape déjà ancienne, dans tous les cas passée et dépassée ; la nouvelle s’appelle “la guerre des âmes”, c’est-à-dire tout ce qui concerne le comportement civilisationnel. Entrent dans cette catégorie l’entièreté du fourbi révolutionnaire du néo-capitalisme transhumaniste, des LGTBQ au BLM, jusqu’au wokenisme. Au reste, toutes ces choses sont dites in fine lorsqu’il est question du CRD ; mais il n’est alors question que de “surveillance”, d’“aide”, etc., à l’intention des pays-membres, si besoin est n’est-ce pas : « Le concept est que [le CRD] devra surveiller les faits de violation de la démocratie dans les pays membres et aider les alliés à développer plus efficacement les institutions démocratiques. »

Pourtant c’est bien de ces domaines (« ...la discrimination contre les minorités ethniques dans les États baltes, des accusations constantes de violations des droits de l’homme contre la Turquie par la Grèce, ainsi que de l’attitude non démocratique de la Pologne à l’égard de l’avortement et de la communauté LGBT au sens européen ») dont les Russes eux-mêmes parlent lorsqu’ils évoquent la “guerre des âmes”. Les Russes pensent qu’aujourd’hui l’agression se situe dans ces domaines, et nous les comprenons tellement que nous sommes bien d’accord avec eux. Alors, les actions envisagées pour le CRD, de l’OTAN vis-à-vis de tel ou tel de ses membres, relèveraient-elles d’une défense face à une “agression” contre ce membre, une “agression” que ce membre-là se lancerait contre lui-même ?  Ou encore : si, demain, le Conseil de l’Atlantique Nord, qui pourrait bien ne plus suivre le principe de l’unanimité en 2030, juge que la Pologne déroge gravement à la démocratie sur les questions de l’avortement et des LGTBQ, décidera-t-elle d’intervenir, contre le gouvernement polonais, par exemple au nom de l’Article 5 ? Cela pourrait être nommé, par exemple (bis et suite) : “colour revolution” entre-soi...

(Et, d’ici là, la Pologne si ardemment traditionnaliste ne ferait-elle pas bien bien de réfléchir pour savoir où se trouve son véritable ennemi : à Moscou, comme elle l’imagine fiévreusement dans ses simulacres cauchemardesques sans voir que la Russie est la seule et solide défenderesse de la tradition dans la sphère des “civilisés”, ou à Bruxelles-Washington où l’on célèbre les transgenres et où les Marines volent à bord de F-35 peints en rose mais cloués au sol pour cause d’interruption volontaire d’électronique ?)

Tout cela est passionnant à suivre, et surtout il faut reconnaître au couple OTAN-Soltenberg une extraordinaire vélocité pour se prosterner comme il faut, à la fois comme en-mosquée et envacciné, avant de faire le beau devant le drapeau Spangled-LGTBQ. Heureuses soient l’OTAN, qui eu la prémonition d’être féminine (Organisation), de même que l’Alliance atlantique. Il s’agit d’un don exceptionnel de voyance, qui montre bien combien l’OTAN sut, de tous temps, être en avance sur son temps, jusqu’à l’être encore aujourd’hui pour demain.

Reste une question sympathique : que fait-on si, demain justement, par exemple en 2024, il venait à un Trump, ou à un clone de Trump, l’idée saugrenue et fort réactionnaire de devenir président et de jeter à la mer toute cette bouillie wokeniste ?

 

Mis en ligne le 31 mars 2021 à 15H50

Donations

Nous avons récolté 400 € sur 3000 €

faites un don