JET versus JSF

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 1293

JET versus JSF

25 juillet 2009 — Après le dernier épisode en date (il y en aura d’autres) du F-22 s’achevant dans l’apothéose de “la révolte du Sénat”, surgit aussitôt un nouvel épisode de la bataille du JSF, celle-ci directement liée en l’occurrence à la “bataille du F-22”. On pourrait appeler cela: “le retour du rapport JET”.

Ce qui nous conduit au premier constat sérieux: la première riposte également sérieuse aux cris de victoire “anti-F-22” qui ont suivi le vote du Sénat a été pour attaquer méchamment le F-35 (le JSF). Cela nous indique combien ceci (le sort du F-22) est lié à cela (le F-35), et combien, désormais, le F-35 est emporté dans la bataille. Or, si le F-22, qui est un programme en bout de course, n’a plus grand’chose à perdre, lui-même n’étant plus grand’chose, le F-35, lui, a tout à perdre dans une bataille qui le concernerait, en le mettant en cause nécessairement. Notre conviction est plus que jamais qu’en faisant du F-35 le concurrent du F-22, et en entraînant tout ce beau monde dans une bataille du type classique “qui n’est pas avec moi est contre moi”, les partisans du F-35 ont remporté une victoire tactique et ont commis une grande erreur stratégique en regroupant contre ce programme une coalition hétéroclite qui ne se serait pas nécessairement constituée en d’autres circonstances. Ils le regretteront.

La nouvelle, c’est la réapparition du rapport JET, du Joint Estimate Team, équipe du Pentagone composée de représentants des divers services et bureaucraties, qui effectue des évaluations des programmes dans une certaine impartialité, autant que faire se peut dans cet immense bâtiment. Le JET a une appréciation très pessimiste du JSF (sur les 5 prochaines années, le programme devrait accumuler un nouveau retard de deux ans, avec une augmentation de $15 milliards). Le Congressionnal Quaterly Politics publie, le 23 juillet 2009, un article sur le rapport JET.

«An internal Pentagon oversight board has reported that the F-35 Joint Strike Fighter program is two years behind schedule, according to multiple congressional aides familiar with the findings.

»Talk of the program’s problems comes amid intense debate over the future of another fighter plane, the F-22. Defenders of the F-22 argue that continued production is vital to national security. The White House and some lawmakers who favor halting the production of any new F-22 warplanes say the F-35 will fill the gap and meet the nation’s combat aircraft needs.

»Senators and aides now lament that the Pentagon oversight panel’s more pessimistic view on the F-35 program was not publicly released during the F-22 debate. They are calling for more open disclosure of the problems with the development of the F-35.

»The Pentagon’s Joint Estimate Team (JET), which was established to independently evaluate the F-35 program, is at odds with the Joint Program Office, which runs the F-35 program, the aides said. The oversight panel’s calculations determined that the fighter won’t be able to move out of the development phase and into full production until 2016, rather than 2014, as the program office has said. […]

»“In every parameter and in every respect, the Joint Program Office’s projections were always a hell of a lot rosier than what the Joint Estimate Team found,” said one Senate aide who was briefed on the findings.

»Sen. Christopher S. Bond , R-Mo., who has often criticized the F-35 program and has called it the “Joint Strike Failure,” said his attempts to get internal Pentagon data on the program have often been rebuffed. “They are wrapped so tight on that F‑35,” said Bond, who added that the Pentagon is so invested in the program that it is loath to release negative information, especially during a debate over Air Force funding. “They bet too much on the F-35. It’s too big to fail,” Bond said. “It’s like Citigroup.”

»Pentagon spokesman Geoff Morrell said there is no delay in the completion of the first production aircraft, which is due next year, but he said more testing is needed to determine whether full production would be able to begin on schedule. “The JET is not the gospel. It is but one view, albeit an important one, of our testing program,” Morrell said. “The program office has a very different view. The truth is that we don’t know which will prove to be correct, but there’s no reason to believe our testing regime will result in the kind of delays the JET is predicting.”

»The Joint Estimate Team’s report was given to congressional committees last year and was not hidden or suppressed by the Pentagon, Morrell said. He said it is now being dredged up by F-22 supporters.»

L’article du CQ Politics pourrait faire penser que c’est la première fois qu'il est fait allusion en détails divers au rapport JET. Ce n’est pas du tout le cas. Des informations importantes et particulièrement complètes ont été données, et répercutées par d’autres sources, par la lettre d’information Inside the Air Force, le 25 novembre 2008, sous le titre «“Independent” DoD Assesment Finds JSF Underfunded by $15 billion». L’affaire du rapport JET a été étouffée d’une façon assez naturelle, par une direction intermédiaire du Pentagone, – la plus importante pour l’efficacité, – Gordon England et John Young (alors n°2 et n°3 du Pentagone), tous les deux anciens de Lockheed Martin, – en refusant abruptement cette estimation. L’idée fut simplement qu’en prenant en compte l’évaluation du JET, qui avançait de si accablantes précisions sur le programme JSF, on allait alimenter une tendance à exagérer, dans le gouvernement même du programme, les coûts et les délais de ce programme (« Moreover, Young said, […] “If we put all this money in the budget, these things [the JET estimate] become self-fulfilling prophesies: We manage to spend the money,” Young said»).

«Deputy Defense Secretary Gordon England has directed the Air Force, Navy and Marine Corps to all but disregard a recent assessment by a highly esteemed team of military cost estimators that concludes the Joint Strike Fighter program requires two additional years of testing and development – and a staggering $15 billion more than is currently programmed over the next six years.

»Instead, the Pentagon’s No. 2 official – after much high-level debate this fall over about how to proceed with funding the U.S. military’s largest weapon system procurement in history – directed the three services in an Oct. 31 classified memo to add $480 million to bolster testing in fiscal year 2010, in a bid to support plans for accelerated F-35 production beginning in FY-15. Inside the Air Force reviewed an unclassified Pentagon summary of the previously unreported JSF investment decision.

»“I think this is extremely prudent,” John Young, under secretary of defense for acquisition, technology and logistics, said of the new way forward for JSF in an exclusive interview with Inside the Air Force. Young said that Pentagon leaders were presented this fall with two widely divergent cost estimates for the JSF program – one from the JSF Joint Program Office and another that was $15 billion higher from a team of “independent” military cost analysts called the Joint Estimate Team (JET).

»“You had to place a bet on either the program office of the Joint Estimate Team and there was not enough data to decide where to place that bet,” Young said. “So what we did was the more prudent thing, which was fund about the JET [recommended] amount in FY-10.”

«At a high-level meeting earlier this month, Young said Pentagon leaders “debated heavily” a number of options for proceeding with JSF development, including funding the program to the higher JET estimate – a step that would have required cutting or terminating other weapon systems development projects in order to find additional resources.»

CQ Politics précise que le rapport JET aurait été, et sera peut-être, d’une grande importance dans la bataille du F-22. L’idée sous-jacente derrière ces observations est que la bataille du F-22 n’est pas close; avec, comme cerise sur le gâteau, une intervention dans ce sens de Thomas Donnelly, un des dirigeants de l’American Enterprise Institute, forteresse des néoconservateurs, mais aussi un ancien de Lockheed Martin…

«Experts said Gates’ efforts to pressure senators to end F-22 production would have been hurt had the Joint Estimate Team’s findings been widely known. “If this information had been part of the debate over the last couple of months, several Democrats, many of whom switched their votes at the last minute, would have been much harder to persuade,” said Tom Donnelly, director of defense studies at the conservative American Enterprise Institute. […] “TheF‑22 debate is not over, so the administration’s credibility on the F-35 could really be hurt by this information,” Donnelly said.»

JSF-Citigroup

Comme on ne peut l’ignorer, la bataille autour du JSF, avec son appendice temporaire de la “bataille du F-22”, est d’abord une bataille de la communication de l’information. Il n’existe plus aucune référence objective de la chose, comme dans le domaine général de l’information lui-même, qui est totalement subjectivisé, sinon subverti. Le phénomène de la communication, avec sa puissance mais aussi la subjectivité manipulatrice qui le caractérise, invite à l’enquête permanente, avec une part importante faite à l’intuition éclairée par l’expérience, pour se rapprocher de la réalité. L’enjeu est évidemment l’influence, qui pousse aux actes et aux décisions sans aucune base formelle et objective qui puisse en déterminer le destin.

Dans cette bataille, il n’y a plus rien d’impératif. Plus aucune règle de l’information courante n’est applicable. Une nouvelle importante, voire sensationnelle, peut sortir un jour et être quasiment ignorée, sans manœuvre spécialement faussaire, sans montage particulier. C’est le cas de ce rapport JET, qui est une référence extrêmement solide, venue du Pentagone lui-même. Il devient public fin novembre 2008 et reçoit un écho à peine audible dans des milieux très restreints. Aucune exploitation n’en est faite. Son statut est extraordinairement incertain. Le porte-parole du Pentagone Geoff Morrell déclare aujourd’hui qu’il a été tenu disponible pour les commissions concernées du Congès («The Joint Estimate Team’s report was given to congressional committees last year and was not hidden or suppressed by the Pentagon, Morrell said…»). Pourtant, il est présenté par CQ Politics comme venant d’être officiellement présenté, justement, à divers parlementaires et membres de leurs équipes qui le découvrent. Aujourd’hui, huit mois après que son contenu ait été divulgué, c’est un scoop comme s’il apparaissait pour la première fois.

Et quelle est l’attitude des autorités? Etrangement ou d’une façon significative, c’est selon, elles ne repoussent pas le contenu du rapport. En novembre, Young ne nous disait rien d’autre que “le rapport JET n’est pas bon pour le moral du JSF Program Office, donc nous l’écartons” (JPO, le bureau qui gère le JSF au Pentagone, et qui a des appréciations extraordinairement optimistes du programme). Aujourd’hui, Morrell, le porte-parole du Pentagone, laisse tomber cette appréciation extraordinaire qu’on ne sait pas où va le JSF, – puisque c’est ce qu’il dit lorsqu’il dit ignorer quelle évaluation est la bonne, celle du JPO ou celle de JET, – mais qu’il vaut mieux croire, après tout pourquoi pas, celle qui nous annonce des lendemains qui chantent… («The truth is that we don’t know which will prove to be correct, but there’s no reason to believe our testing regime will result in the kind of delays the JET is predicting.»)

Voici donc le rapport JET à nouveau en piste, et cette fois pris au sérieux parce que les partisans du F-22 au Congrès ont besoin de munitions, et que tout ce qui diminue le F-35 avantage le F-22. Le JSF, prévu en 2002 comme opérationnel en 2010, le sera au mieux en 2016 selon le rapport JET, avec une facture alourdie de plus de $15 milliards pour les seules 5 années précédant 2016 (selon le GAO en mars dernier, de $33 milliards si le DoD veut accélérer la production de son usine à gaz, avec risques innombrables afférents). On savait tout cela depuis des mois mais on le découvre aujourd’hui, avec fureur et consternation selon qui s’exprime.

L’épisode confirme et renforce plusieurs constats concernant le programme F-35, qui est bien le cœur de la crise du Pentagone, bien plus que l’affaire du F-22 qui a produit un événement tout au plus épisodique et préparatoire.

• Il y a bien une bataille en cours au sein du Pentagone, autour du F-35 et contre la dictature qu’y exerce le JPO. Cette bataille a connu un étrange déraillement avec l’affaire du F-22, avec cet étrange vertige de croire que l’attaque contre le F-22 et le vote du Sénat constituaient “la défaite la plus significative du complexe militaro-industriel depuis la Seconde Guerre mondiale”; par simple logique binaire, le JSF figura un instant comme la star des réformistes, le programme qui allait résoudre la crise du Pentagone. Il s’agit évidemment de l’inverse, et l’épisode F-22 va exacerber les oppositions de toutes origines; on trouvera côte-à-côte des partisans du F-22 et des anti-guerres. La remise en circulation du rapport JET en est un signe.

• La bataille du F-35 est le plus formidable affrontement de communication qu’on puisse concevoir aujourd’hui dans le champ stratégique des armements, avec toutes les ramifications politiques et autres. C’est une situation caractérisée par le désordre, où même un porte-parole du Pentagone oublie de dire que le JPO a raison contre le rapport JET, qu’au contraire “nous ne savons pas qui des deux (JPO ou JET) a raison”. C’est dire que le Pentagone est loin de présenter un front uni; l’affrontement en son sein engendre l’incertitude et se répercute au niveau de la communication, qui est effectivement devenue cette matière complètement relativisée où la réalité qui s’impose dépend de l’expérience, de l’intuition et de la conviction.

• Le programme F-35, ou JSF, se confirme effectivement comme étant à lui seul la crise du Pentagone. Nous ne parlons même plus d’un “symbole” ou d’un “exemple”, mais bien de la crise elle-même. Le porte-parole Geoff Morrell, qui parle pour OSD (Office of Secretary of Defense), donc pour Gates, ajoute même que des essais supplémentaires sont nécessaires avant de déterminer une appréciation réaliste de l’avenir; cela montrant que même Gates ne se sent pas complètement à l’aise avec les appréciations hollywoodiennes chantées par le JPO. Comme dit le sénateur Bond des partisans du F-35 au Pentagone, «They are wrapped so tight on that F-35… […] They bet too much on the F-35. It’s too big to fail. It’s like Citigroup.» On connaît les avatars de Citigroup dans la dernière crise financière et, comme chacun devrait se douter, ce n’est pas fini; il n’est pas assuré que Gates, qui a pour ambition de réformer le Pentagone, veuille être associé à une entreprise qui aurait le destin de Citigroup à Wall Street.

Loin de nous tenir à la rhétorique prédatrice favorite à Washington, vaniteuse et nourrie d’esprit néoconservateur (“Le JSF va réussir ce que le F-16 a failli réussir, détruire l’industrie européenne d’armement”, selon Richard Aboulafia), nous dirions que le programme JSF concentre de plus en plus dans ses mains l’équilibre et la structure du Pentagone, c’est-à-dire le sort du Pentagone. “Too big to fail”, “Too big to fall ”, c’est vite dit dans l’époque de l’incertitude eschatologique et de la montée aux extrêmes; l’alternative c’est “la chute finale”, celle du gros morceau qui entraîne le reste et tout le monde.