Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

Simplisme...

Article lié : Un “-isme” pour en finir avec les “-ismes”

EricRobertMarcel Basillais

  16/02/2018

La description des -ismes  par Orlov relève du Simplisme.
 

Le Fascisme comme fin de l'Histoire ...!?

Article lié : Un “-isme” pour en finir avec les “-ismes”

Christian Feugnet

  16/02/2018

Cet article a le mérite de mettre en évidence la tendance porteuse du moment , partout . D'une part , d'autre part ses variétés à vocations opposées , "nationalistes" , riches de guerres internes et externes , de destructions , en un mot .
Est il préférable , voire , possible d'y opposer une solution , bonne pour tous ,( une Internationale , quoi ? , ou humaniste ou oecuménique selon affinités ) en dehors de la possibilité d'infliger aux autres plus de destructions que d'en subir soi méme , ce qui est semble t il , la plus recherchée par chacun , faute de mieux .
Il me semble évident , que ces divers ismes , se répartissent , géographiqement , et pas fortuitement .
Mais selon la répartition des 3 formes du Capital ( corrélativement du travail et de sa reproduction , pour y inclure l'autre sexe .) , les formes financiére , commerciale et productive , complémentaires mais séparées . A ces nuances prés , commerciale , inclu industriel ( Allemagne et Japon , champion de l'exportation , et de l importation) , Angleterre , US champions de la finance , Russie , Chine , de la production et reserve de main d'oeuvre . Je n'ai pas employé finance , commerce production là comme catégories , mais comme concepts . La solution réside dans la reproduction du travail , c'est ce que chacun s'efforce de ne pas faire , en dehors du travail lui méme , à qui est dénié ( y compris dans le communisme ) . le droit de penser et de parler . C'est si l on veut travestir , un probleme de libido , (éros /thanatos ).

idéalisme russe?

Article lié : A propos de PCG et de Poutine

Marc Gébelin

  15/02/2018

Titre provocant mais pas tant que ça… Bien sûr Poutine veille sur les intérêts de son grand pays qui a besoin non pas tant de prendre sa revanche sur 1991 (ça c'est les Russes qui l'ont fait tous seuls), que sur les dix années qui ont suivie (ça ils l'ont fait avec l’aide des Chicago boys qui ont aidé à ruiner la Russie). Gorbatchev a cru aux promesses de Clinton? Oui. Pourquoi? Par idéalisme, parce qu'il a fait confiance.
Poutine fait plus tellement confiance mais il voudrait quand même pouvoir faire confiance car au fond de son âme il préfère les Américains blancs aux Chinois jaunes (c'est pas de l'humour, c'est pas du racisme, c'est un constat). Mais bon, c'est les Chinois qui achètent le pétrole russe et si entre Sun Tzu et Dostoïevski, à première vue, il y a peu de points communs, en cherchant bien on pourrait en trouver quelques uns…
La Russie a commencé son multiculturalisme en reprenant Kazan aux Mongols mais à Kazan les trois religions monothéistes s’entendent pas trop mal et, en cherchant, on trouverait bien quelques bouddhistes ou Mongols égarés ayant dressé pagode dans cette magnifique cité. Choïgu, il est pas blanc d'ailleurs et ferait un bon successeur de Poutine.
En 1814, après la défaite de notre Corse d'empereur, celui de Russie, Alexandre, voulait avec l'empereur d'Autriche (souvenir scolaire dont je n'ai plus la trace hélas mais qui est bien réel) refonder les relations des pays européens sur des bases religieuses, chrétiennes, bref bannir la guerre, sceller une réconciliation européenne qui ne soit pas exclusivement politique, oublier que les états sont des "monstres froids". Ils auraient bien aimé les deux empereurs, les réchauffer un peu. Idéalisme.
Poutine, oublieux du marxisme léninisme, copain avec Cyrille né comme lui à Leningrad, de plus en plus conscient de ce que son pays porte de promesse (bien plus qu'une "alternative" au mondialisme étatsunien) comme futur de civilisation, sent bien qu'il est, que son pays est, à un tournant de l'histoire, que la Russie va redevenir un puissance civilisatrice lorsque l'Europe et les Usa, gays, pro GPA PMA, peut être pro pédophiles (je sais le pire n’est jamais sûr mais j’ai des craintes) seront à terre. C'est pas encore demain que la Russie montrera son âme russe (les oligarques, souvent juifs, l’en empêche) mais pour après demain. Entre temps, la Chine qui aura mis un peu en sourdine sa "route de la soie", révisé son objectif purement mercantile qui ne vise qu’à nous étouffer un peu plus sous des tonnes de marchandises, aura peut-être le chic de nous faire goûter son opéra et sa musique au lieu de nous gaver d’écrans plats.
A la mort de l’Amérique, personne ne souhaite une Chine, ni une Russie dominatrices. On souhaiterait juste un peu d’idéalisme. Mais cette fois du vrai.
 

Hésitations 2

Article lié : Paul Craig Roberts  en colère contre la Russie…

Marc Gébelin

  14/02/2018

A la lecture des différents commentaires, je vois une autre piste d'interprétation que personne ne mentionne (moi compris).
La Syrie délivrée à 90% de daesh est-elle promise à devenir le jouet d'Israël? Ne pas oublier que ceux qui voulait détruire la Syrie c'était 1, les Usa; 1bis, Israël;  2, la Turquie; 3, les Saoudiens et leurs satellites du golfe. A quoi aura servi l'intervention décisive des Russes depuis 2015 si c'est pour laisser la Syrie amputée de son pétrole du Nord Est, rongée par tous les djihadistes (qui sont loin d'être tous morts ou en prison) que les Amerlos-Israéliens, à petite dose, injecterons comme bon leur semblera, quand bon leur semblera sur son territoire?
 
A-t-on oublié que le Golan est territoire syrien volé à la Syrie (comme la Palestine fut volée aux Palestiniens) et qu'il semble y avoir là aussi, du pétrole. Perd-on de vue qu'au large de Gaza, il y a du gaz que les Israéliens veulent s'approprier comme d'ailleurs au large du Liban?
Si la Syrie après avoir grâce aux Russes, aux Iraniens et au Hezbollah triomphé de ses ennemis, doit rester une autre Lybie où le chaos sera lui pareillement entretenu mais d'une autre façon, alors je repose ma question: à qui et à quoi aura servi l'intervention russe de 2015.
Un commentateur argumente en comparant le nombre d'avions, le nombre d'hommes disponibles dans chaque camp. Certes ce n'est pas une abstraction, mais Israël oserait-il se frotter aux 2 bases Russes dans le nord e la Syrie alors que déjà il perd des F16 avec de vulgaires Sam 2 ? Trouve-t-on déplacé que Bachar veuille définitivement protéger son territoire des raids Israéliens qui durent depuis 20 ans en toute impunité? Trouve-ton déplacé qu'il veuille récupérer son territoire de 2011 voire de 1974? Que risqueraient les Russes, je le répète, à donner une leçon à Netanyahu? Pas une grosse, juste une petite, une indiscutable comme il l’a fait en janvier contre l’attaque de drone? Par exemple 3-4 avions abattus avec les pilotes prisonniers et deux trois casernes explosées sur le territoire Israélien par des Kalibr venus de nulle part?
Si vous ne vous défendez jamais, au nom je ne sais de quelle conception diplomatique très élaborée, vous finissez immanquablement par pousser l'agresseur à augmenter son agression. Jusqu'où ira-t-elle? Jusqu'où Israël s'arrogera-t-il le droit de faire ce qu'il veut dans tout le Moyen Orient. Il a détruit l'Irak, il a collaboré à la destruction du Soudan, il détruit la Syrie, a certainement participé au 11 septembre 2001, il rêve d’une attaque nucléaire sur l'Iran dont il a les moyens.
Que faut-il attendre du trio des malades mentaux Trump-Kushner-Netanyahou si ce n'est encore et toujours plus de guerres, de sabotages, de meurtres et de complots? Le cancer de la guerre a été introduit en 1948. Depuis cette date, tous les 2 ou 3 ans une guerre ouverte ou larvée ravage la région. Il faudra bien qu'un jour on s'en rende compte et qu'on en tire les conséquences. Laisser les fanatiques, extrémistes pseudo religieux, agir à leur guise au nom de la défense de la "démocratie" ou de je ne sais quelles "valeurs occidentales" nous retombera un jour sur la figure. Je dis bien nous les Européens et peut plus encore les Français.
Le peuple de Syrie après 7 ans de guerre et de destructions sans précédent, a-t-il le droit de connaître la paix? A-t-il le droit d’être chez lui non dans un pays ravagé mais reconstruit ? Sans paix, pas de reconstruction, sans reconstruction à court terme, pas de paix mais un terrorisme renaissant et des trafics partout qui achèveront la Syrie. Le cancer peut-être jugulé à condition que les professeurs de médecine s’y attellent et cessent de changer de pied dans leur danse macabre.
 

Non Trump n'est pas une marionnette

Article lié : Prisonnier à la Maison-Blanche

Spiridon

  14/02/2018

Cette interprétation des évènements fait la part trop belle aux clichés véhiculés par "l'opposition" renvoyant encore Trump non plus à une soi-disant médiocrité intrinsèque mais à une dépendance totale des quelques personnes qu'il a lui-même choisies.
Elles ne tiennent pas compte de l'évolution lente mais visible de la situation: la publication du rapport qui a rendu hystériques les démocrates, montrant qu'il fallait du temps, beaucoup d'efforts et de manipulations de la part de Trump., la quantité impressionnante de gens virés au FBI et au DOJ etc..Les pulsions guerrières de Trump n'en sont pas, elles n'ont été que des poires pour la soif pour tromper la galerie: les bombardements en Syrie n'étaient que sur un désert calculé, la rhétorique anti Corée du Nord un évident rideau de fumée pour amorcer le dialogue etc..
La plus belle preuve récente: l'aveu par le général Mathis que l'usage d'armes chimiques par l'état syrien n'était nullement prouvé, dans aucun des cas! Dans ce cas voilà plus un général qui se "rallie" à Trump qu'un Trump manipulé comme une marionnette! Quant aux déclarations de Tillerson elles s'expliquent par le fait que cette fois-ci c'est lui qui a été utilisé comme rideau (ce qui n'était pas le cas sur la Corée du Nord). Les rôles changent et sont bel et bien distribués par le président.

Si Poutine était plus plus méchant par ses accomodements qu'on ne le pense ....

Article lié : A propos de PCG et de Poutine

Christian Feugnet

  14/02/2018

Les Us sont en position d'Empire et se comporte comme tel . Nulle raison à attendre de lui , celà n'y a plus court .  Souvenez cous Gorbachev '"nous allons vous rendre le pire service , vous priver d'ennemi " . Parce que qu'est qui fait sombrer  , un Empire , c'est lui méme , son intérieur , c'est pas les Barbares , et c'est vrai pour tous : Chinois , Indou , Perses , Arabes , Mongols Egyptiens , que sais je , çà suis toujours les mémes étapes . Prenons le Perse du coté de Darius III y avait plus de Grecs de son coté que du coté dAlexandre . Prenons les Romains . Marx a dit "Dictature du prolétariat! " les Marxistes ont pris çà pour une formule futuriste , pleine de promesses malgré sa contradiction . Pourquoi parce que personne n' a percuté que le prolétariat ( mot latin , je rappelle . ) . il lui restait plus que l'Armée .
Plus besoin de tribuns , ils avaient l'Empereur et les sénateurs n'avaient plus qu'à la fermer . De toute façon ils ne savaient méme plus porter une arme . ( au début encore un couteau pour tuer Jules) . Au final y a plus que les Barbares pour faire le sale boulot de défendre l'indéfendable , c'était quoi des prolétaires non reconnus , étrangers , sans papiers , pas payés
Le complexe militaro industriel , ce truc moderne qui nous tombes desssus , çà n'a rien à voir ! Vous percutez toujours pas!
Pourquoi Poutine nous aiderait t il dans notre probleme au lieu de laisser une tentation de nous y enfoncer ?

Jeux de Guerre

Article lié : A propos de PCG et de Poutine

EricRobertMarcel Basillais

  14/02/2018

Nous vivons les heures les plus sombres de l'Histoire. Chacun est énervé et souhaiterait une fin heureuse… et rapide. Impatience…

La stratégie de Poutine est la même que celle de la Chine : préserver la Paix ( au maximum) ET transformer le monde selon le projet stratégique sino-russe : modifier la perception des alliés des USA (Japon, Allemagne, Turcs ...) jusqu'à évincer les USA de l'Eurasie sans combattre ( méthode Sun Tzu).

Il y a une énigme quand même au fond que perçoit confusément PCR : les intérêts financiers mondiaux sont préservés. Le glissement semble s'opérer sans accroc, du Dollar vers le Yuan.

Je ne crois pas du tout à l'ANTI-Système : s'ils ne veulent pas d'hégémon mondial, les sino-russes se voient peut-être encore puissances mondiales post-Effondrement USA, une sorte de revenche pour l'effondrement soviétique de 1990.

Par ailleurs, les USA en ont encore sous le pied malgré tout : ils tentent de mobiliserles petits pays dans les zones régionales, effrayés  par l'hégémonie régionale des sino-russes.

L'Europe centrale, Ukraine comprise. Le Vietnam, Taiwan, le Japon peut-être aussi. L'Indonésie et l'Australie.  L'Inde. Les Emirs. Et bien sûr l'Angleterre. Bref, un front juste assez puissant pour prévaloir au moment du passage à l'Acte Suprême ( nous en sommes toujours aux préliminaires…).

Et puis qui sait ? Peut-être y -a-t-il des petits jeux dans le "grand jeu" qui nous échappent complètement ?

 

Il n’est pas de chevalier blanc

Article lié : Paul Craig Roberts  en colère contre la Russie…

Alexis Toulet

  14/02/2018

Je trouve cette intervention de Paul Craig Roberts très décalée voire déplacée. Le sous-entendu de son indignation est en effet double : d'une part l'idée que la Russie pourrait devenir une sorte d'opposant perpétuel en tout temps et en tout lieu aux Etats-Unis par extension au "Système" ainsi que de "parrain" et protecteur général de tous leurs opposants, d'autre part qu'elle le devrait. Ni l'une ni l'autre proposition ne peuvent être prises au sérieux.

Sur la question du "pourrait" :
- Roberts soutient qu' "il n'aurait pas fallu plus de deux semaines à la Russie et à la Syrie pour libérer toute la Syrie des djihadistes soutenus par les Etats-Unis". Il n'avance aucun fait à l'appui de cette idée. Et il y a toutes raisons de l'estimer fausse, voire délirante, si l'on compare les forces de la Russie sur place à celles des djihadistes et autres rebelles ainsi que la taille et la nature du terrain
- Roberts approuve Lendman qui estime que la Russie pourrait "mettre Israël dehors". C'est encore pire que la première affirmation : rappelons que la force aérienne israélienne non seulement est incomparablement plus grande que la force aérienne russe en Syrie, elle compte même davantage de chasseurs modernes que l'armée de l'air russe toute entière ! En effet, entre 1992 et 2008 la VVS avait arrêté tout achat de nouvel avion de combat… Et si l'on parle de l'armée de terre israélienne comparée à la force terrestre russe en Syrie, le rapport de force est encore plus déséquilibré
- D'une manière plus générale, au-delà de la situation en Syrie, il faut prêter atttention au rapport de force fondamental. La Russie est un Etat plus de deux fois moins peuplé que les Etats-Unis, dix fois moins prospère avec un budget de défense quinze fois plus petit.
Certes, la politique étrangère et de défense américaine est massivement inefficace. Certes, la Russie dispose de l'autonomie énergétique et d'une dissuasion nucléaire tous-azimuts indépendante. Tout cela permet à Moscou de défendre son "pré carré" et de riposter à l'occasion (Géorgie, Crimée, Syrie). Mais qui peut croire qu'un pays disposant de moyens relativement si réduits comparés à ceux de la superpuissance pourrait faire beaucoup plus ?

Sur la question du "devrait" :
Là je ne sais même pas quoi dire ! De quel droit qui que ce soit serait-il en position d'attendre de la direction russe qu'elle serve ses intérêts, plutôt que ceux de la Russie ? Qu'elle le fasse plus ou moins bien, voilà qui est sujet à discussion sans doute. Mais l'apprécier n'est au fond l'affaire de nul autre que les Russes et eux seuls.
Quant à imaginer que Poutine ou le groupe autour de lui aurait l'obligation morale de jouer le rôle de protecteur et de chevalier blanc pour tous les opposants aux aventures militaires américaines… Je me permets d'imaginer que l'idée ferait sourire Poutine et les autres dirigeants, à moins qu'elle ne les scandalise. Il faut rappeler que la sagesse populaire dit "Aide-toi, le Ciel t'aidera". Et non "la Russie t'aidera"...

J'ai en vérité l'impression que l'attitude de Paul Craig Roberts se rapproche de celle d'un néo-conservateur inversé. Considérer que la Russie doit riposter au méchant, qu'elle doit le "punir" car toute agression est une redite de Munich-1938, qu'elle est appelée à devenir le chef de file d'un "empire du bien" en quelque sorte… ce n'est pas du néoconservatisme en effet, c'est plutôt du Неоконсерватизм :-) !

Hésitations de Poutine

Article lié : Paul Craig Roberts  en colère contre la Russie…

Marc Gébelin

  13/02/2018

Je suis hélas plutôt d'accord avec PCR et d'autres qui formule des critiques plutôt raisonnables à l'égard de la politique de Poutine en Syrie et ailleurs. Il a la désagréable habitude de quitter le terrain avant de finir le boulot, ce qui permet aux Yankees de continuer leurs provocations.
Quant à son "amitié" pour Israël, sous prétexte qu'il y a environs 1,5 millions de Russes en Russie, je la trouve plutôt suspecte. En quoi ce Juifs russes auraient-ils mérité qu'on tint compte de leur présence eux qui ont déserté la mère patrie avec capitaux et bagages?
Les craintes des contributeurs semblent hélas justifiées. La Syrie sauvée des djihadistes va rester un abcès inguérissable tant que Poutine ne mettra pas le hola au criminel Netanyahou. Faudra-t-il que l'Iran se montre plus décidé pour que la paix enfin s'établisse? Israël aujourd'hui n'est pas loin d'être un tigre de papier et un petit avertissement par quelques Kalibr (russes pas syriens) le ferait réfléchir et calmerait ses ardeurs. De même les Amerlos retranchés dans l'est. Que ferait Trump si demain 50 soldats yankees se faisait tuer par une attaque russe? Il appuierait sur son "gros bouton". Je ne le pense pas.
Poutine est trop prudent, trop conciliant, ça va se retourner contre lui dans pas longtemps.

Précision et remarque

Article lié : La mémoire n’est qu’une infection virale

jc

  13/02/2018

Précision.

Le titre  "La mémoire fascine", immédiatement suivi de "René Thom l'avait judicieusement remarqué lors de l'un de ses entretiens [cf. Prédire n'est pas expliquer]", peut laisser penser que le problème de la mémoire a fasciné Thom.
Après avoir parcouru (et reparcouru) PNPE assez attentivement je n'y trouve pas trace d'une telle allusion. Par contre la suite du paragraphe concernant la recherche scientifique semble directement inspirée par ce que Thom dit p.128.

Remarque.

Que dit Thom à propos de la mémoire?

Il en propose un modèle en appendice de "Stabilité structurelle et morphogénèse" (écrit aux alentours de 1965, publié en 1972). Sa conclusion corrobore celle du titre "Zéta c'est béta"(historiquement c'est plutôt l'inverse!): "Quelles que soient les vertus de ce modèle, il montrera qu'il ne faut pas espérer localiser de manière stricte les souvenirs, soit spatialement dans des neurones spécifiques, soit chimiquement en des substances bien déterminées."

On sait la tentative de Thom d'élaborer une biologie théorique, structurelle et fonctionnelle, face à l'imposante biologie mainstream actuelle, expérimentaliste et réductionniste. À la période de gloire de la théorie des catastrophes (milieu des années 1970) Thom  a été présenté comme un nouveau Newton: la comparaison a, depuis, médiatiquement fait long feu. Mais je suis de ceux qui pensent que ce feu couve encore, que Thom est peut-être bien néanmoins un Newton de la biologie.

On sait la vigoureuse impulsion donnée par la théorie newtonienne à la mécanique, impulsion qui a mis deux siècles (le XlXème) pour produire pleinement ses effets (mécanique des milieux continus). La métaphore (un peu rustre!) suivante ne me semble pas totalement dénuée de fondement. Newton grand horloger de la mécanique céleste face à l'horloger suisse et sa mécanique terrestre. Thom théoricien de la biologie face aux praticiens? Que l'on retire son mécanisme d'échappement ou l'un de ses rouages et la montre perd la mémoire du temps. Que l'on inhibe une enzyme ou que l'on modifie une protéine et l'on perd la mémoire…

La dernière phrase de PNPE est une citation de Nietzsche: "Les idées neuves arrivent toujours sur des pattes de colombe…"

Attention aux projections

Article lié : Paul Craig Roberts  en colère contre la Russie…

Pascal B.

  13/02/2018

Prenons garde à ne pas projeter sur Poutine nos états d'âme déprimés d'enfants déçus que leur sauveur ne soit pas le cowboy héroïque qu'ils aiment fantasmer. Les hypothèses ici déplorées sont peut être pertinente en totalité ou partie. Mais il est très surprenant de ne trouver sous la plume de ces analystes aucune autre piste d'interprétation qui prendrait en ligne de compte la complexité de la situation. Comme le fait que les Américains n'attendent que de voir Poutine répondre aux provocations et fasse ainsi leur jeu en apparaissant comme agressif et belliqueux. Comme le fait également que Poutine est candidat à sa réélection. Un détail.  Avec des supporters aussi defaitistes on peut estimer que le leader de la résistance à l'Empire parmi les plus tentaculaires ayant jamais existé n'est pas aidé de ce côté-ci. Heureusement pour lui qu'il possède un brin d'expérience et son entourage proche aussi. Parfois on a l'impression que certaines personnes vivent dans un monde de toute puissance propre aux jeunes enfants ou règne le "tout tout de suite" ...

J'ai pas dit mon mot pârce que ces questions sont trés délicates .

Article lié : Juifs russes aux USA et relations Russie-USA

Christian Feugnet

  13/02/2018

Parlez des juifs ou tsiganes , en général , est nécessaire pour expliquer , ces phénoménes , et cependant trés risqué . La question du prépuce parce que c'est imposé à l'enfant , qu'il soit juif ou pas et surtout qu'il aie envie de l'étre , ou pas . Je connais des juifs et tziganes , patentés si l'on peut dire , en qui je fais parfaitement confiance et qui n'ont pas ce comportement de caste ( caractérisation d'Orlov ). . Or nous notre probléme , face aux dissolvants patentés de la société , c'est de les domniner . Pour çà nous devons étre juste , pas juger par catégories , mais par
 les faits . Ce fut le cas à mon avis pour de grands chefs d'état . C'est le cas de Poutine actuellement . Ce le fut pour Napoléon , au sujet de l'accaparment de quasi toutes les terres à l'est , par des moyens douteux , utilisés par les Juifs . Tout çà est rentré dans l'ordre de la justice , sans bruits excessifs . 

Un tournant stratégique?

Article lié : Un F-16 israélien trop loin ?

alain pucciarelli

  12/02/2018

Le calme apparent de la Russie pourrait laisser supposer que tout est prêt pour contrer une folie occidentale dans les parages. Parler peu et sage tout en armant férocement ceux qui doivent l'être. Les leçons afghane du temps de l'invasion soviétique ont sans doute été retenues. Israël peut-il encore entendre raison? Nous le saurons bientôt.

Intuition génerale .

Article lié : Pharaons décatis

Christian Feugnet

  12/02/2018

En géneral , au travers du moyen orient , le mythe libérateur , des States , emballé chamallo de droitdel'hommisme depuis Wilson est grillé . C'est du sentimental pour vieille femme agée , çà caresse mais çà baise pas .
On estime le cout des destructions à plusieurs milliers de milliatds de $ ( Afghanistan , Lybie , Irak , Syrie, on peut mettre déjà le Yémen  ) . Mais celui des dégats estimables , pertes et souffrances humaines ,  exclues , çà compte pas , çà manque de chiffres , sauf que c'est beaucoup plus . Et pire celui de la resconstruction .
Qui va la financer , pas les Américains , les cons de service , Chine , Russie , Iran .
Résultats à prévoir , les Us , go home dans leur ile , le mythe on se torche avec , et les populations qu'avant fallait convaincre à mains de fer , vont adhérer , feu de Dieu , au nouvel ordre pour lequel les Us n'auront qu'un strapontin .

Les mâchoires de la réalité

Article lié : La girouette et la Reine-Christine

Didier Favre

  12/02/2018

Une idée m'est venue à l'esprit. Je pense que nos élites savent parfaitement que leur Système ne marche plus.
Ils ne peuvent pas accepter cette réalité. Ce serait admettre que toute leur vie s'est construite sur une erreur, sur un mensonge. Ce serait admettre que toutes leurs croyances sont infondées. C'est intolérable pour n'importe qui.
Nos élites savent se battre. Le choix du combat est la "Communication". Il s'agit de contrôler la pensée de la foule, notre vision du monde. Vu qu'il est de plus en plus simple de remarquer le hiatus ou pire entre le discours et ce qui est vécu tous les jours, le contrôle du discours et, par conséquent, de la pensée du vulgus pecum (j'en suis un) devient de plus en plus impératif. Le reste ne marche plus. Seules les images peuvent être fabriquées pour que nous les suivions.

Des exemples d'images fabriquées sont le RussiaGate, le F-35, Macron, la reprise par les marchés financiers, la théorie délirante du ruissellement. J'en oublie certainement.
Je pense maintenant à une accusation selon laquelle les crises de migrants sont organisées afin de diviser le peuple. J'ignore si c'est le cas mais la division est réalisée dans tous les cas. Un argument fort en faveur du complot migratoire est la discrétion totale sur les problèmes d'intégration de ces migrants dans nos sociétés en dehors des larmes hypochrites de commisération.
Je pense donc que nos élites se battent. Elles se battent bien.
Elles se battent contre la réalité mais elles pensent pouvoir faire durer le truc jusqu'à une guerre mondiale qui assurerait le contrôle des masses et de leur pensée.
Trump est ici une abomination totale à leurs yeux. Il vient perturber l'unité totale de toutes les élites pour faire durer le Système. Il est une menace existentielle radicale. Les mots me manquent pour décrire l'énormité de cette menace. Laissé à lui-même, il mettrait à bas toute la construction de contrôle de nos consciences et détruirait le pouvoir de ces personnes qu'elles exercent à nos dépends.
La "Reine Christine" tient parfaitement son rôle. Elle est menacée par Trump. Elle défend sa position pas la Raison. Cette dernière peut justifier n'importe quoi.
Une scène d'un film hollywoodien sur le procès de Nuremberg où l'avocat de la défense s'exprimait a été coupée dans les diffusions récentes. Cette scène m'a démontré que la raison peut servir à défendre absolument n'importe quoi. Le discours était remarquable.
La Reine Christine et ses analogues feront n'importe quoi pour maintenir le Système. La Réalité les rattrape et ils le savent. Ils sont coincés entre l'arrêt complet de leur Système et la menace de réintroduire le réel dans les discours incarnée par Trump.