Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

dons

Article lié : SPÉCIAL-II : et maintenant, qu’allons-nous faire? La réponse est dans votre solidarité et dans votre soutien

Marcel Aubert

  06/09/2005

Il faut continuer et pour être indépendant c’est bien de ne pas chercher un financement ailleurs que chez vos lecteurs.
Cordialement.

CCP...

Article lié : SPÉCIAL-II : et maintenant, qu’allons-nous faire? La réponse est dans votre solidarité et dans votre soutien

TDidier

  06/09/2005

Pourquoi n’avez-vous pas commencé tout simplement par placer une invite au don par chèque comme le font la plupart des sites anglo-saxons? La pudeur latine qui veux que l’on préfère parler de fe$$es plutôt que d’argent?

Alors en avant l’adresse bancaire! Ou alors parlez nous de fe$$es…

La solutiondu second site VIP pourra alors être envisagée aprés une petite période d’essai… Suggestion…

le nerf de la guerre

Article lié : SPÉCIAL-II : et maintenant, qu’allons-nous faire? La réponse est dans votre solidarité et dans votre soutien

ramina33

  06/09/2005

Bonjour
pourquoi ne pas installer une interface de paiement en ligne, qui permettrait de faire des dons
pour une edition net il faut des moyens net !

surtout existez longtemps

cordialement
ramina

Bush Charisma In Disarray

Article lié :

Stassen

  06/09/2005

Leadership breakdown

Bob Herbert The New York Times

TUESDAY, SEPTEMBER 6, 2005


NEW YORK Neither the death of the chief justice nor the frantic efforts of panicked White House political advisers can conceal the magnitude of the U.S. president’s failure of leadership last week. The catastrophe in New Orleans billowed up like the howling winds of hell and was carried live and in color on television screens across America and around the world.
The Big Easy had turned into the Big Hurt, and the colossal failure of George W. Bush to intervene powerfully and immediately to rescue tens of thousands of U.S. citizens who were suffering horribly and dying in agony was there for all the world to see.
Hospitals with deathly ill patients were left without power, with ventilators that didn’t work, with floodwaters rising on the lower floors and with corpses rotting in the corridors and stairwells. People unable to breathe on their own, or with cancer or heart disease or kidney failure, slipped into comas and sank into their final sleep in front of helpless doctors and relatives. These were Americans in desperate trouble.
The president didn’t seem to notice.
Death and the stink of decay were all over the city. Corpses were propped up in wheelchairs and on lawn furniture, or left to decompose on sunbaked sidewalks. Some floated by in water fouled by human feces.
Degenerates roamed the city, shooting at rescue workers, beating and robbing distraught residents and tourists, raping women and girls. The president of the richest, most powerful country in the history of the world didn’t seem to notice.
Viewers could watch diabetics go into insulin shock on national television, and you could see babies with the pale, vacant look of hunger that we’re more used to seeing in dispatches from the third world. You could see their mothers, dirty and hungry themselves, weeping.
Old, critically ill people were left to soil themselves and in some cases die like stray animals on the floor of an airport triage center. For days the president didn’t seem to notice.
He would have noticed if the majority of these stricken folks had been white and prosperous. But they weren’t. Most were black and poor, and thus, to the Bush administration, still invisible.
After days of withering criticism from white and black Americans, from conservatives as well as liberals, from Republicans and Democrats, the president finally felt compelled to act, however feebly. (The chorus of criticism from nearly all quarters demanding that the president do something tells me that the nation as a whole is so much better than this administration.)
Bush flew south on Friday and proved (as if more proof were needed) that he didn’t get it. Instead of urgently focusing on the people who were stranded and dying, he engaged in small talk, reminiscing at one point about the days when he used to party in New Orleans, and mentioning that Trent Lott had lost one of his houses but that it would be replaced with “a fantastic house - and I’m looking forward to sitting on the porch.”
Bush’s performance last week will rank as one of the worst ever by a president during a dire national emergency. What we witnessed, as clearly as the overwhelming agony of the city of New Orleans, was the dangerous incompetence and the staggering indifference to human suffering of the president and his administration.
And it is this incompetence and indifference to suffering (yes, the carnage continues to mount in Iraq) that makes it so hard to be optimistic about the prospects for the United States. At a time when leadership is desperately needed to cope with matters of war and peace, terrorism and domestic security, the economic imperatives of globalization and the rising competition for oil, the United States is being led by a man who seems oblivious to the reality of his awesome responsibilities.
Like a boy being prepped for a second crack at a failed exam, Bush has been meeting with his handlers to see what steps can be taken to minimize the political fallout from this latest demonstration of his ineptitude.
But this is not about politics. It’s about competence. And when the president is so clueless about matters so obviously important, it means that the rest of us, like the people left stranded in New Orleans, are in deep, deep trouble.
http://www.iht.com/bin/print_ipub.php?file=/protected/articles/2005/09/05/opinion/edherb.php

Texte

Article lié : SPÉCIAL-II : et maintenant, qu’allons-nous faire? La réponse est dans votre solidarité et dans votre soutien

pascal benito

  05/09/2005

Bonjour,
En relation avec votre article “In America”, j’ai trouvé par hasard sur le Web un article datant de 2001 qui, me semble t-il, répond clairement à la quesion “Pouvait-on prévoir Katrina”?. 
Cordialement,
Pascal Benito

http://www.hurricane.lsu.edu/_in_the_news/houston.htm

Meet the press

Article lié : La référence irakienne nourrit la honte et la colère de l’Amérique

Eric

  05/09/2005

Bonjour,

Suite de mon message sur le forum. La phrase exacte commence par “It is not Somalia.” J’ai oublié le “t” dans mon message.

Hier soir, j’ai regardé “Meet the Press” toujours sur CNBC Europe. L’émission était passionnante.

Le premier invité était le secrétaire d’état à la sécurité intérieure, Michael Chertoff. Le journaliste n’a pas été tendre (euphémisme). Chertoff a été excellent dans le genre langue de bois : “notre souci, ce sont les gens. La polémique plus tard.”. Attage du présentateur : “Vous n’avez rien fait”. Réponse : “Nous vivons une évènement exceptionnel”. Puis le présentateur lit un texte de 2002 qui décrit dans les moindres détails ce qui s’est effectivement produit.

“A major hurricane could decimate the region, but flooding from even a moderate storm could kill thousands.  It’s just a matter of time. ... The scene’s been played out for years in computer models or emergency operations simulations…  New Orleans has hurricane levees that create a bowl with the bottom dipping lower than the bottom of Lake Pontchartrain.  ...the levees would trap any water that gets inside—by breach, overtopping or torrential downpour—catastrophic storm. ... The estimated 200,000 or more people left behind in an evacuation will be struggling to survive.  Some will be housed at the Superdome, the designated shelter for people too sick or inform to leave the city.  ...But many will simply be on their own, in homes or looking for high ground.  Thousands will drown while trapped in homes or cars by rising water.  Other will be washed away or crushed by debris.  Survivors will end up trapped on roofs, in buildings or on high ground surrounded by water, with no means of escape and little food or fresh water, perhaps for several days.”

Petite gêne de Chertoff : “Oui, mais, ... vous avez mal compris etc…”. Au bout d’un moment, j’ai arrêté d’écouter. La langue de bois en français, c’est déjà pénible à écouter, alors en anglais…

Puis viennent deux hommes politiques, l’un de Louisiane, l’autre au Mississipi. Le premier commence par cette phrase : “We have been abandoned by our own country.”. Ça tire à balle réelle, genre gros calibre ! Son ton monte très vite. Puis il craque et éclate en sanglot en racontant l’histoire suivante :

“And I want to give you one last story and I’ll shut up and let you tell me whatever you want to tell me.  The guy who runs this building I’m in, emergency management, he’s responsible for everything.  His mother was trapped in St. Bernard nursing home and every day she called him and said, “Are you coming, son?  Is somebody coming?”  And he said, “Yeah, Mama, somebody’s coming to get you.  Somebody’s coming to get you on Tuesday. Somebody’s coming to get you on Wednesday.  Somebody’s coming to get you on Thursday.  Somebody’s coming to get you on Friday.”  And she drowned Friday night.  She drowned Friday night.”

Un peu plus tard pendant l’émission, l’ancien maire de La Nouvelle Orléans raconte qu’un ordre d’évacuation avait été donné en 98 suite au passage d’un ouragan. Les statistiques étaient les suivantes :
- 50% de la population avait suivi l’ordre et était partie
- 20 à 25 % s’était réfugiée dans des abris notamment le centre de la Convention
- 25 % avait refusé de partir

Quelles conséquences a-t-on tiré de cela ? Rien.

J’ai retenu une seule chose de ce débat : la violence des réactions. Les gens sont scandalisés et je les comprends.

Le compte-rendu du débat est disponible sur http://www.msnbc.msn.com/id/9179790/

Bully Turkey Itself Could Opt For U-Turning EU

Article lié :

Stassen

  05/09/2005

Turkey threatens to turn its back on EU

05.09.2005 - 09:31 CET |

By Mark Beunderman

Turkey challenged the EU over the weekend saying that any new condition put
to the country will make it go its “own way” and end its bid to become an EU
member.

Prime Minister Recep Tayyip Erdogan said on Saturday that it would not mean
“the end of the world” to the country if it were forced to stay out of the
EU by new conditions it could not accept.

Turkish daily Zaman quoted Mr Erdogan at a conference in Italy over the
weekend as saying that “if the promises are not kept, then we will name the
Copenhagen criteria as Ankara criteria and continue our own way”.

The “Copenhagen criteria” are political criteria formulated by the EU in
1993 that make new states eligible for EU membership.

Rows flared up at the end of last week at a foreign ministers meeting, as
France, Greece and Cyprus demanded steps by Ankara towards recognition of EU
member state Cyprus.

Mr Erdogan also stated on Saturday that he was confident that entry talks
would start on 3 October, as scheduled. “I do not see a negative attitude.
We will start negotiations on October 3”, he said.

The Turkish leader appeared to be reiterating statements made earlier by
Abdullah Gul, the country’s foreign minister.

Mr Gul had told the Economist on Friday “Should [the EU] place anything
short of full membership, or any new conditions, we will walk away. And this
time it will be for good”.

He was referring to suggestions floated in Germany, Austria and France that
a loose “partnership” between Brussels and Ankara should be considered as an
alternative to fully-fledged EU membership for the Turks.

In the run-up to the foreign ministers’ meeting, Austria had demanded that a
“partnership” be explicitly mentioned in the negotiating framework as one
possible outcome of the talks.

But the Austrians found themselves completely isolated in their demand.

“It is one against 24”, the Austrian foreign minister had to concede,
according to Austrian paper Die Presse.

However, Vienna is hoping a change in government in Germany will turn the
tide.

German conservative opposition leader Angela Merkel, who according to polls
is likely to win the German elections on 18 September, is against full
Turkish membership and is promoting a “privileged partnership” with Ankara.

© EUobserver.com 2005
Printed from EUobserver.com 05.09.2005
The information may be used for personal and non-commercial use only.
This article and related links can be found at:
http://euobserver.com/?aid=19788&sid=9

Bush impeachment

Article lié :

Francois Wilhelm

  05/09/2005

Cher Dedefensa

Français vivant aux US, je suis un lecteur assidu de vos rubriques et vous en remercie.  Je viens d’envoyer le texte suivant à mon député Mr Holt et voulais le partager avec vous:

Dear Mr Holt

It is time to start impeachment procedures of President Bush for the
following charges:

Has killed hundreds of thousands innocent Iraqis in a conflict he should
have never started and had no right to initiate

As a consequence of the Iraqi conflict, has severely depleted Nation
resources to address natural disasters and some other potential man-made threats

As a consequence of above has renegated on his pledge post 9/11 and his
primary duties to defend the country

Has repeatedly ignored and severely underfunded the Army Corps of
Engineers when It warned that the New Orleans levies were in need of
urgent repair

Has shown during the first three days of Katrina catastrophe a complete disregard for the most elementary human empathy and has ignored the plea of our dying compatriots, most likely because they were black and poor, an absolute disgrace

Is ultimately accountable for all the thousand deaths that could have been avoided by a timely and appropriate federal response

President Clinton, to me one of our greatest US presidents, was impeached
by the Republicans for an issue one thousand less severe than the charges
listed above that refer to no less than organized crime.  It is about time
for Democrats if they want to be identified as an acceptable alternative to start this fight.  It is the right thing to do.  I now I can count on your support.

Faithfully

Francois Wilhelm, MD, PhD

Les journalistes, Fox News et la NO

Article lié :

Sancy

  05/09/2005

Même les chines les plur pro-Bush peuvent finir par déraper. Les journalistes sur le terrain de Fox news vont a contre courant de la ligne éditoriale de la chaine, au grand dam du présentateur.
A voir:
http://www.bushflash.com/wmf/Hannity-Colmes-Smith-Rivera-freak-in-NO.wmv

It is home !

Article lié :

Eric

  04/09/2005

J’ai regardé vendredi soir des directs depuis la Louisiane sur CNBC Europe. Les réactions des envoyés spéciaux et des journalistes américains étaient particulièrement rudes. Ils étaient en colère.
J’ai noté une phrase. Alors qu’on voyait des images des mères de famille avec leurs enfants dans les bras sans pouvoir les nourrir, le commentaire était :
“It is no Somalia. It is not Bagdad.It is HOME !”

In America

Article lié : “In America” ?

Paolo

  04/09/2005

Les ouragans, comme les empires passent. La radioactivité reste.

Article lié : Editorial, Context n°86 (July 2005) — Did Someone Say ‘Blitz’?

Naibed

  04/09/2005

« The London bombings are simply the result of an inept policy by the Blair government, which fights terrorism by inventing a new Second World War »

Quel tombereau de conneries et de partis-pris gaucho-gnangnans, et surtout, quelle hypocrysie face à ce véritable danger que représente l’islam, et le communautatrsime abject qu’il véhicule..

Enfin, mentez mentez…il en restera toujorus quelque chose !

2eme post sur le suget et je signale une grossiére sur votre texte

Article lié : Katrina et notre crise: retour sur la planète Terre?

Goudon Frederic

  04/09/2005

Non seulement votre texte est indigeste mais il fait mention d’un fait érroné concernat les appellations des cyclones. Ceux ci avaient des noms exclusivement féminins jusqu’a que justement les organisations féministes ont demandé que les noms masculins soit employé à leur suget.

Regardez donc la liste des noms de ces phénomémes comme Alice en 54.

Hurricane Alice of 1954

G.W. Bush s'en fiche des Noirs

Article lié :

manu kodeck

  03/09/2005

“George W. Bush s’en fiche des Noirs”, accuse le rappeur Kanye West

WASHINGTON (AFP) - “George W. Bush s’en fiche des Noirs”, a accusé vendredi soir le rappeur noir américain Kanye West, en direct sur NBC, l’une des principales chaînes de télévision des Etats-Unis, lors d’un concert de solidarité avec les victimes du cyclone Katrina, en majorité noires.
Visiblement nerveux, habillé d’un sobre sweatshirt noir, Kanye West s’en est d’abord pris aux médias avant de s’attaquer au président, plutôt que de se contenter de lire le texte préparé par la chaîne et décrivant l’ampleur de la catastrophe.
“Je hais la manière dont ils nous décrivent dans les médias. Vous voyez une famille noire et (la légende dit) +ce sont des pillards+ et vous voyez une famille blanche et ça dit +ils cherchent de la nourriture+. Et vous savez il a fallu cinq jours (avant l’arrivée de l’aide fédérale) parce que la plupart des gens sont noirs”, a accusé le rappeur, avant de lancer un appel pressant à la générosité.

Le rappeur, qui s’est affublé du surnom de “trou du cul international”, a ensuite eu le temps de s’en prendre au président: “George W. Bush s’en fiche des Noirs!” avant qu’un réalisateur ne passe le relais à l’acteur, noir lui aussi, Chris Tucker, pour que la soirée reprenne son fil.

Dans un communiqué, NBC s’est démarqué des propos du rappeur: “L’émission de ce soir est un événement télévisuel, en direct, plein d’émotions. Kanye West a ignoré les commentaires qui avaient été préparés pour lui et ses opinions ne sont en aucune manière représentatives de celles de la chaîne”.

“Il serait dommage que les efforts des artistes qui ont participé (à l’événement) ce soir et la générosité de millions d’Américains qui viennent en aide à ceux qui sont dans le besoin soient masqués par l’opinion d’une seule personne”, poursuit le communiqué.

Selon une porte-parole de la chaîne, interrogée par le Washington Post, la diatribe contre le président a été coupée lors de la diffusion de l’émission en différé sur la côte Ouest.

Les propos de Kanye West viennent encore ajouter aux critiques et accusations de plus en plus nombreuses de la communauté noire.

“Si ces gens n’avaient pas été noirs et pauvres, ils n’auraient pas été laissés à La Nouvelle-Orléans pour commencer”, s’est emporté vendredi le député de Louisiane, William Jefferson.

Source : http://fr.news.yahoo.com/050903/202/4keca.html

Lettre ouverte au président des États-Unis - M. Bush, les vacances sont terminées!

Article lié :

gd2

  03/09/2005

Michael Moore
Cinéaste et documentaliste

Édition du samedi 3 et du dimanche 4 septembre 2005

Le Devoir publie aujourd’hui une lettre de Michael Moore adressée au président des États-Unis. Cette lettre a été rendue publique hier sur le site Internet du cinéaste.

Cher M. Bush,

Pas la moindre idée de l’endroit où sont passés tous nos hélicoptères ? C’est le cinquième jour depuis le déferlement de Katrina et des milliers de gens, en attendant les secours aériens, demeurent captifs de La Nouvelle-Orléans. À quel endroit de la planète avez-vous donc envoyé nos hélicoptères militaires ? Avez-vous besoin d’aide pour les retrouver ? J’ai un jour égaré ma voiture dans un stationnement de Sears. Oh ! ce ne fut pas facile !

Savez-vous aussi où sont passés tous nos soldats de la Garde nationale ? Nous en aurions vraiment besoin aujourd’hui pour accomplir le type précis de mission pour lequel ils se sont enrôlés : porter secours lors de catastrophes naturelles nationales. Comment se fait-il qu’ils n’étaient là dès le début des événements ?

Mercredi de la semaine dernière, je me trouvais dans le sud de la Floride. J’étais assis dehors lorsque l’oeil de l’ouragan Katrina est passé au-dessus de ma tête. À ce moment, c’était seulement un ouragan de force 1, mais c’était déjà une assez salle affaire. Onze personnes sont mortes et des foyers sont encore sans électricité aujourd’hui. Ce soir-là, la météo a indiqué que cet ouragan se dirigeait droit sur La Nouvelle-Orléans. C’était il y a dix jours ! Personne ne vous l’a dit ?

Je sais bien que vous ne vouliez pas interrompre vos vacances. Et je sais aussi à quel point vous n’aimez pas les mauvaises nouvelles. En plus, vous aviez des bailleurs de fonds à rencontrer et des mères éplorées de soldats morts à ignorer, voire à diffamer.

J’apprécie particulièrement comment, le lendemain de l’ouragan, plutôt que de vous envoler vers la Louisiane, vous vous êtes rendu à San Diego afin de faire la fête avec vos copains du monde des affaires. Ne laissez pas les gens vous critiquer pour ça : après tout, l’ouragan était terminé, et que diable auriez-vous pu faire ? Mettre votre doigt dans une digue percée ?

N’écoutez pas ceux qui, au cours des prochains jours, révéleront comment vous avez officiellement réduit, cet été même et pour une troisième année consécutive, les budgets des corps de génie de l’armée américaine en Louisiane. Répondrez-leur tout simplement que même si vous n’aviez pas coupé les budgets des ingénieurs de l’armée, aucun ingénieur militaire n’aurait de toute façon été disponible pour réparer les digues puisque vous aviez pour eux des projets de construction beaucoup plus importants : construire la démocratie en Irak !

Le troisième jour, lorsque vous avez finalement quitté votre lieu de vacances, je dois vous dire que j’ai été ému de voir comment vous avez poussé votre pilote d’Air Force One à descendre sous les nuages, au-dessus de La Nouvelle-Orléans, afin que vous puissiez avoir un aperçu rapide du désastre. Ah ! Je savais bien que vous ne pouviez pas vous arrêter, puis attraper un porte-voix, grimper sur un tas de décombres et agir alors comme un vrai commandant en chef. Vous l’aviez déjà fait, alors inutile de le refaire !

Il y aura aussi ceux qui essaieront de politiser cette tragédie et ceux qui essaieront même de la retourner contre vous. Donnez instruction à vos services de souligner ces tactiques déloyales. Et ne répondez à rien. Même pas à ces satanés scientifiques qui ont prédit que cela arriverait parce que l’eau du golfe du Mexique se réchauffe sans cesse et qu’une tempête de ce genre devient alors inévitable. Ignorez-les, de même que toutes leurs alertes de poules mouillées à propos du réchauffement climatique. Après tout, il n’y a rien d’extraordinaire dans un ouragan qui s’avère si étendu qu’il correspond en fait à une tornade de force 4 qui s’étirerait entre New York et Cleveland.

Non, M. Bush, maintenez seulement le cap. Ce n’est pas votre faute si 30 % de la population de La Nouvelle-Orléans vit dans la pauvreté et que des dizaines de milliers de personnes n’avaient aucun moyen de transport pour quitter la ville. Ce sont des Noirs, après tout ! Ce n’est pas comme si une telle chose était arrivée à Kennebunkport. Pouvez-vous imaginez des Blancs laissés sur le toit de leur maison pendant cinq jours ? Ne me faites pas rire ! La couleur de la peau n’a rien, mais absolument rien à voir avec tout ça !

Vous avez la situation bien en main, M. Bush. Essayez seulement de trouver quelques hélicoptères de l’armée et dépêchez-les là-bas. Il vous suffira de prétendre que les habitants de La Nouvelle-Orléans et que le golfe du Mexique sont situés près de Tikrit.