Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

Dollar

Article lié :

Louis Meckes

  12/04/2006

Faut-il voir un lien entre l’abandon de la publication de l’indice M3 par la Reserve Fédérale et la sortie du film “Greenbacks”, relatant “un complot visant à déstabiliser l’économie mondiale via la fabrication de faux dollars” ?
L’action se déroule bien évidemment au Moyen Orient…

Pourquoi∫

Article lié : Divine Strake : perplexité partagée

TDidier

  12/04/2006

Pourquoi faire sauter 700t d’explosifs dans un souterrain lorsque l’on a besoin de tester une toute nouvelle bombe nucléaire “tactique” et anti-bunker?

..et le goupillon changea tout ...

Article lié : La crise US de l’immigration à la lumière de la religion

MHB

  12/04/2006

La “crise” des illegaux a pris soudainement une nouvelle dimension a la suite des manifestations particulierement bien organisees ces derniers jours.
Alors qu a l origine les premieres manifestations plus ou moins spontanees des dernieres semaines a la suite de la legislation securitaire et penale introduite par la Chambre des Representants - avec le parti democrate y souscrivant en majorite - suivie d une variante “travaillee” entre les senateurs republicains et democrates ... qui s est terminee en gros bidon, les manifestations de ces derniers jours ont soudainement reveille les preoccupations electorales des deux partis qui gerent l Amerique en leur faisant decouvrir a la television une vision toute nouvelle de la force hispanique qui avait defile ces dernieres semaines avec moulte drapeaux mexicains - incitant certains republicains a demander une enquete sur ces zapastistas d un nouveau genre.
Cette fois les foules hispaniques etaient noyeees sous les drapeaux americains et rappellaient par des panneaux bien lisibles qu ils votaient .. aussi.
Vous ajoutez a cela la soudaine decouverte qu ils sont plus assidus a l eglise que la plupart des protestants et que la famille est pour eux un element essentiel de leurs efforts quotidiens, et voila nos politiques qui se preparaient - sans etre vraiment convaincus de la stature de leurs candidats -  de chaque cote de l hemicycle pour les elections de 2006 et 2008 avec des Mc Cain, Biden, Condolezza et Hillary et quelques autres peut etre aussi mauvais mais pas plus pires, decouvrent avec stupefaction une variante de la “moral majority” d antan.

Voila qui donne a reflechir et qui laisse reveur apres les discussions de Cancun sur l Espace Schengen (avec le NAFTA et le CAFTA) en cela que la position imperturbable de GWB II sur le bien-fonde d une amnistie (a debattre) pour ce continuel probleme qui empoisonne ce pays et nuit a ce tiers monde que representent ces esclaves d un nouveau genre mais si important car comme dans l ancien temps ces “travailleurs” occupent des emplois que les autochtones ne veulent pas remplir.

Et le plus interessant dans tout cela c est que ces votes ne seront acquis non pas au parti qui les couvrira de promesses mais a celui qui leur donnera ce qu ils veulent.

Les encheres sont ouvertes et des ce lundi les etats majors des deux partis ont repris le texte de leurs lois scelerates: comme disait Furax, ca va barder !!

Les deux autres parties prenantes dans ce curieux episode que Tocqueville n avait pas vu (mais comme on dit en blamant le “climat ” pour la perennite de l esclavage: “he was a man of his time (il etait un homme de son temps”) sont les noirs et les indiens qui sont tres embetes car ils n ont pas encore tres bien compris ce qui se passe: apres tout ils sont ceux vises par les remarques du president mexicain lorsqu il dit cancidement que les illegaux au fond ne font que prendre les emplois que les autres minorites ne veulent pas.

Rendez-vous donc aux prochaines elections ...et comme annoncait les chaines de television dans les annees soixante: “go to church on sunday, any church, but go”.

Donc prions ensemble !!!

Le scenario de la guerre USA-Iran + arme nucléaire

Article lié :

Thierry

  12/04/2006

La thèse de Paul Krugman suppose un niveau de corruption et de tripatouillage politico financiers rarement atteint dans l’histoire du monde. Une enquête réelle sur le 11/09 n’arrangerait rien sur le niveau de turpitudes dévoilées de l’administration Bush.

Pour info, un article sur l’emploi du nucléaire tactique. Eclairants développements sur le site.

Dans ce contexte, une utilisation tactique du nucléaire serait l’exemple d’une victoire tactique débouchant sur une défaite stratégique majeure des USA. Le Roi serait serait nu et les USA l’ennemi du monde libre.

Quid de la réaction de la France, engagerait-elle une guerre (sous quelle forme ?) contre les USA ? Et la Chine ? Et la Russie ? Et l’ Inde ?

Qui pourrait accepter une mise en coupe réglée de territoires hors dissuasion nucléaire ?
Le pire dans le domaîne du nucléaire serait-il à notre porte : un dirigeant irrationnel à deux doigt du bouton ?

———————
“” The New York Times

http://select.nytimes.com/gst/tsc.html?URI=http://select.nytimes.com/2006/04/10/opinion/10krugman.html&OQ=_rQ3D1&OP=416575c5Q2FQ2AQ5EA9Q2AcxQ3F__cQ2AFppQ2BQ2ApQ3BQ2A(pQ2A_6qlq_lQ2A(pMQ3FCseQ3DlQ24Q5DceV

Does this sound far-fetched? It shouldn’t. Given the combination of recklessness and dishonesty Mr. Bush displayed in launching the Iraq war, why should we assume that he wouldn’t do it again? 

Yes He Would

by Paul Krugman
Monday, April 10 2006

“But he wouldn’t do that.” That sentiment is what made it possible for President Bush to stampede America into the Iraq war and to fend off hard questions about the reasons for that war until after the 2004 election. Many people just didn’t want to believe that an American president would deliberately mislead the nation on matters of war and peace.

Now people with contacts in the administration and the military warn that Mr. Bush may be planning another war. The most alarming of the warnings come from Seymour Hersh, the veteran investigative journalist who broke the Abu Ghraib scandal. Writing in The New Yorker, Mr. Hersh suggests that administration officials believe that a bombing campaign could lead to desirable regime change in Iran - and that they refuse to rule out the use of tactical nuclear weapons.

“But he wouldn’t do that,” say people who think they’re being sensible. Given what we now know about the origins of the Iraq war, however, discounting the possibility that Mr. Bush will start another ill-conceived and unnecessary war isn’t sensible. It’s wishful thinking.

As it happens, rumors of a new war coincide with the emergence of evidence that appears to confirm our worst suspicions about the war we’re already in.

First, it’s clearer than ever that Mr. Bush, who still claims that war with Iraq was a last resort, was actually spoiling for a fight. The New York Times has confirmed the authenticity of a British government memo reporting on a prewar discussion between Mr. Bush and Tony Blair. In that conversation, Mr. Bush told Mr. Blair that he was determined to invade Iraq even if U.N. inspectors came up empty-handed.

Second, it’s becoming increasingly clear that Mr. Bush knew that the case he was presenting for war - a case that depended crucially on visions of mushroom clouds - rested on suspect evidence. For example, in the 2003 State of the Union address Mr. Bush cited Iraq’s purchase of aluminum tubes as clear evidence that Saddam was trying to acquire a nuclear arsenal. Yet Murray Waas of the National Journal reports that Mr. Bush had been warned that many intelligence analysts disagreed with that assessment.

Was the difference between Mr. Bush’s public portrayal of the Iraqi threat and the actual intelligence he saw large enough to validate claims that he deliberately misled the nation into war? Karl Rove apparently thought so. According to Mr. Waas, Mr. Rove “cautioned other White House aides in the summer of 2003 that Bush’s 2004 re-election prospects would be severely damaged” if the contents of an October 2002 “President’s Summary” containing dissents about the significance of the aluminum tubes became public.

Now there are rumors of plans to attack Iran. Most strategic analysts think that a bombing campaign would be a disastrous mistake. But that doesn’t mean it won’t happen: Mr. Bush ignored similar warnings, including those of his own father, about the risks involved in invading Iraq.

As Joseph Cirincione of the Carnegie Endowment for International Peace recently pointed out, the administration seems to be following exactly the same script on Iran that it used on Iraq: “The vice president of the United States gives a major speech focused on the threat from an oil-rich nation in the Middle East. The U.S. secretary of state tells Congress that the same nation is our most serious global challenge. The secretary of defense calls that nation the leading supporter of global terrorism. The president blames it for attacks on U.S. troops.”

Why might Mr. Bush want another war? For one thing, Mr. Bush, whose presidency is increasingly defined by the quagmire in Iraq, may believe that he can redeem himself with a new Mission Accomplished moment.

And it’s not just Mr. Bush’s legacy that’s at risk. Current polls suggest that the Democrats could take one or both houses of Congress this November, acquiring the ability to launch investigations backed by subpoena power. This could blow the lid off multiple Bush administration scandals. Political analysts openly suggest that an attack on Iran offers Mr. Bush a way to head off this danger, that an appropriately timed military strike could change the domestic political dynamics.

Does this sound far-fetched? It shouldn’t. Given the combination of recklessness and dishonesty Mr. Bush displayed in launching the Iraq war, why should we assume that he wouldn’t do it again? 

© Copyright 2006 New York Times “”

————-

“” FAS Public Interest Report
The Journal of the Federation of American Scientists

Low-Yield Earth-Penetrating Nuclear Weapons

By Robert W. Nelson

http://www.fas.org/faspir/2001/v54n1/weapons.htm

“What’s needed now is something that can threaten a bunker tunneled under 300 meters of granite without killing the surrounding civilian population.”

Statements like these promote the illusion that nuclear weapons could be used in ways which minimize their “collateral damage,” making them acceptable tools to be used like conventional weapons. “”

autour de "Mearsheimer et Walt paper3

Article lié :

geo

  11/04/2006

Chomsky contredit (poliment) Mearsheimer et Walt : Ce sont des “strategic-economic interests of concentrations of domestic power in the tight state-corporate linkage” qui dominent la création et l’action des lobbies et non l’inverse.
Znet
http://www.zmag.org/content/showarticle.cfm?ItemID=9999

Avis de tempête monétaire

Article lié :

Balajo

  11/04/2006

Cet article publié sur un site dont chacun connaît la position anti-américaine faisant craindre une vision biaisée de l’évènement est cependant remarquablement reférencé et est donc tout à fait digne d’intérêt :

La Banque asiatique de développement émet un avis de tempête monétaire

par Réseau Voltaire

Le 11 avril 2006

Les traders pétroliers s’inquiètent de l’impossibilité de réinvestir les pétrodollars qu’ils accumulent, tandis que les banquiers s’interrogent sur la valeur réelle du dollar. Un mouvement baissier vient de s’amorcer dans les bourses du Golfe, alors que la Banque asiatique de développement a mis en garde ses membres contre un possible crash du dollar. Et si celui-ci n’était plus qu’une monnaie de singe ?

Depuis plusieurs mois, un vif débat se développe dans les milieux financiers internationaux : le dollar serait-il surévalué au point de risquer un effondrement brutal, de l’ordre de 15 à 40 % selon les commentateurs ? La polémique est entretenue par la rumeur contestée selon laquelle certains contrats pétroliers pourraient être convertis du dollar vers l’euro, engendrant ainsi une dépréciation de la monnaie états-unienne.

Jusqu’à présent, les déclarations officielles à ce sujet paraissaient ressortir de la guerre psychologique entre puissances rivales et pouvaient être mises en doute. Soudain, le 28 mars 2006, la Banque asiatique de développement a engagé sa crédibilité auprès de ses membres en leur adressant une note leur conseillant de se préparer à un possible crash du dollar. La Banque précise que cette éventualité est incertaine mais que, si elle advenait, elle aurait de graves conséquences immédiates [1]. D’ores et déjà, la Banque travaille à la création d’une alternative régionale au dollar, l’ACU, un panier de devises calqué sur le principe de l’ECU européen.

La Banque asiatique de développement (Asian Development Bank – ADB) a été constituée par 64 États. Contrairement à ce que sa dénomination laisse supposer, ses membres ne sont pas seulement des pays d’Asie et du Pacifique, mais aussi d’Océanie, d’Amérique du Nord et d’Europe (dont la France, la Belgique et la Suisse). Elle est dominée à parts égales par le Japon et les États-Unis, qui en détiennent chacun 15 %. C’est pourquoi l’avis de tempête monétaire de l’ADB est d’autant plus significatif.

Bien qu’asiatiques, les pays du Golfe ne sont pas adhérents à l’ADB. Six d’entre eux ont préféré constituer leur propre organisation régionale, le Conseil de coopération du Golfe (Gulf Cooperation Council – GCC). Ils travaillent activement à rapprocher leurs économies pour créer une monnaie unique, sur le modèle de l’euro. Leur projet ne vise pas à céder à la mode du temps, mais répond à une exigence particulière. Leurs réserves pétrolières sont sur le déclin [2] et il n’est donc plus question pour eux de réinvestir leurs pétrodollars dans le développement et la modernisation de leurs infrastructures pétrolières dont ils doivent juste assurer la maintenance. Ils souhaitent donc réinvestir leurs dollars aux États-Unis ou les convertir dans d’autres monnaies pour les réinvestir dans d’autres pays mais, dans ce dernier cas, la conversion de telles masses monétaires aurait des conséquences dramatiques sur le dollar et l’économie états-unienne.

Chacun cherche donc une solution au problème qui soit agréable pour tous. Or, les États-Unis, qui fabriquent de moins en moins de biens de consommation, ont besoin d’investissements considérables et fort lucratifs pour développer leurs importations de produits manufacturés chinois. Les États du Golfe ont donc décidé d’une part de se doter de la flotte d’avion cargo la plus imposante du monde et d’autre part d’acheter et de développer les 6 plus grands ports de commerce des États-Unis. Cette solution convenait à l’administration Bush qui travaille déjà avec le consortium émirati Dubai Ports World, dont le terminal de Jebel Ali sert de relai au flux de cargos militaires vers l’Afghanistan et l’Irak.

Cependant les parlementaires états-uniens, qui croient aux fables de l’administration Bush selon lesquelles les musulmans sont des terroristes, se sont effrayés de la cession de leurs ports à Dubai Ports World. Au nom de leurs fantasmes de sécurité nationale, ils ont exigé que les actifs du consortium soient cédés à un groupe US qui les gérerait dans l’intérêt des émiratis. Un montage évidemment refusé par ces derniers qui y perdraient l’essentiel des plus values et pourraient même tout y perdre un jour.

Les traders pétroliers refusent de plus en plus de confier leur argent à des fonds de placement. Ils savent que les normes comptables internationales ont été modifiées de sorte qu’aujourd’hui des États et des multinationales font apparaître dans leurs bilans des richesses qu’ils ne possèdent pas. Les actions qu’ils détiennent sont inscrites dans leurs comptabilités non plus à leur prix d’achat, mais à leur côte boursière du moment. Cela est sans conséquence en période de hausse, mais sera fatal en cas de crash. Du jour au lendemain, des banques centrales et de grandes sociétés peuvent se retrouver ruinées.

Les pays du Golfe cherchent donc par défaut à investir leur argent en Europe ce qui devrait les conduire à convertir leurs dollars en euros au grand dam des USA. Ainsi, le gouverneur de la banque centrale des Émirats arabes unis, Sultan Al Suweidi, a annoncé le 22 mars 2006 qu’il envisageait de convertir 10 % de ses réserves en dollars vers l’euro, alors que son homologue saoudien, Saud Al Sayyari, condamnait la décision du parlement états-unien dans l’affaire Dubaï Ports World [3].

Ces décisions interviennent alors que des États pétroliers, avec lesquels Washington est entré en conflit larvé, sont en train de réorienter leurs flux de capitaux pour les investir hors de la zone dollar. C’est le cas de la Syrie qui a progressivement converti ses réserves en euros au cours des deux dernières années [4]. C’est aussi le cas du Venezuela qui vient de se rapprocher de la banque centrale du Vatican pour changer ses dollars principalement en euros et en yuan chinois.

Surtout, cela pourrait être le cas de l’Iran. La rumeur enfle en effet selon laquelle la République islamique ouvrirait prochainement une bourse pétrolière en euros [5]. Ce projet annoncé pour mars n’ayant pas vu le jour, a été qualifié d’intoxication par de nombreux commentateurs. Nous avons donc cherché à en vérifier l’existence auprès des autorités de Téhéran. Celles-ci ont d’abord refusé de confirmer ou d’infirmer l’information. Puis Mohammad Asemipur, conseiller spécial du ministre du pétrole iranien, a déclaré que le projet serait mené à son terme malgré un retard classique dans sa mise en œuvre [6]. La Bourse pétrolière en euros sera installée sur l’île de Kish, un îlot du Golfe persique que l’Iran a transformé en zone franche. TotalFinaElf (France) et Agip (Italie) y ont d’ores et déjà installé leurs bureaux régionaux.

Quoi qu’il en soit, cette bourse ne traitera que d’une petite partie des marchés énergétiques iraniens. De très gros contrats ont déjà été signés d’État à État. Avec la Chine pour la vente de brut [7], et avec l’Indonésie pour le raffinage [8].

Cette bourse ne traitera pas non plus tout de suite le marché du gaz, alors que cette source d’énergie est appelée mondialement à prendre de l’importance pour pallier partiellement à la raréfaction du pétrole [9]. TotalFinaElf et Gaz de France (GDF) négocient l’exploitation de la partie iranienne du plus gros site de production de gaz naturel au monde, celui de South Pars [10].

En réplique, Washington mise sur le gaz naturel, dont on sait qu’il jouera un rôle renforcé avec la raréfaction du pétrole. L’administration Bush a encouragé le Qatar –qui héberge le quartier général de campagne du Central Command (CentCom) et détient la 3e réserve mondiale de gaz- à concevoir un méga-projet de « ville énergétique ». 2,6 milliards de dollars seraient investis pour attirer les acteurs mondiaux du marché de l’énergie autour d’une bourse du gaz en dollars [11]. Microsoft s’est d’ores et déjà porté candidat pour l’installation de l’infrastructure de courtage électronique.

De son côté, le patron de la bourse norvégienne, Sven Arild Andersen, étudie la possibilité de la création d’une bourse pétrolière en euro dans son pays qui concurrencerait avantageusement la City de Londres [12]. Le poids de cette dernière apparaît en effet de plus en plus disproportionné à mesure que la production de pétrole britannique s’effondre (- 8 % en 2005).

L’avis de tempête monétaire émis par la Banque asiatique de développement (ADB) ne manquera pas de hâter toutes ces grandes manœuvres. Indépendamment du raisonnement des traders sur les possibilités de réinvestissement des pétrodollars, les banquiers sont inquiets quant à la valeur réelle du dollar aujourd’hui.
On se souvient que les États-Unis ne parvinrent pas à financer longtemps leur effort de guerre au Vietnam. Enlisés dans un conflit sans fin, ils décidèrent d’en faire supporter le poids par leurs alliés. En 1971, ils cessèrent de garantir la convertibilité de leur monnaie en or. Dès lors, sa valeur ne repose plus que sur la confiance qu’on lui accorde. Le dollar n’est plus adossé à l’économie du pays émetteur, mais à celle de la zone utilisatrice. Les banquiers peuvent vérifier l’adéquation grâce à un indice annuel, le M-3, qui établit le volume de billets verts en circulation.

Aujourd’hui, les États-Unis s’enlisent en Irak et sont dans l’incapacité de financer leur occupation militaire. Le seul moyen qui leur reste de payer leurs fournisseurs est de faire marcher la planche à billets. L’annonce fin mars 2006 de la suspension de la publication de l’indice M-3, et de tous les sous-indices qui permettraient de la reconstituer par agrégats, signifie que le volume de dollars en circulation est devenu un secret inavouable. Il n’est plus possible d’évaluer avec précision la valeur réelle de cette monnaie.
Par effet en cascade, les États-Unis masquent également le coût de leur présence en Irak de manière à cacher le montant de l’escroquerie à laquelle ils se livrent.
Refusant de couvrir une fuite en avant qui aboutira, tôt ou tard, à une catastrophe monétaire comparable à celle de 1929, plusieurs hauts responsables de la Réserve fédérale (FED) ont présenté leur démission [13].

Dans un entretien à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz estime le budget réel de l’effort de guerre états-unien en Irak entre 1 et 2 trillions de dollars sur les quatre premières années [14], c’est-à-dire 2 à 4 fois plus que les chiffres officiels. La partie occulte du budget de guerre représente donc 500 milliards à 1,5 trillion de dollars. Cette somme, si elle était comptabilisée, s’ajouterait au déficit public états-unien, déjà élévé à plus de 400 milliards par an. Elle est épongée par l’impression de dollars-papier sans valeur. Dans une économie de marché, cet usage de la planche à billets devrait provoquer une dépréciation proportionnelle de la monnaie.

Depuis trois semaines, un timide mouvement baissier a débuté dans les bourses du Golfe [15]. Désormais n’importe quelle crise politique peut déclencher un mouvement de panique sur les marchés internationaux.

[1] « Asia must prepare for dollar collapse », Al Jazeera avec AFP, 28 mars 2006.

[2] Pour des détails sur le phénomène du « pic pétrolier », voir « Le déplacement du pouvoir pétrolier », par Arthur Lepic et Jack Naffair, Voltaire, 10 mai 2004.

[3] « UAE, Saudi considering to move reserves out of dollar », Middle East Forex News, 22 mars 2006.

[4] « Syria switches from dollars to euros », Associated Press, 14 février 2006.

[5] « L’Iran va lancer une place d’échanges pétroliers alternative… en euros, Voltaire, 10 février 2005.

[6] « Iranian oil exchange is ‘on hold’ », par Jim Willie, Kitco, 21 mars 2006.

[7] Voir notamment « Face aux États-Unis, L’Iran s’allie avec la Chine », Voltaire, 17 novembre 2004 et « L’alliance Inde-Iran », Voltaire, 17 février 2005.

[8] « Indonesia, Iran to sign multi-billion-dollar investment deal in refinery », Xinhuanet via Tehran Times, 14 mars 2006.

[9] « L’avenir du gaz naturel », par Arthur Lepic, 18 mars 2005.

[10] « GdF en discussions pour se joindre au projet GNL de Pars », Les Echos, 14 mars 2006.

[11] « Qatar to build ’Energy city’ », Emirates News Agency, 5 mai 2005.

[12] « Norwegian Bourse Director wants oil bourse – priced in Euros », par Laila Bakken et Petter Halvorsen, NRK via Energy Bulletin, 27 décembre 2005.

[13] « Is the federal reserve preparing for Iran ? », par Robert McHugh, 26 février 2006.

[14] “The War Is Bad for the Economy, Der Spiegel, 5 avril 2006.

[15] « Black Tuesday : Mideast stock markets nosedive », Middle East Online, 14 mars 2006.

Nevada champignon

Article lié : “Divine Strake” nous rend perplexes...

Sobriquet

  10/04/2006

Rendre encore plus floue la distinction entre conventionel et nucléaire.

Je suis un lecteur de Jean-Pierre Petit, http://www.jp-petit.com, attendez vous à des résultats ‘nucléaires’ mais sans trace de radio-activité dans l’atmosphère. (Plasma, anti-matière, ‘bucky-balls’ : du encore pas très sûr et du déjà certain…)

  l’Omnivore Sobriquet

Nevada champignon

Article lié : “Divine Strake” nous rend perplexes...

Sobriquet

  10/04/2006

Rendre encore plus floue la distinction entre conventionnel et nucléaire.
Je suis un lecteur de Jean-Pierre Petit, jp-petit.com, attendez-vous à des résultats ‘nucléaires’ mais sans trace de radio-activité dans l’atmosphère.
encore merci

JSF - La Norvège menace (encore) de se retirer

Article lié :

Balajo

  10/04/2006

JSF Partnerships in Question
Norway Rethinks F-35 Agreement
By GERARD O’DWYER, HELSINKI
Posted 04/10/06

Norway’s Labor government is re-examining its membership in the Lockheed Martin-led Joint Strike Fighter F-35 program, Defense Minister Anne-Grete Strøm-Erichsen told the Storting, Norway’s national legislature, on March 30.
Strøm-Erichsen said the government remained unhappy over certain aspects of the project, especially the technical nature and value of peripheral deals being offered to Norwegian industry as part of the program.
“The procurement program for new fighters for the Air Force will be a very costly project for Norway,” Strøm-Erichsen said. “It is the duty of this government to ensure that we not only choose the fighter type that is best suited to our needs, but that Norwegian industry will benefit as much as possible from the final arrangement.”
Norway’s participation in the Joint Strike Fighter (JSF) program was championed by former Prime Minister Kjell Magne Bondevik, who headed a minority rainbow coalition of Conservatives, Liberals and Christian Democrats.
The Bondevik administration was replaced by Labor Prime Minister Jens Stoltenberg after parliamentary elections in October. Labor criticized Bondevik’s open support for the JSF program and suggested exploring alternatives, including France’s Dassault Rafale, the BAE-Saab JAS 39 Gripen and the Eurofighter Typhoon.
State Secretary Espen Barth Eide conceded that the Labor government is less committed to consummating its relationship with the JSF program than was the case when Bondevik was in power. The visible weakening of the Labor administration’s ties to the JSF program has resulted in the state secretary re-opening talks with Sweden and Dassault.
Eide said talks March 28 with Dassault representatives in Oslo were “productive.” The meeting followed a March 8 conference with his Swedish counterpart, Jonas Hjelm, to discuss Norway’s fighter procurement plan.
“We have talked with [Dassault] and Saab, and we intend to keep on talking to all the potential candidates, including the Joint Strike Fighter and the Eurofighter,” Eide said. “With Rafale, we spoke about the prospects for a strong high-technology-driven defense industry agreement between Norway and France.”
Norway’s $8 billion fighter procurement project foresees the purchase of 48 planes to replace F-16s slated to start retiring in 2020.
“We need to reassess all of the options,” Eide said. “It was believed in some areas of politics and defense that the Joint Strike Fighter is the only type we were looking at and interested in. This is not the case. We want to achieve a solution that results in Norway purchasing the best aircraft with a large amount of the sub-contract work taking place in Norway.”
Labor party adviser Olav Akselen said March 31 that the government would be “well served” to consider re-opening talks with Sweden regarding an offset arrangement for the JAS Gripen.
Akselen, who was the petroleum and energy minister in the previous Labor government in 2001, is chairman of two of the legislature’s most influential committees: the Standing Committee of Foreign Affairs and the Standing Committee for Business and Industry.
“Unlike the Joint Strike Fighter, the JAS Gripen is already flying with air forces in Europe and South Africa,” he said. “One scenario could be an offset arrangement whereby Norway can purchase new fighter aircraft in return for the supply to Sweden of oil and natural gas.”
In a Feb. 23 statement to the Storting, Strøm-Erichsen said that Norway would need to clarify its relationship with the JSF program in May if not before.
“We are continuing to talk with the Pentagon, the State Department and officials from Lockheed Martin,” Strøm-Erichsen said. “We will continue to be vocal about our concerns and raise issues that we feel are important.”
Seeking Bigger Industry Role
The Ministry of Defense (MoD) has compiled a wish list of products and systems that could be provided by Norwegian industry, including the high-profile Naval Strike Missile. The MoD, which wants the JSF to carry the stealth standoff weapon, has offered Norway’s Kongsberg Group as a candidate for such a project. The company would hope to secure advanced composites contracts relating to the manufacture of drop-tanks and supplementary structural components for the aircraft.
Eide said that concerns raised with the Pentagon and Lockheed Martin centered on what gains Norwegian industry could expect to take in the event that Norway commit to purchasing the JSF. He accepted that many of the larger subcontracts had already been delegated.
“The government would like to see a situation where Norwegian industry was offered high-technology work,” Eide said. “We would not like to see a situation where low-grade contracts were offered on the manufacture of secondary items. Contracts that involved the manufacture of advanced materials and systems integration are more interesting.”
Speaking at a press conference in Oslo on Feb. 7, Strøm-Erichsen said Norway’s continued participation in the JSF program was not the most critical issue outstanding.
“Our options remain open. We could remain in the JSF program and not buy the aircraft,” said Strøm-Erichsen. “Alternatively, we could leave the program and decide at a later stage to purchase the aircraft. We are under no pressure to make a final decision on what fighter aircraft we will buy until 2008.”
Representatives from Denmark, Italy, the Netherlands and Norway met in Noordwijk, Netherlands, on March 7 to discuss European JSF cooperation.
Strøm-Erichsen said that the meeting’s participants agreed that any European plan would have to wait until there is a shared European vision of the assembly, sustainment processes and technology transfer; and support for the vision by U.S. authorities and aircraft and engine producers.
“The partners agreed the next step is for a plan to be worked out in detail in consultation with the U.S. authorities and the industries involved,” Strøm-Erichsen said. “The joint plan should be completed by the summer.”
The plan would guide a memorandum of understanding on JSF production and sustainment, which is expected to be signed by all partners by year’s end, he said.
Norway joined the JSF program as a Level 4 member in 2002, joining other Level 4 participants Canada, Denmark, Australia, Turkey and Israel. Oslo’s total financial contribution amounts to $150 million over 10 years. Norway’s next installment of $21 million is due in June.

SPASME NUCLÉAIRE : merci à Seymour HERSH & De Defensa

Article lié : Seymour Hersh et le virtualisme

LeBayorre

  10/04/2006

Le 31/03/2006, j’ai commis ce commentaire sur ce site :

« Effectivement, l’ hypothèse d’ un spasme nucléaire pourrait être une option tentante pour les USA ; si les crises Irakienne et Iranienne franchissaient le seuil qualitatif (actuel) de la concommitance pour déboucher sur celui de la coalescence en une seule et même crise. »

http://www.dedefensa.org/forum.php?art_id=2551

Pour me faire pardonner de m’ auto-citer, je n’ ai comme excuses que de féliciter De Defensa pour avoir aiguisé mes (humbles) capacités d’ analyse.
Bravo aussi à Seymour HERSH.

le mouvement anti-guerre ..∫ Huum, huum !!

Article lié : Le mouvement anti-guerre US est-il en train de l’emporter?

MHB

  10/04/2006

Le mouvement anti-guerre qui a essaye de s imposer depuis ces trois dernieres annees - car il faut bien remarquer qu au debut de la crise irakienne il n y avait que des murmures - ne reussira certainement sa transfiguration ... car ls neos-cons sont de retour avec deux themes: l Iran et la crise de l immigration clandestine.

En ce qui concerne l Iran, il a suffit de decrire a quelques journalistes les “plans” a l etude au Pentagone qui comme chacun sait occupent pas mal de politologues, de think tanks et d experts en tout, sans compter les neos-cons qui eux n ont vraiment pas besoin de se fatiguer car leurs amis habituels se chargent de les conseiller. Comme pour l Iraq, a la seule difference que cette fois ci le general Garner (le predecesseur de l innenarable Bremer du PIPS*)n est pas dans la course car il etait trop evident qu il etait manipule ...pour la bonne cause.

Les neos-cons sont aussi tres heureux de ces demonstrations des illegaux (dont la majorite sont les arrierre petits enfants, petits enfants et enfants de ces 400 000 citoyens americains renvoyes avec leurs parents (600 000 dit on) au Mexique dans les annees trente.
Evidemment seul USA today (on se demande pourquoi) a raconte cette histoire il y a deux semaines (on se demande encore pourquoi) et le Congres ne veut pas en entendre parler.
Car la seule solution pour ces illegaux mexicains c est un accord a la Shengen (par une extension lopgique aux personnes de l accord NAFTA).
D ailleurs on peut se demander si a Cancun cette question n a pas ete soulevee ... et c est la que les difficultes ont surgi (comment faire pour les uns - les mexicains - ce qu on ne peut pas faire pour les autres - cad les illegaux des Caraibes, de l Amerique Centrale, et de toute l Afrique (ces derniers sont pres de 400 000 sur la cote est des etats-unis).
That is the question.
Et les neos cons rigolent car les demonstrations de ce lundi - avec drapeaux en tete - ne va pas plaire ... aux citoyens de la Nouvelle Orleans et aux autres minoritaires qui n arrivent pas a obtenir un acte de reparations pour l esclavage de leurs ancetres alors que les japonais eux ont ete compenses et que les descendants mexicains de 1930 ont aussi demande leurs reparations.
Un merdier quoi.

Pour en revenir a votre article vous croyez vraiment que le mouvement anti-guerre a une chance quelconque dans ce contexte ?

Car pour ajouter du piment aux debats actuels, les zapatistas ont propose de lancer une grande manifestation .... le 1er mai !!

En l honneur de Che Guevara je suppose.

Oui, les neos-cons sont de retour et ils se delectent a l idee de sortir GWB II de l rniere dans laquelle il s est enfonce.

* ce Potomac Institute for Policy Study que vous ne citez jamais et qui est pourtant extremement interessant dans ses activites !!

L'espace n'est pas un sanctuaire

Article lié :

Balajo

  09/04/2006

De la nécessité pour la France et l’Europe de ne pas se laisser distancer. L’espace n’est malheureusement pas un sanctuaire, alors, que faire d’autre que de suivre la course des fous sous peine d’être à leur merci ?

Eviter une guerre des étoiles
RIA NOVOSTI, publié le samedi 8 avril 2006

Les Etats-Unis promettent dans les mois à venir de rendre publique leur nouvelle doctrine spatiale nationale qui n’exclurait pas le déploiement d’armements dans l’espace. Selon le chef de la division spatiale de l’US Strategic Command, le colonel Anthony Russo, la nécessité s’impose de spécifier la responsabilité du Pentagone sur le plan de la sécurité des satellites. Quiconque se mettrait à contrarier un satellite américain serait immédiatement criblé de rayons laser et de salves cinétiques.
Par Andreï Kisliakov

Cela ouvrirait un théâtre d’hostilités tout à fait nouveau, un théâtre spatial, dont l’inadmissibilité a été évoquée des dizaines de fois aussi bien dans la presse que dans tous les lieux de dialogue international. Le représentant permanent russe auprès de l’office des Nations Unies à Genève, Valeri Lochtchinine, déclarait une nouvelle fois, début mars, que la militarisation de l’espace “pourrait donner une nouvelle impulsion à la course aux armements non seulement dans l’espace, mais aussi sur Terre, notamment dans le domaine des missiles nucléaires, ce qui risque de relancer la prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs”. De son côté, la Russie a répété qu’elle ne serait pas la première à déployer des armes dans l’espace et qu’elle appelait tous les Etats à suivre son exemple.

En effet, un simple cliquetis de culasse suffirait pour couvrir les appels les plus nobles et faire venir le temps de l’action. “La Russie a tout ce qu’il faut pour donner une réponse adéquate aux pays déployant leurs armements dans l’espace”, déclarait fin août dernier le ministre de la Défense Sergueï Ivanov, au cours de sa visite officielle en Chine. “L’espace est activement exploité à des fins militaires non seulement par les Américains, mais aussi par nous-mêmes, rappelait-il. Mais il ne peut être exploité que jusqu’à un certain degré, notamment pour installer les moyens de transmissions, de désignation des cibles, de reconnaissance, etc. Ce ne sont pas là des armes. Les conséquences d’un déploiement d’armes dans l’espace sont difficilement prévisibles”.

On peut tout de même se faire une idée de l’ampleur de ces conséquences à la lumière d’une autre citation du ministre : “Nous lançons sur orbite des engins commerciaux pour 30 à 40 pays du monde, si la mémoire ne me fait pas défaut. Et l’origine du lanceur n’a aucune importance”. Effectivement, la Russie met tous les ans sur orbite énormément de cargaisons étrangères, sans connaître leur contenu réel. Ainsi, quoique indirectement, l’astronautique russe risque de devenir otage d’un conflit orbital qui impliquerait une nouvelle escalade de la course aux armements de tous types et, naturellement, une “réponse adéquate”.

Rappelons qu’en 1983 le secrétaire général du Comité central du PCUS, Iouri Andropov, annonça publiquement la fin de tous les travaux de conception d’armes spatiales en URSS. Il s’agissait apparemment d’un geste de bonne volonté dans l’espoir que les Etats-Unis renoncent à leur programme Star Wars (Guerre des Etoiles).

Vers cette époque, l’Union soviétique avait enregistré des progrès sensibles dans la conception de systèmes d’armement spatiaux, menée à partir de la fin des années 1950. En 1959 débutait la conception d’un premier système de défense antisatellite, alors que le ministère de la Défense entamait l’étude d’éventuelles méthodes de lutte contre les satellites artificiels ennemis.

Mais l’apothéose eut lieu le 18 juin 1982, quand l’Etat-major général soviétique simula pendant plus de sept heures une guerre nucléaire et spatiale de grande envergure. D’abord, deux missiles balistiques intercontinentaux UR-100 décollèrent de silos enterrés, suivis d’un missile de moyenne portée lancé à partir d’un sous-marin nucléaire dans la mer Blanche. Ensuite, deux antimissiles furent lancés contre ces ogives, alors qu’un satellite chasseur Kosmos-1379 décollait depuis Baïkonour pour se mettre en orbite basse et se rapprocher quelques heures plus tard d’un autre satellite, Kosmos-1375, qui imitait le satellite de navigation américain Transit.

Malgré l’interdiction officielle, instaurée le 18 août 1983, de tous les essais d’intercepteurs spatiaux, le bureau d’études Saliout poursuivait dans le secret absolu les travaux de conception d’une station spatiale militaire dotée d’armements laser et de missiles Skif.

Mais revenons à nos jours. Au printemps 2006, les services compétents de la Russie et des Etats-Unis sont passés à l’action. Début mars, à l’invitation du chef de l’US Strategic Command James Cartwright, le chef des Forces spatiales russes Vladimir Popovkine a visité plusieurs sites militaires stratégiques en Californie et en Floride. Un mois plus tard, le général Cartwright a également visité l’état-major des Forces spatiales russes, le centre informatique du système de contrôle de l’espace, le centre de gestion des engins spatiaux, le cosmodrome de Plessetsk ainsi que l’Académie militaire spatiale Mojaïski, à Saint-Pétersbourg.
Si les choses évoluent dans cet esprit de confiance et d’ouverture, toute crainte est inutile, et il n’y aura pas d’alternative à l’espace pacifique.

ça va très mal, M. Bush....

Article lié :

kuehn

  09/04/2006

U.S. Study Paints Somber Portrait of Iraqi Discord
By ERIC SCHMITT
and EDWARD WONG

THE NEW YORK TIMES, 8 AVRIL 2006

WASHINGTON, April 8 — An internal staff report by the United States Embassy and the military command in Baghdad provides a sobering province-by-province snapshot of Iraq’s political, economic and security situation, rating the overall stability of 6 of the 18 provinces “serious” and one “critical.” The report is a counterpoint to some recent upbeat public statements by top American politicians and military officials.

The report, 10 pages of briefing points titled “Provincial Stability Assessment,” underscores the shift in the nature of the Iraq war three years after the toppling of Saddam Hussein. Warnings of sectarian and ethnic frictions are raised in many regions, even in those provinces generally described as nonviolent by American officials.

There are alerts about the growing power of Iranian-backed religious Shiite parties, several of which the United States helped put into power, and rival militias in the south. The authors also point to the Arab-Kurdish fault line in the north as a major concern, with the two ethnicities vying for power in Mosul, where violence is rampant, and Kirkuk, whose oil fields are critical for jump-starting economic growth in Iraq.

The patterns of discord mapped by the report confirm that ethnic and religious schisms have become entrenched across much of the country, even as monthly American fatalities have fallen. Those indications, taken with recent reports of mass migrations from mixed Sunni-Shiite areas, show that Iraq is undergoing a de facto partitioning along ethnic and sectarian lines, with clashes — sometimes political, sometimes violent — taking place in those mixed areas where different groups meet.

The report, the first of its kind, was written over a six-week period by a joint civilian and military group in Baghdad that wanted to provide a baseline assessment for conditions that new reconstruction teams would face as they were deployed to the provinces, said Daniel Speckhard, an American ambassador in Baghdad who oversees reconstruction efforts.

The writers included officials from the American Embassy’s political branch, reconstruction agencies and the American military command in Baghdad, Mr. Speckhard said. The authors also received information from State Department officers in the provinces, he said.

The report was part of a periodic briefing on Iraq that the State Department provides to Congress, and has been shown to officials on Capitol Hill, including those involved in budgeting for the reconstruction teams. It is not clear how many top American officials have seen it; the report has not circulated widely at the Defense Department or the National Security Council, spokesmen there said.

A copy of the report, which is not classified, was provided to The New York Times by a government official in Washington who opposes the way the war is being conducted and said the confidential assessment provided a more realistic gauge of stability in Iraq than the recent portrayals by senior military officers. It is dated Jan. 31, 2006, three weeks before the bombing of a revered Shiite shrine in Samarra, which set off reprisals that killed hundreds of Iraqis. Recent updates to the report are minor and leave its conclusions virtually unchanged, Mr. Speckhard said.

The general tenor of the Bush administration’s comments on Iraq has been optimistic. On Thursday, President Bush argued in a speech that his strategy was working despite rising violence in Iraq.

Vice President Dick Cheney, on the CBS News program “Face the Nation,” suggested last month that the administration’s positive views were a better reflection of the conditions in Iraq than news media reports.

“I think it has less to do with the statements we’ve made, which I think were basically accurate and reflect reality,” Mr. Cheney said, “than it does with the fact that there’s a constant sort of perception, if you will, that’s created because what’s newsworthy is the car bomb in Baghdad.”

In their public comments, the White House and the Pentagon have used daily attack statistics as a measure of stability in the provinces. Maj. Gen. Rick Lynch, a senior military spokesman in Baghdad, told reporters recently that 12 of 18 provinces experienced “less than two attacks a day.”

Gen. Peter Pace, the chairman of the Joint Chiefs of Staff, said on the NBC News program “Meet the Press” on March 5 that the war in Iraq was “going very, very well,” although a few days later, he acknowledged serious difficulties.

In recent interviews and speeches, some administration officials have begun to lay out the deep-rooted problems plaguing the American enterprise here. At the forefront has been Zalmay Khalilzad, the American ambassador, who has said the invasion opened a “Pandora’s box” and, on Friday, warned that a civil war here could engulf the entire Middle East.

On Saturday, Mr. Khalilzad and Gen. George W. Casey Jr., the senior military commander in Iraq, issued a statement praising some of the political and security goals achieved in the last three years, but also cautioning that “despite much progress, much work remains.”

Mr. Speckhard, the ambassador overseeing reconstruction, said the report was not as dire as its assessments might suggest. “Really, this shows there’s one province that continues to be a major challenge,” he said. “There are a number of others that have significant work to do in them. And there are other parts of the country that are doing much better.”

But the report’s capsule summaries of each province offer some surprisingly gloomy news. The report’s formula for rating stability takes into account governing, security and economic issues. The oil-rich Basra Province, where British troops have patrolled in relative calm for most of the last three years, is now rated as “serious.”

The report defines “serious” as having “a government that is not fully formed or cannot serve the needs of its residents; economic development that is stagnant with high unemployment, and a security situation marked by routine violence, assassinations and extremism.”

British fatalities have been on the rise in Basra in recent months, with attacks attributed to Shiite insurgents. There is a “high level of militia activity including infiltration of local security forces,” the report says. “Smuggling and criminal activity continues unabated. Intimidation attacks and assassination are common.”

The report states that economic development in the region, long one of the poorest in Iraq, is “hindered by weak government.”

The city of Basra has widely been reported as devolving into a mini-theocracy, with government and security officials beholden to Shiite religious leaders, enforcing bans on alcohol and mandating head scarves for women. Police cars and checkpoints are often decorated with posters or stickers of Moktada al-Sadr, the rebellious cleric, or Abdul-Aziz al-Hakim, a cleric whose party is very close to Iran. Both men have formidable militias.

Mr. Hakim’s party controls the provincial councils of eight of the nine southern provinces, as well as the council in Baghdad.

In a color-coded map included in the report, the province of Anbar, the wide swath of western desert that is the heart of the Sunni Arab insurgency, is depicted in red, for “critical.” The six provinces categorized as “serious” — Basra, Baghdad, Diyala and three others to the north — are orange. Eight provinces deemed “moderate” are in yellow, and the three Kurdish provinces are depicted in green, for “stable.”

The “critical” security designation, the report says, means a province has “a government that is not functioning” or that is only “represented by a single strong leader”; “an economy that does have the infrastructure or government leadership to develop and is a significant contributor to instability”; and “a security situation marked by high levels of AIF [anti-Iraq forces] activity, assassinations and extremism.”

The most surprising assessments are perhaps those of the nine southern provinces, none of which are rated “stable.” The Bush administration often highlights the relative lack of violence in those regions.

For example, the report rates as “moderate” the two provinces at the heart of Shiite religious power, Najaf and Karbala, and points to the growing Iranian political presence there. In Najaf, “Iranian influence on provincial government of concern,” the report says. Both the governor and former governor of Najaf are officials in Mr. Hakim’s religious party, founded in Iran in the early 1980’s. The report also notes that “there is growing tension between Mahdi Militia and Badr Corps that could escalate” — referring to the private armies of Mr. Sadr and Mr. Hakim, which have clashed before.

The report does highlight two bright spots for Najaf. The provincial government is able to maintain stability for the province and provide for the people’s needs, it says, and religious tourism offers potential for economic growth.

But insurgents still manage to occasionally penetrate the tight ring of security. A car bomb exploded Thursday near the golden-domed Imam Ali Shrine, killing at least 10 people and wounding dozens.

Immediately to the north, Babil Province, an important strategic area abutting Baghdad, also has “strong Iranian influence apparent within council,” the report says. There is “ethnic conflict in north Babil,” and “crime is a major factor within the province.” In addition, “unemployment remains high.”

Throughout the war, American commanders have repeatedly tried to pacify northern Babil, a farming area with a virulent Sunni Arab insurgency, but they have had little success. In southern Babil, the new threat is Shiite militiamen who are pushing up from Shiite strongholds like Najaf and Karbala and beginning to develop rivalries among themselves.

Gen. Qais Hamza al-Maamony, the commander of Babil’s 8,000-member police force, said his officers were not ready yet to intervene between warring militias, should it come to that, as many fear. “They would be too frightened to get into the middle,” he said in an interview.

If the American troops left Babil, he said, “the next day would be civil war.”

Eric Schmitt reported from Washington for this article, and Edward Wong from Baghdad. Jeffrey Gettleman contributed reporting from Hilla, Iraq, and Abdul Razzaq al-Saiedi from Baghdad.

Article lié : Finalement, ni l’Europe ni “Le Monde” ne méritaient Patten

boson

  08/04/2006

Oui bravo à ce site qui est hors norme, le plus intelligent que je connaisse.
Je voudrais juste vous donner mon point de vue sur ce qui est le plus fondammental aujourd’hui : la crise énergétique qui débute et qui va tout balayer.
Je pense que vous n’estimez pas assez l’importance de ce qui arrive.
Cordialement et admirativement.

re: Patten

Article lié : Finalement, ni l’Europe ni “Le Monde” ne méritaient Patten

kuehn

  08/04/2006

Bonjour,

le décryptage de l’entreprise orwellienne du “Monde” est essentiel, primordial meme, pour l’analyse du discours intéllo-parisien.

En fait, la synthèse ne serait-elle pas que “Le Monde” est déprimant pour sa manque d’esprit d’aventure? C’est à dire: n’est-il pas précisement “Le Monde” qui ne change jamais et qui veut prospérer dans la répétition quasi-liturgique du conformisme ambiant?

Je trouve, pour ma part, que la France—une fois “décomplexée”—pourrait très bien élaborer un modèle français pour le 21ème siècle.

Ceci pourrait s’inspirer aussi bien d’un certain prométhéisme stratégique gaullien que d’un pragmatisme socio-économique à l’irlandaise, capable de libérer les énergies conquérantes dans le marché et de continuer, à la fois, à offrir à ses citoyens des services publiques performants.

La France n’a qu’à croire en soi-meme (sans tomber dans le narcissisme mégalomane bien sur), en abandonnant l’esthétique snobiste et assez banal du “Monde” et de son discours décliniste.

Bravo pour l’article à l’équipe de Dedefensa!