Tourbillon crisique-43

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Tourbillon crisique-43

07 février 2018 – “En fait de ‘tourbillon’, je n’arrive même plus à me suivre moi-même” se dit le “tourbillon crisique”. C’est le constat le plus remarquable qu’on puisse faire, me semble-t-il, entre la bourse qui s’effondre et les Allemands qui s’accordent sur la façon de chuter le plus vite possible, et puis aussi le reste crisique qui continue sa route dare-dare et dans tous les coins. Il paraît que le nouveau président de la Fed, nommé avant-hier et qui s’est pris en pleine poire un crash que tout le monde attendait et auquel personne ne comprend rien sinon qu’il devait avoir lieu, – donc, il s’avère que le brave Jerome Powell n’est pas au bout de ses peines ... Comme dit monsieur Bill Blain, « Vous devriez avoir pitié du nouveau patron de la Fed Jerome Powell, qui a pris ses fonctions [avant-hier]. Powell va rapidement comprendre qu’il a trois missions : l’inflation, l’emploi et tenter de contrôler Trump qui va certainement croire que le crash boursier est un complot de la Fed pour tenter de le discréditer... »

Le lendemain (ditto, hier), on relevait les morts et les blessés pour repartir vaillamment à l’assaut tandis que Monsieur Nicholas Colas, de Data Trek Research concluait : « C’est un marché qui tire d’abord et qui pose les questions ensuite. » Dont acte et Olle !

Il y a aussi le cas allemand : même l’européanissime Libé parle d’un “accord au forceps”, – expression universellement employée et merveilleusement appropriée, – du couple bien improbable Merkel-Schultz qui a accouché d’un monstre. (Et les bruits de l’effondrement d’un jour de la bourse ont joué pour une bonne part le rôle du forceps dans l’accouchement, c’est dire la loyauté de l’accord...) Encore reste-t-il à convaincre l’un des pères pseudo-putatifs, c’est-à-dire le monstre que forment les 450.000 militants du SPD et qui seront consultés, tandis que l’autre père putatif, la base CDU/CSU, est mécontent qu’aucune consultation à cet égard ne soit prévue pour lui. Croyez-en les augures : la crise allemande, avec l’Europe dans le rôle de bruyante casserole, ne fait que commencer...

Pendant ce temps et fort parallèlement dans la rubrique des pouvoirs en mode de surpuissance dans l’impuissance, “D.C.-la-folle” est plus Règlement de compte à O.K. Coral que jamais. Ceci doit être bien compris : jamais, jamais les démocrates n’en démordront, jamais ils ne lâcheront ce qu’ils estiment être leur proie et leur dû, l’insupportable The-Donald. Avec un bouledogue comme Brennan à MSNBC pour s’attacher à ses basques, qui doute une seconde qu’ils ne desserreront jamais leur étreinte ?

L’idée m’est venue benoîtement que, par contre, les Russes vont être obligés, eux, de resserrer les boulons en Syrie. Le Su-25 abattu par un MANPAD cela fait désordre, et les Russes, notamment le citoyen russe, n’aiment pas le désordre. L’affaire pourrait bien avoir été montée par les cow-boys plus que par les Turcs, comme les Syriens d’Assad voudraient le faire croire. Le rapatriement du corps du pilote du Su-25 grâce à la coopération très active des SR militaires russe et turc en dit long à cet égard. Autrement dit, si les choses vont bien entre Russes et Turcs pour cette affaire courante, cela veut dire qu’elles vont mal entre Russes et le côté du bordel américaniste.

Certains en tirent sans hésiter la conclusion qu’il s’agit alors d’une action audacieuse et provocatrice des USA, dans le but de détourner le public russe du candidat Poutine, pour les ides de mars. Le spectre du “syndrome du Vietnam” universellement adaptable et exporté chez l’adversaires est l’une des lignes de conduite subversive des stratèges de l’américanisme. Regime change, formule magique et “Sésame, déverse-toi” du “tourbillon crisique” vu de “D.C.-la-folle” ; Poutine sait que plus rien aujourd’hui n’est jamais acquis.

Effectivement, la formule du jour est bien que plus aucune puissance n’est assurée de rien dans l’usage de ses moyens. Aucun avantage décisif ne peut plus être fixé parce que tout tourne sans arrêt dans le “tourbillon crisique“, rallumant nécessairement tous les brasiers qu’on croit contenus ou qu’on avait cru éteints. La différence se fait au niveau de la psychologie, disons entre les fous et les autres ; entre ceux qui ne savent pas qu’ils ne savent pas pourquoi ils font ce qu’ils font, et ne cessent donc d’en faire davantage ; et ceux qui savent bien qu’on ne sait plus pourquoi l’on fait ce qu’on fait. Le “tourbillon crisique” règne.

Donations

Nous avons récolté 1655 € sur 3000 €

faites un don