Bonne soirée, Angela

Brèves de crise

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Bonne soirée, Angela

Normalement, c’est ce soir que les deux partenaires de l’ex-“Grande Coalition” CDU/CSU-SPD doivent conclure un accord de gouvernement en Allemagne. Les conditions ont explosives, l’accord devant se faire au forcing mais ne satisfaisant personne ; sans garantie aucune qu’il soit approuvé par le SPD s’il est réalisé ; tandis que les deux ex-“Grands Coalisés” ne cesse de chuter dans les sondages, comme la bourse. Selon le dernier sondage, le SPD est tombé quasiment au même niveau que l’AfD eurosceptique, souverainiste, accusé d’extrémisme-etc., avec 17%-15%.

L’accord doit se faire et il sera catastrophique, parce que s’il ne se fait pas ce sera catastrophique (fin de Merkel, fin de Schultz, voie ouverte vers de nouvelles élections où les partis-Système seront criblés de flèches mortelles). Donc, il y aura sûrement un accord ce soir ou bien il n’y en aura sûrement pas... Situation typique des derniers Temps, rapidement résumée par les FakeNews de RT. (Voir aussi, plus développé et lié à la chute boursière, ZeroHedge.com.)  

« ... Journée cruciale pour Angela Merkel : son parti (l'Union chrétienne-démocrate, CDU) et le parti social-démocrate (SPD) sont convenus de trouver un accord de coalition avant ce 6 février au soir, afin de mettre un terme au feuilleton politique à rebondissements qui agite le pays depuis les élections fédérales de l'automne dernier. Si l'un des responsables des négociations au sein de la CDU, Daniel Günther, a une nouvelle fois assuré que son parti était “optimiste” quant à l'issue des discussions avec le SPD, les tractations pourraient bien se prolonger jusqu'à tard dans la nuit. Après quatre mois d'impasse, Angela Merkel n'a plus le choix : un échec entraînerait de nouvelles élections et rendrait sa démission inéluctable.

» Pressés par le temps, le SPD et la CDU doivent en outre faire face à une opinion publique de plus en plus défavorable à une “grande coalition” – format politique déjà testé de 2012 à 2017 et que les socio-démocrates avaient, dans un premier temps, refusé de reconduire. Un sondage réalisé par l'institut INSA pour le journal Bild et publié ce 6 février révèle une chute sensible des opinions favorables accordés par les électeurs au SPD et à la CDU : ces deniers ne recueilleraient plus respectivement que 17% et 30% des voix si des élections fédérales se tenaient aujourd'hui

» Avant même d'avoir commencé à gouverner, les deux futurs alliés n'ont donc plus la majorité. En outre, le SPD semble poursuivre sa chute : après avoir réalisé son score le plus bas depuis 1945 (20%) à l'automne dernier, le SPD est désormais rattrapé par le parti antieuropéen Alternative pour l'Allemagne (AfD), crédité de 15% des intentions de vote, selon le même sondage. »

 

Mis en ligne le 06 février à 15H58

Donations

Nous avons récolté 1655 € sur 3000 €

faites un don