L’hyperviolence de communication règne...

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

L’hyperviolence de communication règne...

Quel que soit le regard que l’on jette sur l’un ou l’autre candidat, la caractéristique essentielle de la situation de l’élection USA-2016 est sans aucun doute une exacerbation d’une sorte d’“hyperviolence de la communication” et l’on peut difficilement écarter l’hypothèse que ce phénomène ne soit pas porteur, d’une façon ou l’autre, de violences d’un autre type une fois l’élection accomplie, – d’ailleurs dans des conditions dont nul aujourd’hui ne peut se porter garant ni être assuré en aucune façon. Cette exacerbation de cette d’hyperviolence de la communication, qui affectait jusqu’alors essentiellement les troupes organisées de Clinton-Soros, touche désormais les adversaires de Clinton.

(Nous préférons ce terme plutôt que “partisans de Trump”, car il s’agit bien d’une hyperviolence générée par le personnage et les actes de la seule Clinton, par cette sorte d’impunité et cette arrogance provocatrice affichées de l’illégalité, de la corruption. Nous croyons qu’il ne s’agit pas d’une stratégie délibérée de Clinton, mais d’une situation et du caractère d’un personnage qui s’est totalement immergé dans une narrative de privilèges, de position “au-dessus des lois”, etc., et parfaitement conforté dans ce sens par un entourage trié sur le volet qui est éduqué dans cette voie de constamment confirmer la candidate dans ses conceptions et jusque dans ses perceptions. C’est le pendant clintonien de la “narrative infranchissable” d’Obama.)

Un exemple de cette hyperviolence de communication se trouve, à notre sens, dans la très courte interview que Lew Rockwell a donnée le 3 septembre à RT, concernant les dernières péripéties affectant Hillary Clinton. Nous lisons épisodiquement mais régulièrement Lew Rockwell, directeur d’un institut éponyme, ami proche de Ron Paul et l’une des influences majeures au sein du mouvement libertarien. La section blog de LewRockwell.com contient un nombre impressionnant de contributeurs parmi les plus brillants historiens, politologues, etc., antiSystème actuellement aux USA ; Lew Rockwell est en général pondéré, volontiers ironique, jamais emporté ni furieux, selon des analyses qui valent mille fois toutes les sottises et lieux communs pompeux des grands éditorialistes couverts de dollars extrêmement serviles (les dollars autant qu’eux) de la presse-Système. Ce portrait permet de mesurer d’autant plus la vigueur de cette hyperviolence de l’interview de Rockwell à RT et l’importance de sa cause ; pour Lee Rockwell, comme pour tant d’autres de plus en plus, Clinton est une personne diabolique, menteuse, provocatrice par ses vices étalées, quelque chose avec quoi l’on ne peut plus composer tant l’agression est patente... Il faut lire cette interview à la lumière des évènements qui viennent, et qui seront là dans très peu de temps, – une question de quelques semaines...

RT: « How is it that the FBI was not able to find any of the 13 devices used by Hillary Clinton to send her emails? »

Lew Rockwell: « I think she is a criminal, so she attempted to hide what she was doing. She was at the very least selling favors from the government to get money for the Clinton Foundation for herself, her husband, and the rest of their crew. That is why she used the special program to prevent retrieval, or so she hoped, of the e-mails that she erased. We should see it all; we should see everything about Benghazi, about every other thing she was involved in. She is a warmonger; certainly the way she talks she’d like to bring back the Cold War times seven; she’s very dangerous. So the more we can find out, the more we see her funny excuses about why her health is perfect, but she can’t remember everything, she had such a fall and hit her head. »

RT: « What can we make of this Clinton “could not recall” defense? Is it an attempt to avoid responsibility? »

Lew Rockwell: « No, it is just typical. She is a lawyer herself. That would be the typical lawyer advice, because they feel you can’t be gotten for perjury if you can’t recall. Of course there must be some things you can’t recall. But it is interesting she can’t recall the really key stuff and she blames it on her fall, which was a serious brain injury. But again, is that having an effect today? Shouldn’t she have a neurological exam? Shouldn’t we hear about what is actually wrong with her? We know what is wrong with her in terms of criminality, or at least we know some of it, but we need to know much more about this, before she is allowed into the White House, not her and the rest of the Clinton crew. »

RT: « Doesn't it seem that the mainstream media, for example, is more interested in the fact that the leak occurred rather than the content of the documents that were leaked? »

Lew Rockwell: « You can tell, and the American media doesn’t even pretend anymore to be balanced, or to be fair. They are 100 percent in Hillary’s pocket. They are promoting Hillary; they hate her opponent; they hate anybody who says anything against her; they don’t want to say anything bad about her. When they are forced, when there is a huge story like this, they feel they have to cover it. But of course they don’t want to cover the meat of the story – they want just to talk about the extraneous material. »

» We shouldn’t pay any attention to that; we have to do our own reading, our own research. I hope there will be many more people weighing in on this – people who know far more than what we’ve been told so far. It is very encouraging [that] there is more to come, more about her crimes – both in terms of foreign policy and personal corruption with the very corrupt Clinton Foundation. This is all to the good, bring it all out, tell the American people; tell the whole world by the way – this woman threatens the whole world. The whole world should know what she’s done and what she’d like to do and all the crimes she’s committed. »

“Quelques semaines”, en effet, c’est-à-dire jusqu’au 8 novembre. Ce qui est remarquable, – à nouveau un fait sans précédent dans l’histoire électorale US, – c’est que la réflexion, la prospective polémiques sinon confrontationnelles débordent désormais largement le cadre de l’élection. De plus en plus de textes paraissent, bien entendu dans la presse alternative ou antiSystème, qui s’interrogent sur l’“après-8 novembre”, comme on l’a déjà vu récemment sur ce site. C’est justement ce texte que nous reproduisions le 31 août, qui est utilisé comme une des références par Mike Adams, éditeur d’un site de contestation sur les questions de santé, NaturalNews (“nouvelles concernant la santé naturelle”, – The world’s top new sources on natural health), qui publie sur The Daily Sheeple, le 1er septembre, un texte extrêmement alarmiste, mais qui se veut circonstancié : « Chaos will erupt across America in less than 100 days… No matter who wins the election ».

Pour compléter le texte, on observe d’une façon générale beaucoup de scepticisme dans les réactions des lecteurs concernant ce scénario impliquant des mouvements de révolte, en mettant en cause l’apathie du public. Cette sorte de réaction est pour nous difficile à déchiffrer, d’abord avec peu de connaissance de l’orientation du site ; ensuite avec la connaissance de la tendance très répandue des lecteurs de cette sorte de sites alternatifs de réagir surtout lorsqu’ils sont en désaccord du point de vue de la tactique tout en partageant l’orientation générale ; enfin, avec l’hypothèse que ceux des lecteurs qui sont décidés à agir, si c’est le cas, et s’ils s’organisent éventuellement, ne se découvriraient certainement pas dans ce sens en réagissant dans des commentaires qui pourraient les faire identifier... Ci-dessous, un extrait de l’article de Mike Adams.

« The clock is ticking for America. There are 70 days remaining until the presidential election, and after the results are counted, America will be a tinderbox ready to explode no matter who wins.

» What follows is an educated analysis of the political friction now escalating in America. Note carefully that nothing in this article should be construed as any intention to call for violence of any kind. I do reference such acts, however, as part of human history as well as likely outcomes in our near future. What I’m offering here is an analysis and a warning, along with a call to prepare for what’s coming.

» As I’ve publicly predicted numerous times over the last year, if Donald Trump wins, the radical extreme leftists go on a violent rampage that leads to the rest of us begging for martial law. After half a dozen cities burn with riots and looting, Trump invokes a national emergency, deploying National Guard troops across the most devastated urban areas, and the radical left finds itself in a shooting war with the government.

» If Hillary Clinton wins, all the Trump supporters who have been violently assaulted, spat upon and physically attacked by the radical left un-holster their concealed weapons and start shooting back. This quickly escalates into open warfare between lunatic leftist Hillary supporters and armed Trump “Second Amendment” people who basically figure they’ve got nothing left to lose anyway, so why not fight to save America?

» This was all pointed out in an insightful reader comment posted to The Burning Platform on August 29th: “With the rise of Donald Trump, the plan of the political elites has been to provoke violence and blame it on him, thus scaring the normal populace. Early-on there were the road-blockings, the threatened riots, the cancelled events in Chicago and Cincinnati, the beatings, the police ordered to ‘look the other way’…and it has continued: The screaming harassment and physical attacks on Trump supporters as they leave his rallies. The spitting. The intimidation. The thrown eggs. The shoves and punches. The cars blocked and damaged. The hats snatched off people’s heads, stomped on, and then burned on the ground…”

» The people who support Trump are increasingly well-armed, and increasingly seething with justifiable rage. For now they hold back. Donald Trump himself has repeatedly observed that “the safest place in America” for anti-Trump protesters is at Trump rallies. And that is true. For now (except for the one old cowboy who punched out the protester, he was an octogenarian outlier). Why is this? Why the docility in the face of clear provocation?

» It is because Trump supporters understand that any retaliatory violence now will be instantly, widely, and incessantly portrayed by the whorish mainstream media as proof that “Trump is dangerous” and “Trump’s movement is violent” and “Trump invites violence.” So his supporters endure the abuse. They endure the spittle. They endure the shoves and punches. They endure the theft of their possessions. They endure the damaged cars and the incessant harassment. For now, for the sake of their political movement and the candidacy of Donald Trump, they do not strike back…

» But what happens after the election? It matters not who wins. If Hillary Clinton is elected, by hook or by crook, the mass movement harnessed by Donald Trump will be free to respond to physical attacks. If Donald Trump wins the Presidency, there will similarly be no reason to continue to endure physical attacks and humiliations by the street thugs of the Democrats. Whether Trump or Hillary Clinton is in the White House, there will be no reason to hold back.

» Hundreds of millions of guns across America are now in the hands of people who are fed up with being stomped on, ridiculed and marginalized by a corrupt leftist regime that’s destroying America. Do the math on this one: You’ve got 44% of U.S. households that now own guns (and not just one gun each, but several different types of guns). Over the last 8 years, President Obama’s anti-gun rhetoric has resulted in the largest surge of gun sales to private citizens ever recorded in American history. As a result of Obama’s criminal efforts to try to destroy the Second Amendment via false flag operations such as Operation Fast and Furious, more Americans than ever now own battle rifles such as ARs, AKs and PTR 91s.

» People bought all these guns for a reason. And they sure didn’t buy them just to turn them over to a corrupt criminal government... »

Les précisions chronologiques que donne Adams pour d’éventuels troubles soulèvent un problème intéressant, sur lequel on ne s’st pas attaché jusqu’ici, qui est celui de la transition. L’élection a lieu le 8 novembre, jusqu’à la prise effective du pouvoir le 20 janvier 2017 ; soit plus de deux mois pendant lesquels l’exercice du pouvoir et la légitimité de l’exercice du pouvoir sont dans des mains différentes, et des mains qu’on peut supposer hostile si Trump est l’élu. On évoque cette question pour l’éventuel vote du TPP, qu’Obama essaierait de faire passer pendant la transition, mais pas pour des troubles populaires. De toutes les façons, le passage “en force” du TPP pendant la transition, alors qu’un Trump-élu y serait opposé, constituerait déjà un acte extrêmement délicat, voire un cas d’affrontement institutionnel.

On comprend alors qu'il ne s’agit en aucun cas d’une question de forme, bien au contraire c’est une question vitale, comme le montre le précédent de 1932-1933... C’est pendant la transition, entre novembre 1932 (élection de Roosevelt) et le 5 mars 1933 (prise de ses fonctions par Roosevelt), que la situation structurelle des USA s’aggrava brusquement, au fond de l’abysse de la Grande Dépression, et porta le pays au bord la dislocation. On rappelle ici ce que fut ce passage où les USA furent absolument au bord de la désintégration (d’un texte du 5 septembre 2007) :

« ...En septembre 1933, le Français André Maurois, retour d'un séjour là-bas, rapportait ces remarques dans ses ‘Chantiers américains’: “Si vous aviez fait le voyage vers la fin de l'hiver (1932-33), vous auriez trouvé un peuple complètement désespéré. Pendant quelques semaines, l'Amérique a cru que la fin d'un système, d'une civilisation, était tout proche.” Il y avait la tension épuisante, l'image d'une marée qui monte et qui engloutit, la certitude de l'événement inéluctable qui emporte tout, cette impression d'être pris au piège, jusqu'à penser que des “milliers de familles pourraient être réduites à la famine” (Maurois). Pendant la cérémonie d'investiture de FDR, le 4 mars 1933, on passait des dépêches urgentes au nouveau secrétaire au trésor près du nouveau Président et il devait aussitôt quitter les lieux pour son bureau, pour y prendre des mesures nécessaires dans l'instant. Seconde après seconde, l'Amérique s'effondrait, se dissolvait littéralement. “On voyait arriver le moment où les autorités fédérales n'auraient plus le phénomène du chômage ‘en mains’, et où des millions de gens seraient acculés à l'émeute.” (Maurois encore) Dans les souvenirs du ministre du Travail, Frances Perkins, voici ce qui se passa d'exceptionnel en ce jour d'inauguration du nouveau président, et ce ne fut point l'inauguration elle-même mais un événement tenu secret longtemps : “Nous étions dans une situation terrifiante. Les banques fermaient. La vie économique du pays était pratiquement paralysée. Roosevelt devait prendre en main le gouvernement des États-Unis. Si un homme avait jamais voulu prier, ce devait être en ce jour-là. Il voulait vraiment prier, et il tenait à ce que chacun vint prier avec lui. [...] Ce fut impressionnant. Chacun priait, alors que le Docteur Peabody lisait l'action de grâce pour ‘Ton Serviteur, Franklin, qui est sur le point de devenir Président de ces Etats-Unis’. Nous étions là, Catholiques, Protestants, Juifs, mais je doute que l'un d'entre nous ait pensé à une différence à cet instant. A chaque anniversaire de cet Inauguration Day, chaque année, il ne manqua jamais de se rendre à St. John pour répéter les prières et le service de ce jour-là.” »

C’est à la suite de cet épisode tragique que le délai entre l’élection et la prise de pouvoir fut réduit, par un amendement constitutionnel, de quatre mois à un peu plus de deux mois, – du premier mardi de novembre au 20 janvier. (Au départ, l’énorme délai entre l’élection et la prise de pouvoir était du aux très grandes distances du territoire des USA à la fondation du pays, en regard des moyens de transport disponible d’une part, au caractère décentralisé initial de l’organisation d’autre part.) Tout de même, l’actuel délai reste très suffisant pour permettre des dérapages et des conflits extrêmement graves si les deux présidents sont en désaccord, comme l’étaient Hoover et Roosevelt en novembre 1932-mars 1933, – avec Hoover refusant de prendre certaines mesures que demandait Roosevelt avant le 4 mars 1933.

 

Mis en ligne le 4 septembre 2016 à 10H22

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don