Hillary-Soros, le ticket du Diable

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Hillary-Soros, le ticket du Diable

Grande fut notre erreur de croire que Soros n’était pas dans le “complot de Sea Island”, dont Patrick Buchanan nous donne une bonne description. (Mais acceptable sinon confirmée, notre hypothèse qu’il aurait dû être là, Soros...) : « ...Breitbart.com se fait donc un plaisir, le 9 mars, de relayer l’heureuse nouvelle. Il rappelle l’essentiel de la liste des invités. Nous y cherchons en vain le nom de Soros, qui semble n’avoir pas été invité ; voilà par contre une erreur stratégique majeure. » La vérité était qu’il était bien présent, sous la forme d’une ombre inspiratrice, cet étrange personnage dont le trait essentiel est évidemment satanique et semble inspirer tous ses autres caractères bien connus de spéculateurs et de manipulateur idéologique.

Certes, Clinton-Soros, – puisque la candidate Hillary Clinton est évidemment présente dans cette aventure, – pouvez-vous rêver meilleur “ticket” satanique, accessoirement pour gagner l’élection mais essentiellement pour détruire tous ceux qui se mettent en travers de la route de la candidate Clinton, chargée de corruption sans nombre, couturée de scandales et de menaces d’inculpation, comme caractère archétypique, elle, d’une employée-Système poussant à son terme catastrophique l’arrogance, la vénalité, l’hallucination de l’hybris affectiviste. Certes, pourquoi pas Soros comme candidat vice-président, en traficotant un peu son acte de naissance en bébé se découvrant miraculeusement de nationalité américaniste peu après sa naissance en Hongrie ? Enfin, si nous vaticinons de la sortir, c’est parce qu’il y a une thèse, assez bien documentée, selon laquelle les troubles fomentés (d’abord à Chicago le 11 mars, mais aussi à Dayton et à Cleveland le lendemain, en attendant la suite) pour tenter de détruire l’action publique et populiste du candidat Trump sembleraient bien être de manufacture Hillary-Soros, alors que la responsabilité initiale semblait être celle de Bernie Sanders puisque les manifestants anti-Trump se réclamaient de lui. Là est le nœud de l’opération...

ZeroHedge.com prend à son compte le 12 mars les observations que diffuse Infowars.com le même jour, à partir de quelques remarques menaçantes pour la suite des évènements de Ilya Sheyman, directeur exécutif de MoveOn.org Political Action, organisation notamment financée par George Soros et dont l’action politique (est-ce le mot ?) est très largement orientée par le même Soros.

« [Sheyman] promised similar violence and disruption will occur at future Trump political events leading up to the election.“Mr. Trump and the Republican leaders who support him and his hate-filled rhetoric should be on notice after tonight’s events,” on the George Soros funded MoveOn web page. “To all of those who took to the streets of Chicago, we say thank you for standing up and saying enough is enough. To Donald Trump, and the GOP, we say, welcome to the general election.”

» The violent demonstration in Chicago on Friday may represent a precursor to the sort of activity the organization will engage in as it tries to “shut down” its political enemies and elect either Hillary Clinton or Bernie Sanders. On Friday night many of the protesters shouted “Bernie!” and held placards announcing their support for the socialist Democrat.

» The group acts as a front for wealthy Democrats. It was founded with the help of the financier George Soros who donated $1.46 million to get the organization rolling. Linda Pritzker of the Hyatt hotel family gave the group a $4 million donation. »

Infowars.com a ensuite évolué plus précisément dans son interprétation lors d’une émission télévisée de son directeur, Alex Jones, qui recevait Roger Stone, un des hommes de main et enquêteurs les plus expérimentés du parti républicain. L’intérêt de l’intervention de Stone est donc qu’il donne une interprétation lagement substantivée et documentée impliquant que les attaquants anti-Trump de Chicago n’étaient pas inspirés ni dirigés par Sanders, mais bien, indirectement par Clinton associée à Soros. Cette version a été entièrement reprise à son compte par l’historien Eric Zuesse, du Washington’s blog, le même 12 mars. Là aussi, comme dans le cas de Jones qui était d’abord partisan de la thèse de la responsabilité de Sanders, l’acceptation des appréciations de Stone sont significatives par leur absence de parti-pris de proximité idéologique : Zuesse commence par dire qu’il n’est pas du parti idéologique de Stone, qu’il n’aime pas l’homme, qu’il n’aime pas du tout ses méthodes, mais qu’il lui reconnaît des capacités d’enquêteurs hors-pair. (« In other words: though I don’t like the man, and I disagree with his politics, I respect his news-reporting. »)

Zuesse, qui reprend la référence du DVD de l’émission de Jones, en donne une rapide transcription, ce qui nous permet de mieux comprendre le détail de la thèse. Il s’agirait, selon Stone, d’une opération montée par le couple Clinton-Soros en la faisant passer pour une opération anti-Trump de Sanders de façon à couper complètement les électeurs de Sanders de Trump, pour les décourager de voter pour lui lors de l’élection générale. (Les positions de Trump sur le libre-échange [les traités TPP et TPIP] se sont révélées très proches de celles de Sanders, notamment lors de la campagne dans le Michigan, et font craindre au camp Clinton de plus en plus précisément, une désertion massive des électeurs de Sanders du camp démocrate vers Trump lors de l’élection générale, si elle oppose comme c’est probable pour l’instant, Clinton à Trump.) Voici les notes prises par Zuesse, transcrivant l’interview de Stone

Stone : « I think everybody in the country has now heard about these violent protests [at Trump rallies] which are being blamed on supporters of Bernie Sanders. … This is a false-flag. These demonstrators are flying under a false banner. They are not Sanders supporters by-and-large. This is an operation directed by supporters of Hillary Clinton, paid for by George Soros and Move-On, by David Brock at Media Matters for America, also funded by Soros, and also by the reclusive billionaire Jonathan Lewis. Now, Lewis was identified by the Miami New Times as a ‘mystery man.’ He inherited roughly a billion dollars from his father Peter Lewis … [founder of Progressive Insurance Company]. Jonathan Lewis interestingly withdrew his support of the Democratic National Committee over the immigration bill that he thought was unfair to gays. In any event, this is a Hillary Clinton operation. The idea here, very clearly, is to divide the Sanders economic voters from Trump; in other words, those voters who lost their jobs because of NAFTA and all of the other globalist international trade-deals that have screwed this country, they now realize that these voters are potentially, when Sanders is out of the race, Trump votes, and this is an effort to make Trump toxic, to disqualify him, [as a] racist, bigot, the whole thing is essentially a hoax. It’s a gambit directed, by the way, by Brock. Brock was once a friend of mine and was a comrade in the fight for freedom; but he went over to the dark side, with the Clintons, for money: big, big, big, money; and this is unfortunately his little dirty trick, Unfortunately, they have leaks within their operation, my sources are of the very best. The entire collaboration in Chicago is a Hillary Clinton operation. And, frankly, I can’t see Bernie Sanders having anything to do with it. I don’t agree with Bernie, but I respect him, and this is not his handiwork or the handiwork of his campaign. »

Jones here goes on to explain why he respects the investigative reports from Stone, then says : « When I saw all these Bernie shirts and Bernie people saying ‘We attack!’ — you know, people shooting guns in the air saying ‘We support Bernie!’  that is so clearly a way to attack him, make him look like a radical revolutionary, and to make Hillary look good, and also make Trump look like a racist when the media plays this up. You’re absolutely right. … To be clear: you have sources inside saying this is a Soros/Brock Media Matters, which they admit is run by the White House, they have weekly meetings, Obama’s former transition chief. … We’ve seen the build-up toward race-war this summer, this fall, to try to cloud the entire election; is that what you’re getting at; is this the opening salvo … »

Stone : « I think Hillary understands that Trump would lose the votes of certain establishment Republicans if he is the nominee. On the other hand, it doesn’t matter, because of his crossover outreach. Right now in Ohio, Democrats and independents in the Mahoning Valley, these people have lost their jobs because of these great globalist trade deals, are lining up to vote for Donald Trump in the Republican primary, which is legal in Ohio with some paperwork. And we saw this same crossover in Michigan. So it occurred to the Clinton people that Bernie’s economic voters — not his hard-left voters, she’s not going to get them, they’re not going for Hillary, blue-collar folks who have just figured out that they have been left out of the new-world-order economy, are a ripe target for Trump; he’s already getting that, she is petrified of it; so, this little maneuver, this David Brock dirty trick, solves two problems at once: it helps knock down Bernie, because after all these people are involved in violence; and it also disqualifies Trump as a future vote, by portraying him as a racist or a bigot. The whole thing is a kabuki dance. And I think it’s very important that Trump understand that it’s not the Sanders campaign that’s disrupting his rallies; this is a Hillary Clinton operation. »

Jones asks for more details... Stone continues : « Hillary Clinton empowered a certain member of Congress to approach the billionaire John Lewis to pay for a portion of this overall program. This isn’t just Chicago. You’re now going to see these phony demonstrators, these ringers, showing up at other Trump events. … That’s as much as I’m prepared to say...” »

D’où l’on en déduira que les adversaires de Trump, dans cette occurrence et dans cette orientation, ne se dissimulent plus mais qu’il importe d’abord de bien identifier et comprendre leurs positions, et spéculer sur leurs buts. Qu’il s’agisse de MovOn.org ou de MediaMatters.org, il s’agit d’organisation “frontistes” de Soros, comme Soros en a le secret de l’organisation. Le fait est que ces organisations dissimulent à peine leurs projets d’une campagne d’attaques d’intimidation pouvant aussi bien être qualifiée de “terrorisme” à peine soft. Une telle impudence et de telles actions, au point où en est la popularité de Trump, rendent difficile de penser que ces instigateurs espèrent stopper brutalement sa course dans les  primaires ; on peut même envisager l’hypothèse contraire, que ses attaques pourraient renforcent la popularité de Trump (après la réunion annulée de Chicago suite à l’attaque, Trump a rassemblé des foules considérables dans l’Ohio (20.000 personnes à Dayton, 25.000 à Cleveland) tout en lui donnant une couverture médiatique nationale exceptionnelle. D’ailleurs ils (ces mêmes adversaires) semblent tenir pour acquis que Trump sera dans l’élection finale et ne s’en cachent pas, presque avec satisfaction, comme il est dit par Sheyman, sur MovOn.org : « A l’intention de Donald Trump, et du GOP, nous disons bienvenus dans l’élection générale » (c’est-à-dire dans la phase finale de l’élection présidentielle). Cela ressemble à une véritable déclaration de guerre bien plus qu’un défi pour un affrontement électoral.

Alors, on peut se poser la question de savoir si le véritable but, au moins dans le chef de Soros, n’est pas une véritable guerre civile encore plus , et au-delà certes, d’une compétition électorale. (Il est assuré que la camp-Trump ne va pas rester longtemps sans prendre des mesures, que Trump le veuille ou non ; déjà, des propositions de constituer des milices de protection des rassemblements pro-Trump circulent sur l’internet.) Soros, qui est de tous les coups de la subversion-Système, a déjà montré qu’il était preneur d’un durcissement de la formule initiale (en passant des “révolutions de couleur” assez soft au “coup” beaucoup plus dur, type-Maidan) ; pourquoi ne le serait-il pas d’un durcissement de la formule intermédiaire utilisée à Kiev ? Dans quel but, tout cela ? Dès lors que Soros est impliqué, beaucoup de choses sont possibles, y compris la simple volonté nihiliste-satanique de destruction... Pour qu’enfin l’on commence à mesurer ce qu’implique cette Grande crise Générale d’Effondrement du Système ...

 

Mis en ligne le 13 mars 2016 à 12H49

Donations

Nous avons récolté 1768 € sur 3000 €

faites un don