Victoire au-delà de Pyrrhus, jusqu’à l'inversion

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 757

Victoire au-delà de Pyrrhus, jusqu’à l'inversion

31 décembre 2014 – Robert Parry a mis en ligne sur son site ConsortiumNews une très longue analyse sur le phénomène psychopolitique développé bureaucratiquement sous l’expression de Perception Management (“gestion de la perception”). Il s’agit de la pérennisation et de la bureaucratisation, sous les mandats Reagan, de l’action et des techniques destinées à modifier favorablement la perception de la politique de sécurité nationale des USA, et notamment la politique expansionniste, belliciste et interventionniste, pour que plus jamais ne se reproduise l’insurrection générale qui eut lieu aux USA dans les années 1960 contre la guerre du Vietnam. Parry est particulièrement bien placé pour détailler ce phénomène, puisqu’il a bâti sa compétence professionnelle sur des enquêtes conduites à l’époque Reagan, notamment le scandale Iran-Contra lié à l’activité de la guérilla antisandiniste des Contras au Nicaragua, avec l’aide dissimulée qui leur fut portée pour faire chuter le pouvoir sandiniste, tout cela étant lié à des trafics massifs de drogue et la manipulation d’armements sophistiqués pour obtenir des fonds secrets. (C’est ce qui provoqua le “scandale” lui-même en 1986 : la livraison secrète et la vente de missiles à l’Iran par l’intermédiaire d’Israël.)

Parry détaille comment certains “hommes du président”, sur instruction directe et insistante de Reagan lui-même, mirent en place une structure générale bureaucratique, touchant aussi bien le National Security Council que d’autres centres de pouvoir de la Sécurité Nationale, qui avait pour mission de “gérer la perception”. Au départ, la structure mise en place à partir de la Maison-Blanche et transitant par divers autres centres de pouvoir fut baptisé OPD. (OPD signifie Office of Public Diplomacy, ce qui est un intitulé à la fois révélateur et ironique, – sans doute involontairement. Il s’agissait de ce que l’on voulait faire connaître publiquement de la “diplomatie” US, c’est-à-dire quelque chose de complètement différent de la vraie diplomatie, – laquelle, bien entendu, n’avait de “diplomatie” que le nom puisqu’il s’agissait, et qu’il s’agit plus que jamais, d’actions subversives, covert, etc.) Les deux hommes qui furent à la base de ce travail à l’origine, à partir de 1982, furent le directeur de la CIA William J. Casey et le principal spécialiste de propagande de l’Agence, Walter Raymond Jr.

L’analyse est extrêmement longue et détaillée (dans ConsortiumNews le 28 décembre 2014) et porte principalement sur les années Reagan et Bush, avec un passage détaillé remarquable sur la guerre du Golfe. Mais ce que nous présente Parry est toujours en place aujourd’hui, et en pleine action, avec le soutien d’une presse qui a totalement été prise en main en trente ans par une génération acquise à la politique d’agression des USA, et s’est alignée selon les effets des techniques de “gestion de la perception“. L’intérêt direct pour nous est notamment de constater qu’on retrouve aujourd’hui une nouvelle catégorie de dirigeants et d’inspirateurs de cette politique bureaucratique, essentiellement au travers de “vedettes” neocons, qui firent leurs premières classes comme tout jeunes débutants durant les années Reagan. Nous donnons ci-dessous deux longs extraits du texte, – un du début du texte, le second de la fin du texte, – où Parry revient sur les connexions de cette structure reaganienne avec notre époque actuelle et la façon dont la perception est plus que jamais “gérée” par une sorte de structure bureaucratico-médiatique derrière les quelques noms fameux des “vedettes” neocons.

«You might think that the American public would begin to rebel against these messy entangling alliances with the 1984-like demonizing of one new “enemy” after another. Not only have these endless wars drained trillions of dollars from the U.S. taxpayers, they have led to the deaths of thousands of U.S. troops and to the tarnishing of America’s image from the attendant evils of war, including a lengthy detour into the “dark side” of torture, assassinations and “collateral” killings of children and other innocents.

»But that is where the history of “perception management” comes in, the need to keep the American people compliant and confused. In the 1980s, the Reagan administration was determined to “kick the Vietnam Syndrome,” the revulsion that many Americans felt for warfare after all those years in the blood-soaked jungles of Vietnam and all the lies that clumsily justified the war. So, the challenge for the U.S. government became: how to present the actions of “enemies” always in the darkest light while bathing the behavior of the U.S. “side” in a rosy glow. You also had to stage this propaganda theater in an ostensibly “free country” with a supposedly “independent press.”

»From documents declassified or leaked over the past several decades, including an unpublished draft chapter of the congressional Iran-Contra investigation, we now know a great deal about how this remarkable project was undertaken and who the key players were.

Perhaps not surprisingly much of the initiative came from the Central Intelligence Agency, which housed the expertise for manipulating target populations through propaganda and disinformation. The only difference this time would be that the American people would be the target population.

»For this project, Ronald Reagan’s CIA Director William J. Casey sent his top propaganda specialist Walter Raymond Jr. to the National Security Council staff to manage the inter-agency task forces that would brainstorm and coordinate this “public diplomacy” strategy.

Many of the old intelligence operatives, including Casey and Raymond, are now dead, but other influential Washington figures who were deeply involved by these strategies remain, such as neocon stalwart Robert Kagan, whose first major job in Washington was as chief of Reagan’s State Department Office of Public Diplomacy for Latin America.

»Now a fellow at the Brookings Institution and a columnist at the Washington Post, Kagan remains an expert in presenting foreign policy initiatives within the “good guy/bad guy” frames that he learned in the 1980s. He is also the husband of Assistant Secretary of State for European Affairs Victoria Nuland, who oversaw the overthrow of Ukraine’s elected President Viktor Yanukovych last February amid a very effective U.S. propaganda strategy.

During the Reagan years, Kagan worked closely on propaganda schemes with Elliott Abrams, then the Assistant Secretary of State for Latin America. After getting convicted and then pardoned in the Iran-Contra scandal, Abrams reemerged on President George W. Bush’s National Security Council handling Middle East issues, including the Iraq War, and later “global democracy strategy.” Abrams is now a senior fellow at the Council on Foreign Relations.

»These and other neocons were among the most diligent students learning the art of “perception management” from the likes of Raymond and Casey, but those propaganda skills have spread much more widely as “public diplomacy” and “information warfare” have now become an integral part of every U.S. foreign policy initiative. [...]

»Though Reagan’s creation of a domestic propaganda bureaucracy began more than three decades ago – and Bush’s vanquishing of the Vietnam Syndrome was more than two decades ago – the legacy of those actions continue to reverberate today in how the perceptions of the American people are now routinely managed. That was true during last decade’s Iraq War and this decade’s conflicts in Libya, Syria and Ukraine as well as the economic sanctions against Iran and Russia.

»Indeed, while the older generation that pioneered these domestic propaganda techniques has passed from the scene, many of their protégés are still around along with some of the same organizations. The National Endowment for Democracy, which was formed in 1983 at the urging of CIA Director Casey and under the supervision of Walter Raymond’s NSC operation, is still run by the same neocon, Carl Gershman, and has an even bigger budget, now exceeding $100 million a year. Gershman and his NED played important behind-the-scenes roles in instigating the Ukraine crisis by financing activists, journalists and other operatives who supported the coup against elected President Yanukovych. The NED-backed Freedom House also beat the propaganda drums.

»Two other Reagan-era veterans, Elliott Abrams and Robert Kagan, have both provided important intellectual support for continuing U.S. interventionism around the world. Earlier this year, Kagan’s article for The New Republic, entitled “Superpowers Don’t Get to Retire,” touched such a raw nerve with President Obama that he hosted Kagan at a White House lunch and crafted the presidential commencement speech at West Point to deflect some of Kagan’s criticism of Obama’s hesitancy to use military force.

»A New York Times article about Kagan’s influence over Obama reported that Kagan’s wife, Assistant Secretary of State Victoria Nuland, apparently had a hand in crafting the attack on her ostensible boss, President Obama. According to the Times article, the husband-and-wife team share both a common world view and professional ambitions, Nuland editing Kagan’s articles and Kagan “not permitted to use any official information he overhears or picks up around the house” – a suggestion that Kagan’s thinking at least may be informed by foreign policy secrets passed on by his wife. Though Nuland wouldn’t comment specifically on Kagan’s attack on President Obama, she indicated that she holds similar views. “But suffice to say,” Nuland said, “that nothing goes out of the house that I don’t think is worthy of his talents. Let’s put it that way.”

»In the three decades since Reagan’s propaganda machine was launched, the American press corps also has fallen more and more into line with an aggressive U.S. government’s foreign policy strategies. Those of us in the mainstream media who resisted the propaganda pressures mostly saw our careers suffer while those who played along moved steadily up the ranks into positions of more money and more status. Even after the Iraq War debacle when nearly the entire mainstream media went with the pro-invasion flow, there was almost no accountability for that historic journalistic failure. Indeed, the neocon influence at major newspapers, such as the Washington Post and the New York Times, only has solidified since.

»Today’s coverage of the Syrian civil war or the Ukraine crisis is so firmly in line with the State Department’s propaganda “themes” that it would put smiles on the faces of William Casey and Walter Raymond if they were around today to see how seamlessly the “perception management” now works. There’s no need any more to send out “public diplomacy” teams to bully editors and news executives. Everyone is already onboard.

»Rupert Murdoch’s media empire is bigger than ever, but his neocon messaging barely stands out as distinctive, given how the neocons also have gained control of the editorial and foreign-reporting sections of the Washington Post, the New York Times and virtually every other major news outlet. For instance, the demonizing of Russian President Putin is now so total that no honest person could look at those articles and see anything approaching objective or evenhanded journalism. Yet, no one loses a job over this lack of professionalism. The Reagan administration’s dreams of harnessing private foundations and non-governmental organizations have also come true. The Orwellian circle has been completed with many American “anti-war” groups advocating for “humanitarian” wars in Syria and other countries targeted by U.S. propaganda...»

Comme on le voit dans cette impressionnante documentation de Parry, nombre des hommes impliqués dans la mise en place d’une structure de “gestion de la perception” n’ont rien à voir fondamentalement avec la réflexion et l’analyse politique. Casey était un financier de Wall Street, Raymond un homme spécialisé en relations publiques et en propagande, et le président Reagan un acteur hollywoodien, assez médiocre et très sensible aux images grossières véhiculées par la culture populaire. (On sait que le vaste projet de missiles antimissiles de Reagan, – au départ, la Strategic Defense Initiative [SDI], poursuivie par les programmes BMD actuels, – lui fut inspiré par la lecture de bandes dessinées de science-fiction mettant en scène des systèmes de cette sorte.) Il s’agissait donc d’hommes spécialisés dans les images et dans l’influence du public, beaucoup plus que de concepteurs d’une politique ou l’autre. On peut admettre que, dès cette époque, et sans doute loin dans le passé, la politique des États-Unis consistait déjà à suivre l’“idéal de puissance” qui s’exprime à notre époque par la politique-Système.

A cette lumière, on peut considérer que les neocons dont l’influence tant vantée est directement liée à une idéologie radicale et hautement sophistiquée, ne sont en fait, eux aussi, que des personnages d’image et de relations publiques, chargés d’habiller de la façon la plus acceptable et la plus séduisante la même politique de surpuissance découlant de la logique du Système. Il faudrait alors également réviser dans un sens plus pondéré l’effet du 11 septembre 2001 sur l’orientation de la politique US elle-même ; par contre, on devrait considérer sans aucun doute sa formidable importance symbolique et son effet d’accélérateur de cette même politique US/“politique-Système”. (Même chose dans le même sens pour l’événement de la crise de l’automne 2008.)

Le résultat de cette combinaison d’événements avec la technique bureaucratico-médiatique de la “gestion de la perception” serait, de notre point de vue, très différent du simple constat d’une victoire («The victory of “Management Perception”», titre Parry). Deux éléments sont à prendre en compte de façon impérative pour pouvoir envisager ce que l’on peut faire de cette “victoire”, ce qu’elle signifie, etc. Le premier introduit le second, qui forme l’essentiel de notre analyse.

Ce premier élément est que l’accélération des événements, l’accélération de la “politique-Système”, l’absence complète de règles de contrôle à cause de la “gestion de la perception”, conduit à des situations où la perception ainsi imposée devient complètement, presque objectivement absurde par rapport à la vérité des situations ; comme si ces “vérités de situation”, absolument écartée par le système de la communication, finissait par peser d’un poids tel sur les psychologies concernées qu’elle ne pouvait plus être complètement écartée, encore moins ignorée. C’est précisément le cas de l’Ukraine, où jamais la “gestion de la perception” n’a imposé une perception aussi dramatiquement opposée à la vérité de la situation, aussi objectivement absurde.

Cette situation finit par créer des tensions intenables et insupportables pour les psychologies ainsi affectées, qui se traduisent par une sorte de brouhaha, ce qu’un de nos amis nomme un “bruit de fond” reflétant sans nécessairement la préciser ou la détailler la “vérité de la situation”, ou reflétant dans tous les cas qu’il y a une “vérité de la situation” et que ce n’est absolument, absurdement pas la narrative que la “gestion de la perception” oblige à accepter. (Bien entendu, tout cela est fortement notamment alimenté par les réseaux alternatifs.) On sait désormais que cette situation nouvelle où la “gestion de la perception” n’est plus la complète maîtresse du jeu, qui finit par se transformer en un énorme handicap latent de perception, peut réserver de terribles surprises. Qui aurait pu imaginer, parmi les dirigeants-Système, le 21 août 2013, lorsque les Syriens d’Assad furent accusés d’une attaque chimique qui avait été en fait montée comme une provocation par l’un ou l’autre outil du Système, que la pression de l’opinion publique obligerait le président Obama, dix jours plus tard, à abandonner son projet d’attaque directe contre la Syrie, s’en remettant au Congrès et cela conduisant à sa débâcle de septembre 2013 ?

L’Ukraine qui change tout

Le second élément, qui complète éventuellement le premier, est surtout essentiel parce qu’il ouvre lui-même des horizons considérables sur d’autres domaines, qui ont à voir avec la psychologie, le jugement, la décision, – c’est-à-dire, au bout du compte, l’erreur de jugement. C’est la question de savoir si, à la longue ou bien d’ailleurs assez rapidement, lorsque la “gestion de la perception” ayant la forme bureaucratisée, systématisée, “officialisée”, etc., qu’on lui connaît, ses premières victimes n’en sont pas ceux qui la conduisent et la manipulent d’une part, les élites-Système que ces manipulations de la perception (chez les autres, dans le public) doivent servir d’autre part ? C’est-à-dire que la machine à manipuler la perception du public devient une machine à manipuler les dirigeants-Système, les convaincre que leur propagande est vraie, c’est-à-dire les conduisant à s’engager, à prendre des décisions, etc., fondées sur des perceptions complètement erronées...

C’est là, sans aucun doute le principal sujet de notre analyse, et de loin le plus important ... Encore cette hypothèse, qui se marie avec la réalité bien connue du group-thinking qui est une version du virtualisme affectant les élites, pourrait sans doute être renforcée par le constat que les sources alimentant ce qui devrait être la vraie communication des dirigeants et élites-Système sont elles-mêmes conduites à la pratique de “gestion de la perception” à l’intérieur de leurs propres réseaux, par opportunisme, carriérisme, conformisme et ainsi de suite ... Ne dit-on pas (si, si, on le dit) qu’un article récemment remarqué par nombre de services de renseignement occidentaux et commenté leurs de rencontres informelles est celui d’un ancien officier de la DIA qui proposent pour les services de renseignement occidentaux au moins deux principes de base dans la production et la communication d’une analyse du renseignement vers leurs autorités politiques : d’une part que cette analyse soit basée sur un fait réel, d’autre part qu’elle corresponde à l’orientation politique de ces dirigeants et ne contredisent pas leur politique (bref, commenter un fait réel dans le sens de les satisfaire et de les conforter dans leur politique). Même si la chose a déjà souvent été pratiquée de façon improvisée ou circonstancielle, le fait qu’elle soit proposée comme une sorte règle de travail commune aux SR occidentaux avec d’éventuelles coordinations sur l’aspect complaisant-faussaire des analyses, mesure le chemin parcouru. Encore une fois, on ajoutera qu’il y a une brusque accélération de toutes ces tendances ces derniers mois, sans aucun doute due aux extraordinaires conditions de la communication à l’intérieur du bloc BAO à propos de la crise ukrainienne nécessitant une “gestion de la perception” qui deviendrait presque une “autogestion de sa propre perception”. Ainsi l’exemple cité est indicatif à la fois des extrémités où peut aller la “gestion de la perception” invertie (destinée aux dirigeants) et les difficultés extrêmes auxquelles elle se heurte à cause des conditions de la crise ukrainienne devenue la Grande Crise générale, ou Crise d’Effondrement du Système (CES).

Ainsi la narrative accouchée par la “gestion de la perception” devient-elle, pour le monde de nos dirigeants-Système et pour le Système, globale et hermétiquement verrouillée pour tenter d'écarter les difficultés grandissantes et colossales rencontrées désormais (crise ukrainienne). Ainsi peut-on comprendre que des esprits hautement réputés et apprécié puissent en arriver à exprimer des sottises extraordinaires de puissance, qui sont écoutées et répétées religieusement, qui alimentent le débat interne au Système, qui contribuent à renforcer la base intellectuelle des jugements et des décisions politiques, – dans le sens qu’on imagine. Citons deux exemples récents...

• Celui de Paul Krugman, grandissime Prix Nobel d’Economie. En décembre, Krugman s’est attaqué à la Russie et à Poutine à l’occasion de la crise du rouble. Cela lui a permis de résumer sa conception de cette crise, et ses deux articles du 19 décembre 2014 et du 22 décembre 2014 dans le New York Times forment le sujet d’une autre chronique de Robert Parry, le 23 décembre 2014. Cette chronique est très critique du libéralisme US, c’est-à-dire de la vertu politique que prétend représenter Krugman («The Liberal Idiocy on Russia/Ukraine»)...

«In Krugman’s mind, it was Putin who instigated the crisis with the goal of plundering Ukraine. Operating from that false hypothesis, Krugman then spins off this question: “why did Mr. Putin do something so stupid? … The answer … is obvious if you think about Mr. Putin’s background. Remember, he’s an ex-K.G.B. man — which is to say, he spent his formative years as a professional thug. Violence and threats of violence, supplemented with bribery and corruption, are what he knows. “And for years he had no incentive to learn anything else: High oil prices made Russia rich, and like everyone who presides over a bubble, he surely convinced himself that he was responsible for his own success. At a guess, he didn’t realize until a few days ago that he has no idea how to function in the 21st century.”»

L’idée de Krugman, c’est que Poutine, bandit puisqu’agent du KGB dont on connaît la sinistre réputation, vivait dans une bulle de gangstérisme qui l’apparentait aux pires moments (terreur policière, corruption) du XXème siècle, et que la crise du rouble a fait éclater cette bulle. Ce Prix Nobel appartient à un pays qui a fait se succéder bulle après bulle pour accomplir méthodiquement la démolition des structures financières du XXIème siècle, qui s’avère être un siècle déstructuré et invertébré ; un pays qui s’est déjà donné un directeur de la CIA comme président (Bush-père) en en faisant un homme honorable (le contraire de Poutine), et il (Krugman) dit ce qu’il dit sur le sinistre Poutine du sinistre KGB moins d’une semaine après qu’on ait lu un “résumé” de plus de 500 pages sur les activités de torture de la CIA ... Tout cela, à partir de la question : mais pourquoi Poutine a-t-il agi stupidement en déclenchant la crise ukrainienne et tout ce qui s’ensuit ? L’on sent que Krugman est à la peine d’explique cette stupidité du président russe et il lui faut bien avancer des arguments finalement aussi stupide que l’acte de Poutine (agent du KGB, bandit, etc.). Krugman est un homme posé et rationnel, et le cas Poutine pose un problème à sa raison ; il s’en sort comme il peut, c’est-à-dire piteusement...

• L’autre cas qu’on citera comme l’un des plus récents avec celui de Krugman est celui de Strobe Talbott. Chroniqueur remarqué, expert de grand talent, ayant occupé plusieurs postes dans des administrations démocrates (dont celui du n°2 du département d’État de 1994 à 2001) après avoir commencé par un des meilleurs livres sur les négociations stratégiques qui en avait fait un intime de Kissinger (Endgame : the Inside Story of SALT II, 1979), Talbott est, comme Krugman, l’expert de haut niveau rationnel par excellence. C’est donc en expert, rationnellement, qu’il prévoit le possible, sinon probable éclatement de la Russie en 2015, à cause de la révolte de la Tchétchénie que Poutine a mis en train par son attaque contre l’Ukraine (voir sur le blog de Reuters de Talbott, le 16 décembre 2014, «In 2015, Vladimir Putin may witness his empire’s death knell»).

»The year ahead could see the outbreak of the third Chechen war, which, in turn, could be the death knell of the Russian Federation in its current borders. If, as is imaginable, Russia dismembers itself later this century — the way the Soviet Union did in 1991 — it will largely be a consequence of President Vladimir Putin’s policies... [...]

»...The lull in Chechnya, however, ended in early December with a series of bloody incidents in the Chechen capital of Grozny. The group behind the resurgence of unrest is advocating a “Caucasus Caliphate,” with ties to al Qaeda and, more recently, Islamic State. There is at least an indirect tie between outside support for Islamic radicalism in the Caucasus and Putin’s sponsorship of Russian secessionism in eastern Ukraine. By proclaiming ethnicity and religion as the basis for Russian statehood and aggression against its neighbors, Putin is inadvertently stoking the forces of secessionism in those parts of Russia that are historically and culturally Islamist.»

Comme Krugman, Talbott, homme respectueux des exigences de sa raison, a du mal à expliquer la stupidité de la politique de Poutine qui, en attaquant l’Ukraine, exacerbe les problèmes ethniques qui vont faire exploser la Tchétchénie, enflammer l’Islam au Sud de la Russie, provoquer l’éclatement de la Russie. Ce scénario peut-il paraître stupide, comme l’est le “profil psychologique” que Krugman nous offre de Poutine ? Prenez-vous-en à Poutine lui-même cet homme finalement incertain et d’une complète immoralité, qui s’est laissé emporter par son aveuglement et a lancé cette campagne d’annexion, cette stupide agression de l’Ukraine. Qui peut répondre contre de tels arguments, – la stupidité de l’agression de Poutine contre l’Ukraine ? ... Qui peut répondre alors qu’il (Poutine) n’a rien déclenché du tout à cet égard, comme chacun devrait le savoir évidemment observe encore Parry, citant comme nous l’avons fait nous-mêmes Kissinger et George Friedman :

«While the comments by Henry Kissinger and Stratfor’s Friedman reflect the reality of what demonstrably happened in Ukraine, an entirely different “reality” exists in Official Washington. (Note that both interviews were carried in foreign, not U.S. publications.) In the United States, across the ideological spectrum, the only permitted viewpoint is that a crazed Putin launched a war of aggression against his neighbors and must be stopped.»

Notons que Kissinger et Friedman sont des exceptions, et encore exception uniquement avec la presse étrangère que personne ne lit à Washington pour le cas de Friedman ; Kissinger, lui, qui a déjà défendu sa thèse à l’une ou l’autre occasion aux USA (voir le 15 mai 2014), est un vieux fossile d’avant la “gestion de la perception” (il a quitté le service public en 1977), une espèce rare en voie d’extinction... Il faut admettre qu’à peu près l’unanimité, à Washington sans aucun doute, se conformera à la narrative exigée par le “gestion de la perception”. Parry le dit bien, mais là où nous hésitons à emprunter la même voie que lui, c’est lorsqu’il écrit “aux USA, au-delà des divergences idéologiques, le seul point de vue permis est qu’un Poutine devenu fou a lancé une guerre d’agression...” («In the United States, across the ideological spectrum, the only permitted viewpoint is that a crazed Putin launched a war of aggression against his neighbors and must be stopped.»)

Notre hypothèse finale sera donc de l’ordre de la psychologie, ce qui implique un travail inconscient au niveau de la perception et exclut l’idée de l’interdiction (“le seul point de vue permis”) qui s’adresse à un esprit conscient et implique un choix (accepter ou transgresser l’“interdiction”). Nous retrouvons le cadre général technique que nous avions décrit de la “gestion de la perception” en confirmant que le principal résultat obtenu au fil des années, et avec deux accélérations notables avec 9/11 puis avec la crise de l’automne 2008, a été de déplacer de plus en plus vers les élites-Système (washingtoniennes) l’effet de cette gestion. Les très rares exceptions concernent les psychologies les plus fortes, éventuellement avec l’expérience sur le long terme (cas de Kissinger) : ces exceptions ont conscience, grâce à leur force psychologique, qu’il s’agit d’une narrative qu’on veut leur imposer, et ils l’écartent à de très rares occasions, et d’ailleurs ils sont l’objet d’ostracisme du reste de la communauté des élites-Système washingtoniennes. (Voir la critique en règle de Kissinger au cours de plusieurs séminaires à Washington, telle qu’en fait état Sputnik.News le 1er décembre 2014.)

Le reste, l’énorme majorité, proche de la quasi-unanimité de l’élite-Système washingtonienne, faite d’individualités à faible psychologie parce que le niveau individuel n’a cessé de décroître sous les pressions conjuguées de toute la machinerie (y compris la “gestion de la perception” mise en place pour répondre au diktat du Système), n’a absolument pas la capacité de résister à la forte pression de la narrative accouchée de la “gestion de la perception” et a effectivement, désormais, la perception attendue. Il en résulte qu’il n’y a pas une élite-Système qui se conforme à un mot d’ordre sans nécessairement y croire, mais une élite-Système qui perçoit effectivement la situation extérieure conformément à la narrative. Elle y croit sans aucune manigance ni volonté de tromperie, comme s’il s’agissait de la réalité elle-même. Elle y croit nécessairement, comme si la psychologie et sa perception fonctionnaient normalement ; et elle conclut que la narrative est la seule vérité existante possible, hors de toute situation, – non pas “vérité de situation” qu’il faut chaque fois soumettre à l’examen d’un jugement qui sait que le système de la communication est complètement anarchique et dévorant et qu’il faut donc investiguer à l’occasion de chaque situation, mais Vérité-point-final.

Finalement, la technique de la “gestion de la perception”, qui est dans la lignée des nombreuses techniques de manipulation des psychologies, est simplement l’outil ultime mis au service du Système pour conduire à la situation où nous sommes, où plus rien n’entrave la constante poussée de surpuissance du Système. Mais la crise ukrainienne est “un “point oméga inverti” où cette psychologie complètement falsifiée, avec la perception faussaire qu’elle induit, est entrée en confrontation directe et explosive avec la “vérité de la situation” dans une mesure jamais vue auparavant, qui implique une substance complètement nouvelle, et décisive, de l’affrontement entre narrative et “vérité de la situation”. Aucun accommodement n’est possible. Pour cette raison, les événements sont hors de contrôle et impossibles à prévoir, sinon dans le sens de la confrontation constamment plus affirmée.