Une “civilisation” (?) en otage-qui-pue

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3217

Une “civilisation” (?) en otage-qui-pue

5 juillet 2022 (10H20) – Doit-on nommer cette chose “civilisation”, d’ailleurs ? Permettez que je m’interroge... Dans tous les cas, la vérité d’Ukrisis, et aussi de la “politique européenne”, des “politiques” des uns et des autres, etc., relèvent peut-être, sans doute, de facteurs assez différents de ceux que l’on avance d’habitude.

D’abord, pour vous mettre en bouche, lisez ce que le Premier ministre polonais craint pour notre santé, une sorte de perte d’élan, de paresse du cœur et de l’héroïsme, tout cela qu’on nomme selon les expressions anglo-saxonne “Ukraine fatigue”, c’est-à-dire un désintérêt des populations puis de leurs dirigeants pour la crise ukrainienne, – qui est aussi une fatigue de la pression de la communication. Donc, Mateusz Morawiecki est inquiet :

« Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a averti lundi que la lassitude croissante des populations occidentales vis-à-vis de la crise ukrainienne pourrait être un élément sur lequel le président russe Vladimir Poutine compte.

» S’adressant [au journal] ‘Polska Times’, le Premier ministre a déclaré que si la population polonaise suit de près l'évolution de la situation en Ukraine, il n'en va pas de même pour l'Occident en général. C'est pourquoi les dirigeants occidentaux font de leur mieux pour raviver l'intérêt du public pour cette question, a-t-il ajouté.

» “C’est très important, car les communautés occidentales doivent comprendre que cette guerre concerne aussi leur sécurité. Je crains que les mois à venir n'apportent que plus d'indifférence... Et c'est extrêmement dangereux ; malheureusement, Poutine compte aussi là-dessus”, a expliqué M. Morawiecki. »

Le fait est, je pense, que nous nous trompons sur la situation courante lorsque nous affirmons que nous sommes sous la domination totale des USA, manipulés par eux, attendant leurs ordres, etc., – dans tous les cas, pour Ukrisistelle que la crise se déroule aujourd’hui. (Et, je crois, bien plus souvent qu’on ne croit ; et aujourd’hui plus que jamais, certes, lorsque l’on veut bien ouvrir les yeux et voir l’état dans lequel se trouvent les États-Unis.)

Aujourd’hui, l’UE, la plupart des États-membres, sont l’objet d’une véritable terreur, le mot n’est pas trop fort, dans leurs contacts avec la clique Zelenski, les Polonais et les Baltes (disons le “groupe Zelenski-Pologne”, en y incluant les Baltes, mais les Polonais régnant en maîtres avec une sorte de “folie impériale”). Je parle pour ce cas du domaine bureaucratique notamment de l’Union Européenne, mais parce que c’est bien là que tout se règle en réalité puisque nous avons abandonné tous les attributs de nos souverainetés. Il y a d’excellentes sources, auxquelles je bois sans retenue de l’eau très claire, qui expliquent qu’une sorte d’“atmosphère de terreur” règne dans les couloirs de la Commission Européenne et autres organismes de l’UE.

« On n’imagine pas ce que c’est, dit une de ces sources, on croise des Polonais dans les couloirs, on se met à parler à voix basse, on se pousse pour les laisser passer. On ressent presque comme une pression physique, et cela se sent aussi dans les réunions. Il est évident que ce climat influe sur les décisions, donc sur la politique elle-même, et celle de l’UE et celles des États-membres par conséquent... »

Il n’y a plus de souveraineté des États, donc il n’y a plus de politique des États, donc la bureaucratie européenne règne, donc le “groupe Zelenski-Pologne” qui fait « régner la terreur » dans les couloirs bureaucratiques obtient tout ce qu’il veut et ainsi en est-il des grands destins géopolitiques de l’époque. Nos sources confirment et insistent sur cet aspect quasiment « physique » de cette étrange “terreur” bureaucratique, cela qui fait descendre la “politique” au niveau du plus brutal gangstérisme.

L’image n’est pas si déplacée, si l’on en croit une enquête de RT.com, qui a même été reprise directement par ‘ZeroHedge.com’ (fait rarissime pour RT.com et le site US). Dans ce cas si intéressant, on passe directement au niveau “opérationnel” dont on se doutait bien, avec ce qui serait des ventes clandestines (?) des armes superbes livrées aux “combattants de la liberté” par les gens du bloc-BAO, USA en tête, sur divers réseaux du ‘DarkNet’ ; vous pouvez acheter un ‘Javelin’ antichar flambant neuf de Lockheed Martin, pour $4 000 livrable en Ukraine, ou $5 000 si vous le voulez à la frontière polonaise... 

« Le Pentagone s’inquiètedu manque de surveillance des milliards de dollars d'armes américaines injectées en Ukraine. Il craint que des missiles antichars et des drones explosifs ne tombent entre de “mauvaises mains”.

» Une nouvelle enquêteaurait révélé que certaines de ces armes sont vendues sur le DarkWeb.

» Des journalistes de RT se sont fait passer pour des acheteurs d'armes et ont affirmé être entrés en contact avec des trafiquants d'armes ukrainiens proposant des mitrailleuses, des gilets pare-balles et certaines des armes les plus avancées des États-Unis et de l'Occident, comme les systèmes antichars Javelin et NLAW ou les drones explosifs Phoenix Ghost et Switchblade. »

Tout cela rend compte d’un climat qui n’a rien d’héroïque, ni même de géopolitique, dans le sens d’un ‘Grand Jeu’ à-la-Brzezinski. Je prends volontiers tout cela au sérieux, pour ainsi penser que l’on atteint, dans l’immense désordre et la jungle de simulacres et de mensonges où progressent nos dirigeants bureaucratiques, une espèce d’état de terreur par intimidation, d’escroquerie et de banditisme peinturlurées au rythme de “nos valeurs” répandues dans tous les clandés du monde par poignées grandioses, pesant son comptant de millions de dollars. Je crois bien ne pas me tromper en jugeant que ces préoccupations obscènes et minables constituent à certains égards l’essentiel des grandes discussions de nos divers “sommets” et de nos grandioses organisations.

C’est une situation à la fois effrayante, incroyable et complètement-bouffe, – ce pourquoi, à mon sens, cela doit être une vérité-de-situation, rien de moins ; comme une parfaite illustration de la chute de cette civilisation dans la dégénérescence, dans sa propre décomposition ; la GrandeCrisedans son dernier stade, en version Al Capone (quoique Capone devait certainement avoir plus d’allure que nos brigands d’aujourd’hui, acteurs de seconde zone et gardes du corps roulant des mécaniques)...

On le voit bien, c’est comme un chantage où nous serions pris comme des otages, prisonniers de nos simulacres et des bandits qui en bénéficient, la main (tremblante) sur le portefeuille bien plus que sur un pistolet à la moindre exigence du “groupe Zelenski-Pologne”. Un Martyanov, grand laudateur de l’armée russe, qui n’est pourtant pas un tendre et qui affectionne les postures guerrières et tout ce qui va avec, a une réaction bien spécifique et révélatrice devant la nouvelle que l’UE pourrait prendre en charge l’essentiel du coût d’une éventuelle “reconstruction” ukrainienne : un immense éclat de rire (d’ailleurs filmé sur vidéo, – éclat de rire de Juan Joya Borja), accompagnant l’annonce rythmée de la chose sur son siteReminiscence of the Future’ :

« Ha, Ha-Ha, Ha-Ha-Ha... LOL !!!

» Bloomberg rapporte ceci : 

» “Selon notre source, l'Ukraine prévoit de présenter le plan de redressement lors d'un forum national sur la reconstruction qui se tiendra à Lugano, en Suisse, les 4 et 5 juillet. Les responsables de l'Union européenne ont déclaré que le bloc des 27 membres, qui a officiellement reconnu l'Ukraine comme candidate le mois dernier, fournirait la majeure partie de l'aide financière globale, qui pourrait atteindre 500 milliards d'euros. Il est à noter que les autorités ukrainiennes ont discuté de l'ébauche du projet avec les donateurs, y compris les pays de l'UE.”

» Oui, bien sûr. Je pense même que la somme devrait être plus importante, pourquoi pas 1 trillion de dollars !!! Ou d’euros... » 

On le voit, on le sent, on le mesure derrière ces apparences de bling-bling et des hyper-technologies, du triomphe de la démocratie et de la moraline répandue en tsunamis, nous sommes très-loin, vraiment très-loin de Saint-Augustin. Même notre Chute, nous sommes incapables de la faire comme le veut l’Histoire. Non seulement « Nous savons désormais que les civilisations sont mortelles », mais nous découvrons qu’il y en a même qui ne savent pas mourir, je veux dire mourir avec une certaine décence, un certain sens du tragique, une certaine hauteur dans la décadence. Nous, nous mourons grotesquement, en continuant à nous la faire croire à nous-mêmes ; nous nous décomposons comme des charognes qui puent et qu’on persisterait à inonder d’une eau de Cologne à bon marché, de la sorte qu’on trouve sur le ‘DarkNet’, et en plus de cela, et contrairement au ‘Javelin’, qu’on payerait très-très-cher aux brigands et aux extrémistes qui la fabriquent.