Paul-2011 en pleine explosion de popularité, en attendant 2012

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 571

Le candidat libertarien-républicain Ron Paul, non-candidat il y a encore quelques semaines, non-personne il y a encore quelques mois, termine 2011 à un rythme effréné. Paul commence à enfoncer le mur qui se dressait entre lui et la presse-Système, qui l’ignorait systémiquement ; il est désormais ouvertement désigné comme un acteur majeur de l’élection présidentielle 2012, et il commence à faire “bon genre” de développer une analyse sur Ron Paul. (On sait que le système de la communication est un Janus par rapport au Système et ne résiste pas aux appels des sirènes du sensationnalisme ; et la popularité de Ron Paul entre désormais dans ce domaine du sensationnalisme.) On saura très vite à quoi s’en tenir, avec le Caucus de l’Iowa du 3 janvier 2012, où de plus en plus de commentateurs s’attendent à voir Ron Paul répéter la performance de Barack Obama, du 3 janvier 2008.

Quelques points à mentionner sur ce surgissement de rythme et de notoriété de Ron Paul.

• Un de nos lecteurs a déjà signalé l’article du New York Times du 16 décembre 2011, qui décrit la puissante machine électorale de Ron Paul et ne lui ménage pas ses éloges, – tout en refusant complètement sa politique extérieure antiguerre. Façon pour le NYT de reculer tactiquement devant la puissance du “phénomène Ron Paul” : l’accepter finalement (en parler) mais en tentant, en échange, de lui ôter l’une de ses dimensions les plus embarrassantes pour le Système.

• Le soir même de ce 16 décembre 2011, Ron Paul passait sur Tonight Show de Jay Leno, un des premiers talk-shows US. En complément passait l’acteur, présentateur et champion des arts martiaux Joe Rogan, supporteur désormais affiché de Ron Paul et qui vint clamer son soutien. Le show de Leno a eu la meilleure audience de la soirée, selon l’institut de calcul d’audience RBR.com, du 17 décembre 2011. En regardant et en écoutant la vidéo, c’est la première fois que nous avons entendu une allusion directe à son âge (76 ans), mais nullement pour se demander si ce n’est pas un peu trop vieux pour devenir président ; la question de Jay Leno était simplement de savoir “comment faites-vous, à 76 ans, pour avoir le soutien de l’immense majorité des jeunes ?” (Réponse de Paul, qui en vaut bien d’autres : “Parce que mes idées sont jeunes…”)

• Le 17 décembre 2011, Kevin Kervick publie un article dans Examiner.com où il estime que le passage de Paul au show de Jay Leno est “un tournant de la campagne électorale de 2012”. Ron Paul a pu parler pendant longtemps (une demi-heure) de ses conceptions, devant une audience nationale. Il prend de plus en plus position dans un sens anti-guerre, attaquant les candidats républicains Bachmann et Santorum pour leurs positions antimusulmanes, ce qui l’éloigne de la droite extrême teintée de néoconservatisme et d’évangélisme, pour le rapprocher des indépendants, des “paléos-conservateurs” isolationnistes et même d’une fraction antiguerre de la gauche, – laquelle pourrait se renforcer dans ce cas, trouvant chez Ron Paul ce qu’elle n’a jamais trouvé chez BHO. Paul cherche ainsi à ramener Tea Party, dont il est l’inspirateur et qui fête son quatrième anniversaire, à ses positions initiales, hors de toute influence pro-guerre. Cela devrait faciliter évidemment le rapprochement Tea Party-Occupy auquel rêvent tous les activistes.

«Congressman Ron Paul appeared on The Tonight Show with Jay Leno last night. Paul received a standing ovation when he entered the room and continuous cheers from the supportive audience during the three segments allotted to him by Leno. The appearance came at a time when Congressman Paul is under serious coordinated attack from Conservative Establishment talking heads on talk radio and other mediums because of his non-interventionist foreign policy beliefs. […]

»Congressman Paul’s appearance on The Tonight Show came on the same day his campaign launched an on-line money bomb to raise funds. As of this writing, the Paul campaign had raised over 3 million dollars, primarily from small donors, which is an incredible sum of money. The campaign expects to raise 4 million before the initiative is over.

»The Paul campaign chose December 16 for this latest fundraising effort because the date represents the four-year anniversary of the Tea Party Movement in the United States. Despite what many believe, the 2008 Ron Paul campaign was responsible for stimulating the first Tea Party protests in 2007 as a response to the TARP and Federal Reserve bailouts, excessive federal spending, crony capitalism, and foreign interventionism. It is therefore fitting that during The Tonight Show appearance Congressman Paul would draw a contrast with inauthentic Tea Party candidates, like Michele Bachmann, who joined the movement much later when it became politically expedient for them to do so. Paul believes the neoconservative philosophy of Bachmann and others has contaminated the liberty-inspired Tea Party Movement.

»Ron Paul's Tonight Show appearance may become a turning point in the 2012 campaign. No other candidate in the Republican field is generating anywhere near the populist energy and excitement that Congressman Paul is getting. The passion for Paul is reminiscent of the excitement then candidate Barack Obama was able to generate in 2008. These next several weeks are going to be very interesting.»

• Du côté des plus sérieux, des états-majors, des experts, là aussi Ron Paul est désormais considéré avec une extrême attention, comme un acteur majeur. Un article du New York Daily News du 17 décembre 2011 présente l’“excentrique vieillard de 76 ans” à la popularité de rock star, – qui est en train de devenir le cauchemar de Newt Gingrich…

«“Ron Paul has a lot of momentum right now and is appealing to a wide spectrum of people here in Iowa,” said James McCormick, political science professor at Iowa State University. “He’s going to have a real impact,” said McCormick. “He is set to play spoiler.” […]

»Longtime Paul watchers are impressed by his transformation into a GOP power player. “He was as a curiosity — someone who was memorable but not to be taken seriously,” said Prof. Cal Jillson at Southern Methodist University in Dallas. “He’s not a light comedy anymore.”

»Paul, who represents a swath of coastal Texas that is larger than Massachusetts, is a die-hard libertarian who wants to abolish the Federal Reserve and pull the U.S. military back to America’s shores. His anti-government message and folksy style have resonated with college students and strict conservatives, who have given Paul the biggest crowds of any candidate in Iowa…»

Stratégiquement, cette dynamique de “montée en puissance” de Ron Paul dans cette fin d’année est particulièrement importante et impressionnante, non seulement par l’énergie qu’elle dégage et qui est communicative, mais aussi parce qu’elle étend soudain le champ d’action du candidat à tout le territoire national. L’organisation de campagne de Ron Paul a installé ces dernières semaines des représentations actives dans des Etats du Nord jusqu’alors laissés de côté, – comme l’Idaho, le Dakota du Nord ou le Wyoming, – ce qui permettra au candidat de participer au Caucus républicains et d’espérer gagner des délégués en plus.

Ron Paul est, aujourd’hui, dans une Amérique dépressive et plongée dans un amoncellement de crise, le générateur du seul courant politique en pleine ascension explosive. C’est, pour le fait d’un candidat extrémiste libertarien, populiste, anti-fédéral, anti-interventionniste et anti-impérialiste, sans aucun soutien financier des forces du Système, un fait politique absolument sans le moindre précédent, qui rompt toutes les “traditions” d’encadrement et de contrôle du Système. A ce compte, et dans ce contexte, Ron Paul n’est rien de moins qu’une force révolutionnaire à l’énorme potentiel explosif, au cœur de la puissance maintenue comme la moins révolutionnaire de l’Histoire mais parvenue à un point d’ébullition à cause de cette contrainte. Ce n’est rien de moins qu’une exacte mesure de l’extraordinaire intensité de la crise d’effondrement du Système.


Mis en ligne le 19 décembre 2011 à 05H48

Donations

Nous avons récolté 305 € sur 3000 €

faites un don