Fake ! Voilà maintenant les DeepFuck !

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 3771

Fake ! Voilà maintenant les DeepFuck !

14 octobre 2019 – Hier donc, cela devait être dans la “tranche 13H00-14H00”, je m’invite sans crier gare sur la chaîne LCI où l’on bavarde sans discontinuer autour du cadavre puant de la réalité du monde totalement désintégrée. On nous parlait d’une nouvelle catégorie, type Formule 1, dans le circuit du FakeNewsisme, laDeepFake qui déchire les âmes sensibles. On nous entretint donc d’un exemple très récent et tonitruant de la méthode, le montage publicitaire de Solidarité-SIDAqui fait dire à Trumpque le SIDA est vaincu, avec la voix, les mimiques, les gestes de Trump (après tout, “AIDS” n’est pas si loin d’“ISIS”, alors le travail en est facilité avec lui qui ne cesse de répéter qu’ISIS est liquidé). On s’exclame sur ce nouvel aspect du Fake, une sorte de Fake absolue qui fabrique du simulacre absolu de l’image, du geste, de la parole et du contenu de la parole ; mais tout cela, hein, sur la pointe des pieds du point d’exclamation car Solidarité-SIDA, tout de même, c’est du lourd en matière de vertuSystème et il ne faudrait pas qu’on lui fasse porter la moindre responsabilité de la manufacture de ce simulacre-parfait, de cette faussaire-tromperie sans retour en matière de communication.

C’est un zombie de LCI (appelons-le Zombie-DeepFuck pour ne pas dévoiler son nom comme on dénonce, d’autant que je l’ai oublié, le nom) , un chargé de mission auprès des FuckNews pour s’en spécialiser, qui avait été introduit dans le cercle de nos bienpensants de cette tranche horaire 13H00-14H00 de LCI pour nous entretenir de ce grave problème du DeepFakeoù n’importe quoi pourra faire écrire ou dire n’importe qui à n’importe comment, surtout déshonorant ainsi un biendisant-PC, “journaliste” parce qu’inscrit dans l’“ours” de Libé ou du Monde. On se montra presque sévère pour Solidarité-SIDA, qui ouvre la voie, – sauf que, je le répète lourdement, le SIDA, les LGTBQ, les PC, toutes ces vérités-là n’est-ce pas, entre Fake et Fuck, – bref, ces messieurs-dames marchaient sur des œufs... 

Là-dessus, – je cite cela comme exemplaire des réactions de ces susdits messieurs-dames, – un journaliste faisant partie de l’état-major de commentaire des zombies du jour s’exclame plaintivement (il avait l’air vraiment malheureux), quelque chose du genre : “Mais c’est affreux, nous [les journalistes de la presseSystème, les types épatants] nous qui luttons pour faire connaître la petite parcelle de réalité que nous connaissons, [nous qui sommes les derniers défenseurs de la réalité-vérité, qui contribuons à sauver ce qui reste de nos belle “valeurs” démocratiques assaillies de toutes parts], avec ces procédés de tromperie absolue, eh bien voilà, bientôt on ne nous croira plus comme Paroles d’Évangile”. Il est aussitôt repris par Zombie-DeepFuck qui a bien travaillé son dossier et qui nous sort la dernière concernant le pauvre Joseph Robinette Joe Biden, –et qui annonce : “Mais c’est déjà fait, les montages politiques c’est en marche !” Et de nous sortir l’affaire de Joseph Robinette menaçant Porochenko de bloquer l’aide US de 1 $milliard s’il ne vire pas un certain procureur qui comme par pur hasard américaniste, comprend dans son enquête en-cours les activités du fiston, Hunter Biden... “Bien sûr, c’est un faux, cette vidéo un montage complet comme celui-vertueux de Solidarité-SIDA, tout le monde le sait aujourd’hui, poursuit Zombie-DeepFuck, , mais songez à tout ce qu’ils peuvent faire pour nous tromper !!”... Et tout le monde de songer.

La scène en question (vidéo de Biden devant le Council of Foreign Relations), qui serait donc une torpille hâtivement mais parfaitement produite et réalisée ces derniers jours pour être lancée contre Joe Robinette, a été tout de même diffusée par ZeroHedge.com le 24 janvier 2018, ce qui rend compte d’une sacrée vista pour les nécessités des montages et tromperies du futur. On avait déjà publié là-dessus dans ce soi-disant ‘Journal’ (mon FackFuck-dde.crisis), tombant dans le traquenard-DeepFuck, ou bien alors, – n’est-ce pas, Mister PhG ? –s’en faisant consciemment et complotistement l’infâme complice, publiant un texte sur cette sombre histoire où le virginal Joseph Robinette serait piégé par d’immondes Trump-Men. Sur ce point, Biden a réglé le problème : il a simplement dit que tout cela était faux et qu’il interdisait aux médias de diffuser cette vidéo ; interdiction, comme ça, sans autre forme de procès au propre et au figuré, sur la seule simple parole de l’intéressé. LCI, soulagé, a opiné.

 (En plus de quoi apprenons-nous que les salopards viennent de faire un autre montage contre le pauvre sacré vieux Joseph Robinette Joe, et fiston Hunter. Un vrai casse-tête chinois avec $millions-$milliards, montage de A à Z, c’est vrai à la fin ! L’excellent Hunter Biden s’est élevé contre ce barrage de FakeFuckNews et, par pure coïncidence de date, d’innocence et de prudence, a démissionné du poste qu’il occupait, « from the board of a Chinese equity company ») 

Une fois encore, et toujours et encore, je dois constater ma sidération devant celle de mes confrères de la presseSystème, des “communicants”, des spécialistes de RP, leur sidération devant l’épouvantable conduite de tant de gens dans le monde, et des qui se font prendre pour des journalistes et qui n’en sont pas, des qui ne sont pas au courant des consignes, mal alignés, etc. La presseSystème ne supporte pas cette sorte de déloyale concurrence, elle honnit véritablement tous ceux qui n’ont pas pignon sur rue et consignes dans la musette. A écouter ces intéressants bavardage au Salon du Commerce, on entend leurs voix vibrer de colère et de la plus complète, la plus achevée, la plus écrasante incompréhension fondée sur une bonne foi et une bonne conscience à ne pas croire... (Car je suis absolument sûr que ces virginales vestales de la presseSystème & Cie nagent dans leur bonne foi comme dans un marigot d’une sincérité absolue et aussi prégnante qu’un sable mouvant et humide.)

Car, disent-ils, “mais nous disons la vérité-réalité, et l’on a l’impression désormais, avec ces horreurs-FakeFuck de n’être plus crus à notre juste valeur”. J’ai senti cette panique indicible, ce pathétique désarroi, alors qu’ils écoutaient Zombie-DeepFuck leur conter l’effroyable diffamation insaisissable contre cet honnête homme de Joseph Robinette Joe Biden. Ils atteignaient le terme de leur calvaire, là où gronde l’enfer des journalistes-Système que les complotistes, les antiSystème, les alternatifs ont pavé de simulacres de bonnes intentions...

Enfin, trêve de sarcasmes et de bons mots faciles : le fait est que tous ces braves zombies de la communicationSystème paraissaient littéralement terrorisés. Revoyant le montage Trump/SIDA, ils s’exclamaient que, désormais, on ne pourrait même plus croire pour du comptant ce que disent les hommes politiques. (Certes, et alors ? Vous y croyez encore, vous ? Questions incongrues, passons outre.)

Je fais alors le constat fort sérieux constituant la morale de cette séquence, qu’il est vrai que l’affaire DeepFake introduit un élément de plus dans le tourbillon crisique devenu “Trou Noir crisique” où s’est engloutie la réalité du monde. Quasiment plus rien aujourd’hui n’est garantie d’authenticité directe et tout doit être soumis à enquête, où l’expérience (hors-Système et pré-Système [ou pré-9/11]) et l’intuition jouent un rôle fondamental, avec la raison comme outil également fondamental si elle est sous contrôle et hors de la subversion du Système. Le processus, cette “enquête” pour déjouer la facticité complète d’un “réalité” désintégrée en autant de simulacres que nécessaire, emplies d’autant de narrative qu’inévitable, nous le connaissons depuis un certain temps : il est décrit dans le Glossaire.dde sous l’expression de “vérité-de-situation”.

Bref, rien de nouveau pour nous, qui savons depuis si longtempsce qu’il en est de la transformation de la communication par le Système (communicationSystème), avec licence pour nous de jouer là-dessus avec l’effet-Janus de la communication. Mais pour eux ! Je parle des potiches-zombies de la presseSystème, obligées de s’encenser elles-mêmes, de se trouver si formidablement vertueuses et de se découvrir si complètement cocues, de se décomposer de frayeur, de geindre contre les méchants, de pleurnicher, chialer, couiner, de pleuroter, – “bobo maman, les méchants antiSystème”, –  puisque voilà encore de la tromperie qui corrompt la Vérité dont ils sont les gardiens, et encore plus, chose symboliquement affreuse – cette terrible nouvelle apportée par les amis si vertueux de Solidarité-SIDA !

Excellente FuckNews, les amis. Ils réalisent de plus en plus, peut-être décisivement cette fois, qu’ils sont devant un monde insaisissables, eux qui croyaient à chaque instant saisir la vérité postmoderne du monde entre leurs mains et leurs comptes en banque. Les voilà à la dérive dans le torrent tumultueux du monde déstructuré et de sa réalité désintégrée. Ils n’ont jamais appris à naviguer dans ces eaux tempétueuses, tandis que nous, nous ne faisons que cela, depuis des années longues comme des siècles. Nous savons depuis longtemps que, dans ce monde pulvérisé, la vérité est quelque chose qui se conquiert à la force de l’âme, et de l’âme poétique pour les plus intuitifs ; eux, ils croyaient que cela leur était donné par la force de la promotion-Système obtenus par cirages de bottes labellisés. Bon vent, mes gaillards !