Fait divers ou révolution ?

Faits et commentaires

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 540

Fait divers ou révolution ?

9 juillet 2011 – La concurrence franco-britannique étant ce qu’elle est, et, depuis peu, un des faits fondamentaux des excès de notre contre-civilisation avec l’ère Sarko en France, il semble bien que les Britanniques aient voulu effacer la gloriole française d’un scandale de dimension internationale (DSK) qui plaçait les mangeurs de grenouilles dans une incontestable et insupportable pole position. Ils ont sorti l’atout maître de leur manche. Enter Rupert Murdoch, le diable et son train.

L’“affaire NotW” (News of the World) devient l’“affaire Murdoch”, qui va peut-être devenir “le Watergate britannique” (The Independent du 9 juillet 2011 : «Hacking scandal: is this Britain's Watergate?»), – et peut-être pire encore, – “a global crisis”’, éventuellement. C’est une possibilité, ou plutôt un enchaînement de possibilités qui finit par acquérir la substance d’une probabilité, un peu comme les pays musulmans tombant les uns après les autres, comme les maillons d’une chaîne crisique. C’est peu de dire que le Premier ministre Cameron est, comme l’on dit, “en première ligne”, et complètement sur la défensive pour n’avoir pas réagi avec assez de vigueur, et pour avoir été lié à Murdoch, en plus des liens habituels pour tout politicien britannique, par des liens formels (la présence jusqu’en janvier dernier dans son cabinet de Andy Coulson, ancien directeur de NotW, arrêté depuis hier).

…Car, certes, l’enjeu est bien plus grand. Les deux grands journaux “libéraux” de centre-gauche (The Guardian et The Independent), qui ont de fantastiques couvertures du scandale, en parlent ouvertement : est-ce la fin, non de l’“empire Murdoch”, mais de la “dictature Murdoch” exercée sur l’establishment britannique, avec extension grandiose chez les “cousins” d’Outre-Atlantique ? Les enjeux apparaissent peu à peu, c’est-à-dire à une vitesse sidérante, au grand jour du grand jeu du grand déballage. Ils sont gigantesques, les enjeux.

• Notamment lu dans The Guardian, l’article de Polly Toynbee du 8 juillet 2011 : “les règles du jeu ont changé, l’Empereur est nu”. Toynbee rappelle que les travaillistes, avec leur président Ed Miliband, ont pris les devants et conduisent l’attaque contre Murdoch. D’une façon caractéristique de l’atmosphère qui entoure et baigne cette affaire, elle écrit qu’ils (les travaillistes) ont été les premiers à “rompre l’omerta”. Cela qui nous indique que nous sommes dans l’esprit même d’une structure mafieuse selon les plus pures traditions, où Murdoch est évidemment le capo di tutti capi ; on sait qu’il n’y a pas plus impitoyables liquidateurs entre eux, que les capi de la Mafia, version américaniste bien sûr (la Cosa Nostra). Quelques observations de Toynbee…

«At last Labour has kicked off the shackles: no more of the toadying to Murdoch that shamed Tony Blair and Gordon Brown. In this crisis Ed Miliband has made all the running – and Cameron has been forced to follow, doing what he might not have done otherwise. Miliband was first to call for inquiries, first to call for axing the “toothless poodle” PCC, first to call for Rebekah Brooks's head. Above all, he is the one demanding the BSkyB bid be sent to the Competition Commission, pointing out the emptiness of Murdoch's assurances that Sky News would be independent.

»He went further and called for a vote in the commons on the take-over. He will use an opposition day debate on Wednesday for a vote on the BSkyB bid: there is a good chance the Lib Dems would vote with Labour against Murdoch – how could they dare do otherwise? If they do, they are well and truly done for. Quite a few Tory MPs might join a vote against Murdoch. Over the years Labour leaders have been implored to regain their dignity and find the nerve to stand up to Murdoch. Ed wavered at first: he didn't dare strike out from the start. But now he has crossed that Rubicon there is no going back – and it turns out to be liberating. The game has changed and any politicians creeping back to kowtow will be mocked from now on. The emperor lost his clothes.

»Don't imagine this act of defiance will be painless or without consequence. Already a senior Miliband aide tells me they received a “very hostile” threat, not veiled at all, from a News International journalist warning: “You have made it personal about Rebekah, so we'll make it personal about you.” Braggadocio maybe, but as the recipient of the threat said: “That's how they operate.” And it can be terrifying. Bugging, blagging and Benji the Binman send shudders down many a spine. The spell is broken, but the terror may not be over.»

• Dans l’Independent, ce 9 juillet 2011, un court et excellent article de Andy McSmith, qui résume fort bien l’extraordinaire puissance du capo di tutti capi, son empire sur l’establishment britannique, qu’il avait pris de force, comme l’on prend une fille (ou une domestique, dans les Sofitel), parce que cet establishment était en pleine décadence et ouvert aux aventuriers et aux arrivistes… C’est bien là qu’on mesure la dissolution des choses. Murdoch a été, avec Thatcher, autre “parvenue” du domaine, le pourrisseur négatif, déconstructeur, réducteur jusqu’à l’inversion, d’un establishment qui avait su maintenir constructive et féconde une pourriture de bon aloi et de compromis avec les nécessités de la puissance. Lors de sa longue dictature, Murdoch ne s’est pas privé de faire selon sa brutalité et ses instincts, portant Blair et les “néo-travaillistes” au pouvoir, – du moins Blair le crut-il, puisqu’il lisait le Sun, certes.

«The Establishment was the Conservative Party, the House of Lords, the Church of England, the civil service, the top military brass, prominent industrialists and heads of the nationalised industries. It was not necessary to be a millionaire to belong, but it was almost obligatory to conform to the social rules learned at the best public schools.

»But after Rupert Murdoch had been allowed to buy the News of the World from Sir William Carr, in 1969 – because an Australian was judged preferable to the rival bidder, Robert Maxwell, a Czech Jew – the Establishment found it had given house room to someone who did not conform. He did not hanker after an invitation to Buckingham Palace or a seat in the House, nor even British citizenship. The News of the World's new boss let the establishment know what he thought of its sensibilities by buying the memoirs of the prostitute Christine Keeler, who had been at the centre of the Profumo affair. The Establishment saw Jack Profumo as one of its own and thought it wrong he should be humiliated by the revival of a six-year-old scandal. The reason Murdoch was allowed to buy The Sun was that it was a loss- making paper overshadowed by the more robust Daily Mirror. No one foresaw how Murdoch would turn an ailing tabloid into Britain's best selling daily, and a source of ready cash for further expansion.

»Then came the rise of Margaret Thatcher, herself something of an outsider. After Murdoch had used his newspapers to help her to victory, she rewarded him by allowing him to buy The Times and Sunday Times, and backed him as he smashed the print unions. It was the start of a 30-year reign during which Rupert Murdoch enjoyed the reputation of a modern Warwick the Kingmaker. No political party has won a general election from 1979 onwards without the backing of the Murdoch press. After the Tories' unexpected victory in 1992, The Sun crowed: “It was The Sun wot won it.”

»That may not actually be true. It is possible that instead of creating the winners, what Murdoch did was shrewdly back whoever was going to win anyway. But the point was that politicians from Tony Blair to David Cameron believed Murdoch had the power to make or break them.

»This gave the Australian/American mogul a power no one in the old Establishment had ever wielded. He could summon prime ministers to hear his views on matters of state or to add prestige to his guest list on social occasions, such as the nuptials of his court favourite Rebekah Brooks.

»Lance Price, who worked in Downing Street during the Tony Blair years, has written that Murdoch “seemed like the 24th member of the cabinet. His voice was rarely heard ... but his presence was always felt.” There is no doubt his influence was equally great during the first year of David Cameron's government…»

• Il y a fort à croire que la bataille ira jusqu’au bout, qu’elle devra aller jusqu’au bout parce que c’est le sort même de toute la presse britannique au sens très large qui est en jeu, d’un côté, celui de Murdoch de l’autre. Une lutte à mort, du moins tout le monde commence à s’en persuader ; une lutte à mort parce que, si Murdoch réchappe de son scandale et s’il mène ses plans à terme, le Guardian, l’Independent, voire le Daily Telegraph, le Financial Times, la BBC et d’autres se trouveraient devant une menace existentielle. Ce que nous explique Toynbee, dans l’article déjà cité, à propos de l’intention de Murdoch d’obtenir la majorité dans la chaîne BSkyB (de 31 à 60% des parts), transaction prévue incessamment jusqu’à ces derniers jours, désormais reportée à septembre…

«In this whirl of arrests, denials and inquiries, keep your eye firmly fixed on the vital issue. Will Murdoch still get his hands on the rest of BSkyB? Other damage this government does can mostly be rectified – but this would darken the future media landscape forever. It was Cameron's plan to gift Murdoch a power beyond imagining. How valuable? So precious that Murdoch was ready to cast away his highly profitable market leading newspaper selling 2.6m. To casual observers, it may not look important. He already owns 31% of Sky, so why not let him have the rest? Follow the money.

»Already Sky's revenue is bigger than the BBC's: this merger would make far more. Bundling up the Times, Sunday Times and other papers with Sky News behind a paywall with sports and movie rights, puts them beyond serious competition. With this online blend, Murdoch expects to knock most other newspapers and their podcasting out of the market. Expensive shares to buy at first, within just two years huge sums would flow in. Buying up everything worth having, he would cripple the BBC – always under Murdoch press attack.»

• Là-dessus, observons qu’il y a un grain de sable extrêmement humain, – humain, trop humain, – une partie de l’explication de l’extraordinaire intervention de Murdoch liquidant le NotW et gardant la directrice, Rebekah Brooks, qui dirige son groupe au Royaume-Uni. Rebekah Brooks est un personnage étrange, une sorte de nature solaire et furieuse, et peut-être démoniaque, avec sa chevelure de feu qui la fait ressembler à un lion venu d’une tigresse, qui semble exercer une extraordinaire fascination sur Murdoch («flame-haired temptress Rebekah Brooks»). Son maintien à son poste est salué unanimement comme une faute grave de Murdoch, tandis que Rebekah continue à régner avec arrogance, en annonçant que le pire est encore à venir à la rédaction licenciée et furieuse de NotW (voir le Daily Telegraph du 8 juillet 2011). Dans le même Daily Telegraph, ce même 8 juillet 2011, Matthew Norman prend la chose à la légère, mais non sans glisser quelques remarques qui ouvrent de larges perspectives sur les rapports Murdoch-Rebekah et sur les erreurs que peuvent susciter de tels rapports, – passionnés sans aucun doute, sans que les deux personnages aient nécessairement des rapports intimes courants, donc passionnés par la fascination d’abord, qui est dans ce cas une situation essentiellement diabolique, – dans un retournement remarquable des choses, le diable-Murdoch pris à son propre jeu faustien.

«So what Rupert Murdoch has killed is a venerable national institution. This Australian-American has binned a slice of our heritage – hardly the most nutritious slice, but a reliably delicious one all the same – and that act of cultural vandalism should alone disqualify him from owning that fledgling national institution BSkyB.

»Why he has done so is harder to penetrate, and the theories abound. Was it purest commercial cynicism, whereby he can pass off the execution of an existing plan to cut costs as an act of repentance? Or was it done in the cause of safeguarding the status of his son James, so compromised by his cack-handed stewardship of the crisis, as imperial heir presumptive?

»Perhaps this is no more than me craving one final News of the World story of the kind I will miss, but I can’t help wondering whether this is a quasi sex scandal in itself. There certainly seems something sado-masochistic about Rupert’s relationship with that flame-haired temptress Rebekah Brooks. She has done barely imaginable damage to his company and reputation, causing him the most intense pain. And all he seems to want is more of the same…»

Ainsi se poursuit, en mode turbo, ce feuilleton de l’été qui prend des allures de tragédie baroque. Si l’on se réfère à la dimension “globale” potentielle/possible (dito, les USA et Washington), l’affaire porte d’extraordinaires ferments de déstabilisation, sinon de déstructuration du Système. Murdoch, avec sa puissance et son extrême vulnérabilité (cette fois, identifiée symboliquement mais aussi concrètement, sous le visage avenant et furieusement enjôleur et dominateur d’une Rebekah Brooks), se trouve engagé dans une bataille à la fois sordide et grandiose, qui concerne la quasi-entièreté du système de la communication de l’“Anglosphère”, qui règle l’influence et pèse sur les psychologies dans notre contre-civilisation.

…Et le reste suit, dans le mode grotesque, dérisoire, et pourtant aux effets incalculables : Bob Woodward, le best-seller-Système, annonce qu’il va écrire un livre sur l’affaire devenue crise, et l’on spécule déjà sur des séries TV et l’un ou l’autre film. A Washington-Hollywood, les affaires sont les affaires. (Voir The Independent du 9 juillet 2011, avec cette angoissante question : qui jouerait le rôle de la tigresse Rebekah ? La rousse Julianne Moore ou la rousse Nicole Kidman ? [Mais aussi Meryl Streep ou Glenn Close teintes en rousse ?] Bien que The Independent semble pencher pour la première, nous serions plutôt partisans de la seconde, puisqu’Australienne comme Murdoch, et à la fois aussi rousse et d’apparence d'un tempérament aussi dur que Rebekah. Dans l’un ou l’autre cas, ce serait un triomphe du féminisme, une sorte d’affaire DSK à l’envers pour ce domaine puisque cette femme y tient le rôle de diabolus ex machina, absolument dominatrice.)

Du fait divers maistrien

…Il ne faut plus envisager cette sorte d’affaire sortie de ce qui serait un fait divers d’une profession (le journalisme) mise à l’encan du capitalisme, cette sorte de crise disons de façon plus appropriée, en termes habituels de corporatisme (la presse), de puissance conventionnelle (l’influence), de nationalités ou de tendances historiques teintées de mysticisme (USA et UK, et “Anglosphère”), mais en termes de stabilité structurelle du Système. De ce point de vue, Murdoch est l’un des hommes clef, peut-être l’homme clef de l’aventure dans le cadre du système de la communication, de cette contre-civilisation depuis 9/11. On retrouve sa trace et sa présence dans toutes les grandes entreprises de cette période, des neocons à Tony Blair, et sa folie par conséquent. Il est un “verrou” du Système (exactement comme DSK et ben Laden), parce que le Système s’est considérablement appuyé sur la construction du monde par l’américanisme et les special relationships commencées par La passion de Churchill (examinée notamment et excellemment par John Charmley).

Plus encore, il y a une effluve presque élisabéthaine et shakespearienne, dans ce mélange d’intrigues, de bassesses, d’ivresse de puissance, de certitude exceptionnaliste, de fausses-vraies traditions, de perversion toute britannique (à l’image de la complication étrange de l’architecture et des jardins anglais opposée à la rectitude du “à-la-française”) ; et encore, effluve de pourriture impériale restaurée en permanence et soudain trahie par le parvenu, l’aventurier. Et là-dessus, pour dominer le tout, la créature satanique que représente bien le character bientôt hollywoodien de Rebekah… Les bornes historiques ainsi suggérées, – de la Renaissance élisabéthaine à la postmodernité globalisée et en cours d’effondrement, encadrées par le battage du système de la communication, – rencontrent, tout aussi étrangement, la chronologie du Système, du “déchaînement de la matière” et de la crise ultime. Qui ne conviendra de la puissance du symbolisme ? A côté, la chute élégamment rattrapée (2008-2009) de la City risque de passer pour un feuilleton pour chaînes de TV provinciale.

Dans tout cela, sapiens a sa place, – et comment, – une place “maistrienne”. Nous représenter l’espèce de révolte d’abord involontaire puis de plus en plus affirmée de la classe dirigeante (politique) britannique, secouant soudain les chaînes au son desquelles Murdoch les faisait danser, comme une sorte de “libération”, comme disent plusieurs commentateurs britanniques (Steve Richards, Polly Toynbee), c’est assez bien vu. Dans ce cas, si la chose continue et si l’on poursuit la déstructuration de Rupert Murdoch, la révolte devient révolution, et la référence maistrienne est encore plus justifiée. Ce qu’il y a de maistrien, certes, c’est l’aspect d’absolue manipulation par la puissance des remous métahistoriques des agitations de tous ces personnages qui nous apparaissent finalement dérisoires, malgré leur £milliards, ou leurs $milliards, et leurs pouvoirs, et leurs vanités diverses. («Les scélérats mêmes qui paraissent conduire la révolution, n'y entrent que comme de simples instruments; et dès qu'ils ont la prétention de la dominer, ils tombent ignoblement.»)

…D’autre part, ce qu’il y a d’absolument novateur dans cette sorte d’affaires, comme c’était déjà le cas avec DSK, c’est l’extraordinaire dérision de la cause conjoncturelle, mais tout de même originelle, de la catastrophe, et les conséquences, réelles et potentielles, extraordinairement importantes, qu’on peut déjà mesurer ou appréhender. Que pèsent les grands exposés et les airs sérieux des stratèges vous détaillant avec leurs regards entendus et leurs gestes pompeux le “Grand Jeu” autour de l’Afghanistan ou le jeu du pétrole de l’Arabie à la Libye, devant cet ouragan colossal qui s’est levé à Londres il y a une semaines, – alors que l’affaire qui en est la source, est à découvert, exposée dans sa diablerie et son illégalité, depuis 2006-2007, – qu’elle ronronne doucement, sans gêner personne, sans soulever de vague, pour soudain éclater comme un tsunami.

Il ne faut pas hésiter à commencer à considérer, pour réconcilier les irréductibles “ennemis héréditaires”, France et UK, et faire un pendant fait diversier aux formidables conséquences politiques à la nouvelle entente France-UK établie sur le dos des Libyens, que commence à s’établir une “chaîne crisique” similaire dans sa structure et son effet antiSystèmes, dans le chef de l’enchaînement entre l’affaire DSK et l’affaire Murdoch. Il n’y aucun rapport entre les deux, sauf d’offrir un modèle où les grands événements déstructurants se glissent par la petite porte d’espèce de faits divers touchant des “verrous” importants du Système, où les causes dérisoires et incertaines entraînent des effets formidables et des conséquences à mesure.

Cela se passe dans une époque dont on sait que nous tenons pour acquis que ce Système, non seulement va s’écrouler, mais est en cours d’écroulement subreptice ; qu’il est tellement difficile de le percevoir, qu’il faut reconnaître comme impossible la démarche prospective de désigner les mécanismes et enchaînements qui suscitent, marquent et accélèrent cet écroulement, avant que l'écho de son grondement se soit manifesté ; qu’à l’heure où la guerre est pulvérisée, sans qu’on puisse savoir désormais ce qu’est une “victoire” et ce qu’est une “défaite”, à l’heure où la révolution par la voie royale de l’émeute est devenue impossible, la charge échoit aux faits divers les plus imprévus et les improbables de déclencher les événements les plus essentiels.


Donations

Nous avons récolté 2726 € sur 3000 €

faites un don