Bilderberg-2013 : blowback et KO technique

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 626

Bilderberg-2013 : blowback et KO technique

L’une des sensations de la réunion 2013 (6-9 juin), en Angleterre, du fameux groupe Bilderberg, a été la visite, en tant qu’invité, du Premier ministre britannique David Cameron. Il nous est difficile d’apprécier que cette visite, au demeurant fort polie puisqu’il y avait invitation, ait été un chef d’œuvre d’habileté politique. On y verra de toutes les façons, encore plus que le signe d’une allégeance au groupe qui n’a pas raison d’être signalée en tant que telle puisque Cameron est nécessairement, d’une façon ou l’autre, membre nécessaire et suffisant de ce groupe par l'esprit, un signe de plus de la situation extraordinaire de rupture de la réalité dans laquelle nos dirigeants politiques s’ébrouent misérablement. Il en faut en effet, du détachement, pour prendre une telle initiative avec toutes les conséquences de jugement et de supputations qu'elle aura, alors que le mépris, la colère et la détestation sont en général les marques du sentiment populaire vis-à-vis des dirigeants politiques, en Angleterre comme ailleurs dans le bloc BAO.

L’article du Guardian décrivant cette visite, ce 7 juin 2013, est intéressant parce qu’il donne surtout la parole à un député conservateur, Douglas Craswell, qui fait campagne pour la “transparence dans le gouvernement” et qui critique violemment cette visite de Cameron au Bilderberg. Que la “transparence dans le gouvernement” soit certainement un sujet-bateau et peut-être un bon fond de commerce politique et électoral pour Carswell n’empêche nullement que ses réactions, ainsi que le tintamarre fait autour de la visite de Cameron, constituent sans aucun doute une situation qui a objectivement bien des vertus. Cette situation complète d’une façon officielle, par une de ces manœuvres-Système qui secrètent son contraire antiSystème (ce qu’est l’initiative Carswell), un dispositif “dissident” antiSystème réunissant, pour ce Bilderberg-2013, le groupe Alex Jones (Infowars.com) et une initiative britannique (à laquelle collabore Jones, bien entendu) sous le nom de Bilderberg Fringe, qui a organisé le Bilderberg Fringe Festival (présenté notamment le 7 juin 2013 sur le site Infoxwars.com), qui a son site, une organisation complète, etc.

Extraits du texte du Guardian sur la visite de Cameron : «David Cameron has been accused of joining the “unaccountable clique of Davos men” after he attended the secretive Bilderberg group meeting at the luxury Grove hotel in Watford, a move that raised questions about his pledge to lead Britain's most transparent government. Douglas Carswell, the Tory MP who campaigns for transparency in government, said the prime minister was taking part in a “cliche fest” whose participants had helped crash the global financial system. Davos is the town in Switzerland that hosts an annual meeting of global political and business leaders.

»Cameron came under fire after Downing Street said it was acting in an open manner by publicising his attendance at the annual Bilderberg meeting in advance. The prime minister's spokesman, who said heads of government of countries hosting the annual Bilderberg meeting were usually invited to attend, said it would be a private event and that civil servants would not accompany Cameron. [...] The prime minister's spokesman said: “He will participate in a discussion around domestic and global economic issues. He feels it is an opportunity to discuss economic issues with senior ministers, businesspeople and academics.”

»Downing Street said it would not publicise any details of the meeting: “It is a private meeting so we are not going to go into any further details.” “On a wider point the prime minister has always been clear about the importance of transparency which is why this government has taken a number of steps in terms of publishing more data, more information about meetings.”

»Carswell told the Guardian: “Given the dreadful state that most European countries are in – and given the appalling public policy failures that landed us in this mess – you would have thought the least our ruling elite could do is discuss these issues in public. This is only going to add to the idea that we are governed by an unaccountable clique of Davos men.” “I am sure in reality they will be recycling all the cliches you can find in the FT and the Economist. I don't think that great leaders like Margaret Thatcher and Ronald Reagan attended the Bilderberg.”

»Carswell added that Eurosceptics were likely to be concerned that the prime minister was interested in hearing from a group whose steering committee included five prominent European integrationists – the ex-chancellor Kenneth Clarke, the Belgian aristocrat and former European commission vice-president Viscount Étienne Davignon, the former British ambassador to the EU Lord Kerr of Kinlochard, the former Irish EU commissioner Peter Sutherland and the former European Central Bank president Jean-Claude Trichet. Carswell said: “I am absolutely not a conspiracy theorist but it is striking that the grandees invited to this self-selecting little clique all tend to regurgitate the same failed orthodoxies. It doesn't matter whether it is the same failed orthodoxy of Europeanism or the fallacy that cheap credit and low interest rates can make us rich – they are the same washed-up ideas of the last 20 years. It is a cliche fest.”»

Un autre point intéressant de cette réunion, c’est la présence de la presse-Système. Jusqu’ici, et depuis les temps immémoriaux où Bilderberg fut créé, dans les années 1950, la presse-Système avait bien entendu respecté les consignes de discrétion du groupe. Chaque réunion était un événement remarquable dans le fait paradoxal que les réunions de cette importance apparente, – importance pour la communication, sans nul doute, — constituaient autant de “non-événements” en étant l’objet d’une complète désaffection de la presse-Système. Ce curieux goût du secret du Bilderberg a perduré sans problème pendant des décennies, puis s’est trouvé confronté aux pressions antiSystème depuis que nous sommes entrés dans la période d’affrontement interne avec le Système. Du coup, le facteur “goût du secret” a nourri au rythme d’une accélération géométrique toutes les interprétations complotistes possibles qui existaient déjà comme une latence de base accompagnant le Bilderberg. L'effet fut de transmuter ce “goût du secret” en une clef “secret-complot” (un peu comme l’on dit “secret-défense”). L’année dernière, Alex Jones avait porté un rude coup à l’organisation secret-complot du Bilderberg (voir le 2 juin 2012). Cette année, la réunion du groupe au Royaume-Uni avait suscité, avant d’avoir lieu, l’une ou l’autre protestation devant le peu d’intérêt de la presse-Système pour l’événement (voir la protestation d’un député européen du parti UKIP, Gerard Batten, présentée le 21 mai 2013 sur ExplosiveReport.com). La presse-Système, qui a appris à respecter le parti UKIP à cause de sa puissance électorale désormais évidente, a donc dû réagir, et certains de ses organes ont délégué des journalistes. Il semble bien que ce soit le Guardian qui assure la meilleure couverture de la réunion du Bilderberg, jusqu’à consacrer un article, le 6 juin 2013, à cette présence et à ses à-côtés.

«Watford, sunny Watford, has changed the hitherto secretive Bilderberg conference forever. In a freshly strimmed corner of the grounds of the Grove Hotel, half a mile from the most important international policy conference in the world, something remarkable happened: the mainstream press showed up. In droves. Reuters, AP, Channel 4 News, the Times, the Telegraph, the Press Association, London Tonight. The BBC had at least three radio reporters here... [...]

»Sky News did a live link-up with the former Labour minister Michael Meacher and it was a big, serious interview. “This is totally in contradiction to the government's commitment to greater transparency,” he declared. In interviews elsewhere he described the attendees as holding “most dominant positions in the governance of western capitalism” who “only meet in order to concert their plans about the future of capitalism over the immediate future period – the next year or two”.

»And that was that. A politician, standing in a press zone, doing a live interview with a national news channel. That happened outside a Bilderberg conference, where 130 or so of the world's elite hang out in unminuted, private meetings with 400 or 500 gathered outside, a mixture of media, activists and curious Watford residents. Four Bilderbergs ago (has it been that long?) there were barely a dozen people outside the conference in Greece. The relationship with the press back then was simple: arrest them. Follow them, harass them, chase them out of town.

»But Watford in 2013 is a very different sort of town. It's a town full of satellite trucks, Italian news crews, and Financial Times journalists. It's a town with a press zone. A press zone with portable toilets … with hand gel. It's all been so relentlessly civilised. The police have been strolling about, smiling. Puppies have been rolling on the cut grass... [...]

»The Press Association quoted Judd Charlton, a ventriloquist from Camden in north London, who perhaps articulated a view that some of the media wanted to capture. He said: “We are basically here to bring down the parasites who are drug dealers and bank collapsers who seem to want to destroy this world.”

»Of course, the alternative media have been banging this drum for decades, and have come in for more than their fair share of scorn for trying to take this conference seriously. But on such a beautiful Bilderberg, we don't have to look to the past. We can look to a future when this kind of thing is normal. For this year's conference, Bilderberg bowed to pressure and hired a German corporate communications firm. Next year, they'll be holding a press conference. And I won't be sitting in the audience. There'll be no need.»

Effectivement, «the alternative media have been banging this drum for decades, and have come in for more than their fair share of scorn for trying to take this conference seriously». Il est par contre plus difficile de nous faire croire que la presse-Système fut inactive vis-à-vis des réunions Bilderberg parce que le “service d’ordre” Bilderberg la tenait à distance. Le mieux qu’on puisse faire, par charité, est de tenir cette observation comme une plaisanterie plutôt qu’une piètre tentative de dissimuler que, jusqu’ici, les consignes de Bilderberg écartait les pressions du système de la communication, donc la curiosité de la presse-Système, par simple connivence et sens des hiérarchies-Système. Quoi qu’il en soit, le résultat est atteint, et cela grâce aux médias alternatifs, et au cirque Alex Jones en premier : Bilderberg est obligé de sortir du bois et de s’ouvrir au monde du vulgum pecus.

...Nous dirions même qu’il panique, Bilderberg. Ce n’est pas tant qu’il craigne pour la sécurité de quelque grand secret, – après tout, qui ignore une seconde que le monde globalisé est effectivement dirigé par cette clique, ces élites-Système à la pensée stérilisée et effectivement consommable en comprimée (en comprimés) dans les articles saumons et courants du FT et de The Economist, comme dit si justement l’avisé et eurosceptique Caswell. («[T]they will be recycling all the cliches you can find in the FT and the Economist... [...] ... all tend to regurgitate the same failed orthodoxies... [...] the same failed orthodoxy of Europeanism or the fallacy that cheap credit and low interest rates can make us rich – they are the same washed-up ideas of the last 20 years. ») Les gens de Bilderberg paniquent, simplement parce qu’ils se jugent en danger de perdre leur bonne réputation de regroupement normal des membres d’influence des élites-Système, et de passer désormais pour des “complotistes” rassemblés pour décider du sort explosif de la planète. (D’ailleurs, ceci équivalent à cela, regroupement des élites-Système d’une part et décideurs du sort explosif de la planète d’autre part ; mais passons sans trop nous exclamer puisque ceci et cela est toujours sous le même auspice des lieux communs rabâchés publiquement et sans dissimuler en rien, depuis des décennies très nombreuses et engendrant les mêmes politiques qui continuent à échouer régulièrement, au su et au vu de tous...)

Deux signes de cette panique, selon nous, c’est l’annonce des mesures d’“ouverture” aux médias, – ce qui est une évidence paniquarde, bien sûr, – et, surtout, l’invitation faite à Cameron. La stupidité du personnel politique du Système fait donc que Cameron a accepté cette invitation exceptionnelle (jamais le Bilderberg n’a invité le chef d’État ou de gouvernement du pays-hôte d’une de ses réunions). Du coup, par l’enchaînement logique des soupçons et de la détestation qui accompagne ces dirigeants, son déplacement paraît être comme s’il venait participer à un complot pour prendre les dernières consignes alors qu’elle était destinée à montrer que Bilderberg n’a rien à cacher. Cameron pourrait avoir l’esprit de faire savoir que, pour les consignes, il est inutile d’aller voir Bilderberg puisqu’il suffit de lire le FT saumon chaque jour, mais de cela (d’esprit) il se garde bien d’en montrer, sinon d'en avoir.

...Par contre, à lire le programme du Bilderberg Fringe, on se dirait que leur réunion devait être du plus grand intérêt. Il est possible que Bilderberg devienne vraiment intéressant par tout ce qui se passera autour, et essentiellement grâce à cet éventuel contre-Bilderberg que pourrait devenir Bilderberg Fringe s’il s’institutionnalisait. Ainsi, le résultat de Bilderberg-2013 et des pratiques habituelles de Bilderberg, c’est le discrédit complet apporté à ces pratiques par la presse-Système elle-même, dans son devoir d’obligation de vertu ; c’est la paradoxale crédibilisation de l’image d’un Bilderberg complotiste, par le biais de l’invitation à Cameron acceptée par Cameron, alors qu’il apparaît évident que le complot n'en est pas un puisqu'il s’étale dans la répétition automatique des mêmes formules rabâchées et des politiques complètement discréditées et pourtant poursuivies après chaque catastrophe ; c’est le crédit de sérieux et d’efficacité décerné à la presse et aux milieux alternatifs, dissidents et activistes, avec la probable création d’une structure d’un contre-Bilderberg. Il faut noter, pour ce dernier point, que cette structure, si elle se confirme, a toutes les chances de s’avérer de plus en plus efficace à cause du format réduit des réunions Bilderberg et de cette réputation de “secret-complot” qui est devenue structurelle pour ce groupe, au contraire par exemple de réunions du type de Davos qui n’ont jamais dissimulé ce qu’elles sont et ce à quoi elles servent.

Bilderberg-2013, qui se termine demain, s’annonce déjà comme un événement-blowback majeur, et un KO debout du point de vue de la communication pour le groupe. (Blowback étant le terme-CIA pour désigner des effets contre-productifs imprévus d’opérations lancées par l’agence.) On continuera donc à suivre Bilderberg, à le soupçonner de complots qu’il ne peut réellement monter à lui seul puisqu’il s’agit simplement de l’activité même du Système qu’on connaît à visage découvert, à écouter et à entendre le tintamarre des casseroles qui lui sont désormais attachées à l’arrière-train. Toutes les excellences qui participent aux fastes de ces rencontres en seront toujours plus nerveuses, et toujours plus soupçonneuses qu’on veut attenter à leurs pouvoir légitime, à leur savoir illimité, à leur compétence sans rivale et à leur justesse de vues démontrée par tant de réussites politiques qui secouent notre monde de tremblements de bonheur. Bilderberg devient donc, très officiellement, un lieu de plus de la tension psychologique régnant autour des activités du Système.


Mis en lifgne le 8 juin 2013 à 13H33

Donations

Nous avons récolté 976 € sur 3000 €

faites un don