America is back !

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 567

Enchaînant aussitôt sur l’élimination de ben Laden, une campagne de restauration du statut de la puissance US devrait se développer. Thème évident : non, l’Amérique n’est pas en déclin, au contraire elle est sur la voie de la restauration de sa puissance, – comme le prouve abondamment l’élimination de ben Laden.

L’excellent (sans ironie, pour le cas) Loren B. Thompson l’observe dans l’entame d’une nouvelle qu’il met en ligne sur Early Warning, ce 4 mai 2011 : «This morning New York Mayor Michael Bloomberg told Today Show host Matt Lauer what he thought the main lesson of Osama bin Laden's death was: We have endured the biggest attack in our history and emerged “stronger than ever.” If only it were so...» (Précision : nous traduirions «If only it were so...» par “Si cela pouvait être vrai…”, of course.)

Un signe plus élaboré de cette offensive-restauration que les déclarations du maire de New York, cet article de Joseph S. Nye, du 5 mai 2011, sur Aljazeera.net, avec le titre révélateur «American power after Osama bin Laden…» (L’article est initialement mis en ligne ce 5 mai 2011, sur Project Syndicate. Le choix de Nye d’Aljazeera.net pour sa diffusion internationale illustre aussi bien ses intentions que le crédit désormais prêté, aux USA, à Washington, au centre d’information qu’est devenu Aljazeera.)

Après avoir fait un historique de l’analyse concluant à l’idée des USA en déclin, Nye observe que cette idée du déclin est récurrente dans le système de la communication à propos des USA ; curieusement, ou bien selon une démarche sophistique proche de la perfection du genre, cela semblerait être la preuve, pour lui, qu’il n’y a pas de déclin. Nye a donc terminé en “démontrant” que le déclin US est une pathologie de la psychologie qui n’a rien à voir avec les faits… Il saupoudre sa conclusion de quelques “si” d’une taille et d’un poids monumentaux et nous laisse avec les USA en pleine restauration de sa puissance, notamment avec un accord entre les républicains et les démocrates pour achever l’œuvre superbe de résurrection.

«Despite these differences, Americans are prone to cycles of belief in decline. The Founding Fathers worried about comparisons to the decline of the Roman republic. Moreover, cultural pessimism is very American, extending back to the country's Puritan roots. As Charles Dickens observed a century and a half ago, “if its individual citizens, to a man, are to be believed, [America] always is depressed, and always is stagnated, and always is in an alarming crisis, and never was otherwise.”

»More recently, polls showed widespread belief in decline after the Soviet Union launched Sputnik in 1957, then again during the Nixon-era economic shocks in the 1970s, and after Ronald Reagan's budget deficits in the 1980s. At the end of that decade, American's believed the country was in decline; yet, within a decade, they believed that the US was the sole superpower. Now many have gone back to believing in decline.

»Cycles of declinism tell us more about American psychology than about underlying shifts in power resources. Some observers, such as the Harvard historian Niall Ferguson, believe that “debating the stages of decline may be a waste of time – it is a precipitous and unexpected fall that should most concern policy makers and citizens.” Ferguson believes that a doubling of public debt in the coming decade cannot erode US strength on its own, but that it could weaken a long-assumed faith in America's ability to weather any crisis.

»Ferguson is correct that the US will have to come to terms with its budget deficit to maintain international confidence, but, as I show in my book The Future of Power, doing so is within the range of possible outcomes. America enjoyed a budget surplus only a decade ago, before George W. Bush's tax cuts, two wars, and recession created fiscal instability. The US economy is still ranked near the top in competitiveness by the World Economic Forum, and the political system, in its own messy way, has slowly begun to wrestle with the necessary changes.

»Some believe a political compromise between Republicans and Democrats can be reached before the 2012 election; others suggest an agreement is more likely after the election. Either way, fuzzy statements about hegemonic decline would again prove misleading.»

La conclusion de Nye, professeur à Harvard, est tout simplement surréaliste et, pour un scholar de sa très pompeuse qualité, d’une extraordinaire médiocrité, comme la Pravda terminait ses éditoriaux du temps du brejnévisme… Voir dans les événements courants à Washington le signe que “le système politique, à sa propre façon chaotique, a doucement commencé à se coltiner avec les changements nécessaires”, c’est prendre ses lecteurs pour des billes ; c’est même les prendre pour des billes carrées que de poursuivre, à propos d’une capitale dont la prospective événementielle est limitée à la demi-journée, que “certains” croient qu’il y aura un accord politique démocrates-républicains avant l’élection présidentielles de 2012, et “d’autres” que, non, ce serait plutôt pour après l’élection de 2012… Nous, nous prévoyons qu’après 2012 ce sera 2013 selon “certains”, à moins que le calendrier des Mayas en décide autrement, selon “d’autres”…

Pour l’heure immédiate, les événements confirment tout de même l’appréciation de Nye sur un point, celui selon lequel le Système, ou l’ensemble Congrès-Président pour ce cas, développe effectivement “sa propre façon chaotique” pour saluer la grande victoire de l’élimination de ben Laden. Après avoir fait une revue critique des changements de versions des événements de l’élimination de ben Laden, Rupert Cornwell conclut, dans The Independent de ce 6 mai 2011 :

«In any case, it will soon be partisan business as usual again in US politics. Yesterday, Vice-President Joe Biden opened talks with top congressional leaders on how to reduce the federal deficit. The debt argument, pitting Republicans demanding spending cuts against Democrats determined to protect key social programmes such as Medicare and Social Security, is the issue that may above all decide whether Mr Obama wins a second term in November 2012.

»Even as the President was in New York, the Republican Speaker of the House, John Boehner, declared his party would not vote to raise the US debt limit, due to be hit within weeks, without “trillions of dollars” of spending cuts.

»The death of national enemy No 1 Osama bin Laden has created a rare moment of unity between the parties. It is unlikely to last.»

Cette situation de blocage du gouvernement US, et du pouvoir US en général, est effectivement un point fondamental de l’effondrement du Système (en cours, pour info à destination de Joseph S. Nye, professeur à Harvard). Dans une très longue et très intéressante analyse, sur laquelle nous reviendrons, sur l’effondrement du Système (confirmation de l’effondrement en cours), l’excellent Peter Dale Scott observe la confusion et le désordre US dans la crise libyenne, et il précise (sur Atimes.com ce 6 mai 2011) : «To understand America’s and NATO’s confusion over Libya, one must look at other phenomena: • Standard & Poor’s warning of an imminent downgrade of the U.S. credit rating ; • the unprecedented rise in the price of gold to over $1500 an ounce; • the gridlock in American politics over federal and state deficits and what to do about them…»

D’une façon plus générale, cela nous ramène au texte de Loren B. Thompson déjà cité ; impeccable mercenaire du Système lorsqu’il s’agit du JSF, couvert d’or comme il se doit par Lockheed Martin et donc menteur à mesure, Loren B. devient remarquablement libre d’esprit lorsqu’il s’agit de juger de la situation générale des USA. On a souvent remarqué cette ambivalence, caractéristique des relations entre le Système et les sapiens du domaine, qui est extrêmement marquée chez Loren B. Ainsi en est-il pour ce cas, où Thompson montre effectivement, en commentaire sur l’Amérique d’“après”, un robuste et roboratif pessimisme, tout en restant évidemment de tout cœur un américaniste, espérant que, malgré tout, l’objet de sa passion trouvera la force de vaincre ses faiblesses, – peut-être mortelles faiblesses, – non, désolé, Loren B., d’ores et déjà mortelles faiblesses…

Nous reprenons le passage cité plus haut, et enchaînons.

«This morning New York Mayor Michael Bloomberg told Today Show host Matt Lauer what he thought the main lesson of Osama bin Laden's death was: We have endured the biggest attack in our history and emerged “stronger than ever.” If only it were so. The numbers tell a different story. On the morning of September 11, 2001, New York was, in the words of a PBS documentary, “the center of the world” – the financial capital of a nation generating 32 percent of global economic output. Today, only ten years later, America's share of global production has fallen to 23 percent, and the steady erosion seen since the 9-11 attacks continues unabated.

»According to the International Monetary Fund, the U.S. share of global output shrunk from 24.4 percent in 2009 to 23.3 percent in 2010. If the federal government stopped borrowing money tomorrow, our economy would quickly contract to 20 percent of world production, since federal borrowing currently represents over a tenth of GDP. In other words, borrowing is the main reason that America's share of global output has not fallen to the lowest level in living memory. So the National Intelligence Council was right when it told President-elect Obama in 2008 that, “In terms of size, speed, and directional flow, the global shift in relative wealth and economic power now under way – roughly from West to East – is without precedent in modern history.”

»I've quoted that passage many times since we began the Lexington blog, but I still have the sense that most people in Washington don't grasp how rapid America's decline has been since 9-11 … […]

»As I remarked in a piece for Forbes earlier this week, we can't blame Osama bin Laden for America's decline after 9-11, since our wounds are largely self-inflicted. But we can speculate that the constant distraction of overseas wars aimed at defeating terrorism had something to do with why policymakers neglected the nation's economic health until it became a crisis reflected in record federal budget deficits. And we can reasonably assume that if America's economic decline continues, many historians will see 9-11 as the symbolic turning point in America's fortunes -- the day on which the golden age of American affluence and influence began to ebb away. The question is what Washington should do about it now that the best known author of our recent difficulties is dead.

»For me, the answer is simple. The United States needs to relinquish its pretentious crusade to save the world and set about saving itself. Having ceased to be a model for other countries' development, America must rediscover the basic principles that enabled it to rise to economic greatness after the Civil War. That means first of all paying our bills rather than deferring pain and enforcing our trade rights against mercantilist nations that seek to compete unfairly…»

…Tout cela pour nous rappeler, nous confirmer une fois encore, que tout ce que fait le Système aujourd’hui, – grâce à sa puissance fournie par le système du technologisme, – a pour but principal de tenter de rassurer les psychologies affolées sur l’état de l’Amérique, – affolement évidemment illustré et renforcé par le système de la communication. C’est le cas également pour la grotesque célébration, – ce 6 mai, – de l’assassinat de ben Laden par leur président, à Ground Zéro, comme le veut le président Obama, avec toutes les pompes et circonstances de rigueur. Obama est toujours à la recherche d’un consensus bipartisan dont il ne doute pas qu’il restaurera l’unité nationale, façon-Lincoln, et lui assurera sa réélection.

C’est peut-être une obsession, ou une pathologie de la psychologie, mais c’est aussi un fait politique : tous les actes politiques et de communication, aujourd’hui à Washington, sont conçus et réalisés pour tenter de démontrer que l’effondrement du Système est une fausse nouvelle, que le déclin des USA est une machination, une tromperie, l’œuvre de quelque esprit malin, assisté de commentateurs venimeux et mal-pensants. L’assassinat de ben Laden n’est donc pas un acte destiné à mettre fin à la Guerre contre la Terreur, ni à l’emporter contre al Qaïda, etc. C’est un acte spécifiquement destiné à tenter de redonner un peu de sang et quelque couleur à l’image de l’Amérique, et à tenter de stopper la vertigineuse perception de l’effondrement.


Mis en ligne le 6 mai 2011 à 08H19

Donations

Nous avons récolté 210 € sur 3000 €

faites un don