Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

Le petrole iraquien facturé en euros ∫

Article lié : Chavez est diablement sérieux

steph

  10/10/2005

Il m’avait semblé aussi, dans une démarche de “guerre économique”, que le régime de Saddam Hussein avait pour projet de mettre en place un réglement en euros de son pétrole. Un élément qui avait été passé complètement inaperçu à l’époque (eh oui, plus de deux ans déjà ...) et la question à poser est la suivante : est ce que cette décision (libeller le petrole iraquien en euros) et tout ce qu’elle implique (effet boule de neige chez le voisin iranien…) n’aurait pas inciter l’administration US a “presser le pas” vers un conflit ? L’effet boule de neige n’aurait pas atteint les monarchies du golfe qui possède, comme ils disent, des “closes ties” avec les US, mais indubitablement ce mouvement aurait pour effet d’ébranler les positions US sur l’aspect monétaire et financier ... En ce sens, S. Hussein possèdait bien une “weapon of mass destruction” mais pas celle que tout le monde croyait ...

Planète et habitants en grand danger

Article lié :

Maria

  10/10/2005

Vous pourrez trouver des nouvelles de dernières heures touchant différents sujets mettant en péril nos droits les plus élémentaires. Rendez-vous sur http://www.theresistancemanifesto.com/index.php
Vidéo et documents officiels,

Dans la partie forum, il y a une section pour les francophones.

L'ex Vice-President Al Gore nous parle du conditionnement médiatique

Article lié :

Anamorphose

  09/10/2005

Al Gore nous parle de l’étrangeté (“strangeness”) de discours publics qui se formulent aujourd’hui en Amérique. Son discours semble témoigner d’une certaine conscience du caractère fabriqué du monde informationnel qui est le nôtre, autrement dit, de quelque chose de l’ordre du virtualisme…

Si ça continue comme ça, Al Gore va-t-il prendre un abonnment à De Defensa ???

Plus sérieusement, les membres du Parti Démocrate (ou du moin certains d’entre eux)  commenceraient-ils à se réveiller un tantinet ? Et quand bien même serait-ce le cas, pourraient-ils changer quoi que ce soit à la machine informationnelle telle qu’elle fonctionne ? On peut hélas sérieusement en douter…
——————————————————————————————

Wednesday, October 05, 2005
Al Gore Addresses We Media

Al Gore Addresses We Media
Originally uploaded by MC We Media.

Here is the text of former Vice President Al Gore’s remarks at the We Media conference on Wednesday in New York:

I came here today because I believe that American democracy is in grave danger. It is no longer possible to ignore the strangeness of our public discourse . I know that I am not the only one who feels that something has gone basically and badly wrong in the way America’s fabled “marketplace of ideas” now functions.

How many of you, I wonder, have heard a friend or a family member in the last few years remark that it’s almost as if America has entered “an alternate universe”?

I thought maybe it was an aberration when three-quarters of Americans said they believed that Saddam Hussein was responsible for attacking us on September 11, 2001. But more than four years later, between a third and a half still believe Saddam was personally responsible for planning and supporting the attack.

At first I thought the exhaustive, non-stop coverage of the O.J. trial was just an unfortunate excess that marked an unwelcome departure from the normal good sense and judgment of our television news media. But now we know that it was merely an early example of a new pattern of serial obsessions that periodically take over the airwaves for weeks at a time.

Are we still routinely torturing helpless prisoners, and if so, does it feel right that we as American citizens are not outraged by the practice? And does it feel right to have no ongoing discussion of whether or not this abhorrent, medieval behavior is being carried out in the name of the American people? If the gap between rich and poor is widening steadily and economic stress is mounting for low-income families, why do we seem increasingly apathetic and lethargic in our role as citizens?

On the eve of the nation’s decision to invade Iraq, our longest serving senator, Robert Byrd of West Virginia, stood on the Senate floor asked: “Why is this chamber empty? Why are these halls silent?”

The decision that was then being considered by the Senate with virtually no meaningful debate turned out to be a fateful one. A few days ago, the former head of the National Security Agency, Retired Lt. General William Odom, said, “The invasion of Iraq, I believe, will turn out to be the greatest strategic disaster in U.S. history.”

But whether you agree with his assessment or not, Senator Byrd’s question is like the others that I have just posed here: he was saying, in effect, this is strange, isn’t it? Aren’t we supposed to have full and vigorous debates about questions as important as the choice between war and peace?

Those of us who have served in the Senate and watched it change over time, could volunteer an answer to Senator Byrd’s two questions: the Senate was silent on the eve of war because Senators don’t feel that what they say on the floor of the Senate really matters that much any more. And the chamber was empty because the Senators were somewhere else: they were in fundraisers collecting money from special interests in order to buy 30-second TVcommercials for their next re-election campaign.

In the aftermath of Hurricane Katrina, there was - at least for a short time - a quality of vividness and clarity of focus in our public discourse that reminded some Americans - including some journalists - that vividness and clarity used to be more common in the way we talk with one another about the problems and choices that we face. But then, like a passing summer storm, the moment faded.

In fact there was a time when America’s public discourse was consistently much more vivid, focused and clear. Our Founders, probably the most literate generation in all of history, used words with astonishing precision and believed in the Rule of Reason.

Their faith in the viability of Representative Democracy rested on their trust in the wisdom of a well-informed citizenry. But they placed particular emphasis on insuring that the public could be well- informed. And they took great care to protect the openness of the marketplace of ideas in order to ensure the free-flow of knowledge.

The values that Americans had brought from Europe to the New World had grown out of the sudden explosion of literacy and knowledge after Gutenberg’s disruptive invention broke up the stagnant medieval information monopoly and triggered the Reformation, Humanism, and the Enlightenment and enshrined a new sovereign: the “Rule of Reason.”

Indeed, the self-governing republic they had the audacity to establish was later named by the historian Henry Steele Commager as “the Empire of Reason.”

Our founders knew all about the Roman Forum and the Agora in ancient Athens. They also understood quite well that in America, our public forum would be an ongoing conversation about democracy in which individual citizens would participate not only by speaking directly in the presence of others—but more commonly by communicating with their fellow citizens over great distances by means of the printed word. Thus they not only protected Freedom of Assembly as a basic right, they made a special point - in the First Amendment - of protecting the freedom of the printing press.

Their world was dominated by the printed word. Just as the proverbial fish doesn’t know it lives in water, the United States in its first half century knew nothing but the world of print: the Bible, Thomas Paine’s fiery call to revolution, the Declaration of Independence, our Constitution , our laws, the Congressional Record, newspapers and books.

Though they feared that a government might try to censor the printing press - as King George had done - they could not imagine that America’s public discourse would ever consist mainly of something other than words in print.

And yet, as we meet here this morning, more than 40 years have passed since the majority of Americans received their news and information from the printed word. Newspapers are hemorrhaging readers and, for the most part, resisting the temptation to inflate their circulation numbers. Reading itself is in sharp decline, not only in our country but in most of the world. The Republic of Letters has been invaded and occupied by television.

Radio, the internet, movies, telephones, and other media all now vie for our attention - but it is television that still completely dominates the flow of information in modern America. In fact, according to an authoritative global study, Americans now watch television an average of four hours and 28 minutes every day—90 minutes more than the world average.

When you assume eight hours of work a day, six to eight hours of sleep and a couple of hours to bathe, dress, eat and commute, that is almost three-quarters of all the discretionary time that the average American has. And for younger Americans, the average is even higher.

The internet is a formidable new medium of communication, but it is important to note that it still doesn’t hold a candle to television. Indeed, studies show that the majority of Internet users are actually simultaneously watching television while they are online. There is an important reason why television maintains such a hold on its viewers in a way that the internet does not, but I’ll get to that in a few minutes.

Television first overtook newsprint to become the dominant source of information in America in 1963. But for the next two decades, the television networks mimicked the nation’s leading newspapers by faithfully following the standards of the journalism profession. Indeed, men like Edward R. Murrow led the profession in raising the bar.

But all the while, television’s share of the total audience for news and information continued to grow—and its lead over newsprint continued to expand. And then one day, a smart young political consultant turned to an older elected official and succinctly described a new reality in America’s public discourse: “If it’s not on television, it doesn’t exist.”

But some extremely important elements of American Democracy have been pushed to the sidelines . And the most prominent casualty has been the “marketplace of ideas” that was so beloved and so carefully protected by our Founders. It effectively no longer exists.

It is not that we no longer share ideas with one another about public matters; of course we do. But the “Public Forum” in which our Founders searched for general agreement and applied the Rule of Reason has been grossly distorted and “restructured” beyond all recognition.

And here is my point: it is the destruction of that marketplace of ideas that accounts for the “strangeness” that now continually haunts our efforts to reason together about the choices we must make as a nation.

Whether it is called a Public Forum, or a “Public Sphere” , or a marketplace of ideas, the reality of open and free public discussion and debate was considered central to the operation of our democracy in America’s earliest decades.

In fact, our first self-expression as a nation - “We the People” - made it clear where the ultimate source of authority lay. It was universally understood that the ultimate check and balance for American government was its accountability to the people. And the public forum was the place where the people held the government accountable. That is why it was so important that the marketplace of ideas operated independent from and beyond the authority of government.

The three most important characteristics of this marketplace of ideas were:

1) It was open to every individual, with no barriers to entry, save the necessity of literacy. This access, it is crucial to add, applied not only to the receipt of information but also to the ability to contribute information directly into the flow of ideas that was available to all; 2) The fate of ideas contributed by individuals depended, for the most part, on an emergent Meritocracy of Ideas. Those judged by the market to be good rose to the top, regardless of the wealth or class of the individual responsible for them; 3) The accepted rules of discourse presumed that the participants were all governed by an unspoken duty to search for general agreement. That is what a “Conversation of Democracy” is all about.

What resulted from this shared democratic enterprise was a startling new development in human history: for the first time, knowledge regularly mediated between wealth and power.

The liberating force of this new American reality was thrilling to all humankind. Thomas Jefferson declared, “I have sworn upon the alter of God eternal hostility against every form of tyranny over the mind of man.” It ennobled the individual and unleashed the creativity of the human spirit. It inspired people everywhere to dream of what they could yet become. And it emboldened Americans to bravely explore the farther frontiers of freedom - for African Americans, for women, and eventually, we still dream, for all.

And just as knowledge now mediated between wealth and power, self- government was understood to be the instrument with which the people embodied their reasoned judgments into law. The Rule of Reason under- girded and strengthened the rule of law.

But to an extent seldom appreciated, all of this - including especially the ability of the American people to exercise the reasoned collective judgments presumed in our Founders’ design—depended on the particular characteristics of the marketplace of ideas as it operated during the Age of Print.

Consider the rules by which our present “public forum” now operates, and how different they are from the forum our Founders knew. Instead of the easy and free access individuals had to participate in the national conversation by means of the printed word, the world of television makes it virtually impossible for individuals to take part in what passes for a national conversation today.

Inexpensive metal printing presses were almost everywhere in America. They were easily accessible and operated by printers eager to typeset essays, pamphlets, books or flyers.

Television stations and networks, by contrast, are almost completely inaccessible to individual citizens and almost always uninterested in ideas contributed by individual citizens.

Ironically, television programming is actually more accessible to more people than any source of information has ever been in all of history. But here is the crucial distinction: it is accessible in only one direction; there is no true interactivity, and certainly no conversation.

The number of cables connecting to homes is limited in each community and usually forms a natural monopoly. The broadcast and satellite spectrum is likewise a scarce and limited resource controlled by a few. The production of programming has been centralized and has usually required a massive capital investment. So for these and other reasons, an ever-smaller number of large corporations control virtually all of the television programming in America.

Soon after television established its dominance over print, young people who realized they were being shut out of the dialogue of democracy came up with a new form of expression in an effort to join the national conversation: the “demonstration.” This new form of expression, which began in the 1960s, was essentially a poor quality theatrical production designed to capture the attention of the television cameras long enough to hold up a sign with a few printed words to convey, however plaintively, a message to the American people. Even this outlet is now rarely an avenue for expression on national television.

So, unlike the marketplace of ideas that emerged in the wake of the printing press, there is virtually no exchange of ideas at all in television’s domain. My partner Joel Hyatt and I are trying to change that - at least where Current TV is concerned. Perhaps not coincidentally, we are the only independently owned news and information network in all of American television.

It is important to note that the absence of a two-way conversation in American television also means that there is no “meritocracy of ideas” on television. To the extent that there is a “marketplace” of any kind for ideas on television, it is a rigged market, an oligopoly, with imposing barriers to entry that exclude the average citizen.

The German philosopher, Jurgen Habermas, describes what has happened as “the refeudalization of the public sphere.” That may sound like gobbledygook, but it’s a phrase that packs a lot of meaning. The feudal system which thrived before the printing press democratized knowledge and made the idea of America thinkable, was a system in which wealth and power were intimately intertwined, and where knowledge played no mediating role whatsoever. The great mass of the people were ignorant. And their powerlessness was born of their ignorance.

It did not come as a surprise that the concentration of control over this powerful one-way medium carries with it the potential for damaging the operations of our democracy. As early as the 1920s, when the predecessor of television, radio, first debuted in the United States, there was immediate apprehension about its potential impact on democracy. One early American student of the medium wrote that if control of radio were concentrated in the hands of a few, “no nation can be free.”

As a result of these fears, safeguards were enacted in the U.S.—including the Public Interest Standard, the Equal Time Provision, and the Fairness Doctrine - though a half century later, in 1987, they were effectively repealed. And then immediately afterwards, Rush Limbaugh and other hate-mongers began to fill the airwaves.

And radio is not the only place where big changes have taken place. Television news has undergone a series of dramatic changes. The movie “Network,” which won the Best Picture Oscar in 1976, was presented as a farce but was actually a prophecy. The journalism profession morphed into the news business, which became the media industry and is now completely owned by conglomerates.

The news divisions - which used to be seen as serving a public interest and were subsidized by the rest of the network - are now seen as profit centers designed to generate revenue and, more importantly, to advance the larger agenda of the corporation of which they are a small part. They have fewer reporters, fewer stories, smaller budgets, less travel, fewer bureaus, less independent judgment, more vulnerability to influence by management, and more dependence on government sources and canned public relations hand-outs. This tragedy is compounded by the ironic fact that this generation of journalists is the best trained and most highly skilled in the history of their profession. But they are usually not allowed to do the job they have been trained to do.

The present executive branch has made it a practice to try and control and intimidate news organizations: from PBS to CBS to Newsweek. They placed a former male escort in the White House press pool to pose as a reporter - and then called upon him to give the president a hand at crucial moments. They paid actors to make make phony video press releases and paid cash to some reporters who were willing to take it in return for positive stories. And every day they unleash squadrons of digital brownshirts to harass and hector any journalist who is critical of the President.

For these and other reasons, The US Press was recently found in a comprehensive international study to be only the 27th freest press in the world. And that too seems strange to me.

Among the other factors damaging our public discourse in the media, the imposition by management of entertainment values on the journalism profession has resulted in scandals, fabricated sources, fictional events and the tabloidization of mainstream news. As recently stated by Dan Rather - who was, of course, forced out of his anchor job after angering the White House - television news has been “dumbed down and tarted up.”

The coverage of political campaigns focuses on the “horse race” and little else. And the well-known axiom that guides most local television news is “if it bleeds, it leads.” (To which some disheartened journalists add, “If it thinks, it stinks.”)

In fact, one of the few things that Red state and Blue state America agree on is that they don’t trust the news media anymore.

Clearly, the purpose of television news is no longer to inform the American people or serve the public interest. It is to “glue eyeballs to the screen” in order to build ratings and sell advertising. If you have any doubt, just look at what’s on: The Robert Blake trial. The Laci Peterson tragedy. The Michael Jackson trial. The Runaway Bride. The search in Aruba. The latest twist in various celebrity couplings, and on and on and on.

And more importantly, notice what is not on: the global climate crisis, the nation’s fiscal catastrophe, the hollowing out of America’s industrial base, and a long list of other serious public questions that need to be addressed by the American people.

One morning not long ago, I flipped on one of the news programs in hopes of seeing information about an important world event that had happened earlier that day. But the lead story was about a young man who had been hiccupping for three years. And I must say, it was interesting; he had trouble getting dates. But what I didn’t see was news.

This was the point made by Jon Stewart, the brilliant host of “The Daily Show,” when he visited CNN’s “Crossfire”: there should be a distinction between news and entertainment.

And it really matters because the subjugation of news by entertainment seriously harms our democracy: it leads to dysfunctional journalism that fails to inform the people. And when the people are not informed, they cannot hold government accountable when it is incompetent, corrupt, or both.

One of the only avenues left for the expression of public or political ideas on television is through the purchase of advertising, usually in 30-second chunks. These short commercials are now the principal form of communication between candidates and voters. As a result, our elected officials now spend all of their time raising money to purchase these ads.

That is why the House and Senate campaign committees now search for candidates who are multi-millionaires and can buy the ads with their own personal resources. As one consequence, the halls of Congress are now filling up with the wealthy.

Campaign finance reform, however well it is drafted, often misses the main point: so long as the only means of engaging in political dialogue is through purchasing expensive television advertising, money will continue by one means or another to dominate American politic s. And ideas will no longer mediate between wealth and power.

And what if an individual citizen, or a group of citizens wants to enter the public debate by expressing their views on television? Since they cannot simply join the conversation, some of them have resorted to raising money in order to buy 30 seconds in which to express their opinion. But they are not even allowed to do that.

Moveon.org tried to buy ads last year to express opposition to Bush’s Medicare proposal which was then being debated by Congress. They were told “issue advocacy” was not permissible. Then, one of the networks that had refused the Moveon ad began running advertisements by the White House in favor of the President’s Medicare proposal. So Moveon complained and the White House ad was temporarily removed. By temporary, I mean it was removed until the White House complained and the network immediately put the ad back on, yet still refused to present the Moveon ad.

The advertising of products, of course, is the real purpose of television. And it is difficult to overstate the extent to which modern pervasive electronic advertising has reshaped our society. In the 1950s, John Kenneth Galbraith first described the way in which advertising has altered the classical relationship by which supply and demand are balanced over time by the invisible hand of the marketplace. According to Galbraith, modern advertising campaigns were beginning to create high levels of demand for products that consumers never knew they wanted, much less needed.

The same phenomenon Galbraith noticed in the commercial marketplace is now the dominant fact of life in what used to be America’s marketplace for ideas. The inherent value or validity of political propositions put forward by candidates for office is now largely irrelevant compared to the advertising campaigns that shape the perceptions of voters.

Our democracy has been hallowed out. The opinions of the voters are, in effect, purchased, just as demand for new products is artificially created. Decades ago Walter Lippman wrote, “the manufacture of consent…was supposed to have died out with the appearance of democracy…but it has not died out. It has, in fact, improved enormously in technique…under the impact of propaganda, it is no longer plausible to believe in the original dogma of democracy.”

Like you, I recoil at Lippman’s cynical dismissal of America’s gift to human history. But in order to reclaim our birthright, we Americans must resolve to repair the systemic decay of the public forum and create new ways to engage in a genuine and not manipulative conversation about our future. Americans in both parties should insist on the re-establishment of respect for the Rule of Reason. We must, for example, stop tolerating the rejection and distortion of science. We must insist on an end to the cynical use of pseudo studies known to be false for the purpose of intentionally clouding the public’s ability to discern the truth.

I don’t know all the answers, but along with my partner, Joel Hyatt, I am trying to work within the medium of television to recreate a multi- way conversation that includes individuals and operates according to a meritocracy of ideas. If you would like to know more, we are having a press conference on Friday morning at the Regency Hotel.

We are learning some fascinating lessons about the way decisions are made in the television industry, and it may well be that the public would be well served by some changes in law and policy to stimulate more diversity of viewpoints and a higher regard for the public interest. But we are succeeding within the marketplace by reaching out to individuals and asking them to co-create our network.

The greatest source of hope for reestablishing a vigorous and accessible marketplace for ideas is the Internet. Indeed, Current TV relies on video streaming over the Internet as the means by which individuals send us what we call viewer-created content or VC squared. We also rely on the Internet for the two-way conversation that we have every day with our viewers enabling them to participate in the decisions on programming our network.

I know that many of you attending this conference are also working on creative ways to use the Internet as a means for bringing more voices into America’s ongoing conversation. I salute you as kindred spirits and wish you every success.

I want to close with the two things I’ve learned about the Internet that are most directly relevant to the conference that you are having here today.

First, as exciting as the Internet is, it still lacks the single most powerful characteristic of the television medium; because of its packet-switching architecture, and its continued reliance on a wide variety of bandwidth connections (including the so-called “last mile” to the home), it does not support the real-time mass distribution of full-motion video.

Make no mistake, full-motion video is what makes television such a powerful medium. Our brains - like the brains of all vertebrates - are hard-wired to immediately notice sudden movement in our field of vision. We not only notice, we are compelled to look. When our evolutionary predecessors gathered on the African savanna a million years ago and the leaves next to them moved, the ones who didn’t look are not our ancestors. The ones who did look passed on to us the genetic trait that neuroscientists call “the establishing reflex.” And that is the brain syndrome activated by television continuously - sometimes as frequently as once per second. That is the reason why the industry phrase, “glue eyeballs to the screen,” is actually more than a glib and idle boast. It is also a major part of the reason why Americans watch the TV screen an average of four and a half hours a day.

It is true that video streaming is becoming more common over the Internet, and true as well that cheap storage of streamed video is making it possible for many young television viewers to engage in what the industry calls “time shifting” and personalize their television watching habits. Moreover, as higher bandwidth connections continue to replace smaller information pipelines, the Internet’s capacity for carrying television will continue to dramatically improve. But in spite of these developments, it is television delivered over cable and satellite that will continue for the remainder of this decade and probably the next to be the dominant medium of communication in America’s democracy. And so long as that is the case, I truly believe that America’s democracy is at grave risk.

The final point I want to make is this: We must ensure that the Internet remains open and accessible to all citizens without any limitation on the ability of individuals to choose the content they wish regardless of the Internet service provider they use to connect to the Worldwide Web. We cannot take this future for granted. We must be prepared to fight for it because some of the same forces of corporate consolidation and control that have distorted the television marketplace have an interest in controlling the Internet marketplace as well. Far too much is at stake to ever allow that to happen.

We must ensure by all means possible that this medium of democracy’s future develops in the mold of the open and free marketplace of ideas that our Founders knew was essential to the health and survival of freedom.

Texte disponible à différents endroits et notamment à : http://www.breitbart.com/news/2005/10/06/D8D2IU703.html

N.Y 11.09

Article lié : L’effondrement (par paralysie notamment) de la puissance militaire américaine

paolo Scampa

  07/10/2005

BOMBS INSIDE WTC’ FIRE OFFICER SAYS FIREMEN, COPS KNOW TRUTH

http://www.americanfreepress.net/html/bombs_inside_wtc.html

‘BOMBS INSIDE WTC’

FIRE OFFICER SAYS FIREMEN, COPS KNOW TRUTH

rss202

By Victor Thorn zzz

NEW YORK CITY, N.Y.-On the morning of Sept. 11,
2005, New York City auxiliary fire lieutenant
Paul Isaac Jr. asserted, yet again, that 9-11 was
an inside job. “I know 9-11 was an inside job.
The police know it’s an inside job; and the firemen know it too,” said Isaac.

The ramifications of this statement are immense:
One of New York’s own firefighters says publicly
that 9-11 couldn’t have been the work of Osama
bin Laden and al Qaeda, but instead was planned,
coordinated and executed by elements within our own government.

He also added, after pointing to throngs of
police officers standing around us, that, “We all
have to be very careful about how we handle it.”

Isaac reiterated what a 9-11 survivor told this
journalist during our protest at Ground Zero on
Sept. 11, 2005-that emergency radios were buzzing
with information about bombs being detonated inside the World Trade
Center towers.

Also, Isaac directly addressed a gag order that
has been placed on firemen and police officers in New York.

“It’s amazing how many people are afraid to talk
for fear of retaliation or losing their jobs,”
said Isaac, regarding the FBI gag order placed on
law enforcement and fire department officials,
preventing them from openly talking about any
inside knowledge of 9-11. There is more
information related to Isaac circulating in
on-line and print reports, so here again we are
hearing first-hand evidence from individuals who
were on the scene, such as live witness William
Rodriguez, saying that the World Trade Center
towers were brought down not by the airliner’s
impact or the resulting jet fuel fires, but
instead by a deliberately executed controlled demolition.

Tragically, due to heavy-handed pressure from
officials at the city, state and federal levels,
we are still not hearing the entire story.

Researcher Vincent Sammartino, who was also at
the WTC “open grave site” on the afternoon of
Sept. 11, 2005, wrote the following on the
on-line news web site APFN: “I just got back from
Ground Zero. People know the truth. Half of the
police and firemen were coming up to us and
telling us that they know that 9-11 was an inside
job. They were told not to talk about it. But
they were supporting what we were doing. I had tears in my eyes.”

Victor Thorn is the author of New World Order
Exposed, and co-host of WING TV. For more
information, visit Thorn’s web site at wingtv.net
or write P.O. Box 10495, State College, PA
16805-0495. New World Order Exposed (#1080, $25,
560 pps., softcover) and 9-11 On Trial (#1178,
175 pages, $14, booklet) can be ordered from
FIRST AMENDMENT BOOKS. Write 645 Pennsylvania
Avenue SE, Suite 100, Washington, D.C. 20003.
Call toll free 1-888-699-NEWS (6397) to order by Visa or MasterCard.

(Issue #40, October 3, 2005)

Not Copyrighted. Readers can reprint and are free
to redistribute - as long as full credit is given
to American Free Press - 645 Pennsylvania Avenue
SE, Suite 100 Washington, D.C. 20003

Airbus contre Boeing, partie II...

Article lié :

louis kuehn

  07/10/2005

depuis “BUSINESS WEEK”

EU CALLS ON US TO CLARIFY INTEREST

OCT. 7 8:17 A.M. ET The European Union’s head office called on U.S. trade officials Friday to clarify whether they were still interested in finding a negotiated solution to the trade fight over airline subsidies given to Airbus and its American rival Boeing.

EU spokesman Peter Power said Washington’s reaction to EU government moves to postpone aid this year for the launch of Airbus’s A-350 “is surprising.”

Power said EU Trade Commissioner Peter Mandelson was making contact with his U.S. counterpart “to see why they have chosen to interpret the European position the way they have, and whether they have finally closed the door to negotiations or are still open to discussion.”

U.S. officials reiterated that EU aid to Airbus was “completely unacceptable” Thursday as the midsize A350 jet—meant to rival Boeing’s 787 Dreamliner—was launched.

U.S. Trade Representative Rob Portman’s spokeswoman Christin Baker said Washington could “take no comfort from any offer to postpone the actual payment of the launch aid these countries have already promised to provide.”

Power said the EU “remains committed to a negotiated solution, which would see the elimination of risk-sharing launch investment as part of an overall balanced solution to avoid costly and protracted WTO litigation.”

European Aeronautic Defence and Space Co. which owns 80 percent of Airbus, and co-owner BAE Systems PLC, had earlier requested launch aid to help build the new A350.

Power said a decision by EU governments to delay payment of the aid opened an opportunity to continue EU-US talks on trying to avert WTO action.

He said Mandelson would discuss the issue with Portman on Monday in Switzerland.

The trans-Atlantic trade spat began last year when Washington said a 1992 agreement on aircraft subsidies with the EU needed unfairly favored Airbus and had to be renegotiated, and filed a case with the World Trade Organization against EU funding for Airbus programs. The EU filed a countersuit citing U.S. and overseas tax breaks and research subsidies to Chicago-based Boeing Co. and its suppliers.

Associate Press
Copyright 2005, by The Associated Press.

F-Word Forgotten For Ever

Article lié :

Stassen

  07/10/2005

Comment

How the dreaded superstate became a commonwealth

The question to ask is not what Europe will do for Turkey, but what Turkey has done for Europe

Timothy Garton Ash
Thursday October 6, 2005

Guardian

This week, the European Union did something remarkable. It chose to become an all-European commonwealth, not the part-European superstate of Tory nightmares. You see, the main effect of the bitterly contested opening of membership negotiations with Turkey is not to ensure that Turkey becomes a member of the European Union, which it may or may not do 10 or 15 years hence. The main effect is to set the front line of enlargement so far to the south-east that it ensures the rest of south-eastern Europe will come into the EU - and probably before Turkey. There’s a nice historical irony here. Turkey, which in its earlier, Ottoman, form occupied much of the Balkans, and therefore cut them off from what was then the Christian club of Europe, is now the European door-opener for its former colonies.
Bulgaria and Romania are joining the EU in 2007 anyway. What was Austria’s price for finally agreeing to the opening of negotiations with Turkey? A similar promise for Croatia! One thing leads to another. When those Balkan countries are in, they will immediately start agitating for their neighbours to join them, just as Poland is now agitating for a promise to Ukraine. No matter that those neighbours are former enemies, with bitter memories of recent wars and ethnic cleansing. The mysterious alchemy of enlargement is that it turns former enemies into advocates. Germany was the great promoter of Polish membership, and Greece remains one of the strongest supporters of Turkish membership.

When Serbia and Macedonia come knocking at Brussels’ door, they will exclaim: “What, you have said yes to Turkey, but you say no to us, who are closer to you and obviously more European than Turkey?” Since these countries are mainly small, and since the EU already takes responsibility for much of south-east Europe’s security and reconstruction, as a quasi colonial post-conflict power, the reluctant older members of the EU will sigh: “Oh, what the hell, one or two more small countries won’t make that much difference anyway - our big headaches are Turkey and Ukraine.” So they’ll slip in.

The result is that, whether or not Turkey achieves membership over the next decade, by 2015 the European Union will cover most of what has historically been considered to constitute the territory of Europe. And it will have some 32 to 37 member states -for Switzerland, Norway and Iceland may eventually choose to come in, too. The frontline cases will then be Turkey and Ukraine, while Russia will have a special relationship with this new European Union.

Now only someone possessed of the deliberate obtuseness of a Daily Mail leader writer could suppose that such a broad, diverse European Union will ever be a Napoleonic, federal (in the Eurosceptic sense of the F-word), centralised, bureaucratic superstate. That’s why those who do still want something like a United States of Europe think Monday was a terrible day for Europe.

Valéry Giscard d’Estaing, the main author of the EU’s stillborn constitutional treaty, was in despair, while Britain’s Jack Straw was grinning ear to ear. Roughly speaking, the British hated the constitution because they thought it would create a French Europe, while the French hate enlargement because they think it will create a British Europe. Thus Giscard laments that these further enlargements “are obviously going to transform Europe into a large free-trade zone”. That is what continental Europeans classically charge the British with wanting.

Indeed, that is what some Brits do want Europe to be. That’s one reason Margaret Thatcher loved enlargement. I recently heard a leading member of the Conservative shadow cabinet say explicitly that he likes the prospect of further widening because it will make the EU what it should be, a large free-trade area. But they do not represent the thinking of the British government; and anyway they are wrong.

This larger Europe will be much more than a free-trade area, or it will be nothing. It already is much more. And most of these new members care passionately that it should be. To be just a free-trade zone, the EU would have to take a large step backwards even as it takes a large step forwards, and that it will not do. The prospect, rather, is of an entity that is as far beyond a free-trade zone as it is short of a centralised superstate. For want of a better term, I describe this unprecedented continent-wide political community as a commonwealth - but I have in mind something more like the early modern Polish-Lithuanian commonwealth than today’s British commonwealth.

Meanwhile, I don’t want you to think I’m ducking the question of Turkish membership. If we were starting from scratch, I would say that the European Union should have a special partnership (Angela Merkel’s term) with Turkey, as also with Russia. Why? Because at its eastern and south-eastern borders Europe does not end, it merely fades away. It fades away across the great expanses of Turkey and Russia. Somewhere between Moscow and Vladivostok, somewhere between Istanbul and Hakkari, you find yourself more in Asia than in Europe. This only partly European character of the two countries’ geography and history suggests a special partnership, for the sense of belonging to a geographical and historical unity is important for any political community of Europe.

However, we are not starting from scratch. We have promises to keep. For more than 40 years we have assured Turkey that it will belong to our European community. We have repeated, strengthened, made concrete these promises over the past decade. The example of Turkey, reconciling a mainly Islamic society with a secular state, is vital for the rest of the Islamic world - and not insignificant for the 15 to 20 million Muslims already living in Europe. When I was recently in Iran, a dissident mullah, who had been imprisoned for 18 months for criticising his country’s Islamic regime, told me: “There are two models, Turkey and Iran.” Which should we support? The answer is what Americans call a “no-brainer”. And so the European Union, although it has no brain - that is, does not take decisions like a nation-state - has made the right choice. Turkey is an exception: not a precedent for Morocco or Algeria. For good reasons, the European Union has just decided to include a chunk of Asia.

Before that happens, however, we have to ensure two things. First, that Turkey really does meet the EU’s famous Copenhagen criteria, having a stable liberal democracy, the rule of law (with full equality for men and women), a free market economy, free speech (also for intellectuals who say there was a Turkish genocide against the Armenians), and respect for minority rights (notably those of the Kurds). Turkey still has a long way to go. Second, and quite as demanding, public opinion in existing member states, such as France and Austria, must be prepared to accept Turkish membership. Between those two, you have at least 10 years’ work ahead.

So, characteristically, the European Union has done something very important this week, without itself really understanding what it has done. It has not decided to make Turkey a member. It has decided that Europe will be a commonwealth and not a superstate. http://www.freeworldweb.net

http://www.guardian.co.uk/comment/story/0,3604,1585619,00.html

Airbus : avances remboursables, capitulation européenne et réponse américaine

Article lié :

LE GLOAN LOIC

  06/10/2005

Après avoir caapitulés, les Européens, voici la réponse très dure des américains. Pourquoi se priver quand on a affaire à des lâches.

Subventions ou plutôt avances remboursables à Airbus: USA insatisfaits, continueront plaider dossier à l’OMC
Les Etats-Unis ne sont pas satisfaits de la décision de l’avionneur européen Airbus de renoncer provisoirement aux aides pour le lancement de son A350 et vont continuer à plaider le dossier devant l’OMC, a indiqué jeudi le gouvernement américain.

“L’engagement de verser des aides au lancement (d’avions) de quelque Etat membre de l’UE que ce soit est un autre pas dans la mauvaise direction, nous voulons négocier la fin des subventions à la construction aéronautique mais l’engagement à verser des aides rend cela plus difficile”, a affirmé Christin Baker, porte-parole du Représentant américain pour le Commerce Rob Portman.

“Il est clair que les pays de l’UE ne veulent pas cesser de subventionner Airbus et c’est pourquoi nous allons continuer à plaider notre dossier à l’OMC”, a ajouté ce porte-parole.

Airbus a annoncé jeudi le lancement industriel de son nouvel avion A350, et s’est engagé à ne pas toucher de subventions promises par plusieurs pays européens.

L’Allemagne, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni “se sont mis d’accord pour ne pas accorder de subventions à Airbus tant qu’il y a une perspective crédible de négociation” avec les Etats-Unis, avait peu auparavant affirmé le porte-parole du ministère britannique des Transports.

Toutefois, “notre position reste que nous soutenons ce lancement”, a-t-il ajouté.

Il y a un an exactement, le 6 octobre 2004, Washington dénonçait l’accord bilatéral de 1992 qui réglementait l’octroi des aides et subventions au secteur de part et d’autre de l’Atlantique.

En parallèle, le gouvernement américain avait déposé plainte devant l’OMC (Organisation mondiale du commerce) contre l’Union européenne pour les milliards de dollars versés à Airbus. Immédiatement l’UE déposait elle aussi plainte contre Washington pour les aides à Boeing.

Depuis, plusieurs tentatives pour trouver une issue négociée à ce conflit ont échoué et l’affaire a été confiée à un panel (groupe d’experts de l’OMC).

Le gouvernement américain estime que les aides publiques au lancement du nouvel appareil long-courrier A350, concurrent direct du dernier né de chez Boeing, le 787, sont illégales au titre des règles sur le commerce mondial établies par l’OMC.

“Les Etats-Unis ont été clairs dans leur message: l’aide au lancement pour l’A350 ou quelqu’autre avion d’Airbus est totalement inacceptable”, a rappelé le porte-parole du représentant américain pour le Commerce, chargé de négocier au nom de Washington avec son alter ego européen, le Commissaire au Commerce Peter Mandelson sur ce dossier.

Devant l’OMC, le gouvernement américain a également attaqué les 3,7 milliards de dollars d’aides versées par les gouvernements européens au lancement de l’A380, le super-jumbo pouvant transporter qu’à 800 passagers, et dont les premières livraisons sont prévues fin 2006.

“Nous ne pouvons pas nous satisfaire de quelqu’offre que ce soit de reporter le paiement des aides au lancement que ces pays ont déjà promis”, a encore indiqué le porte-parole américain.

“L’annonce de leur engagement à soutenir l’A350 aura un effet sur le financement des coûts (de cet avion), peu importe quand ils rempliront formellement le chèque”, a-t-il ajouté.

Project Censored

Article lié :

manu kodeck

  06/10/2005

Une question tout de même...

Article lié : La politique (éditoriale) de l’autruche

Fred

  06/10/2005

...ça me vient comme ça…

S’agit-il de patriotisme ou de conformisme ? (ie l’article paraissant complètement absurde et donc indigne d’intérêt)

En fait, le choix du NYT de ne pas publier cet article est-il si politique que cela ?

La seconde tentative sera-t-elle la bonne ∫

Article lié : Chavez est diablement sérieux

Fred

  06/10/2005

En 2002-2003, Chavez avait été un des états producteurs de pétrole à accepter des règlements en Euro pour son pétrole il me semble… et il était revenu en arrière après les multiples pressions américaines (soutien massif aux grèves du Département d’Etat américain) qui s’étaient soldées finalement par des accords de fourniture prioritaire. Ce ne sont que des souvenirs évidemment… mais… comme je le disais en titre… est-ce que cette fois-ci, ça sera la bonne ? Déjà à l’époque, accepter des euros pour du pétrole, c’était présenté comme un acte osé.

Comme quoi...

Article lié : La politique (éditoriale) de l’autruche

Fred

  05/10/2005

...les médias américains ne sont toujours pas guéris.

Comme vous avez surement du le dire (je lis tellement d’autres articles par ailleurs), même si les médias ne sont pas complètement corrompus par le pouvoir, ils sont tout au moins complètement obsédés par cette étrange forme de “patriotisme” qui consiste à perdre tout sens critique dès que ce “patriotisme” est mis en jeu.

Big Boy Got Candy From Uncle Sam : NATO Becomes Strongest US Watchman In Eurasia

Article lié :

Stassen

  04/10/2005

Le Soir en ligne

Double sésame pour l’Europe

L’Union européenne a ouvert durant la nuit à Luxembourg des pourparlers historiques d’adhésion avec Ankara, qui frappe à sa porte depuis 42 ans. Une crise a été évitée in extremis. La Croatie a elle aussi gagné son ticket pour des négociations identiques.
C’est véritablement une journée historique pour l’Europe et pour toute la communauté internationale… Nous sommes tous gagnants, a salué le chef de la diplomatie britannique Jack Straw après l’accord difficilement arraché en faveur de la Turquie, longtemps bloqué par l’Autriche. Nous avons franchi un tournant historique, a renchéri son homologue turc Abdullah Gül, arrivé peu après minuit au Luxembourg pour une brève et symbolique cérémonie d’ouverture des pourparlers. M. Gül a fait devant ses homologues des 25 une intervention très constructive, saluée par des applaudissements, selon un diplomate.
M. Straw s’est félicité malgré l’heure tardive d’avoir tenu le calendrier fixé l’an dernier pour l’ouverture des négociations d’adhésion avec Ankara. Nous avons été capables de tenir le délai du 3 octobre car j’ai commencé à parler avant minuit au Royaume Uni, a-t-il plaisanté. Jack Straw a souligné que la Turquie avait désormais une longue route devant elle d’ici à une entrée effective dans l’UE qui, selon le cadre fixé pour les négociations, n’est pas garantie. Le processus sera rigoureux et un défi. Mais nous sommes confiants dans votre détermination et nous vous soutiendrons dans vos efforts, a promis le secrétaire au Foreign Office.
Ce qui est important pour nous est que la perspective d’une adhésion pleine est très claire. Il n’y a pas d’alternative telle qu’un partenariat privilégié, s’est pour sa part réjoui Abdullah Gül. Il a assuré que la Turquie, pays de population musulmane mais au régime strictement laïque, bénéficiant de liens privilégiés avec les républiques turcophones d’Asie centrale et le monde musulman, apporterait sa contribution à l’UE une fois intégrée en son sein. Quand la Turquie aura rejoint l’UE, tous ces pays se sentiront représentés au sein de l’UE. L’adhésion de la Turquie va apporter d’importantes contributions à l’UE et a une importance stratégique, a-t-il affirmé.
De justesse
L’ouverture des négociations avec Ankara était une priorité majeure pour la présidence britannique de l’UE, appuyée en sous-main par les Etats-Unis dont la Turquie est un allié clé au sein de l’Otan. La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a elle-même pris son téléphone dimanche et lundi pour inciter M. Gül à accepter les termes proposés par les Européens. Le grand dessein du Premier ministre Tony Blair a cependant failli buter à Luxembourg sur l’Autriche.
Il a fallu à la présidence britannique plus de 24 heures d’âpres tractations pour amener Vienne à se rallier à l’accord que tous ses partenaires étaient disposés à accepter. Le secrétaire au Foreign Office avait mis en garde contre les conséquences catastrophiques d’une absence d’unanimité. Un échec des Européens à ouvrir les négociations avec la Turquie aurait plongé l’UE un peu plus profondément dans la crise ouverte par le double non aux référendums français et néerlandais sur la Constitution européenne, et renforcé les tensions avec la Turquie.
L’Autriche insistait initialement pour revoir le premier compromis sur l’ouverture des négociations avec Ankara, trouvé en décembre 2004 par l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, y compris son chancelier Wolfgang Schüssel. Isolée mais sous la pression d’une opinion massivement hostile à une adhésion turque, elle n’a pu obtenir au final qu’une « alternative » comme un « partenariat privilégié » soit envisagée.
Si les diplomates récusent tout marchandage entre les deux dossiers, Vienne a été encouragé à renoncer à son veto par la perspective de voir l’UE ouvrir, dans la foulée de la Turquie, des négociations d’adhésion avec la Croatie.
Puisque la Croatie coopère…
Dans un autre retournement de dernière minute, Carla Del Ponte, qui vendredi encore se disait déçue de la collaboration de Zagreb, a assuré à Luxembourg que depuis maintenant quelques semaines, la Croatie coopérait pleinement avec le TPI.
Les Européens avaient reporté sine die en mars les pourparlers avec Zagreb, reprochant aux autorités croates leur peu d’empressement à arrêter le général en fuite Ante Gotovina, inculpé en 2001 par les magistrats de La Haye.
(D’après Bertrand Pinon, AFP)
 
Le cadre des négociations

Objectif des négociations
- «L’objectif commun des négociations est l’adhésion. Ces négociations sont un processus ouvert, dont le résultat ne peut être garanti à l’avance».
- «Prenant en compte tous les critères de Copenhague, si la Turquie n’est pas en mesure d’assumer toutes ses obligations pour devenir membre (...) on devra s’assurer que la Turquie sera pleinement ancrée dans les structures européennes à travers le lien le plus fort possible».
- «L’adhésion de la Turquie pouvant avoir des conséquences financières substantielles, les négociations ne pourront être conclues qu’après la mise en place des perspectives financières pour la période débutant en 2014».
Suspension des négociations
- «En cas de violation sérieuse et persistante par la Turquie des principes de liberté, de démocratie, de respect des droits de l’Homme, des libertés fondamentales et de l’état de droit sur lequel l’Union est fondé, la Commission européenne (...) recommandera la suspension des négociations d’adhésion».
- «Le Conseil décidera à la majorité qualifiée sur une telle recommandation».
Application de l’acquis communautaire
- «L’adhésion implique l’acceptation des droits et des obligations attachés au système de l’Union et à son cadre institutionnel, appelé l’acquis de l’Union».
- L’acquis comprend notamment «le contenu, les principes et les objectifs politiques des Traités», «la législation et les décisions adoptées», la «jurisprudence de la Cour européenne de Justice», les «accords internationaux».
- «L’UE pourra accepter des requêtes de la Turquie concernant des mesures transitoires à condition qu’elles soient limitées dans le temps et dans leur importance».
Capacité d’absorption
- «La capacité de l’Union à absorber la Turquie, en maintenant le rythme de l’intégration, est une considération importante dans l’intérêt général de l’Union et de la Turquie».
Chypre
- L’UE demande «des efforts continus de la Turquie pour parvenir à un règlement globale de la question chypriote dans le cadre de l’Onu» et «des progrès dans la normalisation des relations bilatérales entre la Turquie et tous les Etats membres de l’UE, y compris la République de Chypre».
- L’UE demande que la Turquie «remplisse ses obligations concernant l’accord d’union douanière et son extension aux dix nouveaux Etats membres».
Procédure
- «Les négociations auront lieu dans le cadre d’une conférence intergouvernementale».
- Avant le début de ces pourparlers, «la Commission entreprendra un processus d’examen de l’acquis, appelé +screening+, dans le but d’expliquer (l’acquis) aux autorités turques, d’évaluer l’état de préparation de la Turquie à l’ouverture des négociations dans chaque domaine spécifique et d’obtenir des informations sur les problèmes qui pourraient survenir pendant les négociations».
- L’acquis est divisé en 35 chapitres «couvrant chacun un sujet spécifique».
- «Se basant sur les rapports réguliers de la Commission sur les progrès de la Turquie sur la voie de l’adhésion (...), le conseil» votera «à l’unanimité» sur la fermeture et l’ouverture de chaque chapitre.
(D’après AFP)

http://www.lesoir.be/rubriques/monde/page_5715_373387.shtml
mise à jour le 4/10/2005 à 07h16 - Bruxelles - mardi 04 octobre 2005, 06:53

——
Le Soir en ligne
Une journée européenne historique
Ankara a accepté le projet de texte européen sur le cadre des négociations de son adhésion à l’Europe. Auparavant, l’Autriche avait levé son blocage à l’ouverture des négociations. De leur côté, les 25 ont formellement approuvé l’accord.
L’Union européenne et la Turquie ont trouvé un accord sur le cadre des négociations d’adhésion de celle-ci. L’accord a été négocié bilatéralement par la présidence britannique au cours des dernières heures.
Les ministres européens des Affaires étrangères ont donc formellement approuvé ce lundi soir à Luxembourg l’accord permettant d’ouvrir les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE, a annoncé la présidence britannique des 25.
Le ministre turc des Affaires étrangères, Abdullah Gül, doit quitter Ankara immédiatement pour rejoindre Luxembourg (vers minuit) et lancer les négociations d’adhésion dans le courant de la nuit (ou demain matin).
Le chef de la diplomatie britannique Jack Straw a salué une journée historique pour l’Europe et pour toute la communauté internationale, après l’accord au sein de l’UE lundi à Luxembourg pour ouvrir des négociations d’adhésion avec la Turquie.
Jusqu’alors, les dirigeants turcs étudiaient minutieusement un texte de compromis élaboré par l’Union européenne pour fixer le cadre de négociations d’adhésion entre Ankara et le bloc européen, au milieu de signaux encourageants sur un aplanissement des divergences entre les 25.
Le lancement de pourparlers d’accession entre Ankara et l’UE était prévu pour 17 heures (HB) à Luxembourg mais a du être reporté en raison d’objections autrichiennes, qui ont bloqué un compromis entre les ministres des Affaires étrangères du bloc européen.
Au terme d’âpres négociations débutées dimanche, l’Autriche a renoncé a ses demandes d’inclusion dans le cadre de négociation d’une clause prévoyant une alternative à l’adhésion effective d’Ankara, mais les autorités turques comme les représentants de l’UE ont démenti être parvenus à un accord.
Les débats entre les 25 ont eu lieu au milieu de mises en garde appuyées de la Turquie, affirmant qu’elle ne ferait pas de nouvelles concessions et pourrait bouder le lancement des négociations si leur cadre déviait des principes définis lors du Sommet européen de Bruxelles du 17 décembre, qui avait fixé au 3 décembre le début des pourparlers.
Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan avait convoqué à Ankara son cabinet et les dirigeants de son parti, le Parti de la justice et du développement (AKP), pour examiner un texte de compromis transmis par l’UE.
Prudence
A Luxembourg, les représentants de l’UE restaient prudents. L’Autriche a levé toutes ses réserves, a affirmé un diplomate en marge de la réunion des ministre des Affaires étrangères censée mettre un terme aux désaccords entre les 25, avant d’ajouter qu’un accord n’a pas encore été sanctionné par les 25.
L’atmosphère était néanmoins plus à l’optimisme qu’en début de journée, quand les dirigeants turcs multipliaient leurs avertissements contre ce qu’ils percevaient comme un changement des règles du jeu en cours de partie.
Alors que les chefs des diplomaties de l’UE s’efforçaient de trouver un compromis, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Namik Tan a annnoncé que M. Gül avait rejeté tous les changements proposés par l’UE au cadre de négociation.
M. Erdogan a affirmé que la Turquie ne modifierai pas sa position. Nous leur demandons de ne pas contrevenir aux décisions du 17 décembre, mais de les respecter et d’agir en conséquence. Nous leur avons dit : ‘si quelque chose de nouveau surgit chaque jour, nous nous retirerons’, a-t-il expliqué à la presse, résumant une conversation avec la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice.
La bourse d’Istanbul a profité du vent d’optimisme régnant à Ankara au cours de l’après-midi pour battre un record historique, son index IMKB atteignant 34.300,9 points en fin de séance, en hausse de 967,67 points (+2,9%) par rapport à vendredi soir.
L’espoir d’un compromis avec l’UE a permis à l’indice d’établir un nouveau record, a commenté Arzu Odabasi, analyste de Global Securities. Les investisseurs estiment que le lancement des négociations d’adhésion assurera la stabilité nécessaire au développement de l’économie turque.
 
(D’après AFP)

La France demande des efforts à la Turquie
Le chef de la diplomatie française Philippe Douste-Blazy a appelé lundi soir à Luxembourg la Turquie à faire dès maintenant des efforts dans tous les domaines, notamment dans celui des libertés, si elle veut intégrer l’Union européenne.
Il faut que la Turquie fasse des efforts dans tous les domaines : la démocratie, les droits de l’Homme, les libertés fondamentales, les libertés religieuses, l’égalité entre les femmes et les hommes, le droit des minorités, a déclaré à la presse M. Douste-Blazy.
Deux solutions : ou elle les fait et elle rentrera, ou elle ne les fait pas et elle ne rentrera pas, a prévenu le ministre français, en soulignant que l’issue des négociations d’adhésion était parfaitement ouverte.
Il a rappelé qu’en cas d’atteinte aux droits de l’Homme ou à des libertés fondamentales, les négociations pourront être immédiatement arrêtées.
La France a souhaité respecter deux choses : d’une part ses engagements et d’autre part elle a voulu prendre en compte les préoccupations de l’opinion publique française qui ont été donc entendues, a précisé M. Douste-Blazy.
C’est vrai aussi pour Chypre: la France a souhaité que l’Union européenne fasse une déclaration pour répondre à la déclaration unilatérale de la Turquie sur Chypre», a-t-il dit.
En signant le 29 juillet un accord étendant une union douanière à la République de Chypre, Ankara y avait adjoint une déclaration stipulant que son geste n’équivalait pas à une reconnaissance de Chypre.
Le ministre a appelé également Ankara à mettre pleinement en oeuvre, le plus rapidement possible, le protocole d’Union douanière. Vis-à-vis des 25 pays membres de l’Union européenne et donc de Chypre il doit y avoir une reconnaissance de tous les Etats membres par la Turquie et donc une reconnaissance de Chypre, a-t-il dit. La normalisation des relations entre la Turquie et Chypre doit se faire le plus rapidement possible.
(D’après AFP)
http://www.lesoir.be/rubriques/monde/page_5715_372545.shtml
mise à jour le 3/10/2005 à 22h56 - Bruxelles - lundi 03 octobre 2005, 23:00

——
La Turquie a engagé des négociations historiques avec l’UE en vue de son adhésion
LEMONDE.FR | 04.10.05 | 08h20 •  Mis à jour le 04.10.05 | 08h41

La Turquie a obtenu lundi soir son feu vert pour entamer les négociations avec l’Union européenne. L’accord a été scellé à la dernière minute lorsque l’Autriche a renoncé à son veto contre l’ouverture de négociations entre la Croatie et l’UE.
La Croatie a ainsi bénéficié de négociations identiques, après un surprenant revirement du procureur du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie : Carla Del Ponte, qui se disait vendredi encore “déçue” de la collaboration de Zagreb, a assuré lundi à Luxembourg que “depuis maintenant quelques semaines, la Croatie coopérait pleinement” avec le TPI.
“C’est véritablement une journée historique pour l’Europe et pour toute la communauté internationale… Nous sommes tous gagnants” : le chef de la diplomatie britannique, Jack Straw, n’a pas caché sa joie après l’accord difficilement arraché en faveur de la Turquie, longtemps bloqué par l’Autriche.
“Nous avons franchi un tournant historique”, a renchéri son homologue turc Abdullah Gül, arrivé peu après minuit au Luxembourg pour une brève et symbolique cérémonie d’ouverture des pourparlers. M. Gül a fait devant ses homologues des 25 une intervention “très constructive, saluée par des applaudissements”, selon un diplomate.
“Nous avons été capables de tenir le délai du 3 octobre car j’ai commencé à parler avant minuit au Royaume Uni”, a plaisanté Jack Straw, se référant à l’heure anglaise décalée par rapport à celle du continent. Il a souligné que la Turquie avait désormais “une longue route devant elle” d’ici à une entrée effective dans l’UE qui, selon le cadre fixé pour les négociations, n’est pas garantie. “Le processus sera rigoureux et constitue un défi. Mais nous sommes confiants dans votre détermination et nous vous soutiendrons dans vos efforts”, a promis le secrétaire au Foreign Office.
“Le résultat de la négociation n’est pas connu d’avance”, a insisté de son côté le ministre français des affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy.
“Ce qui est important pour nous est que la perspective d’une adhésion pleine est très claire. Il n’y a pas d’alternative telle qu’un partenariat privilégié”, s’est pour sa part réjoui Abdullah Gül. Il a assuré que la Turquie, pays de population musulmane mais au régime strictement laïque, bénéficiant de liens privilégiés avec les républiques turcophones d’Asie centrale et le monde musulman, apporterait sa contribution à l’UE une fois intégrée en son sein.
“Quand la Turquie aura rejoint l’UE, tous ces pays se sentiront représentés au sein de l’UE. L’adhésion de la Turquie va apporter d’importantes contributions à l’UE et a une importance stratégique”, a-t-il affirmé.
INTERVENTION AMÉRICAINE
L’ouverture des négociations avec Ankara était une priorité majeure pour la présidence britannique de l’UE, appuyée en sous-main par les Etats-Unis dont la Turquie est un allié clé au sein de l’Otan.
La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a elle-même pris son téléphone dimanche et lundi pour inciter M. Gül à accepter les termes proposés par les Européens.La diplomate américaine a notamment souligné lors de son entretien avec Erdogan que le cadre des pourparlers fixé par les Vingt-Cinq ne pourrait le contraindre à renoncer à ses réserves sur la candidature de Chypre à l’Otan, dont la Turquie est l’un des piliers.
Condoleezza Rice est intervenue en partie pour prêter main forte à la présidence britannique de l’Union européenne mais aussi pour adresser un signal aux Européens sur l’indépendance de l’Otan vis-à-vis de l’UE, reconnat un haut responsable du département d’Etat.
S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, un de ses collègues résume la situation : “En gros, nous disons aux Turcs : négociez tout ce que vous pouvez obtenir de l’UE mais ne vous inquiétez pas des conséquences de l’accord sur votre posture à l’Otan, parce que nous ne pensons pas qu’il vous lie les mains.” Washington espère que l’intégration européenne d’Ankara inciterait à un rapprochement entre le monde musulman et l’Occident.
LE RALLIEMENT DE L’AUTRICHE
Le grand dessein du premier ministre Tony Blair a cependant failli buter à Luxembourg sur l’Autriche. Il a fallu à la présidence britannique plus de 24 heures d’âpres tractations pour amener Vienne à se rallier à l’accord que tous ses partenaires étaient disposés à accepter. Le secrétaire au Foreign Office avait mis en garde contre les conséquences “catastrophiques” d’une absence d’unanimité.
Un échec des Européens à ouvrir les négociations avec la Turquie aurait plongé l’UE un peu plus profondément dans la crise ouverte par le double non aux référendums français et néerlandais sur la Constitution européenne, et renforcé les tensions avec la Turquie.
L’Autriche insistait initialement pour revoir le premier compromis sur l’ouverture des négociations avec Ankara, trouvé en décembre 2004 par l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, y compris son chancelier Wolfgang Schüssel.Isolée mais sous la pression d’une opinion massivement hostile à une adhésion turque, elle n’a pu obtenir au final qu’une “alternative” soit envisagée, sous la forme d’un “partenariat privilégié”.
Si les diplomates récusent tout marchandage entre les deux dossiers, Vienne a été encouragé à renoncer à son veto par la perspective de voir l’UE ouvrir, dans la foulée de la Turquie, des négociations d’adhésion avec la Croatie.

LONGUES NÉGOCIATIONS EN VUE
Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne devraient durer une dizaine d’années au moins sans garantie d’entrée effective, et doivent permettre à Ankara de conformer sa législation à l’“acquis communautaire”, c’est-à-dire le maquis des règles européennes. Le cadre de négociations adopté lundi par l’UE, sera divisé en 35 chapitres, dont le contenu n’est en réalité pas négociable.
De la liberté de circulation des biens et des personnes à la politique étrangère, en passant par la sécurité alimentaire ou l’éducation et la culture, les Turcs devront appliquer les législations communautaires et le rythme des pourparlers dépendra de leur capacité à mettre en oeuvre ces obligations.Les autorités turques pourront toutefois se voir accorder des dérogations et des mesures transitoires “à condition qu’elles soient limitées dans le temps et dans leur importance”.
Chacun des 35 volets devra être ouvert puis refermé par un vote à l’unanimité des Etats membres, avant un vote final sur l’adhésion éventuelle, également à l’unanimité.Avant le début des discussions proprement dites, la Commission européenne devra faire un passage au crible ( screening) de l’acquis, c’est-à-dire expliquer les législations aux Turcs, évaluer l’état de préparation de la Turquie pour chacun des chapitres et identifier les problèmes possibles.

Avec AFP et Reuters
Europe
Turquie-ue : des fiançailles de raison
Après d’ultimes tergiversations, les Vingt-Cinq se sont mis d’accord, hier, sur le cadre des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union.
Par Jean QUATREMER
mardi 04 octobre 2005

Luxembourg (UE) envoyé spécial
n peu avant 17 heures, hier, les ministres des Affaires étrangères des Vingt-cinq se sont mis d’accord, après vingt-quatre heures de discussions surréalistes, sur le «cadre de négociation» avec Ankara. Ce texte, qui prévoit que «l’adhésion» de la Turquie à l’Union est bien le but des négociations qui vont s’engager, a permis à Abdullah Gül, le ministre des Affaires étrangères turc, de prendre son avion pour Luxembourg, afin d’y ouvrir solennellement ces pourparlers, avec près de sept heures de retard sur l’horaire prévu. Ankara, qui n’a guère apprécié les méthodes européennes, a attendu l’ultime limite pour donner son accord, montrant ainsi qu’elle ne sera pas un partenaire facile : «A ce rythme, les négociations vont durer bien plus que quinze ans», ironisait un diplomate français.
Hier, c’est l’Union qui a failli déclencher une crise, tout en réussissant l’exploit, en tergiversant jusqu’au bout, d’humilier un grand pays qui, depuis plus de quarante ans, attend fébrilement ce moment. Les Européens ont d’autant plus frôlé le ridicule que la date d’ouverture des négociations avait été arrêtée par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union en décembre 2004, puis confirmée en juin dernier, et que le texte final ne s’éloigne du projet initial que sur des points de détail…
Calculs. C’est l’Autriche, dont 80 % des citoyens sont opposés à l’adhésion de la Turquie, qui a cherché à durcir le cadre de négociation, c’est-à-dire la feuille de route conduisant à l’adhésion éventuelle. Le chancelier conservateur Wolfgang Schüssel avait sans doute en tête les élections régionales de Styrie, qu’il espérait gagner dimanche en se montrant inflexible envers la Turquie. Un calcul qui ne s’est pas révélé payant, puisque ses adversaires sociaux-démocrates l’ont emporté haut la main…
Vienne comme le réclament aussi la CDU-CSU en Allemagne ou l’UMP et l’UDF en France exigeait que l’option d’un «partenariat privilégié» soit mentionnée comme une alternative possible à l’adhésion pure et simple de la Turquie à l’UE. Or le texte adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement en décembre 2004 prévoit déjà que, dans le cas où les négociations échoueraient pour une raison ou une autre, un «lien fort» serait maintenu avec Ankara, autre manière de parler de «partenariat». Il est aussi spécifié que si «l’adhésion» est bien le but des pourparlers, il s’agit là d’un «processus ouvert dont l’issue ne peut être garantie à l’avance». Précision qui n’avait été faite pour aucun des élargissements précédents. Bref, il paraissait difficile de manifester davantage le manque d’enthousiasme de l’Union envers la Turquie.
Néanmoins, la ministre des Affaires étrangères autrichienne, Ursula Plassnik, a essayé d’obtenir de ses partenaires, réunis en urgence depuis dimanche 18 heures à Luxembourg, cette modification de dernière minute. «Il est difficile de bouger», expliquait un diplomate européen : «Au moindre durcissement, les Turcs ne viendront pas à Luxembourg et ils auront bien raison.»
Croatie. Les Autrichiens ont finalement jeté l’éponge hier après-midi, en obtenant néanmoins que la mention de la «capacité d’absorption» de l’Union soit remontée en haut du texte pour en faire une condition centrale de l’adhésion d’Ankara. Vienne, en bataillant de la sorte, a quand même obtenu une belle victoire. Son second objectif était en effet d’obtenir que des négociations d’adhésion s’ouvrent avec la Croatie, pays dont elle est proche, géographiquement et économiquement. Celles-ci auraient dû s’ouvrir en mars, mais le manque de coopération de Zagreb dans la recherche d’Ante Gotovina, un ex-général croate accusé de crimes de guerre, lui a valu de rester dans l’antichambre. Tout dépendait du rapport que Carla del Ponte, la procureure du Tribunal pénal international (TPI) de La Haye devait faire devant les Vingt-cinq, qui avaient décidé de s’en remettre à son jugement. Or miracle?  la magistrate a estimé que la Croatie coopérait désormais «pleinement» avec le TPI alors que, samedi, elle se déclarait encore «déçue» par l’attitude des autorités de Zagreb. Le Premier ministre croate, Ivo Sanader, qui avait fait le voyage de Luxembourg, ne cachait pas sa joie et était même prêt à démarrer les négociations dès hier soir… Il devra patienter quelques jours.
Chypre. Le chemin dégagé du côté des Vingt-cinq, il a encore fallu que les autorités turques digèrent un paragraphe du cadre de négociation qui prévoit qu’ils devront soutenir la politique étrangère de l’Union ainsi que la candidature des Etats membres dans les organisations internationales. Cette phrase a été ajoutée à la demande de Chypre, la Turquie refusant que Nicosie, qu’elle ne reconnaît toujours pas, puisse participer à des opérations UE-Otan… Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre turc, avait téléphoné à Condoleeza Rice, la secrétaire d’Etat américaine, qui est intervenue auprès de Jack Straw, le secrétaire au Foreign Office, dont le pays préside l’Union… Finalement, Ankara, rassuré sur le maintien de son droit de veto à l’Otan, a accepté le texte. Et à 20 heures, Abdullah Gül prenait le chemin de l’aéroport d’Ankara puis son vol pour Luxembourg.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=328434

Europe
Une candidature à handicap
Population, revenus faibles, religion : la Turquie impose des défis à l’UE.
Par Nathalie DUBOIS et Jean QUATREMER et Marc SEMO
mardi 04 octobre 2005

vec ses 71 millions d’habitants, la Turquie compte à elle seule une population plus importante que les dix derniers Etats membres entrés dans l’Union en mai 2004. D’ici vingt ans, elle sera devenue le pays le plus peuplé de l’Union, si elle y adhère. Mais le revenu moyen par habitant des Turcs représente à peine 30 % de la moyenne communautaire. Ce double défi démographique et économique explique au moins autant les réticences de certaines capitales européennes que la question de l’islam, religion de 99 % des Turcs.
C’est en 1923 que Mustapha Kemal, père de la Turquie moderne, a instauré une république laïque sur les débris de l’Empire ottoman. La longue marche vers l’Occident a donc commencé depuis longtemps. «Mais son stade suprême, l’entrée dans l’UE, suppose le renoncement au modèle qui l’a permis, c’est-à-dire l’Etat kémaliste jacobin et laïc, discrètement autoritaire», note le chercheur Olivier Roy.
Démocratisation. Ainsi l’AKP (parti de la justice et du développement, issu du mouvement islamiste), au pouvoir depuis novembre 2002, a-t-il mené tambour battant les réformes démocratiques exigées par l’UE. Elles lui permettent de conquérir de nouveaux espaces pour l’islam politique et de réduire le poids politique de l’armée. Les droits de l’homme et ceux des minorités sont désormais mieux respectés. Mais ce processus reste fragile, comme en témoignent les tensions récurrentes sur la question kurde.
La situation stratégique du pays, au carrefour du Moyen-Orient, des Balkans et du Caucase est un atout. Mais il nourrit les craintes de certaines capitales européennes, guère enthousiastes à l’idée que l’Union ait demain des frontières avec l’Irak, l’Iran et la Syrie. A cela s’ajoute le contentieux avec la république de Chypre la partie sud de l’île, à population grecque, membre de l’UE, mais que la Turquie refuse toujours de reconnaître.
Tous ces éléments expliquent qu’il ne s’agit pas là d’un élargissement comme les autres. «Un pays qui pratique la torture n’a pas sa place à la table de l’Europe.» Avec cette formule lapidaire, en décembre 1997, le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, avait facilement résumé le refus des Quinze d’engager des pourparlers d’adhésion. Sept ans plus tard, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts, des deux côtés du Bosphore. La Turquie a bien progressé sur la voie des réformes demandées par Bruxelles. L’Union, passée de 15 à 25 membres, se débat dans l’une des pires crises existentielles de son histoire, après le rejet de la Constitution par les électeurs français et néerlandais, et un vif contentieux budgétaire sur le partage des coûts de l’élargissement.
L’heure est à la «pause». Le chancelier autrichien Wolfgang Schussel affirme qu’«il y a une leçon à tirer des référendums français et néerlandais. Il faut écouter le peuple en démocratie». Or 52 % des citoyens européens, selon le dernier Eurobaromètre paru en juillet, sont hostiles à l’adhésion de la Turquie, avec des records de 70 à 80 % d’avis négatifs en Autriche, en Allemagne ou en France. Ces difficultés amènent l’Union européenne à invoquer sa «capacité d’absorption» du «gros morceau» turc.
A politiques communautaires inchangées (politique agricole commune et aides régionales), la Turquie avec ses 7 millions de paysans, un tiers de la population active coûtera à l’Union, à l’horizon 2025, entre 16 et 28 milliards d’euros par an. Soit 25 % du budget actuel (100 milliards d’euros par an). Mais il ne s’agit que d’une vague estimation, car nul ne sait ce que seront, d’ici à vingt ans, l’économie turque et les politiques communes européennes.
Blocage. D’autre part, avec une population qui dépassera d’ici à quinze ans les 80 millions d’habitants, et dans une Union où le pouvoir d’un pays dépend de sa population, un Etat périphérique, qui plus est largement situé sur un autre continent, se retrouvera au centre de l’échiquier politique européen. Il aura le plus fort contingent de députés européens et, au Conseil des ministres, autant de voix que les quatre grands actuels (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie). Ce qui lui permettra de bloquer plus facilement que ses partenaires une décision du Conseil, même si elle a été adoptée à la majorité qualifiée, puisque 38 % de la population européenne suffit à le faire, en vertu du traité de Nice. Motif supplémentaire pour les Européens de revoir, d’ici là, le mode de fonctionnement de l’Union.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=328436
—-
Europe

Pour Ankara, une question d’honneur
Le gouvernement demandait aux Vingt-Cinq de respecter leur parole.
Par Marc SEMO
mardi 04 octobre 2005

Ankara envoyé spécial
«L’Union européenne a besoin de la Turquie au moins autant que la Turquie a besoin de l’Union européenne», avait lancé hier le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, avant d’accepter le début des négociations. Pour Ankara, l’honneur national était en jeu. Avant de donner finalement leur feu vert, le leader de l’AKP, le parti islamiste modéré au pouvoir, et les poids lourds du parti ont disséqué chaque mot du cadre de négociations proposé. L’ambassadeur britannique s’était rendu jusqu’au lieu de leur conclave à Kizilcahamam, à 80 kilomètres au nord-ouest d’Ankara, pour aplanir les dernières difficultés.
Ankara rejetait non seulement toute évocation d’un quelconque «partenariat privilégié», formulation jugée «discriminatoire», mais aussi refusait toute nouvelle concession à la république de Chypre, que l’on appelle encore en Turquie «le secteur chypriote grec». A l’unisson d’une opinion lasse des rebuffades européennes, le Premier ministre avait clairement précisé l’enjeu dès la veille au soir dans un message aux Vingt-Cinq : «L’Union européenne doit maintenant décider si elle veut devenir un acteur mondial ou si elle se confine dans un club chrétien.» «Nous avons demandé aux Européens s’il y avait encore d’autres choses à faire que nous n’ayons pas faites et ils nous ont répondu que non», a souligné Erdogan, martelant que c’était aux Vingt-Cinq d’«honorer leur parole» et l’engagement pris lors du Conseil européen du 17 décembre 2004.
http://www.liberation.fr/page.php?Article=328437

La boulimie états-unienne, vérité de l'américanisme ∫

Article lié :

Anamorphose (immanente :) !)

  04/10/2005

Tant qu’à essayer de comprendre la psychologie US, pourquoi ne pas concevoir l’américanisme comme une forme de boulimie   ? Boulimie de puissance, boulimie de vertu, boulimie de consommation, boulimie de bouffe…. D’autant qu’il paraît assez évident que la boulimie est, notamment, un comportement de satisfaction substitutif : on se gave de nourriture là où la jouissance d’autres plaisirs fait défaut. Or, dans une société obsédée par le culte de la performance, engoncée dans une répression ultra-puritaine du sexe et incapable de donner un sens à l’existence autre que “plus=mieux”, la jouissance des plaisirs ne peut évidemment que demeurer une forme de wishful thinking…

Croire que l’absorption de nourriture va réellement lui procurer un réel plaisir (alors qu’il ne saurait être dans le meilleur des cas que substitutif), croire qu’en en absorbant, il va se prémunir contre tout danger de pénurie, telle est l’illusion du boulimique, tel est son virtualisme…

————————————————————————-

Dépèche AFP relayée par Yahoo !

“Une vaste majorité d’Américains risque de devenir trop gros ou obèses

WASHINGTON, 3 oct 2005

(AFP) - Une vaste majorité d’adultes américains risque de souffrir d’un excès de poids ou de devenir obèses dans les prochaines decennies, selon une étude effectuée durant 31 ans sur 4.000 habitants d’une petite ville du nord-est des Etats-Unis et publiée lundi.

Cette recherche conduite de 1971 à 2001 sur plus de 4.000 adultes blancs âgés de 31 à 59 ans, du Massachusetts (nord est), a montré que neuf hommes sur dix et sept femmes sur dix, dont le poids était normal quand ils ont commencé l’étude, ont nettement grossi. Plus d’un sur trois, dans les deux sexes, sont devenus obèses, selon cette recherche, financée pour partie par l’Institut national de la santé (NIH) et parue dans un journal médical spécialisé.
“Toutes les enquêtes nationales nous disent déjà que les Etats-Unis ont un sérieux problème d’excès pondéral mais cette étude nous met en garde contre le fait que nous pourrions connaître une proportion encore plus élevée d’Américains trop gros et obèses au cours des prochaines décennies”, a souligné Elizabeth Nabel, directrice de l’Institut national du coeur, des poumons et du sang (NHLBI).

“Ces résultats pourraient aussi sous-estimer les risques de surpoids et d’obésité dans certains groupes éthniques” puisque cette étude ne porte que sur des blancs, a jouté le Dr. Nabel, co-présidente du groupe de travail sur l’obésité du NIH.

D’autres recherches ont montré que les femmes noires et hispaniques avaient une plus grande tendance à l’excès de poids ou à devenir obèses, a-t-elle souligné.

Selon les derniers chiffres du centre national américain des statistiques de la santé, récoltés entre 1999 à 2002, 65% des Américains adultes de plus de 20 ans souffrent de surpoids dont environ 30% sont obèses.

L’étude réalisée dans la ville de Framingham s’est basée sur l’indice de masse corporelle (IMC) pour calculer l’excès de poids ou l’obésité.

Un IMC, à savoir le poids par rapport à la taille, de 18,5 à 24,9, est considéré normal alors que de 25 à 29,9, il indique un excès de poids et de l’obésité au-delà de 30.

Maintenir un poids normal jusqu’à 40-45 ans n’est pas une garantie de rester mince même à court terme, selon les chercheurs de l’étude de Framingham.

Environ une femme sur cinq et un homme sur quatre dont le poids était normal lors d’un examen de routine souffraient d’excès pondéral quatre ans après.

Dans ce groupe de 16 à 23% des femmes et de 12 à 13% des hommes étaient devenus obèses.

“Les résultats de l’étude de Framinghan même s’ils ne sont surprenants sont néanmoins préoccupants”, a déclaré le Dr. Ramachandran Vasan, qui a dirigé cette recherche, dans un entretien avec l’AFP.

“Si cette tendance se poursuit, notre pays va continuer à faire face à de sérieux problèmes de santé liés à l’excès de poids” dont les maladies cardio-vasculaires et le diabète, a ajouté ce professeur de médecine à l’Université de Boston (Massachusetts).

Selon une étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiée le 22 septembre, le nombre de personnes souffrant d’un excès de poids ou d’obésité pourrait augmenter de moitié d’ici 2015 si la tendance actuelle se maintient.

Plus d’un milliard de personnes souffrent actuellement dans le monde d’un excès pondéral et leur nombre pourrait atteindre 1,5 milliard avant 2015, selon l’OMS.”
———————————————————————

Référence : http://fr.news.yahoo.com/03102005/202/une-vaste-majorite-d-americains-risque-de-devenir-trop-gros.html

Captain Straw Imploring Heavens For Unlocking Turkey's Deal

Article lié :

Stassen

  03/10/2005

Le Soir en ligne

L’Union au bord d’une crise

Le chef de la diplomatie turque Abdullah Gül a rejeté tous les changements proposés par l’Union européenne au cadre de négociation devant régir les pourparlers d’adhésion entre la Turquie et l’UE.
Alors que les ministres des Affaires étrangères du bloc européen, réunis à Luxembourg pour tenter de résoudre leurs divergences sur la candidature turque, n’ont pas fait mention d’éventuelles modifications de ce texte,le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Namik Tan a affirmé que le chef de la diplomatie britannique Jack Straw avait fait part à M. Gül de tels changements lors de conversations téléphoniques. Le ministre les a tous rejetés et a dit que la responsabilité reposait sur l’UE, a indiqué M. Tan à la presse.

Tout en refusant de jeter l’éponge, le chef de la diplomatie britannique Jack Straw, dont le pays préside l’UE, a tiré la sonnette d’alarme en milieu de matinée. Nous sommes dans une phase difficile de la négociation. Je ne peux pas dire quel sera le résultat, a-t-il déclaré au sortir d’une longue rencontre bilatérale avec la ministre des Affaires étrangères autrichienne Ursula Plassnik. Pour la première fois, le secrétaire au Foreign Office a affirmé que l’arrivée de la délégation turque à Luxembourg n’était en aucun cas certaine.

L’ouverture officielle des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE est théoriquement prévue lundi en fin d’après-midi. Mais les Européens doivent impérativement s’entendre auparavant sur le document-cadre fixant les principes directeurs des pourparlers. L’Autriche, totalement isolée, bloque un accord à l’unanimité en réclamant qu’une alternative soit envisagée à l’intégration d’Ankara.

Le chef de la diplomatie turque, Abdullah Gül, a averti qu’il ne quitterait pas son pays pour Luxembourg tant que l’imbroglio n’aurait pas été dénoué. Un échec des 25 à s’entendre risquerait d’enfoncer un peu plus l’UE dans la crise ouverte par le double non aux référendums français et néerlandais sur la Constitution européenne et de renforcer les tensions avec la Turquie.

La présidence britannique serait elle-même durement touchée, en voyant mis à bas un projet ardemment défendu par le Premier ministre Tony Blair.

Un mauvais jour pour l’Europe

Ce serait un nouveau mauvais jour pour l’Europe, a mis en garde le chef de la diplomatie des Pays-Bas, Ben Bot. Le Luxembourgeois Jean Asselborn a évoqué le spectre de dégâts très très importants et appelé Vienne à lâcher du lest. Il en va de la crédibilité de l’UE, a-t-il estimé. L’Allemand Joschka Fischer a fait valoir qu’un compromis de dernière minute était plus que jamais une question de volonté politique.

Jack Straw a pour sa part rappelé que la Turquie était un allié clé au sein de l’Otan et que l’Europeavait dépendu d’elle pour sa défense pendant la Guerre froide.

L’Autriche insiste pour revoir à Luxembourg un compromis sur l’ouverture des négociations avec Ankara, difficilement trouvé en décembre 2004 par l’ensemble des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UE, y compris son chancelier Wolfgang Schüssel. Le cadre de pourparlers défendu par les 24 partenaires de Vienne prévoit que « l’objectif commun des négociations est l’adhésion », dans un processus ouvert et sans garantie. Le document précise aussi qu’en cas d’échec des discussions, la Turquie devra être ancrée à l’UE « par les liens les plus forts ».

Selon des diplomates, Vienne insiste cependant pour évoquer une solution alternative à l’adhésion, comme un « partenariat privilégié ». Hypothèse catégoriquement rejetée par le gouvernement turc. Dans une proposition écrite, la délégation autrichienne est allée dimanche jusqu’à suggérer de remplacer le terme d’adhésion par une simple référence à un article des traités européens y ayant trait. La subtilité sémantique, difficilement acceptable par Ankara, a laissé perplexe certains collègues de Mme Plassnik. Pour les opinions publiques, ce serait de la folie, a déclaré Jean Asselborn.

Le gouvernement autrichien doit lui-même composer avec une population massivement hostile à une intégration de la Turquie dans l’UE. Le chancelier Schüssel est d’autant plus sous pression que son parti conservateur (ÖVP) a subi dimanche une cuisante défaite aux élections provinciales en Styrie (sud).

(D’après Bertrand Pinon, AFP)

Solana reste optimiste
Le Haut représentant pour la politique étrangère de l’Union européenne Javier Solana a assuré lundi matin à Luxembourg qu’il conservait son optimisme quant à un accord des 25 permettant l’ouverture dans la journée des négociations d’adhésion avec la Turquie.

Je vous l’ai dit hier soir, je vous le répète aujourd’hui: je suis optimiste. Je suis sûr que nous allons trouver une solution, a-t-il déclaré à la presse à son arrivée à la deuxième journée de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

La commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, a elle aussi affiché une certaine confiance. J’espère qu’il y aura une solution, a-t-elle dit.

Le chef de la diplomatie belge, Karel De Gucht, a pour sa part affirmé que, d’après les dernières informations en sa possession, la situation restait toujours bloquée, en dépit des pourparlers poursuivis dans la nuit et en début de matinée entre la présidence britannique et l’Autriche.

(D’après AFP)

http://www.lesoir.be/rubriques/monde/page_5715_372545.shtml

mise à jour le 3/10/2005 à 12h36 - Bruxelles - lundi 03 octobre 2005, 12:00
——

Crispations en Turquie
ANKARA, ENVOYE SPECIAL. Le gouvernement turc menace de ne pas se rendre au sommet du Luxembourg sur son adhésion à l’UE à moins que l’Autriche n’abandonne son idée de “partenariat privilégié” à la place d’une intégration pleine.

Par Marc Semo
lundi 03 octobre 2005 (Liberation.fr - 12:00)

nkara, envoyé spécial
Le ton est sobre mais le message sonne comme une mise en demeure. “L’Union Européenne doit maintenant décider si elle veut devenir un acteur global sur la scéne internationale ou n’être qu’un club chrétien” a lancé dimanche soir le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, issu du mouvement islamiste. Tout cela alors que les ministres européens des Affaires Etrangéres n’arrivent toujours à se mettre d’accord sur le cadre des négociations d’adhésion avec la Turquie qui devraient s’ouvrir ce 3 octobre.
Les “25” ne sont toujours pas parvenus dans la nuit à trouver un compromis tandis que Vienne insiste toujours pour que le document mentionne explicitement un éventuel “partenariat privilégié” pour Ankara à la place d’une intégration pleine si les négociations d’adhésion n’aboutissent pas. Une formulation rejettée comme “discriminatoire” et “immorale” par le gouvernement turc qui menace de ne pas se rendre à Luxembourg.
Le dépit du premier ministre est d’autant plus fort qu’il avait de la marche vers l’UE la grande priorité de sa politique, accélérant depuis son arrivée au pouvoir en novembre 2002 les réformes en matière économique ou sur les droits de l’homme exigées par Bruxelles. “Nous avons demandé aux Européens s’il y avait encore d’autre choses à faire que nous n’avons pas faites et ils nous ont répondu que non” a insisté Recep Tayyip Erdogan, soulignant que c’est maintenant aux “25” d’honorer leur parole” et l’engagement pris lors du conseil européen du 17 décembre. Le bras de fer continue donc et le suspens avec l’approche de l’échéance a encore monté d’un cran.
La presse turque de lundi matin traduit l’amertume croissante de l’opinion y compris des cercles les plus ouvertement europhiles depuis des années. Le grand quotidien populaire Sabah pourfend dans son gros titre de “une” “Vienne la haineuse”. Un autre journal, Vatan, se lamente sur sa premiére page : “cela n’en finit pas” tout en soulignant dans son éditorial que “la Turquie a mis deux Europe face à face”. “L’une qui regarde vers un avenir de paix en mettant fin aux conflits entre les religions, et une autre Europe qui cherche à préserver son identité religieuse sur fond de xénophobie et de fondamentalisme raciste et nationaliste” insiste le commentateur. Un éditorialiste du journal islamiste modéré Yeni Safak appelle quant à lui à poursuivre les pourparlers avec l’UE à tout prix, “en dépit des Français, supporters des Arméniens, en dépit des chrétiens-démocrates allemands, qui veulent le choc des religions, des Autrichiens encore hantés par le siège de Vienne, et des 600 000 Chypriotes grecs assez gâtés pour pouvoir bloquer à eux seuls les mécanismes de prise de décision de l’Union”.
Mais en même temps, les critiques contre le gouvernement et les limites de son action vis à vis des européens commencent à apparaitre de plus en plus clairement. Aprés le feu vert donné par les Européens le 17 décembre, l’AKP (parti de la justice et du developpement) au pouvoir s’est reposé sur ses lauriers et n’a plus continué à maintenir le rythme des réformes. e qui lui a valu des critiques ouvertes de la commission pour “ses lenteurs”. Il a aussi tardé à désigner son représentant pour mener les négociations. Peu avant l’été il a finalement nommé Ali Babacan, le ministre des finances, poids lourds et brillant technocrate formé à l’américaine mais trés peu au fait des arcanes de Bruxelles.
La Turquie reste donc dans l’attente. Pour arriver à l’heure prévue de la cérémonie d’ouverture, l’avion officiel turc doit partir à 14 heures (GMT). Il reste pour le moment sur le tarmac. Ankara se décidera au dernier moment au vu de la version finale du document européen. Samedi, Hansjorg Kretschmer, le représentant de la commission européenne avait tenu à rappeller à ses interlocuteurs turcs l’importance de l’enjeu : ” c’est une opportunité historique à ne pas rater et il faut accepter le cadre de négociations. Les textes doivent être interprétés avec souplesse et il n’y a aucun des Etats de l’Union disant qu’il ne faut pas ouvrir les négociations d’adhésion avec la Turquie”.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=328258

—-
L’UE tente d’arracher un compromis de dernière minute sur la Turquie
LEMONDE.FR | 03.10.05 | 08h18 •  Mis à jour le 03.10.05 | 08h21

a réunion extraordinaire des Vingt-Cinq, dimanche 2 octobre, n’a pas suffi. Les discussions tardives n’ont pas permis de s’entendre sur le cadre des négociations d’adhésion avec la Turquie, l’Autriche continuant de plaider pour la possibilité d’un “partenariat privilégié” si l’adhésion n’aboutissait pas. Lesministres des affaires étrangères de l’Union, réunis à Luxembourg, devaient reprendre leurs travaux lundi à 9 h 30, afin d’arracher un compromis et de pouvoir ouvrir, comme prévu de longue date à la date du 3 octobre, les pourparlers avec la Turquie.

Fervent partisan de l’intégration d’Ankara, le chef de la diplomatie britannique, Jack Straw, dont le pays préside l’UE a déclaré lundi qu’il n’était “pas certain d’arracher un accord” mais veut tout tenter pour obtenir le feu vert des 25.“C’est une situation frustrante, mais j’espère et je prie pour que nous soyons capables de parvenir à un accord”, a-t-il déclaré durant la nuite, avant de reprendre des consultations bilatérales avec son homologue autrichienne, Ursula Plassnik. “Nous avons fait des progrès sur les textes, mais de toute évidence pas assez”, a constaté le secrétaire au Foreign Office. Il n’a pas exclu que la cérémonie officielle d’ouverture des négociations avec Ankara, prévue en fin d’après-midi lundi, soit retardée de quelques heures.

VIENNE POUR UNE “ALTERNATIVE”

Un échec des Vingt-Cinq à s’entendre dans les temps risquerait d’enfoncer un peu plus l’UE dans la crise ouverte par le double non, français et néerlandais, lors des référendums sur la Constitution européenne. Leur désaccord menacerait aussi de renforcer les tensions avec le gouvernement turc, impatient du verdict. Pour tenir le rendez-vous, les Européens doivent impérativement s’entendre à l’unanimité sur le document-cadre fixant les principes directeurs des futures discussions, ainsi que sur le discours que M. Straw tiendra à cette occasion en leur nom.

Le projet de cadre accepté par les 24 autres Européens pour les pourparlers avec Ankara affirme que “l’objectif commun des négociations est l’adhésion”, dans un processus ouvert et sans garantie. Il ajoute qu’en cas d’échec, la Turquie devra être ancrée dans l’UE “par les liens les plus forts”.

L’Autriche nie vouloir entraver le début des pourparlers. “Nous sommes pour… Cela n’est absolument pas en cause”, a défendu Mme Plassnik. Elle a néanmoins maintenu sa revendication de voir évoquer dans le cadre de négociation une “alternative” à l’intégration. “Nous avons besoin d’un texte un peu amélioré”, a-t-elle ajouté, tout en laissant percer quelques signanux positifs, ce qui a fait dire à Olli Rehn, le commissaire européen chargé de l’élargissement, qu’il restait optimiste quant à l’issue des discussions, lundi.

“NOUS PERDONS NOTRE CRÉDIBILITÉ”

Plusieurs ministres ont fustigé dimanche soir l’attitude de Vienne, qui remet en cause un compromis difficilement trouvé en décembre 2004 par les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Cinq, M. Schüssel compris. “L’Autriche manque de bonne foi”, a dénoncé le Polonais Adam Rotfeld. Le Portugais Diogo Freitas do Amaral a jugé “impossible qu’à chaque fois que [les Européens] doivent prendre une décision, un ou quelques pays se rappellent à la dernière minute qu’il a des objections très importantes”. “Ce n’est pas sérieux. Nous perdons notre crédibilité, entre nous et face aux pays tiers”, a-t-il estimé.

Au sortir dans la nuit d’une énième discussion en tête à tête avec Jack Straw, Mme Plassnik a dénoncé en retour la stratégie de la présidence britannique. “C’est une situation très difficile. L’isolement et la pression, ça ne marchera jamais en politique, cela ne marchera pas au sein de l’Union européenne”, a-t-elle affirmé.

“Nos nerfs sont extrêmement tendus”, a expliqué un responsable turc dans les couloirs à Luxembourg. “Chaque minute qui passe accroït l’amertume à Ankara. Ce ne sera pas facile d’entrer en négociation avec toutes ces blessures.”

La nouvelle réunion sur la Turquie a obligé les Vingt-Cinq à décaller leur réunion de lundi destinée à évaluer les progrès de la Croatie dans sa coopération avec le Tribunal pénal international (TPI) pour l’ex-Yougoslavie, en présence du procureur Carla Del Ponte. L’ouverture des négociations d’adhésion de ce pays avec l’UE avait été reportée sine die en mars,  faute de collaboration satisfaisante avec les magistrats de La Haye. Or l’Autriche, principale avocate des Croates au sein des Vingt-Cinq, aimerait lier leur cause au dossier turc.

Avec AFP et Reuters

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-695111@51-627484,0.html

—-

Austria odd man out as EU-Turkey talks stall
>By Daniel Dombey in Luxembourg and Vincent Boland in Ankara
>Published: October 2 2005 18:52 | Last updated: October 3 2005 13:31
>>
Pressure was mounting on Austria on Monday to give the green light for the start of European Union membership talks with Turkey as EU foreign ministers met for a second day to resolve the dispute.

A ceremony planned to mark the official start of the talks was postponed as ministers remained deadlocked

“We are at a difficult stage in these negotiations and I cannot say what the outcome will be,” said Jack Straw, UK foreign secretary, who chaired the Monday morning meeting. “It’s just a fact of life that there should be difficulties about the text.”

The EU ministers, who are gathering in Luxembourg, are scheduled to approve a draft “negotiating framework” on Monday to guide about a decade of negotiations with Turkey.

But Austria is insisting that the EU tone down its promise of membership and instead give greater emphasis to the limits of its capacity to take in new members – both conditions that may be difficult for Ankara to accept.

The battle is all the more sensitive, because in a deal reached by national leaders last December, the EU promised that it would embark on membership talks with Turkey on October 3 2005.

At a foreign ministers dinner on Sunday night, a series of delegations argued that to fail to proceed now would run counter to the EU’s strategic interests, be a sign of bad faith and would push the EU into a third crisis, after the failure of the European constitution and the stalemate over the EU budget.

“We are acting in good faith,” said Ben Bot, Dutch foreign minister, on Monday. “It’s just a question of one country having to see the light.

”It is a frustrating situation but I hope and pray that we may be able to reach agreement,” said Mr Straw, who chaired the talks as part of Britain’s presidency of the EU. “We made some progress in respect of the draft text but obviously not sufficient progress.”

>
Fraught times ahead as Ankara seeks to join the club
>Click here
>
Austria wants the EU to spell out plans for alternatives to membership in the formal “framework” for the negotiations, while Turkey says it will only begin the talks if they are unambiguously aimed at its accession to the EU.

In the negotiations on Sunday night, Ursula Plassnik, Mr Straw’s Austrian counterpart, called for greater emphasis of the limits of the EU’s capacity to absorb new members, which would become more of a formal condition for Turkey’s entry into the EU. Austria also sought to tone down the principle that “the shared objective of the negotiations is accession”. But Britain, and many other EU delegations, said the proposed amendments were unacceptable.

The impasse came after Turkey’s prime minister warned the EU on Sunday that it faced a choice between becoming a global power or a “Christian club”.

Recep Tayyip Erdogan said Europe would squander the chance to overcome longstanding Christian-Muslim suspicions if it stepped back from its commitment to full membership for Turkey.

”This is a test for the EU,” Mr Erdogan told members of his ruling Justice and Development party in a regular Sunday address. “The EU will either decide to become a global actor or it must accept that it is a Christian club.”

Mr Erdogan’s comments reflect a central theme of his campaign that getting Turkey into the EU would help build a bridge between Christian and Muslim countries.

Negotiations in Luxembourg were complicated further when Austria’s ruling Peoples party lost a regional election in Styria on Sunday.

Meanwhile the Turkish lira weakened slightly against the euro and the dollar amid fears that the talks could be delayed.

Against the euro, the lira weakened to TKL 1.6370 before recovering to trade at TKL 1.6268, around 0.3 per cent weaker than late trade on Friday.

The Turkish lira fell to TKL 1.3670 before recovering slightly to $1,3600, just 0.1 per cent weaker than on Friday.

Additional reporting by Chris Flood and FT Reporters

http://news.ft.com/cms/s/e7750a02-3369-11da-bd49-00000e2511c8.html
——
Deadlock delays EU Turkey talks
EU foreign ministers in Luxembourg have put back the scheduled opening of talks on Turkey’s EU membership bid, as attempts to break a deadlock continue.
Talks were meant to start at 1700 (1500 BST), but were postponed over Austria’s reservations about full Turkish entry.

No new time for talks was announced. The British EU presidency said a deal might not be reached on Monday.

Austria wants an alternative to full membership, but Turkey says it will not compromise on existing agreements.

A meeting to discuss starting entry talks with Croatia has been postponed.

Officials were planning to review Croatia’s progress towards membership on Monday, but Mr Straw said it would have to wait until the problem over Turkey was resolved.

Growing resentment

A British spokesman said as the Turkish delegation was waiting in Ankara for news of a breakthrough, it would be impossible for talks to start on time.

“The talks were scheduled for five o’clock. There’s no plane in existence that can get the [Turkish foreign] minister [from Ankara] here for five o’clock,” he said.

But he added: “There has been real progress made.”

Earlier UK Foreign Secretary Jack Straw said there were doubts that an agreement would be reached.


“I hoped that the outcome would be a conclusion with the arrival of a Turkish delegation to begin the accession conference later this afternoon, but that is by no means certain,” he added.

Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan told Turkey’s ruling AK party he would not compromise on the conditions for starting talks.

“We have protected and are continuing to protect our stance, which is appropriate to Turkey’s national interests and political principles,” he said, to loud applause.

The EU’s member states must unanimously approve a negotiating mandate before talks with Turkey can begin.

At the centre of the crisis is Austria’s insistence that the draft framework for entry talks should be rewritten, including the prospect of “privileged partnership”, not just full membership, for Turkey.

AUSTRIA’S PROBLEM
Public still coming to terms with last EU enlargement
Tabloid newspaper campaign against Turkish membership
Governing People’s Party feeling vulnerable and isolated
Element of xenophobia and Islamophobia
Memory of Ottoman sieges of Vienna

Currently the draft text says only that full membership is the ultimate aim of any talks.
The BBC’s Jonny Dymond in Luxembourg says the Turks will not accept anything short of that and the other 24 member states have made it clear that they do not like the Austrian position.

He says there is some room for manoeuvre, but not much, and a chance that the EU is going to have to find another day to welcome Turkey into membership negotiations.

Turkey - a long-time associate EU member and a member of Nato - was given the green light to start negotiations nine months ago when the EU judged Ankara had met all the criteria.

The BBC’s Istanbul correspondent Sarah Rainsford says the Turks see the deadlock now as a betrayal and there is immense frustration there.

‘Theological divide’

Austrian Chancellor Wolfgang Schuessel has said he wants the EU to acknowledge popular concerns over its expansion.

HAVE YOUR SAY
Why is letting a Muslim nation, such as Turkey into the EU such a big deal?
Megan DePerro, USA

Recent opinion polls suggest more than 70% of Austrians oppose full Turkish membership of the EU.
The predominantly Muslim country, with a population of 70 million, has had to meet strict criteria, including improving its shaky record on human rights, to begin accession talks.

Prime Minister Erdogan warned the EU must embrace its Muslim neighbour “or it will end up a Christian club”.

His view was echoed by Mr Straw, who warned of a “theological-political divide, which could open up even further down the boundary between so-called Christian-heritage states and those of Islamic heritage”.

If started, the Turkish negotiations are expected to take about 10 years.

Story from BBC NEWS:
http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/1/hi/world/europe/4303550.stm

[figaro] Ouvrons grands les bras aux USA

Article lié :

alex bruckmeyer

  03/10/2005

La France prend rang au sein de l’Otan

Arnaud de La Grange
[03 octobre 2005]

ANNIVERSAIRE à contre-pied. Il y a bientôt soixante ans, la France demandait à 26 000 soldats américains stationnés sur son sol – et au commandant suprême de l’Otan – de faire leur paquetage. Aujourd’hui, Paris ouvre grands les bras aux officiers américains dans son nouvel état-major, le QG CRR-FR (pour Corps de réaction rapide-France), officiellement lancé ce week-end à Lille. Une structure aux normes otaniennes qui devrait permettre à la France de commander des opérations multinationales majeures. Autrement dit, de continuer à peser militairement sur la scène internationale.

Sous ce sigle un peu rude, se cache en effet un instrument majeur des années à venir. Il permettra à la France de prendre rang – à haut niveau – au sein du nouvel outil principal des alliés, la Force de réaction de l’Otan (NRF). Face aux nouvelles menaces, «l’Otan ne devra plus regrouper de grandes unités comme du temps de la guerre froide, mais elle disposera de forces extrêmement mobiles et performantes» résume le général James Jones, commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur).

En 2003, l’Elysée a décidé de s’inscrire dans le mouvement. Et aujourd’hui, la création du CRR «marque la place que la France entend prendre dans la gestion des crises avec un commandement projetable, capable de partir dans de courts délais», estime le général Jean-Claude Thomann, commandant la force d’action terrestre (FAT) auquel le CRR est subordonné. Sans cela, la France risquait de se voir cantonnée à faire la vaisselle tandis que les Américains, eux, faisaient la cuisine, selon le mot cruel de Robert Kagan.

Cela fait quelques années que la France entrouvre la porte claquée par le général de Gaulle en 1966. Une décennie, précisément. C’est en 1995 que Paris décide de participer de nouveau à un certain nombre d’instances de l’Otan, le Comité militaire et les réunions des ministres de la Défense notamment. Sans revenir pour autant dans la structure intégrée. Dans les années qui suivent, la question d’une réintégration plus complète se pose. Débat tranché par la négative en 1997, quand Washington refuse d’offrir le commandement Sud de l’Alliance à un Européen.

Le rapprochement, pourtant, continue. Par le bas, par le terrain. «De manière très pragmatique, la France a pris de plus en plus d’importance dans les opérations de l’Otan, dans les Balkans d’abord puis en Afghanistan, rappelle un diplomate, du coup, nous avons passé une série d’accords ad hoc, pour être présents dans les grands commandements.» Des généraux français sont détachés au QG de Mons, mais aussi au stratégique centre de transformation de l’Alliance à Norfolk, aux Etats-Unis.

«La France n’est restée en dehors d’aucune grande opération de l’Otan, commente Guillaume Parmentier, directeur du centre français sur les Etats-Unis à l’Ifri, ce qui n’empêche pas que la question du rapprochement avec l’Alliance reste très sensible. Il s’agit d’ailleurs largement d’un problème d’apparence, de principe, avec une seule question de fond : ne pas tomber dans une dépendance automatique.» Si la position de Paris a changé, c’est justement parce que l’Otan, d’abord, a changé. L’automaticité de l’article V, engageant les Etats membres face à la menace soviétique, a cédé la place avec la NRF à une approche plus souple, «au cas par cas». Le fameux principe d’autonomie de décision cher aux Français est respecté.

Et puis, derrière les gros bataillons de l’Otan, se profilent les colonnes – encore légères – de la Défense européenne. Dans l’esprit des Français, le CRR-France aura une finalité duale : Otan, bien sûr, mais aussi Europe. «En restant à l’écart, nous aurions été en totale contradiction avec notre volonté d’être des acteurs majeurs de la Défense européenne, explique le général Thomann, que ce soit dans le cadre autonome de l’UE ou dans celui du pilier européen de l’Alliance atlantique.» Tous les pays européens participent à la NRF et c’est dans ce cadre qu’ils entraînent leurs forces en commun. Il faut donc en être.

L’affaire n’a pas été simple. En pleine guérilla diplomatique sur l’Irak, les civils du Pentagone – Donald Rumsfeld en tête – ont un peu traîné des pieds. Les généraux américains, eux, voyaient la montée en puissance française d’un bien meilleur oeil. Pragmatique sur le dossier, Paris s’assure ainsi de ne pas être rayé de la carte politico-militaire. Sans pour autant s’engager dans une espèce de légion étrangère de Washington.