Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

vaza-t-on laisser Busch assiner des enfants

Article lié :

delabon

  30/01/2003

Bonjour,
Les boucher d’Amérique pour les beaux yeux des pétroliers de Dick Chenay vice-président des USA et ceux des Israéliens et de Madeleine Albright l’apatride vont une fois de plus égorger des enfants en Irak. Ayant moi-même échappé par miracle au sort que ces “libérateurs” ont réservé aux enfants Français en 1942 en bombardant Boulogne Billancourt, mais aussi à tous ceux qu’ils ont massacrés entre 1942 et 1945 en France, en Belgique en Allemagne en les brûlant au phosphore comme à Dresde faisons quelque chose chacun à notre place pour les empêcher de recommencer avec les enfants Irakiens qu’ils affament et privent de médicament depuis déjà 11 ans.
Nous ne sommes pas impuissants nous pouvons les contrer chacun sans grands cris ni manifestation en boycottant tous les jours leur produits.
Déjà n’utilisons plus AOL mais aussi n’achetons plus de disques Universal ou Time Warner, ni aucun autre produit américain ou Israélien même si ces produits sont faits dans nos pays car dès lors que ces marques sont américaines ou israéliennes les bénéfices vont dans les poches de ces bouchers. Et comme d’autre pays par lâcheté, aveuglement ou vénalité de leurs dirigeants se sont joints à ces barbares ne traitons plus avec les Italiens, les Hongrois, les Anglais, les Portugais, les Espagnols, les Tchèques.
Même si au départ nous ne sommes pas nombreux Internet nous permettra de comme dans le Cid de nous retrouver nombreux en arrivant au port, c’est à dire au jugement à Nuremberg de TOUS LES CRIMINELS de guerre y compris de ceux qui n’ont pas été jugé en 1945 Roosevelt, Truman Eisenower Churchil et autre bombardeurs.
Voyons la réalité en Face, ce ne sont pas les enfants de Busch qui vont mourir mais des enfants anonymes en Irak. Rions des larmes de crocodiles des “humanitaires qui se taisent, agissons tous les jours dans les supermarchés là où nous vivons.

L'analogie hitlérienne, - ou le fin-fond de la pensée et du commentaire postmodernes, et la clé du virtualisme

Article lié : L'analogie hitlérienne, — ou le fin-fond de la pensée et du commentaire postmodernes, et la clé du virtualisme

Jean-Paul de Beauchêne

  25/01/2003

L’utilisation abusive de l’analogie par les publicistes américains est facilitée par deux attributs essentiels de la langue anglaise telle qu’elle est maniée par les anglias et les américains un peu instruits.
D’abord la langue anglaise fonctionne par associations d’images quand la langue française fonctionne par associations d’idées.
Ensuite, alors que la langue française est une langue d’explication, faite pour partager des idées, la langue anglaise est une langue de combat, taillée pour emporter une conviction.
C’est ce qui explique par exemple l’emploi de mots comme “methodology” pour “method”, “ideology” pour “idea” et bien d’autres. La significatio éthymologique est différente, mais leur volume plus ronflant est plus à même d’impressionner l’interlocuteur.
En gros, la langue anglaise est impropre à un raisonnement logique (un de mes professeurs, américain, de l’université de Stanford me disait qu’on ne peut pas faire de mathématiques pures en anglais, qu’il fallait utiliser le français), et permet donc toutes les dérives logiques si l’intérêt de la cause - la Couronne, la Nation ou le Business - l’exige.

Des flèches acérées se croisent au dessus de l'Atlantique

Article lié :

paul.malgoire

  24/01/2003

Entre le 22 et le 23 janvier 2003, des propos incisifs ont été échangés entre les ministres de la Défense américain et français. Monsieur Rumsfeld, de grande monoculture pétrolière, a exprimé son mépris arrogant vis-à-vis de la “Vieille Europe”. Son homologue
française, la ministre Alliot-Marie, a pris la mouche et riposté en clamant que le monde n’était plus à l’ère des cavernes, et que la loi n’était plus forcément celle du plus fort
(petit excès d’optimisme, mais combien sympathique).
L’attitude de Rumsfeld traduit un état d’esprit répandu dans les milieux financiers US.
L’anti-européanisme primaire des Américains néolibéraux
Rumsfeld a révélé dans sa fureur la pensée profonde des dirigeants américains d’aujourd’hui,
pour qui le droit des nations est roupie de sansonnet. On peut lire dans “Synergies Européennes”
(16 octobre 2002), un article sur l’ “europophobie”, par le Pr Paul Gottfried, qui enseigne la
philologie classique et les sciences politiques au Collège d’Elizabethtown (Université de
Pennsylvanie).Il entretient ses lecteurs européens de : ” La vision négative de l’Europe chez les
néo-conservateurs américains”.
” Depuis quelques années…la droite américaine orchestre une campagne de moqueries contre l’Europe et les Européens” Elle considère avec mépris, écrit Gottfried, ” les nabots européens, leur cynisme, leur lâcheté et leur antisémitisme pathologique (!!!!)”
Cette droite, qualifiée par Gottfied, de “néo-conservatrice” diffuse sa propagande dans
des journaux comme “Weekly Standard” de Rupert Murdoch, la “National Review” et le “Wall Street Journal.”
“L’élément qui unifie ce camp néo-conservateur” affirme encore Gottfried, “est une foi en
la nécessité morale d’établir un empire américain; cette foi est assortie d’une méfiance
profonde à l’endroit des Européens, qui pourraient contrecarrer ce projet.”
Selon Gottfried, l’Europe serait dans le collimateur de l’alliance anti-terroriste.
“C’est la France qui essuie le plus de mépris de la part des Europophobes”.
Rumsfeld, le montreur de marionnettes
Le tireur de ficelles actionnant la marionnette Bush apparaît de plus en plus comme
étant Rumsfeld. Son autorité dans la famille Bush remonte loin et a très probablement
joué un rôle prééminent dans la stratégie géopolitique visant au contrôle énergétique
planétaire par les USA. La première guerre du Golfe a permis de découvrir l’existence d’une camarilla secrète téléguidant le président.
Les Commandeurs de l’ombre. ou la Démocratie à l’Américaine
Jean Edward Smith, de l’université de Toronto (1) , dénonçait dès 1992, la présence d’un petit cercle d’hommes d’affaires entourant le président Bush père, dont les conseils et manigances se donnaient et s’accomplissaient en secret, sans aucun contrôle du Parlement. Ces gens de cabinet obscur se méfiaient de l’opinion publique et du système de décision démocratique. Rumsfeld était le modèle de ces éminences grises, mais attendait le moment
opportun pour déclarer ouvertement ses volontés : il fut patient durant 12 ans.
Le 15 août 1990 (2), le président Bush (père) déclarait: “Nos emplois, notre mode de vie, notre propre liberté et la liberté des pays amis de par le monde souffriront si le contrôle des plus grandes réserves pétrolières tombe dans les mains de cet homme: Saddam Hussein.” Le 11 septembre 1990, s’adressant aux sessions conjointes du Congrès, il affirmait: “Nous ne permettrons pas qu’une richesse aussi vitale soit dominée par quelqu’un d’aussi brutal”.
Question : quand Hussein aura disparu, qui contrôlera cette richesse énergétique?
L’Irak ne deviendra-t-il pas une base pour l’expansion militaire américaine vers l’Iran
(rogue state), le royaume saoudien, et surtout la Caspienne ?
De belles guerres en perpectives, car la Chine, l’Inde et les deux Corées pourraient ne pas se laisser faire.
Conspiration à long terme ou politique brouillonne ?
“Les réactions exprimées par le président Bush, Donald Rumsfeld et Dick Cheney sur les situations en Afghanistan et au Proche-Orient et la désintégration accélérée du système monétaire et financier international actuel, traduisent une nation dont le dirigeant n’est pas dans l’univers réel, une nation obsédée par les mensonges délibérés destinés à perpétuer l’illusion selon laquelle une reprise économique est effectivement en cours.”(3)
C’est le point de vue d’un Américain honnête mais croyant aux valeurs humanitaires de son pays..
Mais la lente ascension de la CIA, dont le directeur devient président des Etats-Unis, puis est battu, mais revient indirectement au pouvoir suprême par l’intermédiaire de son malléable fils, ne traduit-elle pas une sourde et opiniâtre volonté de domination mondiale ?
Quels arguments faut-il encore fournir aux Européens sceptiques, qui croient encore à
la philanthropie d’un Oncle douloureusement incarné ?
————————————————————————————————————————————————————
(1)James Ridgeway, “The March to War”, Four Walls Eight Windows. New-York, 1991, p. 84.
(2)Jean Edward Smith. “George Bush’s War” Holt édit., New-York, 1992.
(3) Lyndon LaRouche : “Les empereurs Bush et Néron” (2 avril 2002)
          http://solidariteetprogres.online.fr/Lyn/Neron.

American Grand Strategy

Article lié :

S. Zitzler

  15/01/2003

http://www.foreignpolicy.com/issue_novdec_2002/gaddis.html

For your information and maybe commentary.

Désinformation

Article lié :

Claude Rossignolet

  22/12/2002

La guerre arrive. Vite, lisez cet ABC de la désinformation:

1. Dictionnaire bushiste très abrégé

Charnier : lieu où vos ennemis ont enterré vos amis
(même s’il n’y en a qu’un).
Criminel de guerre : celui qui fait la guerre contre vous ou votre
alliance.
Extrémiste : prêt à tout pour résister à votre camp.
Fasciste : épithète que vous devez vous efforcer d’utiliser le
premier, car votre ennemi essayera lui-même de vous l’appliquer.
Raciste : 1.quiconque établit une différence entre Islam et Chrétienté.
    2. quiconque se risquera à faire une remarque sur la politique de l’Etat d’Israël.

Terroriste : tout auteur d’actes de violence qui n’est pas de votre côté (qui est bien sûr le BON !).

Déviationniste : celui qui, dans votre groupement politique, n’est pas d’accord avec vous.

Totalitaire : adjectif aussi péjoratif que “rogue” (anglais : voyou) redéfini sans cesse, pour toujours arriver à cette constatation : est totalitaire quiconque approuve la politique
de votre ennemi.

Fanatique : un beauf qui ne croit pas aux mêmes valeurs que vous.

Nationaliste : quelqu’un qui aime son pays, lequel n’est pas allié
au vôtre.

2. Quelques exemples de l’effet percutant d’un synonyme judicieusement employé :
- Les civils palestiniens sont tués (ou abattus)
les civils israéliens sont assassinés ou massacrés.
- Une noce afghanne anéantie par un bombardement US,
c’est un dommage collatéral.
- Le bombardement d’une unité US par des avions US est
une effroyable et terrifiante erreur.
- Une riposte anti-aérienne irakienne lors de la tournée du laitier anglo-américaine (bombardement matinal quotidien du sud de l’Irak), c’est une tentative de crime de guerre prémédité. Le bombardement journalier, c’est un acte de guerre préventive (Si vis pacem,
para bellum).

3. L’usage de l’hyperbole : à user avec circonspection, sinon, on risque d’être contredit par un témoin soucieux de précision.
Exemple : Jérôme Bony, envoyé spécial du “Point” en Yougoslavie, écrivait dans un reportage que lorsqu ‘il se trouvait à 50 km de Tuzla, on lui disait d’aller voir là-bas les 4000 femmes qui avaient été violées (par les Serbes).
A 20 km, ce chiffre tombait à 400; à 10 km, à 40. Une fois arrivé sur place il ne trouva que 4 femmes pour témoigner.

4. Gare aux mensonges : dans la “La Libre Belgique” du 14 janvier 1996, une rectification était publiée, concernant le viol de 3 soeurs catholiques par les monstres serbes. Lucia Vetruse, religieuse, et 2 autres nonnes avaient eu ainsi leur vie détruite, et elles allaient devoir assumer une maternité non désirée comme affirmait la lettre de Lucia à sa Supérieure au Vatican.
La relation de ce sacrilège horrible avait été publiée par la
“Notizie dei gesuiti d’Italia”, puis, à la une, dans “La Libre
Belgique” et dans “La Croix”.
Hélas ! La lumière fut faite dans ” La Libre ” de janvier . La lettre était un faux, envoyé par un prêtre catholique bosniaque “dans le but de sensibiliser la communauté internationale”.

5. Travaux pratiques
Les journalistes en herbe qui rêvent de faire carrière dans l’information mondialisée
peuvent s’entraîner en imaginant des reportages pouvant convenir à cette Guerre
de début du 3e Millénaire, qui semble vouloir éclater d’un jour à l’autre.
Allons, debout les plumitifs !
Haut les coeurs ! Il faut diaboliser l’ennemi à fond, que diable !
A vos plumes ou vos claviers.
Soyez des créateurs de psychose : la gloire vous attend !
Apprêtez-vous à décrire les terribles choses que les Chevaliers de l’Occident DOIVENT
découvrir dans le pays du sanglant dictateur.
(Soyez tranquilles : ils en découvriront).

Suggestions de titres :
“L’Horreur au quotidien”. 
“La folie criminelle du dernier dictateur de l’Histoire” (démontrer que grâce à l’héroïsme surhumain des GIs et des Tommies, cette guerre sera cette fois “la der des der”).
“La terrible confession d’un policier de Saddam”.
“Le boucher de Bagdad saucissonnait ses adversaires” (un peu d’humour bravache, dans la peinture de l’insoutenable).
“Le martyre inimaginable des Kurdes irakiens”.
“Satan lui-même est supplanté dans le mal par le sanguinaire tyran”.
“Saddam le Terrible à l’oeuvre, aidé par ses atroces acolytes”.
“Silence, on assassine le peuple”.

Entraînez-vous à introduire dans chaque phrase, chaque proposition, un terme évocateur
d’effroi ou de dégoût. Faites naître dans le subconscient de vos lecteurs une pulsion de meurtre, les amenant à penser :” Ha! Si je tenais une de ces immondes crapules !”.
Bestial, horrible, monstrueux, terrifiant, cauchemardesque… voilà quelques adjectifs qui
donneront du pittoresque sadique à vos divagations..

Et surtout, créer des images pour faire rêver les pipelettes :
pieuvre glaciale et sans pitié; spadassins sortis de fosses fétides aux ordres d’un Ogre
inassouvissable; incarnation damnée du Meurtre (des capitales, beaucoup de capitales!):
l’Adolf monstrueux sorti d’un conte des Mille-et une -Nuits.
D’autres images pour faire trembler les lecteurs : lire les reportages des journalistes
européens qui décrivaient, de loin, les atrocités serbes au Kosovo : ils annoncent le
style des as du virtuel du XXIème.

Bonne inspiration.

wOTAN, dieu de la Guerre Sainte et Eternelle

Article lié :

Pierre Greenhill

  18/12/2002

Voici un texte clair, qui se passe de commentaires, sinon de rappeler que W.B.  compte bien sur l’OTAN pour assassiner les Irakiens, et qu’après eux, on pourrait continuer le divertissement aux dépens d’autres “rogue states”.

«  Mercredi 4 Décembre 2002 Otan / Russie & Bélarus »
« À LA LIMITE DE LA LEGALITE INTERNATIONALE »
« Lorsque Riga entend déployer un radar militaire tridimensionnel TPS-117…»
« Le ministère letton de la Défense n’en fait guère mystère, l’Otan a décidé d’installer d’ici en été 2003 un TPS-117 qui contrôlera l’espace aérien de la Russie occidentale et de la Biélorussie, a appris Novosti (29 nov. 02). »
« Ce radar sera déployé à Audrini, à 50 km de la frontière russo-lettonne, a indiqué le secrétaire d’État à la Défense, Edgars Rinkevics, lors d’une rencontre avec les autorités locales de Rezekne et d’Audrini.  Le radar TPS-117 fera partie du système uni de contrôle aérien des pays baltes Baltnet qui sera branché au système de contrôle aérien de l’Otan. Son installation a été décidée en dépit des protestations de l’opinion locale.
Le ministre de la Défense, Girts Valdis Kristovskis, est allé même jusqu’à avertir que toute protestation contre le   déploiement du radar serait qualifiée d’ ” acte commis au détriment des intérêts nationaux “.»
« Rappelons que ce type de radar contrevient aux anciens traités Start russo-américains, est un dispositif essentiel de l’Axe anglo-saxon face à ce qui reste de l’Union Soviétique. À cet éclairage, on comprend mieux l’accueil fait aux pays baltes par l’Alliance Atlantique (autrement dit Washington), en dépit de la propension de ces dits États à violer l’essentiel des accords régissant les droits de l’Homme et à réhabiliter tout ce qui rappelle la collaboration avec l’Axe précédent, autrement dit l’hitlérien….»

http://www.geostrategie.com/cogit_content/ameriques_breves/LALIMITEDELALEGALITEINTERN.shtml

Schisme∫

Article lié : Les rapports de l'Europe avec les USA et la question catholique — de defensa, rubrique “de defensa”, Volume 17, n°20 du 10 juillet 2002

  11/12/2002

Monsieur, vos analyses sont plus fines que celels de la presse généraliste. Mais allez plus loin! Arrêtez de faire de la littérature! Les mots ont un sens! Ou bien vous faire de la littérature post-moderne -ie vous reprenz des mots que les “intellectuels” disent ” du pass” et vous les utilisez pour “faire beau” et donnez un côté “intelligent” à vos textes. Ou bien vous vous demandez pourquoi vous utilisez ces mots.
E.g.? Schisme?  Réfléchissez à ce à quoi les Protestants ne croient pas (mais ils n’ont fait qu’actualiser au XVIème siècle des hérésies déjà infirmées par l’Eglise). Et vous arrêterz peut-être de n’être qu’un commentateur! Mais il est vrai que c’est votre gagne-pain. Relisez la vie de SAint AMrtin par Sulpice Sévère.
Vous méritez ce texte un peu brutal! Qui aime bien châtie bien.

PS :  Cette réflexion me vient de loin. Déjà quand j’ai lu votre livre “LE monde malade…”

Eucharistie et mondialisation

Article lié : Les fondements du souverainisme — par Damien Arnaud

Ancien haut fonctionnaire de la commission

  11/12/2002

Excellent texte de Damien Arnaud. Moins sur le fond que la compréhension que c’est la direction de toute réflexion. Approfondissez la différence entre monde catholique et monde protestant.  A vous lire

Karl Rove

Article lié : King-Rove

jean

  07/12/2002

Bonjour

la dernière phrase de l’article sur Karl rove me semble ambigue même si cela n’empêche pas de comprendre.

“La politique extérieure US est plus que jamais, plus qu’elle ne l’a jamais été, un complément de la politique intérieure. Elle est appréciée, pesée et décidée en fonction de ses effets sur la politique extérieure. “

Il faut supposer que le dernier “Elle” peut être remplacé par “cette dernière”?

merci pour le travail que vous faites. Je vous lis, et les lecteurs du grand soir, avec beaucoup de plaisir.

Ni Marx, ni Jésus...mais le Veau d'Or.

Article lié :

Guy Lalonde

  26/11/2002

Un livre est paru récemment, qui suscite un enthousiasme presque délirant chez les droitistes à tous crins, ceux qui vilipendaient Pierre Bourdieu et qui vomissent sur les partisans d’une altermondialisation, comme Bové.
Ce livre, qui est une longue suite de professions de foi envers l’humanisme des Etats-Unis d’ Amérique, affirme que ce sont les adeptes de la nouvelle langue de bois politiquement correcte qui lancent des calomnies sur la politique extérieure des USA.
Il nous assure que s’il y a détresse dans certains pays du Tiers-Monde, ce n’est pas
la faute au comportement économique de l’Amérique. C’est au contraire grâce à Elle que certains pays s’en sortent, mais oui.. L’Amérique n’est pas belliqueuse. Mais Elle a été attaquée par l’Afghanistan et Elle s’est courageusement défendue. Elle est gravement menacée par l’Irak : Elle prendra logiquement et moralement les devants. Etc.

L’auteur de ce percutant bouquin est un ancien socialiste qui a viré sa cuti au cours des années 1970, puis a brandi l’étendard d’un anticommunisme que d’ “affreux gauchistes” ont qualifié d’hystérique; il s’érige maintenant en laudateur du nouveau libéralisme,
de la dérégulation, de l’OMC, de l’AMI etc.
Il y a trente-deux ans, ce philosophe a écrit un livre à succès, où il rejetait la doctrine de Marx, ainsi que l’enseignement de Jésus.
Fortement impressionné par les mouvements de révolte dans les campus américains, et par les hippies, il déclarait alors : ” Il y a une base commune à toutes les tendances de la révolte américaine et de ses prolongements européens : c’est le refus d’une société subordonnée au profit, dominée exclusivement par l’économie, régie par l’esprit de compétition et de l’agressivité mutuelle de ses membres.. .” (sic,sic,sic !!!).
En trente ans, le philosophe cartésien est devenu le gourou du système néocapitaliste. Entraîné par la virulence de son antimarxisme, il n’a pas vu que les révolutionnaire de 1968 allaient précisément évoluer vers le culte de l’argent, que les “winners” seraient de plus en plus adulés , et les “losers” rejetés. Il est entré dans le système pseudo-intellectuel qui affirme que la liberté doit être complète, sans limite (notamment la liberté du plus fort de traiter n’importe comment le plus faible)..
Son discours est maintenant un assemblage de dogmes qu’il croit être des raisonnements.
Il assène ses convictions à la manière des capucins missionnaires qui ont sillonné la France au XIXème siècle pour la rechristianiser.
Ce nouveau prophète a du prendre des leçons de prêche chez Moon et chez Billy Graham.
Il ne tient aucun compte des éclaircissements qui ont été récemment donnés sur la politique extérieure des USA depuis la fin de la deuxième Guerre Mondiale : subversion sanglante de l’Indonésie et du Chili, appui militaire et financier à l’Irak de Saddam, durant la décennie 1980, soutien à bin Laden au début des années 1990, financement massif d’un état islamiste, le Pakistan, où sont éclos les talibans, etc., etc.

Notre gourou vit dans une bulle où il lui arrive d’avoir de mauvaises fréquentations.

Mais pour la droite et parfois l’extrême-droite, il aurait réussi sa vie, car il ferait honneur à la France.
Comment ?
Parce qu’il est anticommuniste, faisant partie du “board” de l’Institut d’Histoire Sociale, une fabrique de libelles destinés à laver les cerveaux de Français qui abriteraient encore des concepts marxistes.
Parce que ce prêcheur est devenu un “winner” embrigadé dans des postes lucratifs ou honorifiques…ou les deux.
Mais l’ancien idéaliste est-il heureux ?
Est-ce le fantôme de sa jeunesse qui, transparaissant sous les traits du thuriféraire
inconditionnel de la nouvelle Rome, lui donne cette expression de dromadaire triste,
tellement caractéristique des vieux anxieux.
Car le philosophe qui admirait en 1970 la liberté des jeunes de Berkeley, est devenu en 2002 un vieillard de 78 ans, rabâchant inlassablement le thème de l’obsession antiaméricaine, dont il accuse les Français, et qu’il a commencé à ressasser il y a plus de vingt ans.
Il se rapproche inexorablement du temps du radotage : alors chantera-t-il peut-être des comptines moonistes dans le genre de :
    « Qui est-ce qui aime les nougats ?
    « C’est le ” team de la joie ”
    « Et qui mange des raviolis ?
    « C’est le ” team de la vie “. »
On pourrait ajouter : ” Qui aime l’Oncle Sam ? C’est le team des grandes âmes”.
L’attachement au culte du Veau d’Or est la pire condition morale pour un vieillard se rapprochant de la mort..

JSF in Holland : a Dirty Deal ∫

Article lié : La Hollande choisit le JSF : l'actualité d'un échec et l'avenir d'une erreur

Foreign Press Foundation - Henk Ruyssenaars

  25/11/2002

L.S. !

The decision to buy the JSF was taken by the Dutch military in very undemocratic and secret sessions with Dutch Air Force generals and Lockheed Martin’s representatives (like JSF’s sales boss Burbage) already in 1998. This was confirmed by secret /internal government documentation. After commotion and questions in the NOT informed Dutch House of parliament, the Dutch ‘industry-paper NRC Handelsblad’  happened to publish an article with a quote concerning these military “Einzelgänger”. Without however informing it’s readers about the risks and consequences for the French Rafale etc. and the rest of the European aviation industry with it’s Eurofighter : Quote :
” Onlangs bleek uit interne documenten van Defensie dat de luchtmacht al in 1998 een beargumenteerde keuze voor de JSF heeft gemaakt. Dat gebeurde nog vóórdat de Kamer in 1999 de beslissing had genomen dat de F-16 moest worden vervangen door een nieuw gevechtsvliegtuig. Een woordvoerder van het ministerie erkende vorige week desgevraagd dat de luchtmacht ,,voor de muziek uit’’ liep en dat er sprake was van ,,vooringenomen standpunten’‘’.

De kwestie heeft voor beroering gezorgd in de Tweede Kamer. Regeringspartijen PvdA en D66 vinden dat ze ,,te mager’’ zijn geïnformeerd. Volgens het Tweede-Kamerlid F. Timmermans (PvdA) had de staatssecretaris van Defensie ,,harder moeten ingrijpen’‘. Zowel PvdA als D66 vindt dat het departement van Defensie stukken over de opvolging van de F-16 alsnog naar de Kamer moet sturen.” end quote NRC.

The NRC-article’s ‘link’ on the Web went ‘dead’ a short while ago, but it can still - in Dutch - be found in Google’s cache at URL :

http://216.239.39.100/search?q=cache:dp6vPJdEhMEC:www.nrc.nl/nieuws/binnenland/1011678673015.html+%22Nog+veel+risico%27s+bij+deelname+JSF+%22&hl=nl&lr=lang_nl&ie=UTF-8

And the NRC-article is in the FPF archive of course.

Best regards,

Henk Ruyssenaars
FPF/The Netherlands

La Hollande, Fortuyn et le JSF.

Article lié : “More confortable” avec le JSF

Foreign Press Foundation

  25/11/2002

Through Dutch government and media declarations one is forced to choose in the Netherlands debate concerning the murder of Prof. Fortuyn - with a ‘confessing killer’ whom nobody impartial and independent has been allowed to see or talk to,  and a possible link to the killing of Fortuyn and the 400 Billion Lockheed deal. Based on very much research and 40 years experience as a journalist/correspondent -  living and working in other countries - it’s my view that there is a link betwoon the two.
All, and as usual : “In the interest of the Nation”.

Some of my observations are to be found here :

URL http://southafrica.indymedia.org/news/2002/11/2551.php

With a lengthy story - in Dutch - explaining part of the whole at :

http://www.indymedia.nl/nl/openposting/openposting.shtml

Hoping to at least have informed you a little bit, I meanwhile remain,

Sincerely Yours,

Henk Ruyssenaars
FPF - The Netherlands.

triage de donnees

Article lié : Et voici Orwellgate

matthieu bultelle

  16/11/2002

le croisement/triage de donnees est assez facile en fait.
le principal probleme c’est obtenir les donnees,et c’etait le sens de mes deux precedents messages.
cracker des bases de donnees est tres glamour; ca permet a des journalistes d’ecrire de beaux articles , mais comme je l’ai dit, cela a aussi des consequences (economiques surtout) assez desagreables.
une autre classe de donnees interessantes pour la NSA (mais aussi DGSE, la France a son Frenchelon..) sont du type voix/photos/....
Le probleme c’est de trouver des criteres fiables que l’on peut ensuite recouper (rapidement si possible vue la masse de donnees a analyser).
Un exemple recent: est-ce bien la voix d’Osama?
http://slate.msn.com//?id=2074083

Une fois des donnees fiables (enfin un peu pres)
obtenues, on utilise des algos de triages du type neural networks/genetic algorithms ou a base de proba bayesiennes.
Ca marche tres bien croyez-moi. On peut construire & affiner des modeles automatiquement (la puissance de calcul est disponible).
applications recentes (et civiles):
reconnaissance vocale, identification grace a des caracterisques de l’iris (pour les distributeurs de billets), recherche de bonnes affaires a la bourse (actions sous-cotees), ou aux courses de chevaux (cotes trop elevees vues les performances recentes),...

Attitude des médias occidentales a/s du conflit irakien

Article lié :

michel erichsen

  16/11/2002

Les textes dont les liens sont communiqués ont déjà été mis en pratique.
A vous de juger :
http://www.ulg.ac.be/capri/AttentatsUSA/CAPRI_AnneMorelliPropagandeGuerre.html
http://www.terredescale.net/article.php3?id_article=190

complément : PROMIS

Article lié : Et voici Orwellgate

JFL

  16/11/2002

rappelons une vieille affaire, qui malheureusement mélange comme souvent trop d’éléments ‘conspirationnistes’ et de dilutions internet : l’affaire PROMIS.

Un intéressant bouquin avait été écrit par deux journalistes français il y 5 années et quelques : l’oeil de Washington, de Fabrizio Calvi et Thierry Pfister.

Passons sur l’affaire proprement dite. PROMIS est un logiciel de croisement de base de données : l’idée est par exemple de pouvoir comparer la chronologie de vos acahts, de vos dépenses d’eau, de votre déclaration d’impôt ... si ces données annoncent que vous vivez à trois dans votre appart et que les consos correspondent à la moyenne connue pour 5 personnes, il y aurait alors anguille sous roche et cladestins quelque part.

C’est l’idée ... je ne discute pas de sa faisabilité. Pour trouver d’autres choses faites par exemple une recherche avec les mot PROMIS et LOGICIEL sur le site de http://www.intelligenceonline.fr