Forum

Pour poster un commentaire, vous devez vous identifier

US Vs Iran Irak : impuissance US

Article lié :

Thierry

  08/04/2006

D’où il ressort de cet article que des sanctions contre l’Iran sont un luxe : comment courir le risque d’un pétrole à 100 USD ?

Corollaire : les coûts de la guerre deviennent de notoriété plus que publique ; les USA sont incapables d’ouvrir un front en Iran autre qu’aèrien donc ils sont impuissants à tenir le pays. Peuvent-ils se le permettre en considération du nouvel axe Russie Chine?

L’Iran de 2006 n’est pas dans l’état de faiblesse civil et militaire de l’Irak d’avant la guerre.  Attention aux surprises donc !

“”
Prof Joseph Stiglitz, Nobel Prize Laureate.

INTERVIEW WITH NOBEL LAUREATE JOSEPH STIGLITZ
“The War Is Bad for the Economy”
http://service.spiegel.de/cache/international/spiegel/0,1518,409710,00.html

April 5, 2006

Nobel Prize winning economist Joseph Stiglitz, 63, discusses the true $1 trillion cost of the Iraq conflict, its impact on the oil market and the questions of whether the West can afford to impose sanctions on Iran.

SPIEGEL: Professor Stiglitz, at the beginning of the Iraq war, the United States administration was hoping to almost break even in terms of the costs ...

Stiglitz: ... they truly believed the Iraqi people could use their oil revenues to pay for reconstruction.

SPIEGEL: And now you are estimating the cost of war at levels between $1 trillion and $2 trillion. How do you explain this difference?

Stiglitz: First, the war was much more difficult than President Bush and his government expected. They thought they were going to walk in, everybody would say thank you, and they would set up a democratic government and leave. Now that this war is lasting so much longer, they constantly have to adapt their budget. It rose from $50 billion to $250 billion. Today, the Congressional Budget Office talks about $500 billion or more for this adventure.

SPIEGEL: That’s still by far lower than your own calculations.

Stiglitz: The reported numbers do not even include the full budgetary costs to the government. And the budgetary costs are but a fraction of the costs to the economy as a whole. And compare this to Gulf War number one, where America almost made a profit!

SPIEGEL: Because Germany paid for it?

Stiglitz: Because Germans paid, because everybody paid. We got our allies to pay full price for used equipment, and we got to refurbish our military. This time, most of the other countries were not willing to do so again.

SPIEGEL: Did Bush just miscalculate, or was he misleading the public about the true costs of war?

Stiglitz: I think it was both. He wanted to believe it was not going to be expensive, he wanted to believe it would be easy. But there’s also enormous evidence now that information channels into the White House were distorted. Bush wanted only certain information, and that’s mostly what they supplied him with. Larry Lindsey ...

SPIEGEL: ... the White House’s former top economic adviser ...

Stiglitz: ... gave—back in 2002—a number of up to $200 billion. I think that was the most accurate inside information at the time. He was dismissed. They didn’t want to hear it.

SPIEGEL: In the US, the financial costs of war are seldom discussed. It used to be considered a sacrifice to achieve common goals. Why is it different today?

Stiglitz: This is not like a world war where you’re attacked. We were attacked in Pearl Harbor, we had to respond. This time, we had a choice, we had to decide how and who we are going to attack ...

SPIEGEL: ... and if you can afford it.

Stiglitz: Well, we can afford it, that’s not the issue. The issue is: $1 trillion or $2 trillion is a lot of money. If our objective is to have stability in the Middle East, secure oil, or extend democracy, you can do a lot of democracy buying for this sum. To put it in context: The whole world spends $50 billion a year on foreign aid. So what we’re talking about is multiplying the foreign aid budget 20-fold. Wouldn’t you say this could do more for peace and stability and security?

SPIEGEL: Bush would argue it’s worth spending that much to decrease the probability of a major terrorist attack on the US.

Stiglitz: Nobody takes that seriously. Instead, most people think the Iraq war has increased the probability of an attack. However, it’s difficult to put this aspect into financial terms.

SPIEGEL: How did you calculate the costs of the war?

Stiglitz: The official figures are only the tip of an enormous iceberg. For instance, one of the costs of the war is that soldiers today get very seriously injured but stay alive, and we can keep them alive but at an enormous price.

SPIEGEL: Is this the biggest item in your calculations?

Stiglitz: It’s very important. The Bush administration has been doing everything it can to hide the huge number of returning veterans who are severely wounded—17,000 so far including roughly 20 percent with serious brain and head injuries. Even the estimate of $500 billion ignores the lifetime disability and healthcare costs that taxpayers will have to spend for years to come. And the administration isn’t even generous with veterans, widows and their kids.

SPIEGEL: What does that mean?

Stiglitz: If you’re injured in an automobile accident, and you sue the driver, you get much more for your injury than if you’re fighting for your country. There’s a double standard here. If you happen to put your life at risk fighting for your country, you get a little. If you walk across the street and get injured, you get a lot more. Similarly, payments for a dead soldier amount to only $500,000, which is far less than standard estimates of the lifetime economic cost of a death. This statistical value of a life in the US amounts to circa $6.5 million.

SPIEGEL: How much will a severely brain-damaged soldier cost the US government?

Stiglitz: My moderate estimate is about $4 million. For this group alone there will be a total cost of $35 billion that nobody is talking about. But look at the broader picture: The Veterans Administration originally projected that roughly 23,000 veterans returning from Iraq would seek medical care last year. But in June 2005, it revised this number to an estimated 103,000. No wonder the Veterans Administration had to appeal Congress for emergency funding of $1.5 billion last year.

SPIEGEL: If this is a $1 trillion war, why couldn’t the US provide its soldiers with safer body armor and better protected vehicles?

STIGLITZ: Obviously, the US can afford to pay for body armor. Rumsfeld, our Secretary of Defense, said you have to fight with the armor you have, but that’s unconscionable. The military is focusing only on the short run costs. If they don’t provide appropriate body armor, they save some money today, but the healthcare cost is going to be the future for some other president down the line. I view that as both fiscally and morally irresponsible.

SPIEGEL: This war could have been both safer for the troops and cheaper for the country?

Stiglitz: Exactly.

SPIEGEL: Is war no longer affordable even for countries as rich as the United States?

Stiglitz: You have to remember we are an economy of $13 trillion a year. The issue is not whether you can afford it but whether this is the way you want to spend your money. In using the limited resources that we have for fighting this war, we have less resources to do other things. You saw on your TV what happened in New Orleans after Hurricane Katrina. The Reserves or National Guard are usually the people we use for those national emergencies. They weren’t here, they were over in Iraq, and so we were less protected.

SPIEGEL: Before the invasion of Iraq, the US administration said the best way to keep oil prices in check is a short and successful war. A barrel was at $25 at that time, and now it’s over $60. What of this increase is due to Iraq?

Stiglitz: In our analysis about the cost of war, we only assumed a modest $5 to $10 caused by the war. We wanted to keep our study conservative, so no one would dispute our numbers, and no one did. But I believe that’s a vast underestimation of the true cost.

SPIEGEL: But why? China and India are increasing their demand, real global growth has been going on. This is driving the prices.

Stiglitz: When demand rises so does supply—that’s how markets usually work. Now we’re seeing that demand for oil is rising but we’re not getting a commensurate increase in supply. And there’s a simple answer, it’s Iraq. But it’s not just because it production has been down.

SPIEGEL: Why else?

Stiglitz: The Middle East is the lowest cost producer in the world. They can produce oil for $10, $15 or $20 a barrel. Now we have the technology to produce oil elsewhere for $35 to $45. But who wants to develop fields or invest in new technologies elsewhere if they know that in five years’ time, the Middle East may be supplying oil at previous prices?

SPIEGEL: In other words, were peace and stability re-established in the Middle East, the oil price would be back to maybe $25, despite the huge global hunger for energy?

Stiglitz: Yes. By the way that’s the price level oil traders were speculating on in futures trading before the outbreak of war.

SPIEGEL: There should be huge economic pressure on Bush to end this conflict.

Stiglitz: The only people benefiting in this war are Bush’s friends in the oil industry. He has done the American economy and the global economy an enormous disfavor, but his Texan friends couldn’t be happier. The price of oil is up, and they make money when the price of oil goes up. Their profits are at record levels.

SPIEGEL: You don’t like this president very much.

Stiglitz: Oh, it’s nothing personal. It’s all about his politics.

SPIEGEL: There is an old saying: War is good for the economy.

Stiglitz: Listen, World War II was really unusual, because America was in the Great Depression before. So the war did help the US economy to get securely out of this decline. This time, the war is bad for the economy in both the short and long run. We could have spent trillions in research or education instead. This would have led to future productivity increases.

SPIEGEL: So is the economical mess of the Iraq war even bigger than the political?

Stiglitz: Well, we are so rich, we are able to withstand even this level. Crowding out other investments, weakening the economy in the future, that’s not a crisis yet. But it’s an erosion. It becomes an issue for our legislators. And don’t forget the serious issues of nuclear proliferation in Iran and North Korea. We used up our ability to deal with something serious by dealing with something that was less serious.

SPIEGEL: What’s your economic view on Iran?

Stiglitz: We are helping the people that Bush says are evil. Teheran couldn’t be happier about the high oil prices resulting from the Iraq war.

SPIEGEL: If the UN Security Council votes for sanctions over Iran and its oil exports, what would that mean for the world economy?

Stiglitz: It would mean an enormous disruption, as oil prices might rise over $100. You can increase the price from $25 to $40, and people can absorb it. If the price rises above $60, they become unhappy. They start to adjust, they move to smaller cars, drive a little bit less. At $100 or $120, there are major changes in lifestyle. The sales of cars will plummet. Poor people will be facing real problems of heat versus food.

SPIEGEL: The world can’t afford sanctions at this time?

Stiglitz: We talk about not allowing their officials to get visas to visit our countries.

SPIEGEL: That’s not a harsh measure.

Stiglitz: It’s no sanction. So the answer is, yes, we have no effective sanctions.

SPIEGEL: Professor Stiglitz, thank you for this interview.

Interview conducted by Frank Hornig and Georg Mascolo. “”

GW BUSH : To impeach or not to impeach ∫

Article lié :

LeBayorre

  07/04/2006

Ça devait éclater, et ça a fini par éclater : le chef de cabinet de Dick CHENEY, “Scooter” LIBBY, vient d’ avouer que oui, décidément, il avait bien agi sur ordre de GW BUSH en révélant que Valerie PLAME était un agent de la CIA (c’ est un crime féderal).

L’ histoire est assez complexe, je renvoie les lecteurs sur l’ article suivant :

http://www.iht.com/articles/2006/04/06/news/leak.php

À partir de là, l’ establishment américaniste, et notamment le parti soi-disant “Démocrate”, a deux solutions : ne rien faire à part quelques interventions hypocritement outrées ; ou entamer la procédure d’ impeachment (destitution).

La première solution, celle du chien crevé au fil de l’ eau, révèlera une puanteur tellement fétide relativement à l’ état de décomposition avancée du système politique américaniste qu ‘elle en deviendra rapidement insoutenable.

La deuxième, légaliste, devrait logiquement impliquer *aussi* Dick CHENEY. Là on rentre dans le cadre de la “conspiracy” (complot) au sommet de l’ État. Rajouter quelques comparses comme, par pure hypothèse, Karl ROVE, “spinmeister” (stratège en communication) attitré de GW BUSH.

Cette deuxième solution a tous les avantages de l’ amputation d’ un membre gangréné : l’ executif estadunien. Douloureux, certes, mais nécessaire à la survie du patient, à savoir le peuple des USA.

(Peuple qui garde toute ma sympathie en tant que peuple, la différence entre anti-américanisme et xénophobie étant expliquée d’ abondance sur ce site)

Cette solution légaliste a un autre avantage : elle évite d’ avoir un Dick CHENEY succéder automatiquement à GW BUSH. Inconvénient : la situation serait absolument inédite et inouïe dans l’ histoire des USA. Tout avis d’ un constitutionnaliste US bienvenu.

Je suis malheureusement obligé de conclure (à titre personnel)  par la douche froide : c’ est la politique du chien crevé au fil de l’ eau qui sera choisie par l’ establishment démocrate. La crise sera donc paroxystique mais non salutaire.

L’ Histoire se repète donc, la première fois comme une tragédie, la deuxième comme une bouffonerie. Il y a bien quelque chose de pourri dans l’ empire estadunien comme aurait dit William SHAKESPEARE ; mais vue la médiocrité du “casting” (distribution), nous aurons Dubbiah au lieu du Roi Lear.

le protectionisme americain en particulier, occidental en general

Article lié : La forteresse isolationniste par la voie royale de la sécurité

Salim d'Alger

  06/04/2006

je voulait juste poser une question de savoire s’il s’agirait à la lecture des evenements d’un protectionisme economico/securitaire (affaire des ports americains/affaire mitaal steel)?
ou est-ce en fait a lire d’une optique ethnico/religieuse de l’occident judeo-chretien face a un reste du monde jugé barabre?

REPRÉSAILLES PUIS... DÉCRISPATION

Article lié :

geo

  06/04/2006

Les Etats-Unis et Dubaï veulent éviter à tout prix un nouvel affrontement à propos du rachat du marchand d’armes britannique Doncasters
LE MONDE | 05.04.06

“Washington et Dubaï se sont entendus pour éviter une répétition de l’affaire des ports, un épisode désastreux pour l’image des Etats-Unis auprès des investisseurs arabes” : fin connaisseur du Moyen-Orient, ce banquier est persuadé que l’exécutif et le législatif américains donneront, d’ici à la fin avril, le feu vert à l’offre de rachat par Dubai International Capital de la société britannique Doncasters.

Cet équipementier, qui fabrique des pièces de précision à usage militaire, travaille pour des entreprises américaines, elles-mêmes fournisseurs du Pentagone. Jusqu’à présent, cette transaction n’a pas suscité d’hostilité outre-Atlantique.

Rien à voir avec la levée de boucliers - au nom de la protection contre le terrorisme - d’élus de tous bords à l’annonce de l’acquisition de l’opérateur portuaire britannique P & O par le groupe de Dubai DP World, et de sa tentative de mainmise sur la concession de six ports américains, une opération à laquelle DP World a finalement dû renoncer (Le Monde du 17 mars).

La Maison Blanche, qui n’a eu cesse de soutenir DP World, est consciente des retombées économiques potentiellement catastrophiques d’un nouvel affrontement avec les Emirats arabes unis (EAU) à propos de la tentative de contrôle de Doncasters Group.

REPRÉSAILLES PUIS… DÉCRISPATION

Cette affaire des ports aux relents de racisme antiarabe avait confirmé les pires craintes des détenteurs de fonds du Moyen-Orient. “Les Etats-Unis donnent l’impression de ne pas vouloir de notre argent. La polémique sur les ports a accéléré la tendance observée depuis les attentats de septembre 2001 à investir ailleurs, dans les économies émergentes, en particulier d’Inde et de Chine, et dans les privatisations locales ou au Maghreb”, insiste un trader libanais installé au Dubai Financial Centre, plaque tournante du recyclage des pétrodollars arabes.

Dans la foulée de la campagne de parlementaires américains contre DP World, la banque centrale de l’émirat avait liquidé 10 % de ses réserves colossales en dollars au profit de l’euro. De surcroît, la menace de la compagnie Emirates Airlines de revenir sur le contrat d’achat d’avions Boeing pour 9,7 milliards de dollars (7,9 milliards d’euros) annoncé en novembre 2005 a semé la panique dans les milieux aéronautiques américains.

Autre mesure de rétorsion redoutée par Wall Street, une campagne de boycott des banques d’affaires new-yorkaises dans cette métropole née au milieu du désert qui met les bouchées doubles pour devenir le centre des affaires du golfe Persique. Enfin, les EAU auraient envisagé de réduire la coopération militaire étroite avec les Etats-Unis, qui utilisent les deux ports de Dubaï comme base arrière des opérations maritimes en Irak.

Le nouvel émir de Dubaï, Cheikh Mohamed, jusque-là ferme soutien de Washington, veut éviter de jeter de l’huile sur le feu. Sa décision de rétrocéder la gestion des ports américains à des intérêts locaux participe d’une stratégie de décrispation. La cession récente à Exxon Mobil de 28 % d’un énorme gisement pétrolier par la compagnie abou-dhabienne des hydrocarbures, ADNOC, atteste aussi de la bonne volonté des émirats.

“Les Etats-Unis conservent une position stratégique dans l’économie mondiale, alors que l’Europe et le Japon reculent. L’absence d’alternative au dollar comme monnaie de réserve, les taux d’intérêt élevés et les bonnes perspectives de croissance américaine ont eu raison de ces possibles représailles”, juge un économiste d’une compagnie de capital-risque islamique. Bref, en pénalisant les Etats-Unis, les Emirats arabes unis risquaient aussi de se tirer une balle dans le pied…

Marc Roche
Article paru dans l’édition du 06.04.06

..et si Fukuyama se trompait ... encore !!

Article lié : La forteresse isolationniste par la voie royale de la sécurité

MHB

  06/04/2006

Citer Fukuyama qui vient de glorieusement changer de soutane tient de la gageure et penser avec lui que les derniers evenements a Hollywood-sur-Potomac subodorent un “isolationisme economique” tient de l aveuglement.

Il n est plus possible d interdire la permanence economique - dans le temps cela s appellait la colonisation - - a coups de batons et un seul pays est en mesure de s en approprier l exclusivite (suivez mon regard vers le terrain d essais du Nevada).

Et la voie royale de la securite sera satisfaite en donnant des bons points - et le badge adequat - aux ceusses qui en accepteront les conditions.

Remettons donc Fukuyama au garage ou sur les etageres a poussiere et relisons le breviaire des neos-cons.

Nous en sommes au deuxieme chapitre et on peut aussi se demander si le premier chapitre de leur plan initial est bien clos ....

L'Iran Oil Bourse est la : iNFO OU INTOX∫

Article lié :

J.C

  05/04/2006

Ariel Sharon n'en finit pas de mourrir

Article lié :

David Doumèche

  05/04/2006

Et nos médias bien aimés ne l’oublient pas

Espérons qu’il nous ressucite pour les pâques.

Sur cette petite note d’humour noir, un bon après midi.

Sondage : l'idéologie sur le marché libre.

Article lié :

Loïc

  05/04/2006

Merci Mr Grasset pour cet excellent article. Une fois de plus on voit que les médias n’ont plus qu’une passion : le montage virtualiste, la manipulation de la vérité, la propagande ; et derrière tout cela : le goût du pouvoir.
Heureusement, le Web existe. Trouvé sur Agoravox : le détail de ce sondage, commentaires :

http://213.251.140.17/article.php3?id_article=8633&id_forum=40647&var_mode=recalcul#commentaire40647
Un sondage récent réalisé par l’institut GlobalScan pour l’Université du Maryland, dans 20 pays différents, sur le thème de l’économie de marché, a fait l’objet de nombreux commentaires, notamment depuis qu’il a été repris par Le Figaro dans son édition du 25 mars. Par exemple, Denis Jeambar l’a évoqué dans un éditorial de L’Express, ou encore Alain Lambert, ex-ministre, avait publié un article sur ce même sujet sur AgoraVox. La quasi-totalité des commentaires va dans le même sens: les Français sont d’incorrigibles réfractaires à l’économie de marché, seuls au monde à ne pas en percevoir les bienfaits, comme en témoigne encore la citation suivante tirée d’un article du Monde paru le 4 avril sur le CPE: «Selon un sondage de l’institut GlobalScan [...] une pensée unique antilibérale domine et étrangle le débat public français, en le coupant d’idées réformistes qui pourtant existent et fonctionnent ailleurs en Europe».

La première chose qui m’a étonné dans l’ensemble de ces commentaires c’est que personne ne s’interrogeait sur les différences d’appréciation culturelles d’une notion aussi complexe et floue que «l’économie de marché». Dans quelle mesure un Kenyan, un Chinois ou un Français parlent-ils de la même chose lorsqu’ils évoquent un concept de ce type? A l’évidence, ils ne doivent pas tout à fait penser à la même chose, ne serait-ce qu’en raison de contextes historiques récents très différents. Quiconque s’est intéressé un peu aux sciences sociales, et a fortiori, aux problématiques des sondages, comprend cela immédiatement, et devrait donc considérer ces comparaisons internationales avec précaution. Mais ce simple constat ne me suffisait pas, et j’ai donc décidé d’aller un peu plus loin dans l’examen dudit sondage. Et là, j’ai eu quelques surprises.

Mon premier étonnement a été la date de parution de ce sondage: le 11 janvier 2006. Ainsi,, plus de deux mois se sont écoulés entre sa divulgation et sa reprise par les médias français. Pourquoi? Est-ce en raison contexte du débat sur le CPE que les médias s’en sont emparés de manière opportuniste? Est-ce simplement parce qu’ils ne l’avaient pas vu avant? Question sans réponse.

La question posée

Au-delà du problème déjà évoqué de la définition même de l’économie de marché, la question effectivement posée - en tout cas la seule qui ait été reprise en France, à ma connaissance - est légèrement différente de ce que nous disent les commentateurs habituels: l’intitulé exact en anglais est le suivant: «The free enterprise system and free market economy is the best system on which to base the future of the world». Une traduction possible est celle-ci: «La libre-entreprise et l’économie de marché constituent le meilleur système sur lequel baser l’avenir du monde». Les sondés pouvaient alors marquer leur approbation totale, partielle, ou leur désapprobation partielle ou totale, de cette affirmation. A cette question, les Français répondent plutôt par la négative, à 50%, ce qui constitue le score le plus élevé de désapprobation dans les 20 pays sondés, source de tous les commentaires sur notre aversion singulière pour l’économie de marché. Or, on remarquera que la question n’était pas: «Etes-vous pour ou contre l’économie de marché?» mais portait sur la supériorité éventuelle du système. La nuance peut paraître mince, mais elle est importante, car dans le même sondage, une autre question est posée: «The free enterprise system and free market economy work best in society’s interests when accompanied by strong government regulations», qu’on pourrait traduire par: «La libre-entreprise et l’économie de marché fonctionnent mieux lorsqu’elles sont accompagnés par un fort encadrement gouvernemental». Et là, oh surprise, plus de 2/3 des sondés sont d’accord avec cette proposition, les Français n’étant pas les plus en pointe sur ce sujet (on notera de façon amusante que les Chinois, qui sont les plus enthousiastes sur l’économie de marché, sont aussi parmi ceux qui souhaitent le plus de régulation… ). Nous ne serions pas si seuls?

Les autres questions

Dans ce même sondage d’autres questions sont posées sur la nécessité d’un encadrement réglementaire(government regulation) plus fort du fonctionnement des grandes entreprises sur des thèmes comme l’environnement, le droit des consommateurs et le droit des salariés. A chaque fois, une majorité très nette se dégage en faveur de plus de régulation. En outre, il apparaît que l’image des grandes sociétés n’est pas très bonne, avec notamment des taux de défiance forts en Italie, en Allemagne ou en Espagne. Et les Américains sont quasiment aussi nombreux que les Français, respectivement 85% et 86%, à estimer que ces sociétés ont trop d’influence sur les gouvernements. Et en plus, nous pensons comme les Américains?

Finalement on voit bien que le tableau peint par ce sondage est très contrasté, et que les Français ne sont pas isolés dans leurs appréciations. On pourrait d’ailleurs renverser le jugement initial et les décrire comme étant à la pointe d’une prise de conscience globale des problèmes soulevés par une économie mondialisée. Ainsi Steven Kull, le directeur de PIPA, un centre d’études qui dépend de l’Université du Maryland, partie-prenante de l’étude, fait ce commentaire: «Dans un sens, nous sommes à la “fin de l’histoire”, et il y a un extraordinaire consensus sur le meilleur système économique. Mais ce n’est pas la victoire d’un seul aspect de la dialectique. Alors qu’il y a un support impressionnant pour l’économie de marché, il y a aussi un rejet quasi unanime d’un capitalisme débridé, avec des gens partout dans le monde qui souhaitent ardemment plus de régulation gouvernementale pour les grandes entreprises et plus de protection pour les travailleurs et les consommateurs». Quant à Doug Miller, le président de GlobalScan, il ne dit pas autre chose en indiquant: “Les entreprises vont devoir démontrer de plus en plus qu’elles agissent au mieux des intérêts de la société, et non pas de leurs seuls intérêts. Le contrat social autour de l’économie de marché doit être reconstruit “. Des propos et des analyses qui sont donc bien loin des commentaires faits dans la presse française… et qui sont valables aux quatre coins du globe.

En conclusion, on reste frappé par l’analyse partisane et partielle qui a été faite de ce sondage. On ne sait si la pensée unique - les Français sont à l’écart du monde - a encore frappé, si une approche purement idéologique est à l’oeuvre, ou tout simplement si un manque de travail est à l’origine de ce traitement univoque et parcellaire. A vrai dire, je ne sais quelle réponse est préférable.

Article introuvable (réponse)

Article lié : Washington s'aperçoit qu'il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide

dedefensa.org.

  05/04/2006

Veuillez nous excuser pour cette erreur dans l\‘indication du lien.

Le lien a été rétabli. L’article est celui du

Washington Post

du 3 avril, “Russia Sense the Heat of Cold War”, de Peter Finn.

Article introuvable

Article lié : Washington s'aperçoit qu'il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide

Françoise

  05/04/2006

Tout d\‘abord un grand bravo et un grand merci à dedefensa pour l\‘intérêt de ses articles.

Comme je n\‘ai pas trouvé l\‘adresse de messagerie pour vous écrire, je me permets de vous signaler ici que j\‘ai un message d\‘erreur avec le lien pour le Washington Post (lien dans l\‘article \“Washington s\‘aperçoit qu\‘il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide\”) :

We are unable to locate the page you requested.
The page may have moved or may no longer be available

Article introuvable

Article lié :

Françoise

  04/04/2006

Tout d’abord un grand bravo et un grand merci à dedefensa pour l’intérêt de ses articles.

Comme je n’ai pas trouvé l’adresse de messagerie pour vous écrire, je me permets de vous signaler ici que j’ai un message d’erreur avec le lien pour le Washington Post (lien dans l’article “Washington s’aperçoit qu’il se passe quelque chose du côté de la Guerre froide”) :

We are unable to locate the page you requested.
The page may have moved or may no longer be available

BARROSO : Vive l' Europe maquiladora ! Anda ! Arriba Estados Unidos !

Article lié :

LeBayorre

  04/04/2006

Pour les lecteurs non hispanophones et/ou non falmiliers de l’ Amérique du Sud, les maquiladoras sont des usines mexicaines sous-traitantes d’ entreprises estaduniennes, implantées en chapelet le long de la frontière Mexicano-Estadunienne.

Main d’ oeuvre sous-payée, pas déclarée dans une large proportion, droits sociaux ignorés, etc… Encore pire qu’ aux USA, si, si ça existe.

Avantage : ça réduit le problème des travailleurs mexicians illégaux qui passent le Rio Grande, tout en assurant une logistique sans faille pour les entreprises estaduniennes donneuses d’ ordre.

C’ est ni plus ni moins que nous propose Eduardo DUARTE BARROSSO, ci-devant président de la ci-devant Commission ci-devant Européenne.

cf. :  http://today.reuters.fr/news/newsArticle.aspx?type=businessNews&storyID=2006-04-04T121033Z_01_CHE443687_RTRIDST_0_OFRBS-UNION-ENERGIE-20060404.XML&archived=False

En d’ autres termes, l’ Europe comme maquiladora généralisée des États-Unis.

Décidément, avec GLUCKSMANN, P-H LÉVY, KOUCHNER, et alii,  nous n’en avons pas fini d’ expier la repentance des “ex”-Maoïstes, dont BARROSO a fait partie “in sui tempore”.

Est-ce bien à nous d’ expier leur conversion, que je veux bien croire douloureuse, à défaut d’ être sincère, ce dont je doute,  à la globalisation et à l’ économie libérale ?

Mais la ou la fureur m’ étrangle , c’ est quand je lis dans l’ International Herald Tribune un éditorial de l’ excellent Felix G. ROHATYN, ex-amabassadeur Estatdunien à Paris, nommé par CLINTON. Lui, au moins, le concept de patriotisme économique ne l’ étouffe point. Je cite :

«  That is why any potential takeover of a U.S. company by foreign government-owned entities triggers anxiety and requires careful attention. It is more than economic clout that is acquired; it is social change, political influence and decision-making authority. » Voir le lien ci-dessous :

http://www.iht.com/bin/print_ipub.php?file=/articles/2006/04/02/opinion/edrohatyn.php

En bref, Son Excellence Eduardo DUARTE BARROSSO ne nous propose que le choix d’ ABÉLARD : la castration ou l’ enfer du protectionnisme.

Ni l’ un ni l’ autre lui répondrais-je, et, par égard pour ce site Web, je contiendrai mon langage, ayant effectué mon service militaire dans l’ artillerie montée (16° régiment d’ Artillerie à Trèves) ou l’ expression des sentiments ne s’ encombrait pas de langue de bois.

Le temps de la diplomatie, trop lent face au sprint nucléaire de l'Iran

Article lié :

Fred

  04/04/2006

Bien. Si l’Iran obtient la bombe, c’est évidemment pour la faire pêter. Et si elle pête, ça sera de la faute aux occidentaux qui sont irresponsables. Donc… Conclusion… Il faut prendre ses responsabilités et sanctionner de suite.

Je passe sur les nombres de centrifugeuses sortis de sous le tapis, et les répressions des étudiants… là aussi sorties d’on ne sait où. C’est sans doute le cas, mais je ne vois pas le lien là de suite. Le débat est lancé... enfin… oui, le débat à sens unique.

http://www.lefigaro.fr/debats/20060401.FIG000000744_le_temps_de_la_diplomatie_trop_lent_face_au_sprint_nucleaire_de_l_iran.html

(...)

La résultante potentielle de ces deux dynamiques est dangereuse, beaucoup plus en fait qu’un plan de sanctions graduées qui eût été susceptible de faire réfléchir le Guide suprême sur la stratégie de confrontation délibérée de Mahmoud Ahmadinejad. En continuant de sous-estimer nos forces et de surestimer celles de Téhéran, on commet plusieurs erreurs. Car, d’un côté, le marché, qui a le mérite de fournir des messages clairs, a déjà répondu : le commerce avec Téhéran a baissé, comme l’avait fort bien prédit l’ancien négociateur du président Khatami, Hassan Rohani. Les affaires n’aiment pas les pays qui sont sous examen au Conseil de sécurité. Les banques suisses non plus d’ailleurs : le Credit Suisse et l’UBS, qui ont la réputation de savoir ce qu’elles font, ont décidé au début de l’année de ne pas accepter de comptes de ressortissants iraniens résidant en Iran. Mais surtout, d’un autre côté, la course à l’enrichissement en Iran, dont les Européens ont au moins démontré au cours de leurs négociations qu’elle n’avait aucune justification civile, du fait que le seul réacteur russe présent en Iran est alimenté par du combustible russe pour toute sa durée de vie, pourrait donner raison à ceux qui prétendent que la bombe iranienne serait disponible non pas dans cinq ans, mais peut-être plutôt dans deux. Et ceux qui ont le plus de raisons de craindre cette bombe pourraient en tirer des conclusions. S’ils le font, à qui donc faudra-t-il attribuer la faute ? A ceux dont le pays est qualifié de «tumeur» au Moyen-Orient par l’Iran ou aux nations qui ont refusé d’assumer leurs responsabilités quand il était encore temps ?

Deux avions biens differents...

Article lié : Rafale “on the Channel”

Gilles HERBIN

  04/04/2006

Ils est interessant de noter que personne ne parle des differences de capacites de ces deux appareils.
Entre un JSF STOVL a la furtivite avancee et dont l’objectif est essentielement l’attaque au sol (un vrai successeur du Harrier) et un Rafale conventionnel et multirole… il y a un monde.
Par ailleur les armes emportees sont tres differentes, les americains voudront ils autoriser Dassault a qualifier l’AMRAAM sur Rafale? Brefs de nombreux autres couts qui s’additionneront pour une commande qui ne sera pas si grosse que ca.
A mon avis c’est essentiellement une tentative de pression sur les USA. Si ceux ci ne se degonfle pas… difficile d’etre sur que les Anglais le fasse!

Il ne veut pas partir ∫

Article lié : Tony Blair pense qu'il a des occupations à Downing Street pour au moins jusqu'en 2008

Fred

  04/04/2006

Il veut rester au pouvoir pour le moment où les ricains lanceront l’offensive contre les Iraniens ? Histoire de fournir un minimum de soutien à son allié de 50 ans ?