Un nouveau PoDemPope est appelé à régner... “Araignée” ?

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Un nouveau PoDemPope est appelé à régner... “Araignée” ?

03 juillet 2017 – Même WhatDoesItMean (*) en a fait de gorges chaudes, ou plutôt un scoop de plus. Il n’est plus nécessaire de faire appel aux soucoupes volantes, à E.T. et toute cette sorte de choses pour ce site fameux pour son ésotérisme plein pot peut-être mâtiné de manœuvres cachées et complotistes qui me font sourire mais sans les juger absolument dérisoires ; enfin, veux-je dire, plus besoin des “petits hommes verts” du temps de l’adolescence de ceux qui furent mes enfants, d’ailleurs la chose est réservée désormais et plus drôlement aux hommes de Poutine se saisissant de la Crimée et foutant une trouille extra-atmosphérique à l’OTAN...

Aujourd’hui la Fantasy-fiction c’est la réalité, ou disons la narrative du simulacre de la réalité, si vous voulez, enfin quelque chose d’approchant puisque tout cela revient au même, mais une narrative si audacieuse qu’elle donne au simulacre des allures de conseil d’administration. En plus, WhatDoesItMean cite ses sources, comme vous et moi, nous qui sommes si sérieux, ce qui montre bien la solidité du sérieux du simulacre et de sa Fantasy-fiction...

Cela donne, pour ce qui nous occupe, ceci qu’avec le passage des deux milliards d’abonnés, le Papoderne, Sa Post-Sainteté Mark-The-First Zuckerberg vient d’annoncer que Facebook c’est comme une religion ; et je dirais, c’est moi qui précise, que c’est même mieux qu’une religion, que c’est une super-religion qui devrait être considéré comme une hyper-religion, qui devrait devenir religion à la place des religions, et en plus et parce que religion pacificatrice puisque remplaçant les machins monothéistes qui nous gonflent un peu avec leurs prétentions à l’exclusivité de la marque, droits d’auteur, droit de regard,  décapitations et ainsi de suite.

(Intervention d’une voix-off : disant “Papoderne”, traduction en gaulois d’un PoDernPope beaucoup plus audacieux et novateur-progressiste encore, comme tout ce qui nous vient de la nouvelle et unique Hyper-Rome, à Silicon Valley, je ne fais que répondre à la logique interne de la nouvelle religion, selon des fuites dont j’ai bénéficié, de sources sûres bref... Donc, “Papoderne” comme contraction bienvenue de “Pape moderne” [et PoDernPope pour “PostModernPope”, pas besoin de traduire]. Cette parenthèse permet de reprendre son souffle...)

“Reprendre son souffle”, en effet, bien besoin... Car il est vrai qu’il y a autre chose. Simultanément commencent à fleurir des hypothèses comme quoi Zuckerberg ferait après tout un excellent candidat pour la présidence, pour 2020, – non ?! Oui, bien sûr... Réfléchissez cinq minutes, même pas, quatre ou trois cela suffira. Au point de flamboiement des sentiments, passions de haine et de fureurs, où nous sommes aujourd’hui avec The-Donald Ier, combien ne succomberaient et ne succomberont aussitôt à l’idée d’un 47ème POTUS nommé Mark Zuckerberg ; si, en plus, vous nous dites qu’il est Papoderne, Sa Post-Sainteté Mark-The-First, marché conclu, par Zeus, le dieu de l’Olympe ! It’s a done deal, Fuck.

Rien pour nous étonner, je trouve. Depuis que The-Donald a émergé, la Grande République, et la contre-civilisation pour suivre, est promise à un destin tout entier marqué par cette sorte d’occurrence. Le petit Zuck devenu Papoderme, c’est-à-dire pas du tout Anti-Pape ou, mieux encore, Antéchrist, bien au contraire je verrais plutôt cela comme Le Grand Retour-Avénement, le second ‘Issa dans le style Silicon Valley ; non, rien de tout cela ne doit nous étonner, encore moins nous effrayer. J’entends déjà susurrer qu’un jeune gars si jeune-sur-lui et extrêmement réticent pour la cravate (à côté, Macron fait déjà un peu rance), si habile à faire du fric, si super-startup, c’est vraiment la solution, vraiment ce qu’il nous faut. Nous deviendrons un gigantesque Empire-Facebook, ce qui vous est tout de même autrement plus convivial, autrement plus festif qu’un Marc-Aurèle ou qu’un Julien l’Apostat. On a le sens de la grandeur horizontalisée, de de la quantité quantitative, de l’uniformité uniformément uniforme, – ou on ne l’a pas et alors on n’a rien et on n’est rien.

En vérité et hors de toute plaisanterie, d’ironie un peu lourde, qu’est-ce que tout cela a de si absurde, de si incroyable, de si grotesque, de si..., etc., dans la logique et le contexte de ce que nous vivons ? Est-ce plus absurde que les grands mouvements de “libérations” des sexes, des genres, des styles, des façons, des manières, des postures, des glapissements ; que l’Art Contemporain (AC) réduit à une crotte posée sur une chaise et cette chaise en forme de chiotte mise sur un offertoire et admirée par un évêque ; que les grands mouvements de foule type-“Je-suis-Charlie“, que les « bombardements humanitaires » (formule Vaclav Havel pour la guerre du Kosovo) faits la main sur le cœur pour permettre à Daesh de compléter ses effectifs ; que la police de la pensée imposant les quotas égalitaires en toutes choses (sexes et non-sexes, couleurs, difformations physiques, transports touristiques, expressions-onomatopées, musique réduite à son bruit, etc.) ; que les embouteillages sur les périphériques, que l’Eurovision remportée par des créatures incertaines, que le Fils de l’Homme vivant au rythme des 4x4 aux vitres teintées et blindées en chars d’assaut, que 99,99% des richesses-bidons en monnaie de singe de la planète détenues par 0,01% (chiffres prévisionnels pour 2020, année de l’élection de Marck-The-First) ? En quoi, je vous prie, la prophétie-Zuckerberg détonne-t-elle là-dedans ?

Au contraire, je trouve que cela s’accorde parfaitement avec notre monde, tout à fait dans sa logique... Tragédie-bouffe, histoire-bouffe, avenir-bouffe, pensée-bouffe, parole-bouffe, métaphysique-bouffe, religion-bouffe, Dieu-bouffe, tout est bouffonnerie dans ces temps. Là seulement, dans cette forme, se trouve l’inattendu, je vous l’accorde ; car les prophètes d’occasion et de fortune, y compris les plus saints d’entre eux, nous ont toujours promis une autre sorte de fiesta en fait d’apocalypse, que l’absurde par laisser-aller, l’incroyable par laisser-faire, le grotesque par laisser-courir, etc. Personne de ma connaissance n’aurait osé prédire, de crainte de ne pas faire très sérieux, – ah, ces conventions si horriblement réacs’, – que les Derniers Temps et la Fin des Temps seraient vécus comme une bouffonnerie à l’échelle cosmique.

Par conséquent, vivement 2020, si l’on y parvient, et le Papoderme couronné 47ème POTUS et premier Postmodern-POTUS, Mark-Facebook succédant à Donald-Tweet. Vous verrez, on jouera à guichets fermés.

Note

(*) WhatDoesItMeans a déjà une certaine célébrité chez nous, avec sa mystérieuse et prophétique référence, Sister Sorcha Faal. On en parlait encore le 22 novembre 2015. La première fois où nous en parlâmes, et nous le fîmes abondamment pour nous en expliquer là-dessus, c’est le 27 février 2012. Franchement, par les temps qui courent, WhatDoesItMeans n’est pas plus ridicule, oh que non, que le WaPo, le NYT, Libé ou Le Monde ; en moins collet-monté et en beaucoup, beaucoup moins pète-plus-haut-que-son-cul.

Donations

Nous avons récolté 1383 € sur 3000 €

faites un don