Précisions et aléas autour du “complot Jeb Bush”

Bloc-Notes

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Précisions et aléas autour du “complot Jeb Bush”

Dans un texte de notre Bloc Notes consacré aux primaires du parti républicain (GOP), ce 27 février 2012, nous développons notamment l’idée d’une “candidature-désignation surprise” pour les présidentielles de novembre, à la convention républicaine de Tampa, en août prochain. Nous citons notamment un texte du site WhatDoesItMeans.com du 18 janvier 2012. Nous reprenons ici cette citation, que nous allongeons de quelques paragraphes supplémentaires empruntés au même texte, et enchaînant directement.

«A shocking report prepared by the Ministry of Foreign Affairs for Prime Minister Putin on the just completed meeting between China’s Vice Premier Li Keqiang and former US Secretary of State Henry Kissinger states that the Chinese were told that former Florida Governor John Ellis “Jeb” Bush, brother to the former US President and son of another, will be elected as the next American leader despite his currently not even being on the ballot.

»Chinese Vice President Xi Jinping met with Jeb Bush yesterday at the Great Hall of the People in Beijing where both pledged to advance cooperation between their two countries and, this report says, agreed that once Bush had taken office a ‘new era’ would begin in US-China relations. According to this report, Kissinger told Keqiang that the Republican Party election process to select their nominee to run against President Obama was “completely manipulated” to ensure that their 2012 Convention would be “deadlocked” thus allowing for Jeb Bush to be nominated as a “consensus candidate” and thus his parties leader.

»The path to a deadlocked convention, this report says Kissinger told the Chinese, lies in neither current Republican frontrunners Governor Mitt Romney or Congressman Ron Paul having enough delegates to ensure their nomination on the first ballot after which their supporters will be free to nominate anyone they so choose.

»In order to ensure a deadlocked convention, this report continues, Kissinger noted that Romney will obtain his delegates from what are called Primary States while Paul will receive his from those holding caucuses and “open” primaries, with neither of them receiving enough votes to secure their nominations. Political analysis on the US election do, indeed, note that Paul’s path to the Republican nomination lies in the caucus and open primary States which shows what is called his “secret path to victory”.»

»To the most shocking aspects of this report are the comments attributed to Kissinger that claim the entire American electoral system is under the control of their National Security Agency (NSA) which controls the computers used in their elections and whose outcome is determined by their elites, not the citizens themselves.

»…In a dire move bolstering Kissinger’s claim of a rigged US election was yesterdays news that the giant global election firm SCYTL, which describes itself as the worldwide leader in secure electronic voting and electoral modernization, had purchased the United States most dominant election results reporting company thus insuring these people would never have true or total access as to who would actually win any of their elections.

»Even worse, this report continues, the purchase by SCYTL of the private corporate site controlled by SOE software, which operates under the name ClarityElections.Com and controls the election results in over 525 US jurisdictions, was its being financed by the global investment giant Carlyle Group that was founded by the Bush and Bin Laden families nearly 25 years ago.

»When queried by Chinese officials as to why Obama was allowed to be elected instead of Jeb Bush in the last US election, this report continues, Kissinger replied that the American public was not prepared for a continuation of the Bush-Clinton Dynasties that have, in fact, ruled the United States since the 1981 coup d'état staged against President Ronald Regan after he was nearly assassinated by the son of the then Vice President George H.W. Bush’s main business partner…»

• Ce texte nous pose un problème intéressant de méthodologie. Il décrit manifestement ce qui ne peut être désigné autrement que comme un “complot”, dont l’honorable Kissinger vient instruire les dirigeants chinois. (Les précisions qu’il donne à ces dirigeants chinois, prestement connues des services russes, sont notablement surprenantes, pour la façon dont elles exposent l’état de faiblesse fondamentale du Système.) La partie initiale des “révélations” de ce texte se trouve confirmée, dans tous les cas de façon spéculative mais extrêmement précise et très officiellement dans la presse-Système et par au moins un dirigeant républicain, et jusqu’à des déclarations du principal intéressé (Jeb Bush) qui pourraient être perçues, elles, comme une confirmation indirecte : le rôle que jouerait, ou qu’on voudrait faire jouer à ce Jeb Bush à la convention républicaine de Tampa, de devenir le “candidat désigné” par surprise du GOP. Mais que vaut le reste ?

• Le reste ? Incertain, très difficilement vérifiable, voire pire. Certes, les informations sur le contrôle de la machinerie électronique de vote renvoient à certaines réalités ; les précisions sur la NSA sont moins assurées. Pour ce qui est du scénario jusqu’à la convention tel que prétendument exposé par le cher vieux Kissinger, il est déjà dépassé par la réalité puisqu’il n’envisage que deux concurrents majeurs en nombre de délégués alors qu’il y a aujourd’hui au moins trois candidats qui ont des chances sérieuses d’avoir un bon “paquet” de délégués (Romney, Ron Paul, mais peut-être aussi Santorum), – et cela jetant un doute sérieux sur le “contrôle” électronique des votes tel qu'il est décrit. D’autre part, l’assurance qu’après un premier tour à la convention constatant un blocage, l’irruption de Jeb Bush attirerait sur lui un maximum de délégués rendus libres de leurs votes est rien moins que sûre. Rien que l’influence de Ron Paul sur ses propres délégués et sur d’autres, et le caractère souvent incorruptible de ces mandants qui suivent Ron Paul par enthousiasme, constituent un facteur incontrôlable et rendent la manœuvre supposée extrêmement aléatoire. Tout le reste du scénario est soumis aux mêmes impondérables.

• Maintenant, la source… Le site WhatDoesItMeans.com dépend d’une plume nommée Sorcha Faal, qui serait russe et féminine, et du monde académique russe, et dont tout le monde s’entend aussitôt pour affirmer qu’elle (cette Sorcha Faal-là) n’existe pas. Alors on parle de David Boothe, qui est successivement ou parallèlement selon les uns et les autres un agent double du GRU; un officier (ex- ou pas ?) de la CIA, du programme COINTELPRO de lutte contre la sédition intérieure dans les années 1960 ; un manipulateur pro-sioniste ; un informaticien à la retraite ; un auteur de best-seller, etc. C’est WhatDoesItMeans.com/Sorcha Faal qui a lancé l’information selon laquelle une expérience tellurique ou une action dans ce sens de l’U.S. Navy avait causé le tremblement de terre d’Haïti de 2010. Il existe une multitude d’affirmations, de dénonciations, de suspicions et de révélations sur WhatDoesItMeans.com/Sorcha Faal. Disons, pour nous en sortir par une pirouette, que le texte du 14 janvier 2011 de Gramercy Images News donne une bonne synthèse du problème particulier WhatDoesItMeans.com/Sorcha Faal, avec quelques liens parmi d’innombrables à ce propos, et, de façon plus générale, quelques appréciations sur les questions de la désinformation (fausse information volontaire), de la misinformation (fausse information involontaire, – ou “mistake-information” ?), et de l’information tout court. Impossible de sortir de tout cela quelque chose de précis, et donc d'assuré.

• C’est certainement à ce propos qu’il nous faut sortir notre arme principale : l’inconnaissance. Inutile de chercher à savoir quelque chose d’assuré, sur la source, ses conditions d’évolution, son crédit réel, ses manipulations, etc. ; on ne ferait que s’embourber dans un marais de pistes sans fin, sans la moindre garantie d’aboutir à quelque chose d’utile . (Ne parlons pas de la vérité, cette chose inconnue dans cette sorte de sac de nœud indémêlable.) Le produit net (embourbement sans rien d’utile) est totalement négatif, complètement déstabilisant pour notre démarche ; notre réflexion est gravement compromise, parce que nous sommes emprisonné à des pratiques contraignantes et réductrices, dans le cadre du Système et selon ses règles auxquelles il faut se soumettre ; qu'on soit pour ou contre le Système, on se trouve prisonnier de ses règles.

• Il faut alors se replier sur une règle quasiment technique selon laquelle ce genre de démarche fonctionne selon la formule, en général, d’un élément vrai ou assuré pour pouvoir fourguer un wagon d’éléments plus ou moins spéculatifs, plus ou moins approximatifs, où, pourtant, vous pouvez parfois trouver des choses intéressantes. Dans tous les cas, dans l’affaire Jeb Bush, outre le fait qu’il y a réellement quelque chose puisque des éléments publics, y compris une intervention de Jeb himself, sont apparus depuis, l’article WhatDoesItMeans.com/Sorcha Faal nous confirme d’une façon générale et indirecte, par la forme choisi et les développements (fabriqués ou non) offerts, le désarroi du GOP et de l’establishment ; il montre que ce terrain-là de leur désarroi est fécond pour la spéculation, voire le montage de l’information, et d’ores et déjà largement exploré, et tout cela confirme la réalité de cette situation de désarroi et de sa profondeur. Il renforce notre impression intuitive que des évènements très inhabituels sont possibles aux USA durant et en marge de la campagne, dans une atmosphère elle-même sans précédent. Cela permet de renforcer une conviction et aiguise d’autant vigilance et perception. D’autre part, enfin, cette sorte d’article, malgré toute la méfiance et l’hostilité qu’on peut lui manifester, participe tout de même au processus de la montée de la tension et agit sur les psychologies dans le sens de la déstabilisation ; une construction, même largement soupçonnable de désinformation et de misinformation, quand elle se fait sur un terrain propice à la spéculation qu’elle suscite, renforce ce terrain et cette spéculation. L’effondrement complet de la légitimité du Système et des directions politiques qui le servent supprime toute référence sérieuse dans le sens d’une information officielle impérative, sinon crédible, pouvant stopper ou freiner ce mouvement.

 

Mis en ligne le 27 février 2012 à 05H32

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don