Sauver le monde ou sauver les meubles?

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Sauver le monde ou sauver les meubles?

25 avril 2009 — Depuis le début de l’année a été lancée, sans véritable fracas au milieu d’une époque qui en est pleine mais avec entêtement comme il sied à un Polonais de cette envergure, l’idée du “G2” de Zbigniew Brzezinski. (Américain d’origine polonaise et américaniste, pour dire plus juste.) La chose a été présentée en détails succincts par le même Brzezinski, dans un court article publié le 13 janvier 2009, dans le Financial Times. Le principe du G2 est assez simple, qui recouvre essentiellement l’idée d’un “partenariat” USA-Chine, ou d’un “partage du monde” en bonne entente et juste coopération entre les USA et la Chine. Cela permettra, selon Zbig et plus modestement que l’idée de “sauver le monde” qui nous vient à l’esprit, de “changer le monde” («The Group of Two that could change the world»).

Conclusion de l’article de Brzezinski, qui résume sa thèse:

«We need to develop a shared view on how to cope with the global risks posed by climate change. We should explore the possibility of creating a larger standby UN peacekeeping force for deployment in failed states. We should discuss how an international initiative towards a global adoption of the zero-nuclear weapons option might be helpful in stemming wider nuclear weapons proliferation. We certainly need to collaborate closely in expanding the current Group of Eight leading industrial nations to a G14 or G16, in order to widen the global circle of decision-makers and to develop a more inclusive response to the economic crisis.

»But to promote all that we need an informal G2. The relationship between the US and China has to be a comprehensive partnership, paralleling our relations with Europe and Japan. Our top leaders should therefore meet informally on a regular schedule for personal in-depth discussions not just about our bilateral relations but about the world in general.

»All this points in a politically as well as philosophically ambitious direction. The Chinese emphasis on “harmony” can serve as a useful point of departure for the US-Chinese summits. In an era in which the risks of a massively destructive “clash of civilisations” are rising, the deliberate promotion of a genuine conciliation of civilisations is urgently needed. It is a task that President-elect Barack Obama – who is a conciliator at heart – should find congenial, and which President Hu Jintao – who devised the concept of “a harmonious world” – should welcome. It is a mission worthy of the two countries with the most extraordinary potential for shaping our collective future.»

Le 22 avril 2009, Henry C K Liu, qui dirige un groupe d’investissement à New York et qui s’est signalé comme un excellent commentateur de la situation économique, publiait un long article, au cœur d’une série de cinq, sur Atimes.com, dont il est un collaborateur régulier. Il s’agit d’une approche critique de la thèse de Brzezinski («Obama, Change and Chine, – Brzezinski's G-2 grand strategy»).

L’article est très long, très détaillé, très construit selon une vision économique et géopolitique d’un homme qui a par ses origines une très bonne expérience de la Chine, et par son expérience courante, une très bonne connaissance des USA. Henry C K Liu ne dissimule pas une seconde ce qu’on est nécessairement conduit à penser d’une telle initiative de Brzezinski, qui parle évidemment au nom d’une fraction réaliste à Washington, alors que les USA sont dans un processus de perte accélérée d’influence; il ne dissimule pas que le G2 n’est rien qu’un faux masque posé sur une manœuvre destiné à préserver, ou plutôt à retenir autant que faire se peut une partie de l’influence que les USA sont en train de perdre. («Brzezinski's statement aims at preserving US dominance in an existing world order that is facing fast and fundamental changes by drawing China into regions previously beyond a weak modern China's sphere of influence…»)

»Brzezinski is acknowledged as a key adviser to President Obama on foreign policy during and since the presidential election, while he acted as foreign policy advisor to Hillary Clinton during the primaries. Many analysts consider Brzezinski as the spokesman for previously anti-Soviet, now anti-Russia hawk faction in the US foreign policy establishment. His speech in Beijing was addressed to Washington through talking to Beijing. The message is for the US not to waste financial, political and military resources confronting a China destined to process enormous and rising economic, political and military strength and potentials that will surge further over time unstoppable.

»US national interests globally would be better served by a strategy of making friends with China by sharing power globally because eventually the US will need the support of the world's most populous country to preserve and shore up its own global dominance. By contrast, conflicts with China will drain US capacity to maintain its global dominance.»

• Liu observe que l’idée de Brzezinski est loin de faire l’unanimité de l’establishment washingtonien. On s’en doute, bien entendu, et ce rappel est bienvenu et nécessaire dans la mesure où il soulève la question de savoir dans quelle mesure les USA seraient capables de tenir de tels engagements.

«Brzezinski's vision of harmony with China is not shared by all in the US. Within days after Hillary Clinton's maiden foreign visit to Beijing as secretary of state, during which she declared US-China cooperation as imperative for enhancing the national interests of both countries and for pulling the world from the current financial crisis, the US Navy staged a provocative intrusion into Chinese territorial waters by a US low-frequency sonar surveillance ship near China's submarine base on Hainan Island in the South China Sea, mapping deep-sea routes for submarines leaving and entering their base. China claimed that the USNS Impeccable had sailed into the country's 200-kilometer economic exclusion zone.

»Press reports are suddenly appearing on computer hackers allegedly associated with the governments of Russia and China having embedded software in the US electricity grid and other infrastructure that could potentially disrupt service or damage equipment, even though such concerns have been simmering for years within government security establishment. Obama reportedly has started a 60-day review of all the nation's efforts at cyber security that was expected to be completed by April 17. […]

»For the idea of G-2 to work, the US has to adjust fundamentally foreign policy it has followed since the end of Word War II, away from neo-imperialism toward Wilsonian/FDR liberalism, and give up its aim of peaceful evolution of Chinese society towards market capitalism. A G-2 would have to be a leading force in building a new world order of social justice and economic equity.»

• Toujours sur ce même sujet de la politique US vis-à-vis de la Chine, Liu identifie les comportements psychologiques des USA vis-à-vis des alliances, et comment, en toute probabilité, ces comportements conduiraient celle qui est proposée à la Chine si la Chine l’accepte.

«The celebration of the 30th anniversary of US-China diplomatic relations was held only in Beijing. In the US, no one cared. Obama's inauguration speech is indicative of deep-rooted US national psyche in which he sees the US as a holy defender of the world against fascism and communism, as if the two were one equal evil. China needs to be prepared for the penchant on the part of US Democrats for tough China-bashing policies in trade and human rights.

»Early indications suggest that the Obama team will likely not be able to revive the US economy within the four years of its first term and China may become the convenient scapegoat for US policy failure. Chinese policymakers will be disappointed if they are not realistic about deep-rooted US hostility toward China. China must avoid open conflict with the US, but Chinese policymakers must understand that the US will never be China's friend as long as the communist party is in control of China.

»Secretary of State Hillary Clinton's overture of peace and cooperation to China is merely an emergency measure in response to a collapsed economy and exhaustion from undeclared foreign wars. China should welcome this pragmatic gesture of realpolitik friendship from the US but not be lured into geopolitical complacency about a fundamental change in US foreign policy.

»Just as China had been lured into market capitalism at a time when market capitalism was rushing towards its final phase of self destruction, China now needs to carefully consider any disingenuous invitation to join and save the precarious US-constructed and dominated world system at a time when conditions around the world are making the prospect of a new, just world order on the horizon a welcome possibility.

»It is true that the current financial/economic crisis is a global problem and can only be solved with global cooperation. It is also true that the crisis was created by the US. It is however, far from clear that the solution can come from discredited US leadership to restore a broken world order to its pre-crisis ways.»

• La question essentielle («the big question») est de savoir si la Chine est intéressée à jouer le jeu que lui propose Brzezinski. Liu ne le pense pas et, plus encore, il le déconseille très fortement. L’intérêt de ses observations est d’aller, justement, au-delà du seul raisonnement de l’intérêt (celui des deux puissances en jeu). De même qu’il a observé d’un œil critique les conceptions US des relations internationales pour conclure qu’elles ne pourraient certainement pas s’accorder à une politique de coopération comme celle que propose Brzezinski, de même observe-t-il que les conceptions de la Chine ne peuvent s’arranger d’une “coopération” avec les USA. Les différences à cet égard sont trop considérables.

«The big question is whether China will play Brzezinski's geopolitical chess game. There is a sizable pro-US faction in China's foreign policy establishment who would welcome Brzezinski's proposal. Formal US recognition of great power status for China would strengthen the influence of this pro-US faction in internal Chinese politics and policy deliberation. Yet, not withstanding Brzezinski's assertion, China is not a “revisionist” power, but a non-expansionist revolutionary state aiming at restoring its natural historical status as it was before the arrival of Western imperialism in Asia. China is not interested in bringing back a pre-World War II world order of imperialist exploitative expansion. China is not Japan, which as a defeated nation has been willing to play the role of a submissive ally with a benevolent victor. […]

»The foreign policy of the People’s Republic since its founding in 1949 has a long legacy of nonalignment. Mao Zedong had made repeated overtures to Washington for peaceful and friendly relations with the new socialist China but such overtures were categorically rejected by a US caught up in anti-communist phobia during the Cold War. […]

»President Richard Nixon's opening to the China in 1972 was partly driven by US perception of China's concern at an imminent threat from Soviet imperialism. Specifically, Nixon's opening to China was aimed more at forcing the USSR into the US strategy of detente. In fact, China would have accepted Nixon's overture even without a Soviet threat, as evidenced by the fact the Chinese attitude towards the US remained positive even after the collapse of the Soviet Union. China was not naive enough to think the US would risk a nuclear exchange with the USSR merely to save China from a nuclear attack by the USSR. Mao's vision of US-China relations transcends fleeting geopolitical tactics of balance of power, towards a long-range peaceful coexistence of two of the world's largest nations.

»China views itself is a natural member of what during the Cold War was called the Third World, now generally known as developing countries, in the struggle against Western imperialism, now known as neo-liberalism, but does not see itself as the group's leader either by design or by default, as each country must seek its own way of struggle according to its historical conditions.

»Nor does China maintain a foreign policy of exporting revolution to other countries that do not want a revolutionary path. China has formally declared its determination never to seek hegemony and has openly declared a policy of no-first-use of nuclear weapons. Brzezinski’s G2 strategy runs counter to Deng Xiaoping's strategy of “hide capacity, bide time” (tao guang yang hui), also translated as “hide brightness, nourish obscurity” - a strategy of keeping a low profile to avoid attracting unnecessary hostility in a period when the world's sole remaining superpower was intoxicated with imposing its will on other countries by its overwhelming military power.

»A G-2 regime would inflict on China the side-effects of rising anti-US sentiments from around the world at a time when US power is declining from self-inflicted wounds…»

Deux conceptions du monde

Le débat est à la fois conjoncturel, lié à une situation extrêmement précise et extraordinaire de crise générale, et notamment de crise fondamentale de l’hégémonie US, et à la fois structurel, portant in fine sur deux conceptions des relations internationales, voire deux conceptions du monde. Le premier aspect est assez évident et l’on comprend bien que c’est à cet égard que joue l’argument des intérêts des deux puissances. Le point d’une Amérique cherchant à amadouer la Chine pour sauver ce qui peut l’être de sa puissance en cours de dissolution, voire pour se rétablir, aux dépens de la Chine dans ce cas, ce point nous semble évident. L’expérience historique des Chinois aura tôt fait de l’appréhender, si ce n'est fait.

Le second aspect est évidemment d’un plus grand intérêt, à observer et à commenter, et, surtout, à élargir à une problématique qui dépasse les USA et la Chine. Au travers des diverses observations de Liu, ce sont deux conceptions des relations internationales qui s’affirment, effectivement antagonistes et irréconciliables. A partir de là, on peut envisager une évolution théorique des relations entre la Chine et les USA.

La Chine apparaît comme un pays de taille et de structure impériale mais de conception continentale et historique, adossé à une identité définie autant dans l’histoire que dans l’espace, c'est-à-dire d'une structure apparentée à l'idée historique et au concept spirituel de nation. Son but est effectivement de “restaurer” une situation légitimée par l’histoire («China is not a “revisionist” power, but a non-expansionist revolutionary state aiming at restoring its natural historical status»). Sa conception des relations internationales n’est pas pour l’essentiel de type concurrentiel, puisque la Chine se définit par rapport à elle-même (par rapport à son histoire), et elle est fondamentalement structurante puisqu’elle s’appuie sur des références objectives constantes.

Les USA présentent la vision complètement inverse, très insulaire et très anglo-saxonne, et, surtout, affectée par une absence d’identité historique (légitimée par l’histoire) et, par conséquent, par un constant et très grand déséquilibre des facteurs de la dynamique collective (faible identité, très grande puissance, impliquant effectivement cette “fuite en avant”, vers l’extérieur, pour rechercher cette identité inconnue). La légitimation des USA ne peut se faire que par rapport à l’Autre, au-delà de l’espace soi disant “national”, selon une dynamique de concurrence et d’expansionnisme profondément déstructurante des relations internationales. La dynamique contraire pour cette entité, comme on la perçoit traditionnellement, serait un retour à l’isolationnisme; c'est une option qui a assuré et pourrait assurer en principe une protection géopolitique artificielle contre la faiblesse de l'absence d'identité; mais c'est une option qui tend aujourd'hui vers l'impossibilité à cause de la situation générale d’interdépendance créée par les USA eux-mêmes. (L’interdépendance n’est pas un problème insurmontable pour les nations à forte identité, qui peuvent maintenir leurs structures malgré la pression des liens extérieurs; elle représente par contre un défi permanent pour les entités à identité faible, qui cherchent à affirmer leur hégémonie plutôt qu’accepter l’interdépendance, de crainte d’être phagocytées par un partenaire à l’identité plus marquée.) Les USA peuvent entamer un mouvement de repli, – d’ailleurs ils y sont en plein aujourd’hui, – mais l’effet sera désormais l’éclatement de l’Union plutôt que l’isolationnisme d’une Union maintenue.

Les relations entre la Chine et les USA ne peuvent évidemment être établies comme Brzezinski les envisage. L’idée de Brzezinski est complètement celle d’un stratège, c’est-à-dire d’un guerrier qui ne se réfère qu’à la puissance et à la mystique de la force baptisée du faux masque de “réalisme”, fabriquée à partir de la géopolitique, et non d’un historien ou d’un philosophe de l’histoire préoccupé des références fondatrices et structurantes (identité, légitimité, etc.). Son G2 est évidemment un marché d’épicier (et de dupes pour les Chinois), conçu pour s’accrocher à la bouée chinoise pour ne pas couler, pour ensuite se débarrasser de la bouée lorsque le nageur aurait repris des forces. Cette conception uniquement quantitative et fondée sur la seule force n’a aucune chance d’aboutir, même en ne s’en tenant qu’aux USA eux-mêmes; aucune chance d’aboutir lorsqu’on considère l’état désespérée de la cohésion US, l’état justement nommé de “sécession spirituelle” du pays, qui est en état d’éclatement psychologique et, par conséquent, effectivement d’éclatement “spirituel”.

Il n’y a aucune chance que les Chinois puissent entamer une coopération exclusive, type-“partage du monde” (G2) avec les USA, non seulement par refus, mais évidemment par pure incapacité de coopérer. Les conceptions du monde sont non seulement différentes et divergentes, elles sont de substances différentes parce qu’elles portent sur des univers, des milieux différents; ainsi ne peut-on faire “coopérer” l’eau et le feu. Mais les Chinois ne peuvent échapper à un rôle majeur dans les relations internationales, dans les années à venir. Ce rôle ne sera ni de coopération, qu’ils ne peuvent faire, ni de confrontation, qu’ils ne veulent pas, avec les USA; le seul rôle qu’ils peuvent tenir est celui, naturel, de la pression de leur puissance pour concourir à la déstructuration des USA. De ce point de vue, la Chine agirait dans un “concert de nations”, même si la musique exécutée est souvent cacophonique, dont l’effet fondamental tendrait à la déstructuration “défensive” du principal agent jusqu’ici de déstructuration des relations internationales que sont les USA.

Ces observations ne prennent évidemment pas en compte des accidents majeurs, comme une aggravation, par ailleurs très probable, des diverses crises. Mais même dans ce cas, et malgré l’apparence de gravité des événements qui pourrait être bien plus grande en Chine (troubles civils, notamment) qu’aux USA, la fragilité reste très largement et de façon décisive du côté des USA parce qu’elle affecte la structure même. Les nations, qu’elles se nomment “empires” ou de quelque autre nom que ce soit, qui connaissent de nombreux troubles et revers dans l’histoire (la Chine, la France, la Russie) sont aussi celles qui durent; celles qui n’ont pas de troubles ni de revers, effectivement, ont disparu de l’histoire ou ont disparu tout court, ce qui est le meilleur moyen d’éviter les troubles et les revers après en avoir péri.

 

Donations

Nous avons récolté 1698 € sur 3000 €

faites un don