« Les loups sont entrés dans Paris »

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 9 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

« Les loups sont entrés dans Paris »

14 novembre 2015 – La guerre c’est une chose sérieuse, qui vous apprend à vivre et vous apprend que la vie ce n’est pas “se laisser vivre”, et que la vie c’est aussi la mort brutale apprise et survenue dans le quotidien des vies. Je le sais bien, ayant vécu dans les premières dix-huit années de ma vie, huit années de guerre, de 1954 à 1962 en Algérie. C’était justement la sorte de guerre qu’on affronte aujourd’hui (voir la bataille d’Alger de 1956-1957, la vraie pas le film), et qui vient de frapper durement Paris alors que Paris se refusait à la vivre vraiment (l’épisode “Je-suis-Charlie”, vécu comme un symbole malgré le sang répandu, n’a absolument pas la signification du carnage d’hier soir, justement à cause de cette dimension de carnage). C’est aussi la chanson de Reggiani, celle de 1967, dont notamment le premier quatrain, quelque signification qu’on ait voulu donner à la chanson (d’une façon générale, anti-fasciste ou bien pour célébrer la lutte contre l’Allemagne nazie), dit ceci qui ressemble tant à la situation de nos contrées civilisées, celles que nous avons l’habitude de regrouper sous l’expression de “bloc-BAO :

 

« Les hommes avaient perdu le goût

» De vivre, et se foutaient de tout

» Leurs mères, leurs frangins, leurs nanas

» Pour eux c’était qu’du cinéma

» Le ciel redevenait sauvage,

» Le béton bouffait l’paysage… alors...»

 

“Alors” ? Devant tant d’abandon où s’abîme notre monde, certes, les loups ont jugé tout à fait naturel et de la meilleure occasion du monde d’entrer dans Paris et de faire ce qu’ils nous ont avertis qu’ils feraient... Les élites-Système n’ont pas versé une larme sur les 224 personnes tués dans le vol 9628, notamment parce que c’étaient des Russes, et que les Russes, hein, après tout... C’était bien mal à propos et une impolitesse insensible et inutile, parce que le désordre frappe partout.

La chanson citée ci-dessus se nommait, on s’en souvient, Les loups sont entrés dans Paris. Quelle pensée secrète, quelle impulsion venue d’on ne sait où, m’a conduit à écrire hier, dans ce Journal dde.crisis, un texte sur Paris, gloire & nostalgie, qui célébrait le Paris qui n’est plus, le Paris d’avant  cette “guerre totale” qui est en vérité l’enfant du désordre absolu, universel, mondialisé et globalisé qu’ils ont tant contribué à mettre en place, à entretenir, à couvrir de leurs vœux. Bouleversé très certainement et très profondément, inutile d’en douter, sans avoir à suivre les consignes de son conseiller en communication, le pathétique président-poire a dit toute son horreur et annoncé la première mesure d’urgence : la France a fermé ses frontières, gommant d’un seul trait rouge du sang des victimes l’un des principes fondamentaux d’un demi-siècle de la politique qu’on sait. Si la France n’avait pas suivi cette “paix européenne” qui s’ouvre sur le monde,  ce qui s’est passé hier se serait-il passé hier ? Je ne retirerais évidemment pas un seul mot de ce passage du texte d’hier, qui concerne le Paris d’aujourd’hui, soudain éclaboussé de sang ; j’ajouterai simplement, parce que les évènements vont si vite qu’on ne peut tout écrire, que ces évènements vont ainsi obliger la “presse-Système” à parler des “bruits excessifs” du monde de feu et de sang qui est le nôtre, et “des carnages” qui vont avec, qu’elle dissimule en général avec un brio qu’on retiendra comme sans précédent...

« [La France] est entrée dans l’ère de la “paix européenne” qui s’avère, dans la mesure de la profondeur des choses et si l’on a assez de force de caractère pour écarter les geignements de l’affectivisme (spécialité des commémoration des champs de bataille), infiniment pire que les pires des carnages puisque l’enjeu en est simplement la destruction du monde, sans bruits excessifs (la presse-Système y veille), sans carnages (la presse-Système veille à ne pas nous en informer), sans rien du tout (ce qui est la définition de la presse-Système), – par déstructuration silencieuse et dissolution à peine chuintante, – par pure entropisation des choses, c’est-à-dire l’effondrement diluvien dans le trou noir du rien et qu’on n’en parle plus pour leur éternité. Dans ce contexte où la France s’est inscrite avec la prise du pouvoir par les hordes énervées et hystériques de ces étranges zombies postmodernistes qui tiennent la place, la logique que j’illustrai plus haut par des exemples d’époques diverses n’a plus de raison d’être... »

Je ne retirerai pas un mot parce que, tous comptes faits, ce ne sont pas vraiment “les loups” selon-Reggiani qui sont entrés dans Paris. L’histoire du terrorisme de ces dernières années, et notamment de celui de Daesh (voir le général Flynn que n’a pas vu la presse-Système, cet ancien chef de la DIA qui vous disait tout sur ce qui nous attendait, et principalement comment nous l’avons créé nous-mêmes), vous dit tout à cet égard ; c’est “Le désordre [qui] est entré dans Paris”, ou bien “Les loups du désordre” qu’il aurait fallu écrire, que sais-je, car le terrorisme est bien l’expression même du désordre, de la déstructuration et de la dissolution de nos sociétés, l’abjection de cette “contre-civilisation” dont nous avons hérité. Bien entendu, ils vont renforcer leur pseudo-État policer, leurs régiments de surveillants de l’ordre public dont on sait bien les arrière-pensées mais qui se trouvent soudain placés devant l’affreuse évidence du désordre du monde auquel ils ont tant contribué.

Le choc psychologique de la soirée du 13 novembre (11/13 dira-t-on désormais, avec la malédiction du chiffre 11), par l’ampleur  inimaginable encore quelques heures plus tôt de l’attaque, le caractère aveugle des tueries, – cette attaque de la sorte de celles que subissent dans l’indifférence de la presse-Système depuis des années et des années tous ces gens en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans tant d’autres lieux, et même en Russie qui en a eu son lot, – ce choc va bouleverser les psychologies. Il va secouer l’Europe déjà agonisante au milieu de la crise des migrants avec les liens qu’on imagine, comme aucun autre événement ne l’a fait avant durant cette séquence ; il va faire trembler sur leurs bases toutes ces conceptions qui ont fabriqué ce monde de désordre absolu et eschatologique d’où naissent des choses comme Daesh auxquelles nous prêtons à peine discrètement main forte lorsqu’il s’agit de faire de la fine politique-Système. Nous n’avons pas fini d’en subir les contrecoups qui sont de l’ordre du psychologique et de tout ce qui va avec et s’inscrit sans nul doute dans le courant de l’accélération de la crise générale d’effondrement du Système.

Bien sûr la grande lutte contre le terrorisme va prendre une nouvelle dimension, et nous nous trouverons alors devant nos incroyables contradictions. Ce n’est pas Bachar qui a fait ce qui s’est passé à Paris, mais ceux dont on espérait qu’ils auraient la peau de Bachar, et c’est Bachar que nous n’avons cessé de maudire comme ennemi de l’humanité. Les spécialistes du contre-terrorisme vont venir nous dire que Daesh et ses amis sont terriblement bien organisés ; qu’il va falloir s’y mettre pour en comprendre tous les dédales... Qu’ils aillent donc voir la CIA pour les détails des dédales, cela leur fera gagner du temps.

La réaction dans l’anathème contre la barbarie, à la mémoire des victimes de ces crimes odieux, les serments d’une lutte sans merci, tout cela ne va pas manquer dans les jours et les semaines qui viennent. Leurs symboles (drapeaux en berne, bandeau noir, marche républicaine, unité nationale) seront partout au rendez-vous, comme ils ont l’habitude de faire, – mais même le symbole s’use et se fane. Ce n’est rien par rapport à la profondeur du choc dans les psychologies. Nous avons désormais à nous attendre aux effets de cette profondeur du choc sur tout le dispositif de notre monde, sur tout le Système, – d’autant que Daesh & Cie ne s’en tiendront pas là. On ne subit pas un choc pareil sans qu’un ébranlement, une réplique comme l’on dit des phénomènes sismiques, ne se fasse sentir à un moment ou l’autre dans le terme des semaines et des mois qui viennent, d’une puissance et d’un sens qu’on ne peut imaginer.

Donations

Nous avons récolté 1768 € sur 3000 €

faites un don