Les JO et la médaille d’or de Trump

Ouverture libre

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

Les JO et la médaille d’or de Trump

Outre l’élimination grotesque de nombreux concurrents russes, avec le reste autorisé à concourir sans leur drapeau, comme marque de l’obscène connerie américaniste-européaniste qui ne se satisfait que de l’humiliation des autres, les Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang en Corée du Sud, sont marqués par une rencontre exceptionnelle de réconciliation des deux Corées. (L’exemple en pointe est l’équipe coréenne réunifiée des hockeyeuses, intégrant effectivement joueuses du Sud et joueuses du Nord.) Il s’agit d’une perspective absolument inacceptable pour la folie désormais incontrôlable de D.C., du président-téléréalité Trump au Pentagone de “Mad Dog“ Mattis. (Il paraît que Mattis réfute furieusement ce surnom mais il lui va trop bien pour qu’on l’en prive.)

Il est manifeste que, pour “D.C.-la-folle”, totalement sous l’emprise de sa folie satanique et sans le moindre caractère pour y résister, le plus grand “ennemi de la paix” aujourd’hui sur la péninsule coréenne, ce sont les efforts de paix entre les deux Corées qui seront marqués symboliquement aux JO d’hiver. Les USA ne peuvent concevoir une “paix” sans eux, une “paix” qui n’implique pas la capitulation complète de la Corée du Nord, voire sa destruction, suivie de l’installation de nouvelles bases US sur les ruines ainsi créées. Il est devenu totalement impossible aujourd’hui de tenter de parler un tant soit peu raisonnablement avec “D.C.-la-folle”, emportée dans son “tourbillon crisique” jusqu’à ce qu’effondrement s’ensuive. Le président Trump est le parfait bateleur-croquemort de l’affaire.

En attendant et pour revenir plus directement à notre sujet, voici à nouveau WSWS.org dans ses œuvres complotistes qu’aucun dissident de l’AltRight et de la droite antiSystème ne démentirait. Dans l’article repris ci-dessous est développée l’hypothèse d’une attaque en “première frappe” (first strike) avec utilisation du nucléaire tactique contre la Corée du Nord, – pendant ou sous couvert (?) des Jeux Olympiques d'hiver, tout schuss... Divers éléments, déplacements de forces, de personnel, etc. sont signalés pour substantiver l’hypothèse, qui dans tous les cas signalent un renforcement conséquent des capacités pour une telle opération. L’hypothèse elle-même constitue une interrogation dans le noir le plus complet, si l’on s’en tient au comportement erratique et incohérent de l’administration Trump.

Notons tout de même la réserve générale et non négligeable que l’absence complète de caractère et de fermeté de résolution de tout ce personnel de direction washingtonien, – sans compter les divisions, les jalousies et les hines, – rend assez difficile de penser que soit prise une telle décision de lancer une telle attaque qui demande justement, à tout le moins, caractère et fermeté de résolution. (Ces traits psychologiques valent pour toutes les actions possibles, y compris les plus mauvaises, seule comptant pour en juger l’intensité de l’acte.) Il y a aussi l’hypothèse de la folie, qui est manifeste à D.C., mais qui n’a pas montré jusqu’ici une très grande efficacité au niveau des actes, son terrain de prédilection étant la communication avec le désordre qui s’ensuit, qui aboutit à un morcellement du pouvoir et à une quasi-impossibilité d’une décision de l’autorité, toutes chose militant contre l’hypothèse considérable qui est envisagée.

(On y ajoutera le désordre bureaucratique qui a déjà montré l’extraordinaire confusion qui règne dans la chaîne de commandement lorsqu’il s’agit de décisions suprêmes. La chose a été encore mise en évidence à propos de l’alerte-bidon à l’attaque nucléaire d’Hawaii déclenchée par une erreur humaine d'une seule personne. Dans le silence étourdissant qui a accompagné ce gigantesque ratage, il y a eu tout de même une audition au Sénat, le 25 janvier, de la commission du commerce, de la science et du transport [quel rapport avec une alerte nucléaire ?]. Certains services, notamment l'important et fédéral FEMA chargé des désordres infrastructures et calamités naturelles aux USA, ont boycotté la séance. Une directrice de la FCC [Commission Fédérale de la Communication], Lisa Fowlkes a mis en évidence par une seule réponse le désordre bureaucratique formidable qui affecte toutes les matières nucléaires. A la question cruciale de la sénatrice Shelly Moore Capito, Républicaine de l’État de Washington, « Comment un seul employé du gouvernement peut-il déclencher une alerte de cette importance sans aucun système de contrôle pour bloquer cette manipulation fautive ? », Fowlkes a fait cette réponse qui laisse sans voix : « C’est en effet un des problèmes que nous explorons dans la cadre de notre enquête. »)

Ci-dessous, le texte du 28 janvier 2018 de WSWS.org (traduction d’un texte anglais du 26 janvier 2018).

dde.org

________________________

 

 

Attaque nucléaire surprise US contre la Corée du Nord ?

Sous couvert du dégel entre la Corée du Nord et la Corée du Sud d’avant les Jeux Olympiques d’hiver et l’accalmie de la rhétorique « feu et furie » de la Maison Blanche de Trump, il y a de plus en plus de signes que le Pentagone et la CIA procèdent avec les préparatifs d’une guerre préventive contre la Corée du Nord, y compris l’utilisation d’armes nucléaires.

Il y a eu de multiples reportages dans les médias américains sur les discussions en coulisses entre l’armée américaine et l’appareil de renseignement et l’administration Trump sur la faisabilité d’une attaque dite « nez sanglant » impliquant des frappes aériennes américaines sur des installations nucléaires nord-coréen, dont il serait espéré – même si c’est mal fondé – qu’elles ne provoqueraient pas une guerre à grande échelle.

Dans un discours public inhabituel, le directeur de la CIA, Mike Pompeo, a fait allusion à ces plans. S’exprimant devant l’American Enterprise Institute, un groupe de réflexion neocon, M. Pompeo a averti que Pyongyang serait « à quelques mois » de la capacité d’organiser une attaque nucléaire contre le continent américain.

Le directeur de la CIA a déclaré que Washington allait « écarter ce risque » et « dénucléariser une fois pour toutes » la Corée du Nord.

Tout en affirmant que l’administration Trump s’était engagée à une « solution par des moyens diplomatiques » – une affirmation démentie par Trump lors de la réprimande de son secrétaire d’État, Rex Tillerson, en octobre dernier pour avoir « gaspillé son temps » en négociations avec le gouvernement de Kim Jung Un – Pompeo a déclaré que la CIA travaillait avec le Pentagone pour « préparer une série d’options pour s’assurer que nous pouvons proposer une gamme de choses afin que le président ait la gamme complète des possibilités ».

Il a ajouté qu’il « laissait aux autres le soin d’apprécier la capacité ou la sagesse d’une frappe préventive ».

La question de la « capacité », cependant, est déjà en, voie de résolution à travers une série d’actions alarmantes et significatives prises par l’armée américaine.

Plus tôt ce mois-ci, la Force aérienne a déployé six bombardiers B-52H Stratofortress ainsi que 300 aviateurs de la base aérienne de Barksdale en Louisiane à Guam pour remplacer six bombardiers B-1B Lancer. Le positionnement des B-52, qui contrairement aux bombardiers B-1B sont capables d’utiliser des armes nucléaires, marque une escalade majeure.

« Le retour du B-52H dans le Pacifique fournira à [US Pacific Command] et à ses alliés et partenaires régionaux une plate-forme de projection de puissance stratégique et crédible », a déclaré l’USAF dans un communiqué. « Le B-52 est capable de voler à des vitesses subsoniques élevées à des altitudes allant jusqu’à 50 000 pieds et peut transporter des munitions conventionnelles nucléaires ou à guidage de précision avec une capacité de navigation de précision dans le monde entier. Cette présence déployée à l’avant démontre l’engagement continu des États-Unis envers leurs alliés et partenaires dans la région Indo-Pacifique. » Une semaine plus tôt, le Pentagone avait déployé trois bombardiers furtifs nucléaires B-2 sur la base aérienne de Guam.

Ces déploiements marquent la première fois en près de deux ans et demi que les trois types de bombardiers stratégiques – les B-52, B-2 et B-1B – ont été rassemblés à Guam, à seulement 2200 kilomètres des cibles en Corée du Nord.

L’agence Bloomberg News a rapporté mercredi que l’US Air Force « a déployé une version améliorée de la plus grande bombe non nucléaire des États-Unis – un bunker buster de 30 000 livres [13 tonnes] qui ne peut être transporté que par les bombardiers furtifs B-2 basés actuellement à Guam. »

L’arme, qui est plus grande que la « mère de toutes les bombes » (MOAB) larguée sur l’Afghanistan en avril dernier « pourrait être utilisée si les États-Unis décidaient de frapper des installations nucléaires souterraines en Corée du Nord », a rapporté Bloomberg.

Pendant ce temps, l’USS Carl Vinson, un porte-avions d’attaque de la classe Nimitz, et son groupe de destroyers à missiles guidés et d’autres navires de guerre, ont quitté San Diego plus tôt ce mois-ci et devraient arriver au large de la péninsule coréenne avant que les Jeux Olympiques d’hiver ne commencent à Pyeongchang, en Corée du Sud, le 9 février. Ils rejoindront le groupe naval d’attaque de l’USS Ronald Reagan déjà déployé au Japon.

L’USS Wasp, un porte-avions d’attaque tactique de 40000 tonnes, est maintenant opérationnel depuis le Japon, transportant des avions F-35B, les avions de combat les plus avancés du Pentagone, capables de transporter des bombes thermonucléaires à gravité de type B61, une arme anti-bunker avec une capacité de pénétration dans le sol dans le sol qui pourrait être utilisée contre les installations nucléaires souterraines ainsi que celles de commandement et contrôle en Corée du Nord.

Parallèlement à ce renforcement des forces de frappe nucléaires, les troupes terrestres et aéroportées américaines s’entraînent pour une invasion dans des bases à travers les États-Unis, tandis que 1000 réservistes ont été appelés pour servir dans des « centres de mobilisation » utilisés pour le déplacement rapide des troupes à l’étranger.

Ces préparatifs militaires fébriles ont lieu alors que la Corée du Sud a persuadé Washington d’annuler les exercices militaires conjoints prévus sur la péninsule coréenne elle-même, que Pyongyang avait dénoncés comme une provocation et une préparation à l’invasion.

Le gouvernement sud-coréen du président Moon Jae-in a profité des prochains Jeux olympiques d’hiver de 2018 pour reprendre le dialogue avec la Corée du Nord, qui a accepté d’envoyer une grande délégation aux Jeux, les joueuses nord-coréennes et sud-coréennes de hockey sur glace se trouvant pour la première fois dans la même équipe. Kim Jong-un a publié jeudi une déclaration conciliante appelant tous les Coréens « au pays et à l’étranger » à travailler pour « améliorer rapidement les relations Nord-Sud » et pour « une percée pour la réunification indépendante ».

À Davos, la ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, a déclaré lors d’un point de presse : « La question nucléaire doit être résolue par des négociations et des efforts diplomatiques. Cette idée d’une solution militaire est inacceptable ». Elle a refusé de commenter lorsqu’on lui a demandé si Washington avait clairement donné à Séoul l’assurance qu’il ne mènerait pas une attaque militaire unilatérale. Elle a ajouté : « C’est notre destin qui est en jeu. Toute option prise sur la péninsule coréenne ne peut être mise en œuvre sans que nous en soyons d’accord. »

Il n’est toutefois pas certain que l’administration Trump ait donné à Séoul un pouvoir de veto sur l’action militaire américaine. Il ne fait aucun doute que Washington considère les pourparlers entre Séoul et Pyongyang comme une menace à sa politique de « pression maximale » contre la Corée du Nord et un obstacle potentiel à ses préparatifs de guerre. Loin de diminuer la marche à la guerre américaine, toute tentative d’accommodement entre Séoul et Pyongyang ne fera qu’augmenter la pression au sein de l’establishment étasunien et de son appareil militaire et de renseignement pour résoudre le problème par l’agression militaire.

Au milieu du renforcement militaire américain, le gouvernement américain a lancé mercredi une nouvelle série de sanctions visant à étrangler l’économie nord-coréenne. Ces dernières sanctions visaient neuf entités, 16 individus et six navires nord-coréens. Parmi eux deux sociétés commerciales basées en Chine figurent sur la liste des sanctions. Pékin a réagi avec hostilité aux nouvelles sanctions. « La Chine s’oppose résolument à tout pays utilisant ses propres lois pour exercer sa compétence à distance sur des entreprises ou des particuliers chinois », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le danger continu de la guerre dans la péninsule coréenne, qui comporte la menace d’une conflagration nucléaire qui pourrait coûter la vie à des millions de personnes, a été cité jeudi par le Bulletin des scientifiques atomiques en avançant de 30 secondes son « Horloge de l’apocalypse », qu’il a maintenu depuis 1947, à deux minutes avant minuit. Ce n’est que la deuxième fois en plus de sept décennies que le groupe fait une évaluation de cette grave menace de guerre nucléaire.

Il a également cité la menace de l’administration Trump de dénoncer l’accord nucléaire iranien et les tensions croissantes entre les Etats-Unis et la Russie, les deux plus grandes puissances nucléaires du monde. Il a également attiré l’attention sur l’examen du dispositif nucléaire de l’administration Trump, qui vise à « accroître les types et les rôles des armes nucléaires dans les plans de défense américains et à abaisser le seuil » pour leur utilisation.

L’administration et le Pentagone ont récemment publié une Stratégie de sécurité nationale et une Stratégie de défense nationale, qui définissent un changement fondamental dans la stratégie américaine, remplaçant la « guerre mondiale contre le terrorisme » de deux décennies par la préparation au conflit « entre les grandes puissances ». et la guerre mondiale, dans lequel un accent est mis sur le renforcement de l’arsenal nucléaire de Washington.

Sous couvert du dégel entre la Corée du Nord et la Corée du Sud d’avant les Jeux Olympiques d’hiver et l’accalmie de la rhétorique « feu et furie » de la Maison Blanche de Trump, il y a de plus en plus de signes que le Pentagone et la CIA procèdent avec les préparatifs d’une guerre préventive contre la Corée du Nord, y compris l’utilisation d’armes nucléaires.

Il y a eu de multiples reportages dans les médias américains sur les discussions en coulisses entre l’armée américaine et l’appareil de renseignement et l’administration Trump sur la faisabilité d’une attaque dite « nez sanglant » impliquant des frappes aériennes américaines sur des installations nucléaires nord-coréen, dont il serait espéré – même si c’est mal fondé – qu’elles ne provoqueraient pas une guerre à grande échelle.

Dans un discours public inhabituel, le directeur de la CIA, Mike Pompeo, a fait allusion à ces plans. S’exprimant devant l’American Enterprise Institute, un groupe de réflexion neocon, M. Pompeo a averti que Pyongyang serait « à quelques mois » de la capacité d’organiser une attaque nucléaire contre le continent américain.

Le directeur de la CIA a déclaré que Washington allait « écarter ce risque » et « dénucléariser une fois pour toutes » la Corée du Nord.

Tout en affirmant que l’administration Trump s’était engagée à une « solution par des moyens diplomatiques » – une affirmation démentie par Trump lors de la réprimande de son secrétaire d’État, Rex Tillerson, en octobre dernier pour avoir « gaspillé son temps » en négociations avec le gouvernement de Kim Jung Un – Pompeo a déclaré que la CIA travaillait avec le Pentagone pour « préparer une série d’options pour s’assurer que nous pouvons proposer une gamme de choses afin que le président ait la gamme complète des possibilités ».

Il a ajouté qu’il « laissait aux autres le soin d’apprécier la capacité ou la sagesse d’une frappe préventive ».

La question de la « capacité », cependant, est déjà en, voie de résolution à travers une série d’actions alarmantes et significatives prises par l’armée américaine.

Plus tôt ce mois-ci, la Force aérienne a déployé six bombardiers B-52H Stratofortress ainsi que 300 aviateurs de la base aérienne de Barksdale en Louisiane à Guam pour remplacer six bombardiers B-1B Lancer. Le positionnement des B-52, qui contrairement aux bombardiers B-1B sont capables d’utiliser des armes nucléaires, marque une escalade majeure.

« Le retour du B-52H dans le Pacifique fournira à [US Pacific Command] et à ses alliés et partenaires régionaux une plate-forme de projection de puissance stratégique et crédible », a déclaré l’USAF dans un communiqué. « Le B-52 est capable de voler à des vitesses subsoniques élevées à des altitudes allant jusqu’à 50 000 pieds et peut transporter des munitions conventionnelles nucléaires ou à guidage de précision avec une capacité de navigation de précision dans le monde entier. Cette présence déployée à l’avant démontre l’engagement continu des États-Unis envers leurs alliés et partenaires dans la région Indo-Pacifique. » Une semaine plus tôt, le Pentagone avait déployé trois bombardiers furtifs nucléaires B-2 sur la base aérienne de Guam.

Ces déploiements marquent la première fois en près de deux ans et demi que les trois types de bombardiers stratégiques – les B-52, B-2 et B-1B – ont été rassemblés à Guam, à seulement 2200 kilomètres des cibles en Corée du Nord.

L’agence Bloomberg News a rapporté mercredi que l’US Air Force « a déployé une version améliorée de la plus grande bombe non nucléaire des États-Unis – un bunker buster de 30 000 livres [13 tonnes] qui ne peut être transporté que par les bombardiers furtifs B-2 basés actuellement à Guam. »

L’arme, qui est plus grande que la « mère de toutes les bombes » (MOAB) larguée sur l’Afghanistan en avril dernier « pourrait être utilisée si les États-Unis décidaient de frapper des installations nucléaires souterraines en Corée du Nord », a rapporté Bloomberg.

Pendant ce temps, l’USS Carl Vinson, un porte-avions d’attaque de la classe Nimitz, et son groupe de destroyers à missiles guidés et d’autres navires de guerre, ont quitté San Diego plus tôt ce mois-ci et devraient arriver au large de la péninsule coréenne avant que les Jeux Olympiques d’hiver ne commencent à Pyeongchang, en Corée du Sud, le 9 février. Ils rejoindront le groupe naval d’attaque de l’USS Ronald Reagan déjà déployé au Japon.

L’USS Wasp, un porte-avions d’attaque tactique de 40000 tonnes, est maintenant opérationnel depuis le Japon, transportant des avions F-35B, les avions de combat les plus avancés du Pentagone, capables de transporter des bombes thermonucléaires à gravité de type B61, une arme anti-bunker avec une capacité de pénétration dans le sol dans le sol qui pourrait être utilisée contre les installations nucléaires souterraines ainsi que celles de commandement et contrôle en Corée du Nord.

Parallèlement à ce renforcement des forces de frappe nucléaires, les troupes terrestres et aéroportées américaines s’entraînent pour une invasion dans des bases à travers les États-Unis, tandis que 1000 réservistes ont été appelés pour servir dans des « centres de mobilisation » utilisés pour le déplacement rapide des troupes à l’étranger.

Ces préparatifs militaires fébriles ont lieu alors que la Corée du Sud a persuadé Washington d’annuler les exercices militaires conjoints prévus sur la péninsule coréenne elle-même, que Pyongyang avait dénoncés comme une provocation et une préparation à l’invasion.

Le gouvernement sud-coréen du président Moon Jae-in a profité des prochains Jeux olympiques d’hiver de 2018 pour reprendre le dialogue avec la Corée du Nord, qui a accepté d’envoyer une grande délégation aux Jeux, les joueuses nord-coréennes et sud-coréennes de hockey sur glace se trouvant pour la première fois dans la même équipe. Kim Jong-un a publié jeudi une déclaration conciliante appelant tous les Coréens « au pays et à l’étranger » à travailler pour « améliorer rapidement les relations Nord-Sud » et pour « une percée pour la réunification indépendante ».

À Davos, la ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Kang Kyung-wha, a déclaré lors d’un point de presse : « La question nucléaire doit être résolue par des négociations et des efforts diplomatiques. Cette idée d’une solution militaire est inacceptable ». Elle a refusé de commenter lorsqu’on lui a demandé si Washington avait clairement donné à Séoul l’assurance qu’il ne mènerait pas une attaque militaire unilatérale. Elle a ajouté : « C’est notre destin qui est en jeu. Toute option prise sur la péninsule coréenne ne peut être mise en œuvre sans que nous en soyons d’accord. »

Il n’est toutefois pas certain que l’administration Trump ait donné à Séoul un pouvoir de veto sur l’action militaire américaine. Il ne fait aucun doute que Washington considère les pourparlers entre Séoul et Pyongyang comme une menace à sa politique de « pression maximale » contre la Corée du Nord et un obstacle potentiel à ses préparatifs de guerre. Loin de diminuer la marche à la guerre américaine, toute tentative d’accommodement entre Séoul et Pyongyang ne fera qu’augmenter la pression au sein de l’establishment étasunien et de son appareil militaire et de renseignement pour résoudre le problème par l’agression militaire.

Au milieu du renforcement militaire américain, le gouvernement américain a lancé mercredi une nouvelle série de sanctions visant à étrangler l’économie nord-coréenne. Ces dernières sanctions visaient neuf entités, 16 individus et six navires nord-coréens. Parmi eux deux sociétés commerciales basées en Chine figurent sur la liste des sanctions. Pékin a réagi avec hostilité aux nouvelles sanctions. « La Chine s’oppose résolument à tout pays utilisant ses propres lois pour exercer sa compétence à distance sur des entreprises ou des particuliers chinois », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Le danger continu de la guerre dans la péninsule coréenne, qui comporte la menace d’une conflagration nucléaire qui pourrait coûter la vie à des millions de personnes, a été cité jeudi par le Bulletin des scientifiques atomiques en avançant de 30 secondes son « Horloge de l’apocalypse », qu’il a maintenu depuis 1947, à deux minutes avant minuit. Ce n’est que la deuxième fois en plus de sept décennies que le groupe fait une évaluation de cette grave menace de guerre nucléaire.

Il a également cité la menace de l’administration Trump de dénoncer l’accord nucléaire iranien et les tensions croissantes entre les Etats-Unis et la Russie, les deux plus grandes puissances nucléaires du monde. Il a également attiré l’attention sur l’examen du dispositif nucléaire de l’administration Trump, qui vise à « accroître les types et les rôles des armes nucléaires dans les plans de défense américains et à abaisser le seuil » pour leur utilisation.

L’administration et le Pentagone ont récemment publié une Stratégie de sécurité nationale et une Stratégie de défense nationale, qui définissent un changement fondamental dans la stratégie américaine, remplaçant la « guerre mondiale contre le terrorisme » de deux décennies par la préparation au conflit « entre les grandes puissances » et la guerre mondiale, dans lequel un accent est mis sur le renforcement de l’arsenal nucléaire de Washington.

Bill Van Auken, WSWS.org

Donations

Nous avons récolté 1717 € sur 3000 €

faites un don