Débris de FakeNews

Bloc-Notes

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 20

Débris de FakeNews

Tandis que les impératifs experts du bloc-BAO continuent à répéter la thèse du Pentagone sur son hyper- victoire complète (120% de coups au but, 105 cruise missiles tirés et 125 touchant leurs objectifs), les Russes développent un arsenal considérable d’éléments de communication pour appuyer leur version de l’attaque de la nuit du vendredi-13 en Syrie. 

C’est là un caractère remarquable dans le champ de la communication de cette attaque, comme souligné dans notre chapeau de présentation : “l’extrême durabilité de ses effets et  [...] l’extrême difficulté pour le bloc-BAO de garder intacte la narrative”. C’est à notre estime une indication remarquable de l’aggravation de la crise générale elle-même, avec son désordre et la perte de contrôle des évènements qui s’ensuit, plus que de la tension de communication qui est toujours maintenue à son niveau maximum comme on dirait business as usual.  Il devient effectivement très difficile de simuler longtemps un simulacre.

Les Syriens et les Russes, et d’ailleurs les Syriens pour les Russes, se sont donc employés à la tâche difficile de retrouver le maximum des impacts des missiles interceptés-selon-eux, et d’autres également perdus, pour disposer de traces concrètes de ces évènements. On a donc désormais droit à une avalanche de photos de débris de cruise missiles US et autres, – sans doute des Fake-débris, récupérés d’éclats d’obus du champ de bataille de Verdun, près de Damas en 1916. On trouve désormais ces éléments partout, et une excellente documentation est disponible sur SouthFront.org, le fameux Fake-site (voir ici et , etcetera), ou bien sur ZeroHedge.com. Il y a également un nouveau décompte, – toujours la Fake-version russe, – que seuls 22 cruise missiles ont atteint leurs cibles tandis que le nombre de cruise missiles détruits par la défense AA syrienne est ramené de 71 à 66, ce qui laisse entre 12 et 15 cruise missiles qui ont été perdus suite sans doute à des problèmes techniques.

Pour la majorité dans la presse-antiSystème, – ne parlons pas de la presseSystème qui évolue dans un autre cosmos, – la version russe est de plus en plus couramment admise, comme le montre par exemple ce passage dans un article de ZeroHedge.com consacré à un autre sujet (la fureur israélienne face à la livraison probable de S-300 russes à la Syrie) : « Concerning Syria's current missile defense deterrent capabilities – though contested among analysts – Syria's over 30-year old current deterrent system appears to have performed well, likely stunning the West and neighboring Israel (which itself played a part in the coalition attack) as it reportedly shot down 71 of the 103 cruise missiles, according to official Russian and Syrian government sources (Russia this week has offered proof that its version is correct, over and against Pentagon claims that not a single Tomahawk was shot down). »

Il y a donc un affrontement titanesque de communication, de porte-parole à porte-parole. Cet extrait d’un texte de Spoutnik-français en donne une idée : « Le porte-parole du Pentagone a qualifié d’“absurdes” les propos concernant le choix par la coalition des cibles en Syrie. “C’est un nouvel exemple de la campagne de désinformation russe visant à détourner l’attention de leur implication morale dans les cruautés du régime d’Assad et le massacre de la population civile dans l'ouest de la Syrie”, a-t-il affirmé, ajoutant que la déclaration de l’état-major russe était “un nouvel écran de fumée de la propagande” destiné à détourner l'attention de la situation réelle en Syrie.

» [De son côté,] le général Roudskoï a signalé au cours de son point de presse [du ministère russe de la défense] que les numéros de série, les dates et les marques de productions qu’on voit sur [les cruise missiles abattus] permettaient d’identifier sans difficultés les origines de ces fragments, ajoutant que les résultats de l'analyse seraient utilisés pour perfectionner les armes russes. »

A côté de cela, se développe une offensive traîtresse à La Haye, au siège de l’organisation OIAC d’interdiction des armes chimiques. Les Russes y ont convoqué une réunion extraordinaire pour permettre à leurs “partenaires”, dont la triplette FRUKUS, de prendre connaissance de divers témoignages sur l’“attaque chimique” du 7 avril, justification à priori de l’attaque du 13-14 avril. Ils en ont profité pour préciser qu’ils empêcheraient toute nouvelle attaque type-FRUKUS contre la Syrie. Dont acte, dans la guerre de la communication en cours.

Pour ce qui concerne l’objectif principal de la réunion, les Russes ont notamment fait témoigner le petit Hassan Diab, 11 ans, par ailleurs vedette forcée d’un court-métrage des “Casques Blanc” installés par l’ONG britannique MI6, cette œuvre constituant la principale preuve irréfutable de l’attaque chimique. Le jeune Hassan est venu, accompagné par son père, dire qu’il n’avait été nullement atteint par des affreuses choses chimiques tirées par Assad... (Avant de lire, il faut avoir à l’esprit que ce jeune Fake-gamin peut aussi bien avoir été envoûté par Poutine qu’être un agent recruté par le KGB dans les années1960.)

« “Nous étions au sous-sol et nous avons entendu des gens crier qu'il fallait aller à l'hôpital. Nous sommes passés par un tunnel. A l'hôpital, ils ont commencé à m’asperger d’eau“, raconte-t-il ce 26 avril. Après la diffusion des images, Hassan et sa famille avaient confié à la presse, dont RT, qu’il s’était vu ordonner de se rendre à l'hôpital par des hommes affirmant qu'une attaque chimique avait eu lieu. [...]

» Mais Hassan n'était pas le seul témoin direct présenté par la Russie ce 26 avril. Ahmed Kashoi, un responsable des urgences, également présent, raconte : “Il y avait des personnes que l'on ne connaissait pas, et qui filmaient dans le service. Ils filmaient la scène de chaos et ils filmaient les personnes qui étaient arrosées d'eau”, se rappelle-t-il. Et de poursuivre : “Cela a duré une heure, nous sommes venus en aide[aux civils] puis nous les avons renvoyés chez eux. Aucun n'a été victime d'une exposition à un agent chimique.” »

Enfin, il s’agit de ne pas se décourager : le combat antiFake de la presseSystème et de ses divers satellites imprimés et humains continue à porter ses fruits. La vertu n’est pas en vain, dirait un expert en cruise missiles. Ainsi du colonel Lang, dont l’ingénuité (suspecte) ne cesse d’étonner les experts, qui se trouve lui-même un peu découragé à la fin d’un texte où il expose les incroyables manigances de quelques professionnels appointés du neoconism, dont le général Keane, à la retraite depuis longtemps et depuis longtemps avocat de toutes les guerres victorieuses et vertueuses, de l’Irak des armes de destruction massive à la Libye de la démocratie restaurée. Lang note en effet en conclusion : « J’ai lu une enquête d’opinion aujourd’hui [26 avril] indiquant que 61% des Américains approuvent la frappe des missiles FUKUS[France-UK-US] contre les objectifs des armes chimiques fictives en Syrie. La crédulité impliquée dans ce résultat est impressionnante. »

Cette crédulité-là est à la mesure de l’ampleur immense de la bataille. Il ne s’agit pas d’une bataille parmi d’autres ni d’une guerre après l’autre. Il s’agit d’une bataille contre une force dynamique littéralement diabolique, enchaînant ses serviteurs “zombifié” (les Keane & Cie) dans un déterminisme-narrativiste qui ne peut être qu’une création effectivement de forces maléfiques. L’on parle ici d’une intrusion du Mal qui dépasse le sapiens dans son origine, que ce soit ses relais (Keane & Cie) autant que ses victimes crédules (les 61%), pour mieux les faire céder aux délices de l’apparence du libre-arbitre contenu dans la servitude volontaire déjà signalée il y a quelques siècles par Etienne de La Boétie.

Mis en ligne le 27 avril 2018 à 11H42

Donations

Nous avons récolté 454 € sur 3000 €

faites un don