De Poutine-Bandar à l’Égypte et à la Syrie

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

De Poutine-Bandar à l’Égypte et à la Syrie

Nous avons parlé à plusieurs reprises de l’entretien du 31 juillet entre Prince Bandar, le chef des SR saoudiens et personnage à nombreuses faces machiavéliques, et le président russe Poutine, dans la résidence personnelle de Poutine ; mais chaque fois, de façon tangentielle et parcellaire. (Voir le 17 août 2013, le 19 août 2013 et le 21 août 2013.) Le quotidien libanais en langue arabe As Safir, qui se révèle souvent d’excellente tenue dans les informations exclusives et semi-officielles qu’il publie et commente, a publié un article sur cet entretien. As Safir publie un article très complet sur cet entretien à partir d’un “rapport diplomatique” (traduction en anglais dans Al Monitor.com, le 22 août 2013).

L’article présente d’abord les conditions de préparations de l’entretien, qui s’est déroulé au cours d’un déplacement hors des normes officielles, après une intervention et une proposition téléphoniques du roi Abdoullah faites directement à Poutine. Bandar (qui a vu aussi le chef du renseignement militaire russe, le général Sergon) s’est présenté à Poutine comme ayant informé les USA et certains pays européens de son initiative, ajoutant d’une façon énigmatique et originale, qu’on dirait bien dans sa manière à quintuple face, que “tout accord qui serait réalisé durant cet entretien serait non seulement un accord arabo-russe, mais aussi un accord américano-russe”. Cette affirmation, à la fois audacieuse et extravagante, ne paraît pas être du genre à détendre l’atmosphère dans le sens d’établir une confiance particulière, notamment dans le chef des Russes.

L’entretien est présenté comme ayant été très agité (“stormy meeting”), et effectivement certains passages montrent une rude franchise (voir ci-dessous la réponse de Poutine à Bandar concernant les groupes terroristes tchétchènes). Nous publions ci-dessus quelques extraits sélectionnés de l’article, donc de ce qui est supposé être la rencontre. Le premier extrait rend compte des grandes lignes des propositions de Bandar, notamment pour ce qui concerne le terrorisme, l’extrémisme musulman et la situation égyptienne.

«...Bandar told Putin, “There are many common values and goals that bring us together, most notably the fight against terrorism and extremism all over the world. Russia, the US, the EU and the Saudis agree on promoting and consolidating international peace and security. The terrorist threat is growing in light of the phenomena spawned by the Arab Spring. We have lost some regimes. And what we got in return were terrorist experiences, as evidenced by the experience of the Muslim Brotherhood in Egypt and the extremist groups in Libya. ... As an example, I can give you a guarantee to protect the Winter Olympics in the city of Sochi on the Black Sea next year. The Chechen groups that threaten the security of the games are controlled by us, and they will not move in the Syrian territory’s direction without coordinating with us. These groups do not scare us. We use them in the face of the Syrian regime but they will have no role or influence in Syria’s political future.”

»Putin thanked King Abdullah for his greetings and Bandar for his exposition, but then he said to Bandar, “We know that you have supported the Chechen terrorist groups for a decade. And that support, which you have frankly talked about just now, is completely incompatible with the common objectives of fighting global terrorism that you mentioned. We are interested in developing friendly relations according to clear and strong principles.”

»Bandar said that the matter is not limited to the kingdom and that some countries have overstepped the roles drawn for them, such as Qatar and Turkey. He added, “We said so directly to the Qataris and to the Turks. We rejected their unlimited support to the Muslim Brotherhood in Egypt and elsewhere. The Turks’ role today has become similar to Pakistan’s role in the Afghan war. We do not favor extremist religious regimes, and we wish to establish moderate regimes in the region. It is worthwhile to pay attention to and to follow up on Egypt’s experience. We will continue to support the [Egyptian] army, and we will support Defense Minister Gen. Abdel Fattah al-Sisi because he is keen on having good relations with us and with you. And we suggest to you to be in contact with him, to support him and to give all the conditions for the success of this experiment. We are ready to hold arms deals with you in exchange for supporting these regimes, especially Egypt.”»

• Sur ce dernier point de l’affaire égyptienne, la réplique de Poutine, telle que rapportée par l’article, va nettement dans le sens des indications données par Bandar. (Il doit être noté que l’appréciation des Russes a sans doute notablement évolué depuis le 31 juillet, notamment avec les affrontements et les massacres du début du mois, puis la reprise en main assez évidente de la situation par l’armée, d’autant plus évidente après l’échec de la mobilisation des Frères Musulmans, hier au Caire. Il est évident que le spectre de la guerre civile est aujourd’hui très éloigné.)

«Putin gave his country’s position on the Arab Spring developments, especially about what has happened in Libya, saying, “We are very concerned about Egypt. And we understand what the Egyptian army is doing. But we are very cautious in approaching what’s happening because we are afraid that things may slide toward an Egyptian civil war, which would be too costly for the Egyptians, the Arabs and the international community. I wanted to do a brief visit to Egypt. And the matter is still under discussion.”»

• Là où le désaccord fut le plus flagrant, c’est sur les questions syrienne et iranienne. Les propositions saoudiennes, consistaient à “acheter” une nouvelle politique russe en Syrie (abandon d’Assad) et en Iran (opposition au programme nucléaire). Poutine a rejeté les deux propositions, rendant caducs du même coup les diverses propositions d’avantages économiques, pétroliers, d’investissements saoudiens en Russie, etc., avancées par Bandar. Des échos de cet aspect d’“achat” de la politique russe avaient été diffusées par diverses sources, notamment par le site d’opposition en Russie des commentateurs Sergei Chargunov and Zakhar Prilepine, Svobodnaya Press (URL du site, en russe : http://www.svpressa.ru/). Le journaliste Vassili Vankov avait interviewé Viacheslav Tetekine, membre de la commission de la défense de la Douma, le 11 août 2013, en lui demandant d’assumer que les informations qui avaient commencé à filtrer étaient fondées. Sur les propositions de Bandar d’“acheter” un changement de la politique russe, Tetekine avait répondu :

«I simply proceed from the assumption that such information might well not correspond to reality. If, on the other hand, we assume that it is reliable, it is undoubtedly unbecoming for any country to sell its allies. I do not rule out the Saudis, and the Americans at their backs, indeed having dangled a “carrot” before our leadership. But Russia is not a state that could afford to “jump” at such a cheap enticement. This would not simply mean a loss of prestige but of our clout and influence in the world. That such things occurred at the start of the 1990s is another matter. When our foreign policy was “steered” by Mr Kozyrev, who not without malice was called not “minister of foreign affairs of Russia” but “minister of foreign affairs for Russia”. It would for the present leadership be entirely unseemly to bite at such lures. From the perspective of Russia’s strategic interests, we cannot afford to resemble a commercial enterprise prepared to trade our interests at a reasonable price.»

Il faut noter qu’après la réplique de Poutine rejetant la sorte d’“arrangement” que Bandar proposait sur la Syrie, l’article observe : «As soon as Putin finished his speech, Prince Bandar warned that in light of the course of the talks, things were likely to intensify, especially in the Syrian arena...» Cette remarque peut après tout prendre une signification particulière, disons concernant les dons de prophétisme de Prince Bandar, relativement aux “événements” en Syrie ces trois derniers jours (controverse autour de l’attaque chimique, menace d’attaque du bloc BAO).

• Un élément particulier doit également retenir l’attention, qui est ce que Poutine aurait affirmé à propos des relations entre la Russie et la Turquie, notamment dans la perspective d’une visite d’Erdogan en Russie en septembre. Il est notable que, sur ce point, Poutine montre une grande souplesse d’interprétations et de perspective de ses relations avec la Turquie et “son ami Erdogan”, malgré la Syrie et alors que la Turquie traverse elle-même une crise à la fois interne et externe.

«Regarding the Turkish issue, Putin spoke of his friendship with Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan; “Turkey is also a neighboring country with which we have common interests. We are keen to develop our relations in various fields. During the Russian-Turkish meeting, we scrutinized the issues on which we agree and disagree. We found out that we have more converging than diverging views. I have already informed the Turks, and I will reiterate my stance before my friend Erdogan, that what is happening in Syria necessitates a different approach on their part. Turkey will not be immune to Syria’s bloodbath. The Turks ought to be more eager to find a political settlement to the Syrian crisis. We are certain that the political settlement in Syria is inevitable, and therefore they ought to reduce the extent of damage. Our disagreement with them on the Syrian issue does not undermine other understandings between us at the level of economic and investment cooperation. We have recently informed them that we are ready to cooperate with them to build two nuclear reactors. This issue will be on the agenda of the Turkish prime minister during his visit to Moscow in September.”»

Ce “document diplomatique” sur la rencontre Poutine-Bandar permet évidemment d’avancer considérablement dans la définition de l’importance de cette rencontre, de ses faux-semblants et de ses réalités. On arrive aisément à la conclusion qu’un seul sujet domine cette rencontre, où l’on peut trouver une entente possible entre la Russie et l’Arabie échappant aux manœuvres diverses, et c’est bien entendu l’Égypte. Il est manifeste que les deux pays ont une vision commune de la situation égyptienne, et des intérêts communs dans une évolution de cette situation favorable aux militaires et en opposition aux Frères Musulmans. Il faut noter qu’en se référant à la situation syrienne, ce sont les Russes qui sont le plus à l’aise : l’intervention des militaires égyptiens se justifie en bonne partir par les projets de Morsi d’engager l’Égypte contre Assad. La position de l’armée se fait sentir sur la situation de l’opposition syrienne, comme le rapportait le 17 août 2013 Hurriyet Daily News (quotidien turc), qui a interrogé le représentant de l’opposition syrienne en Turquie, Khaled Khoja. Le quartier-général de la Coalition Nationale Syrienne (SNC en anglais) doit être transféré d’Egypte en Turquie alors que les mouvements des opposants syriens sont contrôlés et limités, et que nombre de ces opposants quittent la Turquie («“Just a few days before the coup, a meeting on Syria took place in Cairo. Morsi had said they would freeze diplomatic relations with the Bashar al-Assad regime. Right after the coup, this decision was overturned and the new regime said they would upgrade relations with Syria,” Khoja said.»)

Certains n’hésitent plus à lier cette évolution de l’Égypte, les intentions russes à cet égard, éventuellement la convergence de la Russie avec l’Arabie, avec la nouvelle polémique en Syrie autour d’une attaque chimique. C’est le cas de M K Bhadrakumar, sur Asia Times le 22 août 2013.

«This is the second thing. The tectonic plates in the geopolitics of the Middle East were beginning to show some movement in recent weeks over developments in Egypt. The disharmony amongst the erstwhile allies who were until recently collaborating over the Syria project was becoming too obvious to be papered over. [...]

» But the most sensational part of the realignment is the nascent proximity between Russia on the one hand and Saudi Arabia and its GCC allies (especially the United Arab Emirates) on the other hand in their shared antipathy toward Muslim Brotherhood. At the very least, the Syrian chemical weapon controversy puts a sudden break on the incipient moves of a “reset” in the political alignments in the Middle East. The Western powers have circled the wagons and their restive Arab allies – Saudi Arabia, in particular – are being told to stay put, with the signal that the Syrian project is work in progress. The heart of the matter is that the West simply cannot afford a regional ascendance by Russia, China and Iran. Nor is the West comfortable with the increasingly maverick ways in which its regional allies are behaving...»

Bien entendu, ces diverses appréciations et supputations ne prennent pas en compte la menace très sérieuse d’une attaque aérienne du bloc BAO, avec les USA éventuellement comme maître d’œuvre, contre la Syrie. Une telle possibilité, si elle se concrétisait, conduirait très probablement à d’autres événements en cascade et obligerait à une réévaluation complète de la situation. Le plus intéressant à cet égard, dans le cadre des diverses considérations qui ont été faites durant et autour de la rencontre Poutine-Bandar, est de savoir quelle serait l’évolution de l’Egypte si, par exemple, une telle intervention ayant eu lieu, elle aurait pour effet de renforcer le camp des islamistes radicaux en Syrie et ailleurs par voie de conséquence. Les militaires égyptiens pourraient être conduits à changer leurs priorités, d’autant que la réduction du camp des Frères semble s’avèrer plus rapide que prévu ; pour l’instant, la priorité des militaires concerne effectivement la stabilisation de la situation intérieure mais les deux prolongements additionnés (les FM plus vite réduits et des changements explosifs de situation en Syrie) pourraient les conduire à conclure que les questions de politique de sécurité extérieure prennent le pas sur l'intérieur. La remarque de DEBKAFiles que nous rapportions le 21 août 2013 pourrait impliquer une situation préoccupante pour les Israéliens plus rapidement que prévu : «On Saturday, Aug. 17, El-Sisi remarked “This is no time to attack the US and Israel, because our first priority is to disband the Muslim Brotherhood.” Jerusalem found this remark alarming rather than comforting, noting that he made no promises about the future.»

 

Mis en ligne le 24 août 2013 à 10H57

Donations

Nous avons récolté 1633 € sur 3000 €

faites un don