Chris Hedges chez RT

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 171

Chris Hedges chez RT

Le 11 juin, RT a diffusé la première émission de On Contact, avec comme invité le vieux Tariq Ali, l’un des plus anciens parmi les “dissidents” fameux, l’homme de toutes les “nouvelles gauche” et de tous les combats anticapitalistes depuis les années 1960. Tariq Ali n’a pas changé et, certes, son jugement en vaut beaucoup, beaucoup d’autres. En face de lui, pour l’interroger, surprise : Chris Hedges, dont il nous est déjà arrivé de parler d’une façon précise. Il s’agit d’une autre gloire de la “gauche antiSystème”, certainement plus jeune qu’Ali, de la génération d'après, et avec un parcours fort différent puisque venu du New York Times et harnaché d’un prix Pulitzer décerné en 2002 à l’équipe d’enquêteurs sur le terrorisme qu’il dirigeait alors. Ce Bloc-Notes, une fois n’est pas coutume, s’intéresse autant à l’intervieweur qu’à l’interviewé.

En effet, Chris Hedges chez RT, c’est un événement. Hedges est un homme de la vraie “gauche dissidente” US, celle qui se bat avec une belle ardeur contre le Système mais qui aime également à garder ses distances de certains centres certes antiSystème qui pourraient également sembler un peu léger ou un peu douteux.. (Cette observation pour renvoyer aux âmes qui assurent une “vigilance” très pointilleuses sur le respect des “valeurs”, dont on ne sait plus quel but elle [cette “vigilance”] poursuit vraiment, et dont le Système, qui sait ce qu’il veut lui, a fait une de ses armes secrètes les plus efficaces pour diviser ses adversaires.) Nous parlons ici de la “gauche dissidente” qui se bat avec cette “belle ardeur” mais qui n’a guère, sinon aucune chance de gagner, et qui a parfois l’air de se satisfaire de cette absence de perspective pour pouvoir conserver intactes et vierges toutes ses illusions. (Un peu comme, in illo tempore, l’on soupçonna toujours Jean-Marie Le Pen de souhaiter secrètement et ardemment à n’avoir jamais à exercer le pouvoir.) Au reste, dans la première émission de On Contact, le vieux Tariq Ali couvert de plaies et de bosses n’a pas eu l’air de démentir ce statut-là de cette ardente “gauche dissidente”, tandis qu’auparavant Hedges, expliquant sa venue à RT, avait montré qu’il espérait bien que sa “belle ardeur” finirait par donner de vrais résultats.

• C’est le 2 juin que RT annonçait l’engagement de Chris Hedges comme producteur et éditeur de l’émission, spécialement créée pour lui, On Line. La rédactrice en chef de RT, Margarita Simonian, a bien entendu salué cette recrue d’une qualité journalistique exceptionnelle, et qui poursuit une tendance maintenant bien affirmée où RT vient prendre au journalisme US certaines de ses “vedettes” à l’esprit trop indépendant pour poursuivre dans la presse-Système, ou simplement fatigués de la routine imposée par cette presse. (RT-America compte déjà des gens comme Ed Schultz [News with Ed], Larry King [Politicking] et [Larry King Now], Tyrel Ventura, Tabetha Wallace et Sean Stone [Watching the Hawks], etc.)... Voici donc ce que dit Heges de son engagement chez RT :

« “The absence of dissident voices from the airwaves, including on public broadcasting that was originally designed to allow those not beholden to the power elites to be heard, has turned the media landscape in the United States into an echo chamber for the powerful and the wealthy,” ‘On Contact’ will feature conversations with activists, intellectuals and revolutionaries. As Hedges puts it, his show “will examine the effects of the endless wars, mounting inequality and the steady erosion of our civil liberties, and will give voice to those who offer radical solutions, including those proposed by anti-capitalists, and who have been shut out of the national debate by a corporatized press.” The constriction of acceptable opinion and debate has eroded the integrity of the press and contributed to the decay of our democracy,” Hedges said. ”This program will be a program where dissident voices will not only be amplified, but celebrated.”

» “The media landscape in the United States has narrowed the acceptable range of opinion, or been trivialized, to make it little more than a platform for the elites or part of the vast system of entertainment,” Hedges said. “There are few places RT is one where critics of corporate capitalism and the American empire can find a voice,” he continued. “These voices are vital if we are to find our way back to a democracy.  It is for this reason I am doing On Contact with RT.” »

• La rencontre de Hedges avec Ali, pour la première émission, a eu lieu le 12 juin. La rencontre est du plus haut intérêt et embrasse la situation actuelle de l’hypercapitalisme globalisé et de ce que nous nommons l’“insurrection antiSystème”, ou la tentative, ou l’ébauche d’“insurrection antiSystème”. Tariq Ali croit à l’effondrement de l’hypercapitalisme, simplement par la stupidité et la rapacité à cour terme de ceux qui sont à des postes de direction. Il reconnaît aisément que la gauche antiSystème est beaucoup plus faible que la droite antiSystème et, pour s’arrêter à un cas particulièrement intéressant, résume bien une certaine ambiguïté d’une vision réaliste dans la “gauche dissidente”, face au phénomène populiste que représente Donald Trump.

« The banks behind politicians in the western world “have allowed the poor to rot,” and now the elites in those countries, especially the US, are facing a revolt, journalist and author Tariq Ali told RT America’s Chris Hedges in an exclusive interview. “The elites who have run the United States and western Europe have proven incapable of offering even the smallest palliatives to their populations. They have allowed the poor to rot regardless of skin color and grow,” Ali said. “And so what we have is a protest against this center elite, which I call the extreme center because whether it’s social democratic or conservative, they unite to crush.”

» Presumptive Republican nominee Donald Trump has become a perfect example of this protest against the extreme center, he tells Hedges. “They’ve found in Trump someone who airs their most crazed fantasies at the same time who attacks the banks, at the same time attacks these new treaties which are being carried through and promises some palliatives to the poorest section of the white working class,” Ali said.

» The right and the far right are growing around the world, while the left has been weak. That is part of the reason that Democratic presidential candidate Bernie Sanders wasn’t able to succeed, even though he also offers an independent voice to the working class. “I don’t think that there’s anything on the radical left at the moment of course, these things are volatile, things can happen,” he said. Ali cited an appeal that actress Rosario Dawson made to Sanders supporters as to why Trump is so popular at a widely attended rally in New York City at the end of March.

» Both Hedges and him think that capitalism is heading towards a collapse and the banks and political elites are doing everything they can to stop it. An example of what they are willing to do to keep the status quo is what happened in the European Union when Greece was on the brink of default. “Greece is kind of the perfect case study of the myopic thinking on the part of international elites, where they are squeezing everything they can out of this country, knowing full well that it’s ultimately not sustainable,” Hedges said in his first episode of ‘On Contact’ on RT America. “A lot of people in Greece are suffering, and a lot more are going to suffer.” “They will, yeah,” Ali responded, adding that poor people in Greece were already suffering. “The figures coming out of Greece were horrific: malnutrition in Greece, people dying for lack of food, people using barter to survive, pensions going down and down and down in a poor country,” Ali said. “At the same time as the ship owners, a plutocracy which has owned that country, carries on there’s no problems, as far as they’re concerned at all. They don’t pay taxes, they register their ship somewhere else, and even when they don’t, they don’t think it’s their duty.”

» Hedges asked if Greece was destroyed to make an example of it, comparable to what then Secretary of State Henry Kissinger did to Chile and Salvador Allende during the Cold War: “The banking system has to destroy Greece ... to send a message to countries like Portugal, Spain, Ireland, whose economy is a mess, which is don’t try this,” the RT America host said. Ali agreed with the analogy. “This was a message to other countries where there is no armed struggle, no guerrilla warfare: ‘Don’t try coming to power like this and nationalizing industries and rapping us on the knuckles [because] this is how we’ll deal with you’,” he said. “That is what was done to Greece by the European Union and, you know, one has to be honest here… it’s had its effect. It’s pushed people back. The Spanish radical group Podemos stepped backwards. And so it’s had its effect.”

» The journalist and author warned that the collapse is coming because the elite refuses to plan for the future. “They do know that collapse is coming, and they’re trying to make sure that it doesn’t affect them. So the German banks are not prepared to allow the politicians to take any risks by bailing out Greece or bailing out other countries in trouble,” Ali said. “It was one thing bailing themselves out, the banks and the hedge fund system via the banks, but anything else, they say, is unacceptable because it will bring the collapse closer and our interest is to defend the banking system. It’s short-sighted, and they live for today as we know; capitalism and capitalists, by and large, don’t think of the long-term.” »

L’intérêt de l’intervention de Tareq Ali est évident, et elle tient aussi bien à son entente avec Chris Hedges, à la compréhension de ce dernier des problèmes abordés, à deux expériences assez proches, etc., ce qui donne une émission de haute valeur, de grande audience (à l’instar d’un grand réseau télévisé de la presse-Système) pour des hommes qui ont certes une grande notoriété de “dissidents” mais qui ne se sont jamais complètement affirmés sur les grands réseaux de grande audience, – et pour cause, parce qu’ils n’y étaient rarement invités, parce qu’ils n’y avaient pas vraiment leur place. Cette première émission de On Contact est donc assez symbolique, et il n’y a évidemment nulle surprise que RT en soit le protagoniste. (On observera que le réseau RT ne s’embarrasse pas trop des étiquettes des commentateurs politiques US qu’elle incorpore dans son équipe, sinon en recherchant un caractère de “dissidence”. Gauche ou droite, mais sans doute plus souvent gauche que droite, la véritable référence est d’utiliser des personnalités qui n’ont jamais été sur les grands réseaux US ou qui en sont sortis pour des réseaux qui ont souvent à voir avec le climat de contrainte-Système qui y règne.)

Ainsi RT est-il en train de prendre une place grandissante (on le savait) mais surtout inédite dans les grands réseaux US. Il fait monter au premier rang, dans des grandes émissions destinées à devenir des classiques du monde médiatique, des personnalités qui étaient absentes des structures de ces émissions. Il participe ainsi à une recomposition fondamentale quoique extrêmement discrète et sur le terme au moins moyen, de la situation médiatique dans le monde du système de la communication, en assurant en quelque sorte un rôle d'avant-garde vers une situation où la liquidation de l'actuelle presse-Système sera consommée. Par sa nature très particulière de grand réseau d’une puissance qui est conduite par les circonstances à occuper une position d’antiSystème, RT est amené à installer dans ses programmes des intervenants antiSystème (“dissidents” aux USA) dans une position de maîtrise qui est d’habitude celle de journalistes-Système, et désormais de journalistes-Système assumant cette tâche d’une façon agressive et consciente. (RT “recycle” également des “gloires” de la communication-Système qui ont eu du mal à s’intégrer dans les obligations d’activisme du Système, et qui se retrouve ainsi, eux aussi et cette fois sans véritable conscience de la chose, des antiSystème.) C’est bien entendu aux USA, où son effort est maximal, que RT réussit ce développement qui constitue une nouvelle sorte d’“entrisme” dans les structures fondamentales du Système. On observera avec attention que notre propos ne concerne pas ici des opinions diverses sur des problèmes ponctuels, mais bien la perception d’un statut d’antiSystème installé dans une structure qui s’est installée dans le Système sans que le Système ne puisse rien contre elle. RT faut partie du monde de la communication-Système US, malgré les résistances, les attaques, les diffamations, et il y installe des personnalités-antiSystème à des places de magistère. C’est une performance remarquable.

 

Mis en ligne le 15 juin 2016 à 11H45

Donations

Nous avons récolté 292 € sur 3000 €

faites un don