Chris Hedges, ou la sagesse du radicalisme extrémiste

Bloc-Notes

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 176

Chris Hedges, ou la sagesse du radicalisme extrémiste

Parmi les très nombreuses particularités qui font du mouvement des “indignés” en général, et de Occupy Wall Street en particulier, quelque chose de tout à fait particulier justement, c’est l’aspect de plus en plus mis en évidence d’absence de buts précis, de revendications spécifiques. Nous avions relevé cela d’une façon très explicite et évidemment complètement approbatrice, notamment le 28 juin 2011, à propos des “indignés” d’Athènes. Cette fois, nous nous intéressons aux observations de Chris Hedges, que nous avons déjà cité à plusieurs reprises, en d’autres occurrences. (Hedges, venu du New York Times, Prix Pulitzer en 2002, complètement transformé depuis par l’évidence de la puissance des évènements, et par la caractère absolument maléfique du Système.)

Nous citons d’abord des extraits d’une interview télévisée que Hedges a donnée le 17 octobre 2011, dont des extraits sont présentés le 18 octobre 2011 par RAW Story.

« “I spent 20 years overseas, I’m a war correspondent,” [Hedges] said. “I came back and realized that corporations have carried out a coup d’état in my country.” […] “I covered the street demonstrations that brought down Milosevic, I’ve covered both of the Palestinian intifadas, and once movements like this start and articulate a fundamental truth about the society that they live in, and expose the repression, the mendacity, the corruption and the decay of structures of power, then they have a kind of centrifugal force, you never know where they’re going.”

»He went on: “What happens, and it’s true in all of these movements as well, is the foot soldiers of the elite, the blue uniform police, the mechanisms of control, finally don’t want to impede the movement. At that point, the power elite is left defenseless. So, where’s it going? No one knows. Even the people most intimately involved in the organization don’t know. All of these movements take on a kind of life and color that in some ways is finally mysterious. The only thing I can say, having been in the middle of similar movements, is that this one is real … And this one could take ‘em all down.”

»Hedges went on to say that large segments of the blue uniform police largely agree with the 99 Percent movement, and that many other police are frustrated because protesters aren’t breaking windows, which they “know how to handle.” He added that the protesters’ “non-hierarchical structure” for decision making is “brilliant,” and suggested that he had nothing he could possibly teach them.»

Dans un article parallèle du 18 octobre 2011, dans Truthdig.com, Chris Hedges développe ses conceptions par rapport à la réalité du mouvement Occupy Wall Street. Il se détermine notamment avec des références au passé, notamment celle de FDR durant la Grande Dépression et, surtout, celle des années 1960. Il oppose le libéralisme de FDR, allié objectif du Système («Franklin Delano Roosevelt’s greatest achievement was that he saved capitalism») au radicalisme de Martin Luther King dans se dernière période, lorsqu'il eût évolué effectivement vers le radicalisme extrême. En 1968, King avait complètement rompu avec le King du “I have a Dream” de 1963, icône soigneusement entretenue par le Système, – pour devenir celui qui disait en 1968 : «For years, I labored with the idea of reforming the existing institutions in the South, a little change here, a little change there. Now I feel quite differently. I think you’ve got to have a reconstruction of the entire system, a revolution of values.»

Ces idées sont développées dans cet article de Hedges, dont le titre renvoie à ce mouvement dit des “indignés”, dont la version US s’est développée après l’Eurtope et les pays arabes, et qu’il définit selon la phrase fameuse  : «A Movement Too Big to Fail.» (Nous soulignons de gras un passage qui nous paraît si intéressant, dans Truthdig.org, le 17 octobre 2011.)

«There is no danger that the protesters who have occupied squares, parks and plazas across the nation in defiance of the corporate state will be co-opted by the Democratic Party or groups like MoveOn. The faux liberal reformers, whose abject failure to stand up for the rights of the poor and the working class, have signed on to this movement because they fear becoming irrelevant. Union leaders, who pull down salaries five times that of the rank and file as they bargain away rights and benefits, know the foundations are shaking. So do Democratic politicians from Barack Obama to Nancy Pelosi. So do the array of “liberal” groups and institutions, including the press, that have worked to funnel discontented voters back into the swamp of electoral politics and mocked those who called for profound structural reform.

»Resistance, real resistance, to the corporate state was displayed when a couple of thousand protesters, clutching mops and brooms, early Friday morning forced the owners of Zuccotti Park and the New York City police to back down from a proposed attempt to expel them in order to “clean” the premises. These protesters in that one glorious moment did what the traditional “liberal” establishment has steadily refused to do—fight back. And it was deeply moving to watch the corporate rats scamper back to their holes on Wall Street. It lent a whole new meaning to the phrase “too big to fail.”

»Tinkering with the corporate state will not work. We will either be plunged into neo-feudalism and environmental catastrophe or we will wrest power from corporate hands. This radical message, one that demands a reversal of the corporate coup, is one the power elite, including the liberal class, is desperately trying to thwart. But the liberal class has no credibility left. It collaborated with corporate lobbyists to neglect the rights of tens of millions of Americans, as well as the innocents in our imperial wars. The best that liberals can do is sheepishly pretend this is what they wanted all along. Groups such as MoveOn and organized labor will find themselves without a constituency unless they at least pay lip service to the protests. The Teamsters’ arrival Friday morning to help defend the park signaled an infusion of this new radicalism into moribund unions rather than a co-opting of the protest movement by the traditional liberal establishment. The union bosses, in short, had no choice.

»The Occupy Wall Street movement, like all radical movements, has obliterated the narrow political parameters. It proposes something new. It will not make concessions with corrupt systems of corporate power. It holds fast to moral imperatives regardless of the cost. It confronts authority out of a sense of responsibility. It is not interested in formal positions of power. It is not seeking office. It is not trying to get people to vote. It has no resources. It can’t carry suitcases of money to congressional offices or run millions of dollars of advertisements. All it can do is ask us to use our bodies and voices, often at personal risk, to fight back. It has no other way of defying the corporate state. This rebellion creates a real community instead of a managed or virtual one. It affirms our dignity. It permits us to become free and independent human beings…»

Effectivement, Hedges est un “radicaliste extrême”. Il s’agit d’une position qui représente aujourd’hui la sagesse même, on dirait presque paradoxalement la “modération”. Seule cette position est capable, dans ce qu’elle provoquerait éventuellement, d’aller vers une tendance qui porterait en elle un rééquilibrage d’un Système dont la dynamique elle-même, derrière les simulacres de convenance sur les notions idéologiquement grotesques par rapport à la réalité de “centre”, de “démocratie”, de “libéralisme”, est d’un extrémisme dissimulé qui porte tous les signes de la subversion et de la dissolution de toutes les formes structurées. Bien entendu, il s’agit d’une appréciation théorique, car nous ne croyons pas que ces seules dynamiques humaines et terrestres qui sont évoquées à propos de Hedges, toutes objectivement vertueuses qu’elles soient, pourront directement imposer un changement si radical. Par contre, certes, elles participent puissamment à la dégradation interne du Système et à l’accélération de la dynamique d’autodestruction de ce Système qu’on connaît bien.

Ce qu’il y a d’intéressant dans les interventions de Hedges, c’est la description très minutieuse, extrêmement bien comprise par celui qui la fait, des développements des tactiques des divers “indignés”, et de Occupy Wall Street d’une façon explicite, comme nous-mêmes les apprécions depuis plusieurs mois. Il s’agit du refus d’émettre des revendications précises, et également du refus du pouvoir, du refus des responsabilités, qui impliquent justement que les “indignés” refusent de jouer avec les jeux pipés du Système. D’une certaine façon, nous pourrions dire qu’il s’agit d’une version “opérationnelle” de l’inconnaissance… Dans notre numéro du 10 octobre 2011 (dont nous ferons très prochainement un recensement), nous parlons de la nécessité d’un «activisme extrémiste du “non-parti pris”», ou encore (partant de là référence du titre d’un livre de Raymond Aron, Le spectateur engagé, en la renversant) : «Nous dirions que c’est la même définition, mais inversée : disons, “l’activiste désengagé”, signifiant une participation “politique” aux évènements en cours, sans aucun choix politique et idéologique dans les affrontements à l’intérieur du Système.»

Nous ne partageons pas certains des aspects de l’analyse de Hedges, qui reste un homme lié à certaines réalités qui ont des liens avec le Système, même si ces réalités sont radicalement opposées au Système, mais nous apprécions grandement sa perception des mouvement dynamiques en cours, leur apparente état de déstructuration, voire leur apparence de complet état de dissolution, utilisés pour infecter ler Système dans ce sens. Hedges comprend bien que cette sorte de négationnisme furieux et agressif, et complet, qu’il développe à l’encontre du Système, est la voie vers une résistance et une insurrection efficaces ; ce qu’il exprime moins précisément tout en laissant percer certaines allusions à ce propos, alors que c’est évidemment l’essentiel, c’est combien cette forme d’“inaction” agressive et extrémiste (la version “opérationnelle” de l’inconnaissance) est un formidable accélérateur de la dynamique d’autodestruction du Système. C’est là qu’est sa vertu essentielle, et c’est là bien entendu que les perspectives s’élargissent considérablement et nous projettent vers des hypothèses nécessairement plus hautes que nos considérations politiques habituelles, fussent-elles extrémistes. C’est là que nous touchons au domaine de la métahistoire, qui entre évidemment en jeu d’une manière puissante et irrésistible avec l’effondrement (l’autodestruction) du Système. Bien entendu, nous répétons et ne cesserons de répéter que les USA ont une place centrale dans ce processus. La crise profonde actuelle de ce pays, menant éventuellement à un effritement ou à un éclatement des USA, préfigure nécessairement, et à une très grande vitesse, l’effondrement du Système, avec d’ailleurs la psychologie brusquement acquise à cette perspective avec la fin de son emprisonnement, donc de l'emprisonnement de notre pensée, que permettrait la dissolution de l’American Dream accompagnant l'effondrement US.

 

Mis en ligne le 19 octobre 2011 à 11H10

Donations

Nous avons récolté 346 € sur 3000 €

faites un don