1941 ou 1992 ?

Ouverture libre

   Forum

Il y a 7 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

1941 ou 1992 ?

Une question récurrente depuis plusieurs années concerne les ripostes russes aux agressions US (essentiellement les sanctions), et en général la faiblesse de ces ripostes qui est souvent reprochée à Poutine. Ici, on introduit un texte qui traite de ce problème sous la plume d’une commentatrice française à Moscou qui tient un site fort intéressant à suivre, et on y ajoute un long commentaire d’un lecteur qui a à notre sens tout son intérêt par rapport au texte qu’il commente.

C’est principalement depuis les événements de la crise ukrainienne que s’est ajoutée, aux encouragements des dissidents/antiSystème à l’action des Russes, une certaine déception devant ce qui est perçu comme la pusillanimité de certaines de ces actions, suivant les provocations US. Cet ensemble vaut aussi, ou plutôt a valu pour les actions russes en Syrie, et certainement dans une moindre mesure tant il s’est avéré que la stratégie russe a remporté un incontestable succès. Parmi les partisans des Russes les plus critiques pour ce qui serait leur trop grande prudence, voire leur faiblesse, on trouve notamment Paul Craig Roberts et la consultation de ses textes permet d’avoir une idée générale de l’argumentation.

Le texte ci-dessous de Karine Bechet-Golovko du 16 août 2018 sur son site Russiepolitic aborde la question sous un angle bien spécifique qui est l’action et l’influence des milieux néo-libéraux russes (les “Atlanticistes”, ou pro-Occidentaux) dans le pouvoir russe. D’une façon générale, le ton est plutôt pessimiste, bien qu’il veille à faire la part des choses et à laisser la porte ouverte au choix que peut encore faire la Russie entre une riposte ferme et une riposte tout juste de forme qui se rapprocherait d’une “capitulation” pure et simple. Le ton est assez dramatique (est-ce 1941 et la résistance décisive de la Russie jusqu’à la victoire, ou 1991 et l’effondrement de la Russie ?), et cela est assez justifié par l’ampleur des sanctions qui sont prises, et surtout de celles qui s’annoncent pour novembre, – justement qualifiées de « guerre économique » par Medvedev. La particularité intéressante du texte est de ne pas se focaliser sur un homme (Poutine) mais bien de suggérer qu’il existe une véritable bataille engagée entre “Atlanticistes” et disons souverainistes-nationalistes, donc que l’issue est moins fonction d’une décision libre du président que de sa capacité à pouvoir prendre sa décision en toute liberté.

Nous avons bien entendu nous-mêmes suivi constamment ce problème et notre position a souvent oscillé entre le constat un peu exaspéré de la trop grande prudence de Poutine et, plus souvent, la compréhension pour cette prudence (que PhG a même qualifiée de “prudence héroïque”). Cela se comprend dans la mesure où Poutine a en face de lui une conduite complètement irrationnelle qui ne semble n’avoir aucune conscience du danger terrible, – l’anéantissement réciproque d’une guerre nucléaire, – qu’implique un affrontement qui est basé sur des motifs à la fois monstrueux (le désir d’hégémonie générale d’une puissance aux abois, les USA) et absolument futiles (construction-simulacre totale dans une narrative grotesque des motifs de l’affrontement) ; cela impliquant une double responsabilité contradictoire pour Poutine, celle de la défense stratégique de la Russie et celle de la retenue pour ne pas risquer la montée à l’extrême de la guerre d’anéantissement réciproque face à un adversaire qui semble n’avoir aucune conscience de ce risque.

Nous avons en général estimé que Poutine exerce un pouvoir réel, appuyé sur un appareil de sécurité nationale qui n’a cessé de gagner en puissance, et sur un sentiment patriotique de combat qui nous paraît précéder l’affaire ukrainienne et le rattachement de la Crimée, et remonter à la réélection de Poutine au printemps 2012. Les derniers événements, le durcissement et la démence américanistes ne cessant de se renforcer, ne nous paraissent pas renforcer la cause des néolibéraux “Atlanticistes” russes, comme en témoigne la réaction de Medvedev dans l’article déjà référencé. Le maximalisme dément de “D.C.-la-folle” n’aide guère leurs amis “Atlanticistes” à Moscou, qui sont également russes et disposent de moins en moins d’arguments pour un “arrangement” avec les USA, face aux souverainistes-nationalistes. Il est difficile de “s’arranger” en dissimulant une concession majeure sous l’apparence de l’entente avec un fou qui ne s’entend bien qu’avec sa démence.

La situation est, d’autre part mais pour une part non négligeable, compliquée encore par le désordre régnant à “D.C.-la-folle”, où l’on ne sait qui commande, où Trump approuve effectivement des sanctions antirusses mais se réserve le droit de s’opposer à certaines d’entre elles dans le cadre de la loi de programmation militaire du Pentagone, – ce qui a une signification incertaine comme tout le reste à Washington. On sait que, la folie aidant, l’antirussisme dément de “D.C.-la-folle” est au moins aussi bien une arme des progressistes-sociétaux devenus fous contre Trump, qu’une arme contre Poutine et la Russie.

Par conséquent, il est extrêmement difficile de résumer, ou de réduire cette questions fondamentale aux termes simples et fondamentaux d’une alternative cruciale. Tout peut changer dans un sens ou l’autre dans l’espace de 24 heures ou 48 heures, et conduire la partie russe à réviser tous ses jugements dans un sens ou l’autre, – et disant cela, parce que nous pensons à l’aspect chaotique et à très court terme de la politique US où Trump apparaît comme un “day-by-day president”, c’est-à-dire un homme décidant d’agir d’un jour à l’autre, non par sottise ou par ignorance, mais simplement parce qu’il est habitué à travailler comme cela et que cette sorte d’action a l’avantage de rendre beaucoup plus complexe à décider l’action de ses adversaires à “D.C.-la-folle”. (Selon Federico Pieraccini : « Ce qui pose un problème insurmontable à nombre d’analystes qui se sont mis à la rude tâche d’analyser la stratégie globale de Donald Trump, c’est qu’il n’existe pas de stratégie globale unissant ses actions dans une politique cohérente. Trump agit extemporanément [de manière extemporané, c’est-à-dire improvisée]le plus souvent avec une perspective stratégique très courte et des motivations politiques internes [très fortes]. »)

Il s’agit donc d’un dossier qui est loin d’être clos, d’une question qui est très loin d’être tranchée... Le texte de de Karine Bechet-Golovko ci-dessous permet de faire une évaluation de la situation russe, surtout par rapport aux intrigues des néolibéraux globalistes bien présents dans la capitale russe et dans les arcanes du pouvoir russe. Il est vrai qu’aujourd’hui où nous sommes soumis à ce que nous nommons la Grande Crise d’Effondrement du Système, aucune puissance, aucune entité n’échappe aux remous puissants de cette crise, selon les caractères internes qui lui sont propres, – la Russie pas moins que les autres, malgré ses puissantes qualités antiSystème et la très forte présence d’un principe spiritualiste qui structure à la fois sa position et son action.

Nous avons également pris l’initiative de faire suivre ce texte principal de Bechet-Golovko d’un commentaire d’un lecteur, commentaire très long, très structuré et très argumenté, qui entend contrebalancer ce qu’il perçoit comme le pessimisme du texte et surtout des commentaires qui précèdent le sien. Ce texte est anonyme, ce qui laisse éventuellement à penser que l’auteur occupe une position lui permettant de donner du crédit à sa position ; la forme de son argumentation tend à confirmer effectivement que l’on a affaire à une personne ayant des moyens et des accès lui permettant de bien connaître ce dont il parle... (Le texte de “Anonyme“ a été posté sur le site Russiepolitic le 18 août 2018.)

dedefensa.org

__________________________

 

 

La Russie doit choisir entre 1941 et 1991

La publication par le Congrès américain du projet de nouvelles sanctions contre la Russie, pouvant la faire sortir de la zone dollar et bloquer les domaines-clés de son économie, relance le débat sur l'état des lieux des élites en Russie. Une question centrale arrive dans le débat: qu'est-ce que le libéralisme a apporté à la Russie depuis la chute de l'URSS? Dans cette guerre, à l'instar de la Seconde Guerre mondiale, la Russie joue son existence. Elle doit la remporter, comme une guerre patriotique, afin d'arriver à un nouveau niveau d'existence politique.

De la tentative ratée d'influence au conflit ouvert

L'utilisation des sanctions pour influencer la politique intérieure russe est une phase dépassée, elle a été surmontée par la Russie qui a renforcé son économie et consolidé sa population, le conflit passe à un nouveau stade: celui de la mise à mort. La violence attendue des nouvelles sanctions américaines, si elles sont adoptées par le Congrès, va conduire la politique russe face à un choix que ses dirigeants ne veulent pas encore faire, ou affirmer. Cet acte est adopté, officiellement, pour renforcer le rôle de l'OTAN et lutter contre la cybercriminalité. Nous rappellerons que la Russie a souvent proposé une collaboration internationale pour lutter contre la cybercriminalité, le phénomène dépassant les frontières la proposition était logique, mais la dimension idéologique du phénomène fait que les criminels des uns ne sont pas forcément ceux des autres.

Ces nouvelles sanctions conduiraient au rejet express de la Russie du monde global: sanctions personnelles contre les business men et les politiciens; interdiction de participer à des projets russes en matière énergétique, de permettre d'une manière que ce soit l'entretien, la réparation ou le développement des infrastructures dans le domaine énergétique; interdiction de financer directement ou indirectement la dette souveraine de la Russie; bloquer la propriété et les transactions des huit principales banques russes (Sberbank, VTBank, Gazprombank, Bank of Moscow etc).

De l'inutile trahison au nécessaire renouvellement

Différentes publications dans les ressources russes soulignent la question de la trahison des élites post-soviétiques. Il est vrai que l'exemple de Gref, le directeur de la Sberbank est parlant. Afin de garder de bonnes relations avec l'Occident, il a refusé d'implanter en Crimée la Sberbank dont le capital est public (voir notre texte ici), il a tenté par tous les moyens de la faire privatiser, il a refusé de reconnaître - malgré l'oukase présidentiel à ce sujet - la validité des documents présentés par les ressortissants du Donbass (voir notre texte ici). Malgré tant de constance dans la bassesse et d'allégeance, il n'a pu empêcher les sanctions. Sa trahison a été inutile.

Un article intéressant est sorti à ce sujet sur le site de l'agence russe d'information Regnum, retraçant la ligne de conduite des élites arrivées au pouvoir sur les cendres de l'URSS, qui ont méthodiquement conduit la désindustrialisation du pays, le mettant en situation de dépendance technologique face à l'Occident, dans des domaines où il était totalement autonome technologiquement avant qu'ils n'aient réussi à brader les actifs. Aéronautique, cosmos, énergie etc. Justement ces domaines qui risquent de se trouver maintenant dans la ligne de mire.

Selon les points de vue, ces élites néolibérales sont dans une impasse ou ont pris le pouvoir. L'impasse vient du fait même de ces sanctions qui mettent dans la balance l'existence du pays dans ses frontières et sa forme actuelle, personne ne se cachant aux États-Unis du but poursuivi: provoquer un mécontentement populaire que le pouvoir ne saurait assumer et qui conduirait à son renversement. La Russie n'est pas l'Ukraine, mais le risque n'est pas nul pour autant. Certains membres du gouvernement semblant y travailler activement ...

Or, le mécontentement populaire provoqué par ces élites, qu'elles soient au Gouvernement, à l'Administration présidentielle, à la tête des grandes entreprises à capitaux publics, à la tête des banques met le pouvoir face à ses obligations, il doit réagir c'est une question de survie. Intellectuellement, ces élites, même les pseudos-cerveaux comme Koudrine et ses plateformes d'experts, sont absolument incapables de faire face à la situation, tout ce qu'ils peuvent proposer est la virtualisation de l'Etat, la numérisation de l'économie et le remplacement de l'administration par des "volontaires" de la société civile. Ce n'est pas avec ça que le pays va produire les biens et les technologies dont il a besoin. Et ne pouvant plus les acheter à l'étranger, cette élite perd sa crédibilité, perd son masque. Sinon, elle entraînera l'Etat russe dans sa chute. L'habitude de trahir qu'elle a acquise ne lui laisse plus le choix, elle doit aller jusqu'au bout. C'est justement ce qui peut provoquer sa perte, la réalité du conflit exigeant d'autres hommes. Une autre élite. On ne fait pas la guerre avec des intérêts contradictoires.

Toutefois, pour le penseur politique Prokhanov, au contraire, la patrie est en danger car ces individus ont pris le pouvoir. Cette déclaration s'appuie, selon lui, sur le constat de la "contre-révolution" après la Crimée. Le rattachement de la Crimée à la Russie a provoqué une vague patriotique très forte, d'autant plus forte qu'il était inattendu. Entre-temps il y avait eu la présidence Medvedev qui avait ouvert grandes les portes du pouvoir à la société civile, portes qui ont ensuite été gardées ouvertes, toutes les têtes des années 90 sont toujours en poste dans les cercles de pouvoir, tout un maillage néolibéral a été mis en place, l'heure était à l'amitié, à la coopération, la guerre froide était terminée. Le pétrole était à la hausse, tout s'achetait, à quoi bon produire? A part le discours de Munich, rien n'entravait cette marche. Et là tombe la Crimée. Un espoir fou, presque endormi s'empare de la population. Une fierté oubliée: des gens se battent et meurent pour avoir le droit d'être Russe et non pas d'entrer dans l'Union européenne. 

Cette vague à contre-courant idéologique, alors que tout se passait à merveille, que le sommeil était doux et agréable, a provoqué une réelle panique dans le clan néolibéral, bien implanté dans toutes les strates de pouvoir. Il se bat pour enterrer cette vague - le projet Novorossia tombe à l'eau et Tsarev sort du paysage politique; Strelkov est gentillement mis sur la touche et les incontournables accords de Minsk sont conclus permettant de bloquer l'avancée des combattants du Donbass, de laisser les conseiller de l'OTAN s'occuper de l'armée ukrainienne et d'abandonner des villes comme Odessa à la vindicte des néonazis ukrainiens, avec les conséquences que l'on connaît. Le message passé est clair: il y a eu la Crimée, c'est un élément précis, circonscrit, ce n'est pas une tendance.

Et les sanctions sont arrivées, qui ont obligé dans un premier temps à la mise en retrait de ces forces néolibérale, qui sont revenues sur le devant de la scène en 2016 lorsque la situation économique a été rétablie, l'implication de l'Etat dans la relance de l'économie justifiée et mise en oeuvre, quand un soutien social a été lancé (voir notre ouvrage, Russie: la tentation néolibérale). Bref, ces forces néolibérales sont revenues sur le devant de la scène lorsque le travail a été fait et qu'il était possible de profiter des fruits.

Assumer le combat et clarifier le positionnement idéologique

La Russie n'a finalement pas le choix, mais le conflit des élites qui perdure en raison de la volonté de taire le combat la fragilise de plus en plus. 

D'un côté vous avez le clan néolibéral qui joue contre l'intérêt général et déstabilise la situation. L'on avait par exemple écrit sur la remise en cause de la notation sur 5 dans les écoles, système classique en Russie, proposée par quelque réformateur à la mode, la ministre de l'Education nationale a dû se prononcer contre pour repousser une attaque qui pourrait, gratuitement, provoquer un mécontentement populaire. Surtout qu'il y a déjà la réforme contestée (sur la forme et le fond) des retraites, l'indexation des tarifs énergétiques à la consommation suite à l'augmentation de la TVA, conduisant à dire que le pouvoir préfère protéger les intérêts du business plutôt que ceux de la population. 

Il y a eu aussi cette affaire sur la récupération des bénéfices aléatoires supérieurs dans l'industrie métallurgique et chimique à hauteur de 500 milliards de roubles pour le budget. La photo de la signature de Poutine autorisant la manœuvre avait été publiée, le business s'est indigné, finalement marche arrière toute, la décision n'est pas prise, elle est en discussion. Le choix idéologique n'est pas assumé, surtout lorsque la guerre économico-financière est déclarée contre la Russie.

Ce combat des élites ne permet pas d'assumer le véritable combat, il épuise les forces sur la scène intérieure. Ce qui ne signifie pas que le combat ne soit pas mené par ailleurs. Un système de paiement parallèle au système SWIFT, appelé MIR, a été mis en place et tous les fonctionnaires sont payés de cette manière, ce qui est une garantie importante; la Russie a subitement revendu 85% de ses bons du Trésor américain; la Russie se préparerait à une forme de nationalisation de son système financier.

Tout ce qui ne nous détruit pas nous renforce. La Russie doit gagner cette guerre, car il s'agit bien d'une guerre, pour arriver à un nouveau niveau d'existence politique. Comme l'URSS lors de la Seconde Guerre mondiale. D'aucuns ont fait un parallèle intéressant entre Peskov et Molotov, dans cette rhétorique refusant le conflit, ce qui n'empêche pas une préparation souterraine. Il serait bon de ne pas reproduire les mêmes erreurs. La réactivité serait d'autant améliorée si le poids politique des élites correspondait à leur véritable socle de légitimité populaire. Soutenir contre vents et marées les néolibéraux qui, sans cette main protectrice, ne correspondent à aucune force politique (intérieure) réelle est contreproductif. Surtout en période de conflit. Et conflit il y a.

Tout ce qui ne nous détruit pas nous renforce. La Russie doit gagner cette guerre, elle le peut, et ainsi se renforcer, modifiant avec l'équilibre des forces géopolitiques le contexte idéologique, même si c'est justement ce qu'une bonne part de ces élites veut éviter à tout prix. Mais si elle perd le combat, elle cessera d'exister dans sa forme politique et ses frontières actuelles. 

Le choix entre l'abdication de 1991 ou le combat de 1941 se pose à nouveau à elle.

Karine Bechet-Golovko

__________________________

 

 

 « Je vous trouve tous bien pessimistes... »

Je vous trouve tous bien pessimistes.

Les sanctions américaines sont plus à mon sens le signe de leur impuissance qu'un risque majeur pour la Russie. La Russie a connu bien pire et les USA ne sont plus vraiment en mesure d'imposer leurs vues, ce qui change par rapport aux périodes précédentes évoquées dans l'article. On le voit avec l'auto libération croissante des pays d'Asie (Philippines et Corée du Sud notamment) et les signes avant-coureurs de l'émancipation des pays européens (Italie, Autriche, République Tchèque...). Tout le monde en a marre des Américains et de leurs caprices.

Ensuite, il ne faut pas oublier un point essentiel: Russie et Chine sont liées dans leur lutte (à mort) anti USA. La Chine ne laissera pas la Russie sombrer parce que ça signifierait sans doute la destruction ou l'éclatement (ce qui revient au même) de la Russie et celle à suivre de la Chine elle-même. La Chine alliée à la Russie représente un ensemble actuellement difficile à vaincre, et sans doute impossible à vaincre dans un avenir proche, la Russie au plan militaire, la Chine au plan économique, le plan financier étant sans impact contre cette alliance.

Un autre point concerne la Russie vue de l'intérieur. La Russie gangrénée de l'intérieur? Pourquoi pas en train d'imploser pendant qu'on y est? Une 5ème colonne? Qui? Medvedev? Arrêtons un peu: il y a des libéraux, pro mondialisation, et il y a des nationalistes souverainistes, qui ne sont pas tous anti mondialisation. Les pro mondialisation ne sont pas pour autant favorables ou même indifférents à la destruction de la Russie. Ils ont une approche qui à mon avis est devenue, par la force des choses, à cause de la haine occidentale et des sanctions qui en ont découlé, moins jusqu'auboutiste. Les néo libéraux sont quasi inexistants grâce aux sanctions occidentales et aux attaques incessantes contre la Russie: j'y vois un bon point pour la Russie et une erreur colossale de l'occident. D'ailleurs, c'est une position proche de celle des Chinois. On pourrait la comparer à ce qu'a été la position occidentale dans les années 60: un capitalisme ouvert certes mais réglementé. Je crois que le choix de Poutine de reconduire ce gouvernement pluraliste était parfaitement pensé comme une sorte de gouvernement d'Union nationale, gouvernement de guerre (bien qu'on ait plus souvent entendu l'inverse).

Par ailleurs les Russes savent très bien qu'une lutte à mort est en cours avec les USA. Le gouvernement russe a déjà pris depuis déjà un bon moment des dispositions pour minimiser voire éliminer les risques liés à des manipulations de foules.

Reste la lutte contre la corruption: elle est en cours même si on peut regretter qu'elle ne soit pas plus nette.

Pour terminer, je dirai que j'ai bien ri en lisant des commentaires (ici ou là) sur la Chine qui se soumettrait aux mondialistes financiers, notamment parce qu'elle aurait demandé et obtenu que le Yuan soit intégré au panier de devises du FMI. Croire que la Chine puisse désormais se soumettre à une sorte de gouvernement extérieur est parfaitement risible. Seuls ceux qui n'ont rien compris à la philosophie chinoise ou ne connaissent pas le rôle de Xi peuvent penser cela. Nous sommes en train d'assister à la chute de la Maison USA et celle qui va la remplacer c'est la Maison Chine certainement pas un gouvernement de financiers mondiaux.

Je suis beaucoup plus inquiet, en ce qui concerne la Russie, par ce qui suivra la chute des USA. Et sur ce plan, le fait que la Russie ait la meilleure armée au monde est un point positif.

Anonyme

Donations

Nous avons récolté 695 € sur 3000 €

faites un don