Une Amérique torturée

Faits et commentaires

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 712

Une Amérique torturée

27 avril 2009 —L’affaire de la diffusion publique des instructions officielles diverses de l'administration Bush sur la torture a pris la semaine dernière, aux USA, une ampleur qui a dépassé le seul cas politique qu’elle était au départ. Elle est devenue pendant ces débats une affaire de mise en cause générale qui, à notre sens, participe singulièrement de la mise en cause de l’époque 9/11, de ce qu’il nous est déjà arrivé de désigner comme “la déconstruction de 9/11”, également illustrée par le retrait progressif de l’acronyme GWOT.

Il existe ainsi un courant d’appréciation qui tend à mettre en cause la forme du gouvernement qui a présidé à la destinée de l’Amérique durant la période ouverte par l’attaque du 11 septembre 2001 et fermée par la combinaison de la crise du 15 septembre 2009 suivie de l’élection de Barack Obama le 4 novembre 2009. Il s’agit bien de l'aspect formel et structurel du gouvernement et non pas de sa seule politique, même si, évidemment, la politique peut et doit être mise en cause. L’aspect fondamental du cas ne peut être dissimulé.

La violence de certaines réactions devant ce que l’affaire de la torture découvre, d’une façon symbolique autant que d’un point de vue très concret, peut être mesuré par le commentaire de William Pfaff du 22 avril 2009. A partir du cas de la torture, l’historien et commentateur William Pfaff estime que les USA ont vécu sous un régime fasciste entre 2001 et 2008, – ce régime que nombre de commentateurs et d’historiens avaient craint pour les USA en 1936 et 1940, qui ne s'était pas concrétisé, et qui est survenu en 2001.

«When “It” did happen was in 2001-2008, in the Bush administration.

»There was a takeover of the government by a self-willed executive power, unprecedented in American history. The president and vice president acted on a novel and legally unsupported claim to unlimited “wartime” presidential and executive-branch power. The justification was an illegal, undeclared war.

»International law and American treaty obligations were defied, as were established American law on the conduct of war and the treatment of prisoners, constitutional protections, and the surveillance of citizens.

»All of this occurred without meeting serious, or at least successful, Congressional or judicial challenge, with little or no objection from the national press, and all but unanimous support from the national audiovisual media. One needn’t go through all that again.»

La conclusion de William Pfaff est particulièrement marquante. Pour lui, les hommes qui ont conduit ce régime et qui, notamment et particulièrement, ont édicté et signé des ordres autorisant explicitement la torture, avec une couverture juridique circonstanciée rendant officielle cette pratique, doivent rendre compte de cette responsabilité. Cette affaire, précisément, constitue pour certains un cas qui met hors du domaine du pardon ce comportement constitutionnel; pour Pfaff, la modération compréhensible d’Obama, qui voudrait éviter que cette affaire ait des suites éventuellement judiciaires bien qu’il pourrait être contraint de l’envisager, devrait s’effacer à ce propos, et laisser la justice agir; ces responsables politiques devraient être jugés et pendus comme criminels de guerre, comme il fut fait en d’autres circonstances, avec d’autres dirigeants politiques.

«Yet there is a limit. The latest case of the human moral vacuum created and encouraged during the Bush years is so outrageous, perverse, sadistic and nihilistic that it demands attention, for all that it tells us about the rest that has happened. I speak of the ordered, authorized, and conscientiously supervised water-boarding of two prisoners 266 times.

»The men who authorized, ordered, and performed such acts should be hanged. It is as simple as that.»

Nous croyons que cette vague de colère et l’ampleur d’un débat qu’on aurait pu croire improbable tant il avait déjà été fait et refait sous les année Bush, rendent compte d’un aspect précis de l’affaire. Il s’agit de la publication de documents officiels où des dirigeants, légitimés directement ou indirectement par certains processus du système, y compris le suffrage populaire, engagent justement cette légitimité en ordonnant officiellement, en codifiant, en donnant les dispositions juridiques du processus de torture, – en institutionnalisant la torture sous la forme d’une bénédiction juridique, en l’inscrivant dans la légitimité de la loi. Il y a là un cas de forfaiture immensément grave.

La torture est en général un sujet qui est fonction d’une appréciation morale et humanitaire. On connaît la facilité éventuelle du propos, et ses travers courants. La dialectique morale et humanitaire permet des manipulations à souhait. On peut la faire d’une manière irresponsable, en se lavant les mains de toute intention politique alors que le cas qui est l’occasion du débat est lui-même un cas politique qui mériterait d’être précisé; on peut la faire d’une manière partisane, au contraire, lui donnant un sens politique précis, par le moment et les circonstances choisis, qui s’exerce contre un seul parti alors que la responsabilité de ce parti n’est nullement établi. Le cas US est complètement différent. Ce qui fait la monstruosité du cas, mais, surtout, son importance politique indubitable, c’est le processus officiel légal, institutionnalisé, acté, qui y préside. Il implique que des autorités légales et légitimées par le suffrage populaire ou leur serment constitutionnel ont institutionnalisé ce processus de torture, lui donnant par conséquent la légitimité dont elles étaient investies. Par ce processus, les responsables de ce processus ont ainsi étendu le déshonneur de leur choix, directement ou indirectement, à tous leurs mandants puisqu’ils ont parlé et ordonné d’une façon institutionnelle en leur nom. S’il y avait eu “ordre” officieux de pratiquer la torture, celle-ci serait restée une matière illégale, donc illégitime, qui aurait été punie ou pas selon les attitudes politiques et les intérêts d’Etat. Il n’y aurait pas eu forfaiture institutionnalisée mais faute, ou crime c’est selon, de telle ou telle autorité; le déshonneur reste alors limité à tel individu, tel groupe, voire tel gouvernement, sans qu’il puisse automatiquement être imputé à l’institution toute entière.

La “parenthèse 9/11”

Un autre point important est de savoir par quel processus ces diverses autorités ce sont jugées autorisées d’exercer cette légitimation de la torture. Il y a sans aucun doute un besoin bureaucratique et légaliste bien dans les coutumes américanistes; encore faut-il qu’il y ait un climat psychologique propice à ce développement. La clef pourrait nous en être apportée par un jugement de George Friedman, dans un texte de Stratfor.com du 20 avril 2009. Le texte traite d’une façon très rationnelle et mesurée de la torture, y compris son aspect moral insupportable, en contestant d’ailleurs largement son efficacité et en faisant de son application le signe d’un “échec du renseignement” (titre de son analyse). Un court passage au départ de la réflexion tend pourtant à justifier, en fournissant involontairement une explication psychologique dont nous allons nous saisir, le fait même du choix d’institutionnaliser la torture qui fut posé au lendemain de l’attaque du 11 septembre 2001.

Le passage est le suivant avec, soulignée en gras par nous, la phrase qui nous importe essentiellement pour l’immédiat du propos: «But torture is meant to be terrible, and we must judge the torturer in the context of his own desperation. In the wake of 9/11, anyone who wasn’t terrified was not in touch with reality. We know several people who now are quite blasé about 9/11. Unfortunately for them, we knew them in the months after, and they were not nearly as composed then as they are now.»

Cette phrase signifie deux choses: avec 9/11, il était normal que tout le monde (y compris les dirigeants US, cela va de soit) soit terrifié, et celui qui ne l’était pas était “hors de la réalité” («not in touch with reality»). Elle justifie ainsi toutes les mesures prises, la terreur étant une émotion qui, par son urgence et son caractère absolu, supprime toutes les barrières possibles que la raison pourrait opposer à toutes les décisions prises dans une telle urgence et sous l’empire absolu de l’émotion. Mais le passage est encore plus remarquable justement par ce qu’il exprime de l’état de l’esprit, complètement soumis à cette émotion, – et, à cet égard, notre conviction est que ce jugement rencontre une réalité de la psychologie américaniste après 9/11, à laquelle bien peu à l’intérieur du système échappèrent. Cela signifie donc que le gouvernement des USA fut conduit sous l’empire de l’émotion de la terreur, avec toutes les réactions qu’on imagine, et qu’on observa effectivement, avec la paranoïa qu’induit nécessairement la terreur pour l’esprit et le jugement, avec les conséquences sans nombre des mesures de torture institutionnalisées, de l’irrespect complet du droit international, d’agression délibérées, des violations des droits des personnes, du mépris de la souveraineté et ainsi de suite.`

(Il ne vient pas un instant sous la plume de Friedman l’idée de mettre en question cette attitude, au moins pour le gouvernement, et d’observer que la psychologie terrorisée n’est pas une perception juste de la réalité, mais une crainte terrorisée de la réalité par la psychologie. Il ne vient pas à l’esprit de Friedman d’observer qu’une attitude de raison eut été d’aussitôt tenter de maîtriser ce réflexe terrorisé, qu’on peut accepter comme normal dans l’instant mais qu’il importe d’aussitôt remplacer par une perception plus juste de la réalité, qui passe notamment dans ce cas par la reconnaissance qu’il existe une dimension tragique dans l’histoire. Alors seulement le gouvernement peut s’exercer avec justesse et mesure, y compris dans la lutte contre les terroristes.)

C’est cette psychologie complètement transformée, complètement pervertie, qui est présentée comme une psychologie normale, «in touch with reality». Friedman confond simplement la psychologie avec la réalité et fait de la perception pervertie d’une psychologie manifestement malade le compte-rendu sain et rationnel de la réalité. La réalité est alors réduite à une réaction de la psychologie. Cela confirme tout ce qu’on a pu développer dans ces années-là sur le virtualisme, nécessaire création d’une telle psychologie, rendue possible par les moyens de la communication, et ce qui s’en est suivi au niveau de la politique extérieure et du climat intérieur aux USA.

Le plus étonnant est que Friedman accepte cette situation pathologique comme normale, au nom d’une argumentation qu’il veut raisonnable. C’est le signe qu’il fut également frappé par cette terreur, et qu’il l’accepta comme un état normal de la psychologie, complètement «in touch with reality». Son propos est également intéressant lorsqu’il dénonce ceux qui aujourd’hui, sont “blasés” (emploi du mot français, pratique courante de l’anglais): «We know several people who now are quite blasé about 9/11.» Cela explique ces réactions extrêmement fortes contre la torture, la psychologie de la terreur étant en train de disparaître et n’étant plus là pour expliquer et sans doute pardonner, à-la-Friedman, la pratique de la torture. Dans ce sens, il nous apparaît que ce débat sur la torture, qui nous est apparu très puissant, d’une manière inattendue (on avait déjà débattu de la torture, à diverses reprises depuis 2004 et la révélation des pratiques d’Abou Ghraib), a effectivement cette puissance puisqu’il n’y a plus le sortilège terroriste de 9/11 pour obscurcir le débat. On observera alors que ce débat sur la torture accélère effectivement la déconstruction de 9/11, contribue à terminer encore plus, à fermer un peu plus une époque, une sorte de “parenthèse” (la “parenthèse 9/11”) où dominèrent terreur et paranoïa, perçues, d’une façon incontestablement virtualiste, comme l’état naturel des choses.

… Mais certes, ne soyons pas si négatifs. L’immense vertu de la “parenthèse 9/11” a été, bien sûr, sous le couvert du virtualisme, d’accélérer prodigieusement la dégradation de la puissance américaniste, par toutes les voies et les moyens possibles. La “parenthèse” fut “maistrienne”, sans aucun doute.


Donations

Nous avons récolté 220 € sur 3000 €

faites un don