Un si beau plan

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 1707

Un si beau plan

Sur le papier, c’était un plan parfait. Faites asseoir Joe Biden au bureau ovale, faites imprimer par Janet Yellen beaucoup plus de milliers de milliards de dollars, gonflez la “Bulle de Tout” jusqu’à des proportions astronomiques et ensuite… faites-la éclater, bien sûr, mais d’une manière délicatement chorégraphiée pour que ceux qui sont bien connectés et au courant se dirigent d’abord vers les sorties et fassent un massacre pendant que tous les autres finissent par dormir dans des boîtes en carton sur des bandes médianes sous des viaducs d’autoroute. Que pensiez-vous qu’ils allaient faire, rendre l’Amérique Grande à Nouveau ? Cette petite démagogie populiste était un peu trop transparente, même pour The Donald. Il voulait juste vendre quelques casquettes.

En tout cas, revenons en au plan. C’était un plan magnifique, et il aurait pu fonctionner à merveille pour Biden, le cercueil présidentiel, et tous ceux qui naviguent avec lui, à l’exception d’un petit problème…

C’était trop évident ! Toute personne ayant une compréhension, même rudimentaire, des mathématiques transcendantes (c’est le genre de choses qui contiennent des nombres transcendantaux tels que π) sait que ce pigeon va se faire descendre. On ne peut pas continuer à imprimer de plus en plus d’argent tout le temps et pour toujours. On finit par actionner un déclic. Tenter de chronométrer l’événement est un exercice inutile, mais une masse critique de personnes est désormais convaincue que quelque chose peut se briser à tout moment.

Il ne serait pas inutile de tenter de provoquer un effondrement financier pour en tirer profit si celui qui le provoque était la seule personne intelligente au monde. Mais ce n’est pas le cas. Ainsi, suffisamment de gens savent maintenant que ce pigeon va s’effondrer et, ne voulant pas suivre le plan qui consiste à les faire s’installer dans un carton sous un pont d’autoroute, ils ont commencé à faire des vagues. Le fait que les actions de Gamestop se négocient à 1000% de leur capitalisation en 5 jours n’est qu’un symptôme du chaos qui s’ensuivra et qui rendra impossible d’orchestrer une démolition contrôlée de la “Bulle de Tout”.

Oui, un effondrement financier se produira et oui, ce sera chaotique, comme les effondrements ont généralement tendance à l’être. Pour toutes sortes de raisons étranges, les États-Unis ont choisi de s’effondrer à l’envers par rapport à la progression canonique de l’effondrement. Cela a commencé par un effondrement culturel et social, qui a maintenant largement suivi son cours. Elle s’est poursuivie par un effondrement politique : quatre années de présidence contestée culminant par une élection qui a transformé le terme “démocratie américaine” en un oxymore pour la planète entière. L’effondrement commercial a suivi, avec une vague massive de fermetures d’entreprises et de faillites. Et maintenant, le décor est planté pour la mère de tous les effondrements financiers.

Si vous pensez que les Américains ont de sérieux problèmes de santé mentale mais que la situation est encore gérable, il vous suffit d’attendre car ce qui va se passer après l’effondrement financier est… le Götterdämmerung.

Voici un extrait de mon livre Les cinq étapes de l’effondrement :

Il y a des gens qui pensent vraiment que ce qu’ils valent en tant qu’individus peut être défini comme leur “valeur nette”, qui est un nombre écrit sur un morceau de papier, libellé en dollars américains ou en euros. C’est comme si la seule chose qui était réelle pour eux était l’argent. Pour ces personnes, l’effondrement financier entraîne une perte radicale de sens, comme si tous les mots de la seule langue qu’elles parlent ne renvoyaient plus à rien de ce qu’elles peuvent identifier dans leur environnement. Chez ces personnes, l’effondrement financier produit un dangereux sentiment d’irréalité, une anomie.

Le terme, utilisé par le père de la sociologie Émile Durkheim dans son livre Le Suicide de 1897, indique une perte des normes et des limites sociales, une rupture des liens qui unissent un individu à la communauté et une incapacité à réguler ou contrôler son propre comportement. Les personnes qui ont vécu auparavant des vies relativement humbles dans des limites financières et sociales rigides perdent simultanément leur appétit (ne sachant pas ce que leur nouveau statut détermine ce qu’il leur convient de désirer) et deviennent insatiables (ne sachant pas dans quelle mesure leur nouveau statut détermine ce qu’il convient de répartir par rapport à ceux qui ont un statut plus élevé ou moins élevé). Chez certaines de ces personnes, une fois qu’elles sont coupées du système d’incitations et de contraintes financières auquel elles avaient été conditionnées auparavant et qui avait régulé leur comportement social, ce sentiment d’irréalité se résout en une pulsion masochiste – un désir de mort freudien – de se dissoudre dans un tourbillon d’abstractions financières frauduleuses. Si la crise financière de 2008 est considérée comme une tentative de suicide bâclée par l’élite financière, il semble probable qu’elle le tentera à nouveau.

Considérée comme un culte religieux, la finance moderne tourne autour du miracle de la génération spontanée d’argent dans un ensemble de rituels pratiqués par les grands prêtres des banques centrales. Les gens s’accrochent à chaque mot des grands prêtres, essayant de deviner le sens secret de leurs paroles cryptiques. Leurs interventions devant la divinité inconnaissable de la finance mondiale leur assurent une reprise économique et une prospérité continue, tout comme la danse de la pluie d’un chaman garantit la pluie ou un sacrifice rituel au sommet d’une pyramide maya promettait autrefois une abondante récolte de maïs. Tous ces rituels tirent leur efficacité d’une condition essentielle : que la chose qu’ils promettent se produise de toute façon, et ce assez régulièrement pour que l’échec des oracles à tenir leur promesse devienne l’exception plutôt que la règle.

Mais lorsque la mousson échoue, année après année, lorsque le Nil n’inonde pas et n’irrigue pas les champs, lorsque la terre est desséchée et les cultures flétries et lorsque, malgré les actions de la Réserve fédérale, de la Banque centrale européenne et du FMI, l’économie va de mal en pis, le résultat est le Crépuscule des Dieux. C’est le nom de Der Ring des Nibelungen de Richard Wagner, une suite de quatre très longs opéras. Selon l’ancienne mythologie nordique, le Götterdämmerung est une époque où les dieux s’affrontent jusqu’à la mort tandis que le monde est (presque) détruit par une inondation (permettant peut-être une renaissance plus tard). De nombreuses cultures ont des mythes apocalyptiques similaires. L’intrigue est toujours la même : les gens ont fait confiance à leurs dieux ; leurs dieux les ont abandonnés ; tout le monde périt.

Le 30 janvier 2021, Club Orlov, – Traduction du Sakerfrancohone

Donations

Nous avons récolté 2037 € sur 3000 €

faites un don