Trump est tellement Trump-licieux!

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 4836

Trump est tellement Trump-licieux!

Hier, je me suis forcé à regarder l’interview de Donald Trump par Tucker Carlson sur X (anciennement Twitter). J’ai été agréablement surpris : c’était plus divertissant que pénible. Trump s’est montré plutôt drôle, surtout lorsqu’il a éviscéré Biden et Harris, et même plutôt charmant. Le rôle de martyr, qui lui a été assigné par l’establishment américain désespérément corrompu, lui convient bien, car il lui permet de mélanger sa combativité habituelle avec les nouveaux éléments que sont la sérénité et la tranquillité, qui sont nouveaux dans son caractère et se développent typiquement avec l’âge. En parlant d’âge avancé, bien qu’il se soit répété à quelques reprises presque mot pour mot (ce qui n’est pas bon signe), il a semblé assez cohérent, contrairement aux divers cadavres vivants de Washington tels que Biden, Pelosi ou McConnell, qu’il vaudrait mieux placer dans un foyer pour personnes ayant le même état d’esprit.

La seule question vraiment intéressante posée par Carlson, généralement très servile, était de savoir si Trump pensait qu’il était probable qu’ils (l’establishment) essaient de le tuer. Cela a mis le thème du martyre au premier plan. Trump n’a pas dit “oui” – cela aurait été trop, frôlant le “Ceci est mon sang, le sang du nouveau testament” – mais il n’a pas clairement dit “non” non plus. Ce qu’il a dit, c’est que ses ennemis sont assez fous et passionnés pour essayer. Est-il donc le nouvel agneau, prêt à être sacrifié et, ce faisant, à laver les péchés d’une Amérique devenue Sodome et Gomorrhe ?

C’est un sujet passionnant, d’un point de vue eschatologique, et c’est probablement la raison pour laquelle l’interview a été visionnée plus de 250 millions de fois. Mais ce qui est tout aussi intéressant, du moins à mes yeux, c’est ce qui a été laissé de côté. Pour n’en évoquer que quelques-uns…

• Trump a dit qu’il “s’entendait très bien” avec Kim Jong Un. Cela n’a certainement pas arrangé les choses, car le ministre nord-coréen de la défense, le général Kang Sun-nam, a récemment prononcé un discours lors de la Conférence internationale de Moscou sur la sécurité, dans lequel il a déclaré qu’une guerre nucléaire était inévitable et que la Corée du Nord avait l’intention de la gagner. “La question n’est pas de savoir si une guerre nucléaire éclatera dans la péninsule coréenne, mais qui la déclenchera et à quel moment”, a averti M. Kang. On pourrait croire qu’il s’agit d’une simple fanfaronnade, mais ce n’est pas le cas : La position de la Corée du Nord est supérieure à celle de Washington parce qu’elle peut frapper les forces de Washington plus ou moins impunément, en étant assurée que Washington ne ripostera pas, craignant à juste titre d’entraîner la Russie et la Chine, qui bordent la Corée du Nord (une cible plutôt petite et facile à manquer), dans un conflit nucléaire. Trump n’est pas sans savoir que la Corée du Nord possède de nombreuses bombes nucléaires et que 40 000 militaires américains stationnés en Corée du Sud pourraient mourir. Mais ce qu’il n’a pas dit, c’est ce qu’il faut faire pour éviter que cela ne se produise : les États-Unis doivent se retirer. Carlson n’a pas non plus posé de questions complémentaires. Peut-être que dire toute la vérité est incompatible avec une candidature à la présidence des États-Unis.

• Trump a également déclaré que la guerre en (ex)Ukraine était un désastre et qu’il fallait y mettre fin immédiatement. Ce qu’il n’a pas mentionné, c’est ce que les États-Unis devraient faire pour y mettre fin : supprimer l’aide militaire des États-Unis et du reste de l’OTAN à la partie ukrainienne (c’est la partie facile), puis accéder aux demandes formulées par la Russie en novembre 2021, qui stipulent que l’OTAN retire ses forces au niveau où elles se trouvaient en 1997, avant l’expansion de l’OTAN vers l’est, la restauration de la neutralité de l’Ukraine (une condition de son indépendance vis-à-vis de la Russie, qu’elle a violée) et plusieurs autres conditions de ce type (c’est la partie plus difficile). Ajoutez à cela la demande de démilitarisation et de dénazification complète de l’ancien territoire ukrainien, ce qui n’est pas une mince affaire, car cela impliquerait probablement de rassembler tous les criminels de guerre ukrainiens, y compris l’ancien et l’actuel président ukrainien, et d’organiser un tribunal international des crimes de guerre pour eux et pour tous leurs complices, qu’ils soient étrangers ou nationaux. Mais encore une fois, on ne gagne pas la présidence des États-Unis en admettant de telles choses.

• Trump a accusé Biden de ruiner l’industrie énergétique américaine. C’est peut-être le cas ou non, mais ce qu’il a omis de mentionner est bien plus important : les États-Unis sont épuisés, forés et généralement fracturés. Les États-Unis sont toujours le premier producteur mondial de pétrole, mais pour combien de temps encore ? La fracturation est à l’origine de cette surabondance de pétrole, et la production des puits fracturés est désormais sur un plateau ondulant et proche du bord d’un escarpement. De plus, même la surabondance actuelle ne suffit pas à satisfaire la demande absolument démesurée des États-Unis, qui doivent toujours importer du pétrole. Que se passera-t-il lorsque l’épisode de la fracturation se terminera aussi rapidement qu’il a commencé il y a moins de vingt ans ? Ne vous attendez pas à ce que ce pauvre vieux Trump prononce les mots horse and buggy – du moins pas avant les élections !

• Ce dernier point s’accorde parfaitement avec deux nouvelles étonnantes issues de la récente conférence des BRICS qui s’est tenue à Johannesburg la semaine dernière. Tout d’abord, les cinq membres actuels des BRICS ont réussi à dédollariser leurs échanges commerciaux à tel point que moins d’un tiers d’entre eux impliquent le dollar américain. Leur objectif est de se débarrasser complètement du dollar américain, rendant ainsi les sanctions américaines, ou leur menace, totalement inefficaces, et la dette fédérale américaine, qui ne cesse de croître, inutile d’y investir et très nécessaire de vendre rapidement. Deuxièmement, six nations supplémentaires, dont l’Arabie saoudite et l’Iran, deux grands producteurs de pétrole, vont devenir membres des BRICS à partir du 1er janvier 2024. Les nouveaux membres ont les mêmes objectifs que les membres existants : dédollariser leurs relations commerciales. Comment les États-Unis achèteront-ils le pétrole dont ils ont besoin une fois que la fracturation aura fait son temps ? Indice : pas avec des dollars. Et comment parviendront-ils à gagner les devises que les membres des BRICS seront prêts à accepter ? Indice : ils n’y parviendront pas. Et quelle est la probabilité que des questions aussi importantes soient soulevées par qui que ce soit au cours de la campagne présidentielle américaine de 2024 ? Chut !

• Un autre point que Trump a omis de mentionner est que les États-Unis sont en faillite et qu’aucun président américain, qu’il soit lui-même ou quelqu’un d’autre, ne pourra faire quoi que ce soit à ce sujet. La combinaison d’une dette ridiculement énorme, qui s’élève aujourd’hui à près de 31 000 milliards de dollars, d’une inflation très élevée et, par conséquent, de taux d’intérêt très élevés, signifie que le paiement des intérêts sur la dette fédérale américaine dépasseront bientôt 1 000 milliards de dollars par an. En l’absence de coupes sombres dans la défense, l’assurance-maladie et la sécurité sociale, ils engloutiront la totalité du budget fédéral – à moins que les États-Unis n’augmentent radicalement leurs emprunts. Mais y aura-t-il une demande internationale pour toute cette nouvelle dette américaine ? Non, voir le point 4 ci-dessus. Mais le fonds fiduciaire de la sécurité sociale n’est-il pas dans un “coffre-fort” ? Non, c’était l’idée du candidat à la présidence Al Gore, mais la Cour suprême des États-Unis a ensuite élu quelqu’un d’autre.

Il est possible d’ajouter quelques autres éléments à cette liste. Par exemple, il y a le fiasco probable à Taïwan, où, si le Guomintang (國民黨 / 国民党 – les nationalistes en faveur de la réunification avec le continent) est élu, l’Armée populaire de libération se retrouvera avec toutes ces armes surévaluées et quelque peu obsolètes que les États-Unis ont envoyées à Taïwan. Trump a mentionné les bases militaires chinoises construites à Cuba, mais n’a pas dit ce qu’il ferait à ce sujet, si ce n’est froncer les sourcils en signe de consternation sincère.

Dans l’ensemble, je pense que Trump fera un excellent prochain et dernier président des États-Unis. Son travail consistera à se plaindre, à haranguer, à exprimer son indignation et à déplorer le sort de son pays. Ou peut-être se montrera-t-il à la hauteur de la situation, ppeut-être rendra-t-il une pose avantageuse et déclarera-t-il avec sa pompe et sa grandpeut-être iloquence habituelles que l’Amérique est finie : c’est tout, les amis, Washington est définitivement fermé aux affaires, l’autorité constitutionnelle est dévolue aux États, le spectacle est terminé, merci à tous d’être venus et veuillez rentrer chez vous en toute sécurité.

Le 26 aout 2023, Club Orlov – traduction du ‘Sakerfrancophone