Trudeau et les fortunes de l’antiSystème

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il n'y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

 2870

Trudeau et les fortunes de l’antiSystème

15 janvier 2020 – Comme il était observé dans  un texte récent de cette rubrique, les événements précipités se succédant dans la séquence iranienne, dans ce que je nommai pour l’occasion une « rébellion du temps », conduisent à des situations où les engagements et les étiquettes des uns et des autres perdent leurs sens habituels, où le commentateur se retrouve avec des “alliés” et des “adversaires” temporaires inattendus. Ainsi était-il noté dans ce texte :

 « Il est remarquable de constater que les positions des uns et des autres se trouvent complètement bouleversées, le plus souvent dans un sens inattendue ou bien sans aucun sens. [...] Partout se déroulent et s’imposent de telles contradictions. Je remarque combien je me trouve en accord/en désaccord avec des gens et des orientations d’une façon complètement illogique par rapport à ce qui a précédé, et cela sans nul souci des étiquettes des uns et des autres. »

Un cas remarquable se présente ce 14 janvier avec des déclarations du Premier ministre canadien, le jeune Justin Trudeau et ZeroHedge.com rapportant les déclarations du Premier ministre canadien, le jeune Justin Trudeau ; et il faut insister sur cette dualité : autant les déclarations de Trudeau que la présentation et le commentaire de ZeroHedge.com bousculent le classement habituel qu’on en fait :

• Trudeau, sans ou avec barbe, est perçu comme un activiste LGTBQ proaméricaniste et antirusse dont les prises de position, comme on le constate et on les conçoit, sont et seront nécessairement alignées sur l’orientation du Système telle que, de mon point de vue, je la perçois constamment, sans jamais en varier. Il s’agit, pour un jugement général, d’un dirigeant politique de la pire espèce, mélangeant l’opportunisme sans fard et la conviction sociétale sans restriction.
• Au contraire, ZeroHedge.com est très généralement perçu comme une source très complète et d’une grande valeur d’une information très détaillée au cœur du système de l’américanisme, diffusant une orientation critique antiSystème constante et dévastatrice parce que très fournie et à l’occasion, très justement acerbe. A la limite de la polémique sans y tomber dans divers cas, extrêmement bien et complètement informés dans d’autres domaines tels que l’évolution économique, son crédit antiSystème modéré dans la forme et très dur sur le fond est très grand.

L’assassinat de Soleimani (et l’Iran en général, découvre-t-on) renverse complètement certaines positions. On croyait que la vindicte anti-iranienne, notamment sur l’argument humanitariste absolument recommandé par le Système était l’apanage des interventionnistes-Système, à la fois les  neocon  jusqu’à leurs alliés nationalistes-bellicistes de droite, à la fois les progressistes-sociétaux et leurs très grand penchant pour l’interventionnisme libéral  type-R2P à la-Clinton/Obama, où les  neocon  ont également un pied. Eh bien, dans ce cas Soleimani/Iran, mis à part les  neocon  qui restent de toutes les guerres bien sûr, nous rencontrons très souvent des positions en partie ou complètement inversées : d’une part les “populistes” disons, pro-Trump, très anti-Iran (de l’Iran des mollahs qui mène sa guerre hybride contre le Système, faisant partie de la Résistance) ; d’autre part, les progressistes-sociétaux, avec des réserves humanitaristes anti-Iran, beaucoup plus inclinés à attaquer Trump pour l’assassinat de Soleimani que les Iraniens, et même “louant” l’Iran (Trudeau, comme on va le voir) dans l’affaire du vol PS752.

En effet, cela m’amène à l’article auquel je me réfère, de ZeroHedge.com du  14 janvier 2020, sous le titre : « “Dommage collatéral” : Trudeau blâme Trump pour la destruction accidentelle de l’avion civil transportant des passagers » (« “Collateral Damage” : Trudeau Blames Trump For Iran Accidentally Shooting Down Passenger Plane »)

Cela bien compris, je reprends texte presque dans son intégralité et en langue originale tant l’on trouve ce que je signale aussi bien dans le ton que dans les faits et la présentation des faits. Ayant surmonté son texte du titre cité ci-dessous « “Dommage collatéral” : Trudeau blame Trump pour la destruction accidentelle de l’avion civil transportant des passagers », le prête-nom collectif du site Tyler Durden enchaîne directement...

 « No, this isn't a mistake or a misquote.
» Canadian PM Justin Trudeau really did just blame President Trump for the downing of Ukrainian International Airlines Flight 752, which was shot down by an IRGC missile operator just minutes after taking off from the International Airport in Tehran.
» After initially denying any involvement in the accident, the Iranian regime confirmed the world's suspicions on Saturday when it announcedthat the passenger plane was shot down by mistake, killing more than 170 passengers and crew, including more than 60 Canadians.
» In the days after the crash, Trudeau demanded that Iran allow Canadian investigators to cooperate in the investigation, and examine the data.
» But now that the fate of Flight 752 has proved once again that "shootdown events" like this have become normalized (remember what happened after MH17?), it looks like Trudeau, who recently secured a second term despite a string of embarrassing scandals, is trying to divert attention away from this sad fact.
» And the ol' “blame it on Trump” routine is a reliable card to play, given that the millions of Americans and Canadians who despise the president will likely accept it uncritically for no other reason than it sounds plausible.
» Of course, linking the US and Iran's spat with the accidental shoot-down is probably more than a little premature, to say the least. While it's true the jet crashed just hours after Iran retaliated against the US for the killing of General Suleimani, investigators haven't yet established whether the two incidents are directly interconnected (though that also seems extremely plausible).
» For all we know, Iran might have still accidentally shot down the plane, even if the US didn't kill Suleimani. Still, Trudeau blamed Trump for "escalating" tensions with Iran, seemingly excusing Iran for its history of financing terror attacks and wars via proxies around the world, along with its more recent transgressions.
» Trudeau said he felt the victims in the plane were "collateral damage" from the conflict between the US and Iran.
» “If there was no escalation recently in the region, those Canadians would be right now home with their families,” Trudeau said during an interview with Global News Television on Monday. “This is something that happens when you have conflict and the war. Innocents bear the brunt of it.”
» To be sure, Trudeau added that many are also angry at Iran, and that “justice” is “entirely expected.” To us, that sounds like Trudeau preparing the public to uncritically  accept Iran's narrativeHe praised Iran for taking “a very big first step” by admitting responsibility and moving to hold individuals responsible.
» “Acknowledgement of responsibility and some form of compensation is going to have to come,” Trudeau added, before his interviewer reminded him that Tehran is one of the least transparent regimes in the world.
» Trudeau added that he and his fellow world leaders are trying to "deescalate tensions in the region “adding that the grief they are going through is “not to be consoled right now...they express considerable pain”... »

Ce n’est certainement pas la première fois que l’on remarque dans cette séquence de l’affrontement USA-Iran un changement d’attitude de ZeroHedge.com vis-à-vis de l’Iran par rapport au sens habituel de son commentaire sur la politique de ce pays. Cela signifie donc, par logique contraignante, une soudaine sollicitude pour la politique belliciste/neocon. La même évolution est observée dans d’autres sites de tendance “populiste”, où cela est beaucoup plus marqué jusqu’à un renversement complet à cause de la vision plus grossière de ces sites (Infowars.com est un exemple extrême). 

(Cette évolution, qui suit les variations difficilement identifiables et rationnellement compréhensibles de Trump, est essentiellement due au réflexe économique antisocialiste, – aux USA, ils voient aujourd’hui partout, à l’extérieur et chez eux, des socialistes-révolutionnaires. Ce fut le cas [et cela le reste  mezzo voce] dans la tentative de coup d’État du pitoyable Guaino contre Maduro, où nombre de populistes antiSystème soutinrent, sans réserve pour certains, la démarche de la CIA, des spécialistes  neocon  de la subversion Bolton et Abrams, etc. Dans ces mêmes milieux, d’ailleurs, Chavez et le chavisme ont toujours été considérés avec une extrême méfiance, malgré leur dimension antiSystème extrêmement puissante et dynamique, parce que un peu trop social dans leur populisme. Dans cet état de l’esprit, on reste dans le chef de tous ces gens qui se voudraient antiSystème malgré tout fasciné, avec des segments stagnants d’orthodoxie libérale qui colorent le jugement, par le  Corporate Power  et le capitalisme, sur le terre d’élection du  Corporate Power  et du capitalisme.)

Ainsi se trouve-t-on placé devant le chaos opérationnel dont je parlai dans le  texte référencé, qui vous oblige à être continuellement sur vos gardes dans vos jugements. Les positions des uns et des autres varient continuellement selon un nombre considérable de facteurs hétéroclites ; dans nombre de cas, aucune de ces prises de position ne correspond à une conviction profonde attachée à une référence solide ; le pragmatisme le plus court et le plus irresponsable règne en maître et la conviction autant que les références sont absolument influencées par l’affectivisme qui règne aujourd’hui en maître sur la communication et par conséquent sur la pensée puisque leur pensée s’en tient désormais à la communication. Dans le cas qui nous occupe, vous faites une confiance complète à ZeroHedge.com et vous constatez soudain son ralliement temporaire au Système, et vous tenez Trudeau pour un pitre de zombieSystème et il vous sort les phrases que vous avez pu lire.

Une chose continue à me stupéfier dans ce monde complètement basculé et désintégré dans le relativisme s’ébrouant dans le simulacre, une chose d’une solidité extraordinaire, d’un poids constant, – et c’est le haine qu’a polarisée Trump, et sa réaction constante de réagir à cette haine par un comportement d’une fureur provocatrice qui est elle-même chargée de haine bien entendu. La politique, – la “Grande Politique” ! – est déterminée par ces facteurs essentiellement, aussi bien que les comportements de dirigeants politiques (après tout, dans le cas cité, nous dit ZeroHedge.com, c’est la bonne vieille rengaine  “blame it on Trump”  qui est la cause de l’extraordinaire prise de position de Trudeau en faveur du comportement iranien dans cette affaire).

Cela implique qu’il ne faut pas se fier au jugement de principe que l’on porte sur tous ces gens, pro-Système ou antiSystème selon les circonstances, qui agissent nécessairement dans le cadre du Système ; il faut profiter de leurs désertions temporaires et l’applaudir, il faut dénoncer l’infamie de leur démarche quand ils vont dans le sens contraire ; il faut rester fidèle à ce seul objectif qui fait figure de Principe Primordial pour ces Derniers Temps : Delenda Est Systemum, et tout évaluer en fonction de cela comme référence centrale et irréfragable.

Par conséquent, sur le fondamental je ne me plains aucunement. C’est de cette façon que le Système se dévore lui-même, par ses contradictions et les comportements déraisonnables, en va-et-vient, qu’il impose aux uns et aux autres, qu’ils soient du Système ou antiSystème. Il s’agit de résister à la déraison, de s’adapter tactiquement à ses effets, en essayant de ne jamais être pris en défaut de vigilance. Il s’agit de résister à ses propres faiblesses, à ses propres emportements, pour mieux juger des effets de la bataille ; pour mieux les proclamer, les faire partager, les répandre comme l’on sonne “Aux armes !”... Car je ne doute pas une seconde que cette “bataille” soit perdue pour ce Système qui s’effondre et je sais que notre conviction de cette issue constitue une pression psychologique qui accélère cet effondrement.