Tripolarité et guerre hybride mondiales

Les Carnets de Dimitri Orlov

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

 1731

Tripolarité et guerre hybride mondiales

Le général Mark Milley, l’officier militaire le plus haut gradé des États-Unis, a récemment rendu publique une de ses révélations : le monde n’est plus unilatéral (les États-Unis étant l’hégémon mondial incontesté) ou bilatéral (comme c’était le cas avec les États-Unis et l’Union soviétique s’équilibrant symétriquement dans un tango intime de destruction mutuelle assurée). Elle est désormais tripartite, avec trois grandes puissances – les États-Unis, la Russie et la Chine – engagées dans une « guerre tripolaire ». C’est le terme exact qu’il aurait utilisé au Forum d’Aspen sur la sécurité, le 3 novembre 2021.

Cela semble étrange, car ni la Russie ni la Chine ne sont désireuses d’attaquer les États-Unis, alors que ces derniers ne sont pas en mesure d’attaquer l’une ou l’autre de ces puissances. Les États-Unis viennent d’être vaincus dans un conflit de deux décennies contre un adversaire de quatrième ordre (l’Afghanistan, donc) de la manière la plus humiliante qui soit, en abandonnant 80 milliards de dollars de matériel de guerre et en abandonnant des milliers de leurs fidèles serviteurs dans un retrait précipité qui s’apparente à une déroute. Elle est sur le point de subir un sort similaire en Syrie et en Irak. Sa marine vient d’être humiliée dans une escarmouche mineure avec les Iraniens au sujet d’un pétrolier. Il est clair que les États-Unis ne sont pas en mesure d’attaquer qui que ce soit.

Alors, que peut bien vouloir dire Milley ? Il peut ne pas sembler intelligent, mais c’est l’homme le plus puissant du Pentagone. Bien sûr, Milley-Vanilley pourrait simplement suivre du bout des lèvres une musique stupide émanant de la Maison Blanche (qui est actuellement peuplée d’imbéciles de choix). Cela serait logique, puisque tout au long de sa carrière, Milley a soigneusement évité tout ce qui pouvait ressembler à une action militaire réelle et donc comporter la possibilité d’une défaite, choisissant plutôt de se concentrer sur des choses telles que la production d’un rapport sur l’impact du changement climatique sur l’armée américaine.

Une photo montre Milley dans l’un de ses moments de fierté, au côté du général russe Valery Gerasimov, qui a combattu – et gagné – en tant que commandant pendant la deuxième guerre de Tchétchénie. Gerasimov a ensuite rédigé la doctrine russe de la guerre hybride (la doctrine Gerasimov), qui permet d’atteindre des objectifs stratégiques et politiques par des moyens non militaires, mais avec un soutien militaire et un secret, une discipline, une coordination et un contrôle de type militaire. En comparaison, notre général Milley est une sorte de général en carton-pâte, avec une ficelle qui fait bouger sa mâchoire inférieure de haut en bas, menant à un endroit quelconque dans le marigot washingtonien des think tanks politiques et des lobbyistes de l’industrie de la défense.

La doctrine Gerasimov ressemble étrangement à la doctrine chinoise de la guerre hors limite, ce qui indique que la Russie et la Chine ont harmonisé leurs stratégies défensives. Ces doctrines sont conçues pour amplifier les avantages naturels de la Chine et de la Russie tout en plaçant les États-Unis dans une situation de désavantage maximal. Il n’est pas évident que Milley soit capable de comprendre ces questions ; bien au contraire, il est probable que la sécurité de son emploi et son parcours professionnel dépendent essentiellement de son incapacité à comprendre quoi que ce soit qui dépasse son niveau de rémunération. Néanmoins, puisqu’il se trouve être le porte-parole de tout ce foutoir, nous devons au moins essayer de prendre ses paroles pour du comptant et réfléchir à ce que sa “guerre tripolaire” pourrait bien signifier.

La doctrine russe de la guerre hybride et la doctrine chinoise de la guerre hors limite donnent toutes deux un avantage aux pays dotés de structures de contrôle strictes et centralisées (c’est-à-dire la Chine et la Russie), tout en désavantageant gravement les États-Unis, qui ont une élite au pouvoir diffuse et en conflit interne, divisée entre deux partis et entre de nombreuses agences gouvernementales et entités privées concurrentes, avec de nombreuses possibilités d’espionnage interne et externe, d’infiltration et de fuites dans les médias.

Les avantages de la Russie résident dans les armes de pointe contre lesquelles les États-Unis n’ont pas de contre-mesures, comme les missiles hypersoniques et les systèmes de guerre électroniques, avec une base de ressources énorme et seulement partiellement explorée, en particulier les ressources énergétiques. L’avantage de la Chine réside dans une main-d’œuvre énorme et hautement disciplinée qui fabrique une vaste gamme de produits que les États-Unis doivent importer en permanence pour éviter que l’ensemble de leur économie ne s’arrête en raison de perturbations de la chaîne d’approvisionnement. D’un autre côté, la Chine et la Russie se trouvent désavantagées face à la grande machine bien huilée que les États-Unis ont mise au point pour s’immiscer dans les affaires des autres nations et porter atteinte à leur souveraineté naturelle. Il existe toute une série de mécanismes, allant des exportations culturelles aux campagnes publicitaires associées à des marques populaires, en passant par des initiatives de médias sociaux conçues pour corrompre l’esprit des jeunes, afin d’exercer l’influence des États-Unis sur les autres nations.

Les réponses de la Chine et de la Russie à cette menace sont presque diamétralement différentes : alors que la Chine construit des pare-feu et utilise des contrôles sociaux stricts pour contenir la menace, la stratégie de la Russie consiste à laisser l’infection étrangère se répandre et à laisser le système immunitaire inné de la nation créer des anticorps contre elle et la neutraliser. La Russie fixe ses limites à la propagande ennemie achetée et payée, à l’incitation à la rébellion armée, à l’apologie du terrorisme, à la propagande de la perversion sexuelle chez les enfants, etc. De cette manière, la Russie peut non seulement compenser ce désavantage, mais aussi le tourner à son avantage : alors que l’Occident devient de plus en plus antidémocratique et autoritaire avec son politiquement correct sans fin, ses exigences en matière de biodiversité sociale et la recherche d’une vie meilleure par le biais de l’accouplement non reproductif, de l’hormonothérapie et de la mutilation génitale, la Russie reste un pays libre avec une perspective sociale sainement conservatrice qui est assez attrayante pour les gens du monde entier et qui devient de plus en plus attrayante pour de nombreux Occidentaux à mesure qu’ils prennent douloureusement conscience du salaire du péché.

Pourquoi se concentrer sur une guerre hybride/hors limite plutôt que sur un conflit militaire nucléaire ou conventionnel direct entre les États-Unis et la Chine et/ou la Russie ? Parce qu’un conflit militaire conventionnel ou nucléaire entre l’une de ces trois nations est un choix insensé et suicidaire, alors que les personnes chargées de définir la stratégie militaire ne sont pas spécialement choisies pour leurs tendances suicidaires. Ni la Russie ni la Chine ne sont connues pour leurs guerres d’agression, et si les États-Unis sont extrêmement bien connus pour leurs tendances homicides et violentes (ils ont mené 32 campagnes de bombardement sur 24 pays depuis la Seconde Guerre mondiale), ils sont fondamentalement des tyrans qui ne s’en prennent qu’aux pays faibles qui ne représentent aucune menace. Sur la base d’informations accessibles au public, la Russie et la Chine ont désormais une avance considérable sur les États-Unis en matière de développement d’armes, à tel point qu’une éventuelle attaque directe des États-Unis contre l’une ou l’autre d’entre elles serait au mieux auto-désarmante et au pire suicidaire.

Dans le meilleur des cas, les États-Unis lancent une attaque qui est repoussée avec succès : bombardiers et roquettes abattus, navires coulés, bases militaires et installations portuaires américaines détruites, éventuellement les centres de commandement et de contrôle américains également détruits, comme l’a promis Poutine. Les États-Unis sont alors prostrés et à la merci de leurs adversaires. Si leur coopération laisse encore à désirer, une combinaison de déplorables, de méprisables, d’impondérables et d’indécrottables sera organisée juste assez pour faire un gâchis sanglant de ce qui reste des structures gouvernementales et des élites du pouvoir américaines, qui seront ensuite remplacées par une force internationale de maintien de la paix (dans le cas optimiste) ou simplement laissées à elles-mêmes dans un désordre, une misère et un isolement international durables.

Le pire scénario est celui de la destruction mutuelle assurée, de l’hiver nucléaire et de la fin de la vie sur Terre, mais il est peu probable pour un certain nombre de raisons. Premièrement, de la triade de dissuasion nucléaire américaine, seule la composante sous-marine reste viable, et même celle-ci est assez fatiguée. Aucun des missiles Minuteman n’a été testé avec succès depuis longtemps, et il s’agit de missiles balistiques qui, une fois la phase de propulsion terminée, suivent une trajectoire inertielle parfaitement prévisible, ce qui en fait des cibles faciles pour les nouveaux systèmes de défense aérienne de la Russie. Parmi les Minuteman qui parviendraient à sortir de leurs silos et à être lancés dans la direction générale de la Russie ou de la Chine, on ne sait pas combien de leurs charges nucléaires exploseraient réellement, car elles sont toutes assez vieilles et n’ont pas été testées depuis longtemps non plus. Les États-Unis n’ont plus la capacité de fabriquer de nouvelles charges nucléaires, ayant perdu la recette de fabrication de l’explosif puissant nécessaire à leur détonation. Mais c’est peut-être un point accessoire car, à ce stade, aucun ICBM n’est susceptible de pouvoir pénétrer les défenses aériennes russes. En ce qui concerne les défenses aériennes chinoises, il convient de noter que la Russie et la Chine ont intégré leurs systèmes d’alerte précoce et que la Chine dispose désormais de quatre divisions de systèmes de défense aérienne russes S-400 Triumf et prévoit d’en ajouter d’autres.

Pour ce qui est de la partie aéroportée de la triade nucléaire américaine, son pilier reste le Boeing B-52 Stratofortress, dont le plus jeune a presque 60 ans. Il vole à 900 km/h à une altitude de 12 000 mètres et est tout le contraire de furtif, ce qui le rend facile à abattre à une distance de plusieurs centaines de kilomètres. Comme cela le rend parfaitement inutile pour larguer des bombes nucléaires, il ne reste que les missiles de croisière, qui volent à une vitesse de Mach 0,65 [800 km/h], ce qui en fait des cibles faciles pour les défenses aériennes modernes. Il existe également quelques bombardiers furtifs plus récents – très peu nombreux et, il s’est avéré, pas très furtifs, ce qui les place essentiellement dans la même catégorie que la Stratofortress, et les missiles de croisière qu’ils peuvent lancer sont également ces mêmes vieux engins subsoniques.

Enfin, il y a les sous-marins nucléaires stratégiques, qui sont la seule partie de la triade nucléaire américaine qui soit encore viable. Ils restent efficaces en tant que force de dissuasion, et ils ont la capacité de s’approcher pour lancer une attaque furtive avec une bonne chance qu’au moins quelques missiles passent à travers les défenses aériennes, mais ils ne peuvent espérer contourner les inévitabes représailles qui causeront des dommages inacceptables et fatals au territoire continental des États-Unis. Cela les rend inutiles en tant qu’arme offensive.

Ajoutez à cela la doctrine nucléaire actualisée de la Russie, selon laquelle toute attaque contre le territoire souverain ou les intérêts souverains russes, qu’elle soit conventionnelle ou nucléaire, ouvrirait la porte à une riposte nucléaire, lancée dès l’alerte, et la promesse solennelle de Poutine de contre-attaquer non seulement contre les lieux d’où une frappe est lancée, mais aussi contre les centres de décision. Étant donné que les missiles russes sont hypersoniques et atteindront leurs cibles avant que ceux des États-Unis n’atteignent les leurs, et que la Russie a les moyens d’abattre les missiles américains alors que les États-Unis sont incapables d’abattre les missiles russes, si les États-Unis devaient lancer une attaque, ceux qui l’ont lancée seraient morts avant de pouvoir savoir si leur attaque a réussi à causer des dommages ou s’ils se sont suicidés pour rien. Tout cela aboutit à une conclusion inévitable : en aucun cas les États-Unis n’attaqueront la Russie ou la Chine, que ce soit avec des armes conventionnelles ou nucléaires.

Certains experts sont d’avis qu’une guerre mondiale pourrait éclater accidentellement à tout moment sans que personne ne le souhaite, tout comme le monde a glissé vers la Première Guerre mondiale en raison d’une confluence d’accidents malheureux. Mais il y a une grande différence : les dirigeants militaires et civils des parties belligérantes de la Première Guerre mondiale n’avaient pas de missiles hypersoniques pointés directement sur leur tête. Ils pensaient que la guerre se déroulerait loin de leurs palais, quartiers généraux et demeures seigneuriales. Ils se sont parfois trompés, mais c’est ce qu’ils pensaient à l’origine : pourquoi ne pas tester nos prouesses industrielles en sacrifiant la vie de plusieurs millions de paysans inutiles ?

Aujourd’hui, la situation est tout autre : toute provocation importante est un déclencheur automatique d’autodestruction et toutes les parties le savent. Bien sûr, il y aura des provocations mineures, comme la marine américaine qui se promène dans le détroit de Taïwan ou dans la mer Noire près des côtes de Crimée, mais il faut bien qu’elle gagne sa vie d’une manière ou d’une autre. De leur côté, les Russes et les Chinois font périodiquement monter les enchères en les repoussant avec un message radio sévère ou quelques flèches tirées avec des arcs. Mais les deux parties savent à quel point elles doivent être prudentes, car toute erreur grave nécessitera une désescalade immédiate et pourrait entraîner une perte de face importante. Et cela, comme on dit, serait pire qu’un crime : ce serait une erreur.

Les provocations dont les États-Unis sont encore capables sont susceptibles de devenir de plus en plus faibles avec le temps. Les États-Unis ont perdu la course aux armements contre la Russie et la Chine et il est peu probable qu’ils la rattrapent un jour. D’autre part, ni la Russie ni la Chine ne sont susceptibles d’attaquer les États-Unis. Il n’y a aucune raison de le faire, étant donné qu’elles peuvent obtenir ce qu’elles veulent – un effacement progressif de l’influence américaine – sans recourir à une action militaire à grande échelle. Maintenir une position défensive forte tout en projetant leur puissance dans leurs sphères d’intérêt en expansion serait tout à fait suffisant pour chacun d’entre eux. Ainsi, tout ce qui reste aux États-Unis est la guerre hybride : une guerre financière sous forme de sanctions, d’impression agressive de dollars et de blanchiment d’argent légalisé à grande échelle, une guerre informationnelle jouée sur Internet, une guerre médicale utilisant de nouveaux agents pathogènes, médicaments et vaccins, une guerre culturelle sous forme de promotion et de défense de systèmes de valeurs conflictuels, etc., avec des activités militaires limitées à l’utilisation de tiers sacrifiables, à la fomentation de putschs et de guerres civiles, aux actions de sociétés militaires privées, etc.

Si Milley fonde ses espoirs sur la possibilité de provoquer un conflit entre la Chine et la Russie, il risque d’être déçu. Ces deux très grands pays voisins sont en synergie. La Chine dispose d’une énorme capacité de production de toutes sortes de produits finis, mais ses ressources naturelles sont limitées, elle est insulaire et sa capacité d’interaction avec le reste du monde est limitée, sauf par le biais des échanges et du commerce. La Russie, en revanche, dispose de ressources naturelles pratiquement illimitées mais, avec une population moins nombreuse mais très instruite, répartie sur un territoire vaste et quelque peu inhospitalier, elle est obligée de concentrer ses efforts sur certains secteurs d’importance stratégique tels que les exportations d’énergie et de denrées alimentaires, les systèmes d’armement de haute technologie, l’énergie nucléaire, les vaccins et les produits à forte intensité énergétique comme les engrais, les plastiques et les métaux, où son accès à une énergie bon marché lui confère un avantage concurrentiel.

L’un des principaux atouts de la Russie est sa capacité, ancrée dans sa culture, à comprendre les personnes d’autres cultures et à entretenir des relations cordiales, même au-delà des grands fossés culturels et des lignes ennemies. La Russie a une capacité unique à offrir la stabilité et la sécurité, à la fois par une diplomatie prudente et en proposant des systèmes d’armes défensifs avancés. Les Chinois se sont lancés dans des acquisitions agressives dans les économies du monde entier, investissant dans de grands projets d’infrastructure pour favoriser leur commerce, mais ils manquent parfois de finesse diplomatique et de compréhension des sensibilités locales, s’aliénant leurs partenaires en exigeant directement une part de contrôle dans leurs investissements. Les Russes, quant à eux, savent qu’il faut au moins embrasser une fille avant de lui proposer de payer ses études.

Une telle finesse tend à être interprétée comme une faiblesse par certains Occidentaux qui, au cours de plusieurs siècles de guerres fratricides et de colonialisme génocidaire, ont été conditionnés à ne respecter que la force brute et à ne comprendre les relations qu’en termes de domination ou de soumission. Avec le départ soudain des États-Unis de la scène mondiale, de nombreuses petites nations européennes recherchent activement un nouveau maître pour les dominer. Les Chinois et les Russes risquent de les laisser décevoir ; si le commerce chinois et les moyens de sécurité russe (y compris la sécurité énergétique) leur sont proposés, ils resteront livrés à eux-mêmes et obligés de gagner leur vie, et leurs serments d’allégeance tomberont dans l’oreille d’un sourd. Les Européens de l’Est, en particulier, pourraient se trouver dans l’impossibilité de se réinsérer dans le monde russe ; les Russes en ont assez d’eux et de leur duplicité. Leur autre option sera d’aller travailler pour les Chinois.

La Russie et la Chine se complètent et sont plus susceptibles de travailler l’une avec l’autre plutôt que l’une contre l’autre dans leurs relations entre elles et avec le reste du monde. Ce n’est certainement pas le cas des États-Unis, que ce soit vis-à-vis de la Chine ou de la Russie. Au cours des années 1990 et des poussières, alors que la Chine se transformait rapidement en centre manufacturier mondial et que la Russie se remettait du revers que lui avait infligé l’effondrement de l’Union soviétique, les États-Unis ont pu se positionner comme la nation consommatrice indispensable du monde, redirigeant une part du lion des ressources et des produits manufacturés du monde pour nourrir leurs appétits en échange de dollars imprimés (expropriant continuellement l’épargne mondiale tout en exportant l’inflation) et utilisant la menace d’une action militaire contre quiconque remettrait en cause cet arrangement. Aujourd’hui, la situation est différente : la plupart des échanges commerciaux de la Chine ne se font plus avec les États-Unis mais avec le reste du monde ; la Russie s’est totalement rétablie et se développe lentement mais sûrement ; la part des États-Unis dans l’économie mondiale a diminué, l’appétit pour les dollars imprimés sous la forme de la dette publique américaine a fortement baissé, et pour ce qui est de son ancienne domination militaire tous azimuts, voir ci-dessus.

Et pourtant, le général Milley souhaite mener une guerre tripolaire contre deux pôles qui ne veulent pas se battre l’un contre l’autre et qui ne sont pas non plus prêts à se battre contre les Etats-Unis ; ils veulent simplement que les États-Unis plient bagage, rentrent chez eux et n’assombrissent plus les horizons de l’Eurasie. Comme j’ai pris la peine de l’expliquer ci-dessus, les États-Unis ne sont pas en mesure de défier l’un ou l’autre de ces pays, ou les deux, dans un conflit militaire total, ni de prendre le risque de les engager d’une manière qui risque fortement de le provoquer. Que peut faire dans de telles circonstances une bureaucratie géante, tentaculaire, richement financée, corrompue et dysfonctionnelle pour justifier son existence ? La réponse est, je crois, évidente : s’engager dans de petits méfaits, c’est-à-dire dans une guerre hybride, mais ce faisant, elle se trouve, comme je l’ai déjà expliqué, dans une situation désavantageuse.

La liste des méfaits est longue et la lecture en est fastidieuse. Le mieux que l’on puisse en faire est d’en faire une comédie. Prenons, par exemple, l’imbroglio, digne du Décaméron de Boccace, de Tikhanovskaya, la fée des côtelettes et présidente fantôme de la Biélorussie, qui a récemment rejoint le club des faux leaders de remplacement, aux côtés de Juan Random Guaidó, président fantôme du Venezuela, après avoir échoué à prendre le pouvoir au président biélorusse Lukashenko, profondément enraciné, et qui refroidit maintenant ses talons dans la Lituanie voisine. Ayant reconnu l’échec lamentable de la prise de pouvoir de Tikhanovskaya, le département des petits malins a tenté d’organiser un scandale autour d’une sprinteuse biélorusse pendant les Jeux olympiques de Tokyo, dont le nom est… Timanovskaya ! Vous voyez, ils pensaient que personne ne remarquerait la substitution d’un seul caractère. Le stratagème a échoué, et Timanovskaya se repose maintenant dans la Pologne voisine.

Il y a eu d’autres tentatives d’espièglerie à plus grande échelle, tout aussi maladroites et tout aussi spectaculaires dans leur échec.

1. Il y a eu la tentative de forcer le monde entier à se soumettre à une campagne d’inoculation implacable (en cours depuis 2009) au cours de laquelle une interaction entre des agents pathogènes génétiquement modifiés et des vaccins génétiquement modifiés contre eux serait utilisée pour réaliser des profits fabuleux pour Big Pharma tout en génocidant de manière sélective la population de certains pays hostiles ou indésirables. Résultat final : La Chine a largement combattu l’agent pathogène et a produit son propre vaccin tandis que la Russie a produit plusieurs vaccins, dont le plus populaire s’est avéré sûr et efficace et a été transformé en un centre de profit majeur en étant exporté vers 71 pays et en rapportant plus à la Russie en recettes d’exportation que les armes.

Pendant ce temps, non seulement les vaccins occidentaux se révèlent efficaces à moins de 50% (bien moins pour Johnson & Johnson), mais des milliers de personnes meurent ou tombent gravement malades à cause d’eux. Plus alarmant encore, de jeunes athlètes fraîchement vaccinés meurent d’une crise cardiaque au beau milieu d’un match – des dizaines d’entre eux ! La seule réponse possible des autorités – la seule dont elles sont capables – est de redoubler d’efforts en exigeant que tout le monde se fasse vacciner encore et encore. La stratégie marketing du “si notre produit vous rend malade, nous vous en donnerons plus” n’est presque jamais efficace et, en temps voulu, elle provoque une rébellion ouverte dans de nombreux endroits, la fermeture d’industries entières et, d’une manière générale, le chaos dans les sociétés et les économies. Mission accomplie !

2. On tente actuellement d’obliger les pays du monde entier à payer une taxe sur le carbone pour leurs émissions de carbone, alors que les nations qui pratiquent le culte du cargo en construisant des capacités de production solaire et éolienne en sont exemptées. De nombreux modèles climatiques coûteux ont fait tourner les superordinateurs et des conférences internationales sur le climat ont été organisées, au cours desquelles les gens ont pu se tordre les mains et s’apitoyer sur la catastrophe climatique imaginaire toujours imminente. Mais une complication majeure est ensuite apparue : la Russie et la Chine ont réussi à tourner la situation à leur avantage. Dans le cas de la Chine, l’affaire est simple : ce qui permet à la Chine de fabriquer et d’exporter des produits que le reste du monde adore importer, c’est son utilisation du charbon, et une simple réduction temporaire de l’utilisation du charbon a suffi à démontrer que toute contrainte de ce type nuirait davantage aux États-Unis par le biais de perturbations de la chaîne d’approvisionnement qu’à la Chine.

Dans le cas de la Russie, la situation est encore plus simple : du point de vue des émissions de dioxyde de carbone, la Russie est le pays le plus vert de la planète, puisqu’elle tire la plus grande partie de son électricité de centrales nucléaires et hydroélectriques sans carbone et de gaz naturel à faible teneur en carbone. Elle possède également 20% des forêts du monde qui, en cas de réchauffement de la planète et d’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, s’étendraient rapidement vers le nord, à travers la toundra, en direction du cercle arctique, absorbant ainsi des quantités prodigieuses de dioxyde de carbone. Ainsi, les États-Unis, et le reste de l’Occident avec eux, ont négocié en se projetant eux-mêmes dans un cul-de-sac de leur propre création, étant obligés de causer des dommages à leurs économies en poursuivant des politiques de décarbonisation malavisées que personne ne leur aurait demandé de poursuivre autrement. Encore une fois, mission accomplie !

3. Une autre tentative de méchanceté mesquine concerne les droits de l’homme et la démocratie. La notion de droits de l’homme a été déployée avec succès contre l’URSS, déformant l’esprit de plusieurs générations de l’intelligentsia russe pour qu’elle ait honte de son propre pays (et qu’elle ignore presque totalement les crimes contre l’humanité bien plus horribles perpétrés par l’Occident). Les Chinois, quant à eux, n’ont guère été influencés par leur perspective traditionnelle (qu’elle soit confucéenne ou communiste) qui établit un équilibre entre les privilèges et les responsabilités et laisse très peu de place à des notions aussi frivoles que les droits universels de l’individu. Mais au cours des dernières décennies, les Russes ont réussi à retrouver une compréhension plus équilibrée de leur propre histoire et une plus grande conscience des multiples atrocités perpétrées par ceux qui les critiquent. L’hypocrisie de ceux qui recourent à de telles tactiques est également apparue de manière flagrante à travers des actes aussi scandaleux que l’emprisonnement illégal de Julian Assange et l’exil d’Edward Snowden.

L’histoire de Maria Butina, une personne spectaculaire qui est aujourd’hui membre du parlement russe, a également marqué les esprits. Elle a été faussement accusée d’être un agent étranger sur la base du dossier Steele, désormais discrédité, que le camp d’Hillary Clinton avait concocté pour calomnier Donald Trump. Butina a été emprisonnée pendant 18 mois, passant une grande partie de ce temps en isolement (un traitement qui équivaut à de la torture). Elle a été contrainte de plaider coupable d’une accusation bidon devant un juge du tribunal sous influence médiatique avant d’être libérée et autorisée à rentrer en Russie. Elle a décrit son calvaire dans un livre à succès et tous ceux qui l’ont lu ont retenu, au passage, un message important : le système judiciaire américain n’existe tout simplement pas. L’une des principales raisons pour lesquelles Butina a été choisie pour un tel traitement tient à son nom de famille, qui ne diffère que d’un seul caractère de celui de Poutine : encore cette substitution d’un seul caractère ! Avec un nom aussi proche de celui de cet horrible dictateur qu’est Poutine, il est évident qu’elle sera reconnue coupable ! Je ne serais pas surpris qu’il y ait un certain mécréant à l’esprit étroit, retranché dans les entrailles de la CIA ou du département d’État, qui trouve ces idées farfelues en scannant des documents à la recherche de noms à consonance similaire.

En ce qui concerne la démocratie, le concept est précieux et s’applique différemment à chaque nation, en fonction de ses valeurs et traditions uniques, mais l’image qu’on en donne aux États-Unis, où près de la moitié de l’électorat a le sentiment d’avoir été trompé lors de la dernière élection présidentielle, ou dans l’UE, qui est dirigée par les nuls pompeux et non élus de la Commission européenne, ou encore la façon dont elle a été mal appliquée en Afghanistan, en Irak et dans d’autres nations envahies et détruites par l’Occident, a beaucoup contribué à discréditer le concept. Joe Biden, qui travaille actuellement à la convocation d’une assemblée virtuelle de nations qu’il juge démocratiques, en dressant une liste et en la vérifiant deux fois, en veillant à exclure tous ceux qu’il ne juge pas suffisamment démocratiques, est trop sénile pour saisir le simple fait qu’il a perdu tout droit de faire appel au concept de démocratie, étant donné la manière dont il a été élu et ce qu’il a fait à l’Afghanistan.

L’image que je vous laisserai est celle d’un avion de transport piloté par le dément Joe Biden et copiloté par cette idiote ricanante Kamala Harris, avec un certain nombre de dirigeants de nations prétendument démocratiques (qui n’ont pas réussi à assimiler la leçon de l’Afghanistan) accrochés à son train d’atterrissage, et avec le général Milli-Vanilli assis dans la soute en train de nettoyer son arme, se préparant à mener la troisième guerre mondiale contre la Russie et la Chine.

Le 12 novembre 2021, Club Orlov – Traduit par le Sakerfrancophone